Clarté et planification

Quel est l’intérêt de la planification ? Elle a pour but de vous aider à obtenir un résultat ; c’est donc le moyen d’arriver à une fin. La planification a également pour but de réduire les risques et d’accroître l’efficacité. Vous faites des plans afin d’atteindre votre objectif en fournissant le moins d’efforts possible et en prenant peu de risques.

Maintenant, un bon plan exige de faire des prévisions. Si ces mesures sont prises dans cet ordre particulier, vous obtiendrez ce résultat particulier. Un plan est en réalité un ensemble de prédictions. Un autre mot pour désigner « prédiction », c’est « expectative ». On peut donc dire aussi que l’efficacité de votre plan dépend de vos attentes et surtout de la précision de vos attentes.

Or, la pertinence d’un plan dépend en grande partie de sa prédictibilité. Si vous suivez le plan, obtiendrez-vous les résultats escomptés ?

Plus les actions et les résultats sont prévisibles, plus un plan est susceptible d’être efficace. Par contre, si vos prévisions sont inexactes, votre plan risque de ne pas être très efficace et pourrait même être contre-productif.

Examinons certaines situations dans lesquelles un plan détaillé pourrait ne pas être très utile. Il s’agit de situations dans lesquelles vos prévisions risquent d’être inexactes.

Il y a d’abord vos prédictions ou vos attentes concernant le monde extérieur. Ensuite, il y a vos prédictions ou vos attentes sur vous-même. Et enfin, il y a vos prédictions ou vos attentes concernant votre relation avec le monde. Pour concevoir un bon plan, vous devez être assez précis dans ces trois domaines.

Vos plans et le monde

Une fois en plein dans la réalité qui correspond à votre plan, cherchez à savoir si le monde (la situation extérieure) est suffisamment stable pour que vous puissiez faire de bonnes prévisions quant aux résultats des mesures que vous envisagez de prendre. Cela ne signifie pas que le monde entier doit rester immobile. Vous n’avez pas non plus besoin d’avoir une certitude totale à propos de toutes les possibilités. Il y aura toujours un risque et des chances que vous soyez surpris par des événements inattendus. Cependant, si vous voulez monter des plans efficaces, il faut un certain degré de stabilité, de sorte que la relation de cause à effet de vos actions et de vos résultats reste raisonnablement stable.

Pendant les cinq premières années au cours desquelles j’ai dirigé mon entreprise de jeux vidéo, j’ai travaillé avec d’autres éditeurs. Le travail de mon entreprise était de développer les jeux, et celui des éditeurs était de les publier. Cette façon de faire m’a causé beaucoup de problèmes, car je ne pouvais ni contrôler ni prévoir avec suffisamment de précision les actions de ces éditeurs. Leur instabilité a conduit à l’annulation des projets de mon équipe. J’ai fini par faire faillite avec cette approche. J’ai créé ce qui semblait initialement être d’excellents plans pour atteindre l’objectif que je m’étais fixé, mais mes prédictions et mes attentes concernant les autres entreprises avec lesquelles je travaillais étaient ridiculement inexactes, et j’en ai payé le prix.

Mes plans pendant cette période ont été largement inefficaces. Je n’ai pas pu les exécuter parce qu’ils étaient basés sur des attentes erronées. Plus je suivais mes plans, plus les risques que je prenais étaient grands parce que j’étais encouragé à investir davantage de ressources dans une situation instable. C’est comme si vous renforciez votre position sur un titre en baisse parce que votre plan prévoit que la valeur du titre doit grimper.

Après cela, toutefois, j’ai changé mon modèle d’affaires. J’ai cessé de travailler avec des éditeurs externes et je suis passé à la vente directe de jeux sur Internet. Je pouvais désormais mettre en place des plans raisonnables et les exécuter parce que ce modèle se base sur des prévisions plus fiables. Je n’avais pas à me soucier de comprendre la façon de faire d’un éditeur.

Après être passée à ce modèle, l’entreprise est finalement devenue rentable, et il est devenu beaucoup plus facile de générer un flux financier stable et croissant. Mes plans ont été efficaces parce qu’ils n’étaient pas fondés sur des hypothèses inexactes d’honnêteté ou de stabilité d’une autre entreprise. Ils étaient fondés sur des attentes plus stables et plus fiables, comme la demande continue des joueurs pour certains types de jeux, la volonté affichée des gens d’acheter des jeux téléchargeables en ligne et le fait que de plus en plus de personnes optaient pour un service Internet.

faire des plans efficaces

La planification et vous

Ensuite, il y a les prédictions et les attentes que vous avez par rapport à vous-même. L’on pourrait penser qu’il peut être plus facile de faire des prédictions sur soi-même, car il suffit pour cela de se contrôler soi-même. Toutefois, ce n’est souvent pas aussi facile qu’il y paraît.

Avez-vous déjà élaboré des plans qui vous obligeaient à effectuer des actions dont les résultats devraient être assez prévisibles, mais que vous n’avez pas suivis ? Avez-vous déjà échoué à faire ce que vous aviez l’intention de faire, même si vous êtes pratiquement certain que cela aurait bien fonctionné si vous aviez seulement agi ?

Nous tombons tous dans ce piège à certains moments. Parfois, nous cédons à la procrastination. Parfois, nous sommes paresseux. D’autres fois, nous ressentons une résistance inattendue à une tâche et nous cédons à ce sentiment. Cela arrive. Par conséquent, si nous voulons planifier efficacement, nous devons également améliorer notre capacité à prédire quand nous allons réellement aller au bout de nos actions et quand nous ne le ferons pas.

J’ai compris que quand je me fixe certains types d’objectifs et que je m’en sers comme base pour élaborer des plans, je ne les suis généralement pas. Si j’essaie de faire quelque chose juste pour l’argent et que je n’ai aucune autre motivation, je ne le ferai certainement pas — même si je prédis logiquement que je gagnerais beaucoup d’argent si je prenais simplement les mesures nécessaires. Je trouverai des moyens de procrastiner. Et même si je trouve le moyen d’accomplir la tâche, je ne le ferai pas à 100% et je culpabiliserai bien après. C’est pourquoi j’ai dû mettre à jour mes prévisions comportementales personnelles au fil du temps pour en tenir compte.

J’ai également compris que quand ma motivation est ancrée dans la gaieté, le divertissement, la connexion ou simplement l’excitation des nouvelles expériences de croissance intéressantes, je suis beaucoup plus susceptible d’aller jusqu’au bout. Si une action me semble être un défi ludique, je la réaliserai probablement, et j’obtiendrai bien sûr des résultats.

Cette connaissance de soi fait donc partie des choses dont je tiens compte pour concevoir des plans et passer à l’action. Et je vous encourage à en faire de même. Si vous constatez que vous ne parvenez pas à exécuter certains plans, arrêtez de concevoir de tels plans. Ils ne donneront probablement pas de bons résultats parce que vous les établissez sur la base d’attentes peu fiables.

concevoir des plans efficaces

Vos plan et votre relation avec le monde

Le troisième élément à considérer, c’est votre relation avec le monde. À quel point cette relation est-elle stable ? Plus elle est stable, plus vos plans sont susceptibles d’être efficaces.

Qu’entendons-nous par relation entre vous et le monde ? Je rapporte parfois cette relation à l’atmosphère globale qui prévaut dans ma vie. Certaines personnes se penchent sur leur attitude pour décrire cette relation. D’autres y voient une manifestation de leurs croyances sur le monde. Utilisez l’étiquette que vous préférez. Si vous aimez penser aux sensations, à la signature énergétique — si vous êtes à l’aise avec ces étiquettes — c’est parfait, utilisez-les. De même, si vous préférez penser en termes d’attitude, de croyances et de sentiments vis-à-vis du monde — c’est également très bien.

À quel point cette relation est-elle stable ? Avez-vous des sensations ou une attitude équivalente ? Ou connaissez-vous beaucoup de rebondissements ? Êtes-vous positif et heureux un jour et terriblement déprimé un autre jour ? Si votre attitude ne cesse de changer, il vous sera difficile de faire des projets fiables. Pour que la planification soit efficace, vous devez avoir une relation assez prévisible avec la vie, avec le monde et avec l’univers dans son ensemble. Vous devez avoir un état d’esprit ou une attitude raisonnablement stable pour pouvoir progresser dans l’exécution d’un plan.

Sinon, si votre état d’esprit ou votre attitude sont instables, vous remettrez probablement en question votre plan, les actions que vous êtes censé réaliser et même l’objectif que le plan est censé atteindre. Si votre état d’esprit change tout le temps, vos actions manqueront de cohérence. C’est généralement ce qui arrive même si vous pouvez prévoir quand ces fluctuations sont susceptibles de se produire.

Planification et stabilité

Cela ne veut pas dire qu’il est mal de vouloir planifier les choses. Retenez simplement qu’une bonne planification requiert un bon degré de stabilité. Stabilité par rapport à vous-même. Stabilité par rapport aux parties du monde concernées. Et stabilité dans votre relation avec le monde (avec votre ambiance ou votre attitude). Si vous manquez de stabilité et de prévisibilité dans l’un de ces domaines. Vos plans risquent de poser des problèmes. Et vous n’obtiendrez probablement pas de très bons résultats quand vous essaierez de les exécuter. Maintenant, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas expérimenter la clarté. Mais cela montre que la planification préalable n’est peut-être pas votre meilleur outil pour y parvenir.

Les choses peuvent empirer si vous ne parvenez pas à exécuter un plan mal conçu; (un plan qui était probablement voué à l’échec avant même que vous ne commenciez). Et que cette incapacité à l’exécuter crée encore plus d’imprévisibilité. Par exemple, si vous commencez avec une attitude très positive. Mais que vos plans ne se déroulent pas comme prévu. Et que vous commencez à succomber à une attitude négative pour cette raison. Vous entrez alors dans un cercle vicieux. La conséquence, c’est que votre plan sera davantage voué à l’échec.

Il y a des moments où la planification fonctionne bien. Il s’agit de moments dans lesquels votre capacité de prédiction est très élevée; de sorte que vos attentes seront probablement satisfaites. Supposons que vous suiviez une recette pour préparer le dîner. Tout se passera probablement bien si tout est bien en place dans votre cuisine; si vous pouvez suivre la recette (à supposer que vous avez les compétences requises en cuisine pour le faire). Et si vous faites les mouvements qu’il faut. C’est une situation assez simple. Mais elle permet de vérifier les prescriptions de stabilité requises pour qu’un plan fonctionne.

La planification est un outil parmi tant d’autres. Elle peut être efficace si le degré de prédictibilité est haut. Mais elle peut rapidement devenir inutile. Ou contre-productive à cause de situations imprévisibles.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Pour concevoir un plan efficace. Il faut absolument déterminer les différentes étapes de ce plan. Et c’est ce que je vous montre dans la vidéo du jour intitulé : Comment mettre en place votre PLAN D’ATTAQUE étape par étape !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *