Sois fidèle à ce que tu es

Note : cet article est une traduction de l’article To Thine Own Self Be True de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Soyez vous-mêmeComment pouvez-vous décider intelligemment quoi faire du reste de votre vie ? Et comment pouvez-vous trouver une réponse que vous ne changerez pas plus tard sur un coup de tête ?

Beaucoup d’entre nous font face à cette décision pour la première fois autour de 20 ans. Certains n’y font jamais face du tout et se dérobent devant la magnitude de cette décision, laissant la chance décider. Mais c’est une décision qui peut être faite consciemment – vous devez simplement savoir comment l’aborder.

Si vous êtes un lecteur habituel de ce site, alors vous avez beaucoup de possibilités de carrière à long-terme. Vous pourriez réussir dans beaucoup de choses différentes si vous y investissez votre esprit. Le problème n’est pas que vous n’avez pas le choix – c’est que vous avez trop de choix. Et à cause de cette surcharge de choix, il vous est difficile de vous engager dans l’un d’entre eux. Peut-être que vous avez pris certains engagements par le passé, qui n’ont changé votre esprit qu’à court terme en cours de route.

Le problème de l’extérieur vers l’intérieur

Il y a des chances que vous ayez été élevé pour faire vos choix de carrière avec une approche de l’extérieur vers l’intérieur. Est-ce que vous préfèreriez être docteur, avocat, ou ingénieur ? Est-ce que vous voulez trouver un travail, entrer dans l’entreprise familiale, ou devenir autoentrepreneur ? Vous scannez les options disponibles – même si elles semblent innombrables – et vous faites de votre mieux pour faire un choix raisonnable. Beaucoup de gens considèreraient que c’est une approche intelligente.

Le problème avec cette approche de l’extérieur vers l’intérieur, cependant, est qu’au final c’est une approche circulaire.

Supposez que vous voulez faire le meilleur choix possible quant à quoi faire de votre vie. Si vous cherchez la réponse en-dehors de vous, vous verrez une surcharge d’options – beaucoup trop pour que vous puissiez les envisager en profondeur. Vous ne pouvez pas faire le meilleur choix en scannant toutes les possibilités. Vous mourrez en étant loin d’avoir fini, et de nouvelles opportunités de carrière sont créées tout le temps.

Donc au lieu du meilleur, peut-être que vous voulez faire le bon choix. Afin de savoir ce qu’est un bon choix cependant, vous avez besoin de quelques critères d’évaluation. Comment définiriez-vous le verbe devoir dans « Que devriez-vous faire ? » Vous avez besoin d’un contexte.

Par exemple, si vous jouez à un jeu d’échec et que vous voulez savoir quel mouvement faire ensuite, vous avez besoin de connaître les règles du jeu, la configuration actuelle du plateau, et dans l’idéal quelque chose à propos de votre adversaire. Si vous ne savez même pas à quel jeu vous jouez, alors vous ne pouvez pas répondre intelligemment à la question « Que devriez-vous faire ? »

Et c’est le problème de base – vous ne savez pas vraiment à quel jeu vous jouez ici sur Terre. Vous ne connaissez pas toutes les règles du jeu. Personne ne les connait. La science et la religion tentent de nous donner des réponses, mais les gens les plus brillants et les plus respectés des deux camps sont souvent en désaccord, et chaque côté laisse encore de nombreuses questions sans réponse. Vous pouvez sauter aux conclusions comme le font beaucoup de gens, mais l’approche la plus sage serait de simplement admettre « Il y a des choses que je ne connais simplement pas. »

Vous pourriez pousser cela un peu plus loin et dire que si vous ne connaissez pas les règles du jeu, alors votre but devrait être de les apprendre. Découvrez comment le monde fonctionne, et alors votre rôle pourrait devenir plus clair. Cette ligne de questionnement mène beaucoup de gens vers des études scientifiques et religieuses. Et c’est bien. L’humanité avance lentement dans ces domaines, mais en tant qu’individu vous devez encore décider sur quelle pièce du puzzle travailler pendant votre vie, et vous nagez dans une mer de choix. Mais au moins cette ligne de pensée vous donne un but – apprendre pourquoi vous existez et ce que vous devriez faire de votre existence.

Mais du coup vous tournez en rond. Vous concluez que ce que vous devriez faire de votre vie est de découvrir ce que vous devriez faire de votre vie. L’impasse.

Vous jouez à un jeu dont vous ne connaissez pas toutes les règles, et le but exact de ce jeu n’est pas clair. Pourtant, vous devez quand même faire un mouvement. Vous n’avez pas le choix de ce côté-là. Même rester statique est un mouvement valable dans le jeu de la vie. Si vous regardez le jeu pour y trouver des réponses, la réponse ultime sera que vous devriez faire un mouvement qui vous aidera à découvrir le jeu. Mais comme vous ne connaissez pas assez bien le jeu, vous ne savez toujours pas quel mouvement faire dans l’immédiat. Cette approche n’est simplement d’aucune aide. Elle n’amène aucune clarté. Elle vous laisse seulement encore plus confus.

Bien sûr, vous pourriez simplement commencer à faire des mouvements au hasard pour apprendre sur la vie via la technique des tâtonnements. C’est une approche valable à court terme, mais nous pouvons faire mieux que ça…

L’approche de l’intérieur vers l’extérieur

L’approche de l’intérieur vers l’extérieur signifie qu’au lieu de rechercher un guide dans le jeu, il faut regarder en vous. Au lieu de demander « Que devrais-je faire ? » ou « Quel mouvement devrais-je faire ? » ou « Quelle carrière devrais-je choisir ? », demandez-vous simplement « Quel genre de joueur suis-je ? »

Quel que soit le jeu auquel vous jouez, vous y apportez un style unique. Comment décririez-vous ce style ? Quel est le style dans lequel vous aimeriez le plus jouer au jeu de la vie ?

Êtes-vous agressif, calculateur, spontané, généreux, compréhensif, courageux, prudent, aventurier, etc. ?

Nous ne parlons pas vraiment de valeurs ici. Les valeurs peuvent beaucoup changer. Parfois votre carrière pourrait être plus importante que votre vie sociale, et d’autres fois votre vie sociale pourrait l’emporter. Ici nous parlons de traits de caractère plus profonds. Quel genre de personne êtes-vous au cœur de votre être ?

Comment décririez-vous le « je » que vous êtes ? Qu’aimez-vous le plus ?

J’aime évoluer. C’est une partie de ma psyché tellement ancrée en moi que je ne peux pas ne pas évoluer. Un autre attribut de mon moi profond est le courage. J’ai un désir presque inné de vouloir courir vers la peur au lieu de la fuir. Et un troisième composant est la liberté. J’aime avoir une immense liberté personnelle, en particulier en ce qui concerne la façon dont j’utilise mon temps.

Les opposés de ces attributs me repoussent. L’opposé de l’évolution serait la stagnation ou la complaisance (pas le déclin parce que même dans un état de déclin vous pouvez quand même apprendre quelque chose). L’opposé du courage est la lâcheté. Et l’opposé de la liberté est le confinement. Quelqu’un qui est mon opposé serait ainsi condamné à vivre une existence stagnante, lâche, et confinée.

Une fois que vous développez la sensation du genre de joueur que vous êtes, vous pouvez alors jouer au jeu de la vie en y injectant votre propre caractère. Chaque fois que vous ne comprenez pas les règles du jeu, complétez-les avec une partie de vous-même. Donc si le genre de carrière que vous devriez poursuivre n’est pas évident, regardez en vous et non à l’extérieur pour trouver la réponse. Cela réduira grandement le champ des possibilités et vous permettra de faire un choix relativement intelligent. Mieux vous vous connaissez, plus vous pourrez réduire ce champ intelligemment. Quand votre focalisation interne s’améliore, votre monde extérieur deviendra également plus focalisé.

Être ou faire ?

Supposez que vous listiez vos traits de caractère fondamentaux. Comment les utiliser pour faire un choix de carrière à long terme ?

D’abord, redéfinissons la façon dont vous considérez votre carrière. Juste pour un instant, oubliez les intitulés de postes, les responsabilités, les objectifs, les projets, et les tâches. Considérez votre carrière comme une expression de qui vous êtes : être au lieu de faire.

Si vous êtes un artiste, votre carrière est de créer de l’art. Mais qu’est-ce qui crée une œuvre d’art ? Est-ce les coups de pinceau ou le canevas ? Est-ce la formation de l’artiste ? Ce qui crée une œuvre d’art est l’artiste. En réalité c’est l’artiste qui est la véritable œuvre d’art, et l’œuvre est la manifestation physique du moi intérieur de l’artiste. La Joconde est Léonard de Vinci.

Une fois que vous abordez ce problème avec l’état d’esprit de l’être, au lieu du faire, votre véritable carrière devient ceci : votre carrière est d’exprimer votre moi intérieur via l’univers physique. C’est ça la description de votre travail :

Votre véritable carrière est l’expression dynamique de votre être intérieur.

Au lieu de penser à votre carrière avec des termes aussi réducteurs que les intitulés de poste, pensez à votre carrière comme à une expression de votre moi intérieur.

Si je regarde vers l’intérieur et que je vois que trouvent un écho en moi l’évolution, le courage et la liberté, alors ma carrière est en fait d’exprimer ces qualités intérieures dans le monde extérieur. Mon travail est essentiellement d’être simplement moi-même.

Maintenant, aussi simpliste que cela puisse paraître, c’est en fait très pratique. Comment utiliseriez-vous cet état d’esprit pour prendre des décisions de carrière dans la vraie vie ? Vous faites vos choix en vous demandant « Quelle est la meilleure manière d’exprimer mon moi intérieur ? »

Par exemple, face à un choix de carrière, je peux me poser des questions comme, « Quel choix amènera le plus d’évolution, nécessitera le plus de courage, et fournira le plus de liberté ? » Ces aspects de mon être intérieur façonnent mes actions extérieures. Je gère une entreprise de développement personnel (évolution). Je travaille dur pour augmenter mon trafic web (évolution). Je m’attaque à des sujets controversés (courage). Je fais des conférences en public (courage). Je travaille de chez moi et je fixe mes propres horaires (liberté). Je crée principalement des sources de revenu automatisés (liberté).

J’aime cette approche parce que cela génère de la clarté. Cette approche de l’extérieur vers l’intérieur ne fonctionne simplement pas pour moi. Est-ce que je devrais être écrivain, conférencier, entrepreneur sur internet ? Je ne peux pas décider – tout semble intéressant. Mais quand je me tourne vers l’intérieur, je vois que tous peuvent être des aspects de ma carrière parce qu’ils s’harmonisent tous avec mon moi intérieur. Ils sont tous valables. Je n’ai pas besoin de choisir une seule de ces bandes étroites ; en fait, le type de « joueur » que je suis dicte le fait que je devrais inclure toutes ces choses dans le même panier.

Sois fidèle à ce que tu es

Vous hésitez à faire un choix de carrière qui vous engage à long terme parce que vous ne voulez pas vous limiter ? Je ne veux pas me limiter non plus. En utilisant une approche de l’intérieur à l’extérieur, vous n’avez pas à vous limiter. Vous pouvez exprimer tout ce que vous êtes au monde, pas seulement une petite partie.

Vous trouvez votre carrière trop limitative ? Vous appréciez votre travail tout en vous posant des questions sur toutes les autres choses que vous pourriez faire ? Pourquoi ne pas trouver un moyen de les faire aussi ? Arrêtez de penser en termes de A ou B, et pensez A et B. Qu’arriverait-il si vous redéfinissiez votre carrière comme l’expression extérieure de votre moi intérieur ? Quelles parties de votre être intérieur ne profitent pas de suffisamment d’expression extérieure ? Êtes-vous en train d’invalider votre intellect ? D’entraver votre créativité ? D’étouffer votre sens de l’humour ?

Ne transformez pas votre carrière en prison pour votre âme. Si votre moi intérieur veut se disperser, laissez-le faire. Soyez fidèle à ce que vous êtes.

Crédits photo : © Ogerepus – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

soit fidèle à ce que tu vois

3 commentaires

  • Nadia dit :

    Merci cet article tombe à pic, c’était mon questionnement de ces derniers jours et il vient confirmer mes réponses intérieures. La vie nous fait de jolies réponses toujours de façon inattendus. Merci Olivier pour ces traductions d’articles remarquables.

  • Alors j’aime beaucoup les autres articles mais celui-là je le trouve vraiment extra !

    D’ailleurs j’ai suivi une coach il y a un an car je me dirigeais autrefois vers des carrières avec des noms mais pas adaptées à ce que j’étais au fond de moi. Et le travail du coaching a en effet était de définir qui j’étais vraiment au fond de moi pour ensuite me rediriger vers les différents types de métier possibles.
    J’ai donc trouvé la voie qui me correspond vraiment et avec le temps la carrière s’est affinée.

    Du coup, ce que j’aime c’est la liberté, l’ambition et l’aide aux autres (animaux et humains).
    Et j’ai trouvé la carrière qui me correspond : créer mon entreprise à travers le blogging (l’ambition et la liberté) et sur le thème des chiens (aide aux animaux et aux humains)
    Pour ceux qui sont intéressés, voici mon blog : http://apprendre-a-dresser-son-chien.com

    Et j’assure que c’est vraiment agréable d’adapter la vie de nos rêves à ce qu’on est vraiment, on fait beaucoup plus les choses avec le coeur et on est plus en phase avec notre être et nos besoins.

  • maï dit :

    En lisant cet article j’ai trouvé les techniques pour affiner mon choix de carrière car depuis des mois j’y pense mais je ne trouvais aucune techniques pour faire le bon choix allant dans le sens de mon être intérieur
    merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *