Le développement personnel pour les gens intelligents

Les 15 habitudes à proscrire pour être un couple heureux (Et le rester)

habitudes pour être un couple heureux

Depuis 25 ans maintenant, j’accompagne des couples qui désirent sauver leur union, l’améliorer, la faire évoluer positivement.

Je trouve ces femmes et ces hommes courageux(ses) d’ainsi se remettre en question et tenter de rompre des habitudes nocives, des comportements inadéquats et autres attitudes mettant en danger leurs relations. Et je les admire de vouloir sauver leur couple.

Note : Cet article a été écrit par Jacqueline ARBOGAST du site Jacquelinearbogast.com

gérer ses problèmes de couple

C’est en pensant à eux et à toutes celles et ceux qui ont le désir de vivre une relation de couple heureuse, épanouissante et durable que j’écris ces lignes.

J’ai remarqué un certain nombre de patterns récurrents et communs dès qu’il est question de crise ou problèmes de couple.

Je vous les partage pour que vous soyez attentifs afin de les éviter le plus possible, sinon les éliminer, voire les bannir de votre quotidien.

Je n’évoquerai pas les attitudes extrêmes comme la violence physique, la jalousie, la manipulation, etc.… qui sont de l’ordre, pour moi, du pathologique et nécessite des approches ciblées, spécifiques et individuelles.

Je veux vous parler de personnes comme vous et moi, avec leurs forces, leurs atouts mais aussi leurs limites, leurs blessures, leurs zones d’ombre.

Et d’avance, je vous remercie pour vos commentaires, témoignages, partages, suite à la lecture de cet article.

Les 15 habitudes à éviter dans votre couple

Voici donc les 15 attitudes à ne surtout pas avoir pour une relation durable, saine et réciproque !

Les 2 premières attitudes sont un très bon terreau pour se retrouver dans une dépendance affective !

1. Ne pas s’aimer soi-même

apprendre à s'aimer soi-même

De nombreuses personnes ne s’aiment pas elles-mêmes, que ce soit physiquement, dans leur personnalité, du fait de leur culture, leur milieu social, leur profession, etc…

Aussi lorsqu’elles s’engagent dans une relation, c’est pour se faire aimer car elles ont l’impression que l’amour qu’elles vont recevoir de l’autre va les combler, leur permettre de s’aimer un peu plus…

Mais évidemment, cela n’est pas le cas.

Il est nécessaire de s’aimer déjà soi-même, s’apprécier tel(le) que l’on est, se sentir à l’aise dans la solitude, dans ces différents pans de notre vie, pour éviter d’attirer une personne avec laquelle on aura une relation de dépendance.

Et apprécier chaque jour nos petites réalisations est un bon début !

2. Combler un vide

combler un vide intérieur

Votre vie vous semble « plate » dans certains aspects, peu intéressante à priori, vous avez l’impression que vous ne valez rien, que votre vie est vide ?

Commencer une relation amoureuse peut donner l’illusion de remplir sa vie.

Mais cela restera momentanée…

Car une fois passé la période de passion, vous allez vous retrouver confronté aux mêmes manques qu’auparavant, que l’autre ne pourra jamais remplir et vous serez insatisfait(e)

Se leurrer, s’imaginer un idéal, avoir des attentes (fréquemment démesurées), ne rien donner en retour, autant de poisons dans la relation.

Apprenez à apprécier la vie … Cela vous remplira !

3. Vouloir un idéal, attendre tout de l’autre

Les contes de fées sont des contes de fées ! Ça n’est pas la réalité !

Malgré tout, trop souvent, nous attendons de l’autre qu’il (elle) soit parfait (e), réponde à tous nos besoins, comble nos attentes, nous comprenne magiquement, soit présent(e) adéquatement.

Et du coup, nous lui en voulons s’il (elle) n’est pas irréprochable !

Nous tombons de haut, nous vivons de la déception, de la frustration et du coup, nous allons dans les reproches, les ressentiments vis-à-vis de l’autre qui ne correspond pas à nos fantasmes au lieu de nous remettre en cause dans nos propres imperfections ou de se focaliser sur les atouts de l’autre.

Et nous passons à côté de toute la richesse de l’autre ! Dommage …

Apprenez à voir le beau, bien, bon de l’autre avant de voir ses manques !

4. Ne pas s’investir

J’ai fait des efforts pour la conquérir, pour le séduire, … c’est bien assez. Pourquoi me donner du mal maintenant que nous sommes en couple ?

Si on s’aime, ça devrait aller tout seul.

Pas besoin de faire attention, de me forcer à …

Et il y a un laisser-aller qui s’installe insidieusement.

Autant, auparavant, chacun faisait en sorte de plaire à l’autre, autant maintenant, chacun peut retomber dans un fonctionnement très égocentrique.

Et puis, rien ne me dit que nous allons rester longtemps ensemble…alors …

Pourquoi je chercherai à lui plaire, à lui faire plaisir, à partager, à prendre en charge telle ou telle chose …

Une relation, c’est comme un feu de cheminée ou un jardin ….Ça s’entretient en permanence, ça évolue et ça se modifie. Et ça demande de s’investir !

5. Ne rien donner

C’est normal qu’il (elle) réponde à mes besoins, mes envies et désirs puisqu’il (elle) m’aime !

« Si tu m’aimais vraiment, tu … »

Et je n’ai pas à le remercier puisque c’est normal !

Pourquoi je lui donnerais en retour… au choix :  de l’attention, de la gratitude, des marques de reconnaissance ? Franchement …Et puis quoi encore ?

Dans un couple équilibré, sain, le « lead » va alterner, se compléter dans un objectif de faire une équipe, pas de gagner des points sur l’autre.

Mais ça n’est pas vraiment la majorité !

Chez des conjoints fonctionnant sur la rivalité, il existe plusieurs façons de prendre le pouvoir ou le garder. Et déjà, avoir ce besoin traduit un problème relationnel.

Mettre son désir de tout contrôler de côté ou d’avoir “LE” pouvoir, au profit d’un plaisir partagé, d’une complémentarité basée sur la confiance… c’est découvrir une caverne d’Ali Baba avec tous les trésors que cette alliance peut procurer.

Pourquoi vous en priver ?

6. Être très (trop) exigeant(e)

Ne rien laisser passer, attendre de l’autre le maximum, mettre des règles et les imposer de façon rigide, …parce que c’est comme ça et pas autrement, que c’est nous qui avons raison, que c’est notre manière de faire qui, forcément, est la meilleure….

« C’est moi qui ait raison » et son pendant sous-entendu « Et toi, tu as tort »

Nous ne sommes plus dans l’échange, la collaboration. L’un dicte et l’autre obéit

…ou pas… avec toutes les conséquences que cela amène.

C’est un pouvoir que l’on se donne. Cela maintient une relation dominant-dominé qui est vouée à l’échec.

Cela ne correspond en rien à la fluidité, la réciprocité, la complémentarité qui règne chez un couple sain.

Pensez à vous remettre en question, à savoir lâcher-prise et à choisir vos batailles…

Comme l’a écrit Dominique Glocheux :

« Quand vous discutez avec vos proches, laissez-les gagner. Résistez à l’envie de démontrer que vous avez raison. Laissez les gens triompher avec leur amour-propre. Choisissez d’être heureux plutôt qu’avoir raison. »

7. Ne pas faire confiance à l’autre

Il existe plusieurs scénarios autour de cette attitude.

Le 1er est basé sur des croyances négatives du style :

On le sait bien … »tous les hommes sont des menteurs » et « toutes les femmes sont volages ».

Du coup, j’ai bien le droit de surveiller ses courriels, d’aller dans son téléphone, d’écouter ses conversations, de lui poser mainte et mainte questions sur ses activités…d’être invasif(ve)

J’ai bien le droit de savoir et de m’assurer de ses faits et gestes…on ne sait jamais !

L’autre scénario est que l’on ne croit pas aux capacités, aptitudes, voire expertise de l’autre.

Et que, quoiqu’il (elle) dise ou fasse, je resterais sceptique, je mettrais en doute, j’irais demander d’autres avis, etc…

Une relation basée sur ce genre d’attitude ne peut mener qu’à des conflits et un échec. Une relation de couple, pour être durable et saine, est basée sur une confiance réciproque.

Si vous avez des enfants ou en côtoyez, vous le savez déjà ! Plus vous leur faîtes confiance, mieux ils réussissent.

Appliquez cette technique dans vos relations, vous serez gagnants !

8. Se focaliser sur le négatif

Surtout ne rien laisser passer…la moindre erreur, le plus petit oubli, les défauts et les manques, histoire de démontrer que nous, nous sommes meilleur(e)s.

se focaliser sur le négatif

« Tu le fais exprès!  » « Ça fait 20 fois que je te le dis ! … »

Critiquer l’autre sans cesse permet de gagner de la valeur, de se sentir plus positif face à ce négatif. C’est important pour se sentir soi-même à la hauteur !

Alors pourquoi s’en priver ?

Oui, mais …. Cette attitude n’aide pas l’autre à s’améliorer ou lui donner le goût d’accomplir certaines tâches.

Ça peut même amener des comportements passifs, des retraits, des faux-fuyants.

Il y a un proverbe indien qui dit : “Quand chacun commence à scruter les erreurs de l’autre, les relations cessent.”

Posez-vous la question des dommages que vous semez lorsque vous oubliez de voir le positif chez l’autre .

“Le secret du bonheur en amour, ce n’est pas d’être aveugle mais de savoir fermer les yeux quand il le faut.” Simone Signoret

9. Dénigrer l’autre

dénigrer les autres

Un autre bon moyen de se mettre en valeur, d’attirer l’attention, de se faire remarquer ou être considéré comme une pauvre victime, c’est de dénigrer l’autre dès qu’on est avec d’autres personnes.

Le dévaloriser et se plaindre de tout ! Critiquer tout et rien et surtout l’autre dans sa manière d’être ou de faire.

Ne rien laisser passer.

« Je ne peux rien lui demander ! », « Je ne peux pas compter sur lui », « Ce n’est jamais fait correctement ».

Les autres vont compatir, nous en tirons une satisfaction…Alors pourquoi faire autrement.

Et on sait que le négatif a beaucoup plus de poids que le positif !

N’avez-vous jamais pensé que vous pourriez attirer de l’attention en montrant, évoquant, mettant de l’avant … au contraire, tout ce que vous appréciez chez l’autre ? Vous risquez même de faire des envieux !  😉

10. Manquer de respect

Je me souviens d’une de mes clientes en pleurs dans mon bureau parce qu’elle réalisait qu’elle avait vis-à-vis de son mari une attitude très irrespectueuse et elle en était désolée et s’en voulait énormément.

manquer-de-respect

Elle l’insultait, lui criait après, lui disait des mots blessants, pouvait l’humilier, l’accuser de tous les maux, être agressive dans ses propos.

Et, elle ne se reconnaissait pas ! Elle ne comprenait pas cette attitude qui ne correspondait en rien avec son caractère, ni à sa manière de fonctionner dans ses relations amicales, professionnelles, familiales.

En fait, la différence fondamentale est qu’il y a de l’intimité sexuelle dans le couple, plus que dans n’importe quelle autre relation.

Et c’est comme si cela enlevait des barrières psychologiques de respect, de politesse, de bonne distance, de recul …

Et c’est alors la porte ouverte à beaucoup d’excès, très négatifs qui vont empoisonner les liens.

Cela se retrouve dans les disputes où il y a des éclats, des tons de voix qui haussent, des phrases qui blessent, des reproches à l’emporte-pièce, des exagérations à la limite des mensonges…

Ce sont là de très mauvaises manières d’avoir des conflits qui sont destructeurs à la longue.

Dans toutes relations, il est normal un jour ou l’autre ne pas être d’accord, d’avoir des opinions, besoins, vécus divergents. Il peut y avoir des malentendus, des cumuls qu’il est nécessaire d’évacuer, d’éclaircir.

Par contre, il existe des outils pour se disputer de manière constructive que vous pouvez retrouver sur mon site.

11 – Rivaliser

rivaliser-et-gerer-les-disputes

Vous n’avez jamais remarqué, chez certains conjoints, ce besoin de toujours vouloir le dernier mot, d’en rajouter à son avantage dès que l’un dit quelque chose, d’amplifier, broder, chercher l’action, l’événement qui fera marquer des points comme s’ils étaient en train de disputer un concours ?

On assiste à des joutes verbales, des matchs ou chacun veut briller plus que l’autre.

Je n’appelle pas ça une relation de couple mais un combat entre 2 adversaires !
Bien sûr, cela peut faire partie d’un jeu entre époux si c’est convenu implicitement et/ou explicitement, qu’il y a de l’humour, du plaisir et que c’est ponctuel.

Mais lorsque c’est la routine… cela devient problématique.

Nous nous retrouvons dans un match de “ping-pong verbal”, de joute relationnelle dont le but est de gagner au détriment de l’autre, avoir le dessus, marquer des points.

Alors que ça pourrait être si plaisant si c’était fait avec humour et amour !!!

Juste pour le plaisir de se taquiner et rire et surtout, surtout, ne pas être dans une compétition mais un échange ?

12 – Vouloir changer l’autre

Que ce soit son allure, sa manière de se vêtir, sa coiffure, sa manière de manger, son style de nourriture, sa façon de parler, de conduire, de ranger (ou pas…;-) ),

Tout peut devenir sujet à transformation de l’autre pour qu’il (elle) corresponde à ce que nous pensons être le mieux ou correspondant plus à nos goûts, croyances, critères…

Quand nous ne jouons pas au sauveur (se) pour aider l’autre à être mieux dans sa tête !

Au risque de vous désappointer, sachez que personne au monde (même le meilleur thérapeute, coach qui ont de bonnes intentions et/ou le “meilleur” manipulateur) ne pourront pas changer une personne qui ne le désire pas !

Vous vous heurterez à un mur. Vous serez déçu et ça n’aboutira pas !

13 – Mal communiquer

problème de communication se taire

Une des principales causes de consultation des couples est la mauvaise communication.

  • Parler au tu (qui tue)
  • Être dans l’accusation « C’est de ta faute ! »  » C’est toi qui as commencé »
  • Employer les superlatifs et les généralisations abusives
  • Ne pas vraiment écouter l’autre
  • Faire sans cesse des reproches
  • Se taire
  • Bouder
  • Surenchérir
  • S’enfermer dans le silence
  • Être immédiatement sur la défensive
  • Fuir les discussions, les tensions
  • Etc…

Autant de façons très appropriées pour mal communiquer !

Que celle ou celui qui n’a jamais utilisé un de ses moyens me jette la 1ère pierre !

C’est difficile de ne pas tomber dans un de ces pièges de la communication et cela demande de la vigilance.

Mais ça en vaut la peine !

La mauvaise communication est un poison violent dans le couple.

Heureusement il existe des outils de communication comme ceux que vous pourrez trouver dans mon livre : le dico pour des relations saines

14 – Ne pas prendre ses responsabilités

Dans une relation saine, chacun est responsable de lui (d’elle) à 100%.

C’est une réalité !

Cependant, la plupart du temps, le réflexe est d’accuser l’autre, lui faire porter le chapeau, de le penser responsable de son mal-être, sa mauvaise humeur, son énervement, etc…

Se remettre en cause, prendre du recul, accepter sa part de responsabilité, reconnaître ses torts, pourraient être de bons atouts pour une relation pleine, riche, qui évolue.

Mais les égos sont là, l’orgueil mal placé, certaines formes d’éducation rétrogrades, le narcissisme primaire … C’est plus facile d’accuser l’autre !

Prendre du recul, se remettre en question, prendre sa part des choses, voici 3 comportements à utiliser sans limites, ni accoutumance ! qui vous permettront de maintenir une relation saine et réciproque. Alors, foncez !

15 – Ne pas avoir d’intimité

Une relation de couple sans rapprochement à différents niveaux : du simple regard enveloppant en passant par des gestes tendres, des caresses, des câlins, des retrouvailles sexuelles, etc… va s’éteindre.

C’est comme une plante qui manquerait de soins : eau, engrais, lumière, terre enrichie, rempotage…

Donnez-vous des moments de couple, ce que j’appelle ces “moments-bulles” afin de vous retrouver et de ressentir ce que vous aviez en début de relation : complicité, échanges, plaisir, rires…

Conclusion pour être un couple heureux (et le rester)

Si vous avez lu ces lignes et que vous en sortez démoralisés, rassurez-vous !

C’est un peu comme sur les boîtes de médicaments où sont nommés tous les effets secondaires.

D’une part, il est rare de les avoir tous en même temps et lorsqu’un ou 2 se manifestent, cela permet de pouvoir réagir et faire le nécessaire.

Il en est de même pour les relations.

Je vous ai décrit tous les écueils possibles qui pouvaient se retrouver dans votre relation afin de vous mettre en garde et attirer votre attention.

Souvent nous n’avons pas conscience de certaines attitudes néfastes.

Les reconnaître nous donne la possibilité d’en changer.

Et si vous désirez avoir des outils, je vous invite à lire mon article : les 10 caractéristiques d’une bonne relation.

Une relation de couple demande du travail, de la patience, du temps, du partage, de l’investissement.

C’est un lien mouvant, qui évolue, se transforme au fil du temps.

C’est un beau challenge partagé à 2 qui peut être riche et épanouissant tout en laissant à chacun son autonomie.

Et le résultat en vaut la chandelle !

Jacqueline ARBOGAST du site jacquelinearbogast.com

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
  1. Bonjour Mme Arbogast. Je viens de lire votre article et c’est très intéressant ! Étant donné ma dernière relation qui a duré 7ans avec 2 ruptures et 2 reprises, j’ai reconnu beaucoup de caractéristiques appartenant à cet « EX » qui correspond vraiment à la définition du Pervers Narcissique. Lui aussi, voulais en réalité mon argent et que l’on partage les frais de rester ensemble, c’est à dire, en restant chez lui ! Encore une fois, j’ai été naïve, mais par chance, mes enfants m’ont sauvé ! Oui, vous savez comment j’aime mes enfants et bien pour moi, il n’était pas question que je vende la maison avant que tous les enfants soient partis de la maison. Lorsque enfin, mon dernier enfant a quitté la maison et que j’étais prête à vendre (parce que c’est lui qui m’avait convaincu de vendre) et bien, en mai 2020, il m’a annoncé tout à coup que là, il ne m’aimait plus et qu’il mettait fin à la relation ! Je lui ai dit : Tu n’as aucune empathie envers moi et il a dit OUI c’est comme ça ! J’ai eu un véritable Choc et j’ai dû voir mon médecin pour ajuster ma médication. Maintenant, je vais mieux, mais je me sens encore fragile et c’est beaucoup mieux comme ça ! Il était un manipulateur, il arrivait à me dénigrer et me faire douter de moi. J’agissais de manière à ne pas le contredire, il critiquait tout le temps et je l’endurais comme j’ai tout enduré pour le géniteur de mes enfants pendant 24 ans en pensant qu’il changerait, il avait tellement le tour avec des paroles séduisantes, parce qu’il avait besoin de moi ou plutôt pour mon argent et ça paraissait bien d’être un homme marié et avec des enfants ! Ils nous utilisaient et il m’a utilisé pour avoir des prêts et plus . . Vous comprenez qu’il y a plusieurs qualificatifs et attitudes du conjoint que j’ai connu et pour le moment je travaille sur mon « moi-même » c’est revenir à la base. Apprendre à m’aimer, à prendre confiance en moi, à me respecter et à me faire respecter ! J’apprivoise la solitude, car il n’y a plus personne avec moi dans la maison et je trouve ça vraiment difficile. Encore là, j’ai la chance d’avoir un chat et il m’aide à enjoliver ma vie ! Je fais partie de deux groupes de personnes (surtout des femmes) et nous faisons des activités ensembles et il y en a qui ont vécu des situations comme la mienne ! Ce que j’aime, c’est que ces personnes ne jujent pas les autres, l’ambiance est très conviviale, calme et détendue ! Je ne veux pas nécessairement rencontrer, car je mets en pratique la citation : Vaut mieux être seule, que mal accompagné ! De plus, je suis grand-maman depuis juin et il y a de bonne chance que je le sois encore en 2022, mais cette fois ce serait ma fille ! Alors, je vais être plus à l’aise et c’est moi qui va aller l’aider pour son retour à la maison et prendre soin du petit bébé et de ma fille, bien entendu ! Ça va me revaloriser et me sentir utile ! Je peux vous dire que la thérapie que j’ai fait avec vous m’a aidé et je me suis souvenue de certains enseignements et phrases de vous :  » Tu n’as à géré seulement ce que toi, tu as à géré « . Je vous souhaite que vos rêves et objectifs se réalisent ! Ginette Ricard 🎃 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels