La spiritualité consciente

Exploration de la spiritualité conscienteJ’aimerais aujourd’hui partager avec vous quelques réflexions et idées sur l’exploration consciente de votre côté spirituel, et pour cela je vais procéder par des questions et des réponses, dans le but de vous aider à explorer votre propre chemin spirituel.

Pourquoi parler de spiritualité ?

J’utilise le terme spiritualité pour faire référence à votre compréhension actuelle de l’univers entier, de l’existence et de votre rôle en tant qu’être conscient. Qui êtes-vous ? Qu’êtes-vous ? Et quel est ce monde (ou cette réalité) dans lequel vous vous trouvez ?

Ce terme n’est qu’une étiquette, ne vous y fiez donc pas et n’y accordez pas trop d’importance non plus. Ce qui compte, c’est le concept qu’il sous-tend. Vous pouvez considérer ce même concept comme votre philosophie de vie, la vue d’ensemble, le sens de la vie, etc.

Que sommes-nous ? Sommes-nous des êtres physiques dotés d’esprits ? Sommes-nous des êtres spirituels ?

Nous sommes ce que nous faisons de nous-mêmes.

D’un point de vue, nous sommes tous des personnes distinctes. D’un autre point de vue, nous pouvons nous considérer comme un tout unifié.

Imaginez une gigantesque feuille d’aluminium avec des milliards de traits minuscules comme doigts saillants. Chacun de nous, en tant qu’individu, est un trait. Ensemble, nous formons la feuille d’aluminium. Vous pouvez choisir entre adopter l’une des deux perspectives, ou alterner entre les deux.

En tant qu’individu, votre pouvoir est limité. Vous ne représentez qu’un trait parmi une multitude d’autres traits. Toutefois, vous avez un angle de vue intéressant sur l’ensemble de la feuille. Aucune autre personne ne voit la même image que vous. Aucune autre personne ne vit les mêmes expériences que vous. L’ensemble des angles de vue de tous ces traits s’ajoute à la conscience de soi de l’ensemble de la feuille. En tant qu’individus, nous aidons cette réalité à se comprendre elle-même.

Cependant, lorsque nous agissons à travers la perspective de la feuille, nous sommes beaucoup plus puissants. Plus nous cernons le fonctionnement de cette feuille, plus nous pouvons consciemment créer des turbulences et des ondulations qui influenceront les autres traits. Toutefois, pour y parvenir, nous devons apprendre à nous élever au-dessus de l’individualité.

La principale raison d’être de ces traits, c’est d’aider la feuille à se comprendre elle-même. Notre plus grande mission est d’explorer cette feuille. Elle est très vaste, presque infinie.

À quel point sommes-nous puissants ?

En tant que trait présent sur la feuille, vous n’êtes pas très puissant. La pensée d’un trait ne requiert pas une grande énergie.

En soi, ce n’est pas une si mauvaise chose. Limiter notre dépense d’énergie nous permet de nous concentrer sur la profondeur. Nous pouvons nous accrocher à nos expériences assez longtemps afin de les explorer en profondeur.

Canaliser trop d’énergie dans les petites explorations serait semblable à faire passer trop de courant dans une ampoule. Vous grilleriez l’ampoule et vous n’auriez plus de lumière.

Lorsque nous canalisons de l’énergie à travers notre conscience individuelle, le courant baisse sensiblement. Ce flux d’énergie réduit crée une stabilité temporaire. Les changements à ce niveau se produisent lentement. Par ailleurs, nous gaspillons aussi une grande partie de cette énergie à travers la peur, la colère, l’inquiétude, les plaintes, le doute et d’autres formes de résistance.

Certains individus peuvent tout de même canaliser un flux d’énergie suffisant à ce niveau en éliminant une grande partie de ces résistances. La plupart des individus, cependant, parviennent seulement à expérimenter un faible flux d’énergie au niveau individuel. Ils sont certes capables de soulever une cuillère, mais ne peuvent pas déplacer une montagne.

Il vous est possible d’augmenter considérablement votre pouvoir, mais pour ce faire, vous devez cesser de trop penser à l’échelon individuel. Vous devez apprendre à penser et à canaliser l’énergie à travers l’ensemble de la feuille, et pas seulement à travers votre propre trait. En apprenant à le faire, vous vivrez des expériences qui semblaient auparavant hors de votre portée. Vos problèmes commenceront à disparaitre tandis que les solutions sembleront surgir de nulle part. Vous vivrez des expériences que vous n’aurez jamais pu imaginer, et il vous faudra peut-être un certain temps pour vous habituer à cela.

Il existe deux stratégies de base pour augmenter votre capacité à canaliser plus d’énergie. La stratégie du travailleur de lumière consiste à canaliser l’énergie de la feuille vers les autres traits. La stratégie du travailleur de l’ombre consiste à puiser l’énergie des autres vers l’individu. Les deux approches aboutissent au même résultat étant donné que le travailleur de la lumière et le travailleur de l’ombre doivent apprendre à canaliser l’énergie à travers la feuille et, ce faisant, chacun d’eux contribue au but ultime de la feuille : comprendre elle-même son propre fonctionnement. Quand on considère la démarche de chacun des deux travailleurs, ils peuvent sembler en désaccord l’un avec l’autre, mais lorsque l’on n’y prête plus attention, l’on remarque qu’ils sont tous deux en phase en ce qui concerne l’exploration de l’existence. Par conséquent, lorsqu’un travailleur de lumière et un travailleur de l’ombre se rencontrent en personne, ils sont susceptibles de se témoigner un respect mutuel dans une certaine mesure parce qu’ils comprennent chacun le but de l’autre. Tous deux sont également conscients qu’il ne s’agit que de phases temporaires.

Pour utiliser une analogie de Star Wars, la lumière ou les ténèbres n’existent pas. La seule chose qui existe, c’est la force, qui n’est rien d’autre que le flux d’énergie qui traverse la feuille. Cependant, nous pouvons limiter dans le temps la façon dont nous utilisons cette énergie pour mieux nous concentrer et apprendre son fonctionnement.

Si vous désirez canaliser davantage d’énergie en tant qu’individu, la première chose à faire est de décider d’explorer le fonctionnement de l’énergie. Chaque exploration que l’on fait a des répercussions qui lui sont propres. Il en est de même pour l’exploration de l’énergie. Si vous pouvez mieux comprendre et accepter les conséquences de l’exploration d’un important flux d’énergie, alors vous pouvez apporter plus d’énergie dans votre vie.

Il est courant d’entreprendre l’exploration d’un flux d’énergie important, de vivre des expériences dans ce sens, puis d’être saisi de peur et de finir par arrêter. Vous pouvez vous attendre à vivre plusieurs fois cette situation parce que certaines étapes vous obligent à améliorer vos pensées, vos sentiments, vos croyances et vos attentes. Pour pouvoir canaliser un plus grand flux, il vous faut accroitre votre capacité à canaliser de l’énergie. Parfois, il vous faudra faire une pause, réfléchir et retravailler toute votre conception des choses. Ce qui était vrai pour vous à un niveau d’énergie plus bas pourrait ne plus l’être à des niveaux plus élevés. Ce qui vous semblait autrefois solide et stable devient plus flexible. Vos anciennes actions n’ont plus les mêmes effets.

Si vous comptez explorer le fonctionnement de l’énergie ou quoi que ce soit d’autre, faites tout ce que vous pouvez pour rendre votre exploration unique. Il y a très peu de bénéfices à copier ou à reproduire de trop près l’expérience de quelqu’un d’autre. Cherchez votre propre et unique conception de l’énergie, ce n’est qu’ainsi que vous pourriez ajouter de la valeur à notre exploration collective.

Sommes-nous mortels ou immortels ?

Vous pouvez être mortel ou immortel.

Vous pouvez même rendre une partie de vous immortelle et l’autre mortelle.

Tous ces aspects sont explorés.

Vous pouvez en toute conscience choisir les aspects de cette existence que vous aimeriez explorer et expérimenter. Ou vous pouvez décider de rester passif et de ne faire aucun choix conscient, mais dans ce cas les choix seront faits pour vous.

Si vous n’êtes pas sûr d’être mortel ou immortel, alors la feuille d’aluminium — c’est-à-dire l’univers — se chargera de choisir pour vous. Vous découvrirez quel a été son choix pour vous lorsque vous mourrez.

Si, cependant, vous décidez consciemment de faire l’expérience d’une existence limitée ou illimitée, vous devez canaliser votre énergie vers le type d’expériences que vous désirez.

Plus vous êtes conscient de votre choix, plus vous serez puissant, et plus grande sera votre capacité à influencer la façon dont vous vivez cette existence. Par conséquent, un bon point de départ serait de canaliser plus d’énergie pour vivre consciemment. Cela vous permet de choisir plus facilement le type d’existence que vous voulez avoir.

Nous réincarnons-nous ? Vivons-nous plusieurs vies ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez le faire, mais ce n’est pas nécessaire. Il existe des milliers de possibilités d’exploration bien plus intéressantes que le simple fait de se réincarner sans fin dans la peau d’un homme ou dans celle d’un animal. Vous pouvez choisir d’exister en tant qu’être non physique pendant un certain temps. Vous pouvez vous dissimuler dans le néant. Vous pouvez explorer une existence divine. Vous pouvez entrer dans une forme d’état onirique. Vous pouvez même devenir un fantôme effrayant si vous le désirez. Si seulement vous arrivez à l’imaginer, alors vous pouvez l’explorer. Laquelle de ces formes de vies désirez-vous vivre ?

Encore une fois, si vous n’utilisez pas votre pouvoir pour faire un choix délibéré pour vous-même, d’autres se chargeront de le faire pour vous. Vous avez déjà vu comment cela fonctionne dans votre vie en tant qu’être humain. Lorsque vous faites des choix pour vous-même, vous participez à l’orientation de votre expérience. Étant donné que votre pouvoir est limité, vous n’aurez en général pas un contrôle absolu sur votre expérience, mais vous pouvez jouer un grand rôle sur la tournure que prennent les choses.

Dans toutes les situations où vous ne faites pas de choix, sachez que ces choix seront faits pour vous. Parfois, vous aurez l’impression que d’autres personnes font ces choix à votre place, tandis que d’autres fois vous aurez l’impression que les choses arrivent par hasard, par coïncidence, par synchronicité ou par chance.

Si vous êtes intéressé par l’idée de vous réincarner en tant qu’être humain, et si vous adoptez une telle croyance, alors vous pouvez vivre cette expérience autant que vous le désirez. Par contre, vous finirez par vous ennuyer de cet état, et vous déciderez d’expérimenter autre chose.

Pourquoi certains problèmes nous tourmentent-ils ? Pourquoi sommes-nous parfois obligés de lutter ?

Nous explorons tous différentes facettes de l’existence. Considérez cela comme des tâches qui nous ont été assignées. Aucune d’entre elles ne pose un problème en soi. Ce sont des expériences par lesquelles nous devons passer. Nous explorons l’existence ensemble et apprenons des choses à ce sujet. Certaines explorations sont faciles. D’autres par contre, le sont beaucoup moins. C’est ce qui caractérise l’exploration.

Considérer une partie de cette exploration comme une punition ou une récompense est une question de perspective. Ce à quoi un explorateur résiste, un autre peut l’accueillir à bras ouverts.

Ce qui nous empêche le plus d’aller de l’avant, c’est le fait de résister aux expériences que l’univers nous assigne. C’est un abus de pouvoir de notre part. Vous êtes un être puissant, mais lorsque vous résistez au présent, vous concentrez votre énergie sur ce à quoi vous résistez, perpétuant ainsi cet évènement ou cette expérience. Vous vous rendez impuissant et confinez en vous le flux d’énergie. D’un point de vue spirituel, vous faites l’équivalent d’un exercice isométrique, un peu comme si vous serriez fermement vos deux mains l’une contre l’autre. Quel en est le résultat ? Beaucoup trop de tension.

Votre pouvoir est orienté par votre attention. Vous avez la capacité de diriger et de concentrer votre attention, et cette capacité vous pouvez l’améliorer avec de la pratique. Vous pouvez enlever votre attention de ce qui vous contrarie et la recentrer (par l’imagination) sur les expériences que vous préférez.

Vous pouvez être une victime de notre exploration collective. Vous pouvez tout aussi bien en être un participant conscient et actif. Le but de notre présence ici, c’est d’explorer et d’apprendre. Si vous avez l’impression que les tâches qui vous ont été assignées sont « merdiques », c’est peut-être parce que vous n’avez pas en toute conscience choisi d’en accomplir de meilleurs. Quelles explorations avez-vous délibérément choisi d’expérimenter ? Même si vous ne choisissez pas vous-même les tâches que vous voulez accomplir, l’action collective de notre champ d’énergie vous enverra quand même des tâches à accomplir. Ces tâches pourraient ne pas être de votre gout, et donc vous pourriez être lent à les accomplir.

La lutte est une leçon clé. Le but de la lutte est de vous apprendre à cesser de porter votre attention sur les choses qui ne vous intéressent pas. En effet, plus vous commettez l’erreur de faire usage de votre pouvoir contre vous-même, plus vous serez puni. Plus vous résisterez à votre propre énergie, plus vous attirerez des expériences que vous ne voulez pas vivre. Cette punition est en grande partie volontaire. Lorsque vous serez prêt à aller au-delà de ce type d’expérience, vous pourrez passer à autre chose.

Il y a un côté positif à cela. Bien que vous vous débattiez, vous nous aidez toujours à explorer. Vous êtes simplement en train d’explorer la lutte et le conflit, et vous n’avez pas à y passer toute votre vie. L’exploration de la lutte vous incitera finalement à désirer canaliser davantage d’énergie. Plus vous vous débattrez, plus vous aurez envie de vivre l’expérience de la canalisation d’énergie.

Êtes-vous prêt à faire l’expérience de la canalisation ou voulez-vous continuer de lutter ? Ne pensez pas qu’il est si facile de répondre à cette question. Le fait de lutter verrouille et stabilise de nombreuses parties de votre vie. Quand on lutte, notre flux d’énergie est bien plus lent que celui qui traverse la feuille. Accepter le flux d’énergie équivaut à s’ouvrir au changement, or tout le monde n’est pas encore prêt à vivre ou suivre un rythme de changement élevé. Beaucoup de gens préfèrent s’en tenir, pendant un certain temps encore, à la stabilité offerte par la lutte.

Comment devez-vous procéder pour aller de l’avant ? Arrêtez de résister à la lutte. Luttez. Et si vous voulez franchir cette étape encore plus vite et avec plus de puissance, alors partagez avec les autres les leçons que vous tirez de votre lutte au fur et à mesure que vous franchissez cette étape. Connectez-vous à d’autres personnes qui luttent comme vous et comparez vos observations. Vivez votre exploration de la lutte comme le ferait un vrai explorateur.

Pourquoi avons-nous créé une religion organisée ? Quel en est l’intérêt ?

Beaucoup de gens naissent dans une religion bien organisée, et c’est cette religion qui les initie à la vie spirituelle. Ils adhèrent à l’idée selon laquelle la vie va au-delà du physique. Le véritable but de la religion est de servir de point de départ général pour l’exploration spirituelle. Tout le monde n’a pas besoin d’un tel point de départ, même s’il peut être utile d’en avoir un. Nous devons tous commencer quelque part.

Les principales religions du monde sont sous-tendues par une multitude de concepts et de pratiques avec d’innombrables branches et divergences à explorer.

Dire que vous croyez en une religion en particulier, c’est comme affirmer que vous croyez en Internet. Cela est peut-être agréable, mais en réalité, affirmer que l’on croit en une religion ne signifie pas grand-chose. Plusieurs religions sont régies par un si grand nombre de textes que vous ne pourrez même pas lire en une vie, de plus ces textes ne concordent même pas les uns avec les autres. Demandez à deux personnes qui pratiquent la même religion ce qu’elles croient réellement — ou plutôt ce que signifie être membre de cette religion — et vous obtiendrez des réponses différentes, avec si vous avez un peu de chance, des conceptions assez vagues qui se chevauchent par endroits.

Si quelqu’un vous dit qu’il croit en la Bible, par exemple, demandez-lui à laquelle des 200 000 à 400 000 versions connues de la Bible il fait allusion. Aucune de ces versions n’est le texte original, et les différentes versions divergent sur les points fondamentaux.

La plupart de nos textes religieux sont basés sur des écrits qui ont été transmis par les cours des rois. Lorsque ces tribunaux se réunissaient et avaient d’intéressantes discussions philosophiques, ils consignaient parfois leurs idées et histoires préférées. Au fil des ans, ces écrits sont devenus des collections plus importantes. Ces textes sont contradictoires étant donné que les cours elles-mêmes ont exprimé une variété d’opinions.

Une bonne raison d’avoir plusieurs religions avec des croyances différentes est que cela donne l’occasion de faire une multitude d’explorations. Il y a certainement au moins autant de variétés à l’intérieur de chaque grande religion qu’il y a de religions en tout. Si la réalité permet d’avoir une grande variété de points de départ, il va de soi qu’il y aura plusieurs possibilités d’exploration.

La raison pour laquelle la religion sert de point de départ n’est pas d’amener à accepter en bloc toutes les croyances. Ce serait de toute façon impossible. Le but est plutôt de vous exposer certaines idées fondamentales, puis d’utiliser ces idées pour initier votre propre exploration.

Au lieu de vous demander ce qui est vrai de façon logique, demandez-vous plutôt ce que vous voulez explorer.

Si vous voulez explorer l’idée d’être un pécheur, de demander pardon puis de recevoir la rédemption, vous pouvez le faire. Si vous voulez prier, méditer ou accomplir divers rituels, vous pouvez le faire. Si par contre, vous voulez complètement ignorer la religion, vous pouvez aussi le faire.

De par leur nature même, les réponses aux questions spirituelles sont objectivement inconnaissables. Vous n’êtes même pas en mesure de prouver que cette réalité n’est pas une sorte de rêve. Et si vous n’en êtes pas capable, alors donc, vous n’avez aucun espoir d’obtenir des réponses objectives à vos questions d’ordre spirituel. Ainsi, le but de la religion n’est pas de fournir des réponses véridiques aux grandes questions ; d’ailleurs en elle-même, elle n’est qu’une plaisanterie. Lorsque nous considérons la religion comme un moyen de rechercher la vérité, nous nous heurtons à toutes sortes de problèmes et de conflits parce que personne ne connait vraiment la vérité à propos de cette réalité, même si nous pouvons très bien faire semblant de la connaitre.

Ainsi, si tant est que la recherche de la vérité spirituelle soit une impasse, que nous reste-t-il alors comme alternative ? Ce qui nous reste, c’est d’explorer et d’expérimenter le spirituel. Nous ne pouvons certes pas connaitre la vérité sur ce sujet, mais nous pouvons tout de même l’explorer, l’expérimenter et participer à sa création.

Le but de la religion est de vous donner un point de départ pour guider votre expérience en tant qu’explorateur. En vous indiquant une direction générale et en vous disant de faire ceci, cela ou toute autre chose, une religion peut vous faire avancer. Et lorsque vous vous sentez prêt, vous pouvez passer à l’étape de l’exploration consciente en étant vous-même aux commandes.

Y a-t-il un Dieu ou non ?

Vous pouvez créer et explorer l’existence de Dieu si vous le voulez, mais ce n’est pas nécessaire.

Dans ce monde, nous créons et explorons toutes les possibilités. Beaucoup d’entre nous créent et explorent une expérience de l’existence de Dieu, tandis que d’autres explorent autre chose.

Certaines personnes explorent l’existence d’un Dieu personnel et d’autres d’un Dieu impersonnel, d’autres explorent l’existence d’un Dieu extérieur et d’autres encore un Dieu à l’intérieur d’eux-mêmes. Toutefois, beaucoup d’autres personnes restent sans explorer l’existence d’un quelconque Dieu.

Certains parmi nous explorent des croyances qui leur font croire : nous avons raison et tout le monde a tort. D’autres explorent des croyances qui leur font affirmer : fondamentalement, nous sommes tous d’accord avec nos croyances spirituelles les plus profondes.

Une chose est claire : cette réalité a besoin d’être explorée. Si nous pouvons imaginer une possibilité, alors nous pouvons l’explorer. Il suffit de pouvoir imaginer un système de croyances et quelqu’un le créera pour inciter les gens à l’explorer.

Voulez-vous explorer une réalité qui inclut l’existence d’un ou de plusieurs dieux ? Si c’est le cas, allez-y et créez cela. Rendez votre Dieu aussi réel que vous le désirez. Sinon, créez autre chose.

Comment pouvons-nous nous sentir en sécurité dans cette vie ?

Faites confiance à l’univers. Faites confiance à cette réalité. Faites confiance à cette existence. De toute façon, il n’y a pas d’autre alternative.

Soit vous faites confiance à cette réalité, soit vous ne le faites pas. Dans ce cas, l’incertitude implique le manque de confiance. Ce type de confiance est soit absolu, soit nul. La notion de neutralité n’existe pas ici.

Vous ne pouvez pas vous servir d’une démarche scientifique pour prendre cette décision parce qu’il faut d’abord comprendre la nature de cette réalité, ce qui est improbable. Il n’y a aucun moyen fiable de savoir si tout ce qui compose cette réalité n’est pas qu’une forme de rêve. Vous pouvez seulement étudier ce qui circule et se manifeste à travers la feuille, mais vous ne pouvez pas atteindre directement la feuille vous-même, du moins pas par le biais d’une science objective. Le défi dans ce cas serait semblable à l’étude et à l’apprentissage de votre cerveau pendant que vous dormez. Certes, par le biais de vos rêves, vous pouvez apprendre un certain nombre de choses sur le fonctionnement de votre cerveau, mais vous ne pourrez pas accéder directement à ce dernier à partir du monde des rêves parce que vous êtes coincé à l’intérieur d’une simulation créée par votre cerveau. Toute science impliquant votre cerveau en ce moment n’est qu’une science fictive. Si donc, vous supposez que le monde des rêves est un monde réel et objectif, alors votre hypothèse impliquerait en fait de créer cette expérience. Pendant que vous rêvez, vous ne pouvez pas apprendre la vérité sur le cerveau parce que la simulation pour essayer de la comprendre pourrait vous envoyer dans des cercles sans fin. Le mieux que vous pouvez faire est de devenir lucide, de réaliser que vous rêvez, puis d’explorer le monde du rêve. Devenez alors un meilleur rêveur.

Vous pouvez toujours étudier et explorer la science dans le monde du rêve. Sachez simplement que vous étudiez la science des rêves, c’est-à-dire que vos découvertes ne sont pas des observations objectives. Dans le monde des rêves, l’observation et la création sont indissociables.

Si vous croyez que l’univers est un espace purement objectif, alors par définition vous êtes un objet. En tant qu’objet, vous pouvez être écrasé, brulé, brisé, etc. Si le fait d’être détruit ou physiquement blessé vous semble menaçant, alors vous ne vous sentirez jamais en sécurité ici. Vous percevrez les menaces qui pèsent sur vous. Vous vous sentirez toujours vulnérable à diverses formes de dommages.

Si vous faites confiance à l’univers, alors quoiqu’il vous arrive, vous supposerez que tout ce que l’univers vous envoie sert en fin de compte vos intérêts. Vous supposerez que tous les évènements et expériences ont un but positif. Cependant, pour vivre cette expérience, il vous faudra créer et explorer l’expérience d’un univers non objectif.

Vous pouvez parfois vous sentir frustré ou mal réagir face aux évènements à certains moments, mais lorsque vous êtes au top, vous pardonnerez et ferez confiance. Il est évident que cela ne sera pas facile, mais si le fondement de votre relation avec cette réalité est la confiance, vous lui accorderez toujours le bénéfice du doute, même si cela vous prend du temps.

Une relation basée sur la confiance vous procure certains avantages. Vous serez moins enclin à utiliser votre pouvoir contre vous-même. Vous chercherez à apprendre de nouvelles leçons dans tous les domaines et vous en apprendrez bien plus. Vous aurez en général une vision positive et optimiste de la vie. Vous serez prêt à prendre plus de risques, surtout en ce qui concerne l’exploration parce que vous vous verrez comme étant en phase avec le cours naturel de la réalité.

Par ailleurs, vous développerez également la maturité qu’il faut pour comprendre que les échecs à court terme ne sont souvent pas ce qu’ils semblent être. Un échec apparent peut en réalité être le point de départ d’une puissante expérience de croissance qui enrichit au bout du compte votre vie et apporte de la valeur à l’exploration collective. En y repensant, combien de personnes n’ont-elles pas fini par affirmer que la meilleure chose qui leur soit arrivée dans la vie a été un cancer, un divorce ou une faillite ?

Ne vous empressez donc pas de qualifier une expérience de négative, nocive ou indésirable. Si vous faites confiance à l’univers, vous trouverez dans toutes les situations un sujet de croissance et d’exploration, y compris celles dans lesquelles vous vous y attendez le moins.

Désirez-vous créer et explorer un univers en lequel vous avez une confiance totale et inébranlable ? Ou préfèreriez-vous explorer un univers pour lequel vous n’avez que des doutes ? Chacune de ces options est valide.

Pourquoi mourons-nous ? Pourquoi la mort existe-t-elle ?

Pour que la vie soit précieuse, il faut que son contraire existe. Il nous est impossible d’avoir une conception de la vie et de la percevoir comme étant précieuse sans avoir aussi une conception de l’absence de vie et de valeur.

L’importance de la mort réside dans ce concept, et non pas dans un concept de date limite ou dans le cadre d’un échéancier. La mort rôde autour de nous comme pour nous rappeler que nous devons vivre, explorer et expérimenter le présent.

Pour explorer tout ce qu’il y a à explorer, toutes les portes doivent être ouvertes et traversées. La mort en est une.

Tout comme nous explorons tous les aspects de la vie, nous explorons également tous les aspects de la mort.

Certains d’entre nous franchissent la porte de la mort et font l’expérience de l’immortalité.

D’autres franchissent cette porte et font l’expérience de la réincarnation.

D’autres meurent et expérimentent le paradis… ou l’enfer.

D’autres encore franchissent cette porte de la mort et font l’expérience du néant absolu et de la désintégration.

Au lieu d’essayer de prédire ce qui vous arrivera après la mort, et si vous utilisiez plutôt votre pouvoir pour faire le choix du type d’expérience que vous voulez vivre après votre mort ? Ne soyez pas une victime de l’expérience, créez-la plutôt.

Qu’aimeriez-vous qu’il se produise après votre mort ?

Voulez-vous vous réincarner ? Si oui, aimeriez-vous repartir à zéro avec une nouvelle vie et sans souvenirs clairs de votre vie humaine précédente ?

Voulez-vous rester immortel ?

Préfèreriez-vous cesser complètement d’exister ?

Vous pouvez toujours revoir vos préférences à tout moment ; vous pouvez changer d’avis à tout moment.

Ma préférence actuelle est de continuer à exister après la mort. J’aime tellement apprendre, grandir et explorer si bien que jusqu’ici, je ne ressens pas le moindre désir d’arrêter de le faire après la disparition de mon corps physique. J’aime aussi me connecter avec d’autres êtres conscients qui partagent ce même désir. Toutefois, je ne voudrais surement pas me réincarner sous une forme humaine. En effet, je serais sans doute trop curieux pour explorer d’autres domaines de l’existence.

Si l’univers est objectif, et que je disparais à ma mort alors je ne serai plus là pour m’en inquiéter. Toutefois, je ne pense pas que nous vivons dans ce type d’univers. Mes expériences et mes explorations indiquent que le fonctionnement de l’univers est plus proche de celui du rêve. La mort est donc (au moins partiellement) une réalité que je crée contrairement à quelque chose qui existe indépendamment de moi. Et si c’est le cas, alors il est important d’utiliser consciemment mon pouvoir pour créer la mort que je veux, au lieu de me conditionner sans le vouloir à vivre une mort que je ne veux pas, de la même manière que les gens utilisent par erreur leur pouvoir contre eux-mêmes se créant ainsi au quotidien des problèmes. Créer une mort non désirée est un peu comme faire un travail que l’on n’aime pas.

J’ai choisi de considérer la mort comme une graduation. C’est une transition vers un autre état et une autre étape de l’existence. J’ai la possibilité d’influencer le déroulement de la phase suivante, tout comme je peux aussi décider quoi faire après ma graduation.

Chaque fois qu’une personne que je connais décède, j’ai l’impression que j’évolue dans l’entrainement que je fais par rapport à la conception de la mort. Il y a deux mois, mon ami Morty Lefkoe est décédé et est passé à une autre phase de l’existence. Je ne le perçois pas comme ayant été effacé de notre réalité. Il m’est difficile de ressentir un sentiment de perte en raison de son décès… ou de celui de n’importe lequel de mes amis. Après leur décès, je me connecte désormais différemment avec leur énergie. Pour moi, ils existent toujours. Je ne peux plus certes les tenir physiquement dans mes bras, mais je peux toujours leur donner des étreintes spirituellement/énergétiquement. Je peux toujours faire l’expérience de communiquer avec eux. Je peux encore les aimer.

Je pourrais décider d’écarter complètement ces gens de ma vie lorsqu’ils meurent ou choisir d’explorer une autre façon d’entrer en connexion avec eux. J’ai opté pour l’exploration parce que je la trouve plus enrichissante et habilitante.

Je pense aussi que la mort peut être retardée pour un certain temps. Cette réalité semble faire évoluer certaines possibilités fascinantes pour prolonger nos vies physiques bien au-delà de ce que nous considérions auparavant comme une durée de vie humaine normale. Je trouve particulièrement intéressant qu’à mesure que je deviens de plus en plus à l’aise avec le concept de la mort (ce qui réduit la peur qu’elle m’inspire), ma réalité semble évoluer dans une direction où la mort physique pourrait être reportée pendant longtemps. C’est exactement comme dans un monde de rêve.

Au fond de moi, je nourris l’espoir de mourir quand je serai prêt à quitter cette vie pour aller de l’avant. C’est du moins mon intention. Toutefois, si la mort me prenait par surprise, je n’en tiendrais pas rigueur à l’univers. L’univers tel que je le conçois a aussi un sens de l’humour, et il a l’air d’apprécier les surprises.

Quel est le but des relations humaines ?

D’autres personnes sont nos co-explorateurs. Nous faisons tous partie de la même feuille d’aluminium, aidant ce monde à s’explorer lui-même. Une partie de cette exploration comprend nos interactions les uns avec les autres.

Toutes les possibilités de relations humaines sont explorées.

Cela inclut les relations caractérisées par l’amour et l’affection… la paix et l’harmonie… la force et le conflit… ou encore le viol et l’inceste.

Nous pouvons être d’accord les uns avec les autres, tout comme le contraire peut également se produire. Nous pouvons partager des étreintes, tout comme nous pouvons nous battre.

Nous pouvons explorer la coopération, la domination et la soumission, ou le pouvoir et l’impuissance.

Nous pouvons approuver ou désapprouver tous les aspects de ces interactions, tout comme nous pouvons aussi explorer et expérimenter l’approbation et la désapprobation.

Nous pouvons explorer la possibilité d’être récompensé et puni.

Nous pouvons nous juger les uns les autres, tout comme nous pouvons nous pardonner et nous accepter les uns les autres.

Nous pouvons explorer la connexion, tout comme nous pouvons préférer la solitude.

Nous pouvons donner, tout comme nous pouvons prendre.

Tout cela est possible. Nous explorons tout cela.

Si vous n’avez pas de préférence particulière par rapport au genre de relations que vous aimeriez avoir avec d’autres personnes, les choix seront faits pour vous. Si vous ne faites rien, vos relations sociales vous seront imposées. C’est une chose parfaitement possible.

Si vous souhaitez explorer autre chose en dehors de vos tâches actuelles, vous avez votre mot à dire. Vous pouvez consciemment choisir les tâches que vous aimeriez explorer, et vous pouvez apprendre à canaliser plus d’énergie dans ce sens pour créer votre exploration. Vous pouvez influencer votre expérience sociale.

Je trouve que c’est un domaine plutôt riche en exploration. J’aime particulièrement faire des explorations avec d’autres personnes qui se considèrent comme des explorateurs conscients.

Pourquoi avons-nous une vie sexuelle ?

La sexualité est un des canaux qui nous rapproche les uns des autres. Lorsque nous ressentons de l’attirance l’un pour l’autre, nous nous connectons, interagissons et communiquons bien plus. Cela se produit que nous fassions ou non quelque chose d’ordre sexuel.

Étant donné que nous sommes appelés à explorer toutes les possibilités, certaines personnes sont très actives sexuellement pendant que d’autres le sont beaucoup moins. Tout ce que nous pouvons explorer sexuellement, nous le faisons.

Nous explorons également les notions d’approbation et de condamnation dans tout le spectre de l’activité sexuelle. Pouvez-vous nommer une forme d’expression sexuelle sans adhérents et sans détracteurs ?

Nous explorons même l’expérience de la désapprobation.

Que désirez-vous explorer en ce qui concerne la sexualité ?

Voulez-vous avoir des rapports sexuels avec un partenaire ? Aimeriez-vous essayer une série de partenaires différents ? Est-ce qu’une exploration libre avec plusieurs partenaires vous intéresse ?

Aimeriez-vous explorer des possibilités perverses ? Voulez-vous vivre des expériences que vous considérez comme étant courantes ? Ou souhaitez-vous essayer des expériences que vous considérez comme étant coquines ou inhabituelles ?

Préférez-vous opter pour l’abstinence, afin de canaliser plus d’énergie vers des activités non sexuelles ?

Tout cela est possible.

Un autre avantage de l’exploration sexuelle, c’est qu’en nous connectant nus avec d’autres personnes, nous pouvons augmenter notre sensibilité aux énergies subtiles. La plupart des personnes qui explorent la sexualité, en particulier avec plusieurs partenaires, ne manquent pas l’occasion de se retrouver dans des rencontres physiques apparemment désirables, mais le flux d’énergie semble toujours leur manquer. Il leur manque quelque chose. Ils s’expriment souvent en ces termes : « Je ne sentais pas de connexion. » Cet état de choses amène les gens à ralentir et à se concentrer sur l’aspect énergétique, spirituel et émotionnel d’une connexion. Lorsque l’énergie d’une connexion circule comme il se doit, le plaisir général de l’expérience est grandement amélioré, même lorsque vous ne vous connectez pas sexuellement avec une autre personne.

Vous pouvez être physiquement nu en compagnie de quelqu’un tout en revêtant toute une garde-robe à travers vos pensées, vos sentiments, vos désirs et vos intentions. Si vous voulez avoir de meilleures expériences sexuelles, la clé est de vous déshabiller complètement et de vous connecter avec des partenaires qui peuvent faire de même. Soyez complètement nus.

Lorsque vous comprendrez l’importance d’être entièrement nu à travers l’exploration sexuelle, vous verrez aussi les raisons pour lesquelles vous devez réduire votre résistance et vous laisser aller à la pleine expérience de la vie.

Pourquoi avons-nous des lois ?

Les lois et les règles ajoutent de la richesse à notre expérience. Peu importe ce que vous aimeriez explorer, vous trouverez surement quelque part une règle ou une loi qui s’y oppose. Vous avez ainsi le choix entre faire votre exploration en tenant compte des règles ou en les passant outre. Vous pouvez être une personne qui suit les règles ou une personne qui les enfreint.

Quelles règles voulez-vous suivre ? Lesquelles voulez-vous enfreindre ?

Quelles sont les règles que vous jugez justes et raisonnables ? Y a-t-il des règles et des lois que vous respectez ?

Quelles sont les règles qui, selon vous, sont déraisonnables ? Y a-t-il des règles et des lois que vous violerez volontiers ?

Que ressent-on lorsqu’on suit les règles ? Que ressent-on lorsqu’on les enfreint ? Que ressent-on lorsqu’on viole sauvagement les règles ? Que ressent-on lorsqu’on crée des règles propres à soi-même… et qu’on les suit ou les enfreint ?

Les règles et les lois rendent plus complexes nos explorations en y apportant des conséquences supplémentaires. Un jour, tard dans la nuit, j’ai conduit pendant au moins une heure à 209 km/h sur l’autoroute 101 en Californie. La limite de vitesse autorisée était de 90 km/h. J’ai exploré pendant un moment le plaisir qu’il y avait à rouler à une telle vitesse. Par la suite, j’en ai exploré les conséquences. En effet, je me suis fait arrêter et j’ai dû payer une contravention de 250 $ pour excès de vitesse.

Lorsque vous violez une règle ou une loi et que vous vous faites punir pour cela, c’est aussi une forme d’exploration.

Lorsque vous violez une règle ou une loi et que vous vous en tirez à bon compte, cette vilaine impression de récompense et de satisfaction fait également partie de l’exploration.

Dans cette réalité, nous explorons les actions et les conséquences. Nous explorons les récompenses et les punitions. Nous explorons la chance et la malchance. Nous explorons la possibilité de fuir et de faire face à la justice. Nous explorons l’évasion et la recapture. Nous explorons la rétribution et la réhabilitation. Nous explorons les secondes chances et les récidives.

J’aime le fait que les règles et les lois existent parce qu’elles me font prendre davantage conscience de mon opinion par rapport à un sujet. Lorsque je me heurte à une règle ou à une loi, j’ai tendance à faire une pause et à clarifier mes sentiments par rapport à la décision que je dois prendre. Quand il y a plus de conséquences en jeu, je suis plus susceptible de réfléchir encore plus.

Un autre avantage des lois et des règles, c’est qu’elles peuvent créer une forme de frontière pour vos décisions lorsque vous décidez d’obéir à la plupart d’entre elles. Cela peut vous aider à mieux vous concentrer, afin que vous ne vous perdiez pas dans une mer de possibilités infinies. Il est plus facile de prendre de bonnes décisions lorsque nous réduisons l’espace de décision.

J’aime aussi le fait que les lois et les règles m’aident à explorer l’audace et le courage. Lorsque je suis confronté à une règle ou une loi que je désapprouve, et que je décide de la violer consciemment, même si j’accepte le fait qu’il puisse y avoir des conséquences, cela peut m’aider à me sentir plus fort et plus courageux au fur et à mesure que je mets en œuvre ma décision.

Parfois, vous serez confronté à des décisions qui ne sont pas illégales et qui ne violent aucune règle écrite, mais qui peuvent quand même violer les conventions sociales ou familiales. Vous êtes libre de suivre ces règles ou de les violer.

Je considère les règles et les lois comme étant les agents de la circulation de ce monde. Elles amènent certaines personnes à explorer un côté d’un point de décision, tandis que d’autres personnes sont invitées à explorer l’autre côté. Dans de nombreux cas, je comprends que de telles lois existent parce qu’elles aident à équilibrer l’exploration de ce monde. Si nous nous considérons comme étant les ressources dont ce monde dispose pour l’exploration, alors les règles et les lois sont un mécanisme d’allocation des ressources.

Pourquoi avons-nous des personnalités individuelles ?

Votre personnalité individuelle est un filtre expérientiel. Le caractère unique de votre personnalité vous permet de créer et d’explorer des expériences uniques. Même lorsqu’un grand nombre de personnes vivent le même évènement au même moment, du fait de leur personnalité unique, elles peuvent interpréter cet évènement de diverses façons. Cela ajoute de l’envergure et de la richesse à notre exploration collective.

Si vous voulez être un meilleur explorateur, renforcez votre personnalité. Embrassez et améliorez votre caractère unique. Une perspective unique ajoute plus de valeur à nos explorations qu’une perspective commune. Ces types d’explorateurs se font souvent assigner les tâches de choix.

Comment pouvons-nous créer et expérimenter plus d’abondances ?

Tout d’abord, reconnaissez que l’abondance n’est pas une chose que vous ne pouvez pas vraiment créer au niveau individuel. Vous ne pouvez pas tracer votre chemin vers l’abondance via une chaine de causalité à l’échelle humaine. Il ne s’agit pas de gagner assez d’argent ou d’acquérir assez d’actifs. Si vous avez l’impression que vous n’en avez pas assez maintenant, même si vous en ajoutez, vous penserez toujours la même chose. En fait, plus vous faites de nouvelles acquisitions, plus vous en voudrez.

L’abondance est le résultat de la façon dont vous canalisez votre énergie. Si vous canalisez votre énergie vers le manque, vous attirerez davantage le manque. Il est tout à fait possible d’explorer le manque, et si c’est vers cela que se dirige votre énergie, vous vivrez le manque au cours de votre existence. L’univers assigne comme tâche à certains d’entre nous l’exploration du manque, et si votre énergie circule déjà dans cette direction, vous pourriez aussi bien faire partie de ceux-là qui nous aident dans l’accomplissement de cette tâche.

Si vous résistez au manque, vous ne ferez qu’y converger plus d’énergie, car vous devez y penser et ressentir des émotions par rapport à cela avant d’être en mesure de développer de la résistance. Vos pensées et vos sentiments canalisent l’énergie. Par conséquent, si vous voulez arrêter de créer le manque dans votre vie, vous devez cesser de canaliser votre énergie dans cette direction, ce qui signifie que vous devez cesser d’être obsédé par le manque. Vous devez également commencer à canaliser votre énergie vers autre chose en dehors du manque.

En ce qui me concerne, j’ai compris à un moment donné qu’en résistant au manque, je ne faisais que le rendre plus fort. J’ai donc commencé à faire le contraire. J’ai commencé à être reconnaissant pour cela. J’ai commencé à l’accepter. J’imaginais avoir une belle vie bien qu’étant fauché, sans abri, avec peu voire pas de possessions du tout. Bien sûr, une partie de moi résistait encore intérieurement à cette idée, mais j’ai continué à supprimer cette résistance en envoyant un contre-signal avec une fréquence opposée.

Voici comment vous pouvez procéder pour mettre fin à l’expérience du manque — ou à toute autre forme d’expérience que vous avez créée et à laquelle vous résistez. Au lieu de vous opposer à l’expérience, vous devez l’accueillir et l’embrasser. Soumettez-vous à elle. Voyez combien c’est amusant.

Arrêtez d’essayer d’utiliser votre pouvoir pour repousser le flux d’énergie qui circule déjà. Plus fort vous poussez, plus fort l’univers repoussera cette énergie dans le sens inverse. Ainsi, si vous êtes en situation de manque, et que vous repoussez le manque, vous vous retrouvez dans une impasse.

Au lieu de ramer à contrecourant, ramer dans le même sens que le manque, du moins au début. Vous irez plus vite de cette façon, et votre énergie se décuplera, car vous récupèrerez de la vitesse du flux préexistant. Par conséquent, si vous vivez le manque, alors dites un grand oui au manque. Laissez-le exister. Laissez-vous envahir par le manque. Dites-vous que c’est exactement ce que vous désirez vivre en ce moment.

Cette seule approche vous sera d’une grande aide. Si vous l’appliquez bien, vous ressentirez un sentiment de soulagement. Vous vous sentirez beaucoup plus léger. Vous pourriez même commencer à rire de vous-même et de la situation en question. Les gens pourraient penser que vous êtes devenu fou, mais vous vous sentirez plus fort. Vous aurez l’impression de reprendre le pouvoir de décision.

Une fois que vous sentez que vous avez cessé de résister au manque, vous pouvez commencer à diriger votre énergie vers la création de l’abondance. Vous pouvez le faire en utilisant le flux d’énergie positive que vous générez avec le manque et en entreprenant de le transformer. Ne changez pas automatiquement de trajectoire et ne ramez pas non plus à contrecourant. Commencez plutôt à pousser, peu à peu, le manque sur le côté.

Une excellente façon d’y parvenir est de pratiquer la gratitude. Voyez la semence d’abondance qui existe déjà à travers votre expérience du manque. Commencez à apprécier tout ce que vous pouvez dans votre vie. Appréciez chaque bouchée de nourriture, chaque bouffée d’air et chaque sourire. Faites une promenade et appréciez le fait d’être dehors. Remarquez la riche vie que vous avez déjà.

Chaque fois qu’une pensée opposée vous vient à l’esprit, efforcez-vous de lui permettre d’être là. Remerciez-la d’être là. Pardonnez-lui le fait qu’elle vous importune. Moquez-vous de vous-même pour avoir eu cette pensée. Surtout, ne la combattez pas. Ne vous disputez pas avec elle. N’y résistez pas.

Si vous appliquez suffisamment cet exercice, vous pourrez finalement surmonter le manque et explorer l’abondance. Il est important de noter qu’aussi bien le manque que l’abondance sont des formes d’exploration à part entière. Il est difficile d’inviter l’abondance tout en essayant de dépeindre le manque comme étant une mauvaise chose. Si vous essayez de faire du manque une mauvaise chose, vous y canaliserez plus d’énergie, et il est fort probable que vous l’entrainiez avec vous.

L’un des avantages du manque, c’est qu’il peut vous aider à vous concentrer. Si peu d’options s’offrent à vous, alors vous n’aurez pas de mal à faire des choix. Du côté de l’abondance, vous percevrez peut-être moins de limites, mais il vous faudra alors mieux concentrer votre énergie au lieu de laisser la réalité le faire pour vous. Avez-vous de la facilité à concentrer votre énergie sans une importante aide extérieure ? Si ce n’est pas le cas, il serait sage de vous en tenir au manque un peu plus longtemps.

Je trouve que lorsque je fais un bel effort de concentration et de canalisation de mon énergie et que je vis ma vie d’explorateur conscient tel que je le désire, le manque reste à distance de moi, et mon expérience quotidienne est faite de richesse et d’abondance. Mes besoins sont satisfaits. Je vis dans une réalité de plénitude. Je suis en mouvement. Les ressources et les opportunités me parviennent facilement.

Par contre, lorsque je commence à dériver et que mon niveau de concentration baisse, j’ai parfois l’impression que le manque me talonne. Cela me signale, avec délicatesse, que je dois rehausser mon niveau de concentration et canaliser plus d’énergie de manière intentionnelle si je tiens toujours à continuer d’explorer l’abondance. J’apprécie ce rappel qui me permet de rester concentré et de continuer de faire circuler l’énergie.

L’énergie aime couler vers ceux qui peuvent et vont la canaliser consciemment. Quand la volonté et la capacité font défaut, l’énergie circule ailleurs.

Pourquoi y a-t-il des guerres ?

Les guerres existent pour qu’on les explore. Cela s’ajoute à notre exploration collective.

Certaines personnes choisissent d’explorer la guerre. D’autres préfèrent explorer la paix. D’autres encore explorent le fait d’être des sujets de guerre, tandis que d’autres explorent le fait d’être des sujets de paix.

N’y a-t-il pas des personnes qui sont victimes de la guerre alors qu’elles auraient souhaité ne pas l’être ? Si ! De nombreuses personnes reçoivent de telles tâches. D’autres sont des victimes de la paix. Nous explorons le fait d’obtenir ce que nous désirons et nous explorons aussi le fait de ne pas obtenir ce que nous désirons.

Collectivement, nous explorons tous la violence et la non-violence.

Si vous vous préoccupez de savoir la facette que vous aimeriez explorer entre la violence et la non-violence, alors portez votre attention sur l’aspect que vous aimeriez explorer. Si vous voulez aider et réconforter les victimes de la guerre, alors orientez votre attention dans ce sens. Si vous voulez vous plaindre de la guerre et proclamer, « quelqu’un devrait faire quelque chose à ce sujet », alors orientez votre attention dans ce sens.

Qu’est-ce qui vous interpelle ? Qu’aimeriez-vous explorer ? Décidez-vous, puis allez explorer cela.

J’éprouve un profond désir d’explorer la non-violence envers les êtres vivants, j’ai donc décidé de devenir végétalien depuis plusieurs années. J’ai aussi choisi de ne pas posséder d’armes à feu. Je médite presque tous les jours, et au cours de la plupart de mes séances de méditation, je me concentre sur le pardon, afin de dissiper tout sentiment négatif envers les autres. En plus de cela, je m’imagine en train d’envoyer des ondes de bonheur, de paix et d’amour à travers le monde. Est-ce que cela change quelque chose ? Bien sûr, cela fait une différence en ce qui concerne mes sentiments à l’égard du monde, et étant donné que j’influence le monde, cela affecte surement les ondulations que je crée dans le monde.

Une des raisons pour lesquelles j’ai choisi ce genre d’exploration, c’est que cela m’aide à renforcer ma personnalité ainsi que ma capacité à canaliser de l’énergie. En tant que végétalien vivant dans un monde non végétalien, j’ai appris à prendre mes propres décisions et à tracer mon propre chemin. En raison de cette décision, le monde me rappelle constamment que je crée consciemment ma propre expérience de la vie. Même le simple fait d’entrer dans un café me rappelle que je suis un individu unique avec ses propres valeurs, pensées, sentiments et croyances, et que j’ai choisi de suivre mon propre chemin. Je trouve que c’est un excellent exercice pour la création consciente.

Je considère également le crime, la violence, la victimisation, l’abus et l’indignation contre tous ces phénomènes comme des formes d’exploration à part entière. J’ai discuté avec des gens qui ont été victimes de guerre, de viol et d’autres formes de violence. J’ai discuté avec des gens qui ont commis des actes de violence. J’ai discuté avec des gens qui ont fondé des organismes de bienfaisance. Je pense que toutes ces explorations existent parce qu’elles ajoutent de la valeur à notre réalité.

Vous pourriez être fermement tourné contre la violence. J’ai eu de tels sentiments aussi. En fait, j’ai même beaucoup exploré ces sentiments. Actuellement, je ne pense pas que le fait de condamner la violence apporte de la valeur au cours des choses. Je préfère explorer d’autres moyens de canaliser l’énergie, donc pour le moment, je ne veux pas gaspiller de l’énergie en sombrant dans la condamnation. Actuellement, je gagne beaucoup à explorer l’acceptation et l’abandon universel. Jusqu’à présent, mes découvertes sont assez intéressantes.

Si nous ne prêtons pas attention à la violence, pourrions-nous tout de même en être victimes ?

Je pense que nous pourrions encore être victimes de la violence même si nous choisissons de nous concentrer sur la paix et la non-résistance à la violence. Je ne crois pas qu’il y ait une immunité spéciale dans ce cas. Beaucoup de gens sont blessés et tués.

Je pense que nous réduisons les probabilités d’être victimes de violence si nous ne sommes pas activement impliqués dans les combats et si nous ne nous complaisons pas dans l’état d’esprit impuissant de la victimisation. Toutefois, je ne dirais pas que nous parviendrons à éliminer complètement de telles possibilités.

De même que cette réalité explore ce qui est raisonnable, elle explore aussi ce qui est déraisonnable. Aussi ironique que cela puisse paraitre, n’est-il pas logique que la réalité veuille explorer tous les aspects de l’existence et pas seulement les aspects raisonnables ?

La justice et l’injustice sont explorées.

L’ordre et l’anarchie sont explorés.

La violence et la non-violence sont explorées.

Voulez-vous accepter cette réalité ? Ou préférez-vous y résister ? L’une ou l’autre des deux options est valide.

Du point de vue individuel, vous pourriez avoir du mal. Il est compréhensible que vous préfériez ne pas être victime de violence et que vous souhaitiez que d’autres personnes n’aient pas à la subir non plus. Toutefois, considérez aussi cela du point de vue de la feuille. Comment cette réalité pourrait-elle être complète si elle n’a jamais exploré la violence ? Elle doit explorer aussi bien la violence que la non-violence. L’ignorance n’est pas dans sa nature.

Je pense que le mieux que nous pouvons faire ici en tant qu’individus, c’est de choisir consciemment les aspects de cette vaste exploration que nous aimerions expérimenter personnellement. Voulez-vous saisir une arme et jouer à Rambo ? Voulez-vous être un artisan de la paix ? Voulez-vous vous plaindre des politiciens sur les réseaux sociaux ? Voulez-vous ressentir la peur et la frayeur ? Voulez-vous nourrir, vêtir et réconforter des réfugiés ? Voulez-vous ignorer tout cela et vous concentrer sur autre chose ? Quel est votre rôle dans tout cela ?

Quelle est la nature de cette réalité ?

Si on pouvait réduire cette réponse à un seul mot, je dirais que la nature de cette réalité est l’exploration.

J’entends par là l’exploration essentielle de tout.

Si une chose peut être explorée et vécue — si elle peut être imaginée — alors elle sera explorée.

Votre vie fait partie de cette exploration.

Que signifie vivre consciemment ?

Vivre consciemment signifie que vous choisissez d’aider activement la réalité à s’explorer elle-même.

Vivre consciemment signifie dire oui à votre travail spirituel, qui est d’être un bon explorateur.

Vous serez un explorateur de toute façon. Vous ne pouvez pas vous empêcher de l’être. Vous êtes certain de vivre une vie unique dans une perspective unique. Même si vous refusez d’explorer, vous explorerez tout de même le refus.

Vous pouvez soit laisser ces explorations vous être assignées — par d’autres personnes, par la société ou par les fluctuations de l’univers — soit choisir consciemment certaines explorations que vous voulez faire vous-même.

Plus vous décidez volontairement comment vous allez participer à l’exploration de la réalité, plus vous vivez consciemment.

Pour ma part, je considère que c’est une merveilleuse opportunité. Nous avons tout un univers de possibilités devant nous, et nous sommes invités à y plonger et à explorer. C’est comme être invité dans un parc d’attractions sans fin. Certains manèges sont amusants, d’autres sont périlleux, d’autres encore font carrément peur. Certains manèges sont effrayants. Tout le parc est un don.

Note : Cet article est une traduction de l’article Conscious Spirituality de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *