Régime alimentaire et énergie supplémentaire

énergie supplémentaireIl y a quelques années, j’ai réalisé que l’un des obstacles qui m’empêchaient d’améliorer mon alimentation, c’était mon incapacité à déterminer quoi faire avec l’énergie supplémentaire que je gagnerais si le changement devenait permanent.

Par exemple, lorsque j’ai participé à mon expérience de 30 jours pendant lesquels j’ai consommé uniquement des aliments crus, j’avais beaucoup plus d’énergie — physique, mentale et émotionnelle. Ce n’était pas une surprise pour moi parce que j’avais expérimenté des hausses d’énergie similaires au cours d’autres expériences alimentaires au cours des dernières années.

Au début, j’étais heureux de profiter de cette énergie supplémentaire — surtout la sensation d’euphorie — mais au bout d’un moment, j’ai commencé à me sentir mal à l’aise. J’essayais de contenir toute cette énergie supplémentaire, mais je n’y étais pas habitué. Je me sentais comme une batterie surchargée. Parfois, je me sentais tellement débordant d’énergie que je croyais que j’allais exploser. C’était comme si je me sentais super excité, mais sans exutoire sexuel disponible.

Après avoir fait plusieurs expériences de 30 jours à consommer des aliments crus, je suis toujours revenu aux aliments cuits. Cela a toujours diminué mon énergie, et je perdais l’énergie supplémentaire dont j’ai profité en consommant des aliments crus. Toutefois, l’ancienne sensation était plus agréable et familière, alors je sentais comme une attraction magnétique pour y retourner.

Que faire de l’énergie supplémentaire ?

Finalement, je me suis demandé : « Pourquoi est-ce que tu baisses intentionnellement ton énergie ? Pour quelle raison as-tu autant de mal à contenir cette énergie supplémentaire ? »

J’ai vite compris quel était le problème. Cette énergie supplémentaire n’avait pas d’exutoire. Toute ma vie a été structurée pour gérer un certain niveau de production d’énergie qui avait été relativement stable pendant des années. Ma routine d’entrainement, mes activités quotidiennes, ma vie sociale, etc. étaient toutes réglées pour soutenir une certaine production énergétique. Par conséquent, quand j’ai changé de régime alimentaire et que j’ai expérimenté un regain d’énergie important. Ma vie n’était tout simplement pas réglée pour y faire face. C’était comme mettre une batterie de 12 volts dans un appareil de 1,5 volt.

Étant donné que j’augmentais mon approvisionnement en énergie, il me fallait peut-être aussi booster la demande.

Si ma théorie était correcte, alors pour maintenir mon nouveau régime alimentaire, je devais adapter le reste de ma vie afin de soutenir une production énergétique plus élevée. Je ne pouvais pas me contenter de changer mon régime alimentaire et laisser les choses en l’état.

Il s’est avéré que c’était précisément la clé dont j’avais besoin pour revenir au régime des aliments crus et y rester sans vouloir fuir vers mon ancienne zone de confort.

Le changement le plus important est que je me suis fixé de nouveaux objectifs ainsi que des objectifs plus importants afin de créer de nouveaux débouchés pour le flux d’énergie supplémentaire. Ce sont des objectifs qui m’auraient semblé trop exagérés par rapport à mon ancien régime. Mais, avec une plus grande production d’énergie, ils semblaient réalisables.

Au lieu d’essayer de contenir toute cette énergie supplémentaire, j’ai trouvé de nouvelles façons de la laisser circuler en moi. Voici quelques-uns des changements précis que j’ai faits (ou expérimentés) :

1. Augmentation de l’activité physique. Avant ce changement de régime alimentaire, mes séances d’entrainement au gymnase me permettaient de bruler habituellement 300 à 400 calories. Maintenant, j’en brule plus de 500 par séance. Il était plus important de canaliser l’énergie supplémentaire (mentale et émotionnelle) que de bruler plus de calories, mais je pense que cette activité physique supplémentaire a aidé.

2. Augmentation de la production créative. C’est de loin le changement le plus important. Je me sens plus inspiré que jamais, alors je fais plus de travail créatif qu’avant, allant du blogging aux allocutions en passant par la tenue d’un journal, la planification des activités, la préparation de plats d’aliments crus et d’autres choses. J’ai été particulièrement satisfait des articles que j’ai écrits en utilisant cette énergie supplémentaire ; ces articles en particulier m’ont semblé très inspirés. Une fois, j’ai écrit un article de 4 400 mots dans mon journal parce que j’avais tellement d’idées que je voulais conserver.

À l’époque où j’ai commencé cette expérience, je me sentais très mal à l’aise de faire passer plus de deux ou trois jours sans écrire un nouvel article. C’était comme si j’étais trop excité par l’énergie créatrice et que je me sentais obligé de l’exprimer. Normalement, je n’écrivais pas les weekends, mais à cette époque, je me levais pour écrire un article afin de libérer un peu de cette énergie supplémentaire. Sinon, j’aurais eu l’impression que j’allais exploser ; toute la journée.

3. Augmentation de la production intentionnelle. Je me sens mieux lorsque je passe au moins 20 à 30 minutes par jour à chercher de nouvelles idées et à visualiser mes objectifs. C’est comme si je libérais une partie de l’énergie supplémentaire sous forme d’intentions positives. Je me couche souvent 30 minutes à l’avance et je reste allongé là à visualiser de nouveaux objectifs et de nouvelles possibilités jusqu’à ce que je m’endorme. Si je ne le fais pas régulièrement, je ressens une étrange accumulation de pression pour laisser couler une partie de cette énergie à travers mon imagination et se libérer sous la forme de nouveaux rêves et objectifs.

4. Augmentation du rendement spirituel/intuitif. Je me sens plus spirituellement à l’écoute que jamais. Je n’ai jamais connu un canal aussi clair pour ce qui est de l’orientation intuitive. En effet, je n’ai plus besoin de méditer pour me mettre dans le bon état pour « télécharger » l’inspiration. Je peux simplement fermer les yeux et y accéder en quelques secondes. C’est comme si l’interrupteur était toujours en marche. Chaque fois que je suis coincé, je me contente de me connecter et de demander une solution. Et cela commence à venir à moi presque immédiatement.

Par conséquent, je me fie maintenant plus souvent à mon intuition qu’à mon esprit logique/analytique. Parce qu’elle est plus rapide, plus précise et plus holistique. Je me souviens qu’une fois, Erin m’a dit d’arrêter de lui donner des lectures à faire. En effet, elle n’avait pas eu le temps d’assimiler complètement les précédentes percées que je l’ai aidé à expérimenter. Toutefois, je n’y pouvais rien. Lorsque je capte des informations intuitives, je me sens obligé de les partager, sans quoi j’ai l’impression que l’énergie s’accumule.

5. Augmentation du rendement social et affectif. Étant donné que je me sentais si bien, j’avais besoin de nouvelles façons de canaliser ces bons sentiments. À l’époque, j’avais surtout dirigé ces sentiments vers mes proches. En effet, j’ai eu beaucoup de conversations très profondes avec eux et j’ai insisté pour qu’il y ait plus de sorties en famille. J’avais notamment amené les enfants au Circus Circus pour le weekend. De plus, nous avions programmé de faire un voyage le mois suivant pour aller à Los Angeles et à San Diego.

Ce fut aussi l’occasion pour moi d’enseigner à ma fille (qui avait 8 ans à l’époque) sur comment garder des intentions positives et éviter de se plaindre. J’ai eu le bonheur de constater l’impact positif que cela a eu sur elle. Je suis sûr que certains de ces bons sentiments se sont aussi manifestés dans mes écrits. Quelques personnes ont mentionné que j’avais l’air plus excité que d’habitude. Je n’y pouvais rien parce que c’est ce que je ressentais naturellement. Je me réveillais tout excité.

6. Des normes plus élevées. Je me souviens que quand j’ai décidé d’utiliser à bon escient cette énergie supplémentaire, j’ai ressenti un fort désir de régler un grand nombre de petits problèmes dans ma vie. Il s’agissait de problèmes qui sont très faciles à ignorer. À l’époque par exemple, j’ai remplacé un porte-serviette cassé dans la cuisine. Il s’était cassé depuis un bon moment, mais il était encore utilisable. Toujours à cette époque, je suis devenu beaucoup plus assidu dans l’éducation des enfants afin de maintenir certaines normes concernant l’ordre dans la maison. Je me souviens qu’ils étaient heureux de nettoyer derrière eux. J’avais enfin l’impression de maitriser les petits problèmes qui se sont accumulés. Individuellement, ces problèmes n’étaient pas importants, mais collectivement, ils pouvaient devenir fastidieux s’ils étaient ignorés pendant trop longtemps.

7. Plus de bon temps. Quand j’ai décidé de consommer uniquement des aliments crus pendant un mois, j’ai connu une baisse temporaire de ma libido pendant que je m’adaptais à ce régime alimentaire, puis tout est revenu à la normale. Au moment où j’écris cet article, ma libido est définitivement plus élevée qu’avant. Toutefois, dans le même temps, le désir d’avoir des relations sexuelles est plus subtil et moins distrayant. Il est donc plus facile de s’y accrocher pendant un certain temps sans ressentir une envie irrésistible de le libérer. Ce désir semble aussi beaucoup plus centré sur le cœur.

Le changement le plus important est certainement le deuxième (production créative). Parfois, je dois me retenir d’aller dans mon bureau et de commencer à écrire autant, sinon je ne verrai jamais mes proches.

régime alimentaire

Amélioration du régime alimentaire = augmentation de la production créative

Quand je me souviens d’autres changements de régime alimentaire que j’ai faits, je vois des schémas similaires. Chaque amélioration réussie de mon régime alimentaire s’est accompagnée d’une augmentation significative de ma production créative.

Je suis devenu végétarien à l’été 1993, avant mon dernier semestre à l’université. Quelques semaines après avoir fait ce changement de régime alimentaire, j’ai commencé à travailler en tant que programmeur de jeux sous contrat. J’ai finalement créé un pack de jeux d’arcade Windows qui a été mis en vente quelques mois plus tard. Ce fut une période très chargée et caractérisée par beaucoup de créativité pour moi. J’ai même conçu un des jeux moi-même. J’ai aussi gagné beaucoup d’argent pendant cette période, surtout pour un étudiant.

Je suis devenu végétalien en janvier 1997, juste avant de commencer à concevoir un nouveau jeu vidéo. C’était mon projet le plus ambitieux. En raison de problèmes de financement, il n’a jamais été commercialisé, mais j’étais très fier de sa conception. C’était une période extrêmement créative pour moi. Quelques années plus tard, j’ai sorti un jeu primé avec un design très original. Je n’ai aucun doute que mon régime alimentaire amélioré m’y a beaucoup aidé. J’ai également commencé à m’essayer aux arts martiaux et à la course à pied pendant cette même période.

Lors de mon expérience (manger uniquement des aliments crus), je travaillais sur mon livre. J’ai fait beaucoup de modifications importantes pendant ces 30 jours. J’ai également été programmé pour intervenir à une conférence ! C’était une période très expansive pour moi.

J’ai du mal à savoir ce qui est venu en premier — le changement de régime alimentaire ou la demande d’une plus grande production créative. Après réflexion, je pense que c’est la grande production créative. Quand j’étais prêt à porter ma production créative à un nouveau niveau, je me sentais également prête à améliorer mon régime alimentaire. Il semble que l’intention d’être plus créatif et d’apporter plus de valeur a déclenché les changements de régime alimentaire, peut-être pour mettre mon corps dans un état où il pourrait gérer plus de flux d’énergie.

Avez-vous déjà vécu quelque chose de similaire ? Avez-vous remarqué un lien entre vos changements de régime alimentaire (des changements qui vous ont donné l’impression d’être beaucoup plus énergique) et un rendement créatif important ?

Si vous faites du travail créatif comme moi, il y a de fortes chances que votre revenu soit fortement lié à votre production créative. Plus vous pouvez créer et plus vos créations sont inspirées, plus vous créez de la valeur pour les autres et plus vous pouvez générer des revenus via votre travail. Il peut donc y avoir un avantage financier à améliorer votre régime alimentaire et à canaliser l’énergie supplémentaire. Il y a aussi un avantage sur le plan de la productivité, car plus d’énergie signifie que vous pouvez faire plus de choses en moins de temps — sans vous sentir épuisé par la suite.

Résistez-vous à l’énergie supplémentaire ?

La leçon la plus importante que j’ai apprise est peut-être le rôle de la résistance. La vraie raison pour laquelle j’ai d’abord résisté à ma transition vers un régime 100% cru, c’était que je résistais aux conséquences de l’augmentation du flux énergétique. J’étais dans une zone de confort agréable, mais je devais la quitter si je voulais réussir ce changement. Cela impliquait d’accepter plus de responsabilités et d’accomplir plus de choses qu’auparavant. Il m’a fallu beaucoup de temps avant d’être prêt à le faire.

Parmi les différents changements majeurs de régime alimentaire que j’ai connus (omnivore -> végétarien -> végétalien -> consommateur d’aliments crus), ce dernier changement était de loin le plus important et le plus difficile. Le premier changement était certainement le plus facile et le plus doux. Au début, je n’avais pas beaucoup de certitude à ce sujet, mais maintenant je peux affirmer que mon passage aux aliments crus, même s’il n’est pas définitif, est l’une des décisions les plus bénéfiques à long terme que j’ai prises jusqu’ici.

Si vous voulez améliorer votre régime alimentaire de façon permanente, vous devez arriver à un point où vous pouvez accepter toutes les conséquences de votre choix. Sinon, vous risquez de tomber dans le piège de la peur du succès. Si vous résistez aux conséquences, vous allez vous empêcher de faire les changements qui les déclencheraient.

Si vous améliorez votre régime alimentaire et que vous vous sentez beaucoup plus énergique (physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement), comment allez-vous canaliser toute cette énergie supplémentaire ? Où allez-vous la diriger ? Comment l’utiliserez-vous pour alimenter une plus grande production créative ? Je pense qu’il faut répondre à ces questions avant d’être prêt à faire le changement. Sinon, vous retomberez facilement dans votre ancienne zone de confort (tant sur le plan de l’alimentation que sur le plan énergétique).

Imaginez ce qui arriverait dans votre vie si vous vous sentiez en permanence beaucoup plus heureux, plus fort, plus motivé et plus énergique. Qu’est-ce que vous arrêteriez de tolérer si vous aviez soudainement une forte dose d’énergie supplémentaire qui vous traversait ? Dirigeriez-vous toute cette énergie vers votre carrière actuelle, vos relations et votre routine d’entrainement ? Ou vous sentiriez-vous obligé de faire des changements majeurs ? Et si votre travail était incapable de canaliser toute cette énergie supplémentaire ? Est-ce que cela vous obligerait à démissionner et à faire quelque chose de plus créatif afin de pouvoir contribuer davantage ? Résistez-vous à l’une ou l’autre de ces conséquences potentielles à un certain niveau ? Que se passerait-il si vous pouviez accepter et même inviter toutes ces conséquences ?

énergie supplémentaire

Des sauts quantiques

Certaines de ces conséquences peuvent être très difficiles à accepter… et encore plus difficiles à inviter intentionnellement. Il faut du courage pour aller volontairement au-delà de votre habituelle zone de confort. Vous devez être prêt à supprimer les vieux modèles, afin de pouvoir créer de nouveaux modèles qui exploiteront efficacement l’énergie supplémentaire.

Dans mon cas, les changements que j’ai vécus n’ont pas été très perturbants parce que mes débouchés professionnels sont très flexibles, ce qui me permet de gérer de l’énergie supplémentaire sans problème. De l’extérieur, l’on peut avoir l’impression que peu de choses ont changé. Même si, intérieurement, il s’agit d’un changement énorme pour moi. Cependant, si j’avais eu un emploi ou si j’étais dans une relation moins flexible, j’aurais peut-être expérimenté des changements externes beaucoup plus importants.

C’est vraiment similaire à un saut quantique. Dans ces situations, vous ne vous améliorez pas gracieusement le long d’un continuum. Vous arrivez plutôt à un point où vous devez abandonner votre ancienne orbite pour passer sur une nouvelle orbite. Il peut y avoir beaucoup d’accumulation d’énergie avant que ce changement ne se produise. Mais finalement, vous atteignez un point de basculement. Il faut choisir un côté du gouffre ou l’autre parce qu’il n’y a pas de milieu.

Vous pouvez certainement faire un saut quantique qui n’implique pas de changements de régime alimentaire, mais vous constaterez peut-être comme moi que vos changements alimentaires induisent aussi des changements majeurs dans les autres domaines de votre vie. Ainsi, pour améliorer votre régime alimentaire, vous devez accepter l’ensemble des conséquences qui vont avec. Si vous résistez à n’importe quelle partie du tout, vous résistez également au changement de régime alimentaire.

Y a-t-il une partie de votre vie où vous vous êtes efforcé de faire un saut quantique, mais où vous êtes toujours retombé dans votre zone de confort ? Si vous faisiez ce saut important, quels autres sauts connexes devraient survenir pendant le trajet ? Quelle partie de ce tout refusez-vous d’accepter ? Quelles sont les conséquences physiques, mentales, sociales, émotionnelles et spirituelles qui en découleront ? Que faudra-t-il pour que vous acceptiez l’ensemble de ces conséquences ?

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, voici pour vous une vidéo qui présente aussi quelques importants avantages qu’il y a à modifier son régime alimentaire en conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *