Qu’est-ce que la productivité ?

Note : cet article est une traduction de l’article What Is Productivity? de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ProductivitéDans cet article nous allons analyser de façon plus précise le concept de productivité.

Voici ma définition personnelle de la productivité :

Productivité = Valeur / Temps (la productivité est égale à la valeur divisée par le temps)

Par cette définition, il y a deux façons principales d’augmenter la productivité :

  1. Augmenter la valeur créée
  2. Diminuer le temps nécessaire pour créer cette valeur

Vous pouvez compliquer cette définition en ajoutant d’autres facteurs comme l’énergie et les ressources, mais je préfère la simplicité du concept de temps parce que dans la plupart des cas des facteurs comme l’énergie et les ressources peuvent être ramenés au temps de toute façon. Le temps facilite également beaucoup la comparaison entre différents niveaux de productivité, comme avec une production par heure ou par jour.

Apparemment vous pouvez faire des gains significatifs côté temps. Il y a beaucoup d’optimisations personnelles de la productivité qui, en particulier quand vous les introduisez pendant votre jeunesse, produiront une économie nette de temps massive au cours de votre vie. Pensez à la vitesse à laquelle vous tapez, par exemple. Si vous investissez du temps pour faire monter votre vitesse à 90 mots par minute ou plus, cela vaudra largement la peine d’avoir investi ce temps à l’origine si vous tapez beaucoup au cours de votre vie, par rapport au fait de laisser votre vitesse de frappe descendre à 50 mots par minute ou moins année après année. Les heures de pratique supplémentaires ne seront rien comparé au temps que vous gagnez en tapant vos mails, vos lettres, ou vos articles de blogs dans les décennies à venir. D’autres optimisations basées sur le temps incluent l’amélioration de vos habitudes de sommeil, la minimisation de votre temps de trajet, ou la perte des habitudes qui font perdre du temps, comme fumer.

La principale limite des optimisations basées sur le temps est que le processus d’optimisation requiert un ajout de temps lui-même. Cela prend du temps de gagner du temps. Donc plus vous investissez de temps dans l’optimisation de l’utilisation de votre temps, plus grand sera votre investissement de temps initial, et plus grand sera votre besoin d’une rentabilisation à long terme pour justifier cet investissement. Cette limite crée une limite haute pour toutes les optimisations basées sur le temps que vous tentez, suivant la loi des rendements décroissants. Plus vous investissez de temps dans une tentative d’optimisation, moins vous aurez de rendement net, à toutes choses égales.

La loi des rendements décroissants nous ramène à la question de la valeur. Même si nous pourrions être coincés avec les rendements décroissants en essayant d’optimiser seulement la partie temps, nous pourrions aussi noter que s’efforcer d’optimiser la valeur est moins limitative et plus flexible.

Qu’est-ce que la « valeur » dans notre équation de productivité ?

La valeur est une qualité que vous devez définir personnellement. Par conséquent, toute définition de la productivité est relative à la définition de la valeur. Dans les cercles où les gens peuvent s’accorder sur une définition commune de la valeur, ils peuvent aussi s’accorder sur une définition commune de la productivité. Cependant, en ce qui concerne votre productivité personnelle, vous n’êtes pas obligé de définir la valeur de la même manière que les autres le font. Vous êtes libre d’adopter votre propre définition, de sorte que votre poursuite d’une plus grande productivité devienne une quête personnelle qui produise la valeur qui compte le plus pour vous.

Trop souvent nous adoptons une définition de la valeur conditionnée socialement, ce qui a tendance à être très limitatif. Peut-être que nous définissons la valeur en termes de production de travail dans notre carrière, de nombre de tâches complétées, du nombre et de la qualité de projets importants terminés, etc. Vous pourriez ne pas être capable de l’exprimer clairement, mais peut-être que vous avez une définition pratique de la valeur qui vous met à l’aise. Vous pouvez dire quand vous avez eu une journée productive et quand vous ne vous êtes pas basé sur la quantité de valeur que vous avez créée, en accord avec votre propre définition de la valeur.

Mais quelle quantité de pensées conscientes avez-vous mis dans votre définition personnelle de la valeur ? Je vous mets au défi de mettre un peu plus de réflexion dans votre définition, ce qui va par conséquent redéfinir votre sens de la productivité.

Impact

Déjà, selon votre définition de la valeur, dans quelle mesure est produite cette valeur ? Qui reçoit la valeur ? Vous-même, votre patron, vos collègues, vos amis, votre famille, votre entreprise, vos clients, votre équipe, certains investisseurs, votre communauté, votre pays, le monde, Dieu, tous les êtres conscients, etc. ? Quel niveau de valeur est reçu au final par chaque personne ou groupe ? Fournissez-vous de la valeur à une personne, 10 personnes, 100 personnes, 1000 personnes, des millions de personnes, la planète entière ? À quel point ressentez-vous que la valeur que vous produisez se répercute au-delà de ce que vous y apportez directement ? À quelle vitesse se dissipent ses répercussions ? Quel est votre sentiment quant au niveau de base de l’impact de votre valeur ? Est-il limité ou étendu ?

Par exemple, si vous êtes le PDG d’une entreprise du CAC 40 ou le dirigeant d’un pays, vous aurez une bien plus grande capacité à fournir de la valeur à un grand nombre de gens que si vous travaillez comme concierge. Plus vous pouvez influencer de gens, plus grande sera votre valeur potentielle. Un plus grand levier implique un plus grand impact potentiel.

Endurance

Ensuite, combien de temps dure la valeur que vous créez ? Une heure, un jour, une semaine, un mois, un an, une décennie, une vie, 100 ans, 1000 ans, 10 000 ans, jusqu’à la fin des temps ? A quel point votre valeur rapportera-t-elle dans le temps ? Est-elle rapidement consommée et oubliée ? Ou continue-t-elle à se régénérer année après année ? Est-ce que votre valeur crée des répercussions dans le temps ?

La Joconde fournit encore de la valeur des centaines d’années après sa création. Mais d’autres œuvres d’art ne produisent pas une valeur qui dépasse la vie de l’artiste. Elles sont rapidement abandonnées et finalement remplacées.

Essence

Troisièmement, quelle est l’essence de la valeur que vous produisez ? Aidez-vous les gens à survivre ? Est-ce que vous les amusez ? Les éclairez ? Combien d’autres accordent de la valeur à ce que vous produisez ? Quel prix seraient-ils d’accord à payer pour ça ? Considèrent-ils votre valeur comme essentielle, optionnelle, ou indésirable ? À quel point votre valeur est-elle unique ? Êtes-vous le seul qui peut le produire, ou y a-t-il plein d’autres choix équivalents ?

L’essence de la valeur fournie par un concierge est faible parce qu’il est facile de trouver des gens pour faire ce genre de travail pour une petite paye. L’essence de la valeur d’un physicien est potentiellement énorme parce qu’un nouveau concept théorique pourrait apporter une compréhension plus précise de l’univers.

Volume

Enfin, quel est le volume de la valeur que vous créez ? Combien en produisez-vous en une période de temps donnée ? En quelle quantité produisez-vous cette valeur ?

Par exemple, Picasso était un artiste prolifique qui a créé des centaines d’œuvres différentes tout au long de sa vie. Les autres artistes avaient un volume de production bien inférieur.

Donc maintenant nous avons cette petite formule :

Valeur = Impact x Endurance x Essence x Volume

Et par conséquent :

Productivité = Impact x Endurance x Essence x Volume / Temps

Maintenant ce qui est intéressant ici est que la plupart des livres de productivité que j’ai lu se concentrent presque exclusivement sur le volume et le temps. Mais ce sont les parties les plus limitatives de cette équation. Cependant, ce sont aussi les plus faciles à traiter par écrit.

Je pense que les facteurs les plus importants à prendre en compte à long terme pour optimiser sa productivité (que ce soit en tant qu’individu, entreprise, pays, ou autre entité) sont l’impact, l’endurance, et l’essence. Et le plus important des trois est l’essence.

Par exemple, réfléchissons à la productivité d’un blogueur.

L’impact de la valeur d’un blogueur serait lié au niveau de trafic de son blog et à son influence globale sur ses lecteurs. Combien de gens lisent le blog, et quelle valeur accordent-ils à ce qu’écrit ce blogueur ? Pour améliorer son impact un blogueur pourrait augmenter le trafic du blog ou améliorer ses talents d’écriture afin d’avoir plus d’effet sur ses lecteurs. L’impact peut aussi être augmenté si les lecteurs sortent ensuite et parlent aux autres de ce qu’ils ont lu. Et puis le blogueur peut utiliser son blog comme un moyen d’auto-exploration, et accroître de ce fait l’impact du blog sur la propre vie du blogueur.

L’endurance de la valeur d’un blogueur serait son effet à long terme sur les lecteurs du blog, s’il y en a. Est-ce que le blog change la réflexion à long terme et les schémas comportementaux de ses lecteurs ? Est-ce que les lecteurs oublient rapidement ce qu’ils lisent sur le blog, ou est-ce que les informations restent en eux ? Est-ce que les lecteurs sont hantés de façon permanente par ce qu’ils ont lu ?

L’essence de la valeur d’un blogueur dépend des sujets sur lesquels ce blogueur écrit. Est-ce que le blogueur écrit des articles vite fait pour faire rigoler ou générer du trafic, ou est-ce qu’il s’engage sérieusement à fournir une réelle valeur ? Quelle est la nature de la valeur que fournit ce blogueur ? Est-ce des conseils financiers qui pourraient aider quelqu’un à devenir riche ? Fournit-il des solutions à des problèmes importants ? Ou est-ce principalement du vent ?

Et bien sûr le volume de la valeur d’un blogueur serait la quantité de mots et d’articles qu’il génère.

Maintenant étendez ce schéma de pensée à votre vie dans son ensemble, bien au-delà des frontières de votre carrière.

Quel est l’impact ultime de votre vie ? Combien de vies touchez-vous ? Êtes-vous une personne d’influence ? Ou existez-vous dans une relative obscurité ?

Quelle sera l’endurance de la valeur de votre vie ? Les contributions que vous ferez au cours de votre vie s’avèreront-elles globalement insignifiantes ? Ou se répercuteront-elles pendant des siècles ? Qu’est-ce qui dans votre valeur survivra à votre mort ? Qu’aurez-vous la possibilité de conserver dans votre valeur après votre mort (en partant du fait qu’il y ait toute sorte de vie après la mort) ?

Et finalement, quelle sera l’essence de la valeur de votre vie ? Quel est le cœur de votre contribution ? Êtes-vous ici pour jouer à suivre le suiveur ? Êtes-vous à la poursuite d’un destin valable ? Quand vous pensez consciemment à la valeur que vous fournissez, vous sentez-vous vide et apeuré ou en paix et complet ? Quel est le sens derrière vos actes ? Ce sens a-t-il été consciemment choisi ?

Vous ne pouvez pas optimiser votre productivité sans consciemment et délibérément optimiser ces facteurs. La vraie productivité est bien plus qu’une simple question de volume et de temps. Si vous négligez l’importance de l’impact, de l’endurance, et de l’essence, vous vous condamnez à continuer à faire du sur-place et à passer à côté de tout l’intérêt de la vie. Et le pire est qu’en vivant, vous saurez que c’est vrai. Vous sentirez le manque et le vide dans tout ce que vous faites. Quand vous considérez ce que vous produisez vis-à-vis de l’infinité du temps et de l’espace, ce n’est rien.

L’essence est le seul facteur le plus important. Tant que vous n’aurez pas découvert la véritable essence de votre vue, vous ne pourrez pas réellement être productif. Vous pouvez tenir pour acquis le fait que toute tâche que vous faites aura forcément de l’impact, de l’endurance, et du volume. Ces facteurs peuvent être très restreints si la tâche est insignifiante, mais ils seront quand même supérieurs à zéro. Cependant, si le cœur de l’essence d’une tâche est de zéro, alors votre productivité totale est de zéro. S’il vous manque le but de votre vie, votre productivité ultime est de zéro, peu importe que vous travailliez dur et la qualité de vos tentatives d’optimisation de tous les autres facteurs. Si vous gagnez le monde entier et perdez votre âme, votre rétribution finale est de zéro.

Cette essence est votre but.

C’est pourquoi il est si important de découvrir le but de votre vie. Peu importe le temps que cela prend. En fait, la seule vraie tâche productive que vous pouvez faire avant de connaître votre but est de vous efforcer de découvrir quel est ce but. La recherche de cette essence est essentielle si vous souhaitez avoir une productivité supérieure à zéro.

Une fois que vous avez découvert votre essence, vous trouverez que tous ces autres facteurs commencent à s’optimiser seuls très facilement. Vivre son essence crée la passion, et la passion crée l’impact, l’endurance, et le volume. La passion semble également faire passer le temps plus lentement. La passion fournit l’énergie et attire les ressources pour gérer le temps plus efficacement. La passion vous permet de voir le moment présent comme complet et parfait en soi au lieu de percevoir la vie comme incomplète et imparfaite. La découverte de l’essence optimise automatiquement la productivité dans son ensemble.

Trouvez quelqu’un qui connait et suit son but dans la vie, et vous trouverez quelqu’un de réellement productif. Mais en l’absence de but, vous trouverez de l’occupation, mais jamais de la productivité ─ le volume de production créé pourrait aussi bien être balancé à la benne. Cela n’aura pas le pouvoir de durer.

Le but est ancré dans le permanent, l’intemporel, l’illimité. C’est l’essence de ce qui est réel. Le but est conscient et vivant. Hors de votre but vous ne pouvez travailler qu’avec le temporaire, l’éphémère, le limité ─ des projections fantômes de la réalité mais pas le réalité elle-même.

Soyez productif. Passez votre temps à découvrir votre essence, puis vouez le reste de votre vie à travailler grâce à cette essence. Ensuite vous vivrez et travaillerez avec un sens illimité de la productivité parce que l’essence elle-même est illimitée.

 

Crédits photo : style-photography.de

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Qu’est-ce que la productivitéquest ce que la productivitécomment s exprime la productivite en ses ?quest ce que la productivit2quet ce que la productivitéqu\est-ce que influence la productivité ?

Un commentaire

  • et si en fait il n’y avait pas de but à la vie?
    et si le but, ce serait simplement d’être là où on est, le plus simplement possible, ouvert à toutes les éventualités que nous propose la vie, sans préjugés (c’est difficile vu que nous nous sommes laissés conditionner) et sans attente particulière?
    et vivre tout ce qui nous attire, essayer, tester, expérimenter sans peur, car en fait il n’y a rien à perdre, mais tout à gagner!
    en expérimentant, j’apprends chaque jour un peu plus Qui Je Suis, avec toutes mes composantes, et je sens peu à peu ce qui me paraît être le plus important….
    quant à être plus efficace et performant, cela est pour moi difficile; certes je peux facilement m’améliorer et cela peut m’aider dans mes passions ….mais si je passe le seuil du “facilement” je me force et, quelques jours après j’ai le “retour de bâton”, une grande fatigue, une saturation….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *