Comment trouver l’alimentation qui vous convient le mieux

Note : cet article est une traduction de l’article How to Find the Best Diet for You de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Choisir son alimentationQuel genre d’alimentation vous fournira la plus grande quantité d’énergie, de santé, et de clarté mentale ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas vous. Mais je peux vous dire comment le découvrir personnellement.

Testez. Essayez différentes façons de manger. Utilisez la méthode des 30 jours pour réussir avec chaque type d’alimentation que vous voulez tester. 30 jours est à peu près le minimum parce que pendant la première semaine, ou les deux premières semaines, de cette amélioration alimentaire, vous risquez de connaître certains effets de détox, ce qui peut vous faire sentir plus mal fichu avant que vous ne vous sentiez mieux. Maux de tête, maux de dos, et sautes d’humeur sont habituels.

Quand vous testez chaque nouvelle alimentation, prenez des notes par écrit sur ce que vous vivez. Notez les effets sur votre niveau d’énergie, votre clarté mentale, et votre sentiment de bien-être. Je me sers de mon journal habituel pour cela (sur mon PC), comme ça je peux utiliser un mot-clé rapide pour ressortir mes notes et observations de tous les régimes que j’ai déjà essayés.

J’utilise des livres et des articles de santé pour compléter mes connaissances, mais avant tout je me fie à ma propre expérience. J’utilise les livres principalement comme guide pour savoir quoi essayer par la suite, en partant du fait que les principes semblent sains et s’accordent avec mon niveau actuel de compréhension.

Les livres sur la santé sont souvent contradictoires, mais quand vous en lisez assez (au moins 20), vous commencez à voir des schémas et apprenez à mieux séparer le blabla de la vérité. Les premiers chapitres des livres de régime les plus commercialement populaires sont virtuellement identiques. Ils ont tendance à suivre le même schéma et expliquent pourquoi les autres régimes ne fonctionnent pas et pourquoi ce livre est la seule véritable percée qui révolutionnera la façon dont les gens mangent, mais il n’y a aucune réelle substance dans ces chapitres. C’est un simple argumentaire marketing. Donc vous pouvez généralement sauter le premier chapitre de tous les livres de régimes sans rien perdre en route.

Un principe très simple que j’ai adopté est de n’accorder que très peu de crédibilité aux livres de régimes affichant des photos de docteurs gras en couverture. Il devrait être évident de voir que cela fonctionne.

Pour réellement définir une alimentation à tester, vous devez être très précis dans votre façon de faire si vous voulez que vos tests produisent des résultats significatifs. Comme je l’ai écrit précédemment, être végétarien n’est pas une alimentation, pas plus qu’être végétalien. Un végétarien est simplement quelqu’un qui ne mange pas d’animaux (pas de vaches, de cochons, de poules, de poissons, etc.), et un végétalien ne mange pas de produits animaliers (pas d’animaux ni de produits laitiers, d’œufs, etc.). Mais cela ne définit pas ce que vous mangez réellement. Vous pouvez être un végétarien qui mange des frites, des bonbons, et du soda, ou vous pouvez être adepte de l’alimentation crue, ou vous pouvez mangez macrobiotique et avoir une alimentation avec beaucoup de plats céréaliers et de soupes. Donc des termes comme végétarien ou végétalien ne sont simplement pas assez spécifiques pour définir une alimentation. Il existe d’innombrables variations de ces façons de manger.

Il en va de même pour des alimentations riches en protéines, des alimentations riches en glucides, des alimentations de type métaboliques, des alimentations liées à votre couleur de cheveux, etc. Ces termes sont bien trop vagues pour définir votre alimentation réelle, en particulier parce que la plupart des gens ont tendance à manger souvent les mêmes aliments et s’installent dans un schéma consistant à manger une petite portion de tous les aliments potentiels disponibles. Qu’est-ce que vous mangez en ce moment ? Mangez-vous du fromage, des haricots, des shakers à base de poudre ? Et les fruits et légumes ? Sont-ils principalement crus ou cuits, en conserve ou frais ou surgelés ? Même un végétalien qui mange beaucoup des aliments en conserve et en boîte a une alimentation très différente qu’un qui ne mange que des aliments frais et non préparés.

Quel niveau de variété y a-t-il dans votre alimentation ? Est-ce que votre définition des fruits consiste principalement à manger des pommes, des oranges et des bananes ? Ou est-ce que vous mangez 10 types de fruits différents chaque semaine ? Quels aliments voyez-vous dans votre épicerie que vous n’avez jamais mangés ?

Consommez-vous des drogues comme la caféine, la nicotine, l’alcool, etc. ? Abandonnez simplement le café, et vous avez une alimentation totalement différente avec un changement significatif de la biochimie de votre corps. Supprimez les suppléments artificiels de votre alimentation, et vous avez fait un autre changement significatif.

J’ai noté que différentes façons de manger peuvent avoir un effet considérable sur mon niveau d’énergie aussi bien que sur ma résistance émotionnelle. Ce n’est pas seulement ce que vous mangez ou ne mangez pas qui compte. La façon dont la nourriture est préparée fait également une grande différence.

La sensibilité des apports alimentaires est une des raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas vous fier uniquement aux conseils et expériences des autres. Vous devez le voir par vous-même. Même si vous mangez les mêmes aliments que quelqu’un d’autre, les effets spécifiques sur votre physiologie peuvent être uniques.

En expérimentant j’ai trouvé que la meilleure alimentation que j’ai essayée jusque là est une alimentation végétalienne composée d’aliments complets et crus. Pas de caféine. Pas de suppléments. Pas de sucre. Pas d’aliments artificiels ou préparés. Pas de cochonneries. Il y a quelques excellents livres de (non-)cuisine crue, et il y a même un restaurant gourmet d’alimentation crue pas loin de chez moi, donc je profite de plats relativement créatifs dans cette alimentation. Je peux voir d’après mes notes que cette façon de manger me fait me sentir plus énergique, émotionnellement positif, et plus clair mentalement qu’aucune autre alimentation que j’ai testée. Mais je continue d’expérimenter et je le fais depuis le début des années 90. Une chose que je n’aime pas dans l’alimentation crue est que cela peut représenter un gros travail si vous voulez manger beaucoup de plats intéressants. Beaucoup d’émincé et de mixé et de haché et de déshydraté et de jus. Si j’avais mon propre chef personnel pour s’atteler à la tâche, voilà comment je mangerais tout le temps. Mais je trouve qu’ajouter un peu d’aliments cuisinés plus denses comme du riz brun est utile. Cela me remplit bien plus vide et me fait gagner beaucoup de temps sans abandonner trop des bénéfices énergétiques. Le bon côté dans cette façon de manger est que je peux manger autant que je veux sans prendre de poids.

Même si tellement d’argent et de marketing est investi dans les régimes (et par conséquent, dans la désinformation), je trouve que suivre mon propre sens commun m’a aidé à me guider dans la bonne direction. Sur le long terme, cela n’aurait pas dû m’étonner tant que ça de me sentir mieux en mangeant les aliments simples que fournit la nature au lieu des concoctions humaines. Plus les êtres humains interviennent dans ma nourriture, pire je me sens quand je les mange.

En ce qui concerne les aliments d’origine animale, il semble évident pour moi maintenant que je ne courrais pas vers une vache pour essayer de lui mordre le flanc ; pas plus que je ne me pencherais, pousserais son veau, et essayerais de téter. Si le processus de nutrition devient excessivement stupide à un point ou un autre (comme essayer de boire le lait maternel d’une autre espèce après avoir été sevré ─ une espèce qui a quatre estomacs et pèse près de 10 fois mon poids), c’est là que je sais que je vais dans la mauvaise direction. Donc vous pouvez lire des livres de régime fades jusqu’à finir par tourner en rond et à être assez perdu pour vouloir croire tout ce que ces commerciaux vous disent, ou alors vous pouvez simplement vous demander si c’est plus intelligent de cueillir une pomme sur un arbre ou de téter une vache de 650 kg (en particulier une qui a été gavée d’hormones de croissance pour bovins).

Il peut être difficile de se sortir de la tête un discours marketing ancré depuis l’enfance et de retrouver les notions basiques du sens commun alimentaire, mais une fois que vous commencez à retrouver et à raffermir votre propre logique, je pense que vous trouverez que vos réflexions alimentaires deviennent infiniment plus simples.

Changer d’alimentation peut être difficile, mais une fois que vous avez passé les 30 premiers jours c’est bien plus facile, et votre nouvelle façon de manger devient routinière. Chaque nouvelle alimentation semble dure vue de l’extérieur. Mais étant donné que c’est une habitude, vous n’y pensez presque pas. Cela devient votre façon de manger habituelle. Tout comme vous avez appris autrefois à manger comme vous le faites maintenant (à moins que vous ne vous nourrissiez encore de pots pour bébés, cela dit), vous pouvez apprendre à manger d’une nouvelle façon à chaque fois que vous choisissez de le faire.

Donc pour résumer…

· Faites vos propres tests alimentaires pendant au moins 30 jours d’affilée, prenez des notes, et comparez les résultats des différentes alimentations.

· Filtrez le discours marketing de votre cerveau (comme « le lait ça rend costaud » et « la viande c’est pour le dîner »), et rétablissez votre propre sens commun.

· Ayez davantage foi en Mère Nature qu’en les commerciaux.

· Appelez-moi comme vous voulez, tant que vous ne me traitez pas de commercial. Cela me blesserait.

 

Crédits photo : blumer1979

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment trouver sa bonne alimentationquelle alimentation pour soi

Un commentaire

  • je trouve intéressante cette approche basée essentiellement sur le bon sens, à savoir essayer de sentir soi-même ce qui est bon pour son corps, éviter si possible les aliments industriels.
    j’aime bien également la façon dont Steve aborde la notion de catégorie de “régime” en bousculant les idées établies!
    pour ma part, j’ai remarqué que lorsque j’essaie de sentir ce qui est bon pour mon corps, y compris pour les horaires des repas, pour les quantités ingérées, alors moi aussi je sens que mon énergie est meilleure.
    et c’est lors d’un voyage de 3 semaines au japon que mon organisme s’est senti le mieux, leur alimentation me convenait parfaitement, je me sentais léger et dispo!
    ne nous leurrons pas, plus on mange, plus cela fatigue l’organisme qui dépensera beaucoup d’énergie à digérer.

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *