TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Ignorer le manque pour créer l’abondance

Note : cet article est une traduction de l’article Ignoring Lack to Create Abundance de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Carrière et argentJ’ai profité d’une belle abondance depuis de nombreux mois parce que je me concentre davantage sur l’abondance, l’appréciation et la gratitude que sur le manque, la pénurie et la pauvreté. Certaines personnes diraient que cet état d’esprit est le résultat de cette abondance ; je vois cet état d’esprit/état de cœur comme en étant la cause.

Quand j’ai fait le contraire et que j’ai accordé plus d’attention à ce qui manquait dans ma vie, j’ai connu diverses expériences basées sur le manque : je m’enfonçais plus profondément dans la dette chaque année, je me suis fait virer de mon appartement parce que je ne pouvais plus payer le loyer, je ne pouvais pas m’offrir ce que je voulais, je me sentais stressé chaque fois que ma voiture tombait en panne, j’achetais toujours ce qu’il y avait de moins cher et cela se cassait facilement, etc. Cette façon de vivre a été assez contraignante pour capturer mon attention pendant un moment, mais après plusieurs années, cela m’a fatigué et j’ai décidé de tester l’état d’esprit d’abondance pour voir à quoi il ressemblait.

Je lisais souvent des livres et écoutais des programmes audio qui parlaient encore et encore de cet état d’esprit d’abondance, mais je me disais que c’était facile à dire pour eux parce qu’ils le vivaient déjà. Et si on ne le vivait pas encore ? Généralement leur recommandation était de commencer là où on en était, et certains insistaient sur le fait que l’abondance est un état d’esprit que vous pouvez avoir quelle que soit votre situation de départ. Je n’adhérais pas vraiment à cette idée à l’époque mais, principalement parce que j’étais prêt à tout pour essayer quelque chose de nouveau, j’ai choisi de faire de sérieux efforts pendant quelques jours au moins pour voir si cela faisait la moindre différence. Ce n’était pas comme si ce que je faisais avant avait porté ses fruits, donc je me suis dit que cela ne pourrait pas faire de mal, et que cela pourrait m’aider à atteindre un nouveau territoire où je pourrais trouver une solution.

J’ai commencé par me concentrer sur le fait de me sentir reconnaissant de ce que j’avais déjà, comme la possibilité d’aller courir le long de la plage en regardant le coucher de soleil. J’ai détourné autant que possible mon attention du manque. J’ai fait de mon mieux pour ignorer pendant un moment mes dettes, mes factures impayées et mes créditeurs. Évidemment cela a eu quelques conséquences, et je les ai ensuite gérées en les ignorant largement une fois encore.

C’est vraiment un point-clé que vous ne devez pas prendre à la légère. Ce n’est pas simplement que j’ai commencé à concentrer sur l’état d’esprit d’abondance. J’ai également fait de mon mieux pour ignorer tout ce qui dans ma vie suggérait le manque ou la pénurie. J’ai arrêté de regarder mes factures. J’ai arrêté de répondre au téléphone car la plupart des appels venaient de mes créditeurs. J’ai ignoré mes dettes et totalement arrêté de payer avec ma carte de crédit. Cela semble fou, non ? Mais quand je faisais attention à ces choses, elles me rabaissaient simplement et me faisaient penser à ce qui ne fonctionnait pas.

Ce changement de focalisation a rapidement généré des changements dans ma réalité. Je suis devenu plus créatif, j’ai sorti un nouveau produit, et j’ai commencé à gagner beaucoup plus d’argent. Un an plus tard je n’avais plus de dettes, en partie parce que j’avais fait faillite, ce qui a été une bonne chose parce que cela a effacé la majeure partie de mes dettes, puis j’ai remboursé le reste d’un seul coup grâce à une avance que j’ai reçue pour un jeu que j’ai vendu à un éditeur.

J’ai continué à étendre cet état d’esprit d’abondance avec le temps. J’ai imaginé apprécier également la période d’abondance. J’ai imaginé que j’étais plus généreux, avec mon argent tout d’abord, puis en me sentant encore mieux quand j’ai étendu ma générosité à mon temps et à ma créativité. J’ai fait don de milliers de dollars et de centaines d’heures à des associations. J’ai écrit des articles gratuitement et hébergé des forums de discussion tout aussi gratuitement. Je n’ai pas fait ces choses pour atteindre un résultat précis. Je l’ai fait parce que je me sentais simplement motivé de le faire. Quand j’ai eu intégré cette vibration d’abondance, je n’ai plus eu à me pousser à contribuer en quoi que ce soit. Cela s’est simplement écoulé hors de moi sans que je force les choses.

Depuis, j’ai créé une énorme quantité de travail créatif et je l’ai mis dans le domaine public, et je continue à ajouter du contenu chaque mois. Ce mois-ci j’ai commencé à accorder des micro-prêts à des gens qui en avaient besoin et j’ai encouragé d’autres personnes à rejoindre notre groupe, qui accorde de nouveaux prêts chaque jour.

Je n’aurais jamais fait ces choses si j’étais resté concentré sur le manque. La vibration du manque ne me fait pas me sentir particulièrement généreux ; cela me donnait simplement comme impression que la générosité était une chose que les autres devraient exprimer bien davantage, ou une chose à laquelle j’aurais accès « à l’avenir » (ce qui bien évidemment signifie : jamais).

Il y a de la valeur dans toutes les expériences du spectre allant du manque à l’abondance. Je suis content d’avoir eu cette expérience de manque car cela m’aide à comprendre et à apprécier plus profondément l’abondance. Par exemple, j’ai encore plus aimé mon dernier séjour à Paris parce que je sais ce que cela fait de ne pas pouvoir s’offrir ce genre de voyage et d’avoir la sensation que c’est totalement hors d’atteinte. Chaque jour que j’ai passé à Paris, je me suis senti reconnaissant d’y être. Je n’ai rien pris pour acquis.

En testant personnellement les choses j’en suis venu à voir que, globalement, je préfère la vibration d’abondance que la vibration de manque. L’abondance correspond bien mieux à qui je suis.

Je n’ai pas besoin que les autres fassent le même choix que moi, pas plus que je ne m’y attends. Beaucoup de gens puisent des leçons de développement dans la vibration de manque, et je ne doute pas qu’ils continueront à l’explorer. Mais j’ai suffisamment testé cette vibration et cet état d’esprit pour savoir qu’elle ne me correspond pas bien. Je suis plus heureux et plus épanoui du côté de l’abondance. Mais je ne serais pas aussi sûr de cela si je n’avais pas d’abord vécu des expériences de manque.

Souvent quand j’écris sur l’abondance, il y a des gens qui vont réagir négativement. C’est intéressant de voir comment ils projettent leur flopée de préjugés sur moi puis débattent sur leurs propres préjugés. Certains semblent penser que l’abondance est mauvaise. D’autres veulent que je fasse plus attention à la pauvreté.

Je fais peu attention à la pauvreté, au manque et à la pénurie, pas seulement chez moi mais aussi chez les autres. Je me focalise sur l’abondance, la gratitude, la générosité, l’appréciation, etc. Si vous croyez que ce que je fais n’est pas assez, c’est parce que vous avez la sensation de ne pas faire assez personnellement. Si vous vous retrouvez dans le manque, alors « pas assez » est une chose que vous verrez partout où vous regarderez.

Quand vous voyez un côté du spectre avec le point de vue de l’autre côté, vos perceptions sont fortement déformées. Tout comme le manque pourrait voir l’abondance comme avide, excessive, égoïste, élitiste, narcissique, et ainsi de suite, l’abondance peut voir le manque comme paresseux, froussard, idiot, puéril, stupide, etc. Mais ces perspectives ne nous sont pas utiles. Là encore, elles sont déformées.

Vous ne pouvez comprendre les options à votre disposition que quand vous les vivez de l’intérieur. Et oui, cela signifie bien que vous ne pouvez pas vraiment comprendre une option tant que vous ne l’avez pas vécu d’une façon ou d’une autre. Vu de l’extérieur, cela peut vous rendre curieux, mais vous ne pouvez tout au plus en avoir qu’un aperçu.

Vous êtes libre de faire ce que j’ai fait et de tester différents états d’esprit (différentes vibrations) pour apprendre quel ensemble d’expériences vous préférez. Vous avez devant vous tout un spectre de possibilités à explorer.

Essayez d’éviter de faire l’erreur de juger ou de condamner la position de quelqu’un d’autre sur ce spectre. Ne vous attendez pas à ce que les autres changent leur état d’esprit simplement parce que vous avez des problèmes. Si vous ressentez de la résistance vis-à-vis de ce que les autres vivent, regardez votre insatisfaction vis-à-vis de votre propre vibration. Puis souvenez-vous que vous avez le pouvoir de faire les changements que vous voulez, si vous avez envie d’accepter ces changements totalement et complètement au lieu de leur résister.

Je suis assez ravi de mes choix jusqu’ici, même si je continue à explorer de nouveaux points sur le spectre des possibilités. Je suis pleinement conscient que certaines personnes rejettent mes choix et préfèreraient me voir changer ce qu’ils ne voudraient pas changer personnellement. Ils veulent que je les rejoigne dans leur sensation de ne pas en faire assez. Du point de vue du manque, cela pourrait sembler une demande raisonnable, mais du point de vue de l’abondance, c’est quelque chose d’assez idiot.

La réponse à ce genre de demande est prévisible si vous comprenez comment fonctionnent les deux états d’esprit. Le manque critique l’abondance de ne pas en faire assez. L’abondance trouve la demande du manque idiote et il s’amuse de sa valeur distrayante ; en plus l’abondance apprécie les rappels des contrastes existants entre le manque et l’abondance. Le manque ne voit pas sa demande être satisfaite et donc cela valide son expérience de « pas assez » ; il peut continuer à vivre dans son monde où l’abondance est avide et ne répond pas à ses besoins. L’abondance trouve au final l’interaction appréciable ; le manque la trouve frustrante. C’est un résultat parfaitement cohérent de tout point de vue. Chaque vibration crée une expérience en harmonie avec ce qu’elle est.

Quelques personnes m’ont amusé dernièrement, ce dont je suis reconnaissant, et je dois à mon tour faire ma part pour les frustrer.

Si vous désirez passer du manque à l’abondance, comment faire ? Il y a plusieurs techniques que j’ai partagées par le passé, donc je ne vais pas remâcher le même contenu ici. Une bonne façon de commencer est de lire l’esprit d’abondanceétendre l’abondance, et comment vous cédez votre pouvoir.

Ce matin je me suis réveillé à 3h30 puis j’ai passé 2 bonnes heures à imaginer différents aspects de ma vie comme je voudrais qu’ils soient et à me connecter clairement aux vibrations qui sont cohérentes avec mes désirs ; les pensées, les sensations et les attitudes que je pense vivre si tous mes désirs étaient réels physiquement en ce moment.

Puis chaque jour, tout au long de la journée, je fais de mon mieux pour être autant que possible en accord avec ces nouvelles vibrations. Quand je me surprends à glisser dans une vibration que je ne vivrais sûrement pas avec mes nouveaux désirs, comme la frustration ou l’inquiétude, j’arrête ce que je fais, je respire profondément, et je recharge la vibration dont j’ai envie. Ou si je suis fatigué et que je n’arrive pas bien à le faire, je fais simplement une pause pour me distraire.

Je continue à m’entraîner à cela parce que je trouve cela très efficace. Non seulement j’attire et profite bel et bien de ce que je veux, mais mes nouvelles vibrations repoussent également de plus en plus ceux dont les vibrations sont incompatibles avec les miennes, tout en attirant davantage ceux dont les vibrations et les désirs sont compatibles – des gens avec qui je peux co-créer beaucoup et avec grand plaisir.

Si vous entrez en résonance avec le manque, il est normal d’être frustré et ennuyé par mes articles sur l’abondance. Vous ne voudriez pas être amusé ou inspiré par ces articles, car cela pourrait être un symptôme d’une vibration d’abondance naissante. Même la curiosité peut être risquée. 😉

Crédits photo : © Sashkin – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *