Motivation de niveau 10

Motivation de niveau 10Avez-vous déjà eu l’impression que vous devriez être plus loin dans l’accomplissement de vos objectifs et de vos projets, étant donné le temps que vous avez passé dans votre espace de travail ?

Pour entrer dans un état de grande productivité, nous savons qu’il est important d’éviter les distractions et de se concentrer profondément sur une tâche ou un projet. Vous devez entrer dans l’état que Cal Newport décrit dans Deep Work, et il est préférable que vous puissiez maintenir cet état pendant au moins quelques heures d’affilée. Si vous pouvez faire 3 à 5 sessions de travail profond par semaine, vous enregistrerez souvent d’excellents résultats. Ces résultats seront même plus intéressants que ceux que vous obtiendrez si vous faites plus de 40 heures de travail. Vous avez probablement déjà observé cette tendance dans votre propre vie. Toutefois, le défi, c’est bien sûr d’entrer dans cet état de concentration de façon constante et d’y rester pour de longues périodes.

Le temps que vous passez à travailler n’a pas d’importance. Il est facile de trouver des gens qui travaillent 30 à 60 heures par semaine sans obtenir des résultats significatifs pour les efforts fournis. Il est presque toujours contre-productif de s’obliger à travailler pendant de longues heures si l’on n’obtient pas de bons résultats à partir du moment où l’on consacre déjà du temps au travail.

Si vous travaillez pendant trop d’heures par semaine, vous serez presque inévitablement aspiré dans un travail qui ne fournit pas des résultats concrets. Vous aurez l’impression que les semaines passent, mais que vos résultats n’arrivent pas à suivre.

Il existe de nombreuses solutions possibles à cette situation. La première, c’est de vous concentrer sur vos forces et de déléguer tout ce que vous pouvez. Une autre solution consiste à vous servir des objectifs et des échéances pour mieux vous concentrer sur vos résultats. Une de mes approches préférées consiste à presser le ressort. Et cela fonctionne très bien.

Comment osez-vous prendre un congé ?

L’une des plus grosses erreurs que j’ai commises en tant qu’entrepreneur dans ma vingtaine a été de travailler plusieurs semaines d’affilée sans interruption. Année après année, je n’ai pas pris de vacances. À mes yeux, les vacances étaient inutiles ou injustifiables. Je me sentais souvent en retard par rapport à mon planning, alors comment pourrais-je justifier le fait de prendre un congé ? Cette situation a été aggravée par les dettes que j’ai contractées. Lorsque vous êtes endetté (et surtout si vous êtes marié et endetté), il est si facile de se sentir mal par rapport au fait de prendre un congé.

Comment osez-vous prendre des vacances alors que vous avez des dettes ?

Comment osez-vous prendre un congé quand votre conjoint compte sur vous ?

Vous êtes en retard sur votre planning, alors comment osez-vous prendre des vacances ?

Logiquement, nous devons reconnaitre que cette façon de penser est absurde. Ce sont des pensées stressantes et émotionnelles. Il ne s’agit en aucun cas de pensées intelligentes. Lorsque vous n’obtenez pas les résultats escomptés, le fait de faire plus d’efforts ne fonctionne pratiquement jamais. Faire plus d’efforts amène seulement à gaspiller de l’énergie. Pire, cela vous donne l’impression d’être encore plus en retard.

Le fait de forcer l’effort lorsque vous vous sentez épuisé vous a-t-il vraiment servi ? Avez-vous constaté une amélioration constante des résultats lorsque vous avez essayé cette approche ? Ou pouvez-vous admettre que cela ne fonctionne pas et que, par conséquent, vous devriez cesser de considérer cette approche comme une solution viable ?

Motivation de Niveau 10

Sur une échelle de 1 à 10, si votre motivation à travailler était de 10, à quoi cela ressemblerait-il pour vous ? Faites une pause pendant une minute, et décrivez cela à haute voix. Comment vous comporteriez-vous ? Si nous vous regardions travailler (dans un film) avec votre meilleur niveau de motivation, que verrions-nous à l’écran ? En quoi cela serait-il différent de vous voir travailler au niveau 7 ou moins ?

Si vous me voyiez travailler avec une motivation de niveau 10, vous me verriez sortir du lit à 5 heures du matin, faire de l’exercice, prendre une douche, prendre un petit déjeuner rapide et sain et prendre directement mon ordinateur pour travailler. Je me concentrerais très vite sur mon meilleur projet, et je continuerais à y travailler toute la journée, probablement jusqu’à 20 h ou 21 h.

Ensuite, je prendrais de courtes pauses-repas ou je boirais des frappés au fruit verts en travaillant. Je ferais les cent pas et j’évaluerais à haute voix quelques idées tout en réfléchissant à certains aspects du projet. J’utiliserais un petit carnet de notes pour faire de courtes listes par rapport aux prochaines étapes, puis je réaliserais ces étapes l’une après l’autre. Je m’arrêterais uniquement de travailler lorsque mon cerveau serait trop fatigué pour continuer de travailler de façon productive. Pour finir, je me promènerais le soir pour réfléchir à ce que j’ai fait et à ce que j’aimerais faire le lendemain.

Je ne disperserais pas ma concentration en accomplissant différents types de tâches au cours d’une journée. En effet, je m’en tiendrais probablement à un seul projet et j’en achèverais une partie significative. Je ne consacrerais qu’une petite partie de mon temps à des tâches non liées à mon projet de base. Par exemple, je ne consacrerais probablement pas plus de 10 minutes aux courriels.

À quoi ressemble votre journée de travail lorsque vous avez une motivation de niveau 10 ?

Quand avez-vous vécu pour la dernière fois une journée comme celle-ci ?

Je ne vis pas des journées comme celle-ci tout le temps, mais j’en vis beaucoup chaque année. Ce sont ces jours qui me permettent d’évoluer dans mes tâches. Ma stratégie actuelle pour être plus productif consiste à créer plus de jours pendant lesquels j’ai une motivation de niveau 10 chaque année. Ce serait formidable d’avoir 100 jours de ce genre dans une année.

motivation de niveau 10

Presser le ressort

L’erreur que j’avais l’habitude de commettre était d’essayer de passer des niveaux 4 à 7 à un niveau 9 ou 10 en cours de semaine. Je n’arrivais pas à le faire, et je ne me souviens pas non plus d’avoir rencontré une personne qui a réussi avec cette approche. La motivation est une ressource qui a besoin de temps pour se reformer. Si vous la gaspillez avec un travail inutile, vous n’aurez pas l’énergie et la concentration nécessaires pour tendre à nouveau vers un niveau plus élevé de productivité. C’est comme essayer de sauter pendant que vos genoux sont bloqués. Tout ce que vous pourrez faire, c’est un saut de bébé. Si vous voulez sauter plus haut, vous devez fléchir vos genoux et tirer vos bras en arrière dans un premier temps.

L’approche la plus efficace que j’ai trouvée était d’arrêter délibérément de travailler pendant un certain temps. J’ai pris un long congé pour donner un repos prolongé à certaines parties de mon cerveau. En fait, le repos n’est pas la partie la plus importante. Ce qui est important, c’est le changement de perspective qui se produit lorsque l’on cesse de travailler pendant un certain temps.

Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’être un puriste lorsqu’on utilise cette approche. Par conséquent, même lorsque je prends des congés, je continue de consulter mes courriels et d’effectuer d’autres tâches de base pour maintenir mon entreprise. Cependant, cela ne prend généralement que 10 à 30 minutes par jour. Je pourrais probablement descendre à 5 à 10 minutes par jour si je le voulais, mais répondre à quelques courriels est assez facile et cela ne semble pas corrompre l’effet réparateur d’un congé.

Rétablir votre capacité à établir des priorités

Il est difficile d’accepter la vérité selon laquelle vous pourriez être potentiellement plus productif en effectuant 50 heures profondes de travail dans un mois plutôt que 200 heures de travail avec une concentration partielle. Cela ne s’applique pas à tous les types de travaux. Mais c’est souvent le cas pour les entrepreneurs et les travailleurs intellectuels.

Mes 50 meilleurs articles ont probablement créé de meilleurs résultats et des retombées plus positives pour moi et pour les autres que les 1000 articles qui ont suivi. Certaines heures de rédaction ont été beaucoup plus productives que d’autres. C’est également le cas pour plusieurs autres types de travaux.

Lorsque vous travaillez continuellement semaine après semaine, vous perdez le sens des proportions. Vous perdez la capacité de faire la distinction entre un travail très prioritaire et un travail pas très important. Les frontières entre les différents types de travaux deviennent floues. Prendre un congé vous aide à prendre du recul et à voir ces frontières plus clairement. Vous recouvrez la capacité de classer le travail dans différentes catégories, comme le « travail » et « travail qui produit des résultats ».

Prendre un congé améliore votre perspective temporelle. Lorsque vous savez que vous n’avez pas un travail significatif à faire aujourd’hui, demain, cette semaine ou la semaine prochaine, vous cessez de penser à vos tâches quotidiennes. Si vous voulez penser au travail, vous devez utiliser une perspective à plus long terme. En effet, vous devez vous projeter dans le temps jusqu’au jour de votre retour au travail. Cela modifie votre façon de penser au travail. Vous ne pensez plus au travail comme quelque chose qui doit être fait dans l’immédiat, mais plutôt comme une chose par rapport à laquelle vous pouvez vous poser et méditer de loin. Cette perspective comporte plusieurs importants avantages, dont l’amélioration de votre capacité à établir des priorités.

prendre un congé

Comment arrêter de travailler

Évidemment, prendre un congé constitue une façon efficace d’arrêter de travailler. Toutefois, il existe d’autres moyens. Malgré ce que j’ai appris sur l’importance des vacances et leur efficacité pour moi, j’ai encore parfois du mal à me donner la permission de prendre des vacances. C’est souvent le cas lorsque je suis engagé dans des projets à long terme. Me donner la permission de prendre des vacances « sans culpabiliser » constitue une chose sur laquelle je continue de travailler. J’ai fait beaucoup de progrès, mais je sais que je pourrais encore améliorer ma productivité en prenant plus de congés. Je suis au moins capable d’accepter que travailler plus d’heures ne me rend pas plus productif.

Pour éviter toute association négative au fait de prendre un congé, je considère généralement les congés comme une forme d’exploration de la croissance personnelle. Je peux par exemple m’intéresser profondément à un passe-temps. De même, je peux voyager et explorer une nouvelle ville ou un nouveau pays. Je peux aussi faire une expérience intéressante ou un essai de 30 jours.

Pendant plusieurs jours, j’ai assisté au Festival Fringe de Winnipeg. J’ai vu près de 40 pièces de théâtre et j’ai aidé Rachelle avec sa nouvelle pièce. Ce weekend, nous sommes à Saskatoon, où nous assistons à un autre spectacle du festival. C’est la première fois que je visite la Saskatchewan et c’est la sixième province canadienne que je visite jusqu’ici. Hier soir, nous avons passé un peu de temps avec l’un des acteurs après avoir vu sa pièce.

Je pourrais considérer cette période comme des vacances, mais c’est aussi une plongée profonde dans le théâtre indépendant. Dans un sens, ce n’est pas vraiment du travail, et cela implique certainement de s’éloigner de mes principaux projets, mais je suis tout de même productif pendant de telles périodes. J’acquiers beaucoup d’idées créatives en voyant des spectacles et en discutant avec les différents artistes, d’autant plus qu’il existe de nombreux parallèles entre l’art oratoire et le théâtre.

Plus important encore, quand je fais ce genre de voyages, cela renforce ma motivation. À la fin d’un tel voyage, j’ai hâte de retourner travailler. Et je ne peux m’empêcher de faire beaucoup de travail de valeur à mon retour à la maison. Travailler en profondeur sur mes projets devient ridiculement facile. Et je peux normalement maintenir un excellent rythme pendant des semaines avant de commencer à remarquer de nouveau un déclin.

Pour maintenir une productivité élevée, il faut presser et relâcher le ressort à plusieurs reprises. Pour passer plus de jours à travailler au niveau 10 de motivation, je dois éviter de me concentrer sur le fait de travailler pendant une période prolongée.

L’une des raisons pour lesquelles j’écris cet article maintenant, c’est que je ne peux pas y résister. Depuis plusieurs semaines, je ressens une montée de pression parce que je me suis écarté de mon mode de travail habituel, et je ressens un fort désir d’écrire. C’est pour moi un moyen de relâcher une partie de cette pression. Il me reste encore six jours avant de rentrer chez moi et de pouvoir enfin me remettre à travailler en profondeur. C’est difficile de rester sans travailler, surtout quand j’ai un gros projet. Bien sûr, il s’agit d’une excellente situation. En effet, cela signifie que lorsque je me remettrai enfin au travail, je profiterai d’une bonne dose de motivation de niveau 10 pendant un certain temps.

La clé, c’est d’éviter autant que possible le pseudo-travail. Il est souvent beaucoup plus productif à long terme d’alterner entre le travail en profondeur et l’inactivité. Évitez ces semaines interminables de travail qui ne font pas avancer les choses. Travaillez dur jusqu’à ce que vous sentiez que votre capacité à enregistrer de bons résultats commence à baisser. Puis cessez de travailler jusqu’à ce que vous vous sentiez fortement motivé à travailler dur une fois de plus.

Pour être à l’aise avec ces périodes alternées de travail et d’inactivité, j’ai dû faire beaucoup d’essais, et je vous suggère d’en faire autant. Cela commence par la détermination du niveau de résultats que vous enregistrez actuellement dans votre travail. Si vous n’atteignez pas les niveaux 9 ou 10, pourquoi perdez-vous votre temps ? Éloignez-vous de votre espace de travail et restez à l’écart jusqu’à ce que votre ressort soit suffisamment pressé. Retournez au travail lorsque vous serez prêt à travailler avec une motivation de niveau 10.

Donnez-vous la permission de jouer, d’explorer et d’expérimenter. Plongez dans un autre mode de vie. Quittez votre résidence pour quelques semaines. Tenez compte des nouvelles données sensorielles, de sorte que votre cerveau ne traite pas les mêmes schémas mois après mois. Reconnaissez la futilité d’un travail sans résultat concret et remplacez cela par une inactivité délibérée. Cela vous permettra de presser le ressort et de retourner au travail véritable avec énergie, passion et concentration. Investissez votre précieux temps et votre énergie là où vous avez la motivation nécessaire pour créer des résultats concrets.

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, je vous invite à suivre la vidéo suivante. Elle aborde différemment la question de la motivation et offre un moyen très intéressant et efficace de rester motivé.

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *