Venir à bout de la procrastination

la procrastinationLa procrastination, l’habitude de reporter les tâches à la dernière minute, peut constituer un problème majeur dans votre carrière et dans votre vie personnelle. Ses effets secondaires comprennent des opportunités manquées, des heures de travail frénétiques, le stress, le surmenage, le ressentiment et la culpabilité. Cet article explore les causes profondes de la procrastination et vous donne plusieurs outils pratiques pour en venir à bout.

Le modèle de comportement de la procrastination peut être déclenché de plusieurs façons, de sorte que vous ne cédez pas toujours à la procrastination pour la même raison. Parfois, vous remettez les choses à plus tard parce que vous êtes débordé, et la procrastination vous sert d’échappatoire. D’autres fois, vous vous sentirez fatigué, et vous ne pourrez tout simplement pas démarrer vos tâches.

Intéressons-nous maintenant à ces différentes causes de procrastination et trouvons des façons intelligentes d’y réagir.

1. Le stress

Lorsque vous vous sentez stressé, inquiet ou anxieux, il est difficile de travailler de façon productive. Dans certaines situations, la procrastination constitue un mécanisme d’adaptation qui vous permet de contrôler votre niveau de stress. Une solution judicieuse consiste à réduire le stress dans votre vie dans la mesure du possible, de sorte que vous puissiez passer plus de temps à travailler parce que vous le voulez, et non parce que vous le devez. L’un des moyens les plus simples de réduire le stress, c’est de prendre plus de temps pour se divertir.

Dans son livre The Now Habit, le Docteur Neil Fiore explique que prendre le temps de se divertir de façon récurrente peut être un moyen efficace de venir à bout de la procrastination. Décidez à l’avance les blocs de temps que vous consacrerez chaque semaine à la famille, aux divertissements, aux exercices, aux activités sociales et aux passe-temps personnels. Ensuite, planifiez vos heures de travail en fonction du temps qu’il vous reste.

Cela peut réduire l’envie de céder à la procrastination parce que votre travail n’empiètera pas sur votre temps libre, de sorte que vous n’avez pas à remettre à plus tard le travail pour vous détendre et profiter de la vie. Je déconseille toutefois d’abuser de cette stratégie, car votre travail devrait normalement être assez agréable pour que vous soyez motivé à le faire. Si votre travail quotidien ne vous inspire pas, admettez que vous avez fait une erreur en choisissant le mauvais cheminement de carrière. Ensuite, cherchez une nouvelle direction qui vous inspire.

Benjamin Franklin a indiqué que la stratégie optimale pour une productivité élevée, c’est de diviser vos journées en 3 parties. Une pour le travail, une pour le divertissement et une pour le repos. Une fois de plus, il est suggéré de garantir votre temps libre. Accordez la même importance à votre temps de travail et à votre temps de loisir. De manière à ce que l’un n’empiète pas sur l’autre.

Je suis plus productif quand je prends beaucoup de temps pour me divertir. Cela m’aide à supprimer l’excès de stress et à profiter davantage de la vie. En outre, ma vie professionnelle se porte mieux quand je suis plus heureux. J’ai également créé un espace de travail détendu qui réduit les niveaux de stress. Dans mon espace de travail, vous trouverez des plants saints, une fontaine et plusieurs bougies parfumées.

J’écoute souvent de la musique relaxante quand je travaille. En dépit de tout l’équipement technologique disponible, une atmosphère détendue prévaut dans mon espace de travail. Étant donné que j’aime m’y retrouver, je peux travailler toute la journée sans me sentir trop stressé ou anxieux, même lorsque j’ai beaucoup de choses à faire. Pour en savoir plus, je vous recommande l’article 10 façons de relaxifier votre espace de travail.

2. Le surmenage

Il peut arriver que vous ayez, sur votre liste de choses à faire, plus de tâches que vous n’êtes en mesure d’exécuter. Cela peut rapidement favoriser le surmenage, et ironiquement, vous pourriez être amené à céder à la procrastination au moment où vous ne pouvez pas vous le permettre. C’est comme si votre cerveau refuse de s’adapter à un planning que vous savez déraisonnable. Dans ce cas, ce que vous devez comprendre, c’est que vous devez vous arrêter, réévaluer vos véritables priorités et les simplifier.

Les options pour réduire la surcharge de travail comprennent l’élimination, la délégation et la négociation. Tout d’abord, passez en revue vos tâches et supprimez-en autant que vous pouvez. Supprimez tout ce qui n’est pas vraiment important. Cela ne devrait pas poser de problème. Mais, il est étonnant de constater à quel point les gens s’y prennent mal. Les gens suppriment des activités comme l’entrainement pendant qu’ils consacrent beaucoup de temps à la télévision. Ils le font même s’ils sont conscients que l’entrainement les revigore et que la télévision épuise leur énergie.

Lorsque vous supprimez des activités, soyez honnête et supprimez en premier les tâches les plus inutiles. Retenez les activités qui ont une valeur réelle. Ensuite, déléguez autant de tâches que possible à d’autres. Demandez de l’aide si nécessaire. Pour finir, négociez avec les autres pour libérer plus de temps pour ce qui est vraiment important. Si vous avez un emploi qui vous surcharge avec plus de travail que vous ne le jugez raisonnable, c’est à vous de décider s’il vaut la peine de continuer dans cette situation. Personnellement, je ne tolérerais pas un travail qui me pousse à me surmener au point de me sentir débordé. C’est contre-productif, tant pour l’employeur que pour l’employé.

Sachez que les personnes les plus performantes dans n’importe quel domaine ont tendance à prendre plus de vacances et à travailler moins d’heures que les bourreaux de travail. Les personnes les plus performantes travaillent beaucoup plus en moins de temps parce qu’elles sont détendues, fraiches et créatives. Si vous considérez votre temps de travail comme une ressource rare plutôt qu’un monstre incontrôlable qui peut engloutir tous les autres aspects de votre vie, vous serez plus équilibré, concentré et efficace.

Il a été démontré que la semaine de travail optimale pour la plupart des gens compte entre 40 et 45 heures. Aller au-delà de cette limite a un effet négatif sur la productivité et la motivation qui fait que moins de travail réel est effectué. Cela s’applique particulièrement au travail créatif à l’ère de l’information.

Cependant, ne vous contentez pas de me croire sur parole, testez ce concept par vous-même. Il y a plusieurs années, j’ai fait une expérience simple pour déterminer à quel point j’étais efficace dans mon travail. J’ai mesuré mon ratio d’efficacité en divisant le nombre d’heures que je passais à faire un travail de valeur par le nombre d’heures que je passais dans mon bureau chaque semaine.

La première fois que j’ai fait cela, j’ai été choqué de constater que je ne faisais que 15 heures de travail réel alors que je passais 60 heures dans mon bureau. Soit un taux d’efficacité de 25%. Pouvez-vous croire cela ? Au cours des semaines suivantes, j’ai augmenté considérablement ma productivité en passant beaucoup moins d’heures au bureau. Bien que j’aie réduit mes heures de travail, j’étais beaucoup plus efficace. Je sais maintenant que travailler de longues heures est une énorme erreur. Et je vous mets au défi de découvrir cette vérité par vous-même.

venir à bout de la procrastination

3. La paresse

Souvent, nous cédons à la procrastination parce que nous nous sentons trop épuisés physiquement et/ou émotionnellement pour travailler. Une fois que nous tombons dans cette spirale, il est facile d’y rester coincé à cause de l’inertie, car un objet au repos a tendance à rester au repos. Lorsque vous ressentez la paresse, même les tâches les plus simples vous semblent trop exigeantes parce que votre énergie est trop faible par rapport à l’énergie requise par la tâche.

Si vous estimez que la tâche est trop difficile ou fastidieuse, vous céderez à la procrastination afin d’économiser votre énergie. Toutefois, plus vous ferez cela, plus votre détermination s’affaiblira, et votre tendance à la procrastination pourrait commencer à s’aggraver pour laisser place à la dépression. Se sentir faible et démotivé ne devrait pas être votre norme. Il est donc important de rompre cette tendance dès que vous en prenez conscience.

La solution est simple : levez-vous et bougez-vous physiquement. L’exercice physique aide à augmenter votre niveau d’énergie. Lorsque votre énergie est élevée, les tâches vous sembleront plus faciles et vous ne vous opposerez pas au fait d’agir. Une personne en forme peut faire plus d’activités qu’une personne inapte, même si la difficulté des tâches reste la même.

Par tâtonnements, j’ai découvert que l’alimentation et l’exercice physique sont essentiels pour maintenir mon énergie à un niveau constamment élevé. Je suis devenu végétarien en 1993 et végétalien en 1997. Ces améliorations alimentaires m’ont permis de bénéficier d’un important et continu regain d’énergie. Lorsque je m’entraine régulièrement, mon métabolisme reste élevé tout au long de la journée. Dans ces cas, je cède rarement à la procrastination à cause de la paresse parce que j’ai l’énergie et la clarté mentale nécessaires pour m’occuper de toutes les tâches que j’ai à faire.

Les tâches semblent plus faciles à accomplir qu’elles ne l’étaient lorsque mon alimentation et mes habitudes d’entrainement étaient mauvaises. Les tâches sont les mêmes, mais je suis devenu plus fort. Un merveilleux avantage secondaire du changement d’habitudes d’alimentation et d’entrainement, c’est que je parviens à obtenir d’intéressants résultats avec moins de sommeil. Avant, j’avais besoin d’au moins 8 à 9 heures de sommeil par nuit pour me sentir reposé, mais maintenant je m’en sors bien avec environ 6,5 heures de sommeil.

Les aliments qui apportent plus d’énergie sont les fruits et les légumes crus. Faites en sorte que votre régime alimentaire contienne ces aliments, et vous verrez probablement une amélioration nette de votre niveau d’énergie. Pendant les deux premières semaines, cependant, vous pouvez vous sentir temporairement plus mal, car votre corps profite de l’occasion pour se désintoxiquer. Erin et moi avons perdu 3 kilos la première semaine où nous sommes devenus végétaliens. Une fois le nettoyage terminé, nos intestins ont pu mieux métaboliser tout ce que nous avons mangé à partir de ce moment.

Nous avons appris plus tard que c’est en fait assez courant. Il y a une bonne raison pour laquelle les bébés vaches ont besoin de quatre estomacs pour digérer le lait de leur mère. Les êtres humains ne peuvent pas métaboliser correctement les produits laitiers. Les protéines de vache partiellement digérées flottent donc dans le sang et doivent être éliminées sous forme de toxines (c’est-à-dire du poison). Cela demande encore plus d’énergie, ce qui peut vous faire vous sentir plus fatigué que vous ne le seriez autrement.

Vous devrez décider par vous-même jusqu’où vous voulez aller dans cet exercice. Je vous suggère d’essayer différents changements alimentaires pendant seulement 30 jours au début pour voir comment cela vous affecte. C’est de cette façon que je suis devenu végétarien et plus tard végétalien. Dans les deux cas, j’ai relevé le défi en m’attendant à revenir en arrière à la fin des 30 jours, mais j’ai tellement aimé les résultats que j’imaginais mal revenir sur mes pas. Ne me croyez pas sur parole. Faites vous-même l’expérience et découvrez quelles sont les habitudes sanitaires qui vous conviennent le mieux. Pour plus de conseils, consultez l’article « Comment trouver l’alimentation qui vous convient le mieux ».

4. Le manque de motivation

Nous ressentons tous parfois une paresse temporaire, mais si vous souffrez d’un manque de motivation chronique et que vous n’arrivez tout simplement pas à faire quoi que ce soit, il est temps pour vous de laisser tomber les pensées immatures, d’embrasser la vie d’adulte et de découvrir votre véritable but dans la vie. Tant que vous n’aurez pas identifié un but inspirant, vous ne parviendrez jamais à atteindre votre plein potentiel et votre motivation restera toujours faible.

Pendant plus d’une décennie, j’ai dirigé une société de conception de jeux vidéo. C’était un de mes rêves au début de la vingtaine, et c’était merveilleux de pouvoir réaliser ce rêve. Cependant, au début de la trentaine, j’ai commencé à me sentir beaucoup moins passionné par cette activité. J’étais compétent dans ce que je faisais, les affaires marchaient bien financièrement et j’avais beaucoup de temps libre. Toutefois, je ne me souciais plus autant des logiciels de divertissement.

Quand ma passion s’est estompée, j’ai commencé à me demander : « A quoi bon continuer avec ce métier ? » Par conséquent, j’ai commencé à remettre à plus tard certains projets qui auraient pu faire avancer l’entreprise. J’ai essayé de booster ma motivation en utilisant une variété de techniques, mais en vain. Finalement, j’ai reconnu que ce dont j’avais vraiment besoin, c’était d’un changement total de carrière. J’avais besoin de trouver une voie professionnelle plus inspirante.

Après beaucoup d’examens introspectifs, je me suis retiré de l’industrie du jeu et j’ai lancé StevePavlina.com. Quel changement étonnant ce fut ! J’ai trouvé une nouvelle passion dans le fait d’aider les gens à grandir. Par conséquent, je n’ai pas eu besoin d’utiliser des techniques de motivation pour me lancer. J’ai été naturellement inspiré à travailler. Je me sens toujours totalement inspiré. Le meilleur de tout, c’est que même pour les tâches non professionnelles, je cède désormais moins à la procrastination. Ma passion s’est répandue à tous les domaines de ma vie.

Centrez votre travail autour d’un but inspirant, et vous réduirez considérablement votre tendance à céder à la procrastination. Trouver votre but est un moyen puissant de vaincre les problèmes de procrastination. Parce que vous ne tergiverserez pas sur ce que vous aimez faire. La procrastination chronique est en fait un avertissement qui nous dit : « Vous allez dans la mauvaise direction. Prenez un autre chemin ! »

Une fois que vous avez centré votre vie autour d’un but inspirant, vous pouvez bien utiliser certaines techniques de motivation pour stimuler encore plus votre motivation.

5. Le manque de discipline

Même lorsque la motivation est élevée, il est possible que vous rencontriez des tâches que vous ne voulez pas faire. Dans ces situations, l’autodiscipline fonctionne comme un système de soutien à la motivation. Quand vous vous sentez motivé, vous n’avez pas besoin de beaucoup de discipline, mais c’est très pratique quand vous devez absolument faire quelque chose et que vous ne voulez vraiment pas. Si votre autodiscipline est faible, cependant, vous aurez un peu de mal à résister à la procrastination.

J’ai écrit une série de six articles sur la façon de développer votre autodiscipline, alors je vais simplement vous y référer. Si vous voulez vraiment venir à bout de la procrastination, vous devez supprimer tout attachement à la fantaisie d’une solution rapide et vous engager à faire de réels progrès. J’espère que vous avez la maturité nécessaire pour comprendre que la lecture d’un seul article ne règlera pas vos problèmes de procrastination du jour au lendemain, tout comme une seule visite au gymnase ne fera pas de vous un athlète.

6. Les mauvaises habitudes de gestion du temps

Vous arrive-t-il de prendre du retard parce que vous avez trop dormi, parce que vous étiez trop désorganisé ou parce que certaines tâches vous ont échappé ? De mauvaises habitudes comme celles-ci mènent souvent à la procrastination, souvent involontairement.

La solution dans ce cas, c’est de diagnostiquer la mauvaise habitude qui vous nuit de cette façon et de mettre en place une nouvelle habitude pour la remplacer. Par exemple, si vous avez un problème de sommeil excessif, relevez le défi de devenir un lève-tôt. Pour déconditionner l’ancienne habitude et mettre en place la nouvelle, je recommande la méthode d’essai de 30 jours. Plusieurs lecteurs ont trouvé cette méthode extrêmement efficace parce qu’elle facilite grandement le changement permanent.

Pour les tâches que vous reportez depuis un certain temps, je vous recommande d’utiliser la méthode du temps limité pour commencer. Voici comment ça marche : Tout d’abord, sélectionnez une petite partie de la tâche sur laquelle vous pouvez travailler pendant seulement 30 minutes. Choisissez ensuite une récompense que vous vous accorderez immédiatement après. La récompense est garantie uniquement si vous parvenez à faire le travail dans le temps imparti. Cela ne dépend d’aucun accomplissement significatif.

En guise de récompense, vous pouvez regarder votre émission préférée, voir un film, prendre un repas ou une collation, sortir avec des amis, faire une promenade ou faire toute chose que vous trouvez agréable. Étant donné que le temps que vous consacrerez à la tâche est si court, vous vous concentrerez sur le plaisir imminent de la récompense plutôt que sur la difficulté de la tâche. Peu importe à quel point la tâche est désagréable, il n’y a pratiquement rien que vous ne puissiez endurer pendant seulement 30 minutes si une intéressante récompense vous attend ensuite.

Lorsque vous chronométrez vos tâches, vous découvrirez peut-être qu’il se produit quelque chose de très intéressant. Vous constaterez probablement que vous continuez de travailler au-delà du temps initialement prévu. Vous vous impliquerez souvent tellement dans une tâche, même difficile, que vous voudrez continuer d’y travailler. Avant que vous ne vous en rendiez compte, vous aurez investi une ou même plusieurs heures dans la tâche. La certitude de recevoir votre récompense est toujours là. De sorte que vous savez que vous pouvez en profiter à tout moment où vous décidez d’arrêter. Une fois que vous commencez à passer à l’action, vous ne vous préoccupez plus de la difficulté de la tâche. Mais, vous vous concentrez plutôt sur l’achèvement de la tâche qui retient maintenant toute votre attention.

Lorsque vous décidez d’arrêter de travailler, réclamez et profitez de votre récompense. Prévoyez ensuite une autre période de 30 minutes pour travailler sur la tâche avec une autre récompense. Cela vous aidera à associer de plus en plus de plaisir à la tâche. Car, vous saurez que vous serez toujours immédiatement récompensé pour vos efforts. Travailler pour obtenir de lointaines et incertaines récompenses à long terme n’est pas aussi motivant que les récompenses immédiates à court terme. En vous récompensant pour avoir simplement investi du temps, plutôt que pour des réalisations précises, vous aurez hâte de reprendre votre travail encore et encore. Et vous finirez par le terminer. Vous pouvez aussi lire mon article sur les blocs de temps.

Si vous constatez que l’encombrement et la désorganisation vous nuisent, je vous suggère de lire l’article « S’organiser ». Pour obtenir une vue d’ensemble convaincante des principes de gestion des temps efficaces, lisez l’article « Gestion de temps ». Et pour une liste plus exhaustive de conseils spécifiques sur la gestion du temps que vous pouvez appliquer immédiatement, lisez « Faites-le maintenant : Les clés de la gestion du temps ».

venir à bout de la procrastination et travaillez sur vos projets

7. Le manque de compétences

Si vous n’avez pas les compétences nécessaires pour accomplir une tâche à un niveau de qualité raisonnable, vous pouvez céder à la procrastination afin d’éviter une expérience d’échec. Vous avez alors trois options viables pour surmonter cette situation : vous former, déléguer ou supprimer la tâche.

Tout d’abord, vous pouvez acquérir le niveau de compétence dont vous avez besoin en vous entrainant. Ce n’est pas parce que vous ne pouvez pas faire quelque chose aujourd’hui que ce sera toujours le cas. Un jour, vous maitriserez peut-être même cette compétence. Par exemple, quand j’ai voulu créer mon premier site Web en 1995, je ne savais pas comment m’y prendre, car je ne l’avais jamais fait auparavant. Toutefois, je savais que je pouvais apprendre à le faire. J’ai pris le temps d’apprendre le langage HTML, et je l’ai essayé. Il ne m’a pas fallu longtemps avant de lancer un site Web fonctionnel. Au cours des années qui ont suivi, j’ai continué d’appliquer et d’améliorer cette compétence. Si vous ne pouvez pas faire quelque chose, ne vous plaignez pas. Formez-vous pour acquérir des compétences jusqu’à ce que vous deveniez compétent.

La deuxième option consiste à déléguer des tâches dont vous n’avez pas les compétences nécessaires pour les accomplir. Les compétences utiles sont très nombreuses, vous devez donc apprendre à compter sur l’aide des autres. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous êtes déjà un maitre de la délégation. Cultivez-vous votre propre nourriture ? Avez-vous cousu vos propres vêtements ? Avez-vous construit votre propre maison ? Il y a de fortes chances que vous dépendiez même des autres pour votre survie. Si vous voulez un certain résultat, mais que vous ne voulez pas acquérir les compétences nécessaires pour l’obtenir, vous pouvez recruter d’autres personnes pour vous aider.

Par exemple, je ne veux pas passer mes journées à essayer de comprendre les détails du code fiscal américain, alors je délègue cette tâche à mon comptable. Cela me permet de passer plus de temps à travailler en me servant des compétences que j’ai déjà.

Pour finir, vous pouvez estimer qu’un résultat n’est pas suffisamment important pour justifier l’effort de formation ou de délégation. Dans ce cas, le choix intelligent à faire, c’est de supprimer la tâche. Parfois, la procrastination est un signe qu’une tâche n’a pas besoin d’être accomplie.

Quand j’étais à l’université, je sentais que certaines tâches étaient inutiles et que je ne pouvais pas consentir l’effort requis pour les accomplir. Lorsque l’impact sur ma note n’était pas trop important, j’ignorais ces devoirs. Tout le monde se fiche de savoir que j’aie obtenu un A- au lieu d’un A dans un cours parce que j’ai refusé d’écrire un essai sur les langues gestuelles. Si un employeur ou une autorité de l’université s’en était soucié, j’aurais mis cette expérience à mon avantage en l’utilisant pour démontrer que je pouvais établir des priorités.

8. Le perfectionnisme

Une forme courante de pensée erronée qui mène à la procrastination est le perfectionnisme. Croire que vous devez faire quelque chose parfaitement est une recette pour le stress. Vous serez conduit à associer ce stress à la tâche et vous vous conditionnerez donc pour l’éviter. En conséquence, vous reporterez continuellement la tâche jusqu’à ce que vous ayez enfin un moyen de sortir de ce piège. Maintenant, il n’y a pas assez de temps pour faire le travail à la perfection, alors vous êtes tiré d’affaire parce que vous pouvez vous dire que vous auriez pu tout faire à la perfection, si seulement vous aviez plus de temps. Cela dit, si vous n’avez pas un délai de rigueur pour une tâche, le perfectionnisme peut vous amener à repousser continuellement sa réalisation.

La solution au perfectionnisme est de se donner la permission d’être humain. Avez-vous déjà utilisé un logiciel que vous considérez comme parfait à tous points de vue ? J’en doute fort. Réalisez qu’un travail imparfait accompli aujourd’hui est toujours supérieur au travail parfait retardé indéfiniment. Votre premier brouillon peut être très, très approximatif. Vous avez tout le temps de le réviser plus tard. Par exemple, si vous voulez écrire un article de 5000 mots, commencez avec un premier brouillon de 100 mots, cela vous permet de démarrer.

Certaines de ces solutions sont difficiles à appliquer, mais elles sont efficaces. Si vous voulez vraiment apprivoiser la bête de la procrastination, vous aurez besoin de trouver la solution la plus adéquate. Ce problème ne disparaitra pas tout seul. Vous devez prendre l’initiative. L’avantage, c’est qu’en vous attaquant à ce problème, vous grandissez de manière exceptionnelle au niveau personnel. Vous deviendrez plus fort, plus courageux, plus discipliné, plus motivé et plus concentré. Ces avantages deviendront extrêmement importants au cours de votre vie. Comprenez donc que le défi de venir à bout de la procrastination est vraiment une bénédiction déguisée. Le but, c’est de devenir plus fort.

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, je vous invite à suivre la vidéo suivante. Elle offre une astuce simple pour venir à bout de la procrastination. Appliquer cette astuce vous permettra de retrouver le plaisir de travailler sur vos projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *