Le polyamour : Un regard nouveau sur les relations

le polyamour« Nos plus grands actes de violence ne sont peut-être pas réservés aux expériences qui nous sont les plus étrangères, mais à celles qui sont les plus proches de la vérité sur nous-mêmes ». — Jonathan Mooney

Dans cet article, je vais franchement partager mes réflexions sur le polyamour, la monogamie, le mariage et les relations intimes en général.

La peur d’être blessé

Un problème qui semble constituer un obstacle pour beaucoup de gens, c’est la possibilité d’être blessé. Les relations monogames peuvent faire beaucoup de mal quand elles tournent mal, et il semble raisonnable de supposer que le polyamour pourrait accentuer ce mal, ne serait-ce que parce qu’il y a plus de cœurs impliqués.

L’une des raisons pour lesquelles les gens craignent d’être blessés, c’est qu’ils ont eu de mauvaises expériences dans le passé et ne se sont pas encore complètement remis. Un autre problème, c’est que les gens craignent indument de faire du mal aux autres parce qu’ils ont causé du tort à d’autres personnes dans le passé ; et qu’ils ressentent encore beaucoup de culpabilité et de regret.

Que faut-il pour se débarrasser de cette peur et de cette douleur et pour trouver le courage de prendre de nouveaux risques dans vos relations, dans l’espoir d’éprouver toujours plus de joie ?

En gros, il suffit de retourner dans l’arène et de faire du mieux que l’on peut… sans trop craindre d’être blessé. Avec le temps, votre calibrage s’améliorera. Vous apprendrez à éviter les cœurs brisés, et vous apprendrez à créer de la joie de façon plus constante. Malheureusement, il faut passer par la phase de souffrance pour parvenir à la phase de joie.

Si vous vivez votre vie de façon à ignorer que vous pouvez blesser les autres ou être blessé vous-même, vous aurez une existence très ennuyeuse, monotone et lâche. C’est ainsi que les toxicomanes veulent vivre. Bien sûr, la douleur a toujours son mot à dire plus tard.

Quiconque veut vivre consciemment doit accepter le fait qu’être déçu fait partie du jeu de la vie. Cela arrive.

Lorsque quelqu’un vous blesse, la meilleure façon de réagir, c’est de vous relever, de vous dépoussiérer, de soigner vos bleus, de réfléchir à ce que vous avez appris et de reprendre le jeu avec encore plus de détermination que lorsque vous avez subi le revers.

Les blessures guérissent. Cela inclut aussi bien les blessures que vous infligez que celles que vous subissez.

La vie m’a mis KO plusieurs fois. J’ai été arrêté et condamné. J’ai fait faillite en essayant de bâtir ma première entreprise. Comme si cela ne suffisait pas, j’ai été viré de mon appartement pour défaut de paiement. Les gens m’ont critiqué publiquement parce que j’ai opté pour le polyamour.

Cela fait-il mal de subir de telles choses ? Bien sûr que oui. Je ne suis pas invulnérable.

Je sais que la vie ne cessera pas de me mettre KO. Et chaque fois que je me lèverai, je me dépoussièrerai et soignerai mes blessures. Ensuite, je dirai sur mon ton le plus grossier : « Bien essayé. C’est le mieux que tu peux faire ? »

Je ne veux pas entrer dans ma tombe dans un état impeccable et « comme neuf ». Je ne mourrai pas sans partager toute ma musique. Quand le légiste examinera mon cadavre, je veux qu’il dise : « Qu’est-ce qu’il a bien pu faire à son corps ? »

N’essayez pas d’être insensible parce que vous cherchez à vous protéger contre les blessures. N’essayez pas de vous protéger de la douleur émotionnelle. Cela ne fera que vous rendre froid et insensible. Si vous vous déconnectez de votre cœur, vous vous déconnectez de tout. Vous arracherez ainsi à votre vie, toute sa délicieuse saveur.

Au lieu de cela, prenez le revers comme il vient, et acceptez-le pleinement. Écoutez ce que la douleur vous dit, apprenez d’elle et progressez à travers elle. Considérez cette déception comme un cadeau plutôt que comme une punition. Recherchez la joie qui se cache derrière la tristesse.

Le message de la douleur est le suivant : Malgré ce qui s’est passé, pouvez-vous encore répondre avec amour ?

Même lorsque vous êtes confronté à des émotions négatives, pouvez-vous voir au-delà et décider consciemment de répondre avec amour au lieu de réagir avec peur ?

Pouvez-vous voir à quel point ce processus est utile à long terme ? Plus vous êtes déçu, plus vous développez votre capacité à choisir l’amour.

Si vous vous intéressez à quelques-unes des âmes les plus affectueuses de la terre, vous verrez que leur passé est souvent marqué par des abus et des souffrances que vous ne pouvez imaginer. On les démolit, mais ils reviennent toujours avec plus d’amour. Sentez-vous la puissance de ce mode de vie ?

Je suis conscient que tout le monde n’a pas cet état d’esprit. Que puis-je dire à ce sujet ? Est-il vraiment utile de se complaire dans l’apitoiement sur soi-même ou dans la culpabilité ? N’est-il pas mieux d’accepter la douleur comme elle vient, de la traiter, de lâcher prise et d’ensuite passer à autre chose ?

Le cœur humain est doté d’une grande capacité de guérison. Ainsi, si vous êtes blessé par quelqu’un, vous guérirez. Si c’est vous qui blessez les autres, ils guériront également. Si vous travaillez consciemment à guérir, vous guérirez beaucoup plus vite que si vous souscrivez au mantra qui stipule que le temps guérit toutes les blessures.

Cela implique-t-il que vous devrez vivre de manière à causer intentionnellement du tort à tous ceux qui vous entourent parce qu’ils s’en remettront de toute façon ? Non, cela signifie simplement que vous ne devez pas avoir peur d’être blessé par les autres. Il vaut mieux expérimenter (ou causer) une déception que de craindre des milliers de déceptions imaginaires.

J’étais conscient qu’en explorant le polyamour, il était fort probable que quelqu’un se sente blessé à un moment donné. Peut-être que ce serait moi, Erin, d’autres personnes ou même toutes les personnes impliquées.

Si je veux totalement embrasser le jeu de la vie, il n’y a aucun moyen de contourner cette réalité. C’est un risque à prendre.

Cependant, je ne peux pas vivre ma vie caché sous les couvertures comme Sammy et Scooby. Je serai comme Fred.

La monogamie

Je n’ai rien contre la monogamie en général. J’ai moi-même été dans une relation monogame pendant presque 15 ans. C’étaient des années de croissance et de joie.

Si vous êtes monogame et heureux, c’est formidable. D’ailleurs, si je pensais que la monogamie était nulle, je ne serais pas resté aussi longtemps dans une relation monogame.

Toutefois, à un moment donné de ma vie, je me suis senti prêt à passer à autre chose que la monogamie. J’ai constaté que la voie de la monogamie ne serait pas la bonne voie pour moi dans les années à venir.

Certaines personnes m’ont demandé, à un moment donné, si je m’ennuyais de ma situation relationnelle. C’était une façon trop simpliste de voir les choses, mais dans l’ensemble, c’était raisonnablement exact.

D’autres personnes m’ont suggéré de pimenter un peu les choses et de rester monogame. L’épice n’était pas le problème. La question était de savoir ce qu’il y avait sous l’épice.

J’ai vécu assez d’expérience de vie pour savoir quand il est temps de pimenter ma vie en ajoutant ou en changeant de projets et d’activités plutôt que de faire une refonte complète. Dans ce cas, il était clair qu’il était temps de revoir complètement mon approche des relations intimes.

Abandonner la monogamie était un changement assez radical pour moi, un peu comme lorsque j’avais décidé de changer de carrière, passant du développement de jeu au développement personnel. Je savais que cela aurait un impact important sur tous les aspects de ma vie, ainsi que sur la vie d’Erin et de mes enfants. J’étais conscient qu’il fallait beaucoup de travail pour traverser cette transition. Je ne me faisais pas d’illusions en me disant que ce serait un changement facile.

Le mariage

Le mariage et la monogamie sont deux concepts différents, alors veillons à ne pas les confondre.

Contrairement à la monogamie, je pense que le mariage est une institution juridique inutile qui fait plus de mal que de bien.

J’ai épousé Erin quand j’avais 26 ans. On s’est rencontrés quand j’avais 22 ans. Si je pouvais tout recommencer, sachant ce que je sais maintenant, je ne me serais probablement pas marié.

Qu’est-ce que je peux dire ? J’ai fait une gaffe. Cela m’a semblé être une bonne idée à l’époque. Bien sûr, l’année qui a suivi mon mariage, j’ai aussi fait faillite, alors peut-être que ce n’étaient pas mes meilleures années en termes de prise de décision.

J’aime beaucoup la notion de relations durables et engagées. Je pense d’ailleurs que les relations à long terme sont merveilleuses. Je pense juste que le mariage est un mauvais moyen de les exprimer.

Le mariage pourrait être un bon véhicule pour certaines personnes. Je connais certainement des gens mariés qui sont assez conscients. Cependant, à long terme, le mariage peut très facilement devenir un épouvantail qui affaiblit la conscience. Je connais des personnes très conscientes qui sont mariées, et je pense que leur croissance s’accélèrerait probablement si elles n’étaient pas mariées.

Le taux d’échec des mariages est assez élevé. Aux États-Unis, la plupart des mariages se terminent par un divorce, et il ressort que ceux qui évitent la voie du divorce auraient probablement été plus heureux à long terme s’ils divorçaient. L’histoire démontre également que plus le divorce devient facile et accessible, plus les gens sont prêts à mettre fin à leur mariage. Le bilan global du mariage, du moins à l’époque moderne, n’est donc pas particulièrement bon.

L’institution du mariage est tout simplement trop éloignée des réalités des relations humaines.

Cela dit, je suis heureux de m’être marié. La raison pour laquelle je dis cela, c’est que le fait d’avoir été marié pendant presque 11 ans (je parle bien sûr de mon premier mariage) m’a aidé à comprendre les autres personnes qui sont mariées et à établir des relations avec elles. J’aime aussi bien le fait de pouvoir partager mes idées sur le mariage en tant qu’initié. Je n’aurais jamais pu comprendre les réalités du mariage si je n’en avais pas personnellement fait l’expérience.

Vous ne pouvez pas savoir combien de personnes mariées m’ont envoyé des courriels au cours des jours qui ont suivi ma décision d’opter pour le polyamour pour me dire : « Je suis marié depuis X années, et je comprends tout à fait tout ce que vous dites au sujet du polyamour. J’ai moi-même éprouvé plusieurs sentiments similaires, et je vous félicite d’avoir été si ouvert et honnête à ce sujet. Je ne pense pas que mon partenaire comprendrait si j’essayais d’en discuter avec lui. Continuez d’écrire à ce sujet, cela m’aide beaucoup de savoir que je ne suis pas le seul à avoir ces sentiments ».

Vous pourriez être intéressé de savoir que ce genre de messages provient autant des hommes que des femmes.

Le problème du mariage, c’est qu’il fait basculer les relations dans le domaine du droit, et c’est un énorme problème parce que cela va à l’encontre du choix conscient. Juste pour être clair, je fais référence au droit juridique, pas au droit divin. Combiné à la pression sociétale, le mariage applique une forme inappropriée de pression aux relations.

À notre crédit, Erin et moi avons discuté de ce problème dans une certaine mesure avant de nous marier. Dans nos vœux de mariage, nous avons refusé d’inclure l’expression « jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Il semblait déraisonnable de s’engager à l’avance à se marier pour la vie, d’autant plus que nous traversions tous les deux une période de croissance et de changement.

Erin m’a dit un jour que les Wiccans utilisent l’expression « aussi longtemps que durera notre amour ». Nous n’avons pas utilisé cette formulation nous-mêmes, mais je pense que nous avons utilisé quelque chose de semblable. L’idée était que le statut de notre mariage devrait être subordonné au statut de notre relation, et non l’inverse.

Ma relation à long terme avec Erin a été merveilleuse.

Mon mariage avec Erin, cependant, a eu son lot de problèmes. Je me suis souvent senti piégé et limité par les ramifications juridiques et sociales du mariage. Les gens se comportent différemment avec vous quand vous vous mariez. Cela peut devenir un peu fatigant après un moment. Parfois, j’avais l’impression que le mariage était une sorte de maladie. Une fois que vous avez été infecté, on s’attend à ce que vous vous retrouviez dans une partie spéciale de la société avec d’autres personnes mariées. Vous gagnez certaines choses, mais vous perdez aussi des libertés. Cela va à l’encontre de la vie consciente qui exige la liberté de faire des choix conscients. Et Rachelle et moi avons largement pris en compte cet aspect de la chose.

Après ma première expérience, j’ai conclu que le mariage ferme plus de portes qu’il n’en ouvre. Votre expérience peut être différente, et c’est très bien. Je partage juste ma propre (première) expérience. Je suis sûr que je ne suis pas la seule personne à avoir ressenti cela.

À un moment, j’ai arrêté de porter mon alliance. De temps en temps, je le portais comme un bijou, mais la signification symbolique de la bague n’avait plus vraiment de l’importance à mes yeux. Je la voyais comme un symbole d’attachement et de restriction, et non comme un symbole de vie consciente. À mon avis, porter une alliance pour montrer que je suis attaché à une seule et unique personne va à l’encontre du principe de l’unicité.

Au lieu d’une alliance, je préfère porter une bague qui dit que je suis connecté à toute l’humanité… ou à la vie elle-même. Je ne trouvais donc pas nécessaire de porter un symbole pour quelque chose que je ressentais intuitivement. Toutefois, j’étais conscient que je pourrais le faire plus tard… peut-être.

Le mariage a un aspect très possessif. Ma femme. Mon mari. C’est comme si vous deveniez la propriété de quelqu’un. Cela signifie-t-il que personne d’autre ne peut se connecter à vous de la même manière ? Si vous êtes marié, cela signifie-t-il que vous ne pouvez pas profiter de nouvelles relations intimes ?

Dans la pratique, le mariage constitue davantage un obstacle à l’intimité.

le pluriamour

Si vous trouvez mon point de vue sur le mariage offensant d’une façon ou d’une autre, je le comprends. Inutile de vous défendre parce que je ne vous attaque pas. Prenez simplement le temps d’y réfléchir et de vous mettre en contact avec vos vrais sentiments à ce sujet. Si vous trouvez que l’institution légale du mariage est un choix attrayant, alors, par tous les moyens, mariez-vous si c’est ce que vous voulez. Ne vous faites simplement pas d’illusion en prenant pour acquise la relation derrière le mariage.

Encore une fois, je pense que les relations engagées à long terme sont formidables. Cependant, l’institution juridique et sociétale actuelle du mariage est un mauvais véhicule pour des relations conscientes et engagées.

Je pense que ce n’est pas un hasard si Las Vegas est remplie de chapelles de mariage. Tout comme le jeu, le mariage peut être un vice assez séduisant.

La famille et les enfants

Certaines personnes avaient clairement quelque chose dans le ventre à propos de la façon dont le polyamour pourrait affecter mes enfants. C’était bizarre de voir les gens s’énerver à propos de tous les dommages potentiels qui seraient causés… surtout quand je prenais en compte le fait qu’ils n’avaient jamais rencontré Erin, moi ou nos enfants.

C’était un domaine où les gens projetaient clairement leurs problèmes personnels sur nous.

La plupart des réactions négatives dans ce domaine étaient tellement désynchronisées avec la réalité que je n’arrivais même pas à m’y retrouver. Il n’y avait tout simplement aucune once de vérité à saisir, car ces commentaires n’avaient rien à voir avec nous. La meilleure réponse que je pouvais offrir à ces semeurs de peur, c’était simplement de les ignorer. Pour faire bonne mesure, je pouvais peut-être ajouter : « Oh, s’il vous plait. Soyez réaliste ».

Dans l’ensemble, ce changement a été très positif pour mes enfants.

Emily et Kyle sont très sociables et adorent rencontrer de nouvelles personnes. Chaque fois que nous avions des invités à la maison, mes enfants adoraient interagir avec eux.

Emily aime demander aux nouvelles personnes : « Es-tu végétalien ? » C’est la police végane dans la maison. Pour s’en sortir, il fallait simplement lui répondre « Oui ».

Mon fils Kyle adore dire aux gens : « Viens faire une partie de Halo avec moi, que je te botte le derrière ! » C’est un sacré bavard quand il joue. C’était assez drôle, car à l’époque, il était encore très jeune.

L’expérience m’a appris que mes enfants adorent que des gens intéressants et ouverts d’esprit fassent partie de notre vie. Mon passage au polyamour impliquait donc qu’ils auraient plus de gens avec qui socialiser. La stimulation supplémentaire était bonne pour eux.

Si vous pensez que c’était une mauvaise idée, élevez vos enfants différemment. Toutefois, c’était stupide de voir des gens supposer que mon changement nuirait à mes enfants alors qu’ils n’ont jamais passé une minute avec eux.

Si ces gens rencontraient mes enfants et apprenaient à les connaitre, ils auraient du mal à démontrer que ce choix de mode de vie leur nuirait.

Avez-vous une idée de ce que c’est que d’avoir un expert en développement personnel et un médium psychique comme parents ? Ma fille disait souvent à ses camarades de classe : « Mon père est l’un des hommes les plus intelligents du monde, et ma mère parle aux morts ». Emily supposait en effet qu’étant donné que j’ai un site web et que j’ai écrit un livre « pour les gens intelligents », je devais moi-même en faire partie.

Quand j’allais chercher mes enfants à l’école, parfois quelques petites filles couraient vers moi pour me demander : « Emily affirme que vous êtes l’un des hommes les plus intelligents du monde. Si c’est vrai, combien font 100 multipliés par 100 ? »

Au moins, mon diplôme en maths sert à quelque chose.

Le polyamour

Ce qui m’a attiré vers le polyamour, c’est que ce mode de vie s’aligne très bien avec les 7 principes de croissance universelle de mon livre. Dès le début, j’étais donc convaincu que le polyamour était susceptible d’être une expérience de croissance positive majeure pour moi. Ne pas m’engager sur ce chemin reviendrait à me détourner de mon propre chemin de croissance consciente.

Examinons brièvement chaque principe. Bien sûr quand je dis brièvement, c’est brièvement selon mes normes.

La vérité : Le pluriamour peut être pratiqué avec une ouverture et une honnêteté totales et sans tromperie. Il est pratiqué depuis des millénaires. C’est un élément naturel de notre patrimoine en tant qu’êtres humains. Il est absurde de tourner le dos et de diaboliser ce système. C’est notre conditionnement social qui parle, pas la vérité authentique. Sans le pluriamour, vous ne seriez probablement même pas ici.

L’amour : Le polyamour signifie amour en abondance. La création et le maintien de liens authentiques et affectueux sont au cœur même de ce mode de vie. Le pluriamour me convient aussi bien émotionnellement que spirituellement. C’est une chose que je devais inévitablement expérimenter, et il serait merveilleux de le partager avec beaucoup plus de personnes qui se sentent prêtes pour.

Le pouvoir : Le pluriamour est-il une pratique habilitante ? Apprendre et pratiquer ce mode relationnel sera évidemment une expérience de croissance majeure pour quiconque s’y lance. Par conséquent, quel que soit le degré de succès obtenu, cela permettra de grandir. Dans mon cas, cela m’a obligé également à développer davantage mon autodiscipline, mes compétences en communication et plus encore. C’est une voie qui m’a aidé à devenir plus fort et non plus faible.

L’unicité (Amour + Vérité) : Le polyamour s’aligne plus avec l’unicité que la monogamie. La monogamie est exclusive, tandis que le pluriamour est inclusif. Les connexions qui seraient autrement bloquées peuvent être acceptées. La polyfidélité (être dans une relation polyamoureuse fermée) est moins inclusive, mais tout de même plus inclusive que la monogamie.

L’autorité (Vérité + Pouvoir) : Étant donné que le pluriamour est expérientiel, il s’aligne merveilleusement avec le principe de l’autorité. Il s’agit de créer consciemment de nouvelles relations. Il était évident que mon autorité personnelle dans le domaine des relations s’étendrait beaucoup plus sur un chemin polyamoureux que dans une relation monogame, ne serait-ce qu’en raison de l’abondance d’expériences. Aujourd’hui, en écrivant sur mes expériences, je partage les leçons apprises, ce qui profite aussi à des milliers d’autres personnes. Tout cela est très bien.

Le courage (Amour + Pouvoir) : Est-ce la voie du courage ou de la lâcheté ? Il devrait être assez évident qu’il faut du courage pour devenir polyamoureux, et surtout pour écrire à ce sujet en cours de route. Dans mon cas, j’ai eu besoin de beaucoup plus de courage pour devenir polyamoureux que pour rester monogame. C’est définitivement un chemin du cœur. Vous trouverez peut-être que la monogamie exige plus de courage pour vous personnellement, et c’est très bien. Dans mon cas, la monogamie est la voie la plus timide, car il suffit de maintenir le statuquo. Le pluriamour est la bête de niveau 30 qui intimidait mon personnage de niveau 20.

L’intelligence (Vérité + Amour + Pouvoir) : Le pluriamour est-il un choix intelligent ? Oui, si le chemin est suivi avec sincérité, amour et puissance, il peut produire une croissance positive pour toutes les personnes impliquées. Devenir polyamoureux, c’est développer un tout nouveau moyen d’expression authentique de soi. Quand cela fonctionne, ce mode de vie a le potentiel de donner naissance à quelque chose de merveilleux. De même, j’étais certain qu’en écrivant à ce sujet, je pouvais potentiellement stimuler l’intelligence relationnelle de beaucoup de gens.

L’une des principales raisons pour lesquelles j’ai choisi d’opter pour le polyamour, c’est que par rapport à la monogamie, cette voie augmenterait mon alignement avec ces 7 principes. Cela signifiait que je grandirais beaucoup plus vite si je devenais polyamoureux plutôt que si je restais monogame. Cela signifiait aussi que je pourrais partager beaucoup plus de croissance et de leçons avec les autres en cours de route. Si vous êtes un lecteur assidu de mon blog, je suis sûr que vous conviendrez que ce changement a inspiré beaucoup plus de partage de connaissances que par le passé.

Je ne faisais pas que souffler de la fumée quand j’ai écrit un livre sur ces principes universels. Je vis vraiment ma vie ainsi. Mon but premier est de devenir aussi vrai, affectueux et fort que possible (c’est-à-dire aligné avec la vérité, l’amour et le pouvoir) et de partager ce que j’apprends comme mon héritage à l’humanité. On verra jusqu’où je peux aller avant d’être assassiné.

Comme je l’ai noté dans mon livre, il n’est pas du tout facile de s’aligner sur ces principes. Cela dit, qui recherche la facilité quand on peut avoir de la croissance à la place ?

Le sexe

Le polyamour ne se rapporte-t-il qu’au sexe ? Pour certaines personnes, la variété sexuelle peut être le principal attrait du polyamour. Dans l’ensemble, cependant, il s’agit d’une vision très immature des relations intimes.

Beaucoup de gens optent pour le polyamour avec pour objectif principal de jeter leur gourme. Personnellement, je ne vois rien de mal à cela si c’est quelque chose que vous voulez vraiment vivre. Toutefois, ce n’est pas cela le pluriamour.

Mettre en avant la libido est une phase dont les gens finissent par s’affranchir. Bien sûr, cela peut être amusant de profiter d’une certaine abondance sexuelle pendant un certain temps, mais après avoir exploré cette phase, ce niveau superficiel d’intimité n’est plus adéquat, et on se sent un peu vide, on veut quelque chose de plus.

Cette quête ramène beaucoup de gens dans le cadre d’une relation stable et monogame. Ils réalisent qu’ils veulent un lien plus profond qui va au-delà du simple fait d’avoir beaucoup de relations sexuelles. Même si vous avez d’excellentes expériences sexuelles, cela ne peut pas satisfaire tous vos besoins émotionnels.

Beaucoup de gens sont vraiment crispés à propos du sexe. La sexualité peut exposer beaucoup de déficiences dans l’estime de soi, en particulier les problèmes d’image corporelle. Si vous n’êtes pas prêt à affronter ces démons intérieurs, il est facile de blâmer la sexualité elle-même. Cela vous pousse dans un état de peur et vous amène à adopter une stratégie de contrôle comme mécanisme d’adaptation. Vous considérez le sexe comme une chose qui doit être contrôlée au lieu de quelque chose que vous pouvez expérimenter librement. Je crois que le terme technique pour cela est « rétention anale ».

J’adore le sexe. Rien ne vaut une bonne expérience sexuelle. Cependant, est-ce pour autant que je devrais centrer toute ma vie sur mes besoins sexuels ? Non ! Faire du sexe mon besoin le plus grand serait un énorme pas en arrière. Ce serait comme si je me remettais à consommer de la viande d’animaux, chose que je n’ai pas faite depuis 1993.

Je pense que c’est génial que nous ayons des désirs sexuels. Notre sexualité est un signal pour nous relier les uns aux autres. Ces pulsions indéniables nous poussent à sortir et à parler aux gens, parfois dans le but d’avoir des relations sexuelles avec eux. Dans un premier temps, nous pouvons être amenés à le faire uniquement par souci de libération ; pour satisfaire ce besoin biologique. Cependant, ensuite, nous dépassons cet état et nous disons : « C’est plutôt intéressant de se connecter avec les gens. Je devrais faire cela plus souvent ».

Votre peur peut vous encourager à rester à la maison et à vous cocooner dans un abri sûr et confortable, mais tout à coup Agamemnon vous surprend à la porte (Persephone si vous êtes une femme). Bien sûr, vous pouvez rester à la maison et prendre soin de vous, mais ce n’est pas aussi amusant, et si c’est tout ce que vous faites, vous finirez probablement par vous sentir très déconnecté. Je sais que cela fait un peu peur, mais vous allez devoir développer votre Courage — avec un C majuscule — si vous voulez vous bouger et vous connectez avec de vraies personnes, sexuellement ou autrement.

Bien que le conditionnement social puisse nous encourager à croire que les hommes sont plus attirés vers le sexe que les femmes, la vérité est que les femmes aiment le sexe au moins autant que les hommes.

Il est malheureux de constater qu’un homme qui a beaucoup d’expériences sexuelles soit considéré comme un étalon, alors qu’une femme qui fait la même chose est rejetée et considérée comme une trainée. Ce genre de conditionnement social est vraiment stupide. C’est totalement en désaccord avec la vérité et l’amour.

Personnellement, je considère comme étant spéciale une femme qui est ouverte par rapport à sa sexualité. J’ai beaucoup de respect pour les femmes qui ne ressentent pas le besoin de cacher leur sexualité. Il faut beaucoup de courage pour aller dans le sens contraire à celui de la société et faire face aux conséquences. Croyez-moi. Je sais de quoi je parle.

Je ne suis pas surpris que quelques personnes aient affirmé que je m’intéresse au pluriamour parce que je veux juste avoir des relations sexuelles avec beaucoup de femmes, peu importe les conséquences. Tout comme la question de l’éducation des enfants dont j’ai parlé plus tôt, il s’agit d’un exemple assez clair de projection. Les gens qui disaient de telles choses ne m’ont jamais rencontré. S’ils passaient simplement une heure avec moi en tête-à-tête, ils se rendraient compte à quel point de telles déclarations sont éloignées de la réalité.

Les gens qui me connaissent personnellement trouveraient cette lentille ridiculement inappropriée pour examiner ma décision. Je recommande aux gens qui pensent de cette manière de trouver le courage de vivre consciemment et de recommencer de zéro, car il est évident que le message de la vie consciente ne leur a pas encore été transmis. Retournez à mes premiers écrits et voyez par vous-même. Je serai toujours là quand vous reviendrez.

L’intimité physique

Nous possédons tous de nombreux canaux par lesquels nous pouvons donner et recevoir de l’amour. Certains peuvent être très développés, tandis que d’autres peuvent l’être un peu moins. Nos forces et nos faiblesses dépendent des domaines sur lesquels nous avons concentré nos efforts de développement personnel au fil des ans.

L’intimité physique est l’un de ces canaux expressifs à notre disposition ; c’est un canal assez puissant en fait.

J’ai passé beaucoup de temps à développer mes compétences en communication. Je sais donc comment donner et recevoir de l’amour par l’écriture et la parole. Je peux aussi exprimer mon amour par une conversation en tête-à-tête.

Certains de mes amis sont des artistes. Ils peuvent donner et recevoir de l’amour en faisant rire les gens et en leur faisant se sentir bien dans leur peau.

Un chef peut exprimer son amour en préparant de délicieux repas pour que les gens puissent en profiter.

Chaque médium a une forme d’expression différente. Par exemple, le médium de l’écriture ne peut pas transmettre adéquatement son message via le ton de sa voix. Souvent, quand j’écris en utilisant un style pince-sans-rire, les gens qui ne connaissent pas bien ma personnalité s’y attarderont beaucoup trop, interprétant mes mots d’une manière que je n’ai jamais voulue. L’écriture a de beaux avantages comme l’accessibilité et la facilité de recherche, mais je ne peux pas exprimer toute ma personnalité par l’écriture seule.

le pluriamour

Même mes choix alimentaires servent de canal pour exprimer mon amour. En choisissant de rester en bas de la chaine alimentaire, je réduis les méfaits que j’inflige. Je ne torture pas et je ne tue pas les animaux. De plus, je minimise les dommages subis par les plantes en (1) mangeant beaucoup de fruits, ce qui ne nuit pas aux plantes, et en (2) mangeant les plantes directement au lieu de manger des animaux nourris aux plantes, ce qui nuirait à beaucoup plus de plantes. De plus, en partageant mes choix avec les autres, je les encourage à envisager de suivre la même voie que moi.

Tout comme j’ai développé diverses autres façons de donner et de recevoir de l’amour, je veux développer davantage mes canaux d’intimité physique et émotionnelle. Pourquoi ? Parce que je pense que travailler dans ce domaine de ma vie m’aidera à devenir une personne plus consciemment affectueuse. Le pluriamour semble être un moyen idéal pour me faire avancer dans ces domaines.

Je suis devenu très doué pour communiquer avec un grand nombre de personnes. Je sais comment écrire des articles qui aident un grand nombre de personnes dans le monde. Avoir cette capacité implique beaucoup de responsabilités, alors je veux continuer de m’améliorer.

Je veux apprendre à communiquer avec les gens de plus en plus profondément, et je ne peux pas développer cette compétence en utilisant uniquement les canaux que sont l’écriture et la parole. J’ai plutôt besoin d’explorer un niveau plus profond d’interaction individuelle, non seulement avec une seule personne, mais avec plusieurs personnes différentes. Avec une seule personne, mon calibrage sera toujours limité. J’ai besoin d’entrer en contact avec différentes personnes de différentes manières afin de comprendre plus profondément l’âme de l’être humain.

Je pense que le polyamour est un excellent moyen d’y parvenir. Il y a d’autres moyens que je peux aussi utiliser, comme le coaching individuel, et j’ai l’intention de m’investir encore plus dans ce domaine. Cependant, la profondeur que le coaching peut atteindre est loin d’être à la hauteur de ce que l’on peut gagner en explorant des relations intimes qui sont à la fois physiques et émotionnelles.

Bien sûr, il y a bien d’autres façons de donner et de recevoir de l’amour. Le pluriamour n’est qu’une des nombreuses voies possibles. En ce moment, c’est la voie que je veux explorer.

Si vous pensez qu’il y a de meilleures façons de donner et de recevoir de l’amour que ce que je fais, explorez-les. Je suis heureux du chemin que je suis en train de suivre, mais il se peut qu’il ne vous convienne pas. Il vous faudra alors trouver le chemin qui vous convient.

L’égoïsme

Le polyamour est-il un choix égoïste ? Je pense que ceux qui présentent le pluriamour de cette façon luttent contre leur propre égoïsme.

Je me sens inspiré par mon niveau actuel de générosité, et je veux m’étendre sur cette base. De plus, je sais que ce voyage sera merveilleux à partager ; à plusieurs niveaux.

Développer cette partie de moi-même et partager ouvertement mes expériences avec les autres est un si beau mélange de donner et recevoir.

Si je voulais être égoïste, je garderais toutes mes découvertes et mes réalisations pour moi, pour avoir un avantage concurrentiel sur les autres. Cependant, cela me sortirait de l’alignement avec l’unicité. Il ne fait donc pas de sens d’aller dans cette direction.

Qualifier ce voyage d’égoïste, c’est simplement de l’ignorance. Je soupçonne que ceux qui l’étiquètent de cette façon ont du mal à accepter leur propre désir d’une plus grande intimité physique. Par conséquent, ils m’attaquent parce que je suis un symbole qui leur rappelle leur mécontentement intérieur.

Réalisez que l’intimité n’est pas égoïste si vous partagez des valeurs avec votre partenaire. Les pensées d’égoïsme ne surgissent que si vous avez un problème d’estime de soi et supposez que vous prenez quelque chose aux autres et que vous n’offrez aucune valeur en retour.

Au lieu de cela, essayez plutôt d’en arriver à la conclusion que vous êtes une personne digne et que toute personne qui a la chance d’avoir une relation avec vous est vraiment très chanceuse. Vous n’avez pas besoin d’être arrogant et d’adopter un caractère ostentatoire à ce sujet. Arrêtez d’agir comme si vous n’aviez rien de précieux à partager. Vous avez beaucoup de dons à offrir. Le simple fait de donner toute votre attention à quelqu’un est un cadeau formidable. Accepter pleinement quelqu’un tel qu’il est un autre don.

La chose la plus égoïste que vous puissiez faire, c’est de vous éloigner des autres et de garder toute votre valeur pour vous-même. Établir des liens avec les autres est le cadeau que vous avez, alors sortez et partagez-le !

Relations avec les femmes

Il m’a fallu un certain temps pour déterminer quels types de relations avec les femmes je voulais cultiver. Au début, je ne pouvais même pas classer toutes les possibilités parce qu’il y en avait trop à considérer.

L’un des rôles que j’endosse souvent, c’est celui d’enseignant. J’aime ce rôle dans l’ensemble, mais dans une relation intime, les choses doivent se faire de manière à ce que les partenaires soient à la fois enseignants et étudiants les uns pour les autres. Dans le cas contraire, les choses peuvent facilement se dégrader et laisser place à une relation déséquilibrée de sauveteur et de victime.

Dans l’ensemble, le modèle de co-enseignement est très positif et aide les deux personnes à grandir. J’ai beaucoup d’amitiés qui suivent ce modèle. Et mes amis et moi nous encadrons les uns les autres de différentes manières.

Je me suis très souvent retrouvé dans le rôle du sauveteur, non pas dans des relations intimes sur le plan physique, mais dans des relations amicales. En fin de compte, cela s’est retourné contre moi. C’est difficile pour moi de ne pas vouloir aider les personnes dans le besoin, mais si je le fais dans le but de jouer le rôle de sauveteur, cela prive la personne que j’aide de ses pouvoirs et retarde sa croissance. Je sais donc que je dois faire attention à ne pas tomber dans ce piège.

Dans l’ensemble, j’apprécie plus les relations qui favorisent la croissance mutuelle partagée. Cela comprend l’enseignement mutuel ainsi que le partage de nouvelles expériences de croissance. C’est l’un des modèles que ma relation avec Erin suivait et que celle avec Rachelle continue de suivre.

Par exemple, j’ai toujours aimé me connecter avec des femmes qui aiment vraiment voyager. Erin aimait voyager dans une certaine mesure, mais alors que je préfère aller dans des endroits que je n’ai jamais visités auparavant, elle préférait retourner dans des endroits qu’elle aimait bien. Elle a un meilleur instinct de nidification que moi.

C’est un domaine où le pluriamour m’a aidé à grandir. Ma résilience en termes de voyage était beaucoup plus grande que celle d’Erin, alors je pouvais répondre à ses besoins en tant que compagnon de voyage et avoir encore beaucoup d’autres choses à partager avec quelqu’un d’autre. Évidemment, j’ai toujours eu la possibilité de voyager seul ou avec des amis, mais l’une des choses que j’aime en matière de voyage, c’est la possibilité de vivre de nouvelles expériences avec un compagnon intime. J’ai toujours eu envie de sortir et de voir encore plus de monde, mais pendant longtemps je ne voulais pas faire cela en solo. J’aime beaucoup plus les voyages au cours desquels je fais beaucoup d’activités plutôt que les voyages de détente où vous pouvez vous installer près de la piscine en lisant un livre.

Au départ, je me devais de rester ouvert d’esprit pour faire ces expériences. En effet, à l’époque je ne pouvais vraiment pas prédire quel genre de situation relationnelle permanente résulterait de ces choix que je faisais. Mon objectif, c’était de finir par rencontrer une femme qui est prête à s’amuser, à vivre de nouvelles expériences et qui n’a pas peur de grandir. Et j’ai trouvé cela en Rachelle.

Relations avec les hommes

Plusieurs personnes m’ont demandé si j’avais des relations plus profondes avec les hommes. Qu’est-ce que cela signifie pour moi, et comment pourrais-je intégrer des relations masculines plus profondes dans ma vie ?

Juste pour clarifier les choses et éviter toute confusion, je suis 100% hétéro. Je ne me souviens d’aucune période de ma vie où j’ai eu des envies gays ou bisexuelles. Je n’ai absolument aucun problème avec les personnes qui sont gays ou bisexuelles. Ce n’est simplement pas quelque chose qui m’intéresse personnellement. J’ai beaucoup de respect pour les gens qui suivent ces modes de vie alternatifs parce qu’ils ont tant de délicieuses opportunités de croissance. Je n’ai pas beaucoup d’amis gays, j’ai donc peu de connaissances dans ce domaine. Par conséquent, je n’ai pas grand-chose à dire à ce sujet parce que je n’ai pas d’expérience personnelle pour aller plus loin.

En ce qui concerne l’intimité physique, je ne m’intéresse qu’aux femmes. C’est tout simplement là où mon cœur me conduit. Je ressens une forte attirance physique pour certaines femmes, mais pas pour les hommes. Je peux apprécier le corps masculin comme une création de beauté, mais cela s’arrête là.

Néanmoins, je peux toujours jouir d’une forte intimité émotionnelle avec un autre homme. En raison de la nature de mon travail, beaucoup d’hommes ont partagé des choses assez intimes avec moi au fil des ans. L’intimité que je ressens envers les autres hommes est cependant différente de celle que je ressens envers les femmes.

D’une certaine façon, l’intimité que je partage avec les hommes n’est pas aussi profonde que celle que j’ai avec les femmes. Il y a selon moi quelque chose dans la relation homme-femme quand l’attraction physique fait partie de l’équation qui aide à créer un lien plus profond. C’est quelque chose que je veux vraiment explorer encore plus. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai opté pour le polyamour.

D’un autre côté, je peux jouir d’une intimité émotionnelle plus profonde avec les hommes. Il y a un certain « code des hommes » que les hommes respectent entre eux et que très peu de femmes semblent comprendre. Notre genre a sa propre culture commune qui est tout à fait incroyable. J’en ai révélé une partie dans un article que j’ai écrit il y a quelques années. Je suis sûr que beaucoup de ces différences entre les sexes sont conditionnées par la société, mais cela ne les rend pas moins réelles dans le cadre de l’expérience de l’enfance des hommes.

Il y a certaines choses que les hommes n’ont tout simplement pas à s’expliquer entre eux, ce qui rend la communication d’homme à homme assez simple, mais qui nécessiterait normalement beaucoup d’explications pour qu’une femme comprenne (et la tentative serait souvent un échec).

Il y a quelques années, Erin jouait à un jeu de rôle en ligne, et elle incarnait un personnage masculin. Elle s’est jointe à une équipe entièrement masculine, et elle a remarqué que les autres participants ont changé complètement leur style de communication dès qu’un personnage féminin se joint au groupe. Une fois que la femme s’en est allée et qu’il n’y avait probablement plus que des hommes, ils sont revenus à leur précédent mode de communication. Erin a trouvé cela fascinant.

Tous les hommes ne changent pas leur style de communication comme cela, mais c’est très courant.

Si vous voulez constater l’utilisation effective du code des hommes, essayez de vous intéresser à la communauté de la séduction. C’est une généralisation grossière, c’est sûr, alors pardonnez cela, mais il y a certaines choses partagées dans cette communauté qui peuvent servir de leçons de croissance très stimulantes pour les hommes, mais qu’une femme trouverait souvent offensantes, fausses ou grotesques. Au fond, cependant, les hommes veulent simplement apprendre à mieux communiquer avec les femmes.

Ce que vous ne réalisez peut-être pas, c’est que les conseils les plus efficaces sur la façon de communiquer avec les femmes viennent presque toujours des hommes, et non des femmes elles-mêmes. Tout le monde sait dans la communauté de la séduction que si vous demandez à une femme ce que les femmes trouvent le plus attirant, vous avez de fortes chances de recevoir des conseils honnêtes et sincères qui semblent raisonnables, mais qui se retournent contre vous lorsque vous essayez de les appliquer. La vérité extraordinaire, c’est qu’un homme qui est très bon avec les femmes comprend bien mieux les femmes que la plupart des femmes. Je soupçonne que cette réalité s’applique également si vous inversez tous les mots de genre.

Il s’avère que la connexion avec les hommes et avec les femmes représente les deux faces d’une même pièce. Certains de mes liens les plus profonds avec d’autres hommes surgissent lorsque nous parlons des femmes. Les femmes nous fascinent et nous consacrons beaucoup de temps et d’énergie à essayer de les comprendre.

Malheureusement, le conditionnement social que les hommes et les femmes reçoivent tend à nous rendre vraiment mauvais pour ce qui est d’établir des liens. Nos croyances sur les gens du sexe opposé ont tellement été déformées que lorsqu’on nous dit la vérité sur la façon d’établir un lien, nous la rejetons en disant : « Non, c’est impossible ».

Quand elle est à son apogée, la communauté de la séduction enseigne aux hommes comment communiquer avec les femmes de manière à contourner tous les obstacles et les boucliers que de nombreuses femmes créent par habitude. Le résultat final est qu’un véritable lien d’intimité peut finalement naitre. Si notre conditionnement social ne nous empêchait pas de nous connecter les uns aux autres, il n’y aurait pas besoin d’une communauté de la séduction avec une telle quantité de ressources. Certains paient en effet des milliers de dollars pour les informations qui y circulent.

Plus je peux approfondir mes relations avec les femmes, plus je peux aussi approfondir mes relations avec les hommes. Certains échanges d’homme à homme les plus authentiques ont lieu lorsque les hommes discutent des femmes et des relations. En améliorant ma capacité de communiquer avec les femmes, j’améliore en même temps ma capacité de communiquer avec les hommes. L’une des meilleures choses qu’un homme puisse faire pour un autre homme, c’est de l’aider à améliorer ses relations avec les femmes (en supposant qu’il s’agisse bien sûr d’hommes hétéros).

Ainsi, même si mon attirance sexuelle pour les femmes est différente de celle des hommes, je ne sépare pas ces genres. Je ne peux pas me rapprocher des hommes sans me rapprocher des femmes, et vice versa. Ces différentes polarités sexuelles peuvent impliquer différentes stratégies de connexion, mais elles sont totalement compatibles. Cela s’aligne parfaitement avec le principe de l’unicité.

J’ai vu cela pendant des années dans ma relation avec Erin. Mieux je me connectais avec Erin, mieux je me connectais avec les autres hommes aussi.

Voulez-vous améliorer vos relations avec les hommes ? Alors, travaillez à établir des liens plus étroits avec les femmes. Voulez-vous améliorer vos relations avec les femmes ? Alors, travaillez à établir des liens plus profonds avec les hommes. Les deux activités sont indissociables.

le polyamour

Réaction des autres

Évidemment, le polyamour est un sujet qui peut polariser les gens, mais provoquer la controverse n’est pas mon but ici. Je vis ma vie comme je le sens le mieux, et je partage honnêtement mes expériences de croissance en cours de route. Je sais que beaucoup de gens profitent de ce processus de partage. Quelques vies ont même été sauvées ; croyez-moi je ne plaisante pas.

Dans l’ensemble, je suis heureux de constater que la plupart des commentaires — environ 80 %, je dirais — sont très positifs, encourageants et favorables. Beaucoup de gens sont très curieux à ce sujet et veulent en savoir plus. Beaucoup ont déjà parcouru ce chemin ou le parcourent maintenant, alors je reçois beaucoup de nouvelles pistes à suivre, y compris des articles et des livres à lire ; et j’ai beaucoup de gens avec qui communiquer.

Si vous me soutenez dans ce voyage, merci beaucoup. J’apprécie vraiment.

Si vous avez une forte objection personnelle par rapport à ce que je fais, je comprends cela. Je ne vous en voudrai pas si vous ressentez vraiment cela. Cependant, essayez de comprendre que je ne peux pas me joindre à vous à ce niveau de pensée, et je n’ai aucun intérêt à débattre du polyamour avec vous si vous vous y opposez personnellement.

Il s’agit là de questions difficiles, c’est certain. C’est difficile de remarquer que des gens remettent en question la façon dont vous vivez votre vie et vous poussent à envisager des alternatives, même si c’est fait indirectement. Cela peut être très gênant. Je le sais parce que j’ai subi cela à maintes reprises. La pire chose qu’on puisse vous faire, c’est d’attirer votre attention sur quelque chose que vous ne vous sentez pas prêt à affronter.

Mes choix personnels n’invalident pas le chemin que vous avez suivi jusqu’ici. Vous êtes parfaitement bien comme vous êtes en ce moment. Vous n’avez pas besoin de changer de vie si vous ne voulez pas.

Si vous ne pouvez vraiment pas supporter ce que je fais, ne vous y exposez pas volontairement. Suivre mes expériences est totalement optionnel. Si vous continuez donc à lire ce que je partage sur le pluriamour, je dois alors supposer qu’à un certain niveau, vous avez un intérêt personnel à en apprendre davantage sur le polyamour que vous soyez prêt ou non à le reconnaitre. Je ne vais pas essayer de vous piéger. Si donc vous souhaitez éviter de tels contenus, il devrait être assez facile d’y parvenir en tenant compte des titres des articles. Bien que le polyamour soit évidemment l’un de mes principaux centres d’intérêt pour un certain temps encore, je partage également des informations sur d’autres sujets.

Indépendamment de toute objection personnelle que vous pourriez avoir, je vous prie de comprendre que je suis très à l’aise avec ma décision, et j’ai l’intention d’aller encore de l’avant.

Je sais que cet article a été très long, alors félicitations si vous l’avez lu jusqu’au bout. J’espère que vous l’avez trouvé pertinent.

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, je vous invite à voir la vidéo suivante. Elle explique comment nouer des relations top avec des gens inspirants.

4 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *