Pourquoi être trop curieux est inefficace

Note : cet article est une traduction de l’article The Inefficiency of Being Too Curious de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Dangers de la curiositéUne faiblesse que j’ai remarqué avoir était de vérifier certaines choses trop souvent. J’ai déjà réduit la vérification de mes mails à une seule fois par jour, mais j’ai remarqué que je vérifiais des choses comme les commentaires de blogs, les flux internet, les revenus de publicité, les ventes de mon site de jeu, mon trafic web, mes listes de surveillance, et d’autres stats plusieurs fois par jour à différents intervalles.

D’un côté, s’est super d’avoir des informations disponibles à la minute, mais jeter un œil à chaque changement de ces informations peut devenir une véritable perte de temps si on le fait trop souvent. Certains jours je me sens comme infecté par un microbe de curiosité, à toujours vouloir savoir la toute dernière information sans raison particulière. Je me retrouvais à vérifier inconsciemment différentes sources d’informations bien plus fréquemment que nécessaire. Peut-être que c’est une étrange forme de perfectionnisme.

J’ai opté pour le fait de décider consciemment la fréquence à laquelle j’avais besoin d’aller jeter un œil à des paquets de données en évolution constante. Beaucoup de ces informations sont importantes, et il serait préférable que je garde un œil sur la plupart d’entre elles tous les jours. Mais le simple fait que ces informations soient mises à jour en temps réel ne signifie pas que je doive m’en encombrer l’esprit en temps réel.

J’ai décidé que pour les commentaires que les gens postent sur ce blog, il était raisonnable que je vienne y jeter un œil deux fois par jour. Pour les mails, une fois par jour suffit ; je ne vérifie mes mails qu’à la fin de ma journée de travail, étant donné que j’ai trouvé que c’était une trop grande distraction de les vérifier plus tôt dans la journée. Je peux vérifier mes ventes et les revenus des publicités deux fois par jour, car je peux faire les deux en moins d’une minute, et si quelque chose est défectueux, je veux avoir la chance de le détecter et de le changer tôt. Mais pour toutes mes autres stats, une fois à la fin de chaque journée suffit, et il y a certaines choses que je n’ai besoin de vérifier qu’une fois par semaine.

Je trouve que travailler sur mes tâches les plus importantes en début de journée et laisser la majeure partie de ma routine de vérification de stats pour plus tard dans la journée est plus productif. Bien que je puisse manquer la chance de réagir rapidement à certaines données importantes au bout de quelques heures, il est rare que cela arrive, et le gain de temps surpasse cette possibilité.

10 simples minutes perdues chaque jour à des vérifications de statistiques inutiles finissent par s’accumuler au point de devenir une semaine de travail complète par an. Pas étonnant que je n’ai pas eu de temps pour prendre ces vacances l’année dernière… 🙂

Évidemment, si j’essayais simplement de faire ce changement, j’y arriverais pendant quelques jours et puis j’oublierais et je glisserais à nouveau dans mes vieilles habitudes. Alors pour commencer, je vais utiliser une technique de conditionnement comportemental pour utiliser ce comportement au bon moment, ce qui signifie dans ce cas l’appliquer à un certain moment de la journée. Pour la vérification de stats que je fais une fois par jour, cela sera fait à la fin de ma journée de travail après avoir fait tout le reste. Donc si je vérifie ces stats avant cela, je sais sans aucun doute que j’ai flanché. Ma journée de travail se termine à 17 heures la plupart du temps, donc cela arrive aux alentours de 16-17h. Pour tout ce que je fais deux fois par jour, la première vérification sera faite juste après avoir complété quatre heures d’écriture de mon livre, ce qui intervient aux alentours de 11h ou midi, juste avant de manger. Mettre ces comportements au bon moment m’aide à stabiliser ma nouvelle habitude en la liant à des moments spécifiques de ma journée.

Ensuite, je vais transformer cela en essai de 30 jours personnel, afin de m’engager à m’y tenir pendant 30 jours pour voir comment cela fonctionne.

Je suis sûr que beaucoup d’autres gens ont des tâches routinières qu’ils font bien plus souvent qu’il n’est nécessaire, mais peut-être que ces tâches sont quand même importantes et ne peuvent être entièrement supprimées. Essayez de lier ces actions à certains moments ou certains jours ou avant ou après une activité unique dans la journée comme les repas, et vous y tenir pour au moins trois semaines. Cela brisera l’ancienne habitude et mettra la nouvelle en place.

 

Crédits photo : alexyndr

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Etre moins curieuxetre trop curieux

Un commentaire

  • corinne dit :

    Bonjour et merci pour cette traduction. J’aime beaucoup cet auteur américain et sa façon toujours très surprenante d’appréhender les choses.
    Il est bien de vérifier que toutes ces “tâches” comme de vérifier nos emails … sur une fréquence trop importante n’est pas en fait le symptôme d’un malaise ou d’une difficulté que nous ressentons à réaliser d’autres activités plus importantes.
    En étant conscient de cela, nous pouvons ainsi tenter de trouver des solutions à cette difficulté particulière.
    Cordialement
    Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *