TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Explorer les choix de carrière

Note : cet article est une traduction de l’article Exploring Career Choices de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Choix de carrièreIl y a tant de choix aujourd’hui qu’il est facile d’être écrasé par ce vaste étalage de possibilités de carrière. Paradoxalement, plus les gens ont de choix, plus ils sont paralysés en essayant de trouver le bon choix, et moins ils sont satisfaits de leur éventuelle décision.

Trop souvent les gens prennent leurs décisions de carrière avec comme état d’esprit que cela ne leur sert à rien. C’est l’état d’esprit qui dit « Je devrais faire l’effort dès maintenant, pour faire le bon choix de carrière à l’avance. Peut-être que ma carrière ne sera pas éternellement la même, mais si je fais le bon choix, je peux au moins profiter d’une super carrière pour les 10 prochaines années environ. Si je prends une mauvaise décision, cela pourrait provoquer un vrai fiasco à long terme. »

Le problème avec cet état d’esprit est qu’il met une trop grande barrière entre la décision et l’action, comme si c’étaient deux phases du processus de développement de carrière. En réalité ces phases sont rarement distinctes. Les décisions de carrière sont continues, et vous êtes libre de changer de direction à tout instant.

Sortez

Hier, avec ma femme et mes enfants, nous sommes allés voir Bee Movie : Drôle d’abeille. (Ce paragraphe pourrait contenir un spoiler ou deux, donc sautez-le si vous ne voulez pas savoir les détails du film.) Dans le film, le personnage principal doit se choisir un travail, qu’il gardera pendant le restant de sa vie. Il est écrasé par cette décision, donc il procrastine. Il va finalement en patrouille avec les « apollons du pollen » et vole hors de la ruche pour la première fois, ce qui l’amène à explorer de façon sinueuse le monde extérieur. Cela l’expose à de nouvelles idées, et il fait ce qu’aucune abeille n’a jamais fait avant lui. À la fin du film, son choix final de carrière semble être « avocat pour animaux », mais il semble aussi avoir la liberté de continuer à voler avec les apollons du pollen.

J’ai pensé que l’humour ringard de Bee Movie nécessitait un peu de travail, mais j’ai aimé le message : Si vous n’aimez pas les choix de carrière qui sont face à vous, ne décidez pas. Sortez et explorez, et laissez votre intuition vous guider.

Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, cependant, est que cette exploration ne prend jamais fin. L’exploration est partie intégrante d’une carrière épanouissante, pas seulement une chose que vous faites avant de faire ce choix. Aucun choix de carrière n’est définitif.

Si vous vous sentez coincé dans vos choix de carrière, peut-être qu’aucun d’eux n’est bon pour vous. Sortez de votre confortable ruche. Faites certaines des choses que vous avez toujours voulu essayer, même si elles ne semblent pas correspondre à votre carrière. Cette exploration va bien vous servir.

Explorer vs Décider

Une carrière est simplement un hobby que vous vous êtes engagé à explorer plus profondément. Vous n’avez pas besoin de faire le choix parfait, car le plaisir vient de l’exploration, et non du résultat. Si vous n’aimez pas ce hobby, balancez-le et testez autre chose. Si vous aimez ce hobby, continuez un moment.

Quand j’ai commencé à apprendre à programmer en BASIC à 10 ans, je ne pensais pas en faire un choix de carrière à long terme. Je me moquais des intitulés de postes, du salaire, ou des bénéfices. Je le faisais parce que j’aimais ça. Et à 12 ans je passais des heures à travailler sur des livres comme Comment créer et programmer vos propres jeux d’arcade Atari (sans aucun doute le livre de programmation le plus marrant et le plus original que j’aie jamais lu).

Par la suite, une carrière dans le développement de jeux est devenue une extension naturelle de mon hobby. En prenant d’autres décisions de carrière, je me suis demandé « Qu’est-ce qui serait amusant et intéressant à faire ensuite ? » au lieu de « Quel choix de carrière permanent devrais-je faire ? » Même quand j’ai commencé à travailler dans le développement de jeux, je ne me suis jamais attendu à ce que ce soit permanent.

Extérioriser la joie

Si vous vous concentrez sur le fait d’explorer ce que vous aimez, même si c’est juste un hobby, vous pourriez découvrir la progression suivante :

  1. Plaisir – Si vous faites ce que vous aimez, vous aurez tendance à continuer à le faire. Un hobby amusant devient une habitude.
  2. Compétence – Si vous le faites assez longtemps, vous deviendrez bon. Une habitude à long terme devient une compétence.
  3. Service – Si vous partagez votre compétence avec les autres, vous leur apporterez de la valeur. Une compétence devient un service.
  4. Revenus – Si vous fournissez suffisamment de valeur à suffisamment de gens, vous pourrez en tirer un revenu. Un service devient une carrière.

Ce processus fonctionne que vous travailliez à votre compte ou que vous soyez employé, et les étapes pourraient également se chevaucher.

Voici quelques exemples spécifiques de la façon dont cela a fonctionné dans ma vie :

Exemple 1 : La programmation de jeux

  1. Plaisir – J’ai passé des années à explorer la programmation informatique comme hobby pendant ma pré-adolescence et mon adolescence. J’ai continué aussi longtemps parce que c’était amusant.
  2. Compétence – En y passant du temps, en lisant des dizaines de livres, et en écrivant beaucoup de programmes informatiques, je suis devenu compétent comme programmateur. Cela a pris des années, mais là encore je le faisais parce que j’aimais ça.
  3. Service – Au lycée, j’ai commencé à partager des programmes que j’ai écrits pour aider les étudiants à faire leurs devoirs de maths. L’un d’eux a même été publié dans le journal de l’école. J’ai investi des centaines d’heures à écrire, retoucher, et partager ces programmes. Je ne les ai jamais fait payer, mais j’ai fourni de la valeur en utilisant ma compétence pour aider les autres. La limite était que je ne partageais mon travail qu’au sein de ma propre école.
  4. Revenus – À l’université j’ai commencé à travailler sur mon premier jeu commercial pour un studio local et j’ai finalement commencé à générer des revenus avec mon hobby. Après cela, j’ai lancé ma propre entreprise de jeux et je l’ai dirigée pendant plus de 10 ans.

Remarquez que ces phases se chevauchaient un peu, mais que les quatre étaient présentes.

Exemple 2 : Le blogging

Dans cet exemple les 4 étapes du plaisir, du développement de compétences, du service et des revenus sont plus mélangées, mais une fois encore elles sont toutes bien présentes.

  1. Compétence – À l’école, je n’ai jamais aimé écrire et j’essayais de l’éviter chaque fois que c’était possible. Cependant au lycée j’avais un professeur d’anglais qui en demandait beaucoup et me poussait à améliorer mes compétences en écriture. Il ne m’a pas fait aimer l’écriture, mais j’ai beaucoup appris grâce à lui. Avec beaucoup de travail, je suis passé d’un C+ à mon premier devoir de lycée à l’obtention de plusieurs A dans son cours. Écrire des devoirs à l’université, c’était du gâteau comparé à ses devoirs, notamment celui dans lequel il nous demandait d’écrire une nouvelle sans utiliser la lettre E.
  2. Plaisir – Ce n’est qu’au milieu des années 90 que j’ai commencé à aimer écrire. Quand j’ai commencé à programmer mes premières pages web en HTML en 1995, je codais le HTML et écrivais le contenu de la page au fur et à mesure. Le plaisir que je prenais à programmer a commencé à contaminer mon écriture.
  3. Service – En 1999 je me suis engagé dans l’Association des professionnels du shareware et j’ai commencé à écrire des articles pour leur newsletter. Je n’étais pas payé, et je n’ai pas non plus écrit ces articles à des fins de relations publiques, mais j’en ai eu de bons retours. Pendant les années 2000, ces articles ont gagné en popularité et se sont répandus dans la communauté des programmateurs. Ils étaient encore totalement libres et sans aucune publicité. Finalement en 2004, j’ai lancé mon site pour y partager encore plus d’articles avec un public plus large. Pendant les 5 premiers mois, le site n’a pas généré de revenus, mais j’ai continué à écrire gratuitement. À l’époque j’aimais vraiment l’acte créatif qu’est l’écriture tout autant que j’aimais lire les retours des gens au fur et à mesure que j’appliquais ces idées.
  4. Revenus – En février 2005, j’ai mis les premières pubs sur mon site. À l’époque je pensais honnêtement que c’était une idée limite mauvaise, mais j’étais d’accord pour en faire le test après que plusieurs lecteurs en ait fait la suggestion. J’ai gagné 53$ le premier mois, ce qui était suffisant pour que je puisse sentir le potentiel à long terme. À la fin de l’année, ce revenu avait été multiplié par 20, et il n’a cessé d’augmenter au fur et à mesure que j’optimisais le site et que j’ajoutais de nouvelles sources de revenus.

Notez que dans ce cas, j’ai tiré avantage d’une compétence que j’ai commencé à développer plus tard, mais le plaisir d’écrire est arrivé avant les revenus. À l’époque où j’ai commencé à développer mes compétences en écriture, la carrière de blogueur n’existait même pas.

Du hobby à la carrière

Même si vous pouvez suivre ces étapes dans n’importe quel ordre, je pense que le plaisir est le meilleur endroit où commencer, car être clair dans ce domaine vous aidera dans les trois autres. Je vois rarement les gens trouver le bonheur et une carrière épanouissante en suivant ce qu’ils imaginent leur rapporter le plus d’argent, à défaut d’être une chose qu’ils aimeraient déjà faire gratuitement.

Qu’aimez-vous déjà faire gratuitement ? Que payez-vous pour avoir le privilège de faire ? Pour tous les hobbys qui puisent de l’argent, quelqu’un gagne déjà pas mal d’argent en utilisant ses compétences pour proposer un service qui a de la valeur.

Par exemple, beaucoup de gens adorent jouer à des jeux informatiques. Certains trouvent un moyen de transformer leur hobby en service public en lançant des sites de critique de jeux, des sites de téléchargement de jeux, des forums de discussion, et autres entreprises similaires. Les éditeurs leur envoient gratuitement tous les jeux qu’ils pourraient vouloir. Quand ils ne veulent pas écrire les critiques eux-mêmes, ils recrutent d’autres joueurs pour les écrire pour eux.

Évidemment, cela demande un peu de travail de transformer un hobby en carrière, mais si vous le faites gratuitement de toute façon, pourquoi ne pas trouver un moyen de partager votre compétence avec les autres, fournir un service utile, et vous faire payer pour ça ?

Crédits photo : © freshidea – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *