Polyamour et trafic web

trafic webJ’ai décidé d’écrire cet article parce que je sais que beaucoup de blogueurs sont curieux à propos des détails qu’il contient. Je préfère généralement ne pas trop écrire sur le blogging. En effet, le blogging est pour moi le moyen de faire passer mon message, mais mon message n’est pas centré sur le blogging. Toutefois, j’aime offrir de l’inspiration pour aider les autres blogueurs quand je peux. Je tiens tout de même à préciser que j’ai écrit cet article depuis un bon moment déjà.

Question : Par curiosité, pensez-vous que mon trafic web a augmenté, diminué ou n’a pas changé depuis que j’ai commencé à écrire sur le polyamour et les relations libres ?

Après avoir posté cette question (à l’époque sur les réseaux sociaux), j’ai reçu des dizaines de réponses, et la grande majorité des commentateurs ont prédit que le trafic avait augmenté. Ils avaient raison.

Réponse : Le nombre de pages vues sur le blog a augmenté de 14% depuis que j’ai commencé à écrire sur le polyamour. Il y a plus de lecteurs, plus de commentaire. Les gens sont curieux.

Les pics quotidiens les plus élevés se sont produits après que j’ai publié mon premier article sur le polyamour. Et dans l’ensemble, le trafic web est demeuré élevé après ces pics.

Puisque le trafic de base de mon blog est élevé (des millions de pages vues par mois), il faut beaucoup de nouveaux visiteurs (des dizaines de milliers au moins) pour générer un pourcentage notable. Par conséquent, tout pic qui ne peut pas faire une différence notable n’en vaut pas la peine.

En termes absolus, je m’attendais à une augmentation d’environ un million de pages supplémentaires vues chaque mois.

Le nombre de commentaires et de messages a considérablement augmenté, et les questions relationnelles (polyamoureuses ou non) semblent capter l’attention. Très rapidement des personnes qui étaient déjà sur la voie du polyamour m’ont contacté pour partager des conseils. J’ai aussi participé à beaucoup de discussions de forums avec d’autres membres.

En raison de cette augmentation du trafic web, je vais probablement devoir mettre à jour mon serveur web bientôt. Depuis quelques semaines, les membres du Forum rapportent qu’ils reçoivent des messages sporadiques : « serveur occupé ». Synchroniquement, mon hébergeur vient d’annoncer une nouvelle gamme de solutions d’hébergement qui devrait être idéale pour mes besoins. C’est le bon moment !

Beaucoup de gens m’envoient des courriels privés et d’autres messages pour me parler de leur intérêt pour le polyamour et de leur désir d’en savoir plus, mais ils ne se sentent pas à l’aise pour en discuter publiquement. Je peux le comprendre. S’intéresser au polyamour dans un monde qui s’en cache crée des défis particuliers.

Certaines personnes qui s’intéressent au polyamour ont manifestement des difficultés à accepter leurs véritables sentiments par rapport aux relations, de sorte que leurs pensées sont encore mêlées de honte, de culpabilité et de peur. Je peux comprendre cela aussi.

Ai-je choisi d’écrire sur le polyamour simplement parce qu’il s’agit d’une pratique controversée et que cela pourrait donc apporter plus de trafic web ? Non. Les pages vues ne définissent pas mon estime de soi numérique. Je ne choisis pas des sujets simplement parce qu’ils créeront la controverse. Créer des drames n’est pas mon intention.

J’écris sur le polyamour et les relations libres parce que c’est ce qui me passionne le plus en ce moment. Je sais que lorsque je partage ma passion avec les autres, en leur expliquant ce que j’apprends en cours de route. Les gens y trouvent de la valeur. Au fur et à mesure que je travaille sur mes propres obstacles et problèmes, je suis capable d’aider les autres à prendre conscience des problèmes similaires qui se posent dans leur propre vie. Certes, ce travail est très gratifiant, mais pas parce qu’il est parfois sujet à controverse.

Créer une certaine controverse est inévitable en raison de la nature de mon travail. Parfois, les solutions socialement acceptées ne fonctionnent tout simplement pas pour moi, alors je dois chercher ailleurs. Lorsque je partage des idées et des solutions qui diffèrent grandement de ce que la plupart d’entre nous pouvons croire, les gens ont besoin de temps pour réagir à cela. Cependant, la réaction initiale finit par s’estomper, et ensuite la plupart des gens sont capables de prendre ces sujets au sérieux et de les considérer plus profondément.

Je pouvais donc prédire qu’écrire sur le polyamour susciterait une certaine controverse au début, mais j’avais hâte de traverser cette phase avec un minimum d’agitation, afin que nous puissions avancer vers une exploration plus approfondie et plus sérieuse de la question.

le polyamour

En fait, je me suis dit que les gens qui ne pourraient pas faire face à la question s’énerveraient et partiraient. Ensuite, je pourrais logiquement supposer que ceux qui restent sont réellement curieux d’en savoir plus. Je veux écrire pour des gens qui se soucient vraiment de lire ce que je suis capable de partager. Je n’ai aucune envie de divertir ceux qui ne cherchent qu’une solution théâtrale. Si j’avais voulu créer du divertissement numérique, je serais resté développeur de jeux vidéo.

Je suis heureux de voir que tant de gens (comme en témoigne le pic du trafic web) veulent vraiment en apprendre davantage sur les alternatives relationnelles, même s’ils ne sont pas en mesure de s’exprimer publiquement. Pour ma part, je ferai de mon mieux pour continuer de partager aussi ouvertement et honnêtement que possible ce que j’apprends via mon exploration personnelle.

Je comprends tout à fait que vous ne puissiez pas exprimer un quelconque soutien public à ce que je fais. C’est tout à fait normal. Toutefois, j’apprécie le soutien privé, car cela confirme tout au moins que vous voulez vraiment en savoir plus à ce sujet. C’est bon de savoir que mon travail amène les gens à réexaminer leurs propres relations beaucoup plus consciemment.

Mon but n’est pas de vous rendre polyamoureux. Mon but, c’est de vous aider à regarder de plus près vos relations, à comprendre ce que vous voulez vraiment, à accepter pleinement ce que vous voulez, puis à donner vie à vos désirs. Peu importe si votre modèle relationnel est complètement différent du mien. Votre bonheur et votre épanouissement sont ce qui compte.

Si vous êtes blogueur, vous constaterez probablement que vous êtes plus inspiré lorsque vous partagez votre vraie passion avec les autres, même si vous pensez que les gens vont vous rejeter pour cela. Si vous pouvez être honnête en partageant les désirs de votre cœur, vous découvrirez probablement que beaucoup d’autres personnes ressentent la même chose que vous, et elles seront curieuses d’entendre (de lire) ce que vous avez à dire (à écrire). Elles ne sont peut-être pas encore prêtes à l’admettre publiquement, mais vous pouvez quand même leur montrer que c’est bien d’être qui elles sont.

En vous aimant et en vous acceptant tel que vous êtes, vous montrez aux autres comment s’aimer et s’accepter.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il est évident que les sujets dont traite un blog peuvent avoir une incidence notable sur le trafic web de celui-ci. Ainsi, l’une des questions qui se posent, c’est comment savoir quel contenu publier sur son blog. C’est de cela qu’il est question dans la vidéo du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *