Le développement personnel pour les gens intelligents

Le recours au mensonge

recours au mensongePourquoi certaines personnes ont-elles recours au mensonge ?

L’une des raisons qui « justifient » cela, c’est que ces personnes ne font pas confiance à leur vis-à-vis. Elles ont peur que la vérité suscite une réaction négative. C’est une réponse évidente, mais ce n’est pas la réponse la plus profonde.

Une autre réponse intéressante est qu’une personne a recours au mensonge parce qu’elle essaie de contrôler celui à qui elle s’adresse. En dissimulant la vérité et en partageant autre chose à la place, vous pouvez contrôler partiellement les réponses des gens — ou du moins c’est ce que vous pourriez supposer. À cet égard, le recours au mensonge est une forme de manipulation.

Ce profond problème relatif à la confiance pourrait être présenté comme un manque de confiance en la réalité. Quand vous dites la vérité, la réalité réagit à cette vérité. Quand vous dites un mensonge, la réalité doit simuler une réponse acceptable au mensonge.

Le mensonge est une volonté d’éviter la réponse de la réalité à la vérité. C’est une invitation à se cacher et à différer les choses.

Considérez le recours au mensonge comme le mode de ralentissement de la vie. Le mensonge n’empêche pas le temps d’avancer, mais il peut interrompre le déroulement de certaines histoires.

Pour exemple, le mensonge peut empêcher une rupture de se produire. Le mensonge peut empêcher une personne de se faire virer. De même, le recours au mensonge peut permettre d’entretenir une dépendance, retardant ainsi la période de désintoxication et de récupération.

Le mensonge ne fait cependant pas avancer l’histoire sous-jacente, de sorte qu’en présence d’un mensonge, l’histoire peut s’enliser pendant un certain temps.

La réalité est toujours l’arbitre ultime de la vérité ; par conséquent elle choisit sa façon de réagir au mensonge. La réalité peut permettre au mensonge de continuer pendant un certain temps, surtout si l’histoire progresse sous d’autres angles, mais elle a tendance à faire ressortir la vérité, de manière à pouvoir résoudre certains points de l’histoire.

Plusieurs têtes pensantes de l’Église catholique ont par exemple eu recours au mensonge pour dissimuler des abus sexuels généralisés. Mais la réalité a fini par faire avancer cette histoire, même si les responsables de l’Église ont résisté et ont continué à essayer de se cacher.

recours au mensonge

Les gens mentent souvent aussi longtemps que cela semble fonctionner. Ils continuent à suivre cette voie jusqu’à ce que l’histoire prenne une autre direction.

L’une des raisons pour lesquelles il est difficile d’arrêter d’avoir recours aux mensonges, c’est que ce qui s’en suit est perçu comme une punition. Qui aimerait subir un retour de bâton ? Qui veut faire face à la négativité et au jugement, qui veut faire face à toutes les conséquences du partage de la vérité ?

C’est cette façon de voir les choses qui maintient beaucoup de personnes dans l’impasse. Les gens considèrent que le mensonge est une chose raisonnable alors que l’honnêteté est déraisonnablement dure. Il va donc de soi que le mensonge continuera jusqu’à ce que la réalité décide de ne plus le permettre.

Mentir, c’est une façon de déléguer la décision de faire avancer l’histoire. Au lieu de décider pour vous-même, la réalité décide pour vous. À cet égard, on pourrait même dire que vous faites davantage confiance à la réalité. En effet, vous savez que vous êtes coincé, et vous laissez la réalité choisir le moment où elle doit faire éclater votre bulle et vous pousser à vous aligner sur la vérité.

Est-ce vraiment la relation que vous voulez avoir avec la réalité ? N’est-ce pas infantilisant ? Au lieu de faire des choix conscients pour vous-même sur le moment et la manière de faire avancer votre histoire, vous faites porter le fardeau de ces décisions à la réalité. C’est comme si vous laissiez un parent choisir ce que vous devez porter au lieu de le faire vous-même. Oui, vous pouvez arguer que le fait de laisser quelqu’un d’autre choisir vos vêtements démontre que vous avez confiance en cette personne, mais on peut aussi s’appuyer sur ce fait pour affirmer que vous êtes immature.

Si vous avez l’habitude de mentir et que la réalité ne fait rien pour vous sortir de cette ornière, considérez qu’elle veut vous laisser prendre une décision. La réalité ne met pas tout le temps la pression. Parfois, elle attend patiemment que vous trouviez une approche raisonnable par vous-même.

Si vous décidez que le recours au mensonge est une approche raisonnable, la réalité peut ne jamais faire éclater cette bulle. Peut-être que vous mentez par politesse, pour éviter de blesser les gens. Si vous êtes à l’aise avec cela, vous n’aurez peut-être jamais de raison d’arrêter de dire ce genre de mensonges. Mais lorsque vous doutez que votre approche soit réellement correcte, c’est peut-être le moment de mettre fin au mensonge, et la réalité n’attend que de voir comment vous allez procéder.

se libérer du mensonge

Il n’y a pas que deux options : le mensonge et l’honnêteté. Vous trouverez d’autres options en réfléchissant à la façon dont vous aimeriez faire progresser votre histoire. Au lieu de vous appuyer tout le temps sur des mensonges, qu’aimeriez-vous faire ensuite ?

Les gens mentent souvent quand ils sont en entreprise. Ils mentent lorsqu’ils sont entourés de personnes qui ne partagent pas les mêmes valeurs qu’eux. Ils mentent lorsqu’ils ont affaire à des bureaucrates ou encore quand ils cherchent à éviter les conflits.

Si vous pouvez simplement faire le choix de passer à l’honnêteté (ce qui peut faire avancer votre scénario), vous pouvez aussi réfléchir à l’ensemble des raisons pour lesquelles vous mentez et des situations dans lesquelles vous le faites. Si le mensonge est souvent situationnel, pourquoi n’évitez-vous pas simplement ces situations qui vous pousse à mentir ?

Comment vous sentiriez-vous si vous travailliez dans une entreprise où les gens respectaient et récompensaient la sincérité ?

Quel effet cela vous ferait d’être en couple avec un conjoint avec lequel vous pourriez être totalement honnête sur tous vos désirs pervers parce qu’il est disposé à les écouter et à les explorer avec vous ?

Comment vous sentiriez-vous si vous créiez un cercle social où vous vous sentiriez libre d’exprimer ce que vous pensez et ressentez réellement ?

Dites-vous que vous pouvez en finir avec le mensonge sans avoir à passer par une phase de destruction sombre — si vous pouvez identifier une phase de construction significative que vous préféreriez plutôt expérimenter.

Pour surmonter une dépendance, il n’est pas nécessaire de toucher d’abord le fond et voir la vérité de votre situation vous exploser au visage. Vous pourriez au contraire découvrir ou créer une vision positive de la santé que vous aimeriez plutôt expérimenter.

Si le recours au mensonge dont vous usez est dû à un défaut d’alignement, vous pouvez apprendre à le remarquer lorsqu’il vous semble légèrement mal aligné au lieu de chercher à suivre cette voie. Vous pouvez choisir de corriger certaines choses lorsque vous commencez à remarquer que le mensonge s’insinue dans le tableau au lieu de le faire après des années de dissimulation.

Pour terminer, apprenez également du mensonge. Pourquoi y avez-vous fait recours ? Quelle interprétation de la vie vous a mené sur cette voie ? Quelles étaient vos autres options ? Commencez par vous dire la vérité à vous-même.

Article original écrit par Steve Pavlina.

La quête du bonheur devrait nous pousser à abandonner un certain nombre de mauvaises habitudes. Pour vous aider dans ce sens, je vous invite à découvrir dans la vidéo du jour une méthode simple pour en finir avec les mauvaises habitudes. N’hésitez pas à partager vos méthodes et résultats en commentaires.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Devenez Meilleur, qui propose quelques-uns des meilleurs articles du blog de Steve Pavlina, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels