Le développement personnel pour les gens intelligents

Gestion du temps

Utiliser les systèmes de gestion du tempsLes systèmes de gestion du temps sont devenus extrêmement populaires ces dernières années pour de bonnes raisons.

Le bénéfice potentiel recherché avec ces systèmes, c’est la capacité à optimiser la façon dont on utilise le temps afin de tirer les meilleurs résultats de tout laps de temps aussi court soit-il.

Cependant, il faut payer un certain prix pour utiliser ces systèmes de gestion du temps, et ce prix, c’est d’abord le temps que vous devez investir pour les apprendre puis pour les appliquer.

En règle générale, plus le système est complexe, plus son utilisation coûte cher.

Plus vous passez de temps à gérer votre système, moins vous en passerez à collecter les fruits de votre gain de productivité.

Depuis le début des années 90, j’ai considérablement étudié la gestion du temps, à la fois en dévorant tous les écrits existants sur le sujet et en faisant personnellement des essais et des erreurs.

J’ai lu des dizaines de livres sur la gestion du temps, écouté des centaines d’heures de cours audio sur le sujet, et lu des dizaines d’articles.

De même, j’ai utilisé tout un tas de systèmes de gestion du temps. Il ne faut pas non plus oublier de mentionner que j’ai aussi utilisé des logiciels PC et des plannings sur papier.

S’il existait un doctorat en gestion du temps, je l’aurais obtenu déjà plusieurs fois.

Étudier la gestion du temps est une chose qui m’a énormément profité. Même si les techniques utilisées par les personnes qui vendent des produits dans ce domaine sont souvent exagérées et surfaites, j’ai enregistré de conséquents gains de productivité en appliquant les meilleures idées que j’ai trouvées.

Comme je l’ai écrit dans mon article intitulé « Faites-le maintenant », je suis parvenu à obtenir deux diplômes universitaires en seulement trois semestres, largement grâce à l’application de toutes sortes de techniques de gestion du temps, en poussant même certaines d’entre elles à l’extrême.

J’ai suivi autant de cours en un an et demi que d’autres étudiants en quatre ans, mais je les ai compressés. C’est la raison pour laquelle, ils m’ont pris beaucoup moins de temps.

Cependant, je ne considère pas cela comme un accomplissement spectaculaire. Je pense que toute personne ayant étudié la gestion du temps autant que je l’ai fait peut obtenir des résultats similaires.

La triste vérité, c’est que la plupart des gens sont tellement mauvais dans la gestion de leur temps que lorsqu’ils parviennent à faire preuve d’un peu de productivité personnelle, cela est vu comme étant la norme.

Ainsi, toute personne pouvant durablement investir 80% de son temps quotidien dans des activités productives et intelligentes aura l’air de surperformer en comparaison aux autres.

L’étudiant moyen en particulier opère probablement à 20 ou 30% de ses capacités, et je parle aussi bien de ses études que de sa vie sociale.

La plupart des gens sont totalement inconscients de l’extrême inefficacité de leur technique de gestion du temps, jusqu’à ce qu’une personne qui surperforme entre dans leur vie, et qu’ils se disent qu’ils sont ridicules par rapport à elle.

systèmes de gestion du temps

Les systèmes de gestion du temps

Je suis tenté de dire qu’une excellente gestion du temps est le fruit du temps consacré à peaufiner son système. Ce n’est toutefois pas le cas à mon avis.

Je pense que l’état d’esprit général autour de cette question de gestion du temps est bien plus important que n’importe quel système en lui-même.

Et cet état d’esprit doit simplement consister à valoriser votre temps. C’est réellement une question d’estime de soi.

Si vous considérez que votre vie a de la valeur et un sens, alors vous valoriserez votre temps également.

S’il se trouve que vous ne faites rien de concret de votre temps, alors c’est que vous n’aurez probablement pas une chose qui vous tient suffisamment à cœur pour vous pousser à bien gérer votre temps.

Aucun système ne fera une grande différence pour vous tant que vous ne répondrez pas au problème sous-jacent du respect de vous-même.

Si vous n’avez pas un but profond dans la vie, alors vous n’avez pas de raison suffisamment motivante pour améliorer vos compétences en matière de gestion du temps.

Vous pourriez être motivé de temps à autre, mais votre motivation à vous améliorer ne durera pas.

Les systèmes de gestion du temps ont un fort pouvoir de séduction. Ils vous attirent avec la promesse d’une plus grande productivité, de plus de temps libre, d’un gain d’argent plus rapide, et de plus d’estime personnelle. Et vous pouvez réellement obtenir certains de ces bénéfices.

Cela dit, il est aussi possible que votre système devienne une distraction qui vous empêche d’obtenir de réels résultats.

En effet, vous pouvez vous retrouver à investir toujours plus de temps dans des méta-activités comme organiser sa journée, prioriser ses objectifs et apprendre à se servir du dernier logiciel de productivité.

En réalité, l’idée d’accomplir les tâches que votre système est censé vous aider à accomplir devient presque annexe, parfois même source d’agacement.

Au lieu de vous aider à augmenter votre productivité, votre système devient un facteur déguisé de faible productivité.

C’est un problème auquel font face les gens qui n’ont pas encore identifié le but de leur vie.

Le système vous donne une illusion de productivité, mais quand vous revenez aux fondamentaux, vous voyez que ce n’est qu’une maison de paille. Il n’y a rien derrière.

En effet, vous vous retrouvez dans une situation où vous vous contentez de réunir vos tâches ; qu’elles soient ou non terminées a peu de conséquences dans le grand ordre des choses et personne ne s’en soucie de toute façon.

Si vous êtes dans cette situation, alors vous avez simplement perdu de vue le but réel de la gestion du temps.

pourquoi étudier la gestion du temps ?

Qu’est-ce que la gestion du temps ?

Laissons de côté toute cette complexité et revenons aux bases pendant un moment. Qu’est-ce que la gestion du temps ? L’essence de la gestion du temps, c’est :

  1. Décider quoi faire (et)
  2. Le faire

Cela semble très simple à première vue. Même un enfant peut y arriver. Toutefois, quand on s’y intéresse dans une optique d’optimisation, cela devient bien plus compliqué.

Si nous voulons optimiser ces étapes, nous devons chercher la « bonne » ou la « meilleure » façon de réussir chaque étape.

Nous pouvons facilement remarquer que certaines combinaisons action/décision produisent de meilleurs résultats que d’autres.

Par conséquent, la question que l’on se pose, c’est : « Quelle est la meilleure action à entreprendre tout de suite, et quelle est la meilleure façon de la réaliser ? ».

Trouver la réponse à cette question devrait être l’objectif principal derrière tout système de gestion du temps.

Oui, il y a des avantages accessoires comme l’organisation, la libération mentale et la réduction du stress, mais au final ces bénéfices contribuent tous au processus décision/action. Que ferez-vous, et comment le ferez-vous ? Tout réside là !

Quand j’ai commencé à étudier la gestion du temps, j’ai trouvé que la majeure partie des livres existants se concentraient sur la seconde étape. Beaucoup d’auteurs accordaient beaucoup d’importance à la façon de parvenir à ses fins.

C’est un bon modèle pour les employés qui se voient assigner leurs tâches, mais c’est un modèle datant de l’ère industrielle, et cela ne convient pas aux actuels travailleurs du savoir qui ont bien plus de liberté dans le choix de leurs tâches et même de leurs carrières.

Si l’étape 1 (décider quoi faire) est bâclée, alors peu importe ce que vous ferez à l’étape 2.

Oui, si vous décidez de faire la mauvaise chose, cela ne fait aucune différence de savoir si vous le faites bien.

systèmes de gestion du temps

Décider quoi faire

L’étape 1 est beaucoup plus difficile que l’étape 2, et c’est probablement la raison pour laquelle j’ai trouvé si peu de contenu correct à ce sujet.

L’un des systèmes les plus populaires qui essaye de s’attaquer intelligemment à l’étape 1, c’est le système de Franklin-Covey qui se concentre sur les énoncés de mission, les rôles et les objectifs de haut-niveau plus que sur les projets et actions moindres de moindre envergure.

Pourtant, je pense que l’approche de Franklin-Covey laisse à désirer dans un certain sens. La plupart des énoncés de mission que j’ai vus et qui ont été générés sur la base de cette approche ne sont que des inepties, en particulier ceux produits par les entreprises.

Le niveau au-dessus de celui des rôles, objectifs et missions est le niveau du contexte. Comparez cela à votre compréhension actuelle de la réalité et à votre rôle dans celle-ci.

Si vous changez de contexte, alors tout le reste changera également.

Par exemple, si vous changez de croyances spirituelles, alors vous pourriez connaître des changements également dans votre couple, votre carrière, etc.

L’exactitude est indispensable

L’aspect le plus important du contexte est l’exactitude. Soit votre contexte rend une image fidèle de la réalité, soit ce n’est pas le cas.

Cela inclut vos croyances spirituelles les plus sacrées de même que la possibilité que ces croyances puissent altérer votre réalité extérieure.

Si des croyances inexactes guident vos actions, alors vos actions peuvent très bien être inutiles. Une personne dont les principales croyances sont inexactes ne peut simplement pas être productive. Elle peut tout autant creuser des trous et les reboucher.

J’ai commencé à étudier la gestion du temps au niveau des projets et des actions, mais depuis j’adopte une approche plus verticale.

Maintenant, mon objectif, c’est de faire les bonnes tâches plutôt que de chercher d’abord à bien faire les tâches que j’ai à faire.

J’ai passé énormément de temps à revoir mes croyances, à chercher les incohérences entre mes croyances et mon expérience de la réalité, et à explorer d’autres croyances qui pourraient s’avérer plus exactes.

Même si le fait de travailler au niveau des projets et des actions peut permettre d’enregistrer des gains de productivité mineurs, se concentrer sur l’aspect primordial du contexte et du but peut favoriser des percées majeures.

C’est le processus qui m’a amené à mettre fin à ma carrière de développeur de jeux informatiques, et à commencer à travailler dans le domaine du développement personnel.

Quand mon contexte a changé, tout le reste a également changé, y compris ma mission, mes objectifs, mes projets, et mes actions.

Je crois que la chose la plus importante que je peux faire afin de bien gérer mon temps, c’est de m’efforcer de comprendre la réalité aussi précisément que possible.

Par-dessus tout, cela signifie que je ne peux ignorer certaines données. Tout ce que j’ai vécu — tout ce que je pense savoir — doit d’une façon ou d’une autre être intégré à mon approche de la gestion du temps.

Il ne peut y avoir aucune incohérence. Mes croyances, pensées et actions doivent toutes être en adéquation avec la réalité elle-même.

manifester de l'exactitude et corriger les fausses croyances

Corriger les incohérences

L’une des erreurs les plus graves que commettent les gens en termes de gestion du temps, c’est qu’ils acceptent des incohérences dans leur vie sans même essayer de les corriger consciemment.

C’est très facile à voir en ce qui concerne la religion. Les gens prétendent tenir certaines croyances pour sacrées, mais ils n’agissent pas en adéquation avec elles. Ils les laissent de côté ou se déclarent faibles.

Cela se produit parce qu’une part d’eux-mêmes sent que ces croyances sont bonnes, tandis qu’une autre part pense le contraire. Toutefois, plutôt que de résoudre ce conflit, ils essayent d’éviter d’y penser.

Résoudre cette incohérence risquerait en effet de provoquer un bouleversement dans leur vie, et ils ont peur de ce qui pourrait en résulter.

À la place ils plongent donc dans des spirales malsaines consistant à se cacher la vérité et à se sentir frustrés de leur incapacité à respecter des normes qu’ils ne cautionnent pas totalement, mais qu’ils sentent devoir continuer à suivre.

Le bouleversement causé par la résolution des incohérences intérieures est réel, mais cela ne veut pas dire qu’il faut en avoir peur.

J’ai connu des changements majeurs dans ma vie conséquemment à la poursuite de cette voie, et c’est toujours difficile.

Cependant, je ne peux pas accepter la logique consistant à m’accrocher à un système de croyances que je sais être inexact.

Une fois que j’ai accès à de nouvelles données (ou que j’ai une nouvelle interprétation des anciennes données), je dois trouver un moyen de les prendre en compte.

À tout le moins, je dois supprimer les croyances incohérentes et en chercher de meilleures.

Malgré les défis, j’ai été extrêmement satisfait de cette approche. Les problèmes auxquels j’ai fait face pendant des années ont simplement disparu une fois que j’ai adapté mes croyances pour qu’elles correspondent à ma propre expérience plutôt que d’accepter aveuglément ce que les autres me disent.

Le monde est plein de tant de fausses croyances (en particulier venant des médias de masse) que cela devient un sérieux défi de croire en soi et en ses propres pensées quand tout le monde autour dit qu’on a tort.

Par exemple, l’une des premières croyances que je n’ai jamais acceptées est relative à la nécessité de se trouver un travail.

Une part de moi sentait que je devais trouver du travail (cela semblait être la bonne chose à faire après l’université), mais une autre part de moi n’aimait pas l’idée de devoir aller au travail tous les jours et d’avoir un employeur qui me dirait quoi faire.

Je recherchais des annonces d’emploi et je les regardais d’un œil vide. C’était inadmissible pour moi de rédiger et de corriger mon C.V. En elle-même l’idée globale me semblait intuitivement fausse.

Et je ne suis certainement pas le seul à ressentir cela, mais la plupart des gens font de leur mieux pour faire taire cette part d’eux qui dit « non ».

Ils vont travailler tous les jours, sans aimer cela. Ils préféreraient ne pas aller travailler s’ils pouvaient se le permettre.

Plutôt que d’accepter cette incohérence comme tout le monde semble le faire, j’ai choisi de la résoudre. Et cela m’a amené à trouver un moyen de bien gagner ma vie sans travail.

Ce n’était pas un chemin facile à court terme, mais c’est devenu bien plus facile au fil des ans, en particulier quand j’ai noté les résultats qu’obtenaient les gens qui avaient suivi le chemin du « tu dois trouver un travail ».

Très peu d’entre eux semblent heureux et épanouis dans leur vie. Au travail ils font semblant que tout va bien, mais en privé ils se sentent misérables et piégés. Et cela devient de plus en plus dur chaque année.

Personnellement, je considère que la plupart des emplois sont malsains au regard de ce qu’ils font à l’esprit humain. Je suis sûr qu’il y a des exceptions, mais elles ne sont pas la norme.

En dépit du fait que beaucoup de gens me disaient de « trouver un travail » (souvent avec divers jurons accolés en fin de phrase), je n’ai jamais trouvé de travail après l’université, et je vis joyeusement une vie de sans-emploi depuis lors.

confiance

Être employé n’était simplement pas une chose que je voulais, et j’ai noté que les gens qui avaient un travail ne semblaient pas le vouloir non plus.

J’ai donc ignoré leur conseil et écouté mon intuition à la place.

En défaisant cette incohérence dans mes croyances et en la résolvant, j’ai acquis la capacité d’atteindre de meilleurs résultats personnels — des revenus importants, la possibilité d’avoir une brillante carrière rêvée, et une vie sociale amusante sans les limitations dues au travail.

Comme si tout cela ne suffisait pas, je suis aussi ridiculement heureux.

Pour résumer donc tout ceci, je dirais que bien gérer son temps revient à faire preuve d’exactitude.

Si vous voulez utiliser efficacement votre temps, il vous faut vous efforcer d’avoir la meilleure compréhension possible de l’exactitude de la réalité.

Cela signifie que vous devez prendre en compte toutes les données à votre disposition : perceptions sensorielles, faits, logique, intuition, émotions, etc.

N’oubliez pas que l’objectif ultime, c’est de mettre ces données en adéquation avec la réalité.

Ainsi, tout ce que vous percevrez, ressentirez, penserez, direz et ferez sera cohérent avec la personne que vous êtes.

Mise à niveau des croyances

J’ai fait d’immenses progrès dans ce domaine, mais je n’ai certainement pas atteint l’apogée de l’adéquation. Il me reste encore beaucoup d’incohérences à corriger.

Toutes les fois que j’expérimente l’incertitude dans un domaine, je cherche des moyens de procéder à des tests personnels. Par exemple, j’ai fait « l’expérience du million de dollars » pour tester le pouvoir de l’intention.

Quel rôle joue l’intention dans la réalisation des objectifs ? Je ne connais pas la réponse à cette question, mais je ne peux certainement pas négliger le potentiel du modèle intention/manifestation parce qu’il peut être très important. Je n’ai pas encore une compréhension assez profonde de la façon dont tout cela fonctionne.

Le vrai bénéfice de telles expériences, c’est qu’elles me fournissent des données que je peux utiliser pour développer mon modèle mental de la réalité. Et un meilleur modèle me permet de prendre des décisions exactes et du même coup d’utiliser mon temps plus efficacement.

Il ne suffit pas de mettre son objectif par écrit et de travailler à l’atteindre. Il ne suffit même pas de créer un énoncé de mission et de vivre votre vie en adéquation avec.

Comment savez-vous que votre mission et vos objectifs ont été intelligemment choisis pour commencer ?

N’avez-vous jamais réalisé après coup qu’un objectif était stupide ou inutile ?

Les futurs historiens vont-ils résumer votre vie entière en disant : il « s’est fourvoyé » ?

Comment savez-vous que vous ne conclurez pas que vous avez été sur le mauvais chemin en faisant une rétrospective sur vos objectifs actuels dans 10 ans ?

N’est-ce pas une perte de temps et de vie d’investir autant d’efforts pour atteindre des objectifs qui au final n’auront aucune importance ?

La précision est la base pour savoir si vos objectifs sont bien choisis ou non. Si vos objectifs sont basés sur le modèle de réalité le plus exact possible, il n’y a rien dont vous devez vous inquiéter.

L’exactitude n’est toutefois pas un résultat auquel on accès automatiquement.

C’est pour cette raison que j’ai toujours pour objectif d’améliorer l’exactitude de mes croyances. Je me dis que si je ne comprends pas la réalité assez bien pour estimer que mes objectifs ont du sens, alors ma priorité doit être d’améliorer la précision de mon modèle mental actuel de réalité.

Tant que mon modèle mental semble correct, je fonctionne sur cette base, mais quand je détecte des incohérences, je revois le modèle lui-même. Parfois je trouve que mon modèle est tellement fractionné que je dois l’abandonner complètement et en rebâtir un nouveau en partant de zéro.

Maintenant même si vous ne voulez pas dédier votre vie entière à la poursuite de l’exactitude, je pense que vous ferez des progrès importants dans votre gestion du temps en faisant de l’exactitude le point d’orgue de votre philosophie de gestion du temps au détriment de l’efficacité, de la productivité ou de toute autre norme.

Chaque fois que vous devez prendre une décision difficile concernant l’utilisation de votre temps, prenez du recul et revoyez votre compréhension actuelle de la réalité.

Que savez-vous être vrai ? Cette vérité vous dicte-t-elle la bonne ligne de conduite ?

Une fois que vous connaissez la bonne ligne de conduite, vous pouvez vous efforcer de parvenir à vos fins de façon efficace et productive, et c’est là que les systèmes modernes de gestion du temps peuvent être utiles.

Éliminer les inexactitudes afin d’améliorer l’exactitude

Même s’il est très difficile de savoir quand vos croyances sont exactes, ce n’est pas impossible de détecter les inexactitudes. Concentrez donc vos efforts sur cet objectif dès le début.

Les signes de croyances inexactes incluent entre autres la procrastination chronique, les sentiments mitigés, le mensonge, l’auto sabotage, la volonté de poursuivre des objectifs peu viables, la peur de l’échec, la peur du rejet, la timidité, la dépression, la colère, la frustration, le ressentiment, et le fait de porter à outrance des pantalons Baggy dont l’entrejambe vous descend aux genoux (vous n’avez PAS l’air cool dans ce genre de vêtements, vous avez plutôt l’air idiot).

Ce n’est généralement pas si difficile de repérer des incohérences dans vos croyances. Vous en avez probablement beaucoup, mais les gens vous ont peut-être dit que c’est simplement normal de ressentir cette incohérence et de l’accepter.

Je dirais que c’est courant, mais certainement pas normal. Je pense qu’il est davantage normal et naturel d’être cohérent. Avoir des sentiments contradictoires est généralement désagréable.

Quand vous expérimentez cela, prenez du temps pour coucher vos sentiments par écrit de A à Z et explorez-les aussi profondément que vous pouvez. Vous finirez par découvrir une nouvelle vérité que vous ne vouliez pas affronter. Rares sont les personnes qui s’adonnent vraiment à cet exercice.

Par exemple, comme je l’ai expliqué précédemment, j’ai dû accepter le fait que je ne voulais pas passer ma vie à travailler pour quelqu’un d’autre, tout en reconnaissant le fait que je devais quand même gagner de l’argent pour répondre à mes besoins.

J’ai admis que ces deux aspects étaient vrais (mes sentiments propres et la réalité extérieure), mais ils étaient incohérents.

Et cela m’a permis de concevoir une solution cohérente par rapport à ces deux aspects sans me forcer à retomber dans un état d’incohérence.

J’ai décidé de trouver un moyen de gagner bien ma vie sans avoir besoin d’un travail. Cela fut difficile à court terme, mais bien plus facile après quelques années.

Les croyances incohérentes ne vous servent pas, débarrassez-vous-en donc dès que vous le pouvez.

manifester de l'exactitude et corriger les fausses croyances

Si vous vous occupez de la facette la plus importante de la gestion du temps (l’exactitude), les autres aspects trouveront un moyen de s’occuper d’eux-mêmes.

Mon but, ma mission, mes rôles, mes objectifs, mes projets, et mes actions ont tous découlé de ma compréhension actuelle de la réalité. Basé sur ma compréhension de la réalité, mon but est clair. Basée sur mon but, ma mission est claire, ainsi de suite.

La clarté au sommet génère la clarté en bas. Vous avez toujours la possibilité de faire plein de choix dans les niveaux inférieurs, mais c’est comme choisir les options d’une nouvelle voiture que vous achèteriez.

La principale décision a déjà été prise, donc les détails ne seront que secondaires en comparaison. Les détails peuvent régir le goût et la texture de votre vie, mais pas son essence.

En ce qui concerne la gestion du temps, l’exactitude de vos croyances par rapport à la réalité dictera généralement les résultats que vous obtenez.

Le système que vous utilisez en particulier n’est pas important.

Sur votre chemin vers une plus grande exactitude et une meilleure cohérence, faites preuve de patience avec vous-même. Cette quête d’exactitude est une quête continue.

Je ne suis pas sûr que les êtres humains atteindront un jour le point culminant de l’exactitude — cela nécessiterait de devenir des dieux.

Il y a toujours plus d’inexactitudes à éliminer, d’expériences à faire, de données à intégrer. Le plus important, c’est de ne jamais arrêter la quête.

N’acceptez pas le conflit dans votre vie quand vous pourriez atteindre la cohérence.

Parfois, il faudra un an ou plus pour remplacer le conflit par la congruence, comme dans le cas d’un divorce ou d’un changement de carrière, mais ce temps passera de toute façon, alors autant l’utiliser à bon escient.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Parfois il faut se faire violence et accepter même certaines critiques pour changer le cours des choses et éliminer les effets du conditionnement de la société, de la famille et des religions diverses. C’est l’un des points que j’ai abordé lors de ma rencontre avec le célèbre auteur américain Robert Greene. Je vous propose de découvrir sa réponse dans la vidéo ci-dessous !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
3 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels