TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Se sentir privilégié

Note : cet article est une traduction de l’article Feeling Blessed de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Viser plus hautC’est facile d’être piégé dans le fait de trop penser à ce que vous ne voulez pas. Cela inclut le fait de remarquer ce que vous avez déjà dans la vie mais que vous n’aimez pas. Si vous pensez souvent à ce que vous ne voulez pas, vous pouvez être sûr que votre vie sera un sacré bazar.

Penser à ce que vous ne voulez pas est un piège. Ces pensées peuvent vous laisser coincé pendant un long moment. Vous pouvez sérieusement perdre des années – ou même des décennies – de votre vie dans un de ces cercles vicieux :

  1. Regarder autour de vous et observer ce que vous vivez.
  2. Noter que vous n’aimez pas certains aspects de votre vie.
  3. Ressentir la peur, l’inquiétude, la tristesse, la déception, et/ou d’autres émotions négatives.
  4. Penser à ce que cela vous demanderait de changer ce que vous n’aimez pas.
  5. Remarquer que cela vous demandera probablement beaucoup de temps et d’efforts de changer – et sans garantie de succès. Envisager même que vous pourriez même rendre les choses encore pires.
  6. Vous sentir frustré, piégé et/ou déprimé.
  7. Faire une chose qui vous fait vous sentir mieux. Regarder la télé. Manger. Boire. Surfer sur internet. Vérifier vos mails. Ou peut-être tout cela en même temps.
  8. Ressentir du soulagement et du confort maintenant que vous vous êtes distrait et/ou drogué.
  9. Laisser le temps passer, et finir par répéter l’étape 1.

Avez-vous déjà suivi ce schéma ou quelque chose de similaire ?

Il y a de nombreuses variations de ce schéma, mais vous reconnaîtrez probablement des schémas comme celui-ci dans votre vie en ce moment-même.

Quand suivez-vous ce genre de schéma ? Avec vos relations (ou votre manque de relations) ? Avec votre travail, votre carrière ? Avec vos finances ? Avec votre situation de vie ? Avec votre corps physique ?

Voici un exemple spécifique de la façon dont vous pourriez suivre ce schéma avec vos finances :

  1. Vous observez une chose qui déclenche des pensées négatives vis-à-vis de vos finances. Cela pourrait être un relevé de compte, une facture, un article de blog à propos de l’argent, le triste contenu de votre portefeuille, ou le prix à la pompe. Le stimulus peut aussi être interne, peut-être déclenché par une pensée aléatoire quant à votre situation financière.
  2. Vous remarquez que vos finances ne sont pas là où vous voulez qu’elles soient. Vous n’avez pas assez de liquide, vous avez un trop petit salaire, vous avez trop de dépenses, ou vous êtes trop endetté. Ou peut-être tout cela en même temps.
  3. Votre situation financière vous inquiète. Vous vous énervez que les choses ne fonctionnent pas comme vous le voulez. Vous vous inquiétez que votre situation puisse empirer.
  4. Vous pensez à ce que vous feriez pour gagner plus d’argent, pour rembourser vos dettes et/ou réduire vos dépenses.
  5. Vous remarquez que cela vous demandera beaucoup de travail et de changements pour arriver à amener vos finances là où vous le voulez, et qu’il y a de grandes chances que vous vous plantiez de toute façon.
  6. Vous vous sentez frustré, stressé, et submergé. Vous en concluez que cela fait trop de choses à gérer pour le moment. Vous passez des heures à surfer sur internet pour vous réconforter. Vous regardez un film. Vous mangez une chose qui vous fait vous sentir mieux, même si cela pourrait ne pas être le choix le plus sain pour vous.
  7. Vous ressentez un soulagement temporaire qui vous éloigne de vos problèmes. Ahhhhh…
  8. Vous allez vous coucher, vous vous réveillez le lendemain matin, et vous recommencez ce schéma.

Nous pouvons résumer le schéma général de cette façon :

Vous pensez à ce que vous ne voulez pas -> Vous vous sentez mal -> Vous vous réconfortez

Ce schéma est très, très habituel. C’est également fortement addictif. Mais ce n’est pas très intelligent.

La raison pour laquelle ce schéma n’est pas intelligent est que cela ne guérit jamais le problème sous-jacent. Vous ne traitez que les symptômes. Vous vous occupez des émotions négatives en vous confortant pendant un moment, mais le problème reste. Les émotions négatives vont certainement revenir vous hanter encore et encore.

Chaque fois que vous remarquez que vous réconforter est un moyen de gérer les émotions négatives et les problèmes qui leur ont donné naissance, reconnaissez que vous garantissez la continuation de vos problèmes actuels.

Une fois que vous êtes coincé dans ce schéma pendant suffisamment longtemps, c’est difficile d’arrêter. Vous allez probablement simplement le perpétuer encore et encore, peut-être même tous les jours pendant les années à venir.

Mettre fin au schéma

Alors comment pouvons-nous mettre fin à cette chaîne destructrice ?

C’est difficile (mais pas impossible) de vous attraper à penser à ce que vous ne voulez pas et de changer consciemment vos pensées pour les emmener vers quelque chose de plus positif. Mais généralement cette approche échoue. C’est difficile de choisir des pensées positives pendant que vous êtes coincé dans le schéma des pensées négatives.

C’est encore plus dur de mettre fin à ce schéma quand vous vous sentez déjà mal. À ce stade, vous ressentirez une énorme envie de vous réconforter, et vous ne serez pas motivé à faire quoi que ce soit d’autre.

Il se trouve que le moment le plus simple pour mettre fin à ce schéma est juste après vous être réconforté. Vous vous sentez alors temporairement soulagé. Vous êtes plus détendu et pas aussi stressé qu’auparavant. Vous êtes également un peu plus conscient. Vous pourriez être un peu fatigué, mais vous pouvez rassembler une petite quantité de motivation pour faire quelque chose de différent.

Est-il temps de commencer à faire des changements ? Non, pas encore. Si vous essayez de résoudre vos problèmes en agissant à ce stade, vous allez probablement simplement recommencer ce schéma. Vous commencerez à remarquer à quel point votre situation est mauvaise et la quantité de travail qui sera nécessaire pour arranger ça, et alors vous commencez à vous sentir à nouveau mal. Cette approche vous laisse coincé dans cette boucle. Cela peut fonctionner dans certains cas, mais cela nécessite généralement une tonne d’autodiscipline, et vous aurez de grandes chances d’échouer.

Une meilleure approche est de prendre vos sentiments de soulagement et de les étendre  pour vous sentir motivé. Je vais vous expliquer comment faire.

Pensez à ce que vous voulez jusqu’à ce que vous soyez véritablement motivé

Une fois que vous vous sentez soulagé et en confort, même si vous avez dû vous droguer de nourriture, de vin et d’amusements idiots pour atteindre ce stade, vous êtes dans une posture relativement bonne pour commencer à penser à ce que vous voulez au lieu de ce que vous ne voulez pas.

Ne vous inquiétez pas encore de ce que vous allez faire. Cela viendra ensuite. Commencez simplement à penser à ce que vous voulez. Arrêtez-vous dessus. Imaginez la façon dont vous voulez que soient les choses. Imaginez que tout dans votre vie fonctionne merveilleusement.

Ne vous inquiétez pas de l’aspect pratique. Fantasmez simplement. Mais fantasmez de façon spécifique. Asseyez-vous sur votre canapé (ou sur une chaise ou un banc dans un parc si des gens sont venus vous enlever votre canapé), et imaginez que ce que vous voulez est devenu réel. Ayez comme état d’esprit que cela arrive déjà.

Une façon réaliste de faire cela est de mettre 20 minutes de côté chaque après-midi avant d’aller vous coucher pour vraiment rêver. Faites cela assis, pour ne pas vous endormir. Fermez les yeux ou regardez dans le vague, et pensez à ce que vous voulez expérimenter dans chaque partie de votre vie. Quoi que vous pensiez, c’est bon, tant que c’est bon pour vous.

Imaginez votre corps idéal. Pensez à votre relation idéale. Visualisez votre carrière idéale. Imaginez que vos finances sont juste comme vous les voulez. Imaginez que vous vivez à l’endroit et de la façon dont vous voulez vivre. Soyez précis, et visualisez autant de détails que vous le pouvez. Ne vous inquiétez de la perfection des détails – imaginez simplement les détails qui vous semblent attractifs.

Assurez-vous que ces élucubrations soient totalement liées. Cela signifie que vous imaginez chaque scène de vos propres yeux. Généralement vous devriez éviter d’utiliser un point de vue à la troisième personne, même si vous pouvez essayer si vous voulez imaginer les choses sous un angle différent. Généralement le point de vue à la première personne va créer des émotions plus fortes.

Vous n’avez pas à dire ou à affirmer quoi que ce soit. Mais il est crucial que vous ayez les sensations. Si vous vous sentez neutres, vous n’y êtes pas encore. Comment vous sentiriez-vous honnêtement si vous viviez une de ces merveilleuses choses dès maintenant ? Si vous vous sentiez totalement neutre en les ayant dès maintenant, on peut dire sans douter que vous ne les voulez pas vraiment.

Ne projetez pas vos rêves dans un futur proche. Imaginez que tout ce que vous voulez arrive en ce moment-même. Imaginez que c’est 100% réel.

Si cela vous prend 10 minutes ou plus de simplement avoir une image claire d’un certain aspect de votre vie qui s’améliore, alors qu’il en soit ainsi. Prenez le temps. Penser délibérément à ce que vous voulez est une activité très importante. Ce genre de visualisation est une utilisation remarquable de votre temps.

Si vous pensez à ce que vous voulez, et que vous l’imaginez comme étant réel, mais que vous en tirez très peu d’émotions, alors laissez tomber un moment, et imaginez autre chose. Visez plus grand. Plus courageux. Plus sexy. Impliquez d’autres gens. Impliquez toute la planète si c’est ce qu’il faut pour remuer vos émotions. C’est votre imagination. Vous n’avez besoin de l’approbation de personne pour choisir les pensées qui sont bonnes pour vous.

Ne passez pas trop de temps à penser à ce qui vous donne une sensation de soulagement et de confort. Pensez à ce qui vous excite. Imaginez des scènes qui vous font déborder de passion. Si vous avez du mal à être excité, alors continuez à imaginer des choses différentes. Il n’y a pas de limite de temps.

Quand vous fantasmez en pensant au sexe, notez comment cela affecte votre corps. Vous devriez avoir une réponse physiologique similaire (vraiment vigoureuse) quand vous pensez à ce que vous vous désirez vraiment, réellement. Si votre corps ne répond pas, balancez la visualisation en cours et pensez à autre chose. Explorez votre imagination pour découvrir ce que vous voulez réellement. Vous pourriez être surpris.

Là encore, ne vous souciez pas des aspects pratiques. Peu importe que vous puissiez réellement avoir toutes les bonnes choses que vous visualisez. Vous pouvez imaginer que vous avez des supers pouvoirs si vous voulez, tant que vous pouvez l’imaginer dans le moment présent, en ressentant intensément les choses.

La partie la plus importante est que vous vous sentiez vraiment bien, et c’est relativement facile à accomplir si vous passez du temps à penser profondément à ce que vous voulez réellement et que vous l’imaginez comme étant réel.

Au strict minimum, faites cet exercice pendant 20 minutes à heure fixe chaque jour pendant une semaine. C’est-à-dire sept jours, pas seulement cinq. Si vous sautez un jour, recommencez au jour un.

Quand je fais ça pendant 20 minutes d’affilée, je trouve qu’il est difficile d’arrêter. Je finis généralement par le faire pendant 45 minutes. La première fois que j’ai commencé à faire cela, cela m’a pris 10 minutes ou plus de penser à ce qui m’excitait réellement. Maintenant je peux généralement y arriver en 30 secondes ou moins.

Vous pourriez partir du fait que les pensées sexuelles sont un bon endroit où commencer. Je ne le recommande pas parce que les pensées sexuelles peuvent devenir trop addictives et circulaires. Elles peuvent vous donner envie de vous occuper de vous-même si vous êtes trop excité, mais dans notre cas de figure nous voulons retenir l’excitation et non la dissiper. Vous voulez être sûr de couvrir tous les aspects de votre vie. Cherchez les pensées qui excitent tout votre être, pas seulement vos chakras inférieurs. Ils pourraient encore contenir une forte énergie sexuelle, mais il y aura également d’autres aspects, comme un sentiment centré au niveau du cœur et le désir d’expression personnelle créative.

Quand arrive la phase d’action ?

Dans les premiers jours où vous commencerez cet exercice quotidien, vous remarquerez un changement au niveau de votre concentration, même si vous êtes engagé dans d’autres activités. Vous remarquerez que vous passez plus de temps à penser à ce que vous voulez et moins de temps à vous inquiéter de ce que vous ne voulez pas.

Vous distraire et vous réconforter ne vous semblera pas aussi attractif que l’excitation que vous faites naître quand vous pensez à ce que vous voulez. Les activités qui vous apportaient du confort vont commencer à vous sembler ternes et ennuyeuses.

Assez rapidement, des idées fraîches et créatives vont éclore dans votre esprit. Certaines d’entre elles vont être des solutions partielles à vos divers problèmes. D’autres idées vont vous mener vers un chemin différent. Ces idées vont souvent être plus pratiques et réalistes que vos grandes visualisations. Permettez-vous de soupeser ces idées, mais ne vous forcez pas à passer à l’action pour les suivre.

Libre à vous de faire tout ce qui semble bon pour vous, mais ne forcez pas le passage à l’action. Cela finira par venir. Au fur et à mesure que vos bons sentiments et votre excitation continuent à se développer, vous atteindrez un stade où vous devez pratiquement vous empêcher de passer à l’action. Cela ne vous paraîtra pas naturel ni confortable de ne pas agir. Mais tant que cela n’arrivera pas, continuez simplement le schéma de penser à ce que vous voulez pendant au moins 20 minutes par jour. Si cela prend quelques semaines d’arriver au point où vous êtes positivement engagé à agir, alors c’est bien. C’est toujours mieux que de suivre la même boucle autodestructrice pendant encore plusieurs années.

La boucle positive ressemble fondamentalement à ça :

Vous pensez à ce que vous voulez -> Vous vous sentez excité et motivé -> Vous entreprenez des actions inspirées et vous obtenez des résultats

Généralement quand je commence à penser à une nouvelle chose que je veux (comme décrit précédemment), je me sens poussé à agir dans les premiers jours. C’est difficile de tenir une semaine sans vouloir désespérément me jeter à l’eau et faire quelque chose, en partant du fait que j’y pense tous les jours.

Ce genre d’action est inspiré. Même si vous pourriez ressentir le désir de travailler dur à un certain moment, cela ne vous semblera pas être un travail difficile. Il pourrait y avoir beaucoup d’activité, mais vous verrez cela comme un jeu.

Imaginez aller à Disneyland (ou à votre parc d’attractions préféré) pendant une journée. Vous procèderez probablement à de nombreuses actions pendant que vous y serez. Vous pourriez marcher des kilomètres, faire la queue, monter dans les manèges, acheter de la nourriture, etc. Considérez-vous que c’est du dur labeur ? Probablement pas. Quand vous profitez d’actions inspirées, c’est comme passer une journée à Disneyland. Vous glissez d’une activité à la suivante avec un sentiment d’anticipation positive. À la fin de la journée vous pourriez être fatigué de toute cette activité, mais vous ne prendriez pas ça pour une journée de travail. C’est trop amusant pour voir cela comme du travail.

C’est comme ça que je me sens quand je suis inspiré par une idée. Je pourrais procéder à beaucoup d’actions du côté mise en œuvre, mais je n’aurais pas la sensation que c’est du travail. Je suis trop excité et motivé pour m’arrêter et penser à la difficulté. Je suis simplement absorbé par l’anticipation positive de l’étape suivante du processus.

Par exemple, dimanche après-midi j’ai médité pendant une heure. Même si j’étais dans un état relativement profond, j’ai demandé à mes « guides spirituels » un bon sujet pour mon prochain article. Un d’eux (celui que j’appelle mon « guide de sagesse ») a suggéré que j’écrive à propos des « privilèges » ou du fait de se « sentir privilégié ». J’ai senti que son intention était que j’écrive sur la façon de changer notre façon de penser pour nous rapprocher de ce que nous voulons et nous éloigner de ce que nous ne voulons pas. Ce n’était pas un sujet que je prévoyais à l’origine d’aborder cette semaine, mais l’idée m’a semblé bonne.

Pendant que je faisais des activités physiques autour de la maison, j’ai pensé à cette idée d’article. J’ai imaginé comment le résultat final pourrait aider les gens à faire des changements positifs et être plus heureux. C’était bon d’imaginer ça. J’ai commencé à être excité par l’écriture de ce sujet, même si je n’avais aucune idée de la façon dont j’allais l’écrire ou de ce que j’allais dire.

Je me suis assis devant mon ordinateur et j’ai mis de la musique celtique. Puis j’ai juste commencé à écrire. Sans ligne directrice. J’ai simplement commencé avec la première ligne et j’ai continué à taper jusqu’à arriver à la fin. Je ne savais pas où cela me mènerait ou comment cela finirait. Trois heures plus tard environ j’avais fini. J’ai aimé écrire cet article. Je n’avais pas la sensation que c’était du travail. C’était un flux d’idées souple et facile.

Se sentir privilégié

Quand vous développez l’habitude quotidienne de prendre du recul et de penser à ce que vous voulez, rapidement cela se perpétue tout seul. Vos actions inspirées amènent les résultats qui vous font vous sentir encore mieux. Cela crée un élan qui rend difficile de ne pas penser à toutes les supers choses qui vont suivre. Par exemple, quand votre revenu ne cesse d’augmenter, il est difficile de ne pas imaginer combien vous gagnerez en plus dans un an. Les actions positives et les sentiments positifs se renforcent l’un l’autre.

Évidemment vous connaîtrez encore quelques revers et échecs de temps en temps, mais ce schéma fonctionne bien mieux sur le long terme que le schéma de confort.

Quand vous profitez de cette spirale positive, vous vous sentez privilégié. Vous avez la sensation que l’univers conspire pour vous rendre de plus en plus heureux.

Peu importe d’où vous commencez. Vraiment. Votre réalité actuelle peut être un vrai champ de ruines, et vous pouvez quand même prendre le temps chaque jour de penser à ce que vous voulez.

Il y a des années, quand j’étais fauché et profondément endetté, et que mes dépenses étaient dix fois plus élevées que mes revenus (pas une bonne situation), j’avais l’habitude de marcher sur la plage et de regarder l’océan. Je me disais « Au moins ça, c’est gratuit ! » C’était une chose que je faisais pour me réconforter et me débarrasser d’une partie du stress. Mais pendant que j’y étais, j’ai commencé à imaginer comment ma vie pourrait un jour devenir meilleure. Plus de montagne de dettes. Plus de boîte aux lettres remplie de lettres de créditeurs. Plus de sentiment de m’être planté. À l’époque cela semblait un pur fantasme d’imaginer ce que je voulais. Mais au moins ce genre de fantasme m’a fait me sentir bien. C’était meilleur que le confort et le soulagement. C’était plus excitant.

Malheureusement, j’ai fait une erreur dans mes visualisations à l’époque. J’ai projeté tous ces rêves dans le futur. Je ne pouvais pas les imaginer devenir totalement réels parce qu’ils étaient bien trop éloignés de ma réalité actuelle. Donc je les ai repoussés dans un futur lointain. Même si cela aurait pu paraître sensé, c’était quand même une erreur parce que cela décourageait mes émotions positives. Je n’aurais pas pu être aussi excité pour une chose située dans le futur. Passer à l’action restait une lutte quotidienne, et je suis resté pris au piège du réconfort pour pallier le stress.

Ce n’est que quand j’ai arrêté de projeter ces pensées positives dans l’avenir que ma situation financière a commencé à changer pour le mieux de façon drastique. J’ai commencé à imaginer que les choses s’amélioraient dès maintenant et non dans des mois ou des années. Cela m’a permis d’avoir un état d’esprit plus motivé.

Ce n’était pas la pensée d’avoir plus d’argent qui m’excitait. J’étais davantage excité par le fait de penser que j’aurais la liberté d’apporter une contribution significative au monde. Je ne me souciais pas vraiment de l’argent ; j’avais simplement besoin d’être dans une situation où l’argent n’était plus un obstacle. Mes meilleures visualisations n’impliquaient généralement pas d’argent. Je me sentais plus inspiré par le fait de créer et de partager des choses que par le fait d’acquérir des trucs.

Je me sens encore comme ça aujourd’hui. Imaginer avoir des millions de dollars m’ennuie. Je n’en vois simplement pas l’utilité. Mes émotions répondent « On s’en fout. » Mais quand je pense au fait d’exprimer et de partager des idées avec les autres gens, cela m’excite vraiment. Quand je pense au fait de rapprocher les gens, cela m’excite également.

Vos valeurs pourraient être très différentes des miennes, et c’est très bien. Le truc est que vous pourriez avoir besoin de vous débarrasser de certaines notions conditionnées socialement pour atteindre la vérité. Ne tombez pas dans le piège qui consiste à être obsédé par ce que la société vous a appris à vouloir, par exemple beaucoup d’argent, une voiture cool, ou un corps de mannequin. Vous devez aller plus profond pour découvrir ce que vous voulez réellement. Et alors vous devez accepter que vous le voulez, même si vous pensez que les autres gens vous trouveraient idiot de vouloir ça. Si vous le voulez vraiment, réellement, cela vous suffira.

Au début j’ai trouvé très difficile de me pousser à imaginer avoir ce que je voulais dans le moment présent. Mon esprit logique rejetait cette notion parce qu’il était clair que j’étais loin d’avoir ce que je voulais. Mais j’ai trouvé une bonne astuce qui m’a beaucoup aidé. J’ai imaginé que je passais dans une réalité alternative dans laquelle il y avait un autre moi qui vivait exactement ce que je voulais en ce moment. Je devais juste mettre mes pensées sur la bonne fréquence pour ressentir ce qu’il ressentait. Mon esprit logique n’avait pas de problème avec ça ; c’est amusant qu’il puisse accepter l’idée d’autres dimensions alors qu’il n’arrivait pas à accepter l’idée que j’aie ce que je voulais en ce moment même.

C’est incroyable de voir tout ce que m’a apporté le fait de prendre délibérément l’habitude de penser à ce que je veux. Je me sens vraiment privilégié.

Je suis très inspiré par le fait de penser à aider les gens à évoluer. J’aime encourager les gens à vivre un peu plus consciemment. J’aime pousser les gens à envisager différentes perspectives. Je sais que beaucoup de gens pensent que ce genre d’objectif est idiot, naïf, ou vain. Je m’en fous. Ce chemin m’inspire. Plus j’y pense, mieux je me sens. Cela m’importerait peu que le monde entier soit en désaccord avec moi. Je sais que j’ai découvert une chose qui signifie beaucoup pour moi. Et cela me suffit.

Cela m’a pris des années, mais j’ai découvert que tout ce dont j’ai réellement besoin pour être heureux est de garder l’habitude de penser à ce que je veux. J’ai simplement besoin de mettre un peu de temps de côté chaque jour pour penser à ce qui me paraît incroyablement bon pour moi. L’énergie émotionnelle que cela crée est tellement forte que 20 minutes par jour surpassent rapidement toutes les pensées de stress, de frustration, d’inquiétude, ou d’écrasement.

S’il-vous-plaît, testez ce processus. Faites-le pendant au moins sept jours d’affilée, 20 minutes minimum à chaque fois. Après avoir procédé à votre rituel de soulagement/confort à la fin de votre journée, prenez 20 minutes de plus pour procéder à ce rituel d’excitation. Permettez-vous de vous sentir privilégié chaque jour, même si vous devez aller mentalement dans une autre dimension pour réussir à l’accepter comme étant réel.

Crédits photo : © bloomua – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

se sentir heureuse et privilégié

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *