Elever votre conscience

Note : cet article est une traduction de l’article Raising Your Consciousness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Difficultés conscienceChaque niveau de conscience défini dans l’article précédent est en fait un piège.

Quand vous faites un bond vers un nouveau niveau, à la base tout semble formidable. Vous avez découvert le secret qui vous échappait toutes ces années. Et pendant un temps, votre nouvel état d’esprit semble aller comme sur des roulettes. Vous opérez à un tout nouveau niveau. Les problèmes qui semblaient être des obstacles insurmontables ne sont maintenant rien d’autre que de simples nids de poule.

Mais quelque chose de dingue finit par arriver. Le même état d’esprit qui fonctionnait si bien pour vous par le passé s’arrête graduellement de fonctionner. Plus vous essayez encore et encore de le faire fonctionner, plus cela échoue.

Aussitôt que vous trouvez que votre niveau de réflexion actuel est en fait un piège, cette réalisation est ce qui fait bondir votre conscience au niveau suivant.

Pensez au niveau de la fierté, par exemple. Le piège de la fierté est que votre estime de vous-même est très fragile ─ elle est basée sur le fait que votre réalité extérieure soit d’une certaine façon. Vous finissez par passer de plus en plus de temps à défendre cette réalité. Et cela peut finir par craquer. Quand vous réalisez que défendre votre fragile fierté est une bataille futile et sans espoir, vous bondissez au niveau du courage et commencez à faire face à vos peurs en vrai plutôt que de prétendre que vous les avez déjà domptées.

Mais le courage est aussi un piège. À la base cela fonctionne bien, mais après un moment vous commencez à avoir des problèmes. Vous avez trop de contrôle, vous passez de plus en plus de temps à essayer de contrôler ce que vous ne pouvez pas contrôler. Votre frustration ne fait qu’augmenter. Aussitôt que vous réalisez qu’essayer de tout contrôler est désespéré, vous sautez au niveau de la neutralité.

Avec la neutralité vous adoptez la croyance du « vivre et laisser vivre ». Vous devenez plus doux et acceptez les gens comme ils sont. La vie à ce niveau est à la base très confortable. Mais le piège finit par se dévoiler. Votre vie devient graduellement écrasée par des choses qui commencent à vous embêter. Vous vous en plaignez plutôt que d’agir sur elles, et rien n’arrive. Les choses empirent plutôt qu’elles ne s’améliorent. Vous pourriez prendre du poids, avoir des problèmes financiers, ou rencontrer d’autres frustrations. La procrastination est votre façon de vivre. Mais vous ne pouvez pas résoudre ces problèmes en espérant et en vous plaignant. Aussitôt que vous réalisez que rien ne changera tant que vous ne passerez pas à l’action, vous augmentez votre conscience au niveau de la volonté.

Et la volonté est elle-même un piège. Vous passez à l’action et développez votre autodiscipline. Cela fonctionne bien pendant un temps, mais alors vous commencez à réaliser que vous êtes comme une souris dans une roue. Vous travaillez dur, mais vous n’allez réellement nulle part. Les gens profitent de vous. Vous commencez à vous sentir amer quant au fait d’investir tant d’efforts pour si peu de résultats. Et aussitôt que vous voyez le piège, vous vous élevez au niveau de l’acceptation.

Vous acceptez alors la responsabilité de diriger votre propre vie plutôt que de travailler aussi dur pour atteindre d’autres objectifs que les vôtres. Vous fixez vos propres objectifs, vous faites des plans, et alors vous commencez à échouer. Et échouer. Et échouer. Vous fixez des objectifs et travaillez dur, mais vous ne savez pas vraiment ce que vous faites. Vous ne comprenez pas les lois naturelles qui opèrent dans votre monde. Vous êtes frustré que même des gens moins « élevés » que vous vous dépassent. Vous finissez par reconnaître le piège ─ si vous ne comprenez pas les règles qui régissent réellement le monde, vous ne serez jamais capable de réussir à atteindre vos objectifs. Vous vous élevez au niveau de la raison.

Maintenant au niveau de la raison, vous prenez le temps d’apprendre les règles. Vous devenez très intéressé par le fait d’absorber de nouvelles connaissances. Quand j’ai atteint ce niveau, j’ai changé mon modèle d’entreprise et commencé à réfléchir de façon très analytique et stratégique. J’ai étudié le commerce et le marketing. J’ai fait des études de marché. J’ai appliqué ce que j’ai appris. Et finalement j’ai sorti un produit à fort succès. J’ai trouvé les règles que j’avais besoin de suivre afin de réussir, et elles ont fonctionné. Mais le niveau de la raison est également un piège. Plus vous pensez, plus vous réalisez que, peu importe à quel point vous devenez intelligent et le nombre de connaissances que vous avez, l’esprit seul ne peut pas établir le contexte de votre vie. Cela ne peut pas fournir de but ou de sens. Vous pouvez penser et penser et analyser et analyser, mais aucune somme de données ou d’informations ne peut vous dire pourquoi vous êtes là et ce pour quoi vous vivez. Vous commencez à vous sentir vide et à vous poser des questions comme « N’y a-t-il rien d’autre que ça ? » Votre raisonnement commence à vous faire tourner en rond, et vous voyez finalement que c’est un piège. Et vous passez au niveau de l’amour.

Et ainsi continue le cycle. Les seules constantes qui existent sont la croissance et le changement. Plus vous résistez à l’apprentissage des leçons qui augmenteront votre conscience au niveau suivant, plus vous créez de douleur et de frustration pour vous-même.

Chaque fois que vous atteignez un nouveau niveau de conscience, vous conservez les bénéfices des niveaux précédents, mais vous vous débarrassez des faiblesses. Vous maintenez la confiance du courage sans la témérité, le confort de la neutralité sans la passivité, la discipline de la volonté sans la frustration, la concentration de l’acceptation sans l’échec, l’intelligence de la raison sans la paralysie analytique.

Hier après-midi j’ai vécu une véritable évolution personnelle. Après avoir passé près de 6 ans et demi dans le niveau de la raison, j’ai fini par atteindre le niveau de l’amour. J’en suis certain. Ce n’est pas l’émotion de l’amour ─ c’est la conscience d’un amour inconditionnel. C’est difficile de mettre des mots dessus, mais une partie de cela est un sentiment d’unité totale avec tout ce qui existe. C’est un sentiment de conduite de vie en soi, comme faire partie d’un tout plus large plutôt que d’être un ego individuel. Depuis près d’un an maintenant, je pouvais voir les signes qui me montraient que je m’approchais d’un bond en avant, mais hier cela m’a finalement touché, et la pleine conscience de ce nouveau niveau m’a envahi.

J’ai eu mon premier aperçu du niveau de l’amour en 2002. Cela a commencé avec des flashs profonds d’intuition et des poussées de synchronicité. Elles ont commencé par durer quelques jours ou une semaine, mais il se passait des mois entre ces épisodes. Je les relatais dans mon journal mais les ignorais le reste du temps. Mais alors j’ai été curieux et j’ai commencé à agir dessus par petites touches, et j’ai graduellement été convaincu qu’il y avait une intelligence supérieure à l’œuvre derrière elles. Quand j’ai commencé à croire plus souvent en mon intuition et en ces synchronicités, leur présence dans ma vie a augmenté, et elles m’ont mené à de nouvelles solutions, déchirant les problèmes les plus épineux bien plus efficacement que ne l’auraient fait la raison et la logique. Mais je ne leur faisais pas totalement confiance. Pourtant finalement, j’ai été capable de me laisser aller, et ces intuitions et synchronicités sont intervenues de façon permanente et ne sont jamais parties ─ maintenant leur fonctionnement est continu.

Cela va me prendre un moment pour m’y habituer. Déjà, je dois commencer par me réjouir, en particulier après avoir travaillé aussi consciemment et aussi dur pendant 6 ans et demi. C’était loin d’être facile, mais ça valait la peine.

 

Crédits photo : grandeduc

3 commentaires

  • Je vous suis parfaitement sur cette voie ! Les strates d’un niveau à l’autre, je ne les perçois pas aussi nettes cependant. Les charnières m’apparaisent floues. En revanche, je sais quand je suis passé au niveau supérieur, enfin je dis “supérieur”, mais je devrais dire “suivant”.
    Je me considère au niveau de l’amour depuis peu… Il reste du chemin à parcourir… mais les résultats obtenus sont plutôt encourageants.

  • renee dit :

    qu appelez vous des poussees de synchronicites ? merci
    l article est tres interressant,
    sylvie

  • La synchronicité, n’est-ce pas ces coïncidences spontanées qui nous surprennent ? Par exemple : je pense à quelqu’un et hop ikl m’appelle au tel… ou un chercheur découvre un élément essentiel et à l’autre bout du monde, une équipe développe la même chose sans le savoir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *