La vie ça craint, et après on meurt

Note : cet article est une traduction de l’article Life Sucks, Then You Die de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Vie et mortQue faire si vous haïssez votre vie ? Ou alors vous ne la haïssez pas totalement, mais vous n’êtes simplement pas heureux de votre situation actuelle ? Peut-être que vous êtes déprimé, que vous vous ennuyez, ou que vous êtes apathique. Ou peut-être que vous ne voyez simplement pas l’intérêt de vivre tout court.

Si vous ne voyez pas l’intérêt de vivre, alors vous passez à côté de l’intérêt de la vie dans son ensemble. L’intérêt de la vie est de l’apprécier.

Votre vie est votre création. Ce n’est pas une chose qui vous arrive – à moins que vous fassiez l’erreur idiote d’abandonner votre poste d’architecte en chef. Si vous vous retrouvez dans cette situation, ne vous sentez pas mal. Nous faisons tous cette erreur à un moment. Nous oublions tous que nous sommes en charge de notre propre vie et que notre expérience de vie est largement sous notre contrôle. Mais la vérité est que nous vivons par choix.

Si vous pensez que votre vie est hors de votre contrôle, c’est parce que vous avez choisi de lâcher les rênes. Qu’est-ce qui arrive quand vous relâchez le contrôle d’un véhicule en mouvement, comme la voiture que vous conduisez ? Son comportement devient imprévisible. Elle pourrait tourner en rond, ou se coincer quelque part, ou même se crasher. N’est-ce pas précisément ce qui nous arrive quand nous abandonnons la responsabilité de notre vie ?

Abandon

Qu’en est-il du fait d’abandonner votre vie à une puissance supérieure ? N’est-ce pas une bonne chose ? Cela dépend de la façon dont vous l’appliquez. Si vous pensez qu’abandonner votre vie à une puissance supérieure signifie renoncer à tout contrôle et espérer que tout aille bien, eh bien… j’espère que vous n’essayez pas ça en conduisant à 100 km/h sur l’autoroute. Ce genre d’abandon est précisément l’opposé de la vie consciente. Ce n’est pas spirituel. Ce n’est pas divin. C’est juste idiot.

Le véritable abandon est un approfondissement de la responsabilité, pas une abdication de cette responsabilité. Dans cette forme d’abandon, vous prenez la décision très consciente de vous aligner avec cette soi-disant puissance supérieure. Cette puissance supérieure pourrait être votre version de Dieu, de la Source, de la Nature, de votre moi supérieur, ou d’autre chose que vous voyez dépasser votre ego humain. Vous pouvez être athée et procéder quand même à ce genre d’abandon. C’est une décision de coopération avec ce que vous croyez être le plus grand bien de tous. En pratique, cela implique de vous débarrasser de votre résistance à la vie et de décider de créer une vie de joie au lieu d’une vie de peine. Vous n’abandonnez pas le contrôle de votre véhicule ici – c’est plutôt le contraire. Vous gardez un contrôle total de votre véhicule, mais vous vous engagez à conduire plus intelligemment, en utilisant les routes au lieu de foncer dans les arbres.

Le feedback émotionnel

Vos émotions humaines vous servent de mécanisme de feedback dans votre voyage de vie. C’est comme le tableau de bord de votre voiture. Quand votre tableau de bord  indique un problème, cela signifie que vous avez besoin de réparer un truc dans votre voiture. Cela ne signifie pas que le tableau de bord est déréglé.

Si votre voiture n’avance pas parce que vous êtes rentré dans un arbre, et que votre compteur de vitesse indique 0 km/h malgré que vous écrasiez l’accélérateur, est-ce la faute de la voiture ? Vous exclamez-vous « Maudite voiture ! Je déteste ma voiture ! » parce qu’elle n’a pas traversé l’arbre ? Les gens penseraient que vous êtes dingue. Mais c’est exactement ce que font beaucoup d’entre nous avec nos vies. Peut-être que vous êtes coincé par votre faute, ou peut-être pas, mais souvenez-vous que vous êtes toujours le conducteur. Vous ne vous en sortirez pas en maudissant la voiture ; cela ne fera que perpétrer le fait que vous êtes coincé.

Quand vous n’appréciez pas la vie, c’est un message que vous devez écouter. Vous sentir mal vis-à-vis de votre vie ne signifie pas que vous avez des problèmes émotionnels ou que vous avez de quelconques dégâts psychologiques. Votre mécanisme de feedback fait du bon boulot. Vous êtes supposé vous sentir mal quand votre vie est détraquée. Vous devez simplement interpréter correctement le message puis passer à l’action pour corriger la situation.

Par exemple, si vous vous sentez régulièrement apathique, déprimé, ou profondément lassé de votre vie, peut-être que le message est : Votre vie craint !

Autrement dit… votre situation de vie actuelle n’est pas du tout ce que vous voulez. Vous ne voulez pas continuer à vivre ce que vous vivez.

Maintenant, en recevant ce feedback, beaucoup de gens, pour une raison ou une autre, répondent comme si leur feedback émotionnel était le problème en soi. Peut-être que nous avons besoin d’une thérapie ou de drogues ou d’évasion pour réparer ces fichues émotions négatives. C’est comme en vouloir à votre voiture de ne plus avoir d’essence. Elle est censée finir par ne plus avoir d’essence. Cela signifie que cela fonctionne correctement. Vous êtes également censé vivre ces états émotionnels négatifs quand vous déviez de la trajectoire de ce que vous voulez. Cela signifie que votre feedback émotionnel fonctionne bien. Soyez reconnaissant quand cela arrive parce que ce feedback a beaucoup de valeur.

Choisissez votre réponse

Une fois que vous commencez à recevoir ce feedback émotionnel négatif, vous êtes censé agir en conséquence. C’est un signal qu’il faut vous remuer les fesses et bouger, pour changer ce que vous faites. Si vous êtes coincé dans des émotions négatives depuis longtemps, cela signifie que vous n’avez pas réussi à tenir compte de ce message. Il est temps de faire quelque chose à propos de ce feedback. Essayer d’éviter de gérer cela est comme ignorer un avertissement sur le tableau de bord de votre voiture ; vous ne faites que laisser les choses empirer en les repoussant.

Si vous avez des sentiments négatifs vis-à-vis de votre travail, changez-en. Si vous avez des sentiments négatifs vis-à-vis de votre relation, changez-la. Si vous avez des sentiments négatifs vis-à-vis de votre corps, changez cela. Si vous avez des sentiments négatifs vis-à-vis de votre situation financière, changez-la.

Je ne dis pas que le changement sera facile. Mais vous avez toujours le pouvoir de changer quelque chose, et c’est bien plus facile que de se vautrer dans l’apitoiement personnel. Penser à agir mais ne pas agir est plus difficile que simplement agir. Si vous êtes coincé dans des émotions négatives, vous rendez les choses inutilement difficiles. Vous choisissez l’alternative disponible la plus difficile. Il est plus facile de vous remuer les fesses et de passer à l’action.

Vous pourriez ne pas tout réparer en une nuit, mais le simple fait de passer à l’action sera généralement suffisant pour faire taire ces émotions négatives. Ensuite, vous commencerez à vous sentir à nouveau positif et heureux en commençant à faire des progrès vers ce que vous voulez. Le simple fait d’agir en direction d’une meilleure situation vous fait vous sentir bien, parfois même vraiment bien.

Si vous vous sentez mal depuis longtemps maintenant, c’est parce que vous avez stagné pendant bien trop longtemps dans une situation que vous ne voulez pas. Si vous ne voulez pas de votre situation actuelle, quittez-la. Vous savez ce que vous ne voulez pas, donc arrêtez de le tolérer.

Arrêtez de vous leurrer. Vous n’êtes pas impuissant à changer. Dans votre tête vous rendez probablement les actions-clés bien plus compliquées qu’elles n’ont besoin de l’être. Il est assez incroyable de voir le nombre de situations coincées qui peuvent être décoincées avec simplement quelques moments d’action. Voici quelques exemples :

Si vous n’aimez pas votre travail, allez voir votre patron et dites-lui : « Je n’aime pas ce travail, donc je démissionne. »

Si vous n’aimez pas votre relation, allez voir votre partenaire et dites : « Cette relation ne fonctionne pas pour moi, donc je veux qu’on se sépare maintenant. »

Si vous n’aimez pas votre corps, traversez votre cuisine et balancez tout ce dont vous avez la sensation que cela fera empirer votre corps si vous en mangiez trop régulièrement. Puis allez faire des courses et remplacez ces aliments par des choix que vous sentez meilleurs pour votre corps.

Si vous n’aimez pas vos finances, prenez votre revenu mensuel actuel et augmentez-le mentalement de 50%. Puis commencez à réfléchir à ce dont vous avez besoin pour devenir digne de gagner durablement ce montant. Écrivez ce montant sur un morceau de papier, et punaisez-le sur votre mur à un endroit que vous verrez chaque jour. Si vous avez un travail que vous aimez, allez voir votre patron ou le patron de votre patron, dites-lui que ce chiffre est votre objectif de revenus, et demandez ce que vous avez besoin de faire pour commencer à le gagner. S’il vous dit que c’est impossible, vous savez que vous avez aussi besoin de changer de travail.

Pour se décoincer, il faut prendre des décisions simples et procéder à ces actions, en vous éloignant toujours de ce que vous ne voulez pas et en vous rapprochant de ce que vous voulez. Si vous ne savez pas ce que vous voulez, éloignez-vous simplement de ce que vous ne voulez pas jusqu’à ce que vous découvriez ce que vous voulez.

Peu importe à quel point vous vous sentez mal dans votre vie, vous n’êtes pas impuissant. Vous avez probablement beaucoup participé au fait de vous mettre dans une telle situation. Même quand vous pensez que c’est la faute de quelqu’un ou de quelque chose d’autre, vous aviez probablement le pouvoir d’intervenir pour l’empêcher si vous aviez vraiment fait l’effort. Mais le passé est derrière nous, donc il n’y a aucun intérêt à vous flageller pour des erreurs passées. Engagez-vous simplement à être un peu plus conscient dans votre marche vers l’avant.

Votre pouvoir vient de votre capacité à prendre des décisions. Si votre vie craint – et que vos émotions vous noient dans ce message jour après jour – alors arrêtez de prendre les mêmes décisions que vous avez prises par le passé parce qu’elles ne fonctionnent clairement pas. Il est temps de commencer à prendre de nouvelles décisions et de les mettre en œuvre.

Si vous ne savez pas quoi faire pour corriger votre situation, faites simplement quelque chose de différent de ce que vous faites déjà. Vous savez que ces mauvaises décisions ne fonctionnent pas, donc elles ne peuvent pas être bonnes. Peut-être que vos nouvelles décisions seront meilleures, peut-être pas. Dans tous les cas vos émotions continueront à fournir un feedback, et vous pouvez ajuster la trajectoire au fur et à mesure. Tout est mieux que de rester coincé, étant que vous savez que c’est déjà une impasse.

Choisissez le bonheur

Ne vous installez pas dans une vie qui ne fonctionne pas. Changez-la. Si nécessaire, faites quelque chose de radicalement différent. Virez toute personne qui ne vous fait pas vous sentir bien. Quittez tout ce qui ne vous rend pas heureux. Redémarrez votre situation de vie. Si d’autres personnes s’en plaignent, envoyez-les se faire voir. Ils s’en remettront.

Vous êtes ici pour créer la vie que vous voulez vraiment, pas pour endurer une vie dont vous ne voulez pas. Votre pouvoir de prise de décision et de passage à l’action est tout ce dont vous avez besoin pour vous sortir d’une situation merdique. Utilisez ce pouvoir consciemment.

Si vous ne savez toujours pas quoi faire, alors posez-vous cette question : Qu’est-ce qu’une personne heureuse ferait dans ma situation ? Si vous commencez à faire ce que vous pensez que ferait une personne heureuse, vous allez commencer à vous rapprocher d’une vie qui résonne naturellement avec le bonheur. Si vous n’avez vraiment aucune idée, vous pouvez en parler sur les forums, ici ou ailleurs, décrire votre situation, et demander aux autres ce qu’ils feraient pour améliorer les choses. Beaucoup de gens ont déjà traversé cela et ont obtenu de supers réponses.

N’abandonnez jamais

Je ne suis pas étranger à la période « ma vie craint ». Je me tirais parfois du lit à midi passé, je jouais à des jeux vidéo pendant des heures, j’allais peut-être boire un coup avec des amis ou jouer au poker, je me couchais tard, j’allais longuement me balader en pensant à quel point ma vie craignait, je m’écrasais en me sentant déprimé, et je recommençais. Pendant des mois, je continuais à faire les mêmes choses, encore et encore. Et la vie continuait à craindre sacrément. Mes émotions ne cessaient de me dire « Bon sang ce que ça craint ! » Toute cette période de ma vie est un immense flou.

Finalement j’en ai eu assez et j’ai atteint un point de rupture, et j’ai décidé de changer cela. Je me suis finalement réveillé et j’ai réalisé que j’étais en charge de cette vie et que j’avais en fait le pouvoir de la changer. Même alors, cela m’a pris quelques années avant d’être dans la situation que je sentais vouloir. Le changement extérieur n’a été ni rapide ni facile. Mais cela a été bien plus facile que de me vautrer dans l’apitoiement. Et j’ai commencé à me sentir bien mieux dès que je me suis mis à avancer dans une nouvelle direction.

J’ai arrêté de sortir avec des amis qui n’étaient d’aucun soutien, j’ai arrêté de boire, j’ai arrêté de jouer, j’ai déménagé, j’ai commencé à courir, et je me suis reconnecté avec d’anciens amis positifs. Cela a fait des tas de changements. Si je n’arrivais pas à trouver ce qui était mieux, je faisais simplement quelque chose de différent. Et cela a fonctionné.

Si vous traversez une période difficile en ce moment, je compatis vraiment. Je dis cela comme quelqu’un qui l’a vécu aussi. Évidemment je n’ai pas traversé les mêmes expériences que vous, et nous pourrons comparer nos notes plus tard pour décider qui a vécu la pire chose, mais je connais la sensation que cela fait de sentir que sa vie est totalement inutile. Je sais ce que cela fait de se lever chaque matin avec le vague espoir de trouver quelque chose de moyennement intéressant à faire aujourd’hui… mais en étant toujours déçu de la réalité. Je sais ce que cela fait de regarder vers l’avenir et de ne rien voir ayant la moindre conséquence, mis à part la possibilité superficielle d’un nouveau film ou d’un nouveau jeu pour me distraire un peu plus longtemps.

Je sais aussi que la solution est de se réveiller et de réaliser que vous vous faites cela à vous-même. Reconnaissez que vous êtes le créateur de votre vie – ce n’est pas votre famille, votre patron, votre partenaire, le gouvernement, ou la société dans son ensemble. Personne n’arrivera pour vous secourir. Cela dépend entièrement de vous. Si votre vie actuelle craint, il ne tient qu’à vous de changer cela.

Nous, les êtres humains, sommes extrêmement endurants. Même quand nous sommes dans des situations qui paraissent désespérées, nous pouvons encore nous en sortir et en faire quelque chose de mieux. La seule façon que la vie devienne véritablement désespérée est de décider de perdre espoir.

Votre vie va s’améliorer au moment où vous réalisez que la vie n’est pas une chose qu’on doit endurer ou tolérer. C’est une expérience que vous créez. Vos pensées et vos actions sont les principales forces qui déterminent la réalité de votre expérience quotidienne. Si votre vie craint, c’est parce que vous avez été un créateur qui craint. Mais vous pouvez vous améliorer.

Pendant toute cette vie, vous êtes le créateur, l’architecte, l’ingénieur, l’artiste. Utilisez ce don de conscience pour vous façonner un chef d’œuvre. Puis continuez à l’améliorer pendant que vous en profitez un maximum. Et n’abandonnez jamais, absolument jamais.

Crédits photo : © lassedesignen – Fotolia

3 commentaires

  • Lucie dit :

    Très bon article! Par contre ‘malgré que’ dans la phrase : “vitesse indique 0 km/h malgré que vous écrasiez l’accélérateur, est-ce la faute de la voiture ? ” ça n’est pas correct, on dit ‘bien que’
    Cordialement,

  • Mylène dit :

    Excellent texte !!! La comparaison avec la voiture aide beaucoup à ouvrir les yeux sur le fait que nous sommes tout simplement les créateurs de nos vies.
    Merci Olivier de nous partager ces textes en français ! Je serais passée à coté de quelque chose si je ne l’avais pas lu!

  • wendy dit :

    comment on fait si on peut absolument rien changer à sa vie? c’est pas aussi simple que ça…j’ai 17 ans, vous pensez que je peux partir de chez moi? sans rien? pour aller où? faire quoi? c’est pas toujours nous qui choisissons malheureusement, je suis bloquée dans cette vie depuis des années et rien ne pourra changer pour l’instant alors je continue d’endurer cette vie qui n’a pas de sens, qui est inutile et ennuyante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *