8 raccourcis menant au désir et à la motivation

motivationBeaucoup de gens me demandent comment développer une meilleure connexion avec leurs désirs, leurs passions et leurs plus importants intérêts de vie. Je suis conscient que beaucoup de personnes s’ennuient, cherchent et ne trouvent ni la motivation ni les objectifs à poursuivre. Permettez-moi de partager quelques-uns de mes raccourcis préférés pour vous aider à comprendre ce qui vous motive.

Embrasser le nouveau

Ma recommandation n° 1 est d’embrasser le nouveau. Faites tout et n’importe quoi si c’est nouveau pour vous. L’avantage de cette approche, c’est qu’elle apporte à votre cerveau beaucoup d’expériences à comparer et à mettre en contraste. Cela vous aidera à développer vos gouts et à affiner vos « papilles expérientielles ».

J’adore les nouvelles expériences, et je dirai souvent oui à une nouvelle invitation même si je ne suis pas très enthousiaste au départ. Si l’expérience semble assez nouvelle, alors même si je ne l’apprécie pas, elle peut m’aider à affiner mes gouts d’une manière ou d’une autre.

Plus tôt cette année, j’ai suivi un cours de méditation orgasmique et j’ai fait quelques séances avec deux femmes différentes. C’était nouveau pour moi, alors je me suis dit, pourquoi ne pas essayer ? J’ai trouvé la chose trop rigide et ennuyeuse. Cependant, le fait d’essayer m’a apporté plus de précisions sur ce que j’aime et les raisons pour lesquelles j’aime cela. L’expérience m’a aidé à constater que je préfère des méthodes de connexions plus spontanées et dynamiques.

La clarté provient du contraste. Par conséquent, si vous voulez plus de clarté, invitez plus de contraste dans votre vie en embrassant et en acceptant de faire de nouvelles expériences. Cela est particulièrement crucial pour les adolescents et les personnes de la vingtaine. Faites savoir à votre cercle social que vous êtes prêt à essayer des choses que vous n’avez jamais faites auparavant et montrez à tout le monde que vous êtes ouvert aux invitations. Dites oui à quelques-unes de ces invitations.

Votre cerveau apprend par expérience. Si vous manquez d’expérience, comment votre cerveau peut-il connaitre ses préférences les plus importantes ? Il est évident qu’il n’y parviendra pas — vous devez l’entrainer davantage. Comment êtes-vous censé découvrir vos repas préférés si vous ne faites que consommer les mêmes plats tous les jours ?

Faire face à la peur

La peur irrationnelle empêche souvent les gens de mener une vie intéressante. Voyez si vous pouvez identifier une grande peur pourtant irrationnelle. Cela veut dire que vous ne courrez aucun danger réel si vous agissez malgré cette peur. Après, prenez le ferme engagement de faire face à cette peur jusqu’à ce que vous ayez le dessus, même si cela doit durer 10 ans.

J’avais beaucoup de mal à donner des allocutions publiques. Je me suis réellement attaqué à ce problème à partir de 2004. Cela a été merveilleux de transformer une peur aussi irrationnelle et absurde en une grande compétence qui ouvre de nombreuses portes. J’ai aussi fait beaucoup d’explorations relationnelles et sexuelles au cours des dernières années pour étendre ma zone de confort et affiner mes intérêts sociaux.

Continuez de plonger délibérément dans des situations qui vous mettent mal à l’aise, et vous verrez votre zone de confort s’étendre. Au fur et à mesure que la peur que vous ressentez diminue en intensité, vous vous sentirez beaucoup plus libre qu’auparavant. Vous aurez plus d’options à votre disposition. Vous n’aurez plus à décliner certaines propositions simplement parce que vous en avez peur.

Un autre avantage à faire face à vos peurs, c’est que vous attirerez d’autres personnes qui essaient d’en faire de même. De cette manière, vous aurez des amitiés meilleures, plus fortes et plus intéressantes. Les personnes qui évitent leurs peurs sont généralement très ennuyeuses — il n’est pas très intéressant de se lier d’amitié à elles parce qu’elles restent à l’intérieur de leur zone de confort. De telles personnes ne sont pas très stimulantes et elles ne vous aideront pas à grandir. Pour ce faire, si vous acceptez faire partie de cette catégorie de personnes sans vie, les gens les plus intéressants auront tendance à vous éviter parce que vous leur offrez peu voire pas du tout de stimulation et de possibilités de croissance. Commencez à faire face à vos peurs, et le contraire se produira.

Prenez la décision de maitriser vos peurs irrationnelles au lieu de les laisser vous contrôler. Ceci inclut particulièrement la peur de l’échec et du rejet. L’échec et le rejet font naturellement partie de la vie. Si vous essayez donc de les éviter, vous manquerez également la chance de vivre une vie intéressante.

Essayer l’Immersion totale

Beaucoup de gens explorent simplement leurs centres d’intérêt, mais sachez que les parties les plus intéressantes de la vie ne se révèlent généralement pas, à moins que vous ne preniez la décision de faire une exploration plus poussée.

Au lieu d’essayer de trouver un équilibre à appliquer à votre vie de tous les jours — ce qui peut mener à une existence très ennuyeuse et superficielle — donnez-vous la possibilité de plonger de temps en temps complètement dans vos centres d’intérêt.

Pour recourir à une analogie de poker, je dirais arrêtez de suivre autant. Relancez ou couchez-vous. Intéressez-vous à un centre d’intérêt comme s’il s’agissait de la seule chose qui compte dans la vie, ou laissez-le tomber et ignorez-le jusqu’à ce qu’il suscite en vous suffisamment d’intérêt. Sortez de cette zone grise.

Les personnes les plus motivées que je connaisse ont tendance à se lancer dans toutes les activités et expériences qui les intéressent. Elles vivent à 0% ou 100%, pas à 50%. La vie est plus simple pour elles ; elle est pleine de oui et de non et de très peu de peut-être.

À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes intéressé à un centre d’intérêt particulier de façon intensive pendant une journée entière ou plus, au détriment de pratiquement tout le reste, sauf l’essentiel ? La vie devrait être remplie de jours pareils — un seul intérêt qui vous transporte de l’aube au crépuscule.

Je le fais même avec de petites choses, d’une manière que d’autres personnes pourraient qualifier de ridicule, mais je trouve cette immersion totale tellement plus motivante que l’exploration superficielle ou le travail bâclé. Par exemple, il m’arrive de prendre une journée entière ou deux pour effectuer une recherche exhaustive en ligne en vue d’un achat important jusqu’à ce que je sente que je suis pratiquement devenu expert en la matière.

Abandonner les obligations inutiles

Si vous voulez avoir du temps et de l’énergie pour vous consacrer à ce qui vous intéresse, alors dites non à toutes les activités qui ne vous intéressent pas suffisamment pour que vous y consacriez 100% de votre attention. Éliminez pour de bon ces occupations inutiles de votre vie, et ne regardez plus jamais en arrière.

Durant presque toute ma vie, chaque fois que les fêtes arrivaient, j’avais peur d’acheter des cadeaux à d’autres personnes. D’habitude, j’attendais jusqu’au 23 ou au 24 décembre. Je n’ai jamais été très bon pour cela, et je ne le faisais que pour plaire aux autres. Il était évident que cette habitude n’aurait jamais 100% de mon attention. Alors, il y a quelques années, j’ai dit à tout le monde que j’abandonnais ce rituel annuel. Les gens m’ont concédé cela — ce n’était pas du tout difficile. Maintenant, je me sens tellement soulagé chaque fois que la période des fêtes arrive, et je profite beaucoup plus de cette période de l’année. Tout le stress a disparu. Si je veux offrir un cadeau à quelqu’un, alors je le ferai parce que je le veux vraiment, et non parce que je me sens obligé d’honorer une tradition obsolète. La liberté est merveilleuse !

Vous avez probablement aussi des obligations absurdes dans votre vie. Si c’est le cas, débarrassez-vous d’elles. De telles obligations ne font que gaspiller votre énergie mentale, et elles vous empêchent de consacrer plus de temps à vos véritables centres d’intérêt.

Par ailleurs, si vous êtes autant déterminé à faire plaisir aux gens, je serai alors ravi de vous avoir comme mon esclave personnel. Si vous refusez, je serai très mécontent de vous.

Les gens vous crieront souvent dessus si vous ne parvenez pas à satisfaire leurs attentes. Laissez-les crier et se lamenter, puis ignorez-les. Cela passera. Ils finiront par mettre à jour leurs attentes pour qu’elles correspondent à votre manière de faire. Ne vous sentez pas obligé d’adapter votre comportement pour satisfaire les attentes ennuyeuses des autres. De toute façon, une fois que vous fréquenterez suffisamment de personnes, vous réaliserez que cela est impossible.

Faire vite machine arrière

Lorsque vous réalisez qu’un chemin ne vous convient pas, ne vous y accrochez pas. Laissez tomber et passez à autre chose.

Essayez de nouvelles expériences, mais si vous êtes convaincu que vous n’y gagnerez rien, arrêtez tout de suite, même si vous n’avez rien d’autre à faire à sa place. Laissez l’espace vide pendant un certain temps, afin qu’il ne soit pas utilisé pour encombrer votre vie.

Il y a tellement de choses intéressantes à essayer dans la vie que si vous n’apprenez pas à faire rapidement machine arrière, vous allez vous enliser dans de longues et interminables obligations qui vous font tourner en rond. Réduisez vos pertes tôt et sans que cela ne vous coute grand-chose.

Vous ferez très certainement des erreurs. Vous achèterez le mauvais article, vous sortirez avec la mauvaise personne, vous mangerez la mauvaise nourriture ou vous accepterez le mauvais travail. Cela fait partie de la vie. Lorsque vous expérimentez l’inexactitude, prenez rapidement les mesures qui s’imposent pour corriger le tir. Ne jouez pas avec vous-même en prétendant que vous aimez une chose qui vous ennuie ou vous frustre en réalité.

Prenez de vraies vacances

Faites de régulières remises à niveau en prenant des vacances. Déconnectez-vous complètement de votre ancienne routine. Laissez votre esprit explorer différentes directions. Traitez des données auxquelles vous n’êtes pas habitué.

De vraies vacances durent au moins une semaine, idéalement 10 jours. Il faut généralement quelques jours pour vous centrer (ou s’installer) complètement dans un nouvel endroit et pour cesser de vous attarder sur des éléments inachevés que vous avez laissés derrière vous.

Un mardi soir, je revenais d’un voyage de deux semaines à Toronto. J’ai écrit un article de blog et un bulletin d’information au début du voyage, mis à part cela, ce n’était purement que des vacances. Ma compagne et moi avons passé une journée au Musée royal de l’Ontario (l’exposition de Pompéi était fabuleuse en passant), nous avons navigué avec des amis sur le lac Ontario autour des iles de Toronto, nous avons vu trois pièces de théâtre et quatre films, nous avons organisé une soirée de jeux, exploré une forteresse de guerre datant de 1812, et assisté à un festival de nourriture végétalienne qui a duré toute une journée.

À mon retour, je me sentais super motivé pour me lancer dans des projets. Il m’est difficile de ne pas continuer à travailler même après une journée de 12 heures. Ma motivation pour l’action est en pleine hausse en ce moment.

Vers la fin d’assez longues vacances, vous commencerez à vous sentir impatient et pressé de revenir à quelque chose de productif. Une partie de vous veut travailler. Les vacances offrent le temps nécessaire pour créer cette pression. Puis, à votre retour, cela peut agir comme un ressort enroulé et vous propulser vers un niveau élevé de motivation pour l’action.

Cependant, si vous ne prenez jamais de longues pauses, vous finirez par vous complaire dans la zone grise de la faible motivation. Des résultats à peine passables vous sembleront intéressants. C’est à ce moment que vous saurez qu’il est temps de trouver de nouvelles stimulations.

Et si c’est l’argent qui constitue le problème ? Ce n’est jamais un vrai obstacle, sauf si vous insistez pour en faire un. Quelques-uns des plus grands voyageurs que j’ai rencontrés ont voyagé alors même qu’ils étaient presque complètement fauchés. Ils faisaient généralement du couchsurfing et partageaient leur trajet avec des gens… Il leur est même arrivé de voyager à vélo ou à pied. Ils se sont rendu compte que le manque d’argent n’était qu’une piètre excuse, et que ce manque ne constitue pas un gros problème de toute façon. Aucun d’entre eux n’est mort de faim. En fait, certains s’amusent même à raconter de drôles d’histoires sur comment ils étaient parfois obligés de dormir dans des parcs et autres récits similaires, et cela fait d’eux des personnes agréables à fréquenter. Leur compagnie est bien plus agréable que celle de personnes qui se cachent derrière leurs finances pour éviter de commencer à faire de l’exploration.

Changer de mode

Si vous vous sentez incertain dans un domaine de votre vie, vous pouvez vous concentrer sur une autre partie de votre vie où vous voyez plus clair. Plongez-vous totalement dans la zone claire et abandonnez l’incertitude pendant un certain temps.

Par exemple, si vous êtes confus au sujet de votre carrière ou de vos possibilités financières, essayez de vous concentrer sur une chose complètement différente comme votre santé, surtout si les possibilités d’amélioration sont plus évidentes de ce côté.

Je pratique ce changement de mode plusieurs fois par an, et cela m’émerveille à chaque fois. Lorsque j’ai des incertitudes par rapport à ma vie sociale, je m’immerge complètement dans mon travail. Lorsque j’ai des incertitudes par rapport à mon travail, je plonge dans des explorations relatives à la santé et à mon mode de vie. Cela m’empêche de me sentir coincé trop longtemps.

Se forcer à progresser dans un domaine lorsque vous manquez de clarté peut s’avérer très improductif. Par contre, il est possible de faire des progrès rapides si vous vous concentrez sur un autre domaine, en particulier sur une activité que vous avez passé du temps à éviter. Vous pouvez entre autres désencombrer et mettre de l’ordre chez vous à la maison, régler vos problèmes relationnels ou mettre à jour toutes vos anciennes déclarations de revenus. Ce qui se produit souvent, c’est que cette clarté et cet élan finissent par déborder pour atteindre la zone précédemment bloquée, et vous y revenez à lorsque le moment est finalement bon.

Le travail et l’école ne doivent pas nécessairement être au centre de votre vie. Il peut être merveilleux de passer un mois ou plus de temps à vous intéresser à un autre aspect de votre vie en prêtant peu voire pas du tout d’attention au travail.

Je pense qu’il est utile d’avoir une conception plus élargie de la productivité. Vous pouvez être productif en créant de la plus-value pour vous-même ou pour les autres. Cependant, cela ne doit pas nécessairement se faire dans le cadre du travail et des affaires.

Une chose que j’aime vraiment par rapport à mon style de vie, c’est que j’ai la liberté de passer beaucoup de temps chaque année — même la grande partie d’une année, si je le désire — à me concentrer sur des activités non professionnelles. J’ai également choisi un plan de carrière qui me permet de transformer plusieurs projets autrement personnels en articles et en leçons qui apportent un plus aux autres. Il m’arrive même de passer des semaines voire des mois sans faire beaucoup d’activités génératrices de revenus. Il me suffit parfois de maintenir mon entreprise, en lui accordant suffisamment d’attention pour qu’elle continue de tourner, pendant que je plonge dans un autre projet ou un autre objectif.

L’envie d’apporter un plus aux autres ainsi le désir de gagner de l’argent peuvent être très forts, mais il est important de ne pas négliger les moments où vous seriez mieux servi en vous concentrant sur d’autres aspects de votre vie, comme votre santé, vos relations ou de nouvelles explorations. Ceci est particulièrement important lorsque vous vous sentez bloqué ou coincé dans un autre domaine.

Cessez de faire de l’incertitude un grand problème

Le dernier conseil que je peux vous donner, c’est d’être patient. Je reçois beaucoup de courriels de gens dans la vingtaine qui semblent sur le point de faire une crise à cause de l’incertitude. Ils sont troublés parce qu’ils ne savent pas encore quoi faire de leur vie, comme s’ils étaient supposés connaitre avec précision ce genre de choses à cet âge.

Pour ma part, je pense qu’il est ridicule de s’attendre à ce que les gens dans la vingtaine sachent très clairement ce qu’ils aimeraient faire de leur vie. Ce sont généralement les parents ou les pairs qui mettent ce genre de pression sur les jeunes pour qu’ils décident, qu’ils décident immédiatement et qu’ils prennent d’une manière ou d’une autre la bonne décision.

Vous devriez savoir que je reçois aussi des courriels de personnes dans la trentaine et la quarantaine qui se sont senties prématurément poussées vers la clarté et qui en souffrent aujourd’hui. Elles finissent par se retrouver coincées dans un travail ennuyeux avec une vie sociale ennuyeuse et peu d’envie et de motivation pour changer les choses. Les plus chanceuses parmi elles finissent par sortir de cette situation pour explorer d’autres réalités pendant un certain temps.

Combien d’autres options s’offrent à vous aujourd’hui que vos parents ou grands-parents n’avaient pas quand ils avaient votre âge ? Combien de possibilités de carrière et de style de vie n’existaient même pas pour eux à cet âge ? Avaient-ils la possibilité de créer une entreprise en ligne ou de vivre comme un nomade numérique ? Leurs choix étaient beaucoup plus simples étant donné qu’ils avaient moins d’options de carrière, moins d’options sur le plan relationnel, un faible accès à l’information, une faible mobilité et moins de technologie d’autonomisation. Il est donc tout à fait logique qu’ils soient complètement déconnectés des réalités des actuels jeunes de 20 ans qui grandissent dans un monde complètement différent rempli de possibilités infinies et de difficultés pour faire le tri. Par conséquent, vous ne pouvez pas appliquer les mêmes règles que vos parents et grands-parents et espérer avoir les mêmes résultats. Leur monde est révolu.

Je pense qu’à 20 ans, vous devriez passer votre temps à explorer et à faire des expériences. C’est le moment idéal pour explorer plusieurs directions différentes. Essayez beaucoup, beaucoup de nouvelles choses. Commencez à affronter vos plus grandes peurs. Investissez-vous grandement dans le développement personnel. Continuez à passer d’une magnifique obsession à une autre. Ne vous engagez pas prématurément.

Je pense qu’il n’y a rien de mal à être incertain. J’ai plus de 40 ans, et je traverse encore des périodes d’incertitude quant à ce qu’il faut faire ou expérimenter la prochaine fois. Même lorsque je suis certain de ce que je veux, il m’arrive de me tromper. La différence, c’est que je ne culpabilise pas à cause de ces périodes de confusion. Je ne donne pas non plus aux autres la possibilité de m’en vouloir pour cela. Je considère l’incertitude comme une occasion pour explorer et étendre mes horizons.

Si les gens essaient de vous pousser vers une convergence prématurée sur des décisions à propos desquelles vous n’êtes pas certain, ils pourraient se sentir frustrés par vous. Laissez-les dans leur frustration, mais ne la partagez pas. Embrassez et profitez de votre liberté d’explorer. Il n’y a pas de délai de rigueur.

Si j’avais la possibilité de revenir à mes 20 ans, je passerais une décennie à faire des tonnes d’explorations. Je voyagerais beaucoup. J’explorerais une variété de relations et de partenaires. J’apprendrais compétence après compétence. J’essaierais différentes manières de générer des revenus pour voir celle qui me convient le mieux. Je saurais que j’ai toute la vie devant moi pour opter pour les centres d’intérêt qui me semblent plus dignes d’engagement.

Pourquoi ne pas passer toute notre vie de cette manière ? Pourquoi nous nous sentons obligés de forcer la certitude ? De toute manière, avons-nous le pouvoir de le faire ?

Lorsque tout le reste échoue, pourquoi ne pas simplement embrasser et accepter l’incertitude ? D’autres personnes peuvent avoir un problème avec cela, mais pourquoi vous ? Dans l’histoire, combien de fois les gens ont-ils été certains d’une chose tout à fait erronée, fausse ou profondément contraire à l’éthique ? Combien de vies auraient pu être épargnées, combien d’erreurs auraient pu être évitées si quelqu’un avait simplement permis à son mental verrouillé de flotter un peu plus longtemps ?

Être incertain ne constitue pas un problème, à moins que vous n’en fassiez un. Les films les plus intéressants sont ceux dont vous ne pouvez aucunement deviner l’issue. Peut-être que les vies les plus intéressantes suivent également ce modèle.

Note : Cet article est une traduction de l’article 8 Shortcuts to Desire and Motivation de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *