Inviter à partager des câlins (sans rapports sexuels)

partager des câlinsSuite à mon récent article sur les relations ouvertes, j’ai reçu plusieurs commentaires surprenants, surtout en ce qui concerne les amitiés plus profondes. Une des questions que m’ont posées quelques femmes se résume essentiellement sur comment partager des câlins, comme celle-ci :

J’adore vraiment les câlins, mais j’ai du mal à inviter des hommes pour en partager, parce qu’ils pourraient penser que je cherche à faire l’amour avec eux. Or parfois, j’ai simplement envie de faire des câlins. Comment puis-je demander des câlins sans qu’un homme pense que je lui propose d’aller au sexe ?

Croyez-le ou non, c’est une situation à laquelle des hommes peuvent aussi être confrontés.

À présent, examinons cette situation sous différents angles, car il peut y avoir plusieurs explications à un seul problème.

Communiquez-vous clairement pour partager des câlins ?

Lorsqu’il s’agit de discuter de questions affectives, plusieurs personnes communiquent très mal. Elles s’expriment de manière tellement vague et imprécise qu’il n’est pas surprenant que les gens les comprennent mal. Ces personnes laissent échapper des indices qui prêtent à confusion au lieu d’être honnêtes et franches. Elles laissent sous-entendre au lieu de demander.

Si vous voulez obtenir de meilleurs résultats dans ce domaine, vous devez d’abord apprendre à vous exprimer de manière claire et directe. En fait, même si vous ne vous sentez pas vraiment à l’aise ce faisant, faites-le quand même. Vous finirez par vous y habituer et il y aura beaucoup moins de malentendus.

Est-il difficile de formuler clairement une demande ? Si vous êtes certain que vous voulez simplement partager des câlins et que vous ne souhaitez rien offrir de plus, alors qu’est-ce qui vous empêche de formuler clairement cette demande ?

Par exemple, vous pourriez dire : « j’aimerais vraiment partager des câlins avec vous. Je pense que ce serait vraiment bien d’essayer de me connecter avec vous de cette manière. Je sais que certaines personnes pourraient penser que les câlins mènent au sexe, alors pour que tout soit plus clair, je ne propose que de partager des câlins — rien qui n’ait rapport avec le sexe, d’accord ? Cela vous intéresserait-il de partager des câlins avec moi un de ces jours ? »

N’hésitez pas à reformuler cette phrase comme bon vous semble, afin qu’elle vous paraisse tout à fait naturelle. C’est tout à fait normal d’offrir de partager des câlins tout en faisant savoir que le sexe n’entre pas dans l’équation. La formulation que j’ai adoptée ci-dessus ne met pas l’autre personne sur la défensive, car vous ne l’accusez pas de vouloir aller au sexe, mais vous restez relativement clair quant à ce que vous offrez.

Si vous voulez être encore plus précis, vous pourriez expliquer à l’autre personne ce que vous incluez dans les câlins. Cela implique-t-il les baisers, les caresses ou le retrait de vêtements, par exemple ? Si vous savez que vous avez certaines limites, n’hésitez pas à les communiquer à l’avance.

Si vous ne pouvez pas être aussi précis, c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles vous avez quelques malentendus. Essayez d’être très clair dans ce que vous proposez. Ne vous attendez pas à ce que les gens déchiffrent vos invitations si elles sont trop confuses.

Partager des câlins : Savez-vous précisément ce que vous voulez ?

Et si vous ne savez pas exactement ce que vous voulez ? Et si pour commencer vous offrez des câlins, mais que vous ne savez pas encore si vous aimeriez aller au-delà ?

C’est généralement la situation dans laquelle je me retrouve. La plupart du temps, lorsque je propose à quelqu’un de partager des câlins, je ne peux pas vraiment dire si le sexe entrera en jeu ou non. Généralement, c’est quelque chose que je découvre pendant que je caresse (ou embrasse) une femme, mais pas avant.

Heureusement, c’est également une situation facile à gérer. Encore une fois, soyez honnête dans votre communication. Si vous ne savez pas jusqu’où vous voulez aller, vous pouvez le dire d’entrée de jeu.

Dans ce cas, vous pourriez dire : « j’aimerais vraiment partager des câlins avec vous un de ces jours. Si cette idée vous plaît, faisons cela et voyons ce que nous ressentons. Il n’est pas impossible que je sois intéressé par plus que des câlins, mais je ne voudrais faire que ce qui nous fait du bien à tous les deux. Pas de pression, pas d’attentes ou quoi que ce soit du genre. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Cela ouvre la porte à un échange au cours duquel vous pouvez parler davantage de vos sentiments. Par exemple, vous pourriez discuter de ce que vous êtes tous les deux prêts à faire dès le départ et des possibilités qui s’offrent à vous avant de faire une pause et de faire le point entre vous. Êtes-vous d’accord pour vous caresser l’un l’autre pendant que vous vous câlinez (sur ou sous les vêtements) ? Certains baisers sont-ils autorisés (sur les joues, les bras, les lèvres, etc.) ? Est-ce que l’un d’entre vous restera au-dessus de l’autre, ou allez-vous vous câliner en vous faisant face l’un l’autre ? Et ainsi de suite…

J’ai rarement ce genre de discussions à l’avance parce que je trouve cela inutile compte tenu du genre de femmes avec lesquelles j’ai l’habitude de me connecter. Je n’ai pas de strictes limites dans ce domaine et je suis très ouvert ; je permets aux femmes de me toucher, de me masser, de m’embrasser, etc. Par contre, si je détecte que la femme est réticente et qu’elle a besoin de ce genre de clarification dès le départ, je suis heureux d’en discuter avec elle. En général cependant, je préfère vérifier ses limites pendant qu’on se fait des câlins. Mon intuition dans ce domaine est assez développée, donc je peux dire ce qu’il est possible ou non de faire avec quelqu’un, mais si j’ai le moindre doute, je demande simplement.

L’idée, c’est que les deux parties soient à l’aise et détendues avec tout ce qui se fera. Si une personne est tendue et nerveuse parce qu’elle craint de franchir involontairement la limite, vous pouvez la rassurer en discutant de tout cela, soit à l’avance, soit pendant que vous vous faites des câlins.

Assurez-vous de toujours vous en tenir aux limites de la personne avec laquelle vous vous engagez à partager des câlins. Lorsque vous atteignez ces limites, vous pouvez inviter la personne à s’ouvrir davantage si vous le désirez et ensuite vous respectez ce qu’elle décide.

Si vous n’avez pas de limites strictes, alors ne faites pas semblant d’en avoir. Il est inutile de mentionner des limites qui n’existent pas. Encore une fois, soyez honnête en communiquant ce que vous pensez et ressentez. Au cas où, vous avez certaines limites, n’hésitez pas à les partager. De même, si vous vous sentez ouvert à d’autres possibilités, vous pouvez partager cela. Si vos pensées et vos sentiments changent chemin faisant, n’hésitez pas, également, à le faire savoir lorsque cela se produira.

partager des câlins

Pouvez-vous dire non pour partager des câlins ?

Et si l’autre personne est plus ouverte et que c’est vous qui avez les limites les plus strictes ? Et si l’autre manifeste le souhait d’aller au-delà de vos limites ? Qu’est-ce que vous faites dans ce cas ?

Si vous avez envie de franchir vos limites, vous pouvez dire oui. N’hésitez pas à faire une pause et à dire ce que vous en pensez. De même, si vous êtes nerveux et que vous voulez aller très lentement, dites-le également. Si vous avez besoin d’être la personne qui contrôle la situation, dites-le. Si vous voulez que l’autre personne prenne les commandes, tout en gardant la possibilité d’arrêter les choses si vous vous sentez trop mal à l’aise, alors dites-le.

En revanche, si vous n’avez pas envie de franchir vos limites, dites non lorsqu’on vous invite à le faire. Et faites clairement savoir que vous n’êtes pas partant.

Si l’autre personne ne respecte pas votre volonté, il est temps de vous retirer et de partir. Vous ne voudriez pas récompenser quelqu’un qui manque de respecter vos limites.

Si l’autre personne veut continuer à discuter de la situation et que cela vous convient, alors faites-le. Toutefois, si vous avez l’impression de subir des pressions, dites à l’autre personne que cela ne vous convient pas. Si vous ne vous sentez pas bien par rapport à la manière dont la situation évolue, retirez-vous simplement.

Lorsque vous devez dire non, soyez clair. Pas la peine de dire : « eh bien… Je n’en suis pas si sûr ». Si vous savez que ce n’est pas ce que vous voulez, dites simplement non. Prononcez littéralement le mot non. Notez que le mot non n’est pas synonyme de : « hmmmm, je ne sais pas » ou « laissez-moi y réfléchir ». Le mot « non » ne signifie rien d’autre en dehors de « non ».

Que faire si vous n’êtes pas sûr de ce que vous voulez ? Vous pouvez faire le point dans votre esprit en vous posant les questions suivantes : « est-ce que je pourrais le faire maintenant ? » et ensuite : « est-ce que je devrais le faire maintenant ? »

Vous pourriez faire beaucoup de choses, mais être capable de faire quelque chose ne signifie pas qu’il est judicieux de le faire. La deuxième question est de savoir si vous êtes vraiment prêt à le faire : « est-ce que je devrais le faire maintenant ? Est-ce que j’ai vraiment envie de faire cela ? Est-ce ce que je désire ? » Si la réponse est non, ou même si c’est « Je ne suis pas sûr », alors dites simplement non.

Lorsque vous voulez vraiment le faire, n’hésitez pas à vous lancer, mais ne faites pas quelque chose simplement parce que vous le pouvez. Ne pas répondre non alors que vous voulez vraiment dire non est la porte qui donne sur les regrets.

Bien sûr, si vous ne pouvez pas faire quelque chose, même lorsque vous le voulez, il est encore plus facile de dire non.

Ne soyez pas très surpris si l’autre personne essaie de vous convaincre d’aller plus loin. Les gens le font souvent et il n’y a pas de quoi avoir peur. C’est une partie normale et naturelle de la communication. Si vous avez des limites à faire respecter, c’est à vous de dire non lorsque c’est nécessaire ; ne vous attendez pas à ce que l’autre personne le fasse pour vous. Nous avons tous des limites différentes.

Certaines personnes ont du mal à dire non lorsqu’elles ne sont pas à l’aise. Toutefois, il est possible de contourner leur résistance. Lorsque vous êtes moins crispé et que vous constatez que quelqu’un a des réticences, mais qu’il a du mal à dire non, je vous conseille de faire une pause et d’en parler. Parfois, vous pouvez vous montrer trop prudent, mais il vaut mieux éviter de pousser l’autre personne à faire quelque chose qu’elle regretterait — elle vous en voudra pour cela plus tard.

Communiquez-vous de manière authentique ?

L’autre question que vous devez vous poser lorsque vous invitez quelqu’un à partager des câlins est la suivante : suis-je certain que c’est ce que je veux ou suis-je simplement en train de me servir de cette invitation comme moyen d’accéder à quelque chose de plus important ?

Votre offre est-elle sincère ou s’agit-il d’une manœuvre déguisée ?

Par exemple, lorsque vous proposez à quelqu’un de partager des câlins, êtes-vous sûr que c’est ce que vous voulez vraiment ? Ou êtes-vous simplement à la recherche d’expériences sexuelles en pensant que les câlins vous aideront à parvenir à votre fin ? Essayez-vous d’initier une vraie relation à long terme avec le potentiel partenaire avec lequel vous partagez des câlins ? Ou cherchez-vous quelqu’un pour assurer votre sécurité financière ?

Faites une pause un moment et voyez par vous-même. Êtes-vous sûr d’offrir de partager des câlins pour le plaisir qu’ils procurent et tout ce qui va avec (chaleur, connexion, amitié plus profonde, plaisir du toucher, etc.) ? Ou est-ce que vous considérez les câlins comme étant un point de départ vers autre chose ?

Il n’y a rien de mal à penser aux choses sur lesquelles les câlins que vous partagez pourraient aboutir, mais demandez-vous si ces suites sont plus importantes à vos yeux que les câlins ? Si c’est le cas, il y a de fortes chances que l’autre personne comprenne que vous cherchez vraiment autre chose.

Si vous vous rendez compte que vous recherchez autre chose que des câlins, alors demandez-vous si les câlins sont un préalable nécessaire pour satisfaire votre véritable désir ? Par exemple, il n’est pas nécessaire de faire des câlins en premier avant d’avoir des rapports sexuels. Si vous proposez de partager des câlins, alors que vous êtes plus intéressé par les rapports sexuels, alors votre offre n’est pas très authentique et l’autre personne va probablement s’en rendre compte.

Une autre chose qui peut arriver, c’est que vous en viendrez à projeter vos désirs sur l’autre personne. Ainsi, au lieu de l’inviter simplement à partager des câlins, vous lui faites savoir de manière subtile que vous avez peut-être plus à offrir. Les gens agissent de la sorte lorsqu’ils craignent que leur proposition de partager des câlins ne suffise pas pour obtenir ce qu’ils voudraient ; ils donnent alors des indices pour montrer qu’ils peuvent offrir encore plus.

Laissez-vous entendre que l’autre personne pourrait devenir votre petit(e) ami (e) ? Laissez-vous entendre que les câlins pourraient aboutir sur du sexe ?

Lorsque vous avez un rendez-vous pour partager des câlins, arrivez-vous en étant habillé comme si vous vouliez partager des câlins ou êtes-vous habillé comme si vous étiez très excité et que vous vouliez avoir des relations sexuelles ?

Tant les hommes que les femmes laissent ce genre d’indices, en espérant que cela augmentera leurs chances d’obtenir ce qu’ils recherchent. Les gens font croire qu’ils sont intéressés par le sexe alors qu’ils visent en réalité une relation à long terme ou ils laissent croire qu’ils sont intéressés par une relation à long terme alors qu’ils sont en fait à la recherche d’expériences sexuelles. De telles stratégies de manipulation sont totalement inutiles. Habituez-vous à faire des propositions authentiques et vous verrez qu’il y a beaucoup de gens qui veulent la même chose.

Lorsque vous proposez des câlins, cachez-vous vos véritables désirs ? Est-ce que vous donnez à l’autre personne une chance équitable de répondre à votre proposition sans faire allusion à un autre résultat fictif ?

C’est bien de faire allusion à quelque chose si vous êtes vraiment ouvert à cette possibilité, mais si vous n’offrez pas réellement plus, alors n’y faites pas allusion de manière suggestive.

Si vous n’avez pas l’impression que votre offre de partager des câlins est authentique, ne la faites pas. Offrez plutôt ce qui est authentique à vos yeux.

Je connais quelques hommes qui ne veulent vraiment que du sexe. Ils n’aiment pas particulièrement les câlins. Les histoires d’amour ne les intéressent pas non plus. Ils ne veulent pas s’engager dans de longues conversations. La plupart du temps, ils veulent simplement profiter de l’acte sexuel physique avec un partenaire consentant qui les attire — sans aucun engagement. Et c’est donc ce qu’ils proposent. Lorsqu’ils discutent avec une femme qui les intéresse, ils parlent ouvertement de sexe, souvent dès le premier mot qui sort de leur bouche. Vous pourrez penser que ces gens sont un peu malsains, mais les femmes leur répondent presque toujours positivement, même si elles refusent cette forme de connexion.

Ces hommes respectent les femmes et leur droit de choisir, et pour cette raison, ils sont clairs à propos de ce qu’ils offrent. Ils ne promettent ni ne font allusion à une relation. Ils ne promettent ni sécurité ni amour. Tout ce qui les intéresse, c’est la relation sexuelle. Et généralement ils finissent par avoir beaucoup de relations sexuelles, car il y a aussi beaucoup de femmes qui veulent juste profiter de ce genre de connexions. Même les femmes qui refusent leur offre le font avec élégance et sont même impressionnées par l’authenticité de ces hommes.

Si vous voulez des relations sexuelles, alors assumez ce désir. Ne demandez pas de rendez-vous ou des sessions de câlins. N’entrez pas dans des conversations mentales. Lorsque vous parlez à quelqu’un avec qui vous aimeriez avoir des relations sexuelles, exprimez d’abord et avant tout votre intérêt sexuel. Laissez ensuite l’autre personne réagir comme elle l’entend. Si elle n’est pas intéressée, vous êtes libre de passer à quelqu’un d’autre et vous gagnez beaucoup de temps. Dans le cas où elle est intéressée par votre offre, profitez de la connexion. Si elle a des questions, discutez-en.

J’adore vraiment faire des câlins, alors c’est ce que j’ai tendance à proposer. Si ce n’est pas votre cas, n’essayez pas d’imiter mon approche, car cela ne fonctionnera pas pour vous. Vous ne pouvez pas simplement copier les actions d’une personne et vous attendre au même résultat si vous ne partagez pas ses valeurs ainsi que ses désirs. Les gens sont généralement assez doués pour se comprendre et les offres qui ne sont pas authentiques déclenchent les alarmes internes des autres.

Si vous êtes honnête et authentique en faisant des offres qui correspondent à vos désirs, et si vous respectez la liberté que l’autre personne a de choisir de se connecter ou non avec vous sur cette base, vous ne paraitrez pas effrayant aux yeux des gens. Si vous faites des offres qui ne sont pas authentiques, cependant, vous repousserez les gens.

Mis à part les câlins, j’ai parfois fait des offres plutôt stupides de temps en temps, et elles n’ont pas semblé effrayantes, parce que j’offrais vraiment quelque chose que je pensais être amusant. J’étais tout à fait disposé à entendre un oui ou un non de la part de l’autre personne sans être attaché à un résultat spécifique. Si elle dit non, d’autres personnes répondront oui.

Cette approche fonctionne tout aussi bien lorsque vous êtes dans une relation avec quelqu’un. Soyez clair et direct dans vos offres. N’invitez pas votre partenaire à un rendez-vous romantique si vous voulez simplement faire l’amour. Si vous voulez uniquement faire des câlins, invitez-le à le faire et précisez clairement que vous n’êtes pas en train de faire des préliminaires en vue d’une relation sexuelle.

Et si vous n’êtes pas sûr de ce que vous voulez ; ou si vous aimeriez que votre partenaire prenne l’initiative, vous pouvez également le dire. Cela vous épargnera des maux de tête et vous évitera de perdre du temps. En outre, vous aurez l’opportunité d’expérimenter réellement ce que vous voulez. De plus, si vous et votre partenaire n’êtes pas d’accord sur ce que vous voulez chacun, vous le découvrirez rapidement. Vous pourrez donc vous connecter avec d’autres personnes pour explorer ces désirs au lieu de vous laisser guider par le manque et de vous accrocher à un partenaire désintéressé.

faire des rapports sexuels ou partager des câlins

Pouvez-vous faire confiance à l’autre personne ?

Si vous ne pensez pas pouvoir faire confiance à l’autre personne, ne l’invitez pas à partager des câlins. Les câlins peuvent être un moyen très intime de se connecter et il n’est pas très logique de passer à cette étape dans une relation qui se caractérise dès le départ par un manque de confiance.

Il existe un certain nombre de forums en ligne où les hommes et les femmes discutent de comment mieux manipuler les autres. Dans un forum pour hommes que j’ai récemment visité, des hommes discutaient de la manière dont ils pourraient comprendre les valeurs d’une femme, afin de les utiliser contre elle pour la manipuler et avoir des rapports sexuels avec elle. En somme, l’homme prétend partager les mêmes valeurs que la femme de sorte qu’elle pense qu’il a tout ce qu’elle recherche chez un homme. Ce genre de conneries inauthentiques n’ont pas leur place dans les relations conscientes. Toutefois, il y a beaucoup de gens qui réfléchissent toujours de cette manière. C’est immature comme approche, mais c’est assez fréquent.

Les magazines pour femmes enseignent souvent ce même genre de bêtises — comment savoir ce qu’un homme veut, pour qu’on puisse se faire passer pour la personne qu’il recherche. S’il vous plaît, laissez ces bêtises derrière vous si vous voulez profiter de relations plus conscientes sans tout ce folklore.

Même si vous n’êtes pas un manipulateur, il est judicieux de reconnaître que tout le monde n’est pas aussi conscient de ses choix que vous pouvez l’être.

Si votre intuition vous incite à la prudence ou si vous ne vous sentez pas en sécurité avec quelqu’un, tenez compte de cela. De même, si vous dites non et que l’autre personne ne respecte pas votre volonté, il est temps de vous retirer. Si vous voulez aider l’autre personne à grandir un peu, menez votre coaching à une bonne distance.

Lorsque la confiance est brisée, il est vraiment difficile de la reconstruire et vous devrez chercher à savoir si cela en vaut la peine. Si quelqu’un brise d’une manière significative la confiance que j’ai en lui, je ne lui accorde généralement pas une seconde chance. Pour moi, cela ne vaut tout simplement pas la peine d’en faire tout un plat. Je pardonne rapidement à la personne et je laisse tomber l’affaire, mais après cela je me tournerai vers des relations plus dignes de confiance. Je n’essaie pas de punir l’autre personne. La réalité, c’est que je ne veux simplement pas me déranger pour des relations qui nécessitent énormément d’entretien.

Savoir quand vous pouvez faire confiance à quelqu’un est une compétence que vous redimensionnez avec l’expérience. Si vous n’avez pas beaucoup d’expérience en matière de relations ou si vous ne savez pas quand vous fier à votre intuition, alors je vous suggère d’être un peu plus prudent. Par exemple, vous pourriez inviter quelqu’un à vous faire des câlins sur un canapé lors d’une fête, pendant que vos amis sont là. Voyez ce que cela donne avant d’accepter de faire quoi que ce soit en tête à tête. Vos amis sont là pour vous secourir si quelque chose tourne mal. Une autre option serait de le faire dans un parc public ; vous serez seul dans votre intimité, mais assez près des autres si vous avez besoin de vous retirer.

Par contre, si vous êtes gêné de faire des câlins devant d’autres personnes, demandez-vous si vous êtes en accord avec ce désir ? Si c’est un désir authentique, alors pourquoi vous cacher ? Il n’y a rien de honteux à faire des câlins devant les gens, n’est-ce pas ? Si vous avez des problèmes à ce sujet, lisez l’article suivant. Vous n’avez pas à vous sentir embarrassé de faire des câlins en public.

Si vous avez le chic pour attirer de mauvais partenaires, il est peut-être temps d’améliorer la qualité de votre cercle social. La plupart des relations amoureuses naissent au sein du cercle social d’une personne, et je suppose que c’est également de cette façon que l’on trouve des partenaires avec lesquels partager des câlins. Si vous n’obtenez pas de bons résultats, alors cherchez à savoir l’origine de ces mauvaises correspondances et arrêtez de vous orienter dans cette direction. Ensuite, faites plus attention aux sources qui génèrent les meilleures correspondances, et réclamez-en davantage.

Donnez-vous une signification particulière aux rapports sexuels ?

Si vous invitez quelqu’un à partager des câlins et que cela conduisait au sexe, en quoi cela pose-t-il un problème pour vous ?

Le sexe est-il important pour vous ? Est-ce que vous y accordez un sens particulier ? Aller au sexe avec quelqu’un signifie-t-il pour vous que vous avez entamé une relation ? S’agit-il d’une limite particulière pour vous ?

Ce n’est peut-être pas le sexe en lui-même qui est le vrai problème pour vous. Il se peut plutôt que vous accordiez un sens supplémentaire aux rapports sexuels, et c’est cela qui constitue votre pierre d’achoppement. Au lieu de faire du sexe une barrière, que se passerait-il si vous pouviez abandonner le sens que vous y attribuez ? Ensuite, si vous étiez disposé à avoir des relations sexuelles, ce ne serait peut-être pas si grave si certaines de vos séances de câlins conduisaient à des relations sexuelles.

Lorsque j’invite quelqu’un à partager des câlins, il s’agit généralement d’une invitation ouverte. Je ne me soucie pas particulièrement de savoir si cela mènera ou non au sexe. Je suis heureux de profiter de ce qui nous fait du bien à tous les deux. Si nous faisons l’amour, c’est bien. Si nous ne le faisons pas, c’est bien aussi. Même si nous le faisons en partie et que nous avons du plaisir à nous embrasser ou à pratiquer le sexe oral, c’est bien aussi.

À mon avis, avoir des rapports sexuels n’est qu’un autre moyen d’approfondir notre amitié. C’est une forme de divertissement. Cela ne veut pas dire que nous sommes désormais engagés dans une relation. On a été excité, on s’est fait du bien et on a passé un bon moment ensemble. Les amis font cela parfois. C’est un bon moyen de se connecter lorsque l’attirance est là.

Maintenant, si vous êtes d’accord avec le fait d’avoir des relations sexuelles, mais que vous craignez que l’autre personne puisse y attacher toutes sortes de significations, je vous suggère de discuter de cela dès le début, idéalement avant de passer à l’étape des relations sexuelles. Je connais des gens qui s’arrêteront simplement pour dire : « Que les choses soient claires, je ne suis pas le genre de personne qui s’engage dans une relation. J’aimerais vraiment profiter de cette connexion, mais je ne cherche pas à avoir une relation en ce moment ».

Cela fonctionne bien pour eux. Être clair à ce sujet dès le départ empêche également les personnes de discuter avec leurs amis au sujet de leur lien avec vous tout en y attribuant toutes sortes de significations, ce qui pourrait leur faire perdre la face lorsqu’elles devront dire à ces mêmes amis qu’elles s’étaient trompées sur la nature de la relation. Il est évident que vous ne voudrez pas que quelqu’un dise à tous ses amis que vous êtes devenu son petit ami/sa petite amie pour la simple raison que vous avez eu des relations sexuelles, alors que cela n’a jamais été votre intention.

L’idée ici est qu’il peut être plus utile de gérer le sens que vous et l’autre personne attachez au sexe, plutôt que de s’inquiéter de l’acte sexuel lui-même. Si vous pouvez laisser tomber l’avis socialement conditionné que vous avez par rapport au sexe, vous pourrez peut-être profiter du sexe plus souvent comme une extension agréable des câlins, sans placer l’acte en lui-même sur un piédestal. Le sexe n’est qu’un jeu.

avoir des rapports sexuels

Résistez-vous à votre propre érotisme ?

L’autre problème qui peut surgir réside dans le fait que les gens que vous invitez à partager des câlins peuvent finir par avoir l’envie d’entretenir des relations sexuelles avec vous. Vous êtes peut-être trop sexy.

Vous êtes donc plus sexy que vous ne l’imaginez. Est-ce vraiment un problème ?

Si les gens désirent souvent avoir des rapports sexuels avec vous, mais que vous voulez juste des câlins, alors faites respecter cette limite si possible. S’il s’agit d’un problème auquel vous êtes régulièrement confronté, alors communiquez vos limites dès le départ avec autant de précision que possible.

Acceptez que cela puisse arriver de temps à autre. Tant que vous resterez sexy, certaines personnes voudront avoir des rapports sexuels avec vous. Allez comprendre !

Cela ne constitue pas un problème en soi. C’est juste une partie de votre réalité que vous devez accepter et apprendre à gérer. Vous n’avez pas besoin de résister au fait que les gens désirent avoir des relations sexuelles avec vous. Vous pouvez les laisser vous manifester leur désir sans toutefois leur donner une suite favorable et sans vous en préoccuper.

Il n’est pas impossible que des gens souhaitent se connecter avec vous d’une manière qui ne vous convient pas. À peu près chaque semaine, je reçois des courriels de gens qui veulent discuter de la question du sommeil polyphasique avec moi. J’ai expérimenté le sommeil polyphasique entre 2005 et 2006, et les notes que j’ai prises sur cette expérience ainsi que les articles de blog que j’ai écrits à l’époque demeurent toujours très populaires, mais honnêtement, ce sujet ne m’intéresse plus vraiment aujourd’hui. Donc, lorsque les gens proposent de se connecter avec moi sur cette base, je clique simplement sur « Supprimer » et je passe au message suivant. Je le fais sans aucune culpabilité.

Investissez dans les types de connexions qui vous intéressent et éliminez rapidement les mauvaises correspondances. Si vous recevez beaucoup d’invitations à caractère sexuel, et si cela ne vous intéresse pas pour le moment, alors refusez ces offres sans honte, sans culpabilité et sans regret. Vous êtes libre de poursuivre vos propres désirs, et si les autres ne s’alignent pas sur vos désirs, faites une croix sur eux et passez à autre chose. Donnez-leur la possibilité de poursuivre ce qu’ils désirent, pendant que vous jouissez de ce que vous désirez. Dans le cas contraire, vous serez déloyal envers vos propres valeurs.

Cela devient plus facile avec la pratique et vous finirez par décliner automatiquement les offres inadéquates. Je le fais tous les jours de façon quasi automatique, et c’est si rapide que je me souviens à peine avoir fait cela. Si une connexion tourne mal ou si l’autre personne veut aller dans une direction qui ne m’intéresse pas, je l’abandonne et je passe à autre chose. Cela me permet d’investir plus profondément dans les relations qui correspondent à mes désirs. Si je me laissais embarquer dans la gestion des incompatibilités, je risquerais de manquer l’opportunité d’avoir de meilleures connexions. Essayer de gérer les incompatibilités est beaucoup trop épuisant, et à long terme, cela aboutit sur un échec, car une telle course vous amènera à baisser vos normes, de sorte que vous vous connectez par désespoir, et non par désir positif.

Quand vous prendrez l’habitude de rejeter rapidement les connexions qui ne correspondent pas à vos attentes, vous aurez plus de temps pour vous concentrer sur ce qui vous intéresse. Par exemple, vous pourrez trouver de bons partenaires qui accepteront de partager des câlins avec vous sans avoir besoin de passer à l’acte sexuel — si c’est ce que vous souhaitez.

Vous n’avez donc pas besoin de résister à votre sex-appeal, tout comme je n’ai pas besoin de revenir en arrière et de relire mes articles sur le sommeil polyphasique. Vous pouvez être sexy et réussir malgré tout à inviter des gens à se connecter avec vous de la manière qui vous plaît. Supprimez rapidement les mauvaises correspondances et savourez les merveilleuses connexions.

Pouvez-vous gérer le fait d’être mal compris ?

Supposons que vous fassiez ce que vous croyez être une offre claire, que vous croyez que vous êtes authentique, mais que l’autre personne interprète mal votre offre et suppose que vous offrez beaucoup plus que ce que vous êtes prêt à offrir ? Est-ce vraiment un problème ?

Ce n’est un problème que si vous êtes très attaché au fait de vous faire comprendre. La vérité, c’est que de temps en temps, quelqu’un ne vous comprendra pas. Cela arrive.

Depuis que je tiens un blog, j’ai dû faire face à la réalité suivante : peu importe à quel point j’essaie de m’exprimer clairement, je vais être constamment incompris. Certaines personnes liront dans mes écrits des choses que je n’ai jamais dites. Des gens déforment mes propos, puis d’autres personnes citent ces propos déformés.

Si vous êtes rarement victime de ce genre de choses, alors vous pouvez être choqué lorsque cela se produit. Par contre, un jour ou l’autre, vous réaliserez peut-être que vous ne pouvez pas contrôler la manière de penser des autres personnes. Elles croiront ce qu’elles veulent croire. Certains de ces renseignements seront exacts. D’autres ne le seront pas.

Même si vous faites de votre mieux pour communiquer de manière authentique, les gens comprendront parfois mal ce que vous dites. Cependant, ce n’est pas la fin du monde. Lorsque cela se produit, prenez acte et passez à autre chose.

Faites de votre mieux pour corriger le malentendu en communiquant à nouveau votre position, mais si l’autre personne ne vous comprend toujours pas, c’est soit parce qu’elle ne veut pas ou c’est parce qu’elle en est incapable, alors vous pouvez aussi bien faire machine arrière.

Je suis sûr que vous avez déjà entendu l’expression suivante : la communication est à double sens. Vous faites peut-être de votre mieux, mais si l’autre personne ne fait pas des efforts pour écouter et poser les bonnes questions, vous ne pourrez rien y faire, vous ne pouvez pas assumer à vous seul la connexion.

Une connexion consciente exige que les deux personnes soient disposées et capables de communiquer clairement. Si quelqu’un fait de l’obstruction ou refuse d’écouter, alors il n’est pas disposé et dans ce cas c’est fini. S’il semble disposé, mais ne semble pas comprendre, peu importe à quel point vous vous montrez clair dans votre façon de communiquer, alors il n’en est certainement pas capable, et une fois encore, vous pouvez mettre fin à la connexion. Trouvez la bonne formule pour vous libérer de cette connexion.

Une fois encore être mal compris n’est pas synonyme de fin du monde. Si les malentendus avaient des effets dévastateurs, j’aurais certainement arrêté de bloguer dès ma première année. En fait, un certain nombre de blogueurs qui considèrent ces malentendus comme des problèmes majeurs abandonnent effectivement leur blog dès la première année. S’il est vraiment important, à vos yeux, que les autres personnes vous comprennent toujours, vous allez avoir du mal à profiter d’une réelle abondance sociale. Cela peut vous amener à vivre comme un ermite.

Il est plus réaliste d’accepter que des malentendus peuvent survenir. Et lorsqu’ils surviennent, gérez-les du mieux que vous pouvez. Je trouve que vous gagnerez à prendre ces choses avec humour. Parfois, les malentendus me donnent même de bonnes idées pour de nouveaux articles.

Être exposé aux différentes manières dont les gens peuvent mal vous comprendre peut aussi faire de vous un meilleur communicateur à long terme. Vous serez en mesure de prévoir certains des malentendus les plus fréquents et de prendre des mesures pour les prévenir. Vos résultats ne seront pas parfaits, mais vous pouvez certainement vous améliorer avec le temps.

Ne visez pas la perfection dans ces cas. Ce n’est ni réaliste ni nécessaire. Vous pouvez néanmoins profiter de beaucoup de câlins, malgré certains malentendus, et c’est beaucoup mieux que de ne pas profiter de câlins du tout.

avoir des rapports sexuels

Le plaisir de partager des câlins

L’une des raisons pour lesquelles j’aime commencer mes connexions par des câlins, c’est qu’ils me permettent de déterminer si une femme et moi pouvons créer un lien étroit. Si nous y parvenons, alors nous rehaussons les normes de notre connexion, et le fait de partager ces normes rend tout le reste plus facile. Je peux décrire l’ambiance globale dans une telle relation avec des mots comme attention, appréciation, gratitude, amour inconditionnel et compassion.

Lorsque cette ambiance est en place, une grande confiance est un effet secondaire naturel. Il devient presque impossible d’essayer de se manipuler l’un l’autre parce que cela signifierait que l’on retourne dans la bassesse des normes inférieures. Manipuler l’autre personne est même une chose qui ne vous traversera pas l’esprit. Pour la plupart des gens, les normes de l’amour inconditionnel sont si bonnes que personne ne veut gâcher l’expérience. Les gens sont si captivés par ce merveilleux sentiment qu’ils ne souhaitent qu’une chose : maintenir l’ambiance aussi longtemps que possible.

De même, cette ambiance nous met tous les deux en synchronisation. Étant donné que nous avons les mêmes normes, communiquer de manière précise devient facile et naturel. Nous sommes sur la même longueur d’onde. Nous pouvons parler ouvertement de n’importe quoi, sans peur, honte, culpabilité, ou résistance. De plus, nous pouvons parler de nos désirs, des limites de chacun ou encore des obstacles que nous souhaitons surmonter. Nous pouvons partager n’importe quoi à propos de notre passé. Quand nous sommes en accord avec ces normes, nous n’avons que très peu, voire pas du tout, d’inquiétudes quant au fait d’être jugé ou rejeté. Vous ne pouvez pas vous sentir rejeté si vous êtes trop occupé à vous sentir aimé et profondément connecté.

Dans ces conditions, personne n’a besoin de prendre les devants. Ce n’est pas nécessaire. Il est plus naturel de se détendre et de suivre le courant. Quelqu’un sera inspiré quant à la tournure prochaine que prendront les choses, et cette idée sera presque toujours acceptée par l’autre. Très souvent, les deux personnes pensent à la même chose au même moment. C’est ainsi parce que les idées qui viennent dans ces conditions s’alignent avec l’amour, et non avec le manque ou la peur ou quelque chose du genre. Les idées basées sur l’amour sont très faciles à accepter.

Quand je partage une telle vibration avec quelqu’un, c’est normalement à ce moment-là que nous commençons à intensifier nos rapports sur le plan physique, mais pas nécessairement sexuellement. Généralement, nous sommes tellement en harmonie que personne n’a besoin de proposer quoi que ce soit verbalement. Nous faisons juste ce qui semble naturel. Ce qui fait du bien à l’un de nous fait du bien à nous deux. Je la caresserai et elle sourira. Je regarderai ses lèvres, elle regardera les miennes et on s’embrassera. C’est comme si nos actions étaient guidées par l’énergie de cette vibration.

Même si l’un de nous trébuchait et faisait quelque chose qui mettait l’autre mal à l’aise, ce serait rapidement discuté et pardonné, et on s’adaptera. Dans la pratique, il ne s’agit normalement pas d’une question de limites. Le plus souvent, il s’agit d’un simple cas où l’un des partenaires effectue un mouvement et blesse accidentellement l’autre personne, comme donner un coup de coude dans les côtes. Nous savons tous les deux que l’erreur n’était pas délibérée et donc le pardon est automatique et immédiat.

Si les choses commencent à prendre une tournure sexuelle, nous sentirons normalement la tension sexuelle monter en nous, et nous commencerons automatiquement à suivre son cours physiquement. Cependant, la vibration pourrait tout aussi bien rester non sexuelle. C’est parfois imprévisible, mais c’est toujours beau.

Cela fonctionne également bien avec les relations à trois, mais celles-ci sont plus complexes. Je continue d’apprendre des choses à propos de ce genre de relations. L’une des choses que j’ai remarquées, c’est que ces relations à trois peuvent reproduire des schémas propres aux relations à deux. Par exemple, il peut y avoir une forte augmentation du niveau d’amour entre deux partenaires (sur les 3), puis une augmentation notable de l’énergie sexuelle toujours entre deux partenaires (pas nécessairement les deux premiers). Il peut aussi y avoir des moments où on a l’impression que les trois partenaires partagent la même énergie. Les relations à trois sont plus sensibles étant donné qu’il est relativement facile pour une personne de se désynchroniser des deux autres. J’imagine qu’à mesure que le nombre de personnes qui s’impliquent augmente, la dynamique deviendra encore plus complexe.

Lorsque je partage des câlins avec quelqu’un, je ne me soucie pas de savoir si cela mènera ou non au sexe. Ma première préoccupation est de voir si nous pouvons créer une très belle connexion. C’est seulement lorsque je suis à ce stade avec une femme que je commence à me demander où nous pourrions aller ensuite. Et même dans ce cas, je préfère laisser libre cours au sentiment d’amour et le laisser nous guider.

Cela me semble plus naturel que d’essayer de tout déterminer à l’avance. C’est pour cette raison que lorsque je propose à des gens de partager des câlins, ces offres sont souvent très ouvertes. Je ne peux pas prédire à l’avance où l’énergie de l’amour nous mènera. Et cela ne me préoccupe pas de toutes les manières. Cette énergie me fait tellement plaisir que je me préoccupe davantage d’en créer et d’en profiter ; la manière dont elle se manifeste en termes de résultats n’a point d’importance.

Je crois beaucoup en ces relations basées sur l’amour ; donc quand je m’y embarque, je suis vraiment heureux de me laisser guider par mon intuition. Tout ce que je fais lorsque je me retrouve dans ce mode se déroule très bien ; que cela mène ou non à des rapports sexuels.

Je pense que si les gens se concentraient d’abord sur la création de relations basées sur le cœur, ils n’auraient pas autant de blocages et d’inquiétudes en cherchant à savoir si les câlins pourraient ou non mener à des rapports sexuels. De toute manière, s’il y a un risque que l’introduction du sexe mène à la rupture de la connexion du cœur, vous ne vous en approcherez pas. Mais si la connexion du cœur vous mène au sexe, alors vous pouvez vous détendre et profiter de cette expérience sans regret.

Article original écrit par Steve Pavlina.

J’aimerais compléter cet article avec une vidéo spéciale. Il y a quelques années, j’ai rencontré en personne Steve Pavlina qui a livré en direct son avis sur plusieurs questions, notamment les relations, le développement personnel, etc. Découvrez plutôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :

que peut-on répondre à toujours pas envie de câlins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *