TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

L’autodiscipline : Volonté

Note : cet article est une traduction de l’article Self-Discipline: Willpower de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Créer un élan

La différence entre une personne qui réussit et les autres n’est pas un manque de force, pas un manque de connaissances, mais plutôt un manque d’ambition.
– Vince Lombardi

L’ambition ─ un tel gros mot de nos jours. Combien de publicités avez-vous vu qui essayaient de positionner leur produit comme étant un substitut à la volonté ? Ils commencent par vous dire que la volonté, l’ambition, ne fonctionnent pas, puis ils essayent de vous vendre quelque chose de « rapide et facile » comme une pilule de régime ou un quelconque équipement sportif. Souvent ils vont même garantir des résultats impossibles dans une période de temps incroyablement courte ─ c’est un pari sûr parce que les gens qui manquent de volonté ne prendront certainement pas le temps de leur retourner ces produits inutiles.

Mais devinez quoi… la volonté, ça marche. Mais afin d’en tirer complètement avantage, vous devez apprendre ce que cela permet et ne permet pas de faire. Les gens qui disent que la volonté ne fonctionne pas essayent de l’utiliser d’une façon qui dépasse ses possibilités.

Qu’est-ce que la volonté ?

La volonté est votre capacité à définir un plan d’action et à dire, « Partez ! ».

La volonté fournit un boost intensément puissant, mais temporaire. Voyez cela comme un propulseur ponctuel. Cela s’épuise rapidement, mais utilisé intelligemment, cela peut fournir la poussée dont vous avez besoin pour surmonter l’inertie et créer un élan.

La volonté est le fer de lance de l’autodiscipline. Pour faire une analogie avec la Seconde Guerre Mondiale, la volonté serait le jour du débarquement. C’était une gigantesque bataille qui a changé le cours de la guerre et a fait bouger les choses dans une nouvelle direction, même si cela a pris un an de plus de parvenir à la victoire en Europe. Faire ce genre d’effort chaque jour de guerre aurait été impossible.

La volonté est une concentration de force. Vous rassemblez toute votre énergie et faites un énorme bond en avant. Vous attaquez stratégiquement les problèmes à leurs points faibles jusqu’à ce qu’ils craquent, ce qui vous donne assez de liberté pour manœuvrer au cœur même de leur territoire et les finir.

L’application de la volonté inclut les étapes suivantes :

  1. Choisir votre objectif
  2. Créer un plan d’attaque
  3. Mettre le plan à exécution

Avec la volonté, vous pouvez prendre votre temps pour mettre en place les étapes 1 et 2, mais quand vous arrivez à l’étape 3, vous devez vous y mettre rapidement et à fond.

N’essayez pas d’attaquer vos problèmes et défis de façon telle qu’un haut niveau de volonté sera requis tous les jours. La volonté n’est pas durable. Si vous essayez de vous en servir trop longtemps, vous vous épuiserez. Cela nécessite un niveau d’énergie que vous ne pouvez maintenir que pendant un court moment… dans la plupart des cas le carburant est utilisé en l’espace de quelques jours.

Utilisez la volonté pour créer un élan qui s’autoalimente

Donc si la volonté ne peut être utilisée que pour de courtes poussées puissantes, alors quel est le meilleur moyen de le mettre en application ? Comment vous éviter de glisser à nouveau dans vos anciennes habitudes une fois que le boost de volonté temporaire est fini ?

La meilleure façon d’utiliser la volonté est de mettre en place une tête de pont, de sorte que les progrès futurs puissent être faits avec bien moins d’efforts que l’élan initial n’en a nécessités. Souvenez-vous du Débarquement ─ une fois que les alliés ont eu établi une tête de pont, la suite a été plus facile pour eux. Bien sûr c’était encore un sacré défi, en particulier dans les combats rapprochés pendant la guerre des haies en Normandie avant que les tanks « rhinos » ne commencent à labourer au travers, mais c’était bien plus facile que d’essayer de garder cette concentration, cette énergie, et cette coordination nécessaires pour une invasion des plages à grande échelle tous les jours pendant encore un an.

Donc la bonne façon d’utiliser la volonté est d’établir cette tête de pont ─ de changer le territoire lui-même de façon permanente de sorte qu’il soit plus facile de continuer à avancer. Utilisez la volonté pour ne pas avoir constamment besoin de maintenir un tel niveau de force.

Exemple

Utilisons tout cela dans un exemple concret.

Supposez que votre objectif soit de perdre 10 kilos. Vous essayez de faire un régime. Cela demande de la volonté, et vous y arrivez la première semaine. Mais en l’espace de quelques semaines vous êtes retombé dans vos vieilles habitudes et repris tous les kilos perdus entre temps. Vous réessayez avec d’autres régimes, mais le résultat est toujours le même. Vous n’arrivez pas à faire durer l’élan assez longtemps pour atteindre votre objectif de poids.

Il faut s’y attendre pourtant parce que la volonté est temporaire. C’est fait pour les sprints, pas pour les marathons. La volonté nécessite une concentration consciente, et se concentrer consciemment est très demandeur en énergie ─ cela ne peut pas être maintenu longtemps. Quelque chose finira par vous distraire.

Voici comment vous attaquer à ce même objectif avec la bonne utilisation de la volonté. Vous acceptez que vous ne pouvez appliquer qu’une courte poussée de volonté… peut-être pendant quelques jours tout au mieux. Après c’est fini. Donc vous feriez mieux d’utiliser cette volonté pour changer le territoire qui vous entoure de telle façon que maintenir cet élan ne sera pas si dur que de l’avoir mis en place dans un premier temps. Vous devez utiliser votre volonté pour établir une tête de pont sur les rivages de votre objectif.

Donc vous vous asseyez et vous faites un plan. Cela ne demande pas beaucoup d’énergie, et vous pouvez étaler le travail sur plusieurs jours.

Vous identifiez les différentes cibles que vous devrez frapper si vous voulez avoir une chance de réussir. D’abord, toutes les cochonneries doivent quitter votre cuisine, y compris tout ce que vous avez tendance à trop manger, et vous devez les remplacer avec des aliments qui vous aideront à perdre du poids, comme les fruits et les légumes. Ensuite, vous savez que vous serez tenté par du fast-food quand vous rentrerez chez vous affamé et que vous n’aurez rien de prêt à manger, donc vous décidez de pré-cuisiner de quoi manger pendant une semaine à l’avance chaque week-end. De cette manière vous avez toujours quelque chose dans votre frigo. Vous mettez de côté un bloc de plusieurs heures chaque week-end pour faire les courses et cuisiner pour toute la semaine. Achetez également un bon livre cuisine avec des recettes équilibrées. Mettez un tableau de poids sur le mur de votre salle de bains. Utilisez une balance adaptée qui peut mesurer le poids et le pourcentage de graisse. Faites une liste de plats-type (5 petits déjeuners, 5 déjeuners, et 5 dîners), et affichez-le sur votre frigo. Et ainsi de suite… Jusque là tout rentre dans votre plan écrit.

Puis vous le mettez en pratique ─ rapidement et pleinement. Vous pouvez probablement mettre à exécution le plan complet en un jour. Purgez toute la nourriture malsaine de votre cuisine. Achetez les nouveaux produits, le livre de recettes, et la nouvelle balance. Affichez le tableau de poids et les plats-type. Sélectionnez les recettes et cuisinez en grande quantité pour la semaine. Pfiou !

À la fin de la journée, vous avez utilisé votre volonté non pas pour faire le régime directement mais pour mettre en place les conditions qui rendront le régime plus facile à suivre. Quand vous vous réveillerez le matin suivant, vous trouverez votre environnement complètement changé en accord avec votre plan. Votre frigo sera rempli de plats pré-cuisinés équilibrés. Il n’y aura plus le moindre problème de bouffe malsaine chez vous. Vous aurez un bloc de temps régulier défini pour faire les courses et préparer à manger. Cela demandera encore un peu de discipline de suivre votre régime, mais vous avez déjà changé tellement de choses que cela sera loin d’être aussi difficile que ça le serait sans ces changements.

Voici quelques articles précédents qui vous donneront encore plus d’idées pour modifier votre environnement :

N’utilisez pas la volonté pour vous attaquer directement à votre problème majeur. Utilisez-la pour attaquer l’environnement et les obstacles sociaux qui perpétuent ce problème. Établissez d’abord une tête de pont, puis fortifiez votre position (en le transformant en habitude). L’habitude met l’action sur pilote automatique, de sorte que très peu de volonté est nécessaire pour un progrès durable, ce qui vous permet d’avancer quasiment en roue libre jusqu’à votre objectif.

 

Cet article est la troisième partie d’une série en six parties sur l’autodiscipline : partie 1 / partie 2 / partie 3 / partie 4 / partie 5 / partie 6

Crédits photo : frank peters

Recherches utilisées pour trouver cet article :

autodisciplineavoir de la volontécomment avoir de la volontécomment avoir plus de volonte

One Trackback

  • By L’autodiscipline : Travail on 19 août 2013 at 22 h 15 min

    […] ← L’autodiscipline : Volonté L’autodiscipline : Application […]

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *