Vos amis sont-ils un ascenseur ou une cage ?

Note : cet article est une traduction de l’article Are Your Friends An Elevator or a Cage? de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

EntouragePour faire suite à l’article précédent, explorons le rôle des gens dans votre vie. Vous élèvent-ils vers la meilleure personne que vous pouvez être, ou vous retiennent-ils ?

J’ai parlé dans mon dernier article du fait qu’en traversant des changements majeurs dans la vie, comme un changement de carrière, je changeais les gens avec qui je passais le plus de temps. Nous avons tous traversé des périodes au cours desquelles les gens qui nous entourent ont changé ─ remise de diplôme, déménagement, nouveau travail, nouvelles rencontres, etc. Je ne pense pas avoir besoin de vous convaincre de l’influence que les autres peuvent avoir sur votre identité. Si vous avez un jour vécu un changement majeur dans votre environnement social, alors vous savez que vous avez changé vous aussi.

Pourtant, la plupart des gens ne font pas ces choix consciemment. Vous pourriez décider consciemment de passer moins de temps avec un ami en particulier, ou vous pourriez proposer un rendez-vous à quelqu’un pour commencer une nouvelle relation. Mais peu de gens choisissent volontairement la majorité de leur entourage. Il y a des chances que les rencontres soient hors de votre contrôle, mais la force ou la faiblesse des connexions qui existent est largement vous votre contrôle.

Pensez un moment aux 5 ou 10 personnes avec qui vous passez la plupart de votre temps. Incluez même les communautés en ligne si vous y passez beaucoup de temps ─ quels individus ont le plus d’influence sur votre façon de penser aujourd’hui ? En fait couchez cette liste sur papier ─ cela ne devrait pas prendre plus d’une minute. Et cela inclut les membres de votre famille.

Maintenant jetez un œil à cette liste. Il est dit que cette liste va vous donner un indice sur votre futur.

Voulez-vous devenir davantage comme ces personnes ? Oui ou non. Est-ce que quelqu’un dans cette liste a une mauvaise influence et vous fait glisser dans la mauvaise direction ? Est-ce que quelqu’un dans cette liste vous éclaire et vous encourage à aller toujours plus haut ?

Maintenant avez-vous déjà pensé à changer cette liste consciemment ? Réalisez-vous que vous avez la capacité de peupler cette liste délibérément plutôt que de laisser faire le hasard ? Vous êtes libre de refuser d’avoir certaines personnes dans votre vie, et vous êtes également libre de faire l’effort d’introduire les nouvelles personnes que vous voulez dans votre vie. Parfois il y a de fortes conséquences, comme pour les membres de la famille ou les patrons, mais cela reste un choix.

Il ne s’agit pas de « se débarrasser de certaines personnes ». Les gens sont toujours en train d’entrer et de sortir de la vie des uns et des autres. Les connaissances se muent en amitiés, et les amitiés se diluent en connaissances. Vous ne vous débarrassez de personne. La vérité est qu’afin de faire de la place à de nouvelles personnes et de nouvelles expériences, vous pourriez avoir besoin de détendre un peu certaines de vos relations actuelles.

Et la loyauté alors ? Ne devrait-on pas être loyal envers ses amis ? Une fois que vous avez un ami proche, même si son influence sur vous est un peu destructrice, ne devrait-on pas la conserver ?

La loyauté est une de mes valeurs personnelles. Mais ma valeur de loyauté signifie que je suis loyal envers ma vision de développement personnel maximum et envers mes valeurs fondamentales. Et cela fonctionne dans les deux sens. Même si je sais que je ne peux pas me permettre de m’accrocher à des amitiés qui entrent en conflit avec mes valeurs, je ne peux également pas m’accrocher à des amis que je ralentirais d’une façon ou d’une autre. Je ne veux que des relations gagnant-gagnant qui profitent à tout le monde.

La loyauté envers un ami signifie parfois de devoir le laisser partir. Cela signifie être loyal aussi pour le meilleur d’eux-mêmes. Si quelqu’un détruit sa santé en fumant, par exemple, vous n’êtes pas loyal en fumant de concert avec lui. C’est une loyauté envers quoi ? La mort ? La vraie loyauté nécessite parfois de détruire des connexions destructrices, de retrouver des bases solides, puis de décider ce que vous voulez vraiment faire pour aider votre ami (ce qui parfois nécessite de le faire passer au second plan).

Et si on prenait un exemple concret ? Quand j’étais à l’université, je me servais occasionnellement de logiciels piratés. J’avais beaucoup d’amis qui pirataient des logiciels et qui m’en offraient, et je les acceptais parfois quand cela correspondait à ce que je recherchais. Mais quand j’ai lancé ma propre affaire de logiciels après mon diplôme et que j’ai commencé à réfléchir au type de personne que je voulais être, j’ai réalisé que je devais me débarrasser de la piraterie de logiciels. Donc j’ai décidé d’arrêter.

Évidemment qu’est-il arrivé ? Vous vous en doutez. On m’a offert d’autres logiciels pirates, et j’ai cédé à la tentation. Puis je m’en suis voulu. Et le cas de figure s’est répété encore quelques fois jusqu’à ce que…

Je réalise que si je voulais arrêter d’utiliser des logiciels piratés, je devais arrêter de m’associer à des pirates. Donc j’ai décidé consciemment de laisser dépérir ces relations, ce qui en quelques occasions a impliqué de dire franchement à l’autre personne que je ne pouvais plus la laisser faire partie de ma vie (et pourquoi). Puis sont nées des amitiés avec des gens plus honnêtes qui n’envisageraient jamais de pirater des logiciels. Mes nouveaux amis et associés élèvent ma façon de penser à leur niveau, et il est plus facile pour moi de me débarrasser de la piraterie logicielle de façon permanente. J’ai été positivement infecté par les pensées de ceux qui ne piratent pas de logiciels, et mon état d’esprit n’envisage simplement plus une quelconque piraterie. Soit j’achète ce que je veux, soit je fais sans.

Aujourd’hui j’utilise beaucoup de sharewares, et ils sont tous sous licence. Même si je pourrais économiser de l’argent en trouvant des versions piratées, je ne le fais pas. Ce n’est même pas une option. Et cela n’a rien à voir avec la crainte de se faire prendre, d’avoir un virus, de ne pas avoir la dernière version, ou de perdre du temps. Pirater des logiciels ne me ressemble simplement pas. Je suis un non-pirate.

Ce changement a également eu des effets secondaires positifs inattendus. Quand je me suis débarrassé de la piraterie, il y a bien d’autres choses qui ont servi mes objectifs. J’ai élevé la perception que j’avais de moi-même. Il n’y avait rien sur mon ordinateur qui m’envoie le message subconscient : ouais jolie réussite, mais t’es toujours un voleur. C’est un exemple très basique de la façon dont le changement conscient d’entourage dans votre vie peut vous changer en mieux.

Et essayer de changer/secourir les gens dans le besoin alors ? Bien que je ne pense pas qu’il soit impossible de transformer une relation destructrice de l’intérieur, cela s’avère quand même très difficile si vous n’avez pas beaucoup de soutien. Même si vous essayez d’élever l’autre personne, vous coulez en parallèle. Vous auriez probablement besoin d’une zone tampon faite de beaucoup d’autres relations fortes pour arriver à transformer une seule relation destructrice. Je pense que la meilleure approche est de laisser derrière soi la relation destructrice, de former de nouvelles relations pour recouvrer vos forces, et alors (en gardant ces nouvelles relations), vous aurez la capacité de revisiter et de transformer la vieille relation destructrice avec bien moins de risques de retomber dans d’anciens travers.

Je pense que vous pouvez avoir une idée assez précise du genre de personne à qui vous avez affaire en regardant les gens qui l’entourent. Pensez-y un moment. Avec quel genre de personnes Georges Bush passe-t-il le plus clair de son temps ? Et le Dalaï-lama ? Et vos enfants ? Même Jésus était entouré de 12 apôtres. Bon, l’un d’entre eux l’a trahi, et un autre a par trois fois nié le connaître, mais 10 sur 12 c’est déjà pas mal. Si vous aviez une douzaine de partisans loyaux qui vous suivent partout, peut-être que vous pourriez bénéficier vous aussi d’une certaine élévation de pensées.

Cela peut demander beaucoup de courage de dire à quelqu’un « Je suis désolé, mais je ne peux plus me permettre de t’avoir dans ma vie. » Mais même si cela peut paraître égoïste par moments, c’est souvent la meilleure chose pour l’autre personne également. Si une relation vous ralentit d’une certaine façon, comprenez que cela touche aussi l’autre personne. Par exemple, si vous travaillez pour un patron abusif, votre acceptation de cette situation devient une acceptation silencieuse, ce qui encourage le patron à continuer de se comporter abusivement (envers vous et les autres).

Si vous fumez et que vous dites subitement à tous vos amis fumeurs « Je suis désolé, mais je ne peux pas continuer à être ami avec des gens qui fument. J’ai décidé que j’avais besoin de devenir non-fumeur », vous allez probablement rencontrer pas mal de résistance. Mais si vous tenez bon, vos actions vont contaminer certains de ces anciens amis. Et quand un an plus tard vous serez non-fumeur et qu’un d’eux vous contactera en privé et vous dira « J’aimerais arrêter aussi. Tu peux m’aider ? », vous serez en mesure de l’aider. Vous pourriez même faire renaître cette ancienne amitié, mais à un tout nouveau niveau.

Le genre de relations que je recherche aujourd’hui est celles qui ont un potentiel de gagnant-gagnant, dans laquelle les deux parties peuvent s’aider mutuellement à évoluer de façon positive sans se ralentir l’un l’autre. Aucune personne n’utilise l’autre ; c’est une synergie. Je suis toujours ouvert et demandeur de nouvelles relations comme celles-là. Si jamais je me sens comme pris dans une cage, je sais qu’il est temps de chercher et de trouver de nouvelles connexions et/ou d’en relâcher d’anciennes.

3 commentaires

  • benoit dit :

    Bravo, bel article!

    Cet exactement ce qu’il m’est plusieurs fois arrivé. A différentes phases de ma vie j’ai dû me débarrasser de certaines relations. Il y a un proverbe qui dit que l’on est la moyenne des 5 personnes avec qui l’ont passe le plus de temps.

    Il faut beaucoup de courage parfois pour abandonner des relations toxiques mais cela en vaut la peine.

  • Oui, bien dit ! Je m’étonne que ce blog ne réunisse pas davantage de monde ! Ce que vous dites est juste, positif et pratique.
    Je fais ce genre de “ménage” dans ma vie en ce moment-même ! Et d’ailleurs, j’ai également rangé mes placards !! LOL
    Bonne journée,
    Anne

  • Hervé dit :

    Un très bon article, qui met en avant un point essentiel dans tout développement personnel un peu sérieux : lors de votre changement, vos anciennes relations vous retiendront parfois et vous tireront vers le bas, car souvent votre changement les renverra à leur inaction, et au lieu de vous imiter et d’avancer avec vous, ils préfèreront souvent inconsciemment vous empêcher d’avancer. Cet article tombe alors à point nommé, le choix sera de continuer avec vos anciens amis au risque de ne plus avancer, de prendre un peu de recul par rapport à eux, ou de tout bonnement couper les ponts. Le choix sera difficile, mais parfois le jeu en vaut la chandelle comme expliqué dans cet article.

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *