TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Le sommeil biphasique

Note : cet article est une traduction de l’article Biphasic Sleep de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Qualité du sommeilRécemment j’ai décidé de tester le sommeil biphasique, autrement dit dormir en deux cycles distincts pendant chaque période de 24 heures.

Cela ne sera certainement pas ma première expérience sur le sommeil. J’ai déjà écrit sur comment devenir un lève-tôt, et j’ai dormi en polyphasique pendant 5 mois et demi.

Le sommeil polyphasique était une expérience incroyable – mais profondément étrange. Cela impliquait de dormir par tranche de 20 minutes toutes les 4 heures, 24 heures sur 24, ce qui ne faisait donc que 2 heures de sommeil toutes les 24 heures. La première semaine a provoqué une terrible privation de sommeil, mais c’est devenu plus facile une fois que je m’y suis adapté.

Ce que je n’ai pas aimé dans le sommeil polyphasique était sa rigidité. Les siestes devaient être faites en suivant un calibrage très strict, ce qui fait que les activités devaient être intégrées dans des périodes de 3h40 de veille. Je pouvais bouger légèrement les siestes de temps en temps, mais manquer ne serait-ce qu’une sieste pouvait signifier une intense fatigue pendant plusieurs autres cycles. Un autre facteur que je n’ai pas aimé a été l’étrange déconnexion que j’ai ressenti avec les autres êtres humains qui devaient hiberner chaque nuit pendant que j’étais éveillé. Rétrospectivement, je suis vraiment surpris d’avoir réussi à tenir aussi longtemps, mais après le premier mois, c’était devenu une habitude, donc même si c’était un défi, je m’y étais alors globalement habitué.

Mon test de sommeil biphasique

Le sommeil biphasique a de nombreuses variations. La version que je teste va certainement ressembler à quelque chose comme ça :

De minuit et demi à 5h : sommeil principal (4 heures et demi)

De 18h à 19h30 : sieste (1 heure et demie)

Je me sens bien vis-à-vis de la période de sommeil principal. Je pourrais essayer de réduire plus tard la quantité de temps, mais je vais m’en tenir à 4h30 au moins pendant la phase d’adaptation. Je me lève normalement à 5h tous les jours, donc je pense que cela me donne un avantage d’avoir la même heure de lever avec le sommeil polyphasique. Et cela ne semble pas aussi difficile en principe de rester debout quelques heures de plus que d’habitude.

Je ne suis pas sûr du meilleur moment pour faire cette sieste, cependant. J’ai choisi cet horaire en partie d’après ce que j’ai appris auprès d’autres dormeurs polyphasiques à succès, et en partie en fonction de ce qui correspond bien à mon emploi du temps. Mais j’ai quand même envie de l’avancer ou de la retarder un peu selon la façon dont je me sens. Je pense que je vais avoir besoin de quelques expérimentations pour apprendre ce qui fonctionne le mieux pour moi.

D’après les journaux de test de sommeil polyphasique, il semble que s’adapter au sommeil polyphasique soit très doux par rapport à l’adaptation au sommeil polyphasique. Une personne l’a décrite comme une sensation de décalage horaire pendant une semaine. Je pense que je peux gérer cela. J’ai fait en sorte d’avoir un emploi du temps assez léger cette semaine en termes d’obligations, donc c’est une bonne semaine pour faire le test.

Pourquoi le sommeil biphasique ?

Ma motivation est assez simple. Je veux voir si je peux avoir le meilleur des deux mondes ; rester un lève-tôt tout en étant également capable de me coucher tard.

Si je devais choisir l’un ou l’autre, je préfèrerais rester un lève-tôt. J’ADORE me lever avant l’aube chaque matin. J’aime aller à la salle de sport quand ce n’est pas encore bondé ou rentrer chez moi en voiture après quand il fait encore sombre. J’aime boire mon smoothie du matin quand le soleil se lève. C’est super de commencer la journée tôt.

Si je dors alors que le soleil est déjà levé, je me sens paresseux et contre-productif, et ma motivation chute. Si je tombe du lit à 7 heures du matin, j’ai la sensation de commencer ma journée bien en retard.

Mais je vis aussi à Las Vegas, et les gens qui viennent en ville veulent généralement sortir bien après 22h tous les soirs. Il y a beaucoup d’opportunités sociales intéressantes qui nécessiteraient de rester debout après l’heure à laquelle je me couche généralement.

Par le passé je changeais parfois pour devenir un oiseau de nuit pendant un moment, puis je me réadaptais pour redevenir un lève-tôt. Mais je n’aime pas faire cela trop souvent. Parfois je vais refuser des opportunités sociales de nuit parce que je ne veux pas dérégler mes habitudes de sommeil. Je sais que je me sens bien mieux quand je me lève tôt, et je ne veux pas être privé de sommeil le lendemain.

Il y a aussi des choses que j’aime faire qui ne sont pas pratiques pour un lève-tôt, comme aller danser. Rachelle et moi avons passé de supers moments à danser ensemble à la Nouvelle Orléans plus tôt dans l’année, et nous adorerions le faire plus souvent, peut-être en prenant des cours et en apprenant également différents styles. Mais les clubs de Vegas n’ouvrent pas avant 22h, donc pour qu’on puisse le faire, je dois me débarrasser de mon schéma de sommeil.

Donc j’adorerais avoir des habitudes de sommeil qui me permettraient d’apprécier le faire d’être un lève-tôt tout en me permettant de rester debout tard le soir – et sans mettre le bazar dans ma routine et/ou me sentir en manque de sommeil.

Le sommeil biphasique semble être le candidat parfait pour cela, donc je suis impatient de le tester et de voir comment cela se passe. Faire une sieste en fin d’après-midi ne me semble pas être un gros sacrifice, et l’heure de la sieste pourra me laisser une certaine flexibilité. Je pourrais même faire des ateliers d’une journée complète puis faire une sieste après. Je peux aussi probablement sauter la sieste si c’est trop peu pratique et simplement dormir en monophasique la nuit suivante. Et j’ai toujours la possibilité de chambouler mon emploi du temps et de gérer les conséquences après.

Un autre bienfait du sommeil biphasique est que vous pouvez vous en sortir avec moins de sommeil, et certaines personnes disent se sentir bien mieux avec le sommeil biphasique qu’avec le monophasique. Je ne suis pas très concerné par le temps de veille supplémentaire, mais je suis curieux de voir si je me sens plus énergique que d’habitude en sommeil biphasique. Si je me sens bien, je pourrai être plus enclin à le garder.

Le sommeil biphasique est un autre outil que je veux ajouter à ma boîte à outils personnelle. Il pourrait y avoir des moments dans ma vie où cela fonctionne bien et d’autres moments où cela ne sera pas nécessaire. J’ai la sensation d’être actuellement dans une de ces périodes où cela pourrait être très utile.

Autodiscipline vs. Spontanéité

Cela peut être compliqué d’avoir un équilibre sain entre autodiscipline et spontanéité. Si vous êtes trop discipliné, vous pouvez devenir trop rigide et passer à côté de supers opportunités d’évolution. Mais si vous êtes trop spontané, alors votre vie pourrait perdre en organisation et en concentration, et vous pourriez lutter pour vous en sortir. Des efforts disciplinés et concentrés peuvent avoir de merveilleuses conséquences à long terme, comme de multiples flux de revenus passifs qui rendent un travail dévoreur de temps totalement inutile. Cela demande un équilibre minutieux entre ces deux facteurs pour créer une vie de liberté et d’épanouissement.

Si mon schéma de sommeil biphasique fonctionne et que j’aime cela, alors je peux profiter du meilleur des deux mondes ; garder un schéma de sommeil régulier et discipliné tout en étant capable de profiter spontanément de sorties avec mes amis, de soirées pour aller danser, etc. Je sais que pour certaines personnes, rester debout après minuit n’est pas tard, et j’ai eu ma part de soirées qui n’ont pas fini avant l’aube, mais cela ne me rendrait pas heureux de le faire régulièrement. Je l’ai suffisamment fait pendant mon adolescence et un peu après mes 20 ans. Vers 30 ans je suis tombé amoureux de l’autodiscipline.

L’autodiscipline paye avec l’opportunité d’être plus spontané. C’est bien plus facile d’être spontané quand vous avez le contrôle total de votre emploi du temps et n’avez pas besoin d’un travail. Donc si vous aimez la spontanéité, vous feriez mieux de tomber amoureux de l’autodiscipline, ou alors vous allez probablement finir coincé à travailler dur pour réaliser les désirs de spontanéité de quelqu’un d’autre.

Être spontané facilite également le fait d’être discipliné. Si tout ce que vous voyez devant vous est du travail, du travail, et encore du travail, ce n’est pas très motivant. Mais si vous faites l’effort de vous amuser, de voyager au débotté, et de vivre à l’instinct à l’occasion, vous allez brûler beaucoup de stress, et votre motivation augmentera. Le bonheur est bien plus motivant que la tension.

Déjà en cours

J’ai commencé le sommeil biphasique hier, donc j’en suis déjà au jour 2. Hier j’ai fait une sieste l’après-midi puis je suis allé me coucher vers minuit et demi comme prévu. Je me suis levé à 5 heures et je me suis senti un peu plus groggy que d’habitude, mais ce n’était pas si terrible. J’ai suivi ma routine matinale habituelle et je n’ai pas eu le moindre problème. Il est quasiment 13h maintenant, et je me sens encore plutôt bien.

Pour faciliter l’adaptation, je m’en tiens à une alimentation principalement crue (et végétalienne évidemment, comme je le fais depuis plus de 14 ans), avec beaucoup de jus frais, et sans caféine. J’ai préparé 2 litres de jus ce matin (carottes, pommes, cèleri, laitue romaine, pissenlit, gingembre, citron vert), ce qui va m’apporter près de 50% de mes calories avec ce jus. Le bienfait des jus est que cela ne demande que très peu d’énergie à digérer, donc c’est moins fatigant pour mon corps. Je sais de par mon expérience de sommeil polyphasique et diverses expériences alimentaires que quand je mange principalement des fruits et des légumes frais ainsi que des jus frais, je n’ai pas besoin d’autant de sommeil, et je me sens plus énergique pendant la journée. Mon rythme cardiaque est également plus bas quand je fais du sport. Donc je veux profiter de tous les avantages possibles pour minimiser la sensation de privation de sommeil. Je veux quand même faire beaucoup de choses cette semaine, donc je ferais mieux de ne pas être un zombie si je peux l’éviter.

Je ne prévois pas de bloguer chaque jour sur le sujet, mais je pourrais poster une mise à jour de temps en temps si j’ai quelque chose d’intéressant à partager.

Je ne m’engage pas encore à dormir en biphasique un certain nombre de jours. Mon premier objectif est de traverser la période d’adaptation et de voir l’effet que cela a sur moi une fois que mon corps y sera habitué. Une fois que j’aurai vu ce à quoi cela ressemblera, je déciderai si je veux continuer pendant un temps. Si je n’aime pas cela, je ne continuerai pas.

Souhaitez-moi bonne chance !

Crédits photo : © eatcute – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

sommeil biphaiquesommeil polyphasique siestabiphasiquebiphasique sommeilsommeil bi phasiquesommeil biphasic

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *