Le développement personnel pour les gens intelligents

Le bonheur d’abord, le reste ensuite

Vivre le bonheur d’abordSi vous exercez un métier, êtes impliqué dans une relation ou adoptez un mode de vie que vous ne faites que tolérer — mais que vous n’appréciez pas — cela veut dire que vous faites passer d’autres préoccupations avant votre propre bonheur.

Le conditionnement social que vous avez subi toute votre vie vous a peut-être convaincu que le fait de sacrifier votre bonheur pour préserver votre solde bancaire, rembourser à temps les entreprises auxquelles vous devez de l’argent ou répondre aux besoins et aux dépenses de tiers est la meilleure façon de vivre.

Vos parents ont peut-être aussi joué un rôle dans ce conditionnement, en vous enseignant l’importance du sens des responsabilités et la nécessité d’avoir un emploi stable.

Si vous réussissez à réaliser ces actions, alors, selon ce conditionnement, vous avez atteint votre but.

Vous faites ce que l’on attend de vous, et personne ne peut vous en vouloir pour cela.

Cependant, tôt ou tard, vous réaliserez que réussir à payer ses factures et à satisfaire les besoins des autres, tout en vous privant d’une vie heureuse qui vous passionne véritablement, n’est pas du tout une réussite.

En fait, il s’agit d’un échec pur et simple.

Si vous vous trouvez dans cette situation, c’est que vous avez très mal compris le jeu de la vie.

Même si l’on vous a convaincu que ces devoirs sont importants, la vérité est qu’ils n’ont pas d’importance particulière pour les personnes qui ont une haute estime d’elles-mêmes et qui accordent un sens positif aux valeurs qu’elles défendent.

Ces personnes ne se soucient pas de savoir combien d’argent vous gagnez, quel type de fournisseur vous êtes, ou depuis combien de temps vous êtes marié à la même personne.

Ce qui les intéresse, c’est autre chose : ce que vous ressentez à l’égard de vous-même et du chemin que vous suivez.

J’ai beaucoup d’amis qui gagnent très peu d’argent, qui ne peuvent ou ne veulent pas avoir un emploi stable et qui ont des relations amoureuses en constante évolution.

Et pourtant, ils vivent une vie épanouie. Je les considère généralement comme des personnes fascinantes et utiles dans ma vie.

J’ai aussi des amis qui ont eu la chance d’expérimenter une énorme réussite financière, d’avoir des carrières brillantes sur plusieurs décennies ainsi que des relations très affectueuses et engagées.

S’ils sont eux aussi épanouis, je suis tout aussi fasciné par leur personnalité et je trouve qu’il serait enrichissant de tisser des liens avec eux.

Cependant, quand je rencontre des personnes qui assument leur responsabilité, mais qui n’ont pas encore réussi à cultiver une vie pleine de bonheur, je ne peux m’empêcher de remarquer le désespoir qui se lit dans leurs yeux, l’engourdissement avec lequel elles parlent, et le jeu d’auto-illusion auquel elles se livrent chaque jour.

Ces personnes se sentent piégées et perdues au point d’utiliser des mots comme « bien » et « OK » pour décrire une situation de dépression et de frustration.

Si vous vous trouvez dans une telle situation, il existe un moyen de vous en sortir, et cela commence par le fait de vous avouer enfin la vérité et de vous plonger dans les endroits sombres où vous pensez que cela peut mener.

ne pas se focaliser les attentes des autres

Acceptez votre situation telle qu’elle est, et surtout, acceptez ce que vous ressentez à son sujet.

La réalité est que l’obscurité que vous craignez n’est en fait pas une chose à craindre.

Oui, vous pouvez être confronté à certains défis, mais c’est ainsi que vous grandirez.

Aimez-vous et appréciez-vous votre travail, aimez-vous et appréciez-vous vos relations, aimez-vous et appréciez-vous votre style de vie ?

Quelle est la vérité ?

Vous ne pouvez pas vous en sortir tant que vous restez dans le déni perpétuel.

L’aide dont vous avez besoin ne peut pas venir de l’extérieur.

Il existe malgré tout un chemin vers la liberté, et celui-ci se trouve de l’autre côté du déni et de l’auto-illusion — du côté de la vérité et de l’acceptation.

À quoi ressemble le bonheur ?

Le bonheur, c’est se réveiller en étant optimiste par rapport à la journée que l’on va vivre.

Quand vous êtes heureux, vous avez du mal à rester au lit une fois réveillé.

En effet, une journée riche en expériences nouvelles et en expression créative vous attend.

Le bonheur est passionnant à contempler.

Le bonheur est la tranquillité qui existe dans l’énergie et le mouvement.

Être heureux ne vous empêche pas de payer à temps vos factures, mais vous ferez de meilleurs choix quant aux factures qui justifient une dépense.

Quelques-unes des factures courantes et dépenses actuelles n’auraient peut-être jamais existé si vous aviez eu une vie heureuse et inspirée dès le départ.

Être heureux ne vous empêche pas de continuer à apporter votre aide aux autres si vous le souhaitez, mais vous le ferez parce que vous le voulez vraiment, et non parce que vous vous sentez obligé de le faire.

Le bonheur ne vous empêche pas d’avoir une carrière stable, mais vous produirez beaucoup plus de valeur en moins de temps, car il inspire la créativité et l’action, et cela est une source d’opportunités — une source qui peut, si vous le souhaitez, vous procurer des revenus abondants.

Rassurez-vous, votre monde ne s’écroulera pas simplement parce que vous avez décidé de faire de votre propre bonheur une véritable priorité.

La réponse de l’univers prendra plutôt la forme d’un soupir : « Qu’est-ce qui t’a pris si longtemps ? »

Chaque fois que j’ai pris des décisions qui répondaient en priorité à mon propre bonheur, il m’est arrivé d’entendre les protestations occasionnelles (parfois fréquentes) de personnes qui s’opposaient à mes choix, mais ces critiques provenaient invariablement de gens qui n’étaient pas heureux dans leur propre vie.

expérimenter le bonheur

Ma décision fait office de rappel douloureux pour eux, mais je peux comprendre, compatir et pardonner ce manque de clarté dont ils font preuve.

Cependant, il existe des objections simulées qui n’existent que dans votre esprit et elles sont bien pires que les objections vocales des autres — la peur simulée de la désapprobation.

En toute honnêteté, qu’est-ce qui compte le plus à vos yeux : l’approbation des autres ou votre propre bonheur ?

Lorsque vous n’êtes pas heureux, cela veut implicitement dire que vous regrettez certains de vos choix, par conséquent personne ne peut valider ces choix que vous regrettez.

Les gens comprendront sans peine que vos priorités sont à l’origine de l’échec lamentable que vous expérimentez dans votre vie.

Si vous privilégiez l’approbation des autres plutôt que votre propre bonheur, vous finirez par n’avoir ni l’un ni l’autre.

Vous serez malheureux, et vous ne pouvez pas vous attendre à ce que quelqu’un vous approuve véritablement sur ce point.

Quelle que soit l’approbation que vous recevrez, elle sera aussi fausse que le bonheur et le contentement que vous prétendez expérimenter.

L’approbation des autres est sans importance, mais si vous réussissez à vous construire une vie heureuse, vous aurez votre propre approbation, et cela compte.

Cette auto-approbation débloquera à son tour les mécanismes de validation de l’univers lui-même, et il inondera votre réalité de nombreuses preuves de sa validité.

Lorsque votre bonheur devient une véritable priorité, vous remarquez très vite que vous expérimentez une forme d’abondance presque ridicule, qui se traduit notamment par des relations heureuses avec d’autres personnes heureuses et séduisantes, un haut niveau de motivation pour vous exprimer de manière créative, et un style de vie qui vous tire du lit avec un « Waouh ! »

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément à tout ce qui précède, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous qui vous révèle une découverte INCROYABLE sur le BONHEUR.

un commentaire

Laisser un commentaire

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels