Évènements, Perception, Vérité et Réalité subjective

moment présentQu’est-ce qu’un évènement ?

Un évènement est quelque chose qui se produit à un endroit et à un moment donnés. Un évènement est essentiellement un point ou un intervalle dans l’espace-temps.

Le lieu et le temps sont deux concepts relatifs.

Pour définir un lieu, vous avez besoin d’un lieu de référence. Les lieux sont définis par des choses telles que des coordonnées (relatives à un système de coordonnées) ou des directions (relatives à un point de départ).

Pour définir le temps, vous devez vous servir des rapports, tels que le rapport d’une heure avec le moment présent ou avec une autre date et heure.

Lorsque vous essayez de définir les évènements objectivement, vous les traduisez intérieurement en termes subjectifs de toutes les manières.

Si quelqu’un vous communique une date et une heure, vous l’interprèterez naturellement par rapport à votre moment présent ou par rapport à un autre évènement de votre passé, de votre avenir ou de vos souvenirs. Si quelqu’un vous indique un endroit, vous l’interprétez naturellement par rapport à votre emplacement actuel, à votre maison ou à un autre endroit que vous connaissez bien. Le moment et le lieu n’ont de sens que lorsqu’ils peuvent être interprétés par rapport à votre « moment » et votre « lieu ».

Évènements et perception

Toutes les dates et tous les lieux que vous avez enregistrés dans votre mémoire proviennent de vos perceptions. Peut-être avez-vous vécu ces évènements directement, ou peut-être les avez-vous appris d’une autre source. Quoi qu’il en soit, cette connaissance est venue par vos perceptions. Il est donc logique que toute votre connaissance de l’espace-temps passe par vos perceptions. Par conséquent, chaque fois que vous considérez un évènement dans l’espace-temps, vous considérez un évènement filtré par vos perceptions. Vous considérez cet évènement par rapport à vous-même.

Nous aimons bien penser aux cadres objectifs des références comme s’il s’agissait de choses qui existent en dehors de nous-mêmes. Lorsque vous dites : « Soyons objectifs sur ce point », c’est une façon de suggérer aux gens de sortir de leurs perspectives personnelles et de considérer la réalité d’un point de vue qui existe en dehors d’eux. À vrai dire, il ne s’agit là que d’une illusion, car l’objectivité est toujours traduite en termes subjectifs. Nous ne pouvons pas échapper au fait que tout l’espace-temps nous vient à travers nos perceptions, y compris les souvenirs sur lesquels nous nous appuyons lorsque nous essayons d’être objectifs. L’objectivité est quelque chose que vous avez dû apprendre à travers vos sens subjectifs.

Voyez-vous… l’objectivité est simplement une couche supplémentaire d’abstraction au-dessus de la subjectivité. Lorsque vous parlez d’évènements objectifs, ce que vous faites réellement c’est définir un système de coordonnées espace-temps par rapport à vous-même, puis vous placez les évènements dans ce système de coordonnées. Cependant, si vous supprimez la couche d’abstraction, vous pouvez voir que vous avez représenté des évènements relatifs à vous-même.

Même si vous essayez de définir un évènement qui existe en dehors de vous-même, vous continuez toujours de vous auto-référencer (c’est-à-dire « en dehors de moi »). Par conséquent, vous êtes toujours subjectif.

Le fait est que tous les évènements sont à la fois autoréférentiels et subjectifs. Vous ne pouvez pas avoir un évènement qui se déroule complètement en dehors de vous. En fait, vous êtes une composante nécessaire de chaque évènement qui se produit. Vous êtes l’observateur.

Évènements objectifs

Supposons qu’une bombe explose dans une autre ville. Vous en entendez parler au journal le lendemain. Quel est l’évènement réel qui s’est produit ?

Vous pourriez avoir tendance à dire que l’évènement est l’explosion qui s’est produite la veille. Le lieu concerné est l’autre ville où l’explosion s’est produite. L’explosion s’est produite à un moment particulier de la journée d’hier. C’est ainsi que vous représenteriez l’évènement dans l’espace-temps.

Toutefois, si vous définissez les évènements de cette manière, vous ne ferez pas attention à ce qui s’est réellement passé.

L’évènement réel s’est produit lorsque vous avez entendu parler de l’explosion aux nouvelles. Ensuite, vous avez représenté cet évènement dans votre mémoire. Vous l’avez imaginé et stocké.

Plus tard, vous pourrez créer de nouveaux évènements en accédant à votre mémoire pour vous souvenir de cette histoire. La mémoire permet une nouvelle imagination.

L’évènement réel s’est produit dans votre imagination. En fait, c’est le seul véritable endroit où des évènements peuvent se produire.

Considérez ceci : Et s’il n’y avait pas de bombe et pas d’explosion ? Que se passerait-il si le reportage était faux ? Et si vous lisiez un démenti sur cette histoire le lendemain ?

Selon l’interprétation originale de cet évènement, vous vous êtes fait avoir. L’évènement ne s’est jamais produit. L’histoire n’était pas vraie.

Et pourtant, vous avez réagi comme si l’histoire était vraie. Peut-être que cela vous a affecté émotionnellement. Qu’est-ce qui a provoqué cet effet ? Ce n’était pas l’explosion, étant donné qu’il n’y a pas eu d’explosion. Maintenant, si l’explosion s’était vraiment produite, pourriez-vous encore prétendre que c’était l’évènement réel auquel vous réagissiez ?

trouver la vérité subjective et vérité objective

Si c’est ainsi que vous interprétez les évènements, alors vous devez reconnaitre que votre esprit est probablement encombré par beaucoup de faux évènements. Vous avez collecté de fausses informations par erreur ou parce que des gens vous ont intentionnellement trompé, mais vous les avez mémorisées sous la forme d’évènements réels. Cela signifie que vous ne pouvez pas vraiment faire confiance au contenu de votre propre esprit. Certaines informations sont vraies ; d’autres sont fausses. Et beaucoup d’informations sont probablement un mélange de vérité et de mensonge.

Quel effet cela aura-t-il sur vous ? Cela créera le doute en vous, n’est-ce pas ? Si vous savez que vous êtes capable de stocker de faux évènements dans votre mémoire, alors vous ne pouvez pas faire entièrement confiance à vos souvenirs, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez être sûr de rien.

Si vous entendez un rapport sur un nouvel évènement, comment allez-vous réagir ? Si l’évènement semble important, vous voudrez probablement en vérifier la véracité. Vous serez naturellement sceptique. En fait, ce serait l’approche la plus intelligente parce que vous ne voudriez pas que votre esprit soit encombré de faux souvenirs. Le scepticisme est donc le résultat naturel d’une croyance en des évènements objectifs qui se produisent à l’extérieur de vous. Si votre hypothèse de base est que la réalité est de nature objective, alors le scepticisme est une stratégie sensée.

Par conséquent, si je vous dis que le président des États-Unis a été assassiné aujourd’hui, vous voudrez vérifier indépendamment cette information. Il serait en effet déraisonnable de croire que je vous dis la vérité. Vous aurez quelques doutes en entendant une telle information venant d’une seule personne. Cela peut être un mensonge, une ruse, ou autre chose.

En outre, il va sans dire que votre esprit sera rempli de connaissances que vous considérez comme étant floues. Vous expérimenterez beaucoup d’incertitudes lorsque vous tenterez de faire la part des choses entre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Que se passe-t-il exactement dans la zone 51 ? Quelle est la vraie raison pour laquelle les États-Unis ont envahi l’Irak ? Est-ce que votre petite amie vous aime vraiment ? Votre employeur pense-t-il que vous faites du bon travail ? Quel est le meilleur régime alimentaire ? Votre vie sera remplie de telles incertitudes.

Creuser pour découvrir la vérité devient alors une quête sans fin. Vous ne pouvez jamais éliminer l’incertitude. Plus vous creusez, plus vous découvrez de nouvelles questions. La quête de la vérité objective est une difficile traque métaphysique.

Suis-je en train de suggérer que cette interprétation des évènements est en quelque sorte erronée ? Pas du tout. C’est une interprétation parfaitement valable. Je tiens simplement à souligner que cette interprétation entraine certaines conséquences naturelles. Elle génère une boucle sans fin de questionnements sceptiques et d’incertitudes tout au long de la vie. Ce n’est pas une bonne ou une mauvaise chose en soi. C’est tout simplement ce qu’il en est.

Évènements subjectifs

Revenons à notre histoire de bombe. Quelle est la méthode subjective pour interpréter cet évènement ?

Ici, nous dirons que votre prise de conscience de l’histoire est l’évènement. L’histoire surgit dans votre conscience, et vous la percevez. Vous imaginez l’explosion qui se produit. Votre imagination a un impact sur vous et suscite d’autres pensées et sentiments. Cet acte de perception est en fait l’évènement.

Et si l’histoire se révélait fausse ? Est-ce que cela invalide ce que vous avez vécu ? Non ! Vous n’avez jamais objectivé l’explosion au départ. Votre perception est donc l’évènement.

Lorsque vous découvrez que l’explosion n’a jamais eu lieu, cela n’invalide rien. En effet, vous vivez maintenant un nouveau moment présent. Vous expérimentez de nouvelles pensées et de nouvelles émotions. Vous êtes toujours dans le moment présent, en train de vivre le déroulement d’un évènement du moment présent.

Les évènements sont une perception. S’il n’y a pas de perception, il n’y a pas d’évènement.

La perception étant un phénomène du moment présent, il n’existe techniquement aucun évènement en dehors du présent. Il n’y a qu’un seul évènement, et c’est ce qui se passe en ce moment.

Lorsque vous apprenez que l’histoire de la bombe est fausse, et que vous vous souvenez de comment vous avez réagi à cette fausse histoire, vous êtes toujours dans le moment présent. Vous accédez à vos souvenirs dans le présent. Vous vivez vos pensées et vos sentiments dans le présent.

Vérité objective

Dans la réalité objective, nous devons faire face à la dualité de la vérité et du mensonge. Il peut y avoir de vrais évènements et de faux évènements, et vous ne pouvez pas toujours faire la différence. Si je vous raconte une histoire, vous ne pouvez pas savoir immédiatement si elle est vraie ou fausse. Vous ne pouvez pas savoir si cette histoire s’est vraiment produite ou pas. Vous ne pouvez jamais savoir avec certitude parce que la vérité est quelque chose qui existe en dehors de votre perception. C’est pourquoi elle ne peut être connue. Par conséquent, vous ne pouvez jamais être aligné avec la vérité tant que vous croyez en l’objectivité. Plus vous êtes objectif, plus vous avez de doutes.

Si vous vous accrochez vraiment à l’objectivité, alors vous ne pouvez même pas faire confiance à vos propres souvenirs. Objectivement parlant, la mémoire humaine est très peu fiable. Une grande partie de ce que vous pensez savoir peut se révéler faux, mais vous ne vous rendrez peut-être jamais compte de cela. Combien de fausses informations sont classées comme étant vraies dans votre esprit ? Pour être vraiment objectif, vous devez avoir de sérieux doutes sur le contenu de votre esprit. Et cela signifie que vous devez aussi douter de votre croyance en l’objectivité. En fin de compte, plus vous devenez objectif, plus vous aurez des doutes. Vous finirez par réaliser que vous ne pouvez rien savoir et que vous ne pouvez avoir confiance en rien. Certains philosophes ont choisi cette voie, et le doute perpétuel en a été la conclusion ultime.

Quelle est la conséquence de cette philosophie ?

Étant donné que vous ne pouvez pas discerner la vérité objective du mensonge avec une certitude totale, vous vous sentirez probablement peu sûr de vous. Au début, il peut s’agir d’un sentiment tenace, mais plus vous essayez d’être objectif, plus ce sentiment grandira. La seule manière de vraiment y faire face à long terme, c’est de vous libérer de votre besoin de certitude. Malheureusement, c’est une conséquence naturelle du fait de supposer que la réalité est objective.

Vérité subjective

Maintenant, comment définissons-nous la vérité d’un point de vue subjectif ? Tout d’abord, la vérité ne peut exister que dans le moment présent. La vérité, c’est ce que vous expérimentez en ce moment. C’est le seul endroit où vous pouvez avoir de la certitude. L’expérience de vos pensées et de vos sentiments en ce moment est vraie. Vous pouvez faire confiance à votre expérience subjective. Elle est réelle parce que vous la percevez comme réelle. Le moment présent est votre vérité. C’est le meilleur endroit pour vous enraciner. Vous pouvez avoir confiance en ce moment. Il est réel.

C’est pour cette raison que diverses formes de méditation commencent par la concentration sur la respiration. Le fait de prêter attention à votre respiration vous aide à vous reconnecter au moment présent. La respiration consciente vous enracine dans ce qui est réel. Vous pouvez expérimenter la vérité simplement en témoignant : J’inspire. J’expire. C’est réel. C’est la vérité.

D’un point de vue subjectif, il ne sert à rien d’objectiver vos souvenirs. Se rappeler un souvenir est une expérience du moment présent. C’est donc réel et vrai. Un souvenir n’a pas besoin d’être nécessairement vrai dans un sens objectif. Cela ne doit être vrai que dans le sens où vous vivez actuellement ce souvenir. C’est vrai parce que c’est une expérience réelle, une expérience du moment présent.

Utiliser votre imagination vous donne également une expérience de la vérité. Lorsque vous imaginez quelque chose, vous vivez une véritable expérience perceptive.

Quel est le résultat à long terme d’une vie subjective ? Techniquement, cette question est absurde parce qu’elle est formulée à partir d’un cadre objectif ? Le long terme implique de vivre dans le futur, ce qui ne peut être aligné sur la vérité subjective.

Pour formuler cette question en termes subjectifs, nous devrions nous demander : Quelle est la réalité actuelle de la vie dans un cadre subjectif ? Alors que l’objectivité concerne le passé et le futur, la subjectivité ne concerne que le moment présent.

Lorsque vous vous enracinez dans le moment présent, vous pouvez vivre dans un état de certitude. Vous pouvez savoir que votre expérience du moment présent est réelle. Par conséquent, vous pouvez vraiment vous aligner avec la vérité lorsque vous vous accrochez à un cadre de référence subjectif. Vous pouvez progressivement abandonner le doute et vous sentir très centré sur votre expérience de la réalité.

Le meilleur outil pour le travail

Comprendre le contraste entre les lentilles objectives et subjectives est la clé d’une vie consciente.

Ramenons ce charabia abstrait à une réalité terre-à-terre avec quelques applications pratiques en considérant quelques scénarios.

Carrière

Comment choisissez-vous une carrière ?

Avec un cadre de référence objectif, il est question de prédire l’avenir. Où le chemin vous mènera-t-il ? Comment allez-vous y arriver ? Quels sont les risques ? À quoi cela ressemblera-t-il ?

Avec un cadre subjectif, la question n’a pas beaucoup de sens. Vous n’avez pas vraiment besoin d’une carrière. Au lieu de cela, votre attention sera focalisée sur ce que vous pouvez faire sur-le-champ. Qu’est-ce qui vous apporterait de la joie en ce moment ? Qu’est-ce qui va vous rendre heureux maintenant ? Que voudriez-vous vivre ici et maintenant ?

Par exemple, objectivement parlant, je peux dire que je suis un blogueur, un écrivain ou un expert en développement personnel. Je peux parler des projets sur lesquels je travaille et des objectifs que j’ai atteints. Ce serait une façon de définir ma carrière.

Subjectivement, je pourrais dire : « En ce moment, j’écris, et cela me fait du bien. Je suis heureux d’écrire ». Je peux vous parler des idées qui me traversent l’esprit et que je trouve des moyens d’exprimer.

Quelle est la définition la plus valable ? Techniquement, ni l’une ni l’autre, mais personnellement, j’aime le côté subjectif. Cela correspond mieux à ma véritable expérience. C’est plus vrai. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais pour le moment, je sais avec certitude que j’écris. Lorsque je sais que je suis dans le moment présent, je suis aligné avec la vérité. Je suis certain, centré et je n’éprouve aucun doute.

le moment présent

Relations

Comment définissez-vous vos relations ?

Objectivement, vos relations sont définies par leur histoire et vos projets d’avenir. Pour qu’une personne soit considérée comme un proche, un ami ou un amant, elle doit remplir certains critères historiques.

Subjectivement, vos relations sont définies par vos sentiments et votre sentiment de connexion. Il n’est pas nécessaire de satisfaire à des exigences objectives particulières. Un proche est une personne avec laquelle vous sentez que vous avez un lien familial. Un ami est quelqu’un envers qui vous ressentez de l’amitié.

Je peux parler de mes 9 années de relation avec Rachelle. Ou je peux simplement prêter attention aux sentiments que j’éprouve pour elle en ce moment.

C’est un autre domaine où je trouve la lentille subjective plus stimulante. Je vois beaucoup de douleur chez les gens qui s’accrochent à la lentille objective. Par exemple, ils restent coincés dans des relations qui ne leur font pas du bien, en partie par loyauté envers l’histoire passée vécue ensemble et à cause des obligations futures. Même dans un sens objectif, il est facile de prédire qu’il s’agit d’un chemin de misère à long terme.

Santé

Comment prendre de bonnes décisions sur le plan sanitaire ?

Objectivement, vous devriez apprendre beaucoup de choses sur la nutrition et le corps humain. Et vous seriez encore plus dans le doute parce qu’une grande partie de ces informations est contradictoire. Vous devrez donc mener plusieurs expériences personnelles et mesurer les résultats à long terme pour découvrir ce qui fonctionne pour vous. Avec un peu de chance, vous pourrez peut-être comprendre certaines choses avant de mourir.

Subjectivement, il vous suffit de faire attention à ce que vous ressentez présentement dans votre corps. Lorsque vous mangez, observez comment chaque aliment vous fait vous sentir. Observez vos envies de manger et remarquez celles qui sont bonnes à satisfaire et celles qui ne le sont pas.

Je viens juste de prendre une petite pause pour manger une petite pomme. Objectivement, je pourrais parler des vitamines contenues dans la pomme, des bienfaits pour la santé de manger des aliments crus, des conséquences environnementales de la consommation de pommes, etc.

Subjectivement, je peux faire attention à ce que la pomme me fait sentir. J’ai remarqué que j’avais faim, alors j’ai décidé de manger la pomme parce qu’elle était visuellement attrayante pour moi. Elle était douce, croquante et juteuse. Je ne me sens pas coupable de l’avoir mangé. En effet, le pommier dont elle est tombée peut continuer d’exister, comme si de rien n’était.

Je peux choisir de surveiller ma santé objectivement, comme je peux aussi choisir de le faire subjectivement. Je peux faire un bilan médical pour voir comment se portent mes organes. De même, je peux remarquer lorsque je suis stressé et faire des choses qui me détendent. Je peux remarquer lorsque mon corps est fatigué et faire des choses qui me donnent de l’énergie. Si je suis déprimé, je peux faire des choses qui me font rire.

Dans ce domaine particulier, j’ai aussi obtenu de meilleurs résultats en suivant la voie subjective. Je consomme des aliments et je fais des exercices qui me conviennent le mieux. J’évite de faire des choses qui me feraient me sentir coupable.

Ce matin, je devais aller au gymnase comme d’habitude, mais je me suis senti plus inspiré pour aller faire une marche. Je me suis donc promené dans le quartier pendant 80 minutes, explorant des rues que je n’avais jamais parcourues. J’ai découvert un petit parc, une école primaire et un temple hindou que je ne connaissais pas. Je me suis assis dans le parc pendant plusieurs minutes et j’ai regardé le soleil se lever au-dessus des montagnes. C’était une matinée parfaite, subjectivement parlant.

Vivre subjectivement

Je ne dis pas que le cadre subjectif est toujours le meilleur outil pour le travail. Cependant, la plupart du temps, je trouve qu’il est très utile de voir les situations sous un angle subjectif au lieu d’ajouter cette couche supplémentaire d’abstraction pour les considérer objectivement.

Demandez-vous : Qu’est-ce que je vis présentement ? Quelles émotions est-ce que je ressens ? Qu’est-ce que j’aimerais expérimenter maintenant ? Qu’est-ce que j’aimerais ressentir ? Laissez vos sentiments guider vos décisions. Ensuite, agissez en fonction de ces décisions.

Lorsque vous ne vous sentez pas bien, vous êtes sur la mauvaise voie, alors arrêtez-vous ! Arrêtez de faire ce que vous faites sans tarder et essayez autre chose. Testez vos pensées en imaginant d’autres choses que vous pourriez faire dès maintenant. Continuez de parcourir différentes pensées jusqu’à ce que vous en trouviez une qui vous fasse du bien. Ensuite, agissez sur la base de cette pensée et recommencez.

Si quelque chose ne vous convient pas, c’est que cela ne vous convient pas. Si cela vous convient, c’est une bonne chose pour vous. Faites de cette expérience votre vérité pour un moment. Remarquez ce que cela fait de vivre de cette manière. Vous découvrirez bientôt que ce que vous avez supposé être juste vous nuit parfois lorsque vous l’essayez et vice-versa. Toutefois, plus vous vivrez de la sorte, plus vous découvrirez ce qui vous fait du bien régulièrement.

Ce qui me fascine, c’est comment le fait de vivre subjectivement permet à la vie de bien fonctionner d’un point de vue objectif aussi. Si vous cherchez à créer un bonheur qui dure dans le moment présent, vous vous retrouverez à faire même les choses qui vous permettront de régler vos factures, de prendre soin de vos relations, et plus encore.

Article original écrit par Steve Pavlina.

En guise de complément, je vous invite à voir la vidéo suivante. Elle présente un livre intitulé « Gandhi : Autobiographie ou mes expériences de vérité » qui parle de beaucoup de choses, notamment de la place de la vérité dans la vie de Gandhi.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

vérité subjectivedéfinir les évènements auxquels le système peut réagirla verité est subjectivevérité subjective chez les psychotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *