TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Productivité 101

Note : cet article est une traduction de l’article Productivity 101 de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Règles productivitéHier soir j’ai partagé quelques astuces de productivité avec mon club Toastmasters, donc j’ai pensé que ce serait une bonne idée de les partager également avec vous.

Ces astuces ne sont pas compliquées, mais elles se sont avérées très efficaces pour moi et beaucoup d’autres. Vous les avez probablement déjà entendues avant, donc si c’est le cas, prenez-les comme un rappel/un aide-mémoire pour mettre ces idées en pratique dès aujourd’hui.

  1. Travaillez dans un domaine que vous aimez.

« Faites ce que vous aimez » est peut-être l’astuce de productivité la plus basique qui soit. Vous serez bien plus productif en faisant un travail que vous aimez. Malheureusement, cette astuce est aussi évidente qu’elle est ignorée.

Faire un travail que vous aimez n’est pas automatiquement la même chose que faire un travail que vous trouvez modérément agréable. Quand vous travaillez dans un domaine que vous aimez, votre motivation est généralement élevée parce que vous vous sentez passionné par ce que vous faites. Vous n’avez pas besoin de vous forcer à y aller tous les jours.

Quand vous aimez votre travail, vous avez tendance à travailler plus vite. Vous faites également un travail de meilleure qualité, et un travail de haute-qualité est plus efficace qu’un travail de mauvaise qualité. Un travail de mauvaise qualité génère des résultats inférieurs et doit souvent être refait.

Ne perdez pas votre temps à essayer de devenir plus productif dans un domaine que vous n’aimez pas. Ce genre de lutte est une complète perte de temps. Vous méritez mieux que de vous soumettre à une telle punition.

J’ai entendu des centaines d’excuses différentes de gens qui prétendent ne pas pouvoir faire ce qu’ils aiment ; pas assez d’argent, de temps, pas assez bon, ma femme ne me laissera pas faire, etc. Ils peuvent tous être résumés en deux mots : « J’ai peur. »

Les gens qui font ce qu’ils aiment ont aussi peur. Ils pourraient trouver les mêmes excuses. Mais à un moment ils ont décidé qu’il était inacceptable d’avoir une vie dictée par la peur, donc ils ont choisi d’affronter leur peur et de la dépasser. Ils ont décidé de surmonter leurs problèmes au lieu de les transformer en excuses. Ceux qui restent coincés laissent simplement leur peur les contrôler.

Au final, c’est une question de choix. Soit vous vous engagez à faire ce que vous aimez, soit vous ne le faites pas. Quel côté amène le plus de souffrance selon vous ?

  1. Profitez de l’apprentissage audio.

Prenez l’habitude d’écouter des programmes d’apprentissage audio, tous les jours dans l’idéal. C’est tellement facile de remplir les trous de votre journée avec des moments d’apprentissage. Écoutez des programmes audio quand vous conduisez, faites vos courses, faites du sport, préparez à manger, ou quand vous allez simplement vous promener. Chargez-les sur votre lecteur MP3, pour toujours les avoir sous la main.

Vous n’avez même pas besoin de payer pour avoir ces programmes audio. Il y a des tonnes de poscasts d’apprentissage gratuits en ligne.

En prenant simplement cette habitude, vous gagnez l’équivalent de plusieurs diplômes universitaires. Si vous voulez étendre votre savoir et vos connaissances, cette habitude est de loin la meilleure. Cela ne prend même pas de temps en plus si vous combinez l’apprentissage audio avec vos activités physiques comme je l’ai suggéré.

Les bienfaits qu’il y a à écouter des programmes audio d’apprentissage vont bien au-delà du simple contenu. Le simple fait de nourrir votre esprit d’informations positives va également vous aider à rester motivé et optimiste. Si vous vous sentez déprimé, paresseux, ou démotivé, on peut parier que vous ne profitez pas des opportunités quotidiennes de l’apprentissage audio. Cela vous aidera à vous sentir bien plus positif et motivé.

Quand j’étais à l’université, j’avais pour habitude d’écouter des programmes audio d’apprentissage sur cassettes avec mon walkman. Je les écoutais pendant que j’allais et revenais de l’université à pied et pendant les courtes pauses entre les cours. Pendant une journée normale je pouvais écouter près de deux heures de programmes. J’ai appris quelques bonnes idées avec ces cassettes, mais cette habitude m’a aussi permis de rester positif. Cette pratique a énormément contribué à me permettre d’obtenir deux diplômes en trois semestres. À l’époque tout le monde autour de moi me disait que j’allais échouer ; personne n’était vraiment encourageant. Mais j’ai noyé toutes ces paroles négatives en me connectant à des messages positifs et motivants. Ces cassettes m’ont permis de me demander comment j’allais atteindre mes objectifs, et non si j’allais les atteindre. Donc les bienfaits de l’apprentissage audio ne viennent pas que du contenu que vous apprenez ; c’est aussi un ajustement d’attitude.

  1. Éliminez les interruptions.

Si vous faites un travail créatif ou de traitement d’informations, il est impératif que vous mettiez des blocs de temps de côté pendant lesquels vous saurez que vous ne serez pas interrompu. Cela signifie aucune interruption extérieure, mais aussi aucune interruption personnelle. Vous avez besoin de blocs de temps sérieux (2-3 heures minimum) sans regarder vos mails, sans messagerie instantanée, sans surf sur internet, sans appels téléphoniques, sans visites impromptues, etc.

Le simple fait de savoir que vous ne serez pas interrompu fait qu’il est beaucoup plus facile d’entrer dans l’état de flux créatif qui vous permet de faire beaucoup de travail hautement productif. Chaque fois que vous êtes interrompu pendant quelques minutes ou plus, vous pouvez vous attendre à ce que cela prenne au moins 15 minutes pour revenir à cet état de flux créatif. Quelques interruptions quotidiennes qui paraissent mineures s’additionnent pour provoquer une énorme perte de temps chaque mois – et sans le moindre bénéfice en général.

Quand je travaille sur un projet ou que j’écris un article, je ne regarde pas mes mails. Si le téléphone sonne, je laisse le répondeur faire son travail. Je ferme la porte de mon bureau à clé et je mets une petite image sur ma porte qui dit « Troll au travail – Fichez le camp ! » avec un troll dessus. Quand Erin et les enfants voient le troll, ils savent qu’ils ne doivent pas me déranger sauf en cas de réelle urgence. Le troll est un avertissement. Ils savent que s’ils passent le troll, ils seront confrontés à un ogre.

Ma routine d’écriture de nouveaux articles est au rythme de 1000 à 1500 mots par heure en moyenne entre le moment où je suis inspiré par l’idée et celui où je clique sur « Publier ». Écrire un article de 5000 mots peut me prendre environ 4 heures au total. Si je pense que je vais être interrompu, je ne peux pas écrire aussi vite. Je dois me déconnecter du monde entier et me mettre dans un état où rien d’autre n’existe que le sujet sur lequel j’écris. Quand j’entre dans cet état de flux, écrire se fait sans efforts. Je ne suis généralement même pas conscient du fait que mes doigts tapent sur le clavier.

Vous fixez vos propres limites, donc n’envisagez même pas d’en vouloir aux autres pour votre manque de productivité. Si les autres ne respectent pas votre temps, c’est parce que vous les avez entraînés à se comporter de cette façon, ne serait-ce que par le mécanisme de l’approbation silencieuse. Commencez par avoir plus de respect envers votre temps, et par clarifier vos limites vis-à-vis des autres. Vous n’êtes pas obligé d’être un ogre, mais vous avez bel et bien besoin d’être ferme. D’un autre côté, si les gens refusent de respecter cela, alors vous devez vous demander pourquoi vous voulez vraiment avoir ce genre de vampires de productivité irrespectueux dans votre vie.

En utilisant intelligemment votre temps de travail, vous aurez plus de temps libre à investir dans votre vie personnelle. Erin sait que quand j’aurai fini d’écrire cet article nous irons regarder un film ensemble ce soir (The Wrestler), et je lui ai aussi promis un merveilleux massage de pieds. Si elle m’interrompt et que cela me prend plus de temps que prévu de finir cet article, nous aurons moins de temps à passer ensemble.

  1. Notez votre utilisation du temps.

Pendant quelques jours d’affilée, notez la façon dont vous utilisez votre temps. Du moment où vous vous levez au moment où vous retournez vous coucher, notez l’utilisation que vous en faites. Chaque fois que vous changez d’activité, notez l’heure et la nouvelle activité. Vous n’avez pas besoin de programmes super pointus pour faire ça, à moins que vous le vouliez vraiment. Un papier et un crayon suffisent.

À la fin de chaque journée, regardez où est passé votre temps. Vous êtes sûr de remarquer plusieurs moments d’inefficacité, donc il ne sera pas dur de trouver les domaines où vous devez vous améliorer. Si vous êtes comme la plupart des gens, ne soyez pas surpris de découvrir que 50 à 75% de votre temps chaque jour est fondamentalement perdu.

Vous aurez des chances de découvrir que vous passez bien trop de temps sur des tâches de faible importance, que vous succombez à trop de distractions, que vous changez de tâche trop souvent, et que vous perdez beaucoup de temps en ligne.

Ne vous en voulez pas quand vous voyez ce que vous avez fait. Servez-vous de cette information pour procéder à des améliorations, sans vous blâmer d’avoir perdu du temps.

Testez différentes approches pour gérer votre routine quotidienne. Faites quelques expériences pour voir si vous pouvez booster votre efficacité.

Le simple acte de mesurer l’utilisation que vous faites de votre temps va probablement augmenter votre productivité plus qu’assez pour compenser le temps que vous prenez pour noter toutes ces données. Donc même si vous ne faites pas des changements majeurs basés sur ce que vous avez appris, notez simplement l’utilisation de votre temps pour augmenter votre conscience. Vous trouverez que ce qui est mesuré est amélioré.

Même si vous avez déjà fait ce genre de statistiques de temps avant, c’est une bonne idée de le refaire de temps en temps, au moins une fois par an. Vous découvrirez que de nouvelles inefficacités et mauvaises habitudes ont poussé comme des mauvaises herbes, et que vous aurez besoin de les arracher de temps en temps.

  1. Utilisez les blocs de temps.

Les blocs de temps sont un super moyen de gérer les tâches pour lesquelles vous risquez de procrastiner. Avec les blocs de temps, vous ne vous engagez à travailler sur cette tâche ou ce projet que pendant une durée limitée, normalement entre 30 et 90 minutes. 10 à 15 minutes est déjà largement acceptable.

Une fois que vous dépassez les 15 premières minutes, vous voudrez souvent continuez à faire cette tâche. Les blocs de temps sont une bonne façon de vous amadouer pour vous pousser à dépasser la résistance initiale. Vous vous dites « Ce n’est que 30 minutes. Ca ne peut pas être si terrible ! Je peux faire n’importe quoi pendant seulement 30 minutes. » Mais quand vous arrivez au bout de ces 30 premières minutes, il est facile de continuer.

Le week-end dernier mes enfants et moi avons décidé de nettoyer la remise sous notre escalier. La remise était surchargée de piles de trucs inutiles. Il y avait un marathon Star Wars ce jour-là à la télé (les 6 épisodes de suite), donc je me suis dit que nous allions travailler sur cette remise jusqu’à la fin d’un des épisodes – une période de temps fixe d’environ une heure. Puis que nous pourrions arrêter et travailler sur le reste à un autre moment. Personne ne voulait ranger cette remise, mais au moins nous pouvions nous attaquer à la chose.

Ce qui est arrivé en réalité est que nous sommes tellement rentrés dans cette tâche que nous avons fini toute la remise et que nous l’avons totalement réorganisée, y compris en installant de nouvelles étagères. Cela nous a pris 3 ou 4 heures. Puis nous avons fait une autre armoire. Puis d’autres tiroirs. Puis une autre pièce… et une autre… Puis nous avons entrepris de nettoyer et réorganiser le garage. À la fin de la journée, nous avions passé 12 bonnes heures à ranger et réorganiser la maison. Erin était à une conférence ce jour-là, et quand elle est rentrée à la maison vers 20h, elle a dit qu’elle pensait s’être trompée de maison – elle n’avait pas reconnu le garage en y garant la voiture. 🙂

Cet élan a même duré jusqu’au lendemain, et Erin et les enfants ont continué à organiser la maison pendant plusieurs heures.

C’était un projet majeur, et si nous avions pensé y passer 18 ou 20 heures, cela aurait semblé trop écrasant, mais les blocs de temps ont été un super moyen de se lancer parce que nous pouvions nous dire « Ce n’est qu’une heure. Après on peut arrêter. »

Vous ne voudrez pas toujours continuer après la période de temps initialement prévue. Ce n’est pas grave. Vous devez vous accorder la permission de vous arrêter. Vous pouvez toujours procéder à une autre période-bloc plus tard et vous attaquer à nouveau à cette tâche. Si vous continuez à travailler dessus petit à petit, vous finirez par en voir le bout.

* * *

Ce sont toutes des astuces de productivité basiques, mais elles sont très efficaces. Ce sont des méthodes reconnues qui ont résisté à l’épreuve du temps. En termes de productivité, les habitudes simples ont tendance à être bien plus efficaces que les systèmes compliqués.

Crédits photo : © Alexander Limbach – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *