TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

La profondeur de nos perceptions spirituelles

Note : cet article est une traduction de l’article Spiritual Depth Perception de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Perceptions spirituellesLa vision stéréoscopique est une des capacités humaines les plus fascinantes. Nos globes oculaires capturent des instantanés en 2D de notre environnement, et nos neurones et notre circuit visuel les combinent rapidement pour en faire des images en 3D. Donc même si nos yeux perçoivent la réalité en deux dimensions, en combinant les données de nos deux yeux de façon spécifique, nous percevons notre champ visuel en 3D apparente. Cette image en 3D est plus riche que chacun de ses composants en 2D. Vous pourriez aussi dire que c’est une représentation de la réalité plus utile que les données brutes captées par nos yeux avant ce processus.

La perception combinée de nos cinq sens physiques et de leurs sous-modalités crée un tout riche et cohésif. Par exemple, quand vous sortez dîner avec des amis, la vue, les sons, les goûts, les odeurs, et les textures de votre soirée créent une expérience plus grande que la somme de toutes ses parties.

Spirituellement, nous avons accès à un ensemble de perceptions très riche. Malheureusement, on apprend à la plupart d’entre nous d’accorder notre attention à une partie dérisoire de ces perceptions et de cataloguer le reste comme étant erroné ou biaisé. Cet aveuglement spirituel se manifeste sous différentes formes, comme la dépression, la solitude, le désespoir, et l’absence d’intérêt. Nous faisons de notre mieux pour nous adapter et faire sans, mais plus la majeure partie d’entre nous, c’est un handicap superflu.

Tout comme vos sens physiques sont des lentilles à travers lesquelles vous percevez différents aspects de la réalité, vos sens spirituels agissent aussi comme des mécanismes de filtration cognitive. Ces filtres vous permettent de vous concentrer sur des parties d’informations brutes qui pourraient être utiles ou non pour vous. Plus vous pouvez avoir accès à un nombre important de données sensorielles spirituelles et les comprendre, plus riche sera votre vie spirituelle, et plus elle modélisera précisément la réalité.

Votre équipement sensitif spirituel inclut :

  • Les points de vue à la première, deuxième et troisième personne
  • Les points de vue subjectif (priorité à la conscience) et objectif (priorité au monde physique)
  • L’intuition et l’instinct
  • Les émotions et les sensations
  • La logique et la raison
  • Les rêves et les visions
  • Les croyances religieuses et philosophiques (christianisme, bouddhisme, athéisme, scepticisme, darwinisme, romantisme)
  • Les croyances culturelles, sociales, politiques, et économiques (stéréotypes, rôles de deux sexes, mode, citoyenneté)
  • Les croyances fonctionnelles (comment gagner sa vie, quoi manger, le rôle de l’argent)
  • Les croyances personnelles (objectifs, valeurs, attentes)

Supposez que vous vous prépariez le dîner. Vous pouvez utiliser vos yeux pour mesurer les ingrédients, vos oreilles pour entendre l’eau bouillir, votre nez pour détecter quelque chose qui brûle, et votre langue pour apprécier le résultat. Si vous en aviez envie, vous pourriez ne vous appuyer que sur un ou deux de ces sens pour préparer le repas, mais il vous serait certainement plus difficile d’obtenir un bon résultat. Cela pourrait aussi être une expérience très frustrante.

De la même manière, quand nous abordons les questions spirituelles fondamentales de notre existence, comme « Qui suis-je ? » ou « Quel est mon but dans la vie ? », nous pouvons consulter tout l’éventail des canaux sensoriels qui nous sont disponibles, ou nous pouvons limiter nos perceptions à de petits aspects de ces canaux. Généralement, quand nous limitons trop sévèrement ces perceptions, nous finissons par rendre les choses plus compliquées que nécessaire, un peu comme si nous essayions de préparer un repas en portant un bandeau sur les yeux et des boules quiès. C’est ce qui arrive quand nous disons « Je ne vais envisager que ce point de vue-là parce que c’est la seule et unique vérité. »

Les filtres de perception

Nos perceptions sont les lentilles par lesquelles nous voyons la réalité, mais ce n’est pas la réalité elle-même. Ce que nous percevons est invariablement traité d’une façon ou d’une autre. Nous ne percevons pas consciemment des photons individuels de lumière ou l’oscillation des vagues de compression atmosphérique. À la place, nous observons une photographie ou écoutons une chanson. Chaque fois que ce genre de compression sensorielle arrive, une immense quantité de données brutes est irrémédiablement perdue. Chacun de nos sens compresse et reconditionne le champ de données perceptibles de diverses façons, et c’est un résultat fortement traité qui parvient à notre conscience.

Nos croyances et autres filtres cognitifs nous donnent le même genre d’aperçus de la réalité, mais ils nous fournissent également des images rémanentes compressées et traitées de données sous-jacentes. Par exemple, supposez que vous tentiez de percevoir des entités non-physiques. Qu’allez-vous percevoir consciemment ? Via la lentille du christianisme, vous pourriez vous connecter avec les anges et les saints par le mécanisme de la prière. Via la lentille des indiens d’Amérique, vous pourriez entreprendre une quête de vision pour consulter les anciens esprits ou les animaux-guides. Via la lentille athée ou sceptique, vous pourriez ne rien percevoir du tout, sinon peut-être quelque chose de très flou et incertain. Via la lentille psychique ou médiumnique, vous pourriez avoir une conversation directe avec un esprit-guide ou une personne décédée. Ce qui est réellement là, cependant, n’est rien de tout cela. Vous ne percevez pas consciemment la réalité telle qu’elle est réellement parce que les données brutes submergeraient vos capacités cognitives. À la place, vous devez vous servir de versions hautement compressées.

Même si chacun de ces canaux a une expressivité limitée, si vous pouvez accéder à une assez grande diversité de canaux, chacun compressé et filtré de façon différente, vous pouvez développer une vision plus exacte de la réalité. Chaque système de croyance que vous envisagez fournit une autre façon de voir les mêmes données sous-jacentes.

Tout comme nous pouvons augmenter nos sens physiques avec la technologie, comme avec les lunettes à vision nocturne ou les antennes radio, nous pouvons aussi améliorer de façon significative nos sens spirituels. Explorer différents systèmes de croyances et envisager des points de vue inhabituels nous permet de créer de nouveaux filtres de données que nous pouvons ensuite ajouter à notre collection d’outils cognitifs. Ces filtres traitent la même réalité sous-jacente que nos autres filtres, mais ils se présentent de façon unique, révélant peut-être des fonctionnements importants de nos précédents filtres que nous aurions manqués. Nos yeux peuvent voir, mais ils peuvent voir davantage avec un microscope, un télescope, et un oscilloscope. De la même manière, un seul système de croyances laisse de côté la vision d’une réalité plus grande au-delà du monde physique, mais en tant que seul filtre en cours, il est plein de trous et d’incohérences. Envisagez les points de vue d’une demi-douzaine de systèmes de croyances, cependant, et le tableau dans son ensemble commencera finalement à prendre forme.

L’erreur d’identité

La grosse erreur que nous faisons et qui limite notre capacité de perception spirituelle est de mêler notre identité et nos croyances. Cela restreint nos perceptions conscientes à d’infimes sous-catégories de la réalité, ce qui nous en donne une image superficielle et incomplète, et détruit ainsi la profondeur de nos perceptions spirituelles. Par exemple, si je dis que je suis athée, capitaliste, ou végétalien, j’applique un filtre par lequel toutes mes données sensorielles doivent maintenant passer. Toute information qui ne s’aligne pas avec ce filtre ne pourra pas atteindre notre esprit conscient, ce qui signifie que mon modèle mental de réalité sera sévèrement altéré. Le simple fait que vous ayez connaissance de certaines croyances ne signifie pas que vous avez besoin de devenir ces croyances.

Aucune croyance seule ne peut vous donner une vision exacte de la réalité, tout comme aucun de vos sens physiques ne peut vous donner une image totalement exacte de votre environnement physique. La somme de multiples perceptions fournit une richesse inestimable, et plus vous pouvez traiter de canaux de perception simultanément, plus votre compréhension de la réalité sera exacte, et plus facilement vous vous adapterez à ce qui est, sans devoir vous débarrasser de votre confusion ou de votre frustration.

Chacun de vos sens a son propre champ d’action, et tous ont leurs forces et leurs faiblesses. Apprenez à acceptez tous les canaux de perception, tout comme vous respectez la perception individuelle de chacun de vos sens physiques. Vous ne savez jamais quand un de ces canaux sous-utilisés contiendra une donnée clé qu’il sera important de remarquer.

Même si j’ai beaucoup mis en avant une certaine lentille de croyance par rapport à d’autres dans ce que j’ai écrit sur ce blog (généralement avec l’intention de contrebalancer les croyances sociales déjà dominantes), j’accorde de la valeur à toutes les perceptions citées plus haut, et je trouve la valeur de l’ensemble supérieure à chacun de ses éléments. Par conséquent, vous pourriez lire un de mes articles et conclure que je suis athée, un autre vous suggèrera que je suis plutôt new-age, et d’autres encore vous convaincront que je ne suis ni l’un ni l’autre (ou juste un grand névrosé). La vérité est que j’accorde de la valeur à toutes ces lentilles, mais que je ne m’identifie à aucune d’elles. Pour moi, les systèmes de croyances sont comme des logiciels tournant sur un PC. Un PC peut faire tourner différents types de logiciels sans faire de crise identitaire. Imaginez que votre PC soit heureux de faire tourner Microsoft Word mais refuse que vous installiez QuickBooks, et qu’il se mette à crier « Bon sang, Michel. Je suis écrivain, pas comptable ! » (Bien sûr, certains utilisateurs de QuickBooks pourraient vous dire que votre PC vous fait une faveur.) Pourtant c’est précisément ce que font les êtres humains quand ils disent « Je suis athée. Fin de l’histoire. » Certaines personnes vont même mourir pour défendre leur identité, un acte qui, même s’il peut être perçu comme noble ou honorable, est souvent perpétré par ceux qui souffrent d’un manque de sensibilité spirituelle.

Faites de votre mieux pour éviter le piège consistant à considérer un ensemble de lentilles comme votre identité. Ne devenez pas la personne qui dirait « Je vais totalement déconnecter mes oreilles, mon nez, ma peau et mes papilles parce qu’ils sont inférieurs à mes yeux. » Ces autres sens pourraient être inférieurs à vos yeux dans le domaine des données visuelles, mais il y a plein de situations dans lesquelles ils fournissent des informations utiles qui sont supérieures à ce que vos yeux pourraient vous dire dans la même situation. Un développement spirituel intelligent est globalement un processus de désinstallation des filtres basés sur l’identité qui vous ont inutilement limité.

Plus vous développez et utilisez tous vos sens physiques, plus votre imagerie sensorielle devient complète et exacte. Parfois les données passant par un canal souvent inutilisé peuvent être primordiales. Vous pourriez ne pas beaucoup vous servir de votre odorat, mais vous serez content de votre nez si vous sentez une fuite de gaz que vous ne pouvez voir, entendre, goûter ou ressentir. De la même manière, certaines informations extraordinaires peuvent passer par d’autres canaux de perception que vous écoutez rarement, comme vos capacités intuitives ou la lutte contre les stéréotypes. Plus vous déconnectez de données, moins votre cartographie de la réalité sera exacte.

Pertinence

Comment savez-vous quelles lentilles en particulier vous fourniront les informations les plus pertinentes dans une certaine situation ? Vous le découvrez de la même manière que vous avez appris à utiliser vos sens physiques. Vous arrive-t-il de faire l’erreur idiote d’essayer d’apprendre à connaître une personne en la goûtant ? Peut-être l’avez-vous fait quand vous étiez bébé, mais il y a des chances que vous utilisiez principalement vos yeux et vos oreilles pour cela maintenant. Par tâtonnements, vous avez appris quels sens sont les plus appropriés pour chaque situation.

Nous faisons encore des erreurs sensitives, cependant. Parfois nous sommes fixés sur les mauvais canaux de perception. Vous est-il déjà arrivé de fixer une personne qui vous attirait, sans vous rappeler un mot de ce qu’elle a dit ? Vous êtes-vous déjà trop concentré sur vos papilles, enfournant la nourriture dans votre bouche tandis que vos yeux hurlaient « Tu vas grossir ! »

Dans de nombreuses situations, j’ai trouvé un système de croyance subjectif incroyablement utile. Quand le point de vue objectif me fournit des données confuses ou des signaux mitigés, envisager le côté subjectif fournit souvent une immense clarté. Mais dans certaines situations c’est juste le contraire, et je trouve plus utile de choisir un canevas objectif. Je fais de mon mieux pour me concentrer sur le bon outil pour le travail en cours, en sachant que mes sens et mes croyances ne sont que des cartes à basse résolution d’une réalité à haute résolution.

La spiritualité en stéréo

Quand vous tentez pour la première fois de percevoir la réalité via de multiples lentilles, en particulier celles qui semblent se contredire fondamentalement entre elles, vous aurez la sensation de tenter l’impossible. Vous serez comme un nouveau-né qui essaye de donner du sens à toutes ces tâches de lumière déformées, à tous ces sons, et à toutes ces pressions. Vous pourriez vous sentir écrasé et frustré, comme si vous surchargiez votre esprit d’informations totalement inutiles.

Soyez patient avec vous-même. Avec suffisamment de pratique vous allez petit à petit apprendre à combiner les données de multiples points de vue en une seule image cohérente. Au début cela vous demandera énormément d’efforts conscients de switcher entre ces différents points de vue, en posant des questions comme « Comment est-ce qu’un bouddhiste verrait cette situation ? Un biologiste ? Un psychologue ? » Finalement votre subconscient apprendra à le faire pour vous, et vous commencerez à ressentir une image plus large émerger des perceptions des multiples points de vue. Quand cela va commencer à arriver, vous allez débloquer un nouveau niveau de clarté, comme un enfant qui réalise pour la première fois que la tache flottant en face de lui est sa propre main. Cela ne sera pas une clarté parfaite, mais vous aurez des chances de trouver que certains problèmes qui vous empoisonnaient auparavant la vie deviennent bien plus simples à résoudre.

Un bon exemple des limites d’un système de croyances fixes serait de comprendre les connexions complexes entre vos résultats financiers, vos croyances religieuses ou spirituelles, et vos états émotionnels. Les systèmes de croyances culturelles habituels fournissent une compréhension très limitée et dysfonctionnelle de ces connexions, ce qui aide à expliquer pourquoi tant de gens lutent à la fois financièrement et émotionnellement. Mais quand vous examinez la connexion de multiples points de vue (riche et pauvre, moral et amoral, heureux et déprimé, vous et les autres), c’est bien plus facile de voir le tableau dans son ensemble. Et ce tableau, cette vue panoramique peut vous permettre de profiter d’une stabilité émotionnelle positive, d’une abondance financière, et d’un développement spirituel profond sans trop de lutte et de conflits superflus. (Comme je l’ai mentionné dans des articles précédents, une solution est de centrer votre vie autour du service rendu aux autres, et de croire que le fait de recevoir va suivre tout seul. Se concentrer sur la création pure de valeur et la contribution tend à manifester du bonheur, de la richesse, et la sensation de donner un sens à sa vie sans trop de lutte et d’efforts – SI vous pouvez vraiment vous laisser aller et avoir confiance dans ce processus. Pourtant, la plupart d’entre nous sommes conditionnés socialement pour regarder de haut la simplicité de cette connexion. Cela peut sembler contre-intuitif, donc nous résistons au fait de l’appliquer, quelle que soit la durée. Mais avec du recul, l’efficacité de cette solution saute facilement aux yeux. L’ayant appliquée personnellement depuis pas mal de temps maintenant, je peux témoigner qu’être heureux, épanoui, et profiter d’une abondance financière est bien plus simple si vous vous concentrez résolument sur le fait d’aider les autres au maximum de vos capacités.)

Entraîner vos sens spirituels

Comment pouvez-vous efficacement entraîner vos perceptions spirituelles profondes ? Vous pouvez le faire de la même manière que vos sens physiques. Si vous voulez améliorer votre audition, prenez un cours de musique. Trouvez d’autres personnes avec des systèmes de croyances différents qui semblent augmenter leurs capacités d’une certaine façon, et apprenez d’eux. Étudiez les gens d’autres cultures, et apprenez ce qui les fait avancer. Découvrez pourquoi un moine bouddhiste semble si calme, pourquoi un athlète peut arriver à garder une telle forme physique, ou pourquoi un millionnaire est capable de profiter d’une telle abondance. Lisez des livres écrits par ce genre de personnes, rencontrez-les en personne si vous le pouvez, et découvrez ce qui les fait avancer.

Via de telles recherches, vous apprendrez que certaines perceptions ont plus de chances que d’autres de générer de bons résultats. Par exemple, si vous n’arrivez pas à faire du sport de façon régulière, alors vous percevez évidemment la réalité différemment de quelqu’un qui est super motivé pour faire du sport. Mais si vous pouviez apprendre comment un athlète accompli perçoit la réalité, vous pourriez copier et assimiler ses croyances. Si vous apprenez à penser de la même manière que quelqu’un d’autre dans un certain domaine, vous aurez tendance à vous comporter de la même manière, et vous aurez des chances d’obtenir des résultats similaires.

Dépasser le conditionnement social

Notre conditionnement social nous dit que notre identité doit être composée d’un certain ensemble de croyances prédéfinies. Êtes-vous capitaliste ? Chrétien ? Sceptique? La façon dont ces questions sont posées implique que vous y répondiez par oui ou non. Mais c’est comme demander si vous êtes un œil, une oreille, ou un nez. Il serait plus raisonnable de poser des questions comme « Comprenez-vous le point de vue des chrétiens ? » au lieu d’essayer d’y modeler votre identité. Quand vous commencez à lier des croyances spécifiques à votre identité, vous ne faites que limiter votre capacité à percevoir ce qui se trouve en dehors de votre sentiment d’identité (aujourd’hui artificiellement limité).

Parfois vous trouverez que certains schémas de pensée deviennent tellement utiles qu’ils ont tendance à s’incorporer à votre identité. Par exemple, les gens avec des capacités musicales pourraient commencer à s’identifier comme musiciens. Ce mécanisme d’étiquetage est très commun et même encouragé. Mais même quand nous développons des fonctionnements forts comme celui-là, nous ne perdons pas la capacité à accéder à d’autres schémas de référence. Les autres schémas pourraient se dégrader par manque d’utilisation, mais ils nous restent accessibles.

Un de ces schémas forts dans ma vie est d’être végétalien, et ce depuis 1997. Je continue à digérer de nouvelles informations sur la santé et la nutrition (auprès de pro-végétalisme, d’anti-végétalisme, et de source neutres), mais aucune n’a été proche de déloger ce schéma. Mais malgré tout cela, je garde la capacité de tenir compte d’autres points de vue. Je ne trouve pas utile de tenir compte de ces points de vue quand je décide quoi faire à dîner (la simple pensée de mettre des aliments d’origine animale dans ma bouche me retourne l’estomac), mais je trouve souvent utile de tenir compte de ces points de vue quand j’ai affaire à d’autres personnes. Je comprends les types de perceptions qui encouragent les choix nutritionnels des non-végétaliens, et perdre l’accès à ces perceptions ne ferait que réduire ma capacité de fonctionnement.

Ainsi, en me permettant d’avoir accès à des perceptions alternatives, je garde la capacité à manger des produits d’origine animale si je me retrouve un jour dans une situation où cela semble intelligent ou nécessaire, comme si je me retrouvais perdu dans les bois et que je doive choisir entre chasser et mourir de faim. Pour être parfaitement honnête, je ne peux pas être sûr de ce que je ferais dans cette situation parce que cela ne m’est jamais arrivé. Mais de là où j’en suis aujourd’hui, je crois que le choix le plus intelligent serait de répondre à mon instinct de survie. Au pire, l’expérience ferait un bon article.

Je trouve qu’une philosophie de vie à spectres multiples s’aligne davantage avec ce que je considère comme du bon sens. Quand vous trouvez que vos croyances sont incohérentes avec ce que vous dit votre bon sens, vous avez peut-être simplement besoin de voir la situation sous un autre angle. C’est plus efficace que de s’accrocher à une croyance qui ne fait que vous barrer la route. Votre bon sens a probablement raison.

Nous avons tous tendance à avoir peur et à résister à l’inconnu, donc l’idée de donner autant de flexibilité à nos croyances pourrait vous faire réfléchir. Allez-vous perdre votre sentiment d’identité ? Allez-vous devenir totalement amoral ? Allez-vous devenir un de ces espèces de blogueurs dérangés ? D’après mon expérience, ces inquiétudes sont infondées. Vous autoriser une plus grande richesse de canaux de perception ne fera qu’augmenter votre capacité à prendre des décisions exactes qui s’alignent avec vos valeurs et votre morale. D’abord, vous voyez une situation sous plus d’angles différents, en restant aussi ouvert et impartial que possible. Puis vous y ajoutez vos valeurs personnelles et votre identité pour prendre des décisions et passer à l’action.

Le but de cet article est de vous aider à faire des choix conscients basés sur des perceptions exactes. Des perceptions vagues ou incomplètes réduisent votre capacité à faire des choix intelligents. Plus vos perceptions sont riches, meilleures seront vos décisions, donc des perceptions riches peuvent grandement augmenter votre capacité à vivre consciemment, et cela, à son tour, bénéficie à toutes les vies que vous touchez.

Crédits photo : © rolffimages – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *