Le sens de la vie : évolution consciente

Note : cet article est une traduction de l’article The Meaning of Life: Conscious Evolution de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Evolution conscienteDans ce dernier article de la série Le sens de la vie, je vais essayer de présenter une vision plus générale de la raison pour laquelle le développement personnel est si important, et pour laquelle je crois qu’investir dans votre propre développement est le meilleur investissement que vous pouvez faire.

L’évolution consciente

Quand j’ai utilisé le mot « évolution » pour décrire ma vision du monde, je n’utilisais pas ce mot dans le sens biologique de sélection naturelle, d’élevage, et de mutation. Quelques personnes semblent rester bloquées sur ce terme. J’utilisais la définition plus large de l’évolution : un processus par lequel quelque chose passe par étapes à un nouveau stade, en particulier à un stade plus avancé et plus mûr (source = Wordnet).

Cela inclut l’évolution de la pensée, de la société, du savoir, et les capacités de la vie ─ l’évolution de la noosphère plus encore que de la biosphère. La noosphère est notre savoir et notre sagesse collectifs, et aujourd’hui cela « évolue » bien plus vite que toute entité biologique. En fait, l’évolution biologique actuelle des êtres humains est si lente qu’elle est virtuellement hors-de-propos en comparaison du rythme d’évolution de la noosphère. Notre biologie a peu évolué dans les 1000 dernières années, mais notre technologie, notre savoir, et notre culture ont massivement évolué.

Donc quand je disais que je voulais servir le processus de l’évolution, je ne le disais pas au sens biologique ─ l’évolution biologique est trop lente et est devenue globalement hors sujet. Si l’évolution biologique des humains continue, cela risque d’arriver par choix, pas en résultat d’un élevage continu et d’une mutation sur des milliers d’années. Mais ce qui importe le plus en ce moment est l’évolution de la noosphère.

Mais qu’en est-il de la noosphère ?

Je suis d’accord que la planète est dans une bien mauvaise passe environnementale. Mais nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre de l’évolution biologique qu’elle solutionne ces problèmes. Si nous faisons cela, les humains vont certainement s’éteindre avant que nous ayons la chance d’évoluer vers quelque chose de mieux. Certains experts affirment que l’environnement est tellement en mauvaise posture que nous n’arriverons pas à changer cela d’ici la fin de ce centenaire… que le processus de destruction que nous avons mis en marche est peut-être déjà irréversible, même si nous commencions immédiatement à faire tout ce que nous pouvons pour changer cela.

Ignorer ces problèmes n’est pas une option viable, mais je pense aussi que s’attaquer directement à ces problèmes est voué à l’échec. Il y a déjà des gens qui font cela, mais ils semblent faire peu de progrès. Ils ralentissent peut-être un peu le taux de régression, mais ils sont loin d’inverser cela. Il y a trop de résistance, et d’ici que l’on arrive à surmonter efficacement cette résistance, nous aurons largement dépassé le point de non-retour.

Pensez à quelque chose d’aussi simple qu’un régime. Les conséquences environnementales du régime standard américain sont graves ─ dire que c’est un gaspillage de ressources et que cela pollue l’environnement est largement en-dessous de la vérité. Le gouvernement américain en subventionne la majeure partie, ce qui cache les coûts réels. Cela demande 18 fois plus d’espace de faire pousser de quoi nourrir quelqu’un soumis au régime standard que de nourrir un végétalien. Si quelqu’un soumis au régime standard mangeait végétalien pendant un seul jour, il économiserait plus d’eau qu’en ne se lavant pas pendant un an. Votre décision de manger un burger pour le dîner n’est pas seulement un choix de santé ; c’est également environnemental et politique. En fait, tout ce que vous pourriez faire d’un point de vue environnemental ou politique au cours de votre vie ne serait rien comparé à la simple décision de ce que vous mangez tous les jours. Vous pourriez vouer votre entière à Greenpeace, et cela ne serait qu’une fraction dérisoire de ce que vous accompliriez en vivant comme un playboy glouton en ressources mais végétarien.

Et pourtant peu de gens sont conscients des conséquences à long-terme de ce qu’ils font parce que leurs « connaissances » leur sont servies par les publicistes. Ils adhèrent au contexte social plutôt que de penser par eux-mêmes. Les gens rapportent des milliards avec le régime standard, et cela ne les dérange pas financièrement que vous vouliez planter quelques arbres à côté ou que vous alliez ramasser quelques ordures pour vous sentir bien, tant que vous continuez à engloutir leurs burgers. Mais essayez de vous attaquer au régime qui les rend si riches, et ils vous noieront dans leur marketing jusqu’à ce que vous vous soumettiez.

Je pourrais écrire là-dessus toute la journée, mais cela a déjà été écrit. La personne moyenne évitera simplement cela, et dans la mesure où elle lira cela, elle résistera simplement ou l’ignorera. Les gens doivent se donner les moyens de le rechercher parce qu’ils veulent vraiment savoir ce qui se passe. Mais tellement peu de gens ont actuellement le courage et la discipline de le faire.

Je ne vois pas une solution comme dépenser davantage de temps ou d’énergie s’attaquer directement à de tels problèmes. Si j’essayais cela, je serais seulement surmarketé par ceux qui ont un énorme intérêt financier à faire se perpétuer le système de croyance actuel, sans se soucier du fait qu’il soit faux. Je pourrais passer toute ma vie à m’attaquer à la cigarette, par exemple, mais au final cela ne ferait pas une grande différence ─ je réussirais peut-être à convaincre un petit nombre de gens d’arrêter, mais bien plus deviendront des fumeurs, et beaucoup de ceux qui arrêteront adopteront simplement un vice de substitution. Donc globalement il n’y aura pas beaucoup d’impact. Ma résistance rencontrera simplement une plus grande résistance. La force échouera.

Alors quelle est la solution ?

La meilleure solution à laquelle je puisse penser est de travailler sur la conscience humaine elle-même, pour aider plus de gens à voir les bénéfices et à éviter les obstacles dans la poursuite de leur propre développement personnel. Je ne pense pas que cela nécessite de changer notre biologie mais plutôt de changer la noosphère. Je pense que nous avons déjà les capacités biologiques nécessaires pour résoudre les problèmes de cette planète pour peu qu’il soit possible de les résoudre, mais il nous manque actuellement la conscience, la discipline, et le courage en tant qu’espèce de s’élever et de prendre la responsabilité personnelle de faire ce qui est nécessaire. La plupart des gens préfèreraient vivre une illusion que passer du temps à penser à la meilleure contribution possible qu’ils pourraient apporter avec leur vie. Mais je pense que je peux aider à changer cela. Un bon nombre de gens semble avoir abouti à des conclusions similaires.

J’imagine qu’en l’espace d’une vie, la meilleure des choses que je peux faire est d’implanter et de faire pousser la graine du développement personnel conscient dans la noosphère, en coopération avec d’autres gens qui ont des missions similaires.

Les êtres humains ont un tel potentiel inexploité que c’en est ridicule. Si nous pouvons faire progresser peu à peu la réalisation de ce potentiel et élever le niveau de conscience moyen des êtres humains, alors plus de gens vont « s’éveiller » et de commencer à vivre avec une conscience et un courage plus grands. Ils commenceront à supprimer des habitudes destructrices et à en adopter de plus positives. Ils commenceront à définir un but sensé pour leur vie, et en chemin ils encourageront les autres à faire de même. Ils arrêteront de vivre en ayant peur de leur propre ombre et d’être obsédés par des banalités. Et ces êtres humains « évolués », qui vivent plus consciemment et courageusement, auront bien plus de chances de résoudre les grands problèmes de l’humanité et de réussir à gérer les grands risques qui nous menacent.

Alors ma mission est d’encourager et d’assister les personnes qui entreprennent un développement personnel, de les aider à trouver un chemin loin d’une vie de désespoir calme, et vers une vie de courage, de but, et de responsabilité. Je n’ai pas réussi à penser à une meilleure contribution à faire dans ma vie que celle-là.

Pour moi cette mission est étroitement entremêlée avec la poursuite de mon propre développement personnel. En travaillant sur moi-même, j’augmente ma capacité à aider les autres. Et en aidant les autres à devenir plus conscient et plus consciencieux, je bâtis un environnement qui renforce mon propre développement et qui m’aide à m’isoler des forces qui menacent de m’aspirer de nouveau dans une existence de faible conscience.

En ce moment je manifeste cette mission sous forme d’articles, de blog, et d’un livre à paraître. Dans les dix prochaines années j’espère l’étendre à toutes sortes de médias différents : articles, livres, programmes audio, discours, séminaires, etc. Au-delà de cela j’envisage de rassembler une organisation formelle pour aider les gens à évoluer plus consciemment et à développer leur courage, leur discipline, et leur conscience, ainsi que pour servir d’exutoire pour les gens qui espèrent faire équipe avec d’autres qui ont la même mission.

Un challenge est de trouver comment vivre au sein de la noosphère actuelle tout en s’efforçant de la changer. Vous devez vous baser sur le système économique actuel pour répondre à vos besoins de base. Ma solution jusqu’ici a été de systématiser et d’automatiser mon revenu autant que possible, pour avoir la liberté de poursuivre des projets supérieurs sans devoir investir trop de temps et d’énergie à gagner ma vie. J’ai quelques autres idées qui devraient améliorer encore plus cette situation.

Cependant, je ne vois pas vraiment la résolution des problèmes sociaux/généraux comme un but principal. Je pense que ce n’est principalement qu’un effet secondaire de la poursuite du développement, pas le but du développement en lui-même. Je vois la poursuite de plus de courage, de conscience et d’ouverture comme une fin en soi. Cependant, poursuivre de telles choses va résoudre beaucoup de problèmes en cours de route, et souvent c’est plus facile que de s’attaquer à de tels problèmes directement. Par exemple, vous pouvez vous attaquer à des problèmes comme le surpoids, l’addiction à la cigarette, et des relations conflictuelles, et ne faire que peu de progrès dans tous ces domaines. Mais si vous travaillez sur le développement de votre courage, de votre conscience et de votre autodiscipline, ces problèmes se résoudront d’eux-mêmes ─ en fait, ils deviendront même merveilleusement simples.

Investir dans votre propre développement est le meilleur investissement que vous pouvez faire. Ne pensez pas une minute à la poursuite en elle-même. Faites plutôt le contraire ; c’est en fait la meilleure chose que vous puissiez faire pour aider les autres. Si vous sentez que vous n’apportez pas une contribution suffisante avec votre vie actuelle, ne vous en voulez pas pour cela ou ne niez pas ce que vous deviendriez si seulement vous étiez assez fort. À la place, faites une introspection et travaillez sur vous-même jusqu’à devenir à l’intérieur le genre de personne qui fait le bien de façon automatique, comme une manifestation de qui vous êtes.

Vainquez votre peur, et le reste sera facile.

 

Cet article est la première partie d’une série de six articles sur le sens de la vie :

Partie 1 : Intro
Partie 2 : Comment devrions-nous vivre ?
Partie 3 : Découvrez votre but
Partie 4 : Du but à l’action
Partie 5 : Transition
Partie 6 : Evolution consciente

 

Crédits photo : Sergii Ieromin

Un commentaire

  • Charles dit :

    Cette série d’articles est PASSIONNANTE.
    J’ai tout lu. J’ai pris des notes. J’ai relu. J’ai relu. J’ai relu.
    Maintenant j’applique !

    Un seul bémol : c’est dommage que tu n’ais pas mis à jour les articles 1 à 5. En bas de page, il y a l’annotation suivante “cet article fait partie d’une série de 6 articles blabla…” mais le lien sur ce 6ème article n’est pas présent !
    J’étais passé à côté la première fois !
    C’est en cherchant plus en détail sur “Plan du site” que je l’ai trouvé (par hasard).

    Mais GRAND MERCI pour ce travail de traduction olivier, c’est si riche !

2 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *