Comment vivre une vie de végétalien

végétalienLe présent article est un abécédaire sur comment adopter et profiter d’un mode de vie de végétalien à long terme. C’est ce que je fais depuis maintenant plus de 18 ans. Je vous donnerai quelques conseils sur la transition, mais étant donné qu’il est très facile de trouver de bonnes informations à ce sujet avec une simple recherche sur Google, je me concentrerai beaucoup plus sur ce que cela implique à long terme d’être végétalien, ce qui est différent de devenir végétalien.

Transition vers les aliments végétaliens

Une façon simple de commencer à adopter un régime végétalien, c’est de transformer vos aliments non-végétaliens préférés en aliments végétaliens par de simples substitutions. Ce n’est pas forcément la meilleure manière de devenir végétalien, mais c’est un moyen pratique de retirer les ingrédients d’origine animale de votre régime alimentaire. Après avoir adopté le régime végétalien, vous pourrez maintenant apporter d’autres améliorations.

Trouver des aliments végétaliens et s’en servir comme substituts — Si vous n’avez jamais mangé végétalien, vous pourriez commencer par vous renseigner sur les substituts végétaliens de vos aliments préférés. Il suffit de faire une recherche en ajoutant « végétalien » au nom d’un aliment que vous avez l’habitude de manger dans la barre de recherche. Cela vous aidera à découvrir les versions végétaliennes de cet aliment et/ou ce que les végétaliens consomment en lieu et place. Alors, vous apprendrez à préférer un hamburger végétalien à un burger à la vache. Vous délaisserez la crème glacée au profit de la crème glacée à base de soja ou d’une crème glacée à la noix de coco. Et ainsi de suite.

Trouver des recettes végétaliennes — Il est facile de trouver des recettes végétaliennes presque pour tous les aliments connus. Tapez juste dans la barre de recherche de Google « Recette végétalienne du ___ » ou d’autres combinaisons. Par exemple, recette de crêpes végétaliennes ou recette végétalienne du gâteau au fromage. S’il existe un aliment dont vous raffolez et dont vous recherchez la version végétalienne, il y a fort à parier qu’une personne a déjà partagé une recette de qualité pour cela. Certaines recettes incluent aussi des avis, ce qui veut dire que vous avez la possibilité de voir les notes que d’autres personnes ont donné à la recette.

Les livres de cuisine végétalienne — Quand je suis devenu végétalien dans les années 1990, je me suis d’abord appuyé sur les livres de cuisine végétalienne pour trouver des idées de recettes et par la même occasion apprendre les bases de la cuisine végétalienne. Aujourd’hui, il existe également de nombreuses applications de recettes. Je ne pense toutefois pas que ce soit nécessaire de s’en servir, sauf si vous aimez la cuisine gastronomique ou si vous avez besoin de vous appuyer sur un matériel de référence. Il y a tellement de recettes végétaliennes gratuites que vous pouvez trouver en ligne via une simple recherche. J’ai beaucoup de vieux livres de cuisine végétalienne, mais je les utilise rarement. L’utilisation de Google est plus rapide et plus flexible. Laissez Internet être votre livre de cuisine. J’aime utiliser un iPad pour rechercher et référencer des recettes chaque fois que j’ai besoin de faire une recherche pour faire par exemple une omelette végétalienne ou de l’houmous de courgettes.

Le lait — Il est très facile de faire la transition des produits laitiers. Au lieu de consommer le lait maternel des animaux (qui soit dit en passant est destiné aux bébés des animaux), optez pour le lait de soja, le lait d’amande, le lait de riz, le lait de chanvre, le lait de coco ou toute autre variété végétale. Essayez différentes marques et différents types de lait jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose qui vous convienne. Vous découvrirez probablement que certaines variétés de lait ont un gout assez mauvais pour vous, alors que d’autres sont très bien. Lorsque je suis devenu végétalien, j’avais l’habitude de boire beaucoup de lait de riz, mais mon préféré actuellement est le lait de soja bio. Beaucoup de végétaliens ne boivent pas de lait, mais lorsque vous commencez la transition, c’est une bonne étape, et bon nombre de végétaliens (y compris moi-même) aiment la variété des laits végétaliens.

Le fromage — Il est également très facile de passer au fromage végétalien. Lorsque j’ai commencé à manger végétalien dans les années 1990, je trouvais les fromages végétaliens affreux ; la texture était horrible et le gout était encore pire. Aujourd’hui, la situation est totalement différente — il existe maintenant d’excellents fromages végétaliens. Mon fromage végétalien préféré est le fromage Daiya qui est disponible dans une variété de saveurs (cheddar, mozzarella, poivron), fond bien et devient de plus en plus facile à trouver. Il ne contient pas non plus de gluten. Whole Foods (entreprise de distribution alimentaire de produits bios) peut même vous faire une pizza à emporter avec du fromage Daiya (il suffit de demander du fromage végétalien sur la pizza), et ils vendent aussi des tranches de pizza végétalienne à base de fromage Daiya à leur comptoir de pizza. Le fromage végétalien est peut-être riche en matières grasses, mais si vous aimez le gout et la texture du fromage, le fromage végétalien est un substitut facile, surtout si vous aimez la pizza.

Le beurre — Ce qui est recommandé, c’est d’arrêter la consommation du beurre, mais si vous aimez vraiment le gout et la texture du beurre, vous pouvez facilement opter pour la margarine végétalienne. Earth Balance propose quelques bonnes variétés. L’huile de noix de coco (qui est solide à température ambiante) est également un bon substitut pour certains usages. Vous pouvez par exemple en mettre sur du pain grillé si vous voulez une texture similaire à celle du beurre fondu. J’aimais le popcorn au beurre et aujourd’hui je le fais dans une machine à popcorn, je le vaporise avec de l’huile d’olive par l’intermédiaire d’un brumisateur et j’y ajoute du sel ainsi que de la levure nutritionnelle. C’est beaucoup moins riche en matières grasses. Une légère couche d’huile d’olive aide le sel et la levure nutritionnelle à s’y coller.

Les œufs — Si vous faites beaucoup de pâtisserie, vous pouvez remplacer les œufs par un substitut fait à base de fécule de pomme de terre. Si vous aimez les œufs brouillés ou les omelettes, apprenez à faire du tofu brouillé. J’aimais faire des omelettes pour le petit-déjeuner et le tofu brouillé était une option satisfaisante. Il y a beaucoup de bonnes recettes de tofu brouillé que vous pouvez trouver en ligne, et elles sont assez faciles à réaliser. Le tofu en lui-même est très insipide, mais il peut adopter toutes sortes de saveurs. Il s’agit donc d’un aliment extrêmement « universel ». J’aime faire du tofu brouillé avec des oignons ou des poireaux sautés, du poivron et des courgettes avec des tomates fraiches hachées que j’utilise pour orner le tout. Si vous voulez une saveur de fromage, mélangez le tout avec du fromage Daiya ou saupoudrez le repas d’un peu de levure nutritionnelle. Beaucoup de restaurants végétaliens qui servent le petit-déjeuner offrent généralement le tofu brouillé. Certains établissements comme Whole Foods proposent également du tofu brouillé pour le petit-déjeuner parmi les salades qu’ils offrent dans leur restaurant. Sachez simplement qu’il y a diverses manières de faire du tofu brouillé, il vous faudra donc peut-être faire des essais pour trouver ce qui vous convient vraiment. Je trouve que le tofu est particulièrement excellent lorsqu’il est accompagné d’une sauce piquante, car j’aime la nourriture épicée.

Les sandwichs — Avant, je mangeais au déjeuner des sandwichs avec des tranches de chair de poulet, de chair de dinde ou de chair de porc, mais je n’ai pas eu du mal à passer aux sandwichs végétaliens. Au lieu d’ajouter de la chair d’animal au pain, je faisais plutôt des sandwichs avec des tranches d’avocat, de la laitue, des tomates ainsi que de la moutarde de Dijon. L’avocat rend vraiment géniaux mes sandwichs. Si la texture charnue vous manque, vous pouvez facilement la reproduire en ajoutant des tranches de charcuterie végétalienne. Elles viennent dans une variété de saveurs et de styles, et sont disponibles dans de nombreuses épiceries comme Whole Foods. Pour le pain de sandwich, mon préféré est le pain germé au sésame Ezekiel 4 : 9 de Food for Life, disponible chez Whole Foods, Trader Joe’s et dans de nombreux autres établissements. Parfois, j’y ajoute des concombres, des cornichons, des germes ou de l’houmous finement tranchés.

Le petit-déjeuner — Manger végétalien au petit-déjeuner est simple et facile. Je fais souvent du porridge avec une sorte de mélange de fruits (généralement des myrtilles fraiches, des raisins, des groseilles ou des bananes tranchées), et j’y ajoute d’habitude du lait de soja vanillé pour obtenir une texture crémeuse. J’aime particulièrement prendre un bol chaud de soupe miso avec des flocons d’avoine. Si j’ai envie de faire un petit-déjeuner plus rapide, je fais du muesli dans un bol. Pour le réaliser, mettez simplement dans un bol des flocons d’avoine crus, des fruits secs et des noix hachées (généralement des noix ou des pacanes) et versez du lait de soja vanillé dessus — en deux minutes vous avez fini. Parfois, je fais aussi des smoothies aux fruits ou des frappés aux fruits pour le petit-déjeuner. Certains végétaliens aiment bien commencer la journée avec un verre de jus frais. Je fais aussi cela de temps en temps, mais en général, je préfère un déjeuner plus copieux, surtout après avoir fait des exercices physiques. Lorsque je suis d’humeur plus savoureuse, le tofu brouillé fait l’affaire. Quand je préfère quelque chose de plus sucré, les crêpes végétaliennes ou les gaufres font l’affaire, surtout lorsqu’elles sont suivies avec des baies fraiches, des bananes tranchées et du sirop d’érable.

Le diner — Pour ce qui est du diner végétalien, il existe tellement d’options que vous trouverez surement des tonnes d’idées rien qu’en cherchant sur Google. À mes débuts en tant que végétalien, je préparais souvent des légumes sautés pour le diner parce que j’aimais manger léger à la fin de la journée. Aujourd’hui, je préfère les pâtes udon ou soba avec des légumes cuits à la vapeur, des pâtes avec beaucoup de légumes ou mon préféré bol de riz. Pour ce qui est du diner, vous remarquerez certainement que beaucoup d’options s’offrent à vous une fois que vous devenez végétalien. Les consommateurs de viandes ont tendance à manger sans cesse les mêmes repas fades — ils continuent de manger des oiseaux morts, des poissons morts, des vaches mortes et des porcs morts — mais une fois que vous commencez à explorer les repas à base de plantes, vous verrez à quel point il est possible de varier. Vos repas du soir seront également très attrayants.

Apprenez les principes de base — Devenir végétalien peut être une chose très facile si vous le voulez. Bien que vous puissiez profiter de quelques repas sophistiqués par moment, il est préférable de vous habituer d’abord aux principes de base. Commencez par des repas végétaliens simples, faciles à préparer et que vous appréciez. Vous pouvez par exemple commencer avec des pommes de terre cuites au four, des pâtes, du riz avec des légumes cuits à la vapeur, des céréales, du sandwich végétalien ou un smoothie aux fruits. Ensuite, vous pouvez sophistiquer les choses et agrandir votre gamme de repas pour profiter d’une plus grande variété si vous le désirez. Une bonne façon d’élargir vos horizons, c’est de chercher des recettes végétaliennes en ligne. Vous aurez ainsi des tonnes d’idées de repas à essayer.

Si vous vous jetez simplement à l’eau et apprenez au fur et à mesure, vous gagnerez rapidement de l’expérience, et vous verrez la variété et la richesse de votre alimentation augmenter à mesure que vous vous éloignez de la fadeur et de la répétition socialement conditionnée auxquelles succombent si souvent les consommateurs de viande.

Même après plus de 18 ans en tant que végétalien, je suis toujours émerveillé par la variété infinie des nouveaux plats végétaliens. Il y a toujours plus d’idées à essayer, bien plus que ce que je ne pourrais explorer de toute ma vie. Je ne vois pas comment quelqu’un pourrait s’ennuyer ou se priver sur le plan alimentaire en étant végétalien, à moins d’en être vraiment incapable et de vivre dans une grotte sans accès à Internet, ou tout simplement d’ignorer tout ce qui concerne l’alimentation en général.

Essais de 30 jours

Pour diverses raisons, je recommande un essai de 30 jours. Il s’agit d’une méthode efficace de transition vers un régime alimentaire qui exclut tout produit d’origine animale.

Le grand premier essai de 30 jours que j’ai fait était de suivre un régime ovo-lacto-végétarien. C’était pendant l’été 1993. Après avoir passé 30 jours sans manger de la viande, je n’ai plus jamais consommé aucun produit d’origine animale. En réalité, je n’essayais pas de devenir végétarien. Je voulais seulement essayer ce mode de vie pendant un mois, et j’ai tellement aimé cela que ce fut facile de continuer. Au bout de six mois, je me suis rendu compte que je ne considérais plus les animaux comme de la nourriture. Manger de la chair était devenue encore moins attrayant que de manger du carton ou de la sciure de bois.

En janvier 1997, j’ai utilisé la même approche pour devenir pleinement végétalien. Cela s’est aussi bien passé, et j’ai retiré définitivement les ingrédients d’origine animale de mon régime alimentaire. Avec du recul, j’aurais aimé être végétalien plus tôt ; j’aurais aimé ne pas avoir passé trop de temps dans la zone grise du végétarisme ovo-lacto. Bien que devenir végétarien semblait difficile au départ, devenir végétalien était assez facile. C’était bien de ne plus rester coincé à supporter les produits laitiers dégoutants et les œufs industriels.

Un essai de 30 jours est un mini engagement. Cela est toutefois suffisant pour que vous appreniez les bases de la consommation d’aliments d’origine végétale et une fois que vous aurez acquis 30 jours d’expérience, vous verrez qu’il est facile de continuer. Cependant, cette durée est aussi assez courte pour que vous vous mettiez dans la tête que vous pouvez toujours manger ce que vous voulez dès le 31e jour. Bien sûr, vous constaterez aussi qu’il est facile de continuer l’essai le 31e jour et d’en faire votre style de vie si vous le désirez. Le 31e jour, vous ne serez plus un débutant ; vous aurez 30 jours d’expérience derrière vous.

Pour certaines transitions, il faudra peut-être plusieurs essais de 30 jours avant que vous puissiez maintenir le cap. Il existe plusieurs façons « idiotes » d’adopter un régime végétalien — avoir une alimentation très pauvre en calories est l’une des erreurs les plus courantes — Par conséquent, si votre première tentative devient un peu bizarre, prenez le temps de vous informer sur la manière dont les végétaliens s’alimentent réellement et de mieux vous préparer pour votre prochain essai. Cela sera sans doute plus facile. J’ai discuté avec un certain nombre de gens qui m’ont affirmé qu’ils avaient essayé de manger végétalien et que cela ne fonctionnait pas pour eux, mais lorsque je leur ai demandé ce qu’ils mangeaient, leurs choix d’aliments me semblaient toujours bizarres. Je pense : « D’accord, c’est techniquement végétalien, mais qui mange vraiment comme cela ? »

Imaginez si je vous disais que j’ai essayé d’adopter un régime qui implique la consommation de produits d’origines animales et que cela n’a pas marché. Imaginez ensuite qu’après cela, vous me demandez ce que j’ai mangé et que je vous réponds que je chassais des perroquets sauvages, des ours et des porcs-épics que je mangeais crus. Ensuite, je me plains d’avoir des problèmes digestifs à cause des plumes, de la fourrure, des griffes et des épines avalées. Vous pourriez penser que c’est là une façon vraiment étrange de manger des animaux, mais si je n’avais jamais mangé d’animaux auparavant, je me serais peut-être dit qu’il s’agit d’un point de départ aussi bon que n’importe quel autre.

Beaucoup de consommateurs de viande se disent qu’étant donné qu’ils ont consommé quelques aliments végétaliens, ils savent déjà comment manger végétalien. Pour eux, cela se résume à ajouter des aliments végétaliens à leur régime alimentaire et à éliminer tous les produits non-végétaliens. Cependant, pour beaucoup de gens, c’est une approche insensée qui n’offre que très peu de chances de succès durable. Pour réussir, ils auront probablement besoin d’inclure des aliments qu’ils ne consomment pas d’habitude, et non pas seulement de prolonger leurs vieux plats d’accompagnement au diner.

Le végétalisme n’est pas un régime particulier. C’est un choix de mode de vie, et dans ce choix, il y a plusieurs manières de faire un régime. Ce n’est pas parce que vous avez essayé une façon d’adopter un régime végétalien que vous avez tout essayé. Veillez donc à ne pas rejeter toute l’approche simplement parce que vous avez essayé une variation qui ne vous convenait pas.

J’ai découvert que certaines formes connues de régimes à base de végétaux m’ont causé des effets secondaires. Par exemple, il est généralement recommandé aux végétaliens de consommer peu de matières grasses (pas plus de 10% de calories provenant des matières grasses). C’est aussi un moyen éprouvé d’inverser les maladies cardiaques. Toutefois, chaque fois que j’ai essayé des régimes faibles en matières grasses (crues ou cuites), j’ai souffert d’une sècheresse cutanée à la fin de la deuxième semaine — ma peau devient tellement sèche que mes articulations se fendent et saignent. Cette sècheresse cutanée me provoquait des irritations, surtout pendant que je faisais des exercices physiques. Par contre, quand j’ajoutais plus de graisse à mon alimentation pendant quelques jours, en consommant notamment des avocats, la sècheresse disparaissait et je me sentais mieux.

Je vous encourage à vous documenter pour en apprendre plus sur toutes les nombreuses variétés de régimes alimentaires à base d’aliments complets d’origine végétale. Utilisez vos découvertes pour faire vos propres expériences, en particulier pendant les 30 jours nouveaux d’essai. Apprenez par la pratique.

Augmenter votre intelligence alimentaire

En tant que végétalien, vous pouvez vous attendre à augmenter considérablement votre intelligence alimentaire. Lorsque vous apprendrez la vérité sur ce que vous aviez l’habitude de manger, vous commencerez à ressentir de la pitié pour les gens qui se font encore berner.

Si vous désirez toujours acheter des aliments préemballés, prenez l’habitude de lire les étiquettes nutritionnelles. Il faut certes une certaine pratique, mais vous vous habituerez à rechercher avec minutie les ingrédients d’origine animale. Dès que vous identifiez un seul ingrédient animal, tel que le lait en poudre ou le lactosérum, vous serez capable de simplement laisser tomber le produit.

Qu’est-ce que le lactosérum ? Le lactosérum est un sous-produit toxique et nauséabond issu de la production de fromage et de yaourt. L’élimination du lactosérum était un problème majeur pour l’industrie laitière. Ses acteurs ont donc essayé de le déverser dans les égouts pour s’en débarrasser, mais cela était illégal parce que le lactosérum est beaucoup plus toxique que les ordinaires eaux usées, ce qui a causé des problèmes pour les usines de traitement des eaux usées. Les acteurs de l’industrie laitière ne peuvent pas non plus déverser le lactosérum dans les cours d’eau parce qu’il épuise l’oxygène dans l’eau et tue les poissons.

Finalement, la technologie est venue à la rescousse. L’industrie laitière, en accord avec des organismes gouvernementaux coopératifs, a trouvé un moyen d’éliminer le lactosérum en le transformant, grâce à certains produits chimiques, en un additif alimentaire essentiellement sans gout et sans odeur. Ils pouvaient donc s’en débarrasser en le servant aux êtres humains dans des produits alimentaires. La stratégie consistait à utiliser les êtres humains comme unités de traitement des déchets biologiques pour le compte de l’industrie laitière.

Combinée à des efforts de marketing intensifs, cette technique fut un énorme succès pour l’industrie laitière qui a trouvé le moyen de déverser du lactosérum dans de nombreux produits en tant que matière de charge bon marché pour l’usage des autres entreprises alimentaires. Le lactosérum est particulièrement fréquent dans les aliments semblables au pain, tels que les mélanges à gâteaux, les mélanges à crêpes et les biscuits. Des arômes et d’autres ingrédients ont été ajoutés pour compenser le lactosérum qui est insipide.

Les scientifiques du lactosérum sont allés plus loin et ont convaincu les gens d’acheter de la poudre de protéines fabriquée à partir de lactosérum. L’une des raisons pour lesquelles ils ont choisi cette voie est qu’il s’agit d’une partie de l’industrie « alimentaire » qui attire certains des acheteurs les plus crédules, et un bon marketing peut convaincre les gens de consommer à peu près n’importe quoi. Mettez un gros bras musclé sur l’emballage, financez des études bidon avec de fausses allégations sanitaires ; payez des pages entières de publicité dans les magazines de musculation, et les crétins vont affluer. Tout ce qu’il faut, c’est de l’argent, et il y en avait beaucoup à dépenser. Bien sûr, cela a fonctionné à merveille, et jusqu’à ce jour, beaucoup de gens ont subi un lavage de cerveau et continuent de servir d’unités d’élimination des déchets pour l’industrie laitière.

Végétalien ou non, le lactosérum n’est pas un produit que vous devriez consommer. Ce n’est certainement pas un aliment sain en dépit de l’important marketing qui se fait autour et dont le but est de convaincre les gens d’aider à s’en débarrasser en le consommant. Ne laissez pas votre corps servir d’unité d’élimination des déchets pour l’industrie laitière. Achèteriez-vous un produit commercialisé sous le nom de Protéine Brute des égouts ? Eh bien, sachez que cela serait probablement plus sain que le lactosérum et au moins, le nom du produit serait on ne peut plus honnête. Ne traitez donc pas votre corps comme une usine de traitement des eaux usées.

Certains végétaliens préfèrent complètement éviter les aliments emballés. C’est un choix personnel. L’industrie alimentaire vend sans doute de mauvais produits qui nuiront à votre santé à long terme. Toutefois, je ne dirais pas que tous les acteurs de ce domaine sont mauvais. Je valide l’achat de certains aliments emballés, mais j’ai tendance à éviter les grandes marques américaines.

L’un des principes auxquels j’obéis est que si je trouve le produit dans les rayons d’une grande chaine de supermarchés américains, en dehors de la section des fruits et légumes ou de la section bio, je pars sur la base que je devrais l’éviter. Par conséquent, quel que soit ce que vous trouverez dans ces magasins, je ne considèrerais même pas cela comme de la nourriture. Cependant, ces endroits sont tout indiqués pour se procurer du papier toilette.

De plus, soyez vigilant par rapport aux mots bidon présents sur les emballages alimentaires, que ce soit entiers ou naturels, car ils sont en grande partie dénués de sens. Bio (ce mot est très souvent utilisé en Europe) est un mot qui a une signification légale. Lorsque je vois des termes juridiquement dénués de sens qui sont manifestement inscrits dans une tentative de faire passer un produit pour sain, je suppose généralement que le produit est aussi bidon que son étiquette. Les produits qui donnent l’impression que leurs fabricants ont fait de gros efforts pour qu’ils paraissent sains sont habituellement de la « merde ».

Un nombre accru d’aliments végétaliens emballés sont marqués du logo V (inscrit dans un cercle) pour montrer qu’il s’agit de produits végétaliens. C’est un bon raccourci. Certains produits portent également le mot végétalien sur leur emballage. Cependant, d’autres fabricants n’utilisent pas ces identifiants faciles. Et même si un produit est typiquement végétalien, cela ne signifie pas qu’il est sain. Je regarde toujours les ingrédients pour avoir une meilleure idée sur le contenu. Si cela ressemble à de la soupe chimique, je préfère ne pas servir d’unité d’élimination des déchets.

En guise de raccourci, regardez la ligne de cholestérol sur l’étiquette nutritionnelle. Si vous voyez autre chose en dehors de zéro milligramme de cholestérol, l’aliment n’est pas végétalien, car les aliments à base de végétaux ne contiennent jamais de cholestérol. Le cholestérol provient uniquement d’ingrédients d’origine animale. Par conséquent, si vous voyez du cholestérol, ce n’est certainement pas un produit végétalien. Même si le taux de cholestérol est nul, vous devrez néanmoins vérifier les ingrédients, car il peut toujours y avoir de petites quantités d’ingrédients d’origine animale.

Si vous voyez un ingrédient que vous ne reconnaissez pas, n’hésitez pas à le chercher sur Google avec votre téléphone. Renseignez-vous progressivement sur chaque ingrédient. Si vous n’y compreniez toujours rien, alors vous ne devriez peut-être pas en manger.

En règle générale, si vous devez consommer des aliments emballés, privilégiez ceux qui contiennent peu d’ingrédients ; privilégiez ceux qui contiennent des ingrédients que vous reconnaissez comme de vrais aliments. Si vous voyez une liste de dizaines d’articles contenant de nombreux produits chimiques, même s’ils sont tous végétaliens, je vous conseillerais de les laisser sur l’étagère. Il existe certainement des options plus saines.

Je préfère acheter des aliments bios dans la mesure du possible, mais si vous êtes très sensible au prix, je ne m’inquièterais pas trop par rapport aux pesticides à votre place. En tant que végétalien, vous ingèrerez toujours moins de pesticides que les consommateurs de viande d’animaux étant donné que les pesticides s’accumulent dans les tissus animaux, de sorte qu’ils sont beaucoup plus concentrés dans la chair animale qu’ils ne le sont dans les produits d’origine végétale.

Souvent, j’achète des aliments chez Whole Foods, Costco, Trader Joe’s et parfois sur les marchés de producteurs locaux. Les marchés agricoles de Las Vegas ont tendance à être assez limités en produits et trop chers ; s’ils étaient comme ceux qui abondent en Californie, j’y ferais plus souvent mes achats. Comme Costco est la source d’alimentation la plus proche de ma maison, j’y trouve beaucoup d’articles. Je suis heureux qu’ils aient ajouté plus d’articles bios dernièrement. L’établissement Costco près de chez moi vend un mélange de légumes verts bio, des épinards, des carottes, des patates douces, des bananes, des myrtilles, du lait de soja, du riz, des pâtes alimentaires, des nouilles udon, de l’houmous, des baies surgelées et beaucoup d’autres produits bios. J’aime aussi le fait que Costco traite bien ses employés, car je vois les mêmes personnes y travailler année après année ; il n’y a pratiquement pas de rotation de personnel contrairement à Walmart, qui me semble tout simplement « méchant », surtout en ce qui concerne la façon dont la marque traite ses employés ; je ne fais jamais ces magasins là.

J’aurais beaucoup aimé qu’il y ait une épicerie entièrement végétalienne dans ma région. Pour beaucoup de végétaliens, y compris moi-même, ce n’est pas très agréable de soutenir une entreprise qui vend aussi des produits d’origine animale, même si nous n’achetons aucun de ces produits directement. Vous devrez déterminer par vous-même à quel point vous voulez être puriste. Au fur et à mesure que des gens deviennent végétaliens, de nouvelles possibilités seront envisageables. Pour l’instant, faites de votre mieux avec ce qui est disponible dans votre région.

En ce qui concerne les restaurants, je préfère beaucoup manger dans des établissements 100% végétaliens. J’aimerais qu’il y en ait plus à Las Vegas ; la Californie toute proche me rend jaloux à cet égard, car l’on y trouve un très grand nombre de restaurants végétaliens de qualité. Si j’ai le choix entre manger dans un restaurant végétalien ou manger dans un restaurant non-végétalien avec des options pour végétaliens, je privilégierai sans hésiter le restaurant végétalien et j’y laisserai même un pourboire plus généreux. C’est tellement mieux de soutenir une entreprise dont l’éthique s’aligne sur la mienne. Je remarque aussi que l’ambiance générale des restaurants 100% végétaliens est normalement beaucoup plus légère et paisible que dans les endroits où l’on utilise des ingrédients d’origine animale.

Trouver votre équilibre est un élément important pour être végétalien. Vous développerez certainement de nouveaux rythmes et de nouvelles habitudes très différentes de celles que vous aviez avec votre ancien style de vie. Je suis en général satisfait des habitudes que j’ai adoptées jusque-là, mais j’aime aussi les réévaluer de temps en temps, de sorte que je puisse chercher des moyens de continuer de m’améliorer.

Devenir végétalien est une étape d’un long voyage. Ne considérez pas cela comme une sorte de frontière finale à franchir. Il y a encore beaucoup d’autres étapes à suivre après cette transition.

Rétablir le choix conscient

Je suis certain que vous êtes au courant que les aliments mangés par les gens vous voyez à la télévision et au cinéma sont fortement financés par les budgets de marketing de l’industrie des produits d’origine animale. Lorsque vous devenez végétalien et que vous arrêtez de manger comme les gens à la télévision, vous deviendrez beaucoup plus conscient de ces influences et remarquerez à quel point elles sont extrêmement limitantes. Vous apprendrez aussi à prendre consciemment le dessus sur elles. Par conséquent, vous sentirez surement une augmentation considérable de votre souplesse alimentaire.

Que voyez-vous les gens manger à la télé au petit-déjeuner ? Des céréales avec du lait de vache ; des œufs de poulet avec des tranches de viande de porc ; des crêpes ; des gaufres ; du pain grillé ; des donuts et des pâtisseries ; du café. Vous verrez les mêmes aliments encore et encore. Cela ne me surprendrait pas d’apprendre que 80% des scènes de petit-déjeuner dans les émissions télé et les films américains sont couverts avec seulement cinq ou six plats.

Si ces plats font partie de votre alimentation, la télévision et les films auront une plus grande influence sur vous, vous encourageant à continuer de manger ce que vous voyez. Et, étant donné que beaucoup de gens sont influencés de la même manière que vous, vous verrez les mêmes aliments dans les restaurants et aux domiciles d’autres personnes.

Toutefois, lorsque vous devenez végétalien et que vous cessez de manger ces produits d’origine animale, vous commencerez probablement à tester des aliments qui ne sont pas mis en exergue à la télévision et au cinéma. Ces messages marketing n’auront plus autant d’influence sur vous parce que ces articles ne feront plus partie de votre alimentation. Cela libèrera votre esprit et vous permettra de commencer à explorer de nouvelles directions au lieu d’être si fortement influencé par les messages marketing. Cela vous aidera également à mieux comprendre comment d’autres messages marketing dissimulés vous atteignent. C’est l’une des raisons pour lesquelles, lorsque les gens deviennent végétaliens, ils remarquent généralement des vagues de transformations positives qui affectent aussi d’autres aspects de leur vie.

Ne soyez pas trop surpris si vous découvrez des dizaines, des centaines voire des milliers d’options de repas différents que vous n’auriez jamais essayés si vous n’étiez pas devenu végétalien. Il est très fréquent pour les végétaliens d’expérimenter une si grande variété dans leur régime alimentaire une fois qu’ils se débarrassent des pressions sociales qui leur imposent de manger d’une certaine façon.

Ne vous sentez pas obligé de suivre les anciennes règles qui vous imposent ce que vous êtes supposé manger au petit-déjeuner, au déjeuner ainsi qu’au diner. C’est très limitatif.

Parfois, j’aime prendre un smoothie vert pour le diner… ou plusieurs bananes pour le déjeuner… ou encore des nouilles udon avec des légumes cuits à la vapeur et de la sauce aux arachides pour le petit-déjeuner.

Réalisez que vous avez probablement subi un lavage de cerveau pour continuer à manger les mêmes aliments encore et encore. Devenir végétalien est donc une excellente façon de vous guérir d’une pensée aussi limitée et d’étendre vos possibilités.

Manger végétalien avec un budget limité

Adopter un régime végétalien peut être très peu couteux si vous le voulez (ou si vous en avez besoin). Le riz, les haricots, les pâtes alimentaires, les pommes de terre, les patates douces, les flocons d’avoine, les bananes, le millet, le quinoa et bien d’autres aliments peuvent fournir beaucoup de calories bien qu’étant moins chers. Vous pouvez vivre confortablement grâce à des féculents bon marché qui ont été la base de l’alimentation de grandes civilisations modernes pendant des millénaires.

La même chose s’applique lorsque vous êtes un peu pressé par le temps ? Combien de temps faut-il pour manger des fruits ? Lorsque je suis pressé, je fais un repas avec plusieurs bananes. Les pommes sont faciles à manger au volant. La cuisson du riz prend un certain temps, mais le temps de préparation active est réduit.

Si quelqu’un se plaint du cout financier d’une vie de végétalien ou du temps qu’il faut pour ce régime, j’essaierais de savoir s’il est vraiment ignorant, paresseux ou tout simplement stupide. D’après mon expérience, il s’agit souvent d’un mélange des trois : ignorance + paresse + stupidité générale. Par chance, ce sont toutes des maladies qui peuvent être traitées pour ceux qui souhaitent être guéris.

Bien sûr, adopter le régime végétalien a aussi un faible impact sur l’environnement et nos ressources telles que l’eau, l’électricité et le carburant. Au lieu de cultiver des végétaux, de les donner à manger aux animaux, puis de manger les animaux en retour, il est beaucoup plus efficace de manger directement des aliments végétaux.

Transformer des animaux en produits est un gaspillage incroyable. Il a été démontré que si l’on tenait compte du cout pour l’environnement, le cout réel d’un hamburger serait d’environ 200 dollars aujourd’hui.

Manger végétalien en voyage

Adopter un régime végétalien bien qu’en étant en voyage est très facile. Si vous voulez trouver de la nourriture végétalienne à proximité, utilisez simplement HappyCow (le site Web ou l’application). J’utilise souvent l’application HappyCow sur mon téléphone lorsque je voyage dans une nouvelle ville. Elle utilise le GPS pour obtenir ma position et me montre les établissements à proximité où je pourrai trouver de la nourriture végétalienne, y compris les restaurants et les épiceries. Je peux aussi voir les avis d’autres personnes. Lorsque je choisis un lieu, elle peut lancer une application cartographique pour m’y guider. Cela rend la recherche de nourriture végétalienne incroyablement facile.

Lorsque j’ai visité pour la première fois Paris en 2011, les gens m’ont dit que j’aurais peut-être du mal à y trouver de la nourriture végétalienne. Cet avertissement m’a été fait par des gens non-végétaliens. Par contre, il suffisait de se rapprocher d’expérimentés voyageurs végétaliens pour entendre un discours différent. Paris est rempli de restaurants végétaliens, et la cuisine végétalienne française était tout simplement incroyable. J’ai particulièrement aimé Saveurs Végét’Halles, qui est assez proche du Louvre.

Lorsque je séjourne dans un endroit avec une cuisine, comme un local trouvé grâce à AirBnB, je cherche une épicerie locale ou un magasin d’aliments naturels et j’y achète des produits végétaliens. Parmi les aliments que j’achète souvent en voyage, il y a du muesli avec du lait de soja, des pâtes alimentaires, des fruits frais, du pain et de l’houmous. Le muesli est particulièrement facile à trouver en Europe et c’est généralement meilleur que ce qui passe pour du muesli aux États-Unis.

Lorsque je me trouve dans un pays dont je ne connais pas la langue, j’utilise mon téléphone pour traduire les noms des ingrédients. L’application Google Translate est géniale pour cela. Je lance l’application, je vise la liste des ingrédients, et je vois la traduction en anglais apparaitre à l’écran en temps réel. Avec un peu de pratique, je peux à terme apprendre les traductions de mots comme œufs, lait, beurre, etc. pour pouvoir les rechercher rapidement. Cela m’aide aussi à apprendre les mots qui désignent les aliments courants à base de végétaux comme le blé, le soja, etc.

J’adore compter sur l’aide des populations locales dans la mesure du possible. Je me fais facilement de nouveaux amis lorsque je voyage et lorsque les gens apprennent que je suis végétalien, ils sont généralement heureux de m’aider à trouver de la nourriture végétalienne. Même dans les cas où je peux utiliser la technologie pour m’aider, je préfère demander de l’aide à de nouveaux amis. Par conséquent, si nous achetons des aliments ensemble, je leur montre quelques emballages de différentes variétés de muesli et leur demande de m’aider à déterminer lesquelles sont végétaliennes. C’est très facile pour eux de le faire et ils se sentent généralement bien lorsqu’ils voient que je leur suis reconnaissant pour leur aide. Le plus souvent, ils finissent par acheter plus d’aliments végétaliens et moins de produits d’origine animale pour eux-mêmes.

La même chose s’applique lorsque je mange dans un restaurant où je ne comprends pas la langue utilisée. Si je mange avec d’autres végétaliens (comme ma petite amie), nous allons généralement dans des établissements où les options végétaliennes sont clairement indiquées sur le menu ou du moins où le personnel connait les options végétaliennes, comme Le Pain Quotidien à Paris. Et si je suis avec des amis non-végétaliens et que nous décidons de manger dans n’importe quel restaurant, je peux demander leur aide pour connaitre les aliments végétaliens qui sont proposés et que je peux donc commander.

Qu’en est-il de l’alimentation végétalienne en avion ? Mon expérience globale avec les compagnies aériennes m’a donné l’impression qu’elles sont systématiquement incompétentes lorsqu’il s’agit de servir des repas végétaliens sur les vols. Même lorsque je demande un repas végétalien à l’avance, les compagnies se trompent généralement. Leurs repas « végétaliens » sont souvent composés des produits d’origine animale comme le beurre (parfois cela est inscrit sur l’étiquette lorsqu’elles listent les ingrédients), ou elles oublient de mettre mon repas dans l’avion et l’hôtesse de l’air essaie de s’excuser au nom de la personne qui a déconné. En plus de cela, elles demandent généralement 25 dollars de plus par repas pour une option végétalienne, ce qui semble ridicule, d’autant plus que la nourriture n’est généralement pas très bonne.

Je rejette donc complètement la nourriture qui m’est proposée par les compagnies aériennes, y compris sur les longs vols internationaux. Je prépare ma propre nourriture. C’est plus satisfaisant, et je peux manger lorsque j’ai faim au lieu de m’en tenir à l’horaire des repas en vigueur dans l’avion. Je dois seulement m’assurer que ce que j’emballe peut passer par la sécurité. Une fois, je quittais Paris et la sécurité de l’aéroport a saisi un pot de confiture dans mon sac. Apparemment, la confiture est trop dangereuse pour monter dans un avion.

Être un végétalien sans complexe

Les nouveaux végétaliens sont souvent timides socialement, surtout lorsqu’il s’agit d’exiger que leurs besoins soient satisfaits. Certains parmi eux agissent comme s’ils devaient s’excuser d’avoir dérangé d’autres personnes, comme si c’était un fardeau injuste d’aider quelqu’un qui ne veut pas abattre des animaux pour se nourrir.

Je vous suggère de vous débarrasser de cette attitude. Être végétalien, c’est merveilleux. Vous ne devez jamais vous en excuser. En devenant végétalien, vous avez pris une décision qui avantage tout le monde. N’en doutez pas !

Ne succombez pas au lavage de cerveau qui vous dit que vous êtes un déchet social très exigeant. Ne vous marginalisez pas. Vous avez fait un choix éclairé. Vous n’êtes pas un paria. Vous êtes un leader ; agissez comme tel !

Beaucoup de végétaliens adoptent la mentalité selon laquelle le fait d’être végétalien les place en marge de la société. L’idée est que lorsque vous devenez végétalien, vous n’êtes plus une personne ordinaire. Vous êtes bizarre, différent et anormal. Vous n’êtes pas comme les autres.

Si vous adhérez à ce genre de raisonnement, vous aurez gobé sans le vouloir la propagande de l’industrie des produits d’origine animale. Ils consacrent une partie de leurs budgets marketing pour encourager, directement et par le biais d’associations commerciales, les gens à marginaliser les végétaliens de cette manière. Pourquoi ? Pour la simple raison que le végétalisme est une menace pour leurs profits. Ils manipulent donc les pressions sociales pour essayer d’empêcher le plus grand nombre de personnes de suivre cette voie.

Malheureusement, les végétaliens adhèrent aussi à ce genre de pensée. J’ai moi-même souvent craqué.

Au lieu de vous considérer comme un paria, appuyez-vous sur la vérité. En devenant végétalien, vous avez fait d’importants progrès dans l’amélioration de votre style de vie, non seulement dans votre propre intérêt, mais également dans celui des animaux, des autres personnes et du monde entier. Ce n’est pas de cette façon que se comportent les parias. C’est du leadership, tout simplement.

En passant au régime végétalien, vous vous êtes placé au sommet de la pyramide humaine en termes d’alignement avec l’intelligence, l’éthique et la croissance consciente. Soyez heureux de ce que vous avez accompli et continuez d’apprendre, de grandir et de vous améliorer.

Ce n’est pas un état d’esprit qui découle de l’arrogance ou de la vanité. C’est plutôt le fruit de l’attention et de la compassion. N’est-il pas évident qu’en tant que végétalien, vous vous comportez d’une manière plus attentionnée et plus compatissante envers la planète ? N’est-il pas évident que le monde serait bien meilleur si davantage de personnes faisaient de même ? Laissez donc l’évidence de votre choix se faire remarquer.

Soyez assez intelligent pour ne pas tomber dans le piège des nombreuses propagandes de l’industrie des produits d’origine animale qui vous parviennent souvent par l’intermédiaire des personnes que vous connaissez. C’est à vous de définir ce que le végétalisme signifie pour vous. C’est à vous de définir votre place dans la société. Je vous recommande vivement de prendre la place qui vous revient en tant que leader. Vous pourriez faire un excellent travail en aidant d’autres personnes à apprendre à se comporter avec plus de conscience, d’attention et de compassion, à la fois envers les animaux et les gens.

Si vous devez prendre des dispositions particulières pour obtenir de la nourriture végétalienne lors d’un évènement, d’une réunion de famille ou toute autre occasion, demandez sans complaisance à la personne responsable de la restauration d’ajouter des mets végétaliens dans le menu. Les personnes qui travaillent dans les services de restauration sont habituées à traiter des demandes diététiques différentes, même si certaines sont nettement plus informées et expérimentées que d’autres.

Soyez amical. Soyez poli. Demandez ce que vous voulez. Si la personne à laquelle vous vous adressez donne l’impression qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait, contournez-la et prenez vos propres dispositions. Apportez de la nourriture de l’extérieure s’il le faut. Toutefois, n’agissez pas comme si vous faisiez du tort à quelqu’un en lui demandant un repas qui vous convient.

Dans un passé récent, j’ai assisté à un évènement et il y a eu un buffet pour le déjeuner avec pratiquement aucune option végétalienne. Il y avait aussi un autre végétalien à l’évènement et j’ai remarqué qu’il avait l’air un peu triste et désespéré parce qu’il n’avait que quelques feuilles de laitue romaine dans son assiette. Nous avons commencé à discuter et je lui ai dit qu’étant donné qu’il n’y avait rien de décent au buffet, j’ai demandé à quelqu’un de me faire un sandwich végétalien à la cuisine et qu’ils allaient bientôt l’apporter. Je crois qu’il m’a répondu en ces termes : « Je ne savais pas que c’était possible. » Je lui ai demandé s’il en voulait un aussi, et il a répondu oui. Alors, je l’ai aidé à en commander un aussi, ce qui l’a rendu très heureux, sachant qu’il ne se contenterait plus d’une simple laitue pour le déjeuner. Il était végétalien depuis seulement deux ans, mais apparemment, il n’avait pas encore appris qu’être végétalien signifie demander ce que l’on veut. Je l’ai encouragé à demander ce qu’il veut s’il se retrouve une nouvelle fois dans une situation similaire — pas besoin d’être timide à ce sujet.

Les gens peuvent toujours refuser de vous aider, mais d’après mon expérience, cela arrive rarement, et même lorsque cela c’est le cas, c’est à cause de l’ignorance ou d’un manque d’ingrédients végétaliens accessibles, et non d’un manque de volonté.

Mon seul plan de secours, c’est que si je me retrouve dans une situation où les gens qui m’entourent ont un problème avec le fait que je sois végétalien, je pars tout simplement. C’est très rare que cela arrive, mais lorsque c’est le cas, je l’accepte et je m’éjecte de cet environnement hostile. Par exemple, si je participe à un évènement et qu’il y a des problèmes avec ma nourriture, s’il n’y a aucun moyen que cela soit réglé dans les brefs délais, je préfèrerais éviter de m’assoir en face d’une assiette vide pendant que tout le monde mange. Dans ces circonstances, je vais simplement m’excuser et aller faire un tour dehors. Je trouverai de la nourriture végétalienne ailleurs par moi-même, ou je vais simplement laisser tomber ce repas de la journée. Pendant que je suis dehors, j’ignore le manque temporaire de soutien social et je porte mon attention sur mon amour profond pour les animaux, ce qui désamorce toujours mes problèmes personnels. Et lorsque je reviens plus tard, après que tout le monde ait mangé, je me sens mieux, même si mon estomac est vide pour un temps.

Cependant, ce genre d’incident ne se produit que très rarement. Je reçois d’habitude mon plat végétalien personnalisé et bien préparé. Et très souvent, les consommateurs de viande d’animaux baissent leurs yeux sur leur poulet caoutchouteux ou leur poisson gluant, puis regardent avec envie mon repas qui est plus attrayant. D’autres se laissent aller à des commentaires comme : « Oh… J’aurais aimé demandé un plat similaire. Cela semble tellement mieux que ce que tout le monde mange. »

Je me souviens que lorsque j’ai participé à une retraite aux Bermudes en 2009, l’on m’a concocté des repas végétaliens crus magnifiquement préparés et le chef venait discuter avec moi chaque jour pour savoir ce qu’il devait préparer pour moi.

Ne vous sentez pas obligé de laisser tomber le dessert non plus. Si vous avez envie de prendre un dessert, essayez de demander un bol de baies fraiches. Vous pouvez en trouver presque n’importe où.

Ne vous excusez pas d’être du côté de l’intelligence, de la raison et de la compassion. Demandez de l’aide lorsque vous en avez besoin, mais ne soyez pas trop contrarié lorsque de temps en temps les gens vous ignorent.

Discrimination légale

Il s’agit peut-être d’un flou juridique, mais le végétalisme est probablement protégé contre la discrimination aux États-Unis par la législation de 1964 sur les Droits Civiques aux États-Unis. Cela signifie qu’il est sans doute illégal pour un employeur de faire preuve de discrimination contre vous parce que vous êtes végétalien. Au moins un tribunal fédéral américain a déjà tranché dans ce sens. Dans cette affaire, une femme végétalienne de l’Ohio a été virée pour avoir refusé de suivre une règle de son employeur qui voulait qu’elle se fasse injecter un vaccin à base d’œufs de poule. Elle a porté plainte avec le motif qu’une telle discrimination était illégale. L’entreprise a tenté d’obtenir un rejet, mais le tribunal a livré un verdict en faveur de la plaignante. En fin de compte, l’entreprise a réglé l’affaire à l’amiable. Je pense qu’il y avait de fortes chances que ladite entreprise perde l’affaire si elle était passée en jugement.

Le raisonnement juridique sous-tend que le végétalisme éthique comprend un ensemble de principes directeurs moraux, de sorte qu’il est protégé contre les actes discriminatoires des employeurs. Par conséquent, si votre entreprise vous renvoyait parce que vous êtes végétalien, vous pourriez la poursuivre en justice tout en ayant une bonne chance de gagner parce qu’elle vous aurait licencié pour vos croyances religieuses, ce qui est illégal. Il est possible que d’autres pays aient des lois similaires.

Ce qui m’intéresse également, c’est de savoir si une entreprise dirigée par des végétaliens pourrait refuser d’embaucher une personne parce qu’elle n’est pas végétalienne, surtout s’il s’agit d’une entreprise végétalienne et que l’éthique végétalienne était intégrée dans son modèle d’entreprise. D’après ce que je sais, ce serait certainement légal, car il est peu probable que le désir de faire des sacrifices d’animaux soit protégé par la loi. Toutefois, vous devrez consulter un avocat à ce sujet.

Vous faites peut-être partie de la minorité en tant que végétalien aujourd’hui, mais cela finira par changer. Si vous faites des recherches approfondies sur l’industrie des produits d’origine animale, alors vous savez déjà qu’elle est fondée sur des insanités insoutenables et sur la persistance continue du mensonge et de l’ignorance. Si beaucoup d’êtres humains continuent d’apprendre et de grandir, nous finirons par corriger ce comportement inintelligent. Je doute que nous abandonnions complètement les produits d’origine animale tant que l’intelligence artificielle ne sera pas plus ancrée dans notre société. C’est un domaine dans lequel je m’attends à ce que des machines plus avancées aggravent le problème (sous la forme d’abattoirs entièrement automatisés pour augmenter la production et réduire les couts), mais je m’attends également à ce que des machines encore plus intelligentes éliminent complètement le problème. Qu’elles permettent aux humains de survivre ou non, il n’est tout simplement pas rationnel pour des machines intelligentes de continuer de telles folies.

Passer au végétalisme n’est qu’un début

Vos amis qui consomment de la viande d’animaux vous donneront certainement l’impression que devenir végétalien est une sorte de grand saut dans la contreculture et qu’une fois que vous avez franchi cette étape, vous êtes un fanatique et un extrémiste. D’après eux, il n’y a plus aucune autre étape après cela. Vous êtes surement déjà allé beaucoup trop loin. Si vous commettez l’erreur de croire à ces absurdités, vous arrêterez d’explorer l’incroyable croissance qui vient après que vous soyez devenu végétalien.

Je comprends que le fait de devenir végétalien peut être une étape clé de votre croissance personnelle. Comment pourrait-il y avoir plus de choses à faire après cela ? Vous êtes déjà si loin devant le reste de la société. Ne devriez-vous pas vous arrêter là et attendre que tout le monde vous rejoigne ?

Essayez de ne pas tomber dans ce piège. Devenir végétalien est à coup sûr un énorme pas que vous faites en avant, mais il y a encore beaucoup d’autres choses à faire après cela. Une fois cette étape franchie, vous en verrez une autre… et une autre… et une autre encore. Franchissez ces étapes au fur et à mesure qu’elles se présentent à vous. Ne permettez pas aux gens qui pensent que vous êtes déjà incroyablement différent de vous retenir. De même, ne vous laissez pas intimider par ceux qui semblent être à un niveau d’évolution inaccessible.

Je ne suis pas devenu végétalien par compassion. Pour moi, tout a commencé par un essai de 30 jours. C’était une expérience. Je l’ai faite principalement par curiosité et pour ma croissance personnelle. Au fur et à mesure que j’avançais sur cette voie, j’ai constaté que cela transformait progressivement ce que je ressentais pour les animaux. Les animaux me laissaient aussi indifférent que mon voisin, mais une fois que j’ai cessé de manger leur viande et de prendre leurs œufs et leur lait, j’avais de plus en plus de mal à continuer de les considérer comme des produits de consommation. Maintenant, je regarde en arrière et je me dis qu’il est insensé de considérer les animaux comme des produits à acheter et à vendre pour leur chair. C’est vraiment horrible de faire cela à de si belles créatures !

Au lieu d’écouter les gens qui estimaient que j’étais déjà allé trop loin, je suis heureux d’avoir continué à écouter mon cœur au fur et à mesure que son influence s’accentuait dans ma vie. J’ai fait beaucoup d’autres pas sur ce chemin après être devenu végétalien et au fur et à mesure que je le faisais, je me sentais beaucoup mieux dans ma peau et sur mon chemin de croissance.

J’ai arrêté d’acheter des produits en cuir. J’ai arrêté de tuer les insectes qui entraient dans ma maison. J’ai pris d’autres mesures pour renforcer mon engagement et mon alignement sur cette voie.

Je n’arrêtais pas de chercher des occasions d’explorer mes sentiments et ma connexion avec les animaux. Je me suis promené seul dans les bois, j’ai rencontré des ours noirs et j’ai marché entre la maman ours et son petit. J’ai caressé un aigle. J’ai caressé un colibri. J’ai embrassé un loup. J’ai passé une semaine dans une ferme en Espagne pendant une semaine, et j’ai passé du temps à communier avec les animaux qui s’y trouvaient.

Plus j’évoluais sur mon chemin en tant que végétalien, plus je rencontrais de belles choses, plus j’appréciais l’unicité et plus je me sentais centré. Je sais maintenant que mes premières années en tant que végétalien ont été consacrées à l’exploration des profondeurs. Il y a tellement de merveilles à découvrir après cela.

Ne laissez pas les consommateurs de viande d’animaux vous ralentir. Une fois que vous devenez végétalien, faites une pause si vous en avez besoin, mais continuez de grandir. Ne vous inquiétez pas des mesures qu’il vous faudra encore prendre.

Devenir végétalien, c’est comme traverser une porte vers un tout nouveau royaume de croissance. Profitez de la transition par la porte et célébrez votre passage, mais assurez-vous d’explorer le royaume en profondeur. Je vous garantis que c’est un royaume incroyablement beau.

Honorer vos vrais sentiments

Une fois que vous devenez végétalien pendant un certain temps, vous pouvez constater que la force de vos émotions augmente considérablement, surtout si vous adoptez un régime crudivore. Vous serez beaucoup plus en phase avec vos sentiments et il sera plus difficile de les ignorer.

Cela a un gros avantage. Vos émotions seront plus fortes que jamais. Vous pourrez vivre un amour et une joie intense comme vous ne l’avez jamais ressenti auparavant. Vous pouvez repenser aux jours où vous mangiez de la viande d’animaux et vous réaliserez que vous étiez un zombie émotionnel à l’époque. En tant que végétalien, vous vous sentirez beaucoup plus vivant à l’intérieur de vous.

Le revers de la médaille, c’est qu’à mesure que les aigus (zones de hautes fréquences) sont amplifiés, les graves (zones de basses fréquences) le sont aussi. Vous pourriez ainsi devenir beaucoup plus sensible aux sentiments des autres. Si quelqu’un à côté de vous est stressé ou déprimé, vous le sentirez certainement. Certaines vérités biologiques expliquent cela, et elles dépassent la portée de cet article, mais les changements dans votre sensibilité émotionnelle peuvent causer des ondulations dans d’autres parties de votre vie. Il vous sera beaucoup plus difficile de faire un travail qui ne vous inspire pas. Vous aurez du mal à rester dans une relation sans vie. Il vous sera beaucoup plus difficile de cohabiter avec des personnes négatives. Vous aurez de plus en plus de mal à faire du mal aux autres.

Au début, vous essaierez peut-être de refouler ces sentiments. Vous pouvez constater que vous êtes de plus en plus attiré par des aliments plus lourds. Vous pouvez ressentir l’envie de vous adonner à la malbouffe végétalienne pour atténuer votre sensibilité. Trouvez votre échappatoire temporaire si vous avez besoin d’une pause par rapport à ces sentiments, mais à long terme, il est préférable de se tourner vers eux. Laissez-vous submerger par ce que vous ressentez et laissez vos sentiments inspirer vos actions.

En plus de 20 ans de travail sur ma croissance consciente, la décision la plus importante que j’ai prise est de devenir végétalien. Rien ne s’en rapproche lorsque je considère les conséquences qu’elle a engendré… pas même le fait de m’être marié ou d’avoir eu des enfants.

Si je n’étais pas devenu végétalien, je n’aurais pas lancé un blog sur la croissance personnelle. Je n’écrirais pas des articles pour aider les gens à grandir. Je n’aurais pas supprimé les droits d’auteur de mon travail. Je ne serais pas en train de faire des ateliers et de donner des allocutions publiques. Je ne serais pas autant préoccupé par le fait d’aider les gens. Je n’étais pas ce genre d’homme lorsque je traitais les porcs, les poulets, les vaches et les poissons avec un grand manque de respect en les considérant comme des produits de consommation. Je ne ressentais pas ce niveau d’attention. Devenir végétalien a changé tout cela et a profondément changé ma vie.

Sur le plan émotionnel, cela a été un vrai imbroglio. J’ai fini par me soucier de beaucoup de personnes, y compris celles qui ne semblent pas vraiment se soucier des animaux. Je me suis retrouvé dans la situation inconfortable de reconnaitre que je fais partie d’une famille qui est en guerre contre elle-même.

Il se peut que vous vous retrouviez dans un imbroglio émotionnel similaire de temps à autre. Parfois, il se peut que vous ne sachiez pas comment gérer ces sentiments. Il vous faudra peut-être vous retirer du monde de temps en temps. C’est ce que je ressens parfois. Je vous suggère de faire de votre mieux pour honorer vos sentiments et les laisser vous guider au lieu de les refouler.

Parfois, je ne supporte pas d’être avec des consommateurs de viande. Leur ignorance et leur indifférence ont tendance à déteindre sur moi. Je suis attristé par leur refus d’aider à soulager les souffrances qu’ils soutiennent activement. Parfois, ces sentiments ne sont pas déclenchés par des évènements ou des circonstances spécifiques. Le simple fait de savoir que tant d’animaux sont abattus chaque jour et vendus me casse le moral lorsque j’y prête attention.

J’ai compris que lorsque j’ai besoin de passer du temps loin des mangeurs d’animaux, il vaut mieux pour moi honorer ces sentiments. Je disparais donc de leur monde pour un moment, je me retire dans mon sanctuaire végétalien, j’ignore toutes les invitations qu’ils me font et je passe du temps uniquement avec d’autres végétaliens. Je ne leur explique pas ce que je fais parce qu’ils ne comprendraient pas. Les sentiments comme les miens ne font pas partie de leur monde. Ces retraites temporaires m’aident beaucoup. Elles restaurent ma foi en l’humanité. Elles font disparaitre les sentiments d’impuissance. Elles renforcent ma patience. Elles me donnent l’inspiration pour continuer à encourager les gens à vivre de manière consciente. Je me sens de nouveau fort.

Je vous encourage également à honorer vos sentiments sur ce chemin. Lorsque vous vous sentez affaibli par une exposition excessive à la cruauté et à l’indifférence, prenez n’importe quel type de retraite dont vous avez besoin pour restaurer votre énergie.

J’aime vraiment le fait qu’être végétalien m’aide à rester conscient. Sur ce chemin, je pense constamment à mes choix et à leurs conséquences à long terme. Je vois le contraste entre le chemin que j’ai choisi et mon ancien style de vie inconscient presque tous les jours. En tant que végétalien, je trouve impossible de me rendormir. Ce chemin me tient éveillé, surtout dans mon cœur. Cela m’empêche de m’engourdir.

Cohabiter avec les consommateurs de viande d’animaux

En tant que végétalien, vous serez probablement exposé à un grand nombre d’agissements maladroits de la part des personnes qui consomment de la viande d’animaux. Il est important pour vous d’apprendre à faire face à cette situation parce que vous y serez probablement confronté pendant une grande partie de votre vie, mais ne vous inquiétez pas, tous les problèmes sont maitrisables.

Lorsqu’ils apprennent pour la première fois que vous êtes végétalien, les consommateurs de viande d’animaux font généralement semblant de se soucier des animaux et de s’excuser pour leur comportement. Beaucoup d’entre eux essaieront de se justifier par des propos comme : « Je ne mange que des animaux élevés/nourris avec de l’herbe », comme si cela était supposé rendre l’abattage des animaux plus agréable pour un végétalien. Ces expressions sont également dénuées de sens sur le plan juridique. De plus, de telles affirmations sont de toute façon fausses et ridicules. En dépit de toutes les fois que j’ai entendu cette déclaration, je ne me souviens pas d’une seule occasion où je suis sorti manger avec un consommateur de viande qui cherche à savoir si la chair qu’il a commandée provenait d’un animal élevé ou nourri avec l’herbe. Il commande simplement tout ce qu’il y a au menu, comme ils le font toujours.

Vous tomberez probablement sur plusieurs consommateurs de viande qui essaient d’influencer l’avis que vous avez sur eux, surtout, en vous faisant croire qu’ils se soucient du sort des animaux, mais ensuite vous verrez que leur véritable comportement indique le contraire. Il faut vous y habituer, car ce genre de choses est extrêmement courant. En tant que végétalien, vous allez surement vous retrouver régulièrement face à ce genre de situations.

Certains consommateurs de viande feront semblant d’être végétariens ou des végétaliens en faisant des déclarations comme : « Je suis aussi végétarien, sauf que je mange du poisson une fois par semaine. » Soyez prêt à entendre de nombreuses déclarations qui se réduisent à : « Je suis en majeure partie végétalien, excepté lorsque je mange des aliments non-végétaliens. »

Il est difficile de trouver un végétalien de longue date à qui l’on n’a pas posé cette question totalement ignare : « Où trouvez-vous vos protéines ? » L’industrie des produits d’origine animale a fait un travail remarquable qui a eu pour conséquences d’approfondir le niveau d’ignorance à ce niveau. Pendant vos premières années en tant que végétalien, vous pourriez être tenté d’éduquer les consommateurs de viande d’animaux en prenant la question au sérieux et en y apportant une réponse réfléchie. Cependant, vous finirez par constater que la question est tout simplement stupide et qu’elle ne mérite pas une réponse sérieuse. Lorsque vous vous en rendez compte, cela peut vous aider à vous détendre.

Pour ma part, je trouve la question sur les protéines si stupide que j’y réponds avec sarcasme ou par des propos moqueurs. J’ai essayé d’y répondre sérieusement pendant mes premières années en tant que végétalien, mais après cela, je m’en suis remis à mes instincts les plus bas. L’une de mes plus belles manières de répondre à la question sur les protéines ces jours-ci est de dire : « Je n’ai pas mangé de protéines depuis 1993. Je devrais être mort. » Ensuite, j’invite la personne à me parler de quelqu’un qu’il a déjà vu souffrir d’une carence en protéines et des symptômes remarqués, afin que je sache à quoi m’en tenir dans les années à venir.

Lorsque vous êtes confronté à la pure stupidité — d’ailleurs vous allez régulièrement y être confronté — faites de votre mieux pour gérer cela sans broncher. Si vous avez envie d’éduquer les consommateurs de viande de temps en temps, vous pouvez vous amuser à le faire, mais ne vous sentez pas obligé d’être leur conseiller en nutrition si ce rôle ne vous intéresse pas. Bien sûr dans ce cas, l’on ne prend pas en compte les premières années de votre vie de végétalien.

Lorsque vous devenez fraichement végétalien, et que vous vous sentez assez vertueux, vous apprécierez peut-être participer à des débats avec des consommateurs de viande, surtout une fois que vous vous serez suffisamment instruit pour constater que c’est vous qui êtes du côté de la vérité. Si cela vous plait, amusez-vous bien. Cependant, ne vous sentez pas obligé de vous lancer dans de tels débats pour le reste de votre vie simplement parce que vous êtes végétalien.

À ce stade de mon parcours végétalien, je n’ai pas vraiment envie de débattre de mon mode de vie avec des consommateurs de viande d’animaux. J’ai eu près de 20 ans pour entendre tous leurs arguments ; pour faire mes propres recherches ; pour réfléchir soigneusement à chaque point et pour apprendre la vérité. Bien que je sois heureux d’aider les gens qui s’intéressent vraiment à cette voie en partageant des astuces, des conseils et des ressources, pourquoi voudrais-je perdre du temps à débattre avec quelqu’un qui veut juste discuter avec moi afin de justifier ses propres habitudes de vie ? D’après mon expérience, ce genre de débat n’est bénéfique pour personne. Comme le dit l’adage : un homme convaincu contre sa volonté est toujours du même avis.

Par conséquent, en règle générale, je n’autorise pas les personnes qui approuvent la cruauté à débattre avec moi de mon mode de vie de végétalien. De tels débats étaient intéressants et m’avaient beaucoup intéressé dans les années 1990, mais ils n’ont plus aucune valeur à mes yeux.

Cela dit, il est assez fréquent pour certains consommateurs de viande de penser que, juste parce que vous êtes végétalien, ils ont le droit de débattre de vos choix en termes de style de vie. Pour cette raison, de nombreux végétaliens, en particulier les nouveaux, se retrouvent mêlés à de nombreux débats de ce genre. Cela peut se révéler très chronophage, surtout si vous vous engagez vraiment dans le débat et que vous vous retrouvez à chercher des références pour étayer vos arguments.

Permettez-moi toutefois de vous donner un raccourci. Vous n’avez absolument pas à céder à de telles demandes si vous ne le souhaitez pas. Les consommateurs de viande d’animaux n’ont pas le droit de débattre avec vous du végétalisme simplement parce que vous êtes végétalien. Vous pouvez leur accorder ce privilège si vous le désirez, mais je vous encourage fortement à refuser si vous n’avez pas l’impression que le processus et le résultat seront bénéfiques.

De plus, vous n’êtes pas non plus tenu d’accepter d’être interviewé (officiellement ou officieusement) au sujet de votre mode de vie. Si vous avez envie de répondre à des questions sur le fait d’être végétalien, allez-y, mais ne vous sentez pas obligé de le faire. Vous n’avez pas besoin d’être le conseiller en nutrition de quelqu’un simplement parce que vous êtes végétalien.

Vegan Sidekick est un formidable site Web que quelqu’un a récemment partagé avec moi et qui couvre les relations entre les végétaliens et les consommateurs de viande d’animaux d’une manière humoristique. Le site est rempli de caricatures qui vous feront rire à haute voix (si vous êtes végétalien) parce qu’elles sont si vraies et si courantes. Je vous encourage à parcourir les archives et à jeter un coup d’œil à certaines caricatures. Cela vous aidera à comprendre que le comportement maladroit que vous observez chez la plupart des consommateurs de viande d’animaux est répandu et universel. Vous pourriez banalement passer des heures sur le site. Je pense que l’une des raisons qui expliquent l’immensité du contenu réside dans l’envergure de la conduite ridicule des amateurs de viande d’animaux vis-à-vis des végétaliens.

J’ai constaté que discuter avec les amateurs de viande d’animaux selon leurs conditions est une impasse pour moi. Je ne peux pas continuer d’entrer dans leur monde en faisant semblant d’être comme eux. Je trouve beaucoup plus agréable de les inviter dans mon monde. Au lieu de les traiter avec la froideur, l’indifférence et la distance sociale qui caractérisent l’univers des consommateurs de viande, je les invite à se joindre à moi dans un monde chaleureux, attentionné et plein de compassion envers les animaux. Je n’essaie pas de les persuader de devenir végétaliens. Je me connecte simplement avec la partie en eux qui est déjà végétalienne, la partie qui veut vraiment se soucier des autres.

S’ils s’enfuient en criant, qu’il en soit ainsi.

Romantisme végétalien

Qu’en est-il des relations amoureuses avec des non-végétaliens ? Pour une relation à court terme qui dure par exemple quelques semaines, je pense que c’est faisable, surtout si vous avez de bonnes raisons d’explorer ensemble. Cependant, je ne recommanderais pas cela dans le cadre d’une relation sérieuse à long terme. Je peux certainement comprendre que les gens finissent par avoir de telles relations, mais la triste réalité est qu’une relation à long terme avec un non-végétalien retardera très probablement votre croissance et réduira votre bonheur en général. Pour le végétalien, une telle relation devient un énorme piège, conduisant à beaucoup de sentiments refoulés. La tristesse est évidente.

L’amour en lui-même est très puissant. Cela peut créer d’incroyables liens. Cependant, la compatibilité a son importance. Même si une relation végétalien/non-végétalien peut être très affectueuse et peut avoir ses bons moments, elle souffrira toujours du problème de compatibilité. Un fort potentiel de partage est perdu.

Vous serez généralement beaucoup plus heureux à long terme avec quelqu’un qui a des valeurs compatibles aux vôtres et qui partage votre sens de l’éthique. Une vraie relation purement végétalienne vous permet d’approfondir votre amour l’un pour l’autre, et votre éthique partagée vous aidera à créer des liens d’une manière que vous ne connaitrez jamais avec des non-végétaliens. Bien que la tolérance ait sa place, ne confondez pas la tolérance avec l’amour.

Qu’en est-il d’une relation entre un végétalien et un végétarien ? Je ne vous recommande pas cela non plus. Un végétarien qui consomme encore des produits d’origine animale n’a pas pris le même engagement que vous. À mon avis, la vie d’un végétarien se rapproche plus de celle d’une personne qui consomme de la viande que de celle d’un végétalien. Sur le spectre de l’alimentation animale par rapport au végétalisme, je dirais que le végétarisme se situe à peine à 20%. Les 80% restants sont vraiment importants.

Vivre dans une maison sans aucun produit d’origine animale est très différent de vivre dans une maison avec certains produits d’origine animale. Quel végétalien veut voir du lait ou des œufs dans son réfrigérateur ?

Je sais que c’est un sujet délicat pour beaucoup de gens. La réalité que je constate généralement dans les relations entre végétaliens et non-végétaliens, c’est qu’ils s’aiment vraiment. Les végétaliens aimeraient que leur partenaire soit également végétalien, mais si cela ne semble pas probable, ils feront de leur mieux pour vivre avec l’incompatibilité afin de préserver la relation. Cependant, ils cachent normalement ce sentiment à leur partenaire, afin de préserver l’harmonie et d’éviter une dispute qui pourrait potentiellement nuire à la relation. Que faire alors ? Poursuivre une telle relation ou partir ? Même s’il faut beaucoup de courage pour partir, c’est habituellement la bonne décision dans de telles situations. Dans le cas d’espèce, il y a une incompatibilité majeure dans le style de vie, et ce sera toujours un fantôme qui hantera la relation. Vous serez plus heureux dans une autre relation.

En dépit de ma position assez claire sur cette question, je comprends que c’est le genre de décision qui peut mettre votre intellect et vos émotions à rude épreuve. Cela dit, je vous encourage à vous offrir le cadeau d’explorer et de profiter des profondeurs incroyables d’une vraie relation entre végétaliens. C’est une merveille au-delà des merveilles, et c’est une chose que seuls les végétaliens peuvent expérimenter les uns avec les autres.

Devenir entièrement végétalien

Les gens commencent à explorer la voie du végétalisme pour diverses raisons. Certains le font pour des raisons de santé. Certains le font pour des raisons éthiques. Certains encore le font pour des raisons environnementales. D’autres (y compris moi) y sont arrivés par exploration et par expérimentation, poussés par la curiosité.

Toutefois, lorsque vous vous engagez sur ce chemin et que vous constatez qu’il s’aligne avec votre personnalité, faites un engagement réel et durable.

Une chose qui m’a aidé à m’engager était de m’instruire énormément sur de nombreux aspects du végétalisme. J’avais besoin de convaincre mon esprit que c’était le bon choix pour moi. J’ai lu beaucoup de documents à ce sujet, y compris de nombreux écrits anti-végétaliens. À maintes reprises, lorsque je me suis intéressé de près à la question, j’ai pu voir que la vérité favorisait le végétalisme.

Sur le plan émotionnel aussi, j’ai passé beaucoup de temps à explorer mes sentiments envers les animaux, envers la planète, envers les consommateurs de viande d’animaux et envers les autres personnes. J’en suis venu à conclure que ma vie allait beaucoup mieux lorsque je me souciais davantage des autres êtres vivants, plutôt que d’essayer d’être dur, indépendant et indifférent.

Grâce à ce processus, je suis devenu un végétalien engagé. Cet engagement signifie beaucoup pour moi. C’est consciemment que j’ai choisi de le faire. Une grande partie de ma vie aujourd’hui est consacrée à honorer cet engagement et à continuer à l’explorer. Cela touche tous les aspects de ma vie.

Je pense qu’il serait utile pour vous de choisir votre propre espace, de l’aménager et de le rendre 100% végétalien. Pour moi, c’est ma maison. Le reste du monde n’est peut-être pas végétalien en ce moment, mais ma maison est mon sanctuaire végétalien.

Lorsqu’un invité veut rester avec moi, il n’a pas le droit d’apporter des produits d’origine animale dans ma maison. Si quelqu’un insiste néanmoins et le fait, je le fais simplement sortir.

J’étais beaucoup plus flexible à ce sujet. Je n’autorisais pas la chair animale dans ma maison, mais je laissais les invités apporter des aliments végétariens lacto-ovo à l’intérieur s’ils le voulaient. J’ai vite fait de supprimer cette possibilité également, car cela me dégoute de voir des œufs ou du fromage dans mon propre réfrigérateur. Et l’odeur des œufs de poule dans ma cuisine est vraiment nauséabonde. Je me suis senti beaucoup mieux lorsque j’ai décidé de ne plus permettre cela chez moi. Qu’il y ait des invités ou non, je peux maintenir une ambiance végétalienne dans ma maison en tout temps, et c’est tellement mieux.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous encourage à porter uniquement des vêtements végétaliens et à éviter strictement des articles qui proviennent d’animaux maltraités comme le cuir. De nos jours, il est facile de trouver des chaussures, des ceintures et d’autres vêtements végétaliens en faisant une simple recherche en ligne. Actuellement, je porte une paire de chaussures en chanvre qui sont très belles.

Certains végétaliens pensent que parce qu’ils avaient l’habitude d’acheter des articles dérivés d’animaux avant de devenir végétaliens, ils peuvent tout simplement continuer d’utiliser ces articles jusqu’à ce qu’ils s’usent. Je comprends ce raisonnement, mais je constate aussi que les végétaliens se sentent généralement mieux lorsqu’ils font finalement don de ces derniers articles et achèvent la transition le plus tôt possible. Une végétalienne m’a récemment confié qu’elle se sentait mieux en sachant qu’elle ne faisait pas par inadvertance de la publicité pour de tels produits en les portant en public.

Lorsque vous arrivez au point où vous pouvez raisonnablement dire que vous êtes végétalien à 100%, vous constaterez que c’est très différent de l’être à 99%. En réalité, atteindre un véritable style de vie 100% végétalien n’est peut-être pas toujours réaliste, mais s’il y a une prochaine étape évidente à franchir, comme vous débarrasser de votre sac à main, de vos chaussures ou de votre étui d’iPad en cuir ou encore de vos produits cosmétiques non-végétaliens, alors franchissez cette étape par tous les moyens. Cela vous donne aussi l’occasion de soutenir ceux qui proposent des solutions alternatives ; des produits fabriqués sans maltraiter les animaux.

Je pense que vous vous sentirez beaucoup plus en harmonie avec vous-même en tant que végétalien si vous vous assurez que votre maison et vos biens reflètent vos vraies valeurs. Si votre capacité à faire cela est actuellement limitée (si vous avez un colocataire non-végétalien ou si vous vivez avec une famille non végétalienne), alors faites du mieux que vous pouvez. Toutefois, continuez d’avancer vers l’objectif qui est de faire en sorte que votre style de vie reflète pleinement vos valeurs végétaliennes. Il s’agit d’un objectif bien noble et d’une merveilleuse étape à franchir.

C’est à vous d’explorer et de décider jusqu’à quel point vous voulez être puriste. Il s’agira d’un processus continu. Dans un monde où la violence envers les animaux est si répandue, votre interdépendance signifie qu’à un moment donné, vous vous retrouverez dans une zone grise. Certaines de ces zones grises peuvent ne pas vous poser de problèmes. D’autres peuvent en revanche vous mettre au défi de prendre de nouvelles décisions. Je ne peux pas vous donner des conseils sur toutes les possibilités, mais je peux vous dire que si une zone d’ombre continue d’attirer votre attention, c’est probablement quelque chose que vous devez réévaluer.

Créer vos propres rituels végétaliens

Au fur et à mesure que vous vous débarrassez de vos anciens rituels liés aux conditionnements sociaux qui avaient été soumis à un lavage de cerveau depuis votre enfance, je vous encourage à créer vos propres rituels pour les remplacer. Créez des rituels qui ont réellement un sens pour vous.

La plupart du temps, je me lève à 5 heures du matin et je vais courir. J’adore courir dehors le matin. J’aime à quel point il est bon de bouger mon corps, d’augmenter mon rythme cardiaque, de respirer l’air frais et de regarder le soleil du matin sur les montagnes.

Après ma course, je m’assois environ 20 minutes sur un banc de parc, dans un bosquet d’arbre peuplé de quelques dizaines d’oiseaux. Peu après l’aube, les oiseaux deviennent très actifs, pépiant et chantant pour accueillir le nouveau jour. Je reste assis là, seul, à regarder et à écouter. Je souris. J’apprécie le lever du soleil. Je ressens ma connexion avec la terre et avec tous les êtres vivants.

Pendant que je suis assis sur le banc et que je porte mon attention sur les oiseaux, j’admire leur beauté et leur élégance. Je les regarde planer sans effort dans l’air, d’un arbre à un autre. Je remarque les différentes espèces présentes. Je ressens à quel point il est bon de se connecter silencieusement avec eux et avec d’autres animaux avec respect et admiration plutôt qu’avec violence, contrôle ou indifférence. Je me permets de me soucier d’eux. J’aime à quel point cela fait du bien de témoigner de la compassion. Cette attention me remplit d’une délicieuse chaleur.

Pendant une vingtaine de minutes, je réfléchis à mon existence. Je remarque à quel point je me sens conscient et éveillé pendant ce temps. Je pense aux nombreuses joies de ma vie pour lesquelles je suis reconnaissant. Je remarque à quel point c’est bon de se lever tôt et de courir. Je pense à ma petite amie que j’aime tant, et je pense au fait que je rentrerai bientôt lui faire des câlins. Je pense à mes défis actuels et à la manière dont ils m’aident à apprendre et à grandir. Je demande à la terre comment je peux être utile aujourd’hui, et j’écoute sa réponse. Je dialogue avec la vie.

Pour moi, c’est un moment de la journée très paisible, très conscient, très beau. C’est un rituel simple ; c’est plus une pause qu’une activité spécifique, mais cela m’aide à me sentir physiquement, mentalement et émotionnellement enraciné ainsi que spirituellement éveillé et conscient.

Ce que j’aime dans le fait d’être végétalien, c’est que je n’ai plus à avoir peur de me soucier des autres ou du monde qui m’entoure. Au lieu de chercher à bloquer ces sentiments, je m’en délecte maintenant. J’aime la chaleur qui remplit mon cœur lorsque je prends le temps de créer et de ressentir ces sentiments encore et encore. Je m’adonne à ces sentiments comme à un rituel quotidien, sans avoir à craindre la croissance qu’ils m’inspireront.

Lorsque je mangeais des animaux, je ne pouvais jamais me permettre d’explorer de telles pratiques. Témoigner de la compassion aurait été trop risqué, alors je ne le faisais pas. Je m’efforçais de devenir plus fort, mais pas plus aimant. Maintenant par contre, je peux regarder en arrière et voir à quel point j’ai limité mes forces en ne me donnant pas la possibilité de témoigner plus de compassion et je peux constater à quel point je me suis refusé cette beauté.

Je vous encourage à approfondir votre propre pratique du végétalisme avec des rituels simples qui vous permettront de vivre pleinement la déliciosité de cette voie d’une manière que vous ne pouviez pas vous permettre à l’époque où vous n’étiez pas végétalien. Une fois que vous cessez de consommer de la viande d’animaux, vous n’aurez plus à faire face à la dissonance cognitive du traitement des animaux avec tant d’indifférence et de brutalité tout en prétendant maladroitement que vous êtes toujours une personne aimable et attentionnée. Cela vous donnera la liberté d’explorer la vraie bienveillance et la compassion au lieu de l’ancienne compassion. Le chemin du végétalisme est absolument merveilleux, alors offrez-vous le privilège de l’explorer.

Prenez vraiment soin des animaux de ce monde. Ils méritent d’être tellement mieux traités.

Note : Cet article est une traduction de l’article How to Be Vegan de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *