10 surprises à propos des relations libres

relations libresCela fait maintenant plus de 8 ans que j’entretiens une relation libre et aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous quelques surprises à propos de cette exploration. Cet article s’adresse surtout aux personnes qui souhaitent avoir un certain aperçu des aspects les moins visibles de cette pratique.

Au début de cette exploration, j’ai lu plusieurs livres sur les relations libres, mais lire les détails des expériences des autres personnes ne m’a pas autant aidé que je ne l’aurais souhaité. La raison qui explique cela est que les gens pratiquent les relations libres de façons différentes, de sorte que les expériences et les leçons d’une autre personne semblent bizarres, même lorsque vous allez dans le même sens.

Par conséquent, je vous invite à prendre avec des pincettes ce que je partage dans cet article. En effet, tout cela est basé sur mes propres expériences et mes valeurs. Je pense toutefois que mes avis seront certainement partagés par beaucoup de mes lecteurs de longue date, étant donné que nous partageons plusieurs intérêts communs.

Indépendamment de cette mise en garde, voici 10 aspects des relations libres qui m’ont surpris jusqu’ici.

1. L’état d’esprit est plus important que la pratique

Dans une relation libre, il est tout à fait normal de connaitre des hauts et des bas. Parfois, vous aurez un grand nombre de partenaires tandis que d’autres fois, vous pourriez avoir seulement un partenaire principal (ou même rester sans partenaire) pendant une longue durée. Certaines personnes sont très douées pour ce qui est de se connecter régulièrement avec de nouveaux partenaires. Par contre, pour d’autres, cela se produit seulement occasionnellement.

Votre manière d’aborder la question de l’ouverture n’est pas très importante, car cela peut se faire de plusieurs façons. Ce qui définit l’ouverture, c’est plus l’état d’esprit qu’une pratique spécifique. Il est évident que la pratique compte, mais je persiste à penser que l’état d’esprit est encore plus important, car l’état d’esprit influence la pratique. Mieux, il n’est pas rare de voir des gens qui échouent à l’exercice de la pratique parce qu’ils n’ont pas réglé la question de l’état d’esprit. C’est souvent ce qu’il se produit lorsque des gens affirment faussement être célibataires dans le but d’attirer d’autres partenaires.

Lorsque vous optez pour l’ouverture, vous abordez différemment vos relations. De nouvelles expériences deviennent possibles. Ce sens du possible peut vraiment être habilitant. Même lorsque vous vous penchez activement sur l’aspect de l’ouverture, le simple fait de savoir que plusieurs options s’offrent à vous peut changer la façon dont vous voyez vos relations amoureuses. Supprimer la barrière autour de votre principale relation vous permet d’avoir un nouvel aperçu, même lorsque vous décidez de rester dans le même pâturage clôturé dans lequel vous avez toujours été.

Lorsque vous n’êtes pas engagé dans une relation monogame et qu’il n’y a pas de barrière qui vous empêche de vous connecter avec d’autres partenaires, votre vie gagne plus en qualité. Vous ne pouvez jamais prédire quand une nouvelle intéressante connexion entrera dans votre vie, et lorsque cela se produit vous êtes libre d’y ouvrir la porte. Cela ajoute une belle étincelle de mystère à une relation existante étant donné qu’il est toujours possible qu’une nouvelle énergie soit injectée pour faire bouger les choses. Je pense que cela peut vraiment aider une relation à long terme en supprimant le sentiment de routine. La variété supplémentaire peut en effet être réellement saine.

La mentalité de l’ouverture peut être difficile à cerner si vous n’avez exploré que la monogamie (ou le célibat) jusqu’à ce point. Cela peut sembler trop bon, trop abondant ou trop idéaliste pour devenir réel. J’ai eu aussi la même expérience et il faut du temps pour s’y faire.

J’ai été exposé à de telles idées quelques années avant de me lancer dans cette pratique. Parfois, cela semblait intrigant. D’autres fois, j’étais sceptique. Puis j’ai commencé à me demander si ce serait possible pour moi. Et finalement, j’ai commencé à poser des actions dans ce sens. Ce processus a pris des années, et il n’était pas linéaire.

Il se peut que vous ayez des croyances limitatives à surmonter avant même d’envisager de vous lancer dans une relation libre. Toutefois, une fois que vous adoptez le bon état d’esprit, la pratique devient assez simple. Vous ne faites qu’envoyer et accepter des invitations, et vous explorez simultanément la romance, l’intimité et/ou la sexualité avec différentes personnes. Cependant, le fait de vous donner la permission de le faire et croire que c’est possible pour vous peut demander beaucoup de travail intérieur. Ce travail intérieur est assez intéressant, toutefois, et c’est là que réside une grande partie de la valeur.

Bien que je n’aie pas l’intention de revenir à la monogamie, je pense que si jamais je le faisais, mon avis sur les relations resterait à jamais changé par l’expérience de l’ouverture. Et ce changement serait positif. L’exploration de l’ouverture est une partie de mon chemin de croissance personnelle que je considère comme très précieux, tout comme le fait d’être végétalien depuis plus de 21 ans. Une bonne façon de résumer cela est peut-être de dire que l’ouverture m’a aidé à me sentir plus connecté et plus affectueux envers mes semblables humains. Je me sens mieux accueilli et plus à l’aise dans le tissu social de l’humanité.

2. Une relation libre est plus simple qu’une relation monogame

À première vue, il semble que s’engager dans une relation libre ajouterait de la complexité à votre vie de couple, n’est-ce pas ? Vous devrez côtoyer plus de gens et beaucoup communiquer. De plus, il y a plus de risques et vous êtes exposé à beaucoup plus de drames potentiels.

Lorsque vous commencez à explorer cette voie, vous constaterez que l’ouverture est en effet plus compliquée. Toutefois, c’est surtout le cas parce que l’on n’y est pas habitué. Cela semble compliqué parce que c’est nouveau.

Imaginez que vous déménagez dans une nouvelle ville. Même si la nouvelle ville est plus organisée et plus facile à parcourir que votre ancienne ville, il se peut que vous la trouviez plus compliquée parce que vous ne la connaissez pas encore. La méconnaissance rend les choses compliquées au premier abord.

C’est la même chose qui se produit lorsque vous explorez les relations ouvertes. Il y a beaucoup de choses à apprendre au début. Les changements d’état d’esprit peuvent être délicats. Cependant, les choses deviennent de plus en plus faciles au fur et à mesure que l’on acquiert de l’expérience. Et une fois que vous aurez exploré ce mode de vie pendant quelques années, je pense que vous le trouverez peut-être plus simple, plus facile et plus naturel que la monogamie. C’est le cas pour moi.

Je vais vous expliquer pourquoi.

Pour commencer, une relation libre est plus simple parce qu’il n’est pas nécessaire de cacher son attirance pour autrui. Vous pouvez parler ouvertement de ce que vous pensez, ressentez et observez, surtout lorsque vous avez un partenaire conscient et conscient de lui-même qui peut supporter de connaitre la vérité. Pourquoi faire des cachoteries quand il est plus simple d’être honnête ?

Ensuite, une relation libre est plus simple parce que je peux demander l’opinion de ma partenaire sur une autre personne. Et je peux m’attendre à ce qu’elle soit raisonnablement honnête avec moi. Ou elle peut simplement donner son opinion volontairement. Elle remarquera certainement des choses que je ne remarque pas. Par exemple, elle peut me faire remarquer qu’une autre femme est attirée par moi. Elle attirera mon attention sur des liens potentiellement intéressants pour moi. Elle est de mon côté, et je suis de son côté.

Par ailleurs, la compersion (prendre plaisir au plaisir de votre partenaire et se réjouir pour son bonheur) est plus simple que la jalousie. La jalousie est une chose moche, compliquée et parfois violente. Préféreriez-vous avoir un partenaire jaloux ou non jaloux ? Préféreriez-vous être un partenaire jaloux ou non jaloux ? Si vos relations sont infectées par la jalousie, cela complique tout. Pour surmonter la jalousie, vous devez travailler sur vos propres sentiments d’adéquation, votre estime de soi et votre avis sur l’abondance. C’est bien sûr un défi, mais à long terme, c’est tellement plus simple que de faire face aux problèmes de jalousie. Si vous et votre partenaire souhaitez vous connecter avec quelqu’un d’autre de temps en temps, il est plus simple de dire : « amusez-vous bien et prenez soin de vous » que d’essayer de vous opposer et de parler en étant animé par l’insécurité et le désespoir.

Dans une relation monogame, vous avez moins de liberté. Il y a des règles plus strictes à suivre, et les conséquences lorsqu’on les enfreint peuvent être graves. Une relation libre peut également avoir des règles, mais il est probable qu’elles soient plus simples et plus sensées (du moins une fois qu’on s’y habitue). S’il y a une règle que vous n’aimez pas, par exemple l’interdiction d’embrasser une autre personne que vous aimez, comment allez-vous gérer cela dans une relation monogame ? Allez-vous supprimer ce désir ? Allez-vous vous disputer avec votre partenaire pour cette raison ? Est-il possible que vous ayez du ressentiment à l’égard de votre partenaire pour cette raison ? Je préférerais juste profiter de ce baiser agréable. Ensuite, j’embrasse aussi ma partenaire principale. Baisers pour tout le monde !

En outre, dans une relation libre, il est plus difficile de blâmer votre partenaire pour tous les problèmes de votre vie. Étant donné que vous avez plus de liberté pour explorer vos désirs, vous risquez moins de vous laisser entrainer à blâmer votre partenaire ou d’attendre passivement que votre partenaire change. Si vous voulez explorer quelque chose, c’est à vous de vous lancer. Pourquoi les choses sont-elles plus simples ? C’est plus simple parce qu’il est souvent plus facile de trouver un autre explorateur volontaire que de convaincre votre partenaire principal d’explorer une chose qu’il n’aime peut-être pas. Il est plus facile d’explorer une relation libre avec une personne disposée qu’avec une personne réticente. Ce problème ne s’est pas vraiment posé dans ma relation actuelle parce que Rachelle et moi avons tendance à avoir des intérêts très semblables en ce qui concerne nos explorations.

relation libre

Cependant, pour certaines personnes engagées dans des relations libres, cela peut être un problème assez important. Considérez également la situation sous un autre angle. Vous n’avez pas à vous sentir obligé par votre partenaire de faire quelque chose que vous n’aimez pas. Vous pouvez plutôt encourager votre partenaire à aller explorer avec une autre personne partageant les mêmes idées et à prendre du plaisir. C’est d’ailleurs un soulagement de savoir que vous n’avez pas besoin d’être en mauvaise posture chaque fois que votre partenaire voudrait faire quelque chose qui implique de l’intimité, de la sexualité ou de l’amour avec une autre personne. Vous pouvez explorer ensemble vos domaines de compatibilité et vos intérêts communs, et laisser d’autres personnes s’occuper du reste.

Supposons que vous êtes marié ou engagé dans une relation principale sur le long terme. Est-il plus simple d’accepter que vous ne vous connecterez plus jamais d’une certaine façon avec une autre personne ? Ou est-il plus simple de rester ouvert à la possibilité de se connecter avec d’autres partenaires ? C’est une question de perspective. Je trouve la voie de l’ouverture plus simple parce qu’elle implique un engagement plus facile et plus souple. Cette voie n’est pas aussi rigide qu’un engagement monogame. S’engager dans une relation libre facilite la vie de mon futur moi parce qu’il a l’option (mais pas l’obligation) d’explorer avec d’autres partenaires s’il le désire. Je ne l’ai pas enfermé avec mes choix. Il ne se sentira donc pas piégé.

N’avez-vous qu’un seul ami ? Je suppose que non. Si vous pouvez maintenir plusieurs amitiés à la fois, pourquoi ne pouvez-vous pas aussi avoir plusieurs partenaires romantiques ou sexuels ? Une relation libre est le prolongement naturel des amitiés multiples. Pourquoi ne pas avoir une norme similaire pour les deux situations ? Si vous aimez avoir plusieurs amis, vous aimerez probablement aussi avoir plusieurs partenaires intimes. Voir l’ouverture comme un prolongement de l’amitié simplifie vraiment l’état d’esprit. Encore une fois, cela ne semble compliqué qu’au premier abord lorsque l’on n’y est pas habitué.

L’ouverture semble peut-être plus compliquée parce que cette pratique est moins courante que la monogamie. Cependant, le style de relation le plus courant est la monogamie simulée qui implique que l’un ou même les deux partenaires trompent leur conjoint (et tentent de le cacher). Par conséquent, si vous aimez suivre l’approche de la plupart des gens, allez-y et faites semblant d’être monogame tout en trompant votre partenaire. Vous aurez vraiment de la compagnie. Vous pouvez aussi simplement regarder beaucoup de films pornographiques. C’est à vous de choisir. À mon avis, les options courantes sont aussi ridicules qu’elles en ont l’air lorsque vous les énoncez clairement. Il est difficile d’affirmer qu’elles sont meilleures ou plus simples uniquement parce qu’elles sont plus populaires. Je pense qu’il est plus simple de se sentir abondamment aimé et connecté avec les gens qui vous aiment.

Je pourrais poursuivre ici, mais je pense que vous comprenez l’idée. Encore une fois, une relation libre peut sembler plus compliquée au début, mais avec de l’expérience, cela devient plus simple, plus facile et plus naturel. J’apprécie profondément la simplicité des relations libres, et je pense que la raison principale, c’est qu’elles s’harmonisent si bien avec mes pensées et sentiments intuitifs à propos des relations. Cela ressemble à une approche plus élégante que celle de la monogamie (qui est assez peu élégante en comparaison).

En passant, j’ai eu une éducation religieuse qui m’a rempli la tête de beaucoup d’absurdités sur la valeur de la monogamie, et explorer les relations libres était une excellente façon de décharger un tel bagage. C’est incroyable le nombre d’ex-catholiques que vous rencontrerez sur ce chemin.

3. Je suis plus attiré par ma partenaire lorsque j’explore avec d’autres personnes

La première fois que j’ai fait un plan à trois en 2010, j’ai été un peu surpris par l’intensité avec laquelle j’ai été attiré par ma petite amie (maintenant ma femme) après. Depuis, chaque fois que j’ai des relations avec une autre personne, que ce soit seul à seul ou dans un plan à trois, j’éprouve des sentiments similaires.

Le contact avec les autres ne m’a pas fait me sentir moins intéressé par ma partenaire principale. En fait, cela m’a aidé à l’apprécier encore plus. Je pense qu’il y a deux raisons principales à cela.

Tout d’abord, lorsque je me connecte avec une nouvelle personne, je ne peux m’empêcher de comparer mentalement certaines de ses qualités avec celles de ma partenaire. Cela m’aide à remarquer des qualités que j’aime beaucoup chez Rachelle et que je considère peut-être comme acquises. Je n’arrête pas de remarquer plusieurs autres choses que j’apprécie chez elle.

C’est si facile de tenir un partenaire de longue date pour acquis quand on n’a pas ces genres d’expériences contrastées très souvent. Le côté spécial de votre partenaire devient normal à vos yeux, et vous ne le remarquez donc plus. Toutefois, lorsque vous entrez en contact avec une nouvelle personne qui n’a pas certaines de ces qualités, vous pouvez toujours apprécier cette nouvelle connexion à sa juste valeur, mais vous vous rappellerez également certaines choses que vous aimez vraiment chez votre partenaire principal. Et ce rappel restera un certain temps dans votre esprit.

Ensuite, étant donné que ma partenaire comprend que j’aimerais explorer d’autres connexions de temps en temps, je n’ai pas besoin de cacher cette partie de moi-même. Je n’ai pas à prétendre que je ne suis pas attiré par d’autres femmes, ou elles par moi. J’aime ce niveau d’honnêteté et j’aime avoir une relation sans tromper ma partenaire. Tromper son partenaire, c’est une chose vraiment malhonnête, n’est-ce pas ? Le fait de savoir que ma partenaire accepte un tel style de relation basé sur l’honnête m’amène à me sentir plus attiré par elle. Je suis attiré par son enracinement, sa compréhension et son engagement envers une vraie relation qui n’est pas embourbée dans le mensonge.

D’un autre côté, l’ouverture peut aussi révéler la faiblesse d’une relation. Si vous vous connectez avec d’autres partenaires et que vous vous sentez de plus en plus déconnecté de votre partenaire principal, c’est un indice que votre relation principale n’est pas aussi solide qu’elle le parait, et il est peut-être temps de passer à autre chose.

Vers la fin de mon premier mariage, nous avons essayé d’opter pour l’ouverture pendant un certain temps, et nous nous sommes séparés dans l’année qui a suivi (après plus de 15 ans de vie commune). Dans cette situation, l’exploration des relations libre a aidé à mettre en lumière des questions plus profondes sur lesquelles nous avions fait l’impasse, et à cet égard, c’était quand même un bon résultat. Notre phase d’ouverture nous a aidés à aller de l’avant avec plus de clarté.

4. Une relation ouverte est moins agressive

Cette réalité a été un peu choquante pour moi, alors permettez-moi de l’expliquer.

Nombreux sont ceux qui pensent que les relations libres sont plus agressives. Si vous voulez vous y lancer, vous devrez vous étendre davantage. Vous devrez vous affirmer socialement. Vous devrez draguer plus de monde. Il va falloir que vous vous y mettiez. Vous devrez expliquer à beaucoup de gens le genre de relations que vous recherchez.

Certaines personnes pensent même que si vous recherchez un certain degré d’abondance sur ce chemin, vous devrez mentir. Elles pensent que les gens n’accepteront pas votre ouverture et que vous devrez cacher le fait que vous avez déjà un partenaire principal. Ou que vous devrez cacher le fait que vous aimez sortir avec plusieurs personnes à la fois.

Maintenant, voici la vérité. Il y a des gens qui entretiennent des relations libres et qui pensent et se comportent de cette façon. Cependant, à mon avis, cela est contre-productif. C’est totalement en déphasage avec mes expériences personnelles.

Je pense que le fait de croire qu’il faut être socialement agressif et vraiment prendre l’initiative, comme si on avait besoin de solliciter de nouveaux partenaires chaque semaine, est enraciné dans le manque (et parfois dans la dépendance sexuelle). Oui, c’est une question de manque !

Cela dit, que se passe-t-il si vous avez déjà un partenaire bon, chaleureux, affectueux, bienveillant et qui vous soutient ? Que faire si vous avez déjà une vie sexuelle saine avec quelqu’un que vous aimez… et peut-être même d’autres partenaires ailleurs ? Pensez-vous que cela vous rendrait plus ou moins agressif dans la recherche de nouveaux partenaires ?

Dans mon cas, le manque ne détermine rien du tout. Une relation libre me met à l’aise. Je me sens détendu. Mes besoins dans ce domaine sont déjà bien satisfaits par une relation primaire formidable. Et depuis le mois dernier, je suis heureux en mariage aussi. Par conséquent, lorsque je me connecte avec quelqu’un de nouveau, je le fais dans l’abondance, et non guidé par le manque. Je peux être moi-même et voir ce qui se passe. Je n’ai pas besoin de forcer les choses.

Cela peut sembler un peu difficile à croire, mais je trouve en fait qu’une posture relationnelle assez passive fonctionne bien. Je ne cherche pas de nouveaux partenaires. La plupart du temps, je les laisse venir à moi.

Lorsque je repense à ces dernières années, mes relations les plus agréables naissaient de la même façon. La femme me choisit en premier. Elle me choisit avant même que j’aie eu la chance de le faire. Dans un certain sens, elle m’a déjà pré-approuvé, puis elle a pris des mesures pour entrer dans ma ligne de mire. Après cela, même si j’ai l’impression, sur le coup, d’être celui qui a lancé les hostilités, la réalité est que je jouais déjà avec ce qu’elle avait l’intention de faire depuis le début. Il se peut qu’elle n’ait même pas eu d’autre intention en dehors d’avoir une connexion avec moi ; c’est tout ce qu’il faut pour y arriver.

C’était une subtilité vraiment intéressante à comprendre, et je ne sais pas si je l’aurais comprise si je n’avais pas décidé d’explorer cette voie de l’ouverture.

Ces jours-ci, je crois en ce que l’univers m’apportera des connexions qui seront heureuses, saines, affectueuses, ludiques, amusantes et axées sur la croissance pour toutes les personnes impliquées.

Au cours des premières années de ce voyage, j’étais plus assertif parce que je pensais que je devais l’être. Je choisissais des femmes et j’envoyais mes propres invitations, et dans l’ensemble, les choses ne se sont pas aussi bien déroulées que lorsque je sens que la femme m’a choisi en premier. C’est la différence entre pagayer vers l’avant et suivre le courant.

Cela peut sembler un peu étrange ou même circulaire, mais à la longue, j’ai découvert que les femmes qui m’attirent le plus et avec lesquelles j’ai les meilleures relations sont simplement celles qui me trouvent attirant. Si une femme me trouve attirant, au point d’être prête à me tendre la main et à se connecter d’une façon ou d’une autre, il est très probable que je la trouverai attirante aussi. Et nous aurons probablement une bonne relation si nous nous rencontrons en personne.

Ainsi, la façon dont j’explore habituellement l’ouverture relationnelle ces jours-ci est peut-être l’expression ultime de la paresse. D’un autre côté, on pourrait dire que c’est l’expression ultime de l’alignement et de la loi de l’Attraction. La plupart du temps, je me détends et je laisse l’univers attirer vers moi des partenaires qui me trouvent attirant et qui veulent se connecter. Je fais attention quand une femme laisse des indices qui montrent qu’elle veut se connecter et explorer avec moi. Souvent, elle me laisse faire l’invitation, mais la vérité, c’est qu’elle m’a choisi avant même que je sache ce qui se passait.

Par conséquent, j’ai trouvé que c’était une approche très décontractée et non agressive. Ce n’est pas de la promiscuité folle, mais cela ajoute suffisamment de variété, de connexions et d’intimité à ma vie pour que je ne ressente pas le besoin de changer quoi que ce soit. En fait, je me sens plutôt satisfait de laisser les femmes me choisir (ou pas) et de répondre de façon naturelle. Peut-être qu’un jour j’aurai envie d’explorer cette voie différemment, mais pour l’instant je pense que l’univers fait du bon travail à ce niveau.

Certaines personnes pensent qu’elles doivent s’obliger à chercher de nouvelles connexions, par exemple en approchant des gens dans la rue de façon aléatoire et répétée. Pourtant, lorsque je discute avec de telles personnes et que je leur demande combien de bonnes relations elles ont tissées de cette façon, leurs résultats sont généralement lamentables. Elles peuvent parvenir à obtenir des rencards, et parfois elles ont aussi des relations sexuelles, mais ces connexions ne les rendent pas heureuses. Elles ne les satisfont pas pour la simple raison que les connexions de la pensée, du cœur et de l’esprit n’y sont pas.

J’ai compris qu’il est plus utile d’écouter et de prêter attention aux indices souvent subtils que les femmes livrent… et de faciliter la tâche aux femmes qui pourraient être intéressées en adoptant une attitude favorable envers ces relations.

Même si cela peut ressembler à une approche très paresseuse ou passive, elle m’oblige aussi à faire ma part. Ma part, c’est de me concentrer sur mon meilleur moi. Ma part, c’est de continuer à faire ce que je crois être du bon travail. Mon rôle, c’est de m’étendre et de continuer à aller au-delà de ma zone de confort. Lorsque je continue de vivre en accord avec mes valeurs, beaucoup de femmes que j’aime me trouvent attirant. Je n’ai pas besoin d’aller à la chasse.

Estimez-vous que vous êtes séduisant ? Êtes-vous satisfait de la personne que vous êtes aujourd’hui ? Vous arrive-t-il d’aller vous coucher en vous disant : « waouh, c’était une journée géniale » ? Si vous pouvez répondre oui à ces questions, je pense qu’une relation libre et détendue pourrait vous convenir aussi. Lorsque vous avez pour but de vivre une bonne vie, vous attirerez probablement les autres parce que les gens voudront en profiter et partager une partie de cette expérience avec vous.

relation libre vs monogamie

Il y a une dernière observation clé que j’ajouterai à ce niveau. Mes meilleures relations avec les femmes impliquent beaucoup d’humour, de rire et de ludisme dès le début. Les choses n’ont pas tendance à bien aller pour les gens qui sont trop sérieux dès le départ. Il y a une certaine désinvolture qui fait fonctionner l’ouverture. C’est particulièrement vrai pour ma femme, qui est la clown le plus drôle que je n’aie jamais rencontrée. Elle et moi nous faisons rire l’un l’autre tous les jours, plusieurs fois par jour. Le rire est un important composant de notre relation, et il occupe aussi une place importante dans mes autres connexions. Il m’a fallu un certain temps pour m’en rendre compte, mais j’ai tendance à être très attiré par des femmes drôles.

Je pense que cet aspect humoristique a encore plus de sens quand on considère les relations libres comme un prolongement de l’amitié. Aimez-vous partager des éclats de rire avec vos amis ? Bien sûr que oui. Même lorsque je vais à une conférence professionnelle, je suis naturellement attiré par les gens amusants qui se trouvent dans la salle. J’aime rire, et j’aime faire rire les autres. C’est donc très naturel d’intégrer cet élément de rire à mon exploration des relations libres.

5. Il est plus sûr de parier sur les personnes impliquées dans des relations libres que sur des célibataires

Si je voulais explorer ou jouer avec une autre personne en dehors de Rachelle, toutes choses étant égales, je préférerais me connecter avec une femme impliquée dans une relation libre plutôt qu’avec une femme célibataire.

Cela semble probablement contre-intuitif. Un partenaire célibataire ne serait-il pas le meilleur choix ? Un tel partenaire n’est-il pas aussi disponible que possible ?

Eh bien… la femme qui a déjà un ou plusieurs partenaires a déjà une certaine expérience sociale. Au moins une autre personne l’a choisie. À mon avis, cela élève un peu plus son statut.

Il est plus risqué de parier sur la femme célibataire. Cela ne veut pas dire que c’est une mauvaise option. Toutefois, il est juste de dire que le risque d’une mauvaise connexion augmente lorsque l’on prend en compte l’information selon laquelle elle n’a actuellement aucun autre partenaire. Tout ce que cela révèle, c’est qu’elle n’a pas l’expérience sociale supplémentaire qu’une femme avec un partenaire. Ce n’est peut-être pas important, mais il y a peut-être de bonnes raisons pour qu’elle soit célibataire.

Se connecter avec une personne célibataire, c’est un peu comme acheter un produit sur Amazon sans avis. Cela ne veut pas dire que le produit est de mauvaise qualité, mais c’est un peu plus risqué que d’acheter un produit déjà bien connu.

S’il est possible de voir cette personne interagir avec un autre partenaire avant de décider de s’engager, c’est encore mieux. C’est mieux parce que cela vous donne plus d’informations pour prendre une décision éclairée, surtout lorsque vous voulez décider si cette connexion sera profonde ou non.

Si une femme a déjà un ou plusieurs partenaires et qu’elle veut se connecter à une nouvelle personne, c’est très simple. Je n’ai pas besoin de lui expliquer mon style de vie. Elle est susceptible d’accepter et de comprendre que j’ai aussi un partenaire. Il est probable que la connexion se fasse sans accroc.

Pour la femme célibataire, je dois faire plus de travail à l’avance pour la convaincre. Je ne sais pas si elle comprendra et acceptera mon style de vie. Et même si elle prétend comprendre, je ne sais pas si elle peut gérer une relation non exclusive à moins qu’elle n’ait déjà de l’expérience dans ce sens.

Lorsque chacun a déjà au moins un autre partenaire, les nouvelles relations ont tendance à être davantage axées sur l’exploration, le ludisme et la connexion, et elles sont moins susceptibles d’être infectées par le besoin. Si une femme a déjà un partenaire stable, ses besoins émotionnels les plus importants sont probablement déjà satisfaits, et elle ne veut pas que je joue le rôle de son partenaire principal. Cela peut rehausser la qualité de la connexion, la rendant plus alignée avec le cœur et l’esprit pour ceux qui recherchent ce genre d’expériences.

Les personnes qui entretiennent des relations libres n’aiment généralement pas les problèmes et sont souvent douées pour repérer les signes avant-coureurs d’un drame potentiel. L’un des grands signes avant-coureurs, c’est quand quelqu’un parle de ses anciens partenaires d’une façon très négative, par exemple s’il est plein de ressentiment ou s’il reconnait des actes de violence. Ce serait un important signal d’alarme pour de nombreuses personnes impliquées dans des relations libres. Elles peuvent toujours se connecter en tant qu’amies, mais elles ne voudront probablement pas aller plus loin parce que le risque de drame est tout simplement trop grand. Cela peut sembler injuste, mais je pense que beaucoup de gens engagés dans des relations libres seraient d’accord pour dire que le meilleur signe de drames futurs, ce sont les drames passés.

Certaines personnes aiment l’excitation supplémentaire qu’un partenaire au parcours dramatique ajoutera à leur vie, mais la plupart de ceux qui ont des relations libres stables et à long terme ont tendance à éviter les drames comme la peste.

Avoir un passé dramatique n’est pas un bouton d’arrêt automatique toutefois. La vraie question, c’est de savoir si quelqu’un a guéri, pardonné les transgressions passées et sorti le ressentiment de sa vie. La personne est-elle prête à explorer une connexion consciente et ouverte avec un nouveau partenaire ?

Les relations libres exigent généralement un choix conscient. Les gens prennent habituellement le temps de bien réfléchir à cette possibilité avant de décider de l’explorer activement. Par conséquent, si quelqu’un explore cette voie, même s’il en est à ses débuts, il est susceptible d’être plus conscient de lui-même que la plupart des gens. Ces personnes sont également susceptibles de mieux communiquer leurs pensées, leurs sentiments et leurs désirs. Une ouverture durable exige en effet une bonne communication.

Il y a bien sûr des gens instables qui entretiennent aussi des relations libres, mais j’ai tendance à ne pas beaucoup les rencontrer parce que nous évoluons dans des cercles différents. Ils finissent généralement par nuire à leur réputation au bout d’un certain temps, la rumeur se répand, puis les gens les évitent.

Maintenant, vous vous demandez peut-être pourquoi quelqu’un voudrait se connecter avec une autre personne de façon non exclusive. Ceux qui sont engagés dans des relations libres ne peuvent pas offrir l’exclusivité comme le peut un célibataire. Si vous trouvez un partenaire extraordinaire et que vous souhaitez avoir une relation exclusive, c’est génial. Cependant, que faire si vous ne trouvez pas cette relation spéciale et exclusive ? Combien de temps devriez-vous attendre ? C’est une situation où une belle connexion non exclusive (ou des connexions multiples) peut vous maintenir dans le flux de l’amour, de l’intimité et de la sexualité.

Comme aime le dire un de mes amis, lequel préféreriez-vous : 100% d’un perdant ou une fraction moindre d’un gagnant ? C’est peut-être un peu dur, mais je pense qu’il a raison. Plusieurs personnes fascinantes sont intéressées par les relations libres, et vous pouvez trouver de telles connexions merveilleuses à explorer, tant que vous pouvez accepter que vous ne serez pas leur seul partenaire. Cela pourrait être plus intéressant qu’une expérience à temps plein avec un partenaire qui vous convient partiellement et qui est disponible à 100% pour vous.

6. L’ouverture augmente l’engagement

L’un des mythes les plus courants au sujet des relations ouvertes, c’est que vous devez être moins engagé envers votre partenaire principal si vous explorez également des connexions intimes avec d’autres personnes. Par contre, quand on y réfléchit, cela n’a pas beaucoup de sens. C’est un mythe facile à dissiper.

Si vous renoncez à toutes les autres amitiés, cela signifie-t-il que vous êtes plus engagé envers votre meilleur ami ? Bien sûr que non, mais cela peut signifier que vous allez être beaucoup plus dans le besoin avec cette seule et unique amitié.

Avez-vous besoin de compter sur la pression sociale pour assurer que votre partenaire principal reste avec vous ? Que se passerait-il s’il avait la possibilité de se connecter avec d’autres personnes dans votre dos ? Cette possibilité vous effraie un peu ? Vous sentez-vous moins en sécurité ? Dans quelle mesure votre relation est-elle engagée si vous devez vous appuyer sur la pression sociale pour la préserver ?

Si votre relation est assez forte pour gérer l’ouverture et que votre partenaire et vous êtes toujours d’accord pour être ensemble, je dirais que c’est un signe d’engagement plus fort que d’essayer d’imposer des règles supplémentaires pour empêcher la possibilité d’une évasion. Si vous avez besoin de ces règles supplémentaires pour sécuriser votre relation, peut-être que l’un de vous cherche à s’échapper. Peut-être que la compatibilité n’est pas aussi forte qu’elle devrait l’être.

Pour conserver une relation libre, vous devez continuer d’y investir. Vous ne pouvez pas tenir votre partenaire pour acquis aussi facilement si la porte à d’autres connexions reste ouverte.

Vous devez également maintenir votre engagement à la croissance personnelle. Soyez une personne attirante et pleine de ressources. Vivez en accord avec vos valeurs. Soyez un choix intelligent pour votre partenaire en présence d’autres options.

Une autre chose qui augmente le sentiment d’engagement, c’est le fait de savoir qu’il n’est pas nécessaire de rompre simplement parce que vous voulez jouer avec quelqu’un d’autre de temps en temps. Si un lien secondaire constitue une menace pour votre relation, alors dans quelle mesure cette relation est-elle sûre ? Une relation flexible peut être plus sûre et plus engagée qu’une relation rigide. C’est la différence entre se plier et craquer sous l’effet du vent.

Les relations monogames invitent aussi à plus de mensonges, surtout lorsque les connexions secondaires sont gardées secrètes (ce qui est incroyablement courant). Une relation moins honnête est-elle plus engagée ? Vous pourriez défendre que c’est le cas si les gens cachent la vérité pour préserver la relation, mais dans ce cas qu’est-ce qu’ils préservent vraiment ? Ils préservent peut-être leur mode de vie, mais leur engagement à l’égard de la relation s’en trouve affaibli.

La question peut également être vue sous un autre angle. J’ai le sentiment que l’ouverture a augmenté mon engagement global envers les femmes. Sur ce chemin, je n’ai pas été en mesure de me cacher derrière une connexion unique avec une femme et de bloquer des connexions plus profondes avec toutes les autres femmes pour le reste de ma vie. La porte reste ouverte, et parfois une autre femme choisit d’entrer et d’explorer une connexion avec moi. Parfois, ces expériences me sortent de ma zone de confort. D’autres fois, il serait plus facile de dire non à l’apprentissage et à la croissance supplémentaires qui découlent de l’établissement de liens avec différents partenaires. Je perçois donc l’ouverture comme le plus grand engagement à prendre, surtout en ce qui concerne mon engagement envers l’apprentissage et la croissance tout au long de la vie.

relations libres

7. Les critiques s’estompent une fois que vous vous engagez définitivement sur votre chemin

Quand je me suis engagé dans cette direction et que j’ai écrit publiquement à ce sujet, j’ai reçu des critiques à la fois positives et (surtout) négatives. Cela a duré un certain temps, et le degré de critique semblait refléter ma propre incertitude.

Au fur et à mesure que je me sentais plus à l’aise dans cette direction et que j’acquérais de l’expérience, j’étais de plus en plus convaincu que c’était le style de relation qui me convenait. Au fur et à mesure que ma confiance augmentait, la critique s’estompait.

Aujourd’hui, je ne reçois presque plus de critique négative. Je ne me souviens pas de la dernière fois où quelqu’un m’a écrit pour critiquer négativement cet aspect de mon style de vie. Et ce, bien que mes anciens articles à ce sujet continuent d’attirer des lecteurs. Très souvent, je reçois des questions de la part de personnes qui s’engagent nouvellement dans cette voie. Je lis également d’intéressantes histoires de personnes qui sont engagées sur ce chemin depuis un bon bout de temps.

J’estime que les meilleurs critiques sont bons pour percevoir mes objections intérieures, et ils reflètent mes objections en retour. Ils s’opposent à quelque chose que je partage parce qu’une partie de moi s’y oppose de l’intérieur. Ils peuvent sentir mon incongruité à des kilomètres de distance, et c’est là qu’ils ressentent le plus grand besoin de faire entendre leur voix.

Cependant, quand je suis un certain chemin assez longtemps pour résoudre mes propres objections, il n’y a pas grand-chose sur lequel un critique peut s’accrocher. Il pourrait toujours me critiquer sur un point, mais normalement ils ne s’en donneraient pas la peine. Ce serait un peu comme critiquer un rocher parce qu’il est un rocher. Le rocher restera imperturbable, et le critique passera simplement pour un insensé pour avoir fait un effort inutile.

D’un autre côté, c’était aussi une bonne leçon en termes d’exploration des désirs. L’ouverture appelle à l’exploration d’un plus grand nombre de désirs ; romantiques, sexuels, sociaux, etc. À quel point vous sentez-vous confiant pour partager vos désirs les plus intimes avec un ou plusieurs partenaires ? Expérimentez-vous des objections internes lorsque vous voulez faire ce que vous voulez ? Si vous expérimentez des objections internes, vous continuerez d’attirer des objections externes aussi. Vous devez donc apprendre à vous approprier vos désirs et à surmonter toutes les objections que vous pourriez avoir à les expérimenter.

Pensez-vous que certains désirs sont trop exigeants ? Pensez-vous que vous devez consentir des efforts supplémentaires pour les expérimenter ? Bien sûr, tout ce dont vous avez vraiment besoin, c’est d’un partenaire consentant, et il y a probablement beaucoup de gens qui seraient prêts à partager une expérience avec vous si seulement ils étaient au courant de votre intérêt.

8. Beaucoup de gens sont secrètement engagés dans des relations libres

Quand j’ai dit publiquement que j’étais engagé dans des relations libres depuis plusieurs années, c’était un peu comme si j’ouvrais la porte à une société secrète à laquelle seules les personnes qui choisissent consciemment cette voie peuvent avoir accès. Des gens que je connaissais depuis des années m’ont rapidement révélé ce que je n’avais jamais su ni même soupçonné à leur sujet. Eux aussi entretenaient des relations ouvertes d’une manière ou d’une autre.

Pourquoi ne me l’ont-ils pas dit plus tôt ? La réponse est simple. Ces gens ne savaient pas si je serais d’accord avec leur style de vie. Les personnes qui entretiennent des relations libres ont tendance à être très allergiques au jugement, et elles ne partageront pas souvent de telles informations à leur sujet à moins qu’elles soient certaines que vous ne porterez pas de jugement à ce propos.

Lorsque j’ai révélé mon ouverture, cela m’a automatiquement permis de gagner le respect et la confiance de certaines personnes. Elles ont eu la certitude qu’elles pouvaient me faire confiance. En effet, elles pouvaient compter sur moi pour avoir une relation basée sur la vérité, mais aussi pour garder leur secret.

Sur cette base, je dirais qu’il y a de fortes chances que vous connaissiez déjà des gens qui entretiennent des relations ouvertes en ce moment. Vous êtes peut-être même des amis proches. Cependant, ils continueront de vous cacher cette vérité jusqu’à ce qu’ils soient certains qu’ils peuvent vous faire confiance. Vous pouvez les rassurer en : (1) ne portant pas de jugement, et (2) en gardant leur secret. Vous devrez généralement faire le premier pas si vous voulez que de telles personnes vous fassent assez confiance pour partager de telles informations.

Cela signifie-t-il que vous devez aussi entretenir des relations libres ? Cela dépend des gens. Certains sortiront probablement du bois s’ils vous voient déclarer votre soutien à leur mode de vie, même si vous ne faites pas de même. D’autres ne partageront la vérité qu’avec de vrais initiés.

9. Il est incroyablement facile de trouver des partenaires

L’une des raisons pour lesquelles je n’ai pas exploré l’ouverture aussi vite que j’aurais dû, c’est que je pensais qu’il serait difficile de trouver des gens qui partagent des pensées similaires. Il s’agissait en fait d’une pensée limitative et elle était fausse.

En fin de compte, il m’a été très facile de trouver des partenaires qui pensaient comme moi. Toutefois, avant cela, j’ai dû franchir un point de non-retour et accepté cette exploration. Je me suis senti très bien accueilli de l’autre côté au cours des premières années.

C’est une autre réalité qui devient plus fascinante au fur et à mesure que vous passez par certains changements d’état d’esprit. Nous avons tendance à compliquer davantage les choses, alors que c’est inutile.

En termes d’actions, il existe deux stratégies qui fonctionnent très bien : faire des invitations et expliquer que vous recherchez des connexions non exclusives. Faites savoir aux gens que vous recherchez des relations libres, que ce soit individuellement ou en groupe.

Si vous remarquez des objections en vous, vous pouvez les lister et les analyser l’une après l’autre. Avez-vous honte d’opter pour l’ouverture ? Pensez-vous que cette pratique est trop immorale ? Avez-vous peur d’être jugé ou rejeté par les autres ? Craignez-vous qu’une personne soit favorable à votre invitation et que vous vous engagiez finalement sur cette voie ? Avez des problèmes par rapport à votre image corporelle ?

Remarquez qu’en dépit de vos objections, des gens comme vous explorent déjà cette pratique. Vous avez peut-être l’impression que pour le faire, il vous faudra opérer un gros changement d’état d’esprit, mais c’est précisément ce changement d’état d’esprit qui vous permettra d’entrer dans ce groupe de personnes. Nous avons tous dû faire ces changements. Nous avons tous fait face aux mêmes objections. Il nous a tous fallu prendre des mesures et affronter nos peurs. Et les peurs ont toutes disparu parce qu’elles étaient irrationnelles.

Le plus difficile, c’est de faire face à votre propre résistance et d’accepter d’opérer le changement d’état d’esprit. Pour trouver de bons partenaires, il faut se concentrer plus sur le travail intérieur que sur l’effort intérieur. Il est plutôt facile de gérer les contraintes externes. En effet, il suffit de dire à une personne que vous l’aimez et de voir ce qui se passe ensuite. Toutefois, il est très difficile de trouver le courage d’agir surtout lorsque vous n’êtes qu’à vos débuts.

10. Les relations libres sont plus pérennes

J’ai entendu quelques personnes prétendre que les relations libres ne sont pas durables. Ces personnes soutiennent qu’en général elles ne durent pas ; une année ou deux au mieux. Je dirais que cela peut être vrai pour quelques personnes. Cependant, je connais plusieurs couples qui s’en sortent plutôt bien depuis de nombreuses années sur ce chemin et qui ne comptent pas rompre. Je connais également des personnes qui s’engagent dans des relations libres année après année et ce, qu’elles changent de partenaire principal ou pas.

Il existe plusieurs façons d’explorer les relations libres, et vous pouvez maintenir ce genre de relations sur le long terme si vous le souhaitez. Je considère évidemment que ce système est stable. De plus, je ne vois pas ce qui me forcerait à retourner à la monogamie. Si mon partenaire et moi pouvons continuer de vivre en laissant la porte ouverte, pourquoi alors la fermer ?

Certaines personnes décident de retourner à la monogamie après avoir exploré l’ouverture pendant une année ou plus. Je ne pense pas que je ferai cela, mais je reconnais que tout est question du choix personnel. J’ai expérimenté la monogamie pendant plusieurs années (sans tromper ma partenaire). Cependant, je pense en avoir définitivement fini avec cette voie et je ne trouve pas pertinent d’y revenir. Est-il possible que je change d’avis un jour ? Je suppose que cela peut arriver, mais pour le moment, je préfère l’ouverture. Cela apporte un éclat supplémentaire à ma vie et me permet de garder les pieds sur terre. Cela donne à l’univers un moyen supplémentaire de me surprendre, de m’émerveiller. Ou simplement de me jouer un mauvais tour de façon occasionnelle.

Je suis reconnaissant pour ce style de relation et spécialement pour ceux qui s’y sont ouvert bien avant moi. Je suis également reconnaissant pour les belles connexions que j’ai eues avec certaines femmes en cours de route. J’aurais peut-être manqué ces connexions, n’eût été le changement de mentalité que j’ai opéré dans cette direction plusieurs années auparavant.

Quelle est votre opinion sur les relations libres ? Avez-vous déjà exploré un tel style de relation ?

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, je vous invite à suivre la vidéo suivante. Elle explique une méthode intéressante pour nouer des relations avec des gens inspirants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *