La motivation pour les gens intelligents (sans frappage de poitrine)

Note : cet article est une traduction de l’article Motivation for Smart People (Sans Chest Pounding) de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

MotivationVous arrive-t-il de ressentir qu’il y a quelqu’un de plus grand en vous qui brûle de sortir ? Vous pouvez sentir sa présence parfois, non ? C’est la voix qui vous encourage à vraiment faire quelque chose de votre vie. Quand vous agissez en cohérence avec cette voix, c’est comme si vous étiez une toute nouvelle personne. Vous vous sentez comme un dieu dans un corps humain. Vous êtes intrépide et courageux. Vous êtes fort. Vous êtes inarrêtable.

Mais ensuite la réalité s’installe, et bientôt ces moments font partie du passé. Où est passée cette puissante voix ? Souffriez-vous simplement d’illusions de grandeur ?

Ce n’est pas difficile de vous mettre temporairement dans un état de pouvoir émotionnel. Allez simplement à un concert séminaire de Tony Robbins, et il vous fera danser dans les allées en vous sentant totalement motivé. Mettez votre musique rythmée préférée, tenez-vous droit, respirez fort, poitrine sortie, épaules en arrière. Pavanez-vous comme un super-héros. Criez « Oui ! » Frappez sur votre poitrine pour faire bonne mesure. Vous aurez l’air d’un imbécile, mais cela fonctionne vraiment.

Mais ensuite vous rentrez à la maison, et la motivation émotionnelle s’évanouit. Vos grandes idées semblent maintenant impraticables. Combien de fois avez-vous été temporairement inspiré par une idée comme « Je veux lancer ma propre entreprise, » et qu’une semaine plus tard tout était oublié ? Vous trouvez des idées inspirantes quand vous êtes motivé, mais vous n’arrivez pas à maintenir ce niveau de motivation pendant toute la phase d’action.

Alors comment atteindre ce point de haute motivation et y rester ?

La motivation émotionnelle

Tony Robbins dit que la clé de la motivation est la gestion de son état. Cela implique de vous conditionner à vous sentir d’une certaine façon via des techniques comme l’ancrage (connecter une émotion à un déclencheur physique). Quand Tony se frappe sur la poitrine en parlant, il lance des ancres qu’il avait précédemment conditionnées. Le revers est que vous avez besoin de continuer à lancer ces ancres et de les reconditionner périodiquement pour garder votre motivation haute. Cela implique vraiment beaucoup de frappage de poitrine.

Comme autre méthode motivationnelle, Tony suggère de coucher sur papier le plaisir que vous associez à une tâche ainsi que la douleur qu’il y a à ne pas le faire. Là encore l’idée ici est d’attiser vos émotions, pour avoir la motivation de passer à l’action. Ce genre de motivation est généralement court dans le temps, même si les émotions impliquées sont très intenses.

J’ai étudié et pratiqué ces types de techniques de motivation émotionnelles dans les grandes largeurs quand j’avais la vingtaine. Sur le long terme, je ne les ai pas trouvées particulièrement efficaces. Mon intellect voyait clair dans tout ce frappage de poitrine. La partie logique de mon esprit était finalement insatisfaite de ces tentatives de persuasion de motivation via de la manipulation émotionnelle.

Avez-vous déjà vu un de ces gourous motivateurs galvanisateurs ? Si l’orateur est bon, il ou elle aura un effet émotionnel sur vous et vous fera vous sentir motivé. Mais en un jour ou deux, ce boost émotionnel disparaît, et vous revenez à la normale. Vous pouvez écouter des centaines d’orateurs motivationnels et vivre un effet de yo-yo émotionnel, mais cela ne dure pas. Je pense que c’est particulièrement vrai avec les personnes à l’esprit plus technique. Nous sommes habitués à penser avec notre tête. Nous sommes des créatures émotionnelles à un certain niveau, mais nos détecteurs émotionnels débarrassent périodiquement notre esprit de tout ce qui ne satisfait pas notre logique.

La motivation intellectuelle

J’avais l’habitude d’être frustrée quand mon conditionnement émotionnel s’évaporait au bout d’un moment. Au final j’ai réalisé qu’être guidé par l’intellect, et non par l’émotion, n’était pas une si mauvaise chose après tout. J’ai simplement dû apprendre à utiliser mon esprit comme un outil motivationnel efficace. J’ai arrêté d’utiliser les techniques de motivation émotionnelle et j’ai décidé de voir si je pouvais me motiver intellectuellement. Je me suis dit que si je ne pouvais pas me motiver à poursuivre un but en particulier, peut-être qu’il y avait une raison logique derrière ça. Peut-être que je ne poussais pas ma logique assez loin pour le voir.

J’ai noté que quand j’avais de fortes raisons intellectuelles de faire quelque chose, je n’avais généralement pas de problèmes à passer à l’action. Je suis motivé pour faire du sport régulièrement parce que c’est intelligent et raisonnable. Je n’ai pas besoin de me motiver émotionnellement pour aller à la salle de sport. J’y vais, simplement.

Mais quand mon esprit pense qu’un objectif est mauvais à un certain niveau, je me sens généralement bloqué. J’ai fini par réaliser que c’était la façon qu’avait mon esprit de me dire que cet objectif était une erreur dès le départ.

Parfois un objectif semble avoir du sens à un niveau, mais quand vous regardez plus loin en amont, il devient clair que l’objectif est mal avisé. Supposez que vous travaillez dans la vente, et que vous fixez comme objectif d’augmenter votre revenu de 20% en devenant un commercial plus efficace. Cela semble un objectif plus raisonnable et intelligent. Mais peut-être que vous êtes surpris de trouver que vous rencontrez toutes sortes de blocages internes quand vous essayez de les poursuivre. Vous devriez vous sentir motivé, mais ce n’est pas le cas. Le problème pourrait être à un niveau plus profond, votre esprit sait que vous ne voulez pas du tout travailler dans la vente. Vous voulez en réalité devenir musicien. Donc peu importe à quel point vous vous poussez dans votre carrière commerciale, cela sera toujours une impasse motivationnelle. Vous ne convaincrez jamais votre esprit d’abandonner votre rêve plus grand de devenir musicien.

Quand vous fixez des objectifs qui sont trop petits et trop timides, vous souffrez d’un perpétuel manque de motivation. Essayez toutes les techniques de conditionnement émotionnel que vous voulez, mais vous perdez votre temps. Au fond vous connaissez déjà la vérité. Vous avez simplement besoin de rassembler le courage de reconnaître vos véritables désirs. Puis vous devrez gérer vos doutes personnels et la peur qui vous font réfléchir de façon trop étriquée. Vous ne pouvez pas contourner cela si vous voulez avoir une motivation durable. De façon ironique, la vraie clé de motivation est de fixer des objectifs qui vous font peur.

Je recommande de réfléchir à ce genre de blocages dans votre journal personnel. Tapez une question comme « Pourquoi est-ce que je ne me sens pas motivé pour atteindre cet objectif ? » Puis tapez la réponse qui vous vient à l’esprit, quelle qu’elle soit. Vous trouverez souvent que la source de votre blocage est que vous pensez de façon trop étriquée. Vous laissez les peurs, les excuses, et les pensées limitatives vous retenir. Votre esprit subconscient sait que vous vous installez dans ce fonctionnement, donc il ne fournira aucun carburant émotionnel tant que vous ne vous reprendrez pas, ne ferez pas face à vos peurs, et ne reconnaîtrez pas les désirs de votre cœur. Une fois que vous décidez enfin de faire face à vos peurs et que vous balancez vos excuses, vous trouverez que votre motivation reviendra à plein régime.

Quand j’utilise moi-même ce processus, je découvre de nouveaux objectifs qui semblent raisonnablement grands. J’admets que je les veux, mais je me sens incapable de les atteindre. Cependant, quand je me reprends enfin et fixe des objectifs situés hors de ma zone de confort, quelque part je finis par me sentir très motivé, et je rassemble toutes sortes de ressources inattendues pour m’aider.

Était-ce raisonnable de définir un objectif de trafic web d’un million de visiteurs mensuels sans dépenser le moindre sou en marketing ? Je le pensais à l’origine, mais j’ai défini cet objectif en privé avant de lancer ce site parce que cela m’inspirait. Des objectifs de trafic plus raisonnables n’avaient pas d’effet motivationnel sur moi. Maintenant que j’ai atteint cet objectif, mon prochain objectif de trafic est d’atteindre 10 millions de visiteurs par mois. Est-ce déraisonnable ? Probablement. Mais quelque part c’est très motivant pour moi.

Il peut sembler contre-intuitif que la motivation puisse être plus haute en fixant des objectifs hors de votre zone de confort, mais j’ai vu ce schéma se répéter bien trop de fois pour le dédaigner. Peut-être que vous devons définir de grands objectifs, épineux, audacieux pour vous sentir véritablement motivé. Peut-être que de petits objectifs ne suffisent simplement pas pour déclencher le relâchement de cette énergie motivationnelle. Si nous pensons qu’un objectif est trop facile, nous n’engagerons pas toutes nos ressources internes. Ce n’est que quand nous fixons des objectifs déraisonnables que toutes nos ressources internes s’alignent, y compris notre motivation et notre énergie.

Quand je fixe un objectif qui est assez grand et qui représente un défi suffisant, je n’ai jamais besoin de me gonfler avec de la galvanisation émotionnelle. Je me sens motivé pour poursuivre l’objectif parce que mon intellect est totalement derrière cela. Je trouve simplement que je fais ce qui a besoin d’être fait. Pas besoin de se frapper sur la poitrine.

Crédits photo : © alphaspirit – Fotolia.com

Un commentaire

  • Frédéric dit :

    Merci pour cet article, une fois de plus très puissant, de Steve Pavlina.

    Comment ne pas être motivé en lisant les articles de Mr Pavlina ?

    Sa profondeur m’apporte beaucoup d’inspirations directes dans ma vie.

    Merci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *