TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Votre méthode de responsabilisation personnelle

Note : cet article est une traduction de l’article Your Personal Accountability System de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Projets et objectifsUne des grandes difficultés dans le fait d’atteindre ses objectifs est simplement d’en rester conscient et de garder le cap. Combien de fois avez-vous fixé un objectif, commencé à y travailler avec les meilleures intentions, et arrivé un moment, vous réalisez que c’est lentement passé par les mailles du filet ?

Les influences externes exercent des forces qui nous font sortir de piste. Et si vous avez une vie chargée, ces influences peuvent survenir assez souvent dans la journée. Appels. Emails. Lettres. Nouveau mémo. Visite inattendue. De nouveaux éléments à ajouter à votre liste de choses à faire. De nouvelles choses à penser. Mais la plupart ne font que vous distraire de ce qui est vraiment important.

Nous devons donc exercer une force contraire pour nous remettre en piste, et nous diriger de nouveau vers nos objectifs, encore, et encore. Revoir vos objectifs une fois par mois ou une fois par semaine n’est pas assez fréquent. Je préfère revoir mes objectifs majeurs chaque jour, et si la journée est déjà chargée de tâches importantes, alors je dois le faire plusieurs fois par jour. Sinon je commence à être un peu trop hors-piste, attiré par les tâches les moins importantes plutôt que par celles qui sont primordiales. C’est un processus qui pousse à vérifier constamment sa boussole et à trouver la meilleure étape à suivre.

Pour cette année j’ai 14 objectifs écrits. Ils sont divisés en 3 objectifs principaux et 11 objectifs secondaires. Ils sont tous importants. Mais les objectifs principaux sont ceux qui feront une différence absolument énorme. Atteindre un de ces 3 objectifs principaux est plus important que d’atteindre l’ensemble des 11 objectifs secondaires.

Mais il est tellement tentant de travailler d’abord à ces objectifs secondaires. Ils sont plus faciles. Ils apportent un sentiment immédiat d’accomplissement. Certains se rempliront d’eux-mêmes simplement en continuant vos habitudes actuelles. La plupart des autres peuvent être terminés en 20 à 40 heures de travail pour chacun. Mais les objectifs principaux ne sont pas automatiques, on n’est pas sûr de les atteindre, et chacun nécessite des centaines d’heures de travail. Donc si je ne fais rien de spécial pour me pousser à revenir à mes objectifs principaux, il y a de fortes chances que je finisse tous mes objectifs secondaires et que j’ai entamé chaque objectif principal mais sans en terminer aucun au cours de l’année. Et ce n’est pas suffisant.

Alors comment est-ce que je fais pour rester concentré sur mes objectifs principaux, malgré les nombreuses pressions me poussant à travailler sur d’autres choses ? J’ai une Méthode de Responsabilisation Personnelle (appelez-la MRP si vous aimez les acronymes). C’est un classeur classique à 3 anneaux avec couverture rigide. Il contient mon but en une phrase et mes objectifs de l’année (1 page), mes objectifs du premier trimestre (1 page), ma liste de projets (1 page), et la liste de mes prochaines actions (1 page). J’ai d’autres documents de planification sur mon PC, mais ceux-là sont ceux que je garde dans ce classeur.

Déjà, cela m’aide parce que je garde toujours ce classeur dans mon bureau, et je l’ouvre et y jette un œil chaque jour, généralement plusieurs fois par jour. C’est automatique parce qu’il contient la liste de mes prochaines actions. Alors je lis mes objectifs fréquemment, et je note toujours les 3 plus importants. C’est un processus de vérification constante du fait que je suis toujours en piste, et de réalisation des ajustements nécessaires.

Ensuite, je divise ma liste de projets et la liste de mes prochaines actions en deux parties : principales et secondaires. Les projets principaux et les prochaines actions soit mènent aux objectifs secondaires, soit ne sont pas du tout liés aux objectifs (comme calculer mes taxes, une chose que je dois faire mais qui n’est pas un objectif majeur).

Vous pouvez probablement commencer à voir les bénéfices de cette approche. Chaque fois que je regarde les listes de mes prochaines actions ou de mes projets, les principaux sont en haut de page. Donc cela aide beaucoup à savoir clairement quelle action suivante est la plus importante. Je classe toujours chaque groupe par contexte (bureau, courses, attentes, etc.), mais cela ne complique pas beaucoup les choses parce que mes objectifs principaux comprennent majoritairement du travail de bureau.

C’est parfois très difficile, et je n’arrive pas toujours à mes fins, mais j’ai pour but de passer au moins 50% de chaque journée à travailler sur mes objectifs principaux. Savoir quelles actions sont liées à ces objectifs est vraiment utile. Je peux simplement avancer droit vers mes actions suivantes et commencer à travailler sur mes actions principales.

À la fin de la journée, je peux voir si j’ai coché beaucoup d’actions de ma liste principale ou si la plupart faisaient partie de ma liste secondaire. Je sais immédiatement si je me suis concentré sur ce qui est primordial ou si j’ai perdu mon cap. Si je ne coche pas d’actions de la liste principale, je sais avec certitude que je fais fausse route. Il n’y a aucune façon de rationaliser ou de justifier le fait d’être sur la bonne voie quand vous ne l’êtes pas. C’est une façon de tenir les comptes chaque jour et de toujours savoir où j’en suis.

La glu qui tient maintient tout ensemble est la MRP. Cela permet de garder sa responsabilité en conscience, étant donné que je l’utilise activement chaque jour. Chaque fois que j’ai un doute concernant la prochaine action, je peux tourner la page pour voir le projet auquel elle est rattachée, et tourner à nouveau la page pour voir l’objectif qui est derrière tout cela. Et avec seulement 3 objectifs principaux, chacun dans un domaine différent de ma vie, je sais très clairement sur quel objectif je dois travailler.

Les méthodes prévalent sur les intentions

Sans méthode systématisée de responsabilisation quotidienne, le résultat naturel sera de perdre son cap. Puis à la fin de l’année, vous regarder en arrière et dites « Si seulement… » Afin d’empêcher ce « si seulement » annuel, vous devez vous tenir à cette responsabilisation annuelle chaque jour qui passe. Quand vous jetez un œil en arrière à votre journée et que vous voyez que vous avez gaffé, vous pouvez immédiatement vous reprendre et vous ressaisir pour faire mieux le lendemain. Il vaut mieux faire cela chaque jour que perdre pied et d’être désagréablement surpris à la fin de l’année. Une transformation résolue est mieux qu’une prise de conscience tragique.

Les meilleures intentions seront dominées par toute méthode que vous mettez en place. Si vous n’avez pas de méthode, alors sur le long terme vous serez dominé soit par vos vieilles habitudes soit par un chaos pur et simple, quelles que soient vos intentions et votre motivation. La MRP est un simple outil pour garder son cap ─ c’est actuellement celui que je préfère parce qu’on se sert des objectifs et qu’on les relie au fur et à mesure aux actions du moment. La responsabilisation existe donc à tous niveaux. Mais la véritable clé est que c’est une partie intégrante de chaque journée. Sans se reconcentrer tous les jours (ou même toutes les heures) sur les objectifs importants, il est bien trop facile de perdre vos objectifs de vue et de faire fausse route. Donc même si cela nécessite quelques efforts de mettre en place cette MRP, ça vaut le coup.

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

10 Partages
Partagez10
Tweetez