TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Pensée et action

Note : cet article est une traduction de l’article Thought vs. Action de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Pensée ou actionTrouver un équilibre entre la pensée et l’action est un challenge pour beaucoup de gens, en particulier pour ceux qui travaillent à leur compte. Combien de temps devriez-vous passer à penser ou à agir ? Nous entendons des choses comme « échouer à planifier est planifier l’échec », ce qui implique que le fait de penser précautionneusement doit gouverner chaque action. Mais alors il y a aussi les cris « Fais-le maintenant ! Fais-le maintenant ! Fais-le maintenant ! » qui vous poussent à agir immédiatement.

Comment savoir quand penser et quand agir ? Quel est le point d’équilibre entre la paralysie analytique, côté pensée, et l’excès d’impulsivité, côté action ?

Il est clair que vous avez besoin d’un bon équilibre entre les deux, en particulier quand vous travaillez à votre compte. Les deux sont importants.

J’avais ce même problème, me demandant si je sur-agissais et sous-pensais ou si je sur-planifiais et sous-agissais, mais le problème a cessé d’exister quand j’ai regardé les choses sous un autre angle. Maintenant j’ai la sensation que pensée et action ont plus de ressemblances que de différences. L’une est une action mentale ; l’autre est une action physique.

Je pense que le sentiment de déséquilibre entre pensée et action est en soi un symptôme de grande incohérence interne. Vous pensez que vous devez équilibrer les deux quand ils vous emmènent tous les deux dans des directions différentes. Vous pensez dans une direction mais agissez dans une autre.

Il est facile de tomber dans un état de déséquilibre quand vous vivez un changement de perspective dans votre réflexion, mais votre élan passé régit toujours vos actions. Donc vous continuez à travailler en vous basant sur votre modèle précédent mais pensez en vous basant sur votre nouveau modèle. C’est là que vous allez commencer à ressentir un écart entre pensée et action. Vous obtenez des résultats des deux, mais chacun vous emmène dans une direction légèrement différente. Donc vous finissez par vous questionner constamment sur le bon chemin à suivre. Cela ressemble à un conflit entre pensée et action, mais si vous y regardez de plus près, vous verrez que c’est en réalité un conflit entre deux modèles ─ l’ancien et le nouveau.

Je pense que le cas le plus commun serait lorsque vos pensées vous poussent dans une nouvelle direction, tandis que vos actions sont enracinées dans d’anciennes habitudes. Mais cela pourrait aussi être l’inverse, quand votre comportement évolue, et que vos pensées doivent encore s’adapter. Cela peut arriver quand votre environnement externe vous pousse à changer de comportement ─ vous emménagez dans une nouvelle ville, vous changez de travail, vous entamez une nouvelle relation, etc. Votre modèle mental identitaire n’a pas encore intégré l’ensemble de votre nouvel environnement.

Alors même si vous pouvez voir un conflit entre pensée et action comme étant la cause d’un manque de clarté dans votre vie, je pense qu’il y a plus de chances que l’inverse soit vrai ─ un manque de clarté crée la sensation d’un conflit entre pensée et action.

Pensée et action peuvent être perçues comme deux dimensions différentes de qui vous êtes : votre moi mental et votre moi physique. Mais il y également d’autres dimensions : votre moi émotionnel et votre moi spirituel. Une façon de dépasser ce que l’on perçoit comme une impasse entre pensée et action est donc de consulter les autres dimensions de vos émotions et de votre esprit pour voir la situation sous d’autres perspectives. Que disent vos émotions de ce conflit ? Que vous dit votre conscience ?

Quand vous mettez en commun ces quatre dimensions et collectez ce que vous apporte chacun d’eux : le moi physique, le moi mental, le moi émotionnel, et le moi spirituel, vous avez alors beaucoup plus d’informations concernant ce problème, vous le voyez sous quatre angles plutôt que sous deux. Au final, cela vous permet d’entrevoir une solution d’un niveau plus élevé dans lequel ces quatre « moi » peuvent être cohérents, et pointer tous dans la même direction. Et cela vous permettra de transcender entièrement le problème original.

Albert Einstein a dit que les plus grands problèmes ne peuvent être résolus avec le même niveau de pensée que celui qui les a créés. Le problème du conflit perçu entre pensée et action ne peut être résolu à un niveau de pensées et d’actions. Vous avez besoin de prendre du recul et de voir les perspectives de ces quatre domaines : corps, esprit, cœur, et âme. Alors seulement une solution complète commencera à apparaître.

Passons de ces données abstraites à un exemple concret du monde réel.

Supposez que vous avez votre propre entreprise. Vous réfléchissez et planifiez la façon de faire évoluer votre entreprise. Cela semble être une bonne idée étant donné que vous aimez gérer l’entreprise (du moins, à son niveau actuel), et ce serait bien d’augmenter vos revenus. Faire évoluer votre affaire semble être une assez bonne idée. Vous sentez que vous avez également les aptitudes nécessaires pour le faire. Mais ensuite quand il s’agit de passer à l’action, vous vous sentez coincé. Vous ne semblez pas arriver à bouger. Vous continuez à travailler sur les choses urgentes, les importants projets de croissance calent. Donc vous vous dites que vos plans étaient peut-être mauvais, et vous retournez confortablement à davantage de réflexion et de planification. Et la même chose arrive. Et alors vous commencez à réfléchir à la planification et au fait que vous sur-planifiez peut-être, et vous entrez dans un état de blocage d’analyse paralytique, dans laquelle votre réflexion devient circulaire. Vous commencez à vous demander pourquoi vous ne passez pas à l’action pour faire évoluer votre entreprise, alors que vos plans semblent tous corrects sur le papier. Qu’est-ce qui vous retient ?

Au niveau de la réflexion et de l’action, vous ne pouvez pas résoudre le problème. Vous resterez simplement perpétuellement coincé. Vous pourriez avoir ce qui ressemble à un jour productif de temps en temps, mais vous n’aurez pas le sentiment de perpétuelle productivité qui vous entraîne à travers chaque journée avec un sentiment d’accomplissement et de fluidité.

Alors quelle est la solution ? Il est temps de consulter les autres parties de vous-même que vous avez essayé de laisser s’exprimer mais qui ne se sont pas fait entendre. Commencez avec vos émotions. Comment vous sentez-vous honnêtement vis-à-vis de l’évolution de votre entreprise ? Peut-être que vous obtiendrez des signaux mitigés. Peut-être que vous sentez que ce serait bien d’avoir une plus grande entreprise, mais que vous êtes aussi un peu mal à l’aise quant à la quantité de travail que cela impliquerait. Vos sentiments prouvent encore davantage que vous être intérieurement incohérent. Vous n’êtes pas à 100% investi dans l’idée de faire évoluer votre affaire. Cela semble en partie être la meilleure chose à faire, mais il y a aussi une partie qui ne semble pas vous plaire, sans que vous sachiez mettre clairement le doigt dessus. Écouter vos sentiments vous donne une preuve supplémentaire que quelque ne tourne pas rond, mais cela ne vous indique pas où trouver la solution. Il est temps de consulter un autre conseiller.

Alors maintenant, écoutez votre esprit, votre conscience, vos croyances les plus profondes et les plus sacrées. C’est la partie la plus calme de votre personnalité, donc vous devez être seul et ne pas être dérangé pour l’entendre clairement. Une des meilleures questions à lui poser est « Que devrais-je faire ? » Vous pouvez aussi essayer « Qu’est-ce qui est vrai pour moi ? » Puis tendez l’oreille en interne pour entendre la vérité, pas pour entendre ce que vous voulez entendre. Si vous avez un conflit intérieur entre pensées, actions, et sentiments, alors la réponse spirituelle expliquera pourquoi. Et elle ne mettra pas de gants. Cela peut demander du courage d’écouter cette vois intérieure et de ne pas la faire taire, mais c’est une voix dont vous devez tenir compte si vous voulez un jour rétablir la cohérence et connaître à nouveau l’équilibre.

Cette voix intérieure pourrait vous dire « Vous ne vivez pas en accord avec ce en quoi tu crois » ou « Ce n’est pas ce pour quoi tu es là.» Elle regardera votre entreprise et posera toutes les grandes questions. Comment est-ce que faire évoluer votre entreprise affectera votre caractère ? Comment cela aura-t-il un impact sur tous les gens que cela touche ? Comment est-ce que cela s’accorde avec vos sens profond du bien et du mal ? Cela y contribue-t-il ? Est-ce que cela aide vraiment les gens de la façon dont ils ont réellement besoin d’être aidés ? Cela vous passionne-t-il ? Est-ce le mieux que vous pouvez faire ?

C’est un processus vraiment personnel. Je ne peux pas dire où cela va mener à court terme, mais à long terme, écouter les quatre parties de vous-même ─ corps, esprit, cœur, âme ─ vous aidera à entrevoir une façon de vivre dans laquelle toutes les parties de votre vie deviennent cohérentes. Vous n’êtes pas obligé de faire un saut périlleux pour vivre votre spiritualité et de faire faillite du même coup. Les quatre parties peuvent être équilibrées. Mais vous devez écouter les quatre et recueillir leur point de vue pour comprendre la direction dans laquelle trouver l’équilibre.

Je crois que ces quatre dimensions ont leur propre perspective valide. Une perspective n’est ni meilleure ni pire qu’une autre. Certains problèmes sont assez simples pour ne nécessiter qu’une seule perspective pour les résoudre. Votre corps peut s’attaquer au fait de se nourrir sans tellement y penser consciemment. Votre esprit peut résoudre un problème mathématique sans avoir besoin de consulter vos sentiments. Vos émotions peuvent signaler un danger sans consulter votre esprit. Mais parfois ces aspects ne s’écoutent pas les uns les autres. Votre corps essaye d’engloutir la malbouffe pendant que votre esprit dit « Pose tout de suite ce beignet ! » Votre esprit se concentre sur les résultats négatifs pendant que vos émotions disent « Arrête, tu me stresses ! » Et vous commencez à préparer une vengeance sur le coup de la colère tandis que votre esprit dit « Tu crois au pardon. »

Chaque partie de vous a sa propre perspective unique, et chacune est sage à sa façon. En écoutant les quatre parties et en les répétant encore et encore, vous pouvez arriver à atteindre un état de cohérence. C’est un processus de négociation interne. Le corps veut ce beignet. L’esprit dit non. La conscience dit « Beurk. Le fabricant de beignets traite mal ses employés. » Le coeur dit « Hmmmm, beignet! » Le corps dit « J’ai faim. » L’esprit dit « Ok, tu peux prendre un muffin à la place. » La conscience dit « Assure-toi qu’il est bio. » Le corps dit « Ok, je vais prendre un muffin bio banane-noix. » Le cœur dit « Banane-noix… ça c’est un bon muffin ! »

Il en va de même pour la carrière. Le corps veut un gros salaire. L’esprit veut un travail intéressant qui correspond à nos talents. Le cœur veut du plaisir. La conscience veut une contribution qui ait du sens. Le corps dit « Une contribution ? Tu veux nous affamer ? » Le cœur dit « Une contribution nous ferait nous sentir bien, mais je ne veux pas faire un travail terne et ennuyeux toute la journée. » La conscience dit « Esprit, trouve comment une contribution pourrait être amusante. » L’esprit dit « Ce doit être une forme de service qui correspond à nos talents, de sorte que nous y soyons doué, et à notre passion, de sorte que nous aimions cela. » Le cœur dit « Hmmmm, passion. » Le corps dit «  Excusez-moi, mais comment diable allons-nous gagner notre vie de cette façon ? » L’esprit dit « Si on fait ce pour quoi on est le meilleur, et qu’il y a une demande dans ce sens, les gens seront heureux de nous payer pour ça. » Le corps dit « Vous allez devoir faire mieux que ça pour me convaincre. Je sais qu’on peut gagner x € dès maintenant en faisant y, et moi ça me suffit. » L’esprit dit « Tiens, mange ce muffin pendant que j’y réfléchis. » Le cœur dit « Ca ne me plairait pas de travailler seulement pour l’argent. » La conscience dit « Et si tout le monde faisait une liste des types de carrières qui vous conviendraient. » Chacun fait sa propre liste. Ils négocient encore et encore jusqu’à en trouver une qui leur plait tous. Le cœur rejette la comptabilité. La conscience rejette l’idée d’un site pour adulte. L’esprit rejette le sport de haut niveau. Le corps rejette la psychanalyse. Il arrive même qu’ils rejettent tout dans chaque liste et qu’ils doivent retourner en faire de nouvelles, mais ils font un meilleur travail la deuxième fois parce que maintenant ils comprennent ce que les autres veulent. Donc ils essayent tous de lister des idées qui ont la plus grande chance d’être acceptées par tout le monde. Et au bout d’un moment ils en trouvent quelques unes qui conviennent, et ils choisissent les meilleures d’entre elles. Via ce processus de négociation interne, ils découvrent la meilleure option, et ils s’engagent finalement. La cohérence est terminée, et en allant de l’avant, la nouvelle carrière satisfera toutes les parties aussi complètement que possible. Tout conflit perçu entre pensée et action n’évanouit. Pensées, actions, sentiments, et croyances pointent dans la même direction.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Action et penséecomment agir entre la pensee et l\actionpensée et actionpensee parole action

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

11 Partages
Partagez11
Tweetez