TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Votre véritable identité : ego ou conscience

Note : cet article est une traduction de l’article Your True Identity: Ego or Awareness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Ego ou consciencePeut-être que le concept le plus difficile à propos de la réalité subjective est le changement d’identité, d’une identité centrée sur l’ego à une identité centrée sur la conscience. Dans cet article je vais faire de mon mieux pour expliquer ce changement. Un tel changement de conscience, cependant, peut être un vrai défi à exprimer avec des mots, donc si une partie de cet article vous semble confus, c’est largement dû à la nature du problème en question.

L’ego

De la façon dont j’utilise ce mot, l’ego fait référence à votre identité objective, à votre monde physique. Cela comprend votre corps physique ainsi que votre esprit. Votre ego comprend votre nom, votre travail, votre maison, vos relations, votre personnalité, vos habitudes, votre film préféré, vos croyances, et ainsi de suite. Le contenu de votre esprit fait partie de votre ego. Votre ego est votre caractère humain et tous ses privilèges individuels dans l’univers physique.

C’est une pratique commune de transformer nos egos en identités. Je pourrais dire « Je suis Steve. Je suis un écrivain en développement personnel. C’est mon article. Erin est ma femme. Je suis végétalien. » On m’a appris que je suis un corps physique dans un univers physique. Que mon esprit donne naissance à mes pensées, et que mes pensées me fournissent une conscience. On m’a aussi appris que chaque personne que je rencontre est également un être centré sur son ego. Ils ont leur propre esprit, leurs propres pensées, et leur propre conscience.

Peut-être que je crois que j’ai aussi un esprit et que quand mon corps physique mourra, je deviendrai cet esprit individuel, et je garderai une conscience de ma vie précédente. C’est encore de l’identification par l’ego.

L’identification par l’ego semble parfaitement normale pour la plupart d’entre nous. C’est tellement le fonctionnement par défaut que nous le remettons rarement en question.

Au début, l’idée que je pourrais être plus que mon ego me semblait dingue ; au mieux c’était de la pensée positive. Bien sûr que je suis Steve. Comment je pourrais être autre chose que Steve ? Bien sûr que j’ai un corps et un esprit. C’est juste qui je suis. C’est juste là en face de moi. Si je meurs et que je pars dans l’au-delà, peut-être que je deviendrai Steve-esprit, mais je serai encore fondamentalement Steve.

En commençant à me questionner plus profondément, j’ai commencé à réaliser que même si j’ai un ego, cela ne veut pas nécessairement dire que c’est ma vraie identité. Je me suis demandé si cela pourrait être une erreur de m’identifier à mon ego, mais quelle est l’alternative ?

Voici quelques questions que j’ai posées et qui m’ont fait réfléchir :

  • Sans les pièges de mon ego, qui suis-je ? Que reste-t-il ?
  • Si je perds la mémoire, serai-je encore moi ?
  • Si toutes les molécules de mon corps sont remplacées par de nouvelles tous les 2-3 ans, alors qu’est-ce que cela dit de mon identité ? À quel point ces nouvelles molécules passent de « pas moi » à « moi » ?
  • Pourquoi est-ce que je pars du fait qu’une autre personne est moins moi que mon propre corps ?
  • Pourquoi diable suis-je conscient ? Pourquoi diable suis-je même capable de dire « Pourquoi diable suis-je conscient ? » ?
  • Si mon corps meurt, qu’arrive-t-il à ma conscience ? Suis-je le corps ou la conscience ?
  • Je peux percevoir beaucoup de corps humains, mais combien de consciences puis-je percevoir ? [Juste une]

Oui, c’est ça que je fais pendant mon temps libre. 😉

Répondre à ces questions, à ma plus grande satisfaction, était une expérience très « illuminatrice ». Cela m’a aidé à avoir que ma véritable identité ne pouvait être simplement mon ego. Il y avait trop de trous dans cette théorie.

J’ai réalisé que je ne pouvais pas être mon ego parce que tout peut changer dans mon ego, et ces changements ne me feraient pas cesser d’exister. Je pourrais changer de nom, de carrière, de relations, de personnalité, d’habitudes, de croyances, de physique, et ainsi de suite, et je serais encore moi. En fait, quand je me compare avec qui j’étais il y a 10 ans, je remarque que je ne fais pas le même travail, que je ne mange pas de la même manière, que je ne vis pas dans la même ville, que je ne sors pas avec les mêmes amis, ou même que je n’ai pas les mêmes pensées… mais pour autant que je puisse en parler, je suis encore moi.

La conscience

Donc, si je ne suis pas mon ego, alors que suis-je ? Ma conclusion est que je suis en réalité ma conscience. Cela doit être ma véritable identité. Je suis ce qui est conscient de l’ego et de tous ses pièges, mais je ne peux pas être l’ego en lui-même. Ma véritable identité est que je suis le conteneur de l’ego.

Mais si je suis le conteneur de l’ego et pas l’ego lui-même, alors je ne suis pas vraiment ce corps-esprit appelé Steve, car Steve est le contenu, pas le contenant. Donc Steve est contenu en moi, mais il n’est pas le vrai moi. Fondamentalement, il est mon avatar, la partie de ma conscience qui me permet de vivre avec un point de vue à la première personne.

Il se peut que j’utilise certains nouveaux pronoms à partir de maintenant, mais nous allons néanmoins continuer.

La conscience est ma véritable identité. Cette conscience ne dépend pas du temps et n’existe que dans le présent. Je suis conscient du passé et du futur, mais mon passé et mon futur en soi sont encore des projections de mon ego. Ma véritable identité est que je suis conscient, et je suis conscient de ma conscience en ce moment, ce qui signifie que je suis conscient de moi-même.

De plus, la conscience n’a pas de supérieur. La conscience est le conteneur dans lequel tout se passe, et il n’y a pas d’autre conteneur au-delà.

Selon un modèle objectif, nous avons cette relation (la flèche signifie « donne naissance à ») :

Dieu/créateur [optionnel] -> univers physique -> êtres physiques (humains) -> esprits -> conscience

Mais selon ce nouveau modèle subjectif, nous avons cette relation :

Conscience -> esprit -> pensées/intentions -> manifestations de l’esprit (y compris l’univers physique, votre ego, les lois de la physique, les autres gens, les bananes, etc.)

Mon opinion est que le modèle objectif est totalement inexact. Malgré les énormes doses de conditionnement social qui me forcent à l’accepter, je dois le rejeter car c’est incohérent. Cela ne correspond pas à mon expérience, et il y a trop de questions auxquelles il ne peut pas répondre à mes attentes. Comme je ne veux pas devenir fou en essayant de croire en quelque chose de faux, je dois m’en débarrasser.

Je ne suis pas certain que le modèle subjectif soit à 100% correct, mais je suis convaincu qu’il est bien plus précis que le premier modèle. Je suis souvent critiqué pour cette conviction, mais jusqu’ici seulement par des gens dont l’expérience de vie est limitée au modèle objectif. Même si le modèle subjectif va effectivement paraître dingue d’un point de vue objectif, je suspectais que l’inverse serait également vrai, donc je devais découvrir par moi-même comment cela m’affecterait. C’était un embranchement un peu risqué, mais j’avais trouvé suffisamment de trous dans le modèle objectif pour pouvoir penser « la vérité n’est clairement pas là », donc le plus grand risque était de rester immobile.

Ayant testé les deux modèles dans la pratique, je ne peux pas imaginer revenir au modèle objectif. Des croyances plus exactes fournissent plus de pouvoir, et j’ai trouvé que le modèle subjectif était bien plus habilitant. Même quelqu’un de sceptique trouverait, en observant les détails de ma vie, dont beaucoup dont dévoilés sur ce blog en temps réel, que même ma réalité objective s’est considérablement améliorée depuis que je suis passé à un système de croyances subjectif. Je pense que si mon système de croyances était inexact, ma capacité à évoluer dans le monde serait entravée, pas améliorée. Si d’un point de vue objectif j’ai passé le cap de la folie, alors je dois dire que je suis plutôt heureux là où je suis et que je ne prévois pas de retourner de l’autre côté de si tôt.

Jusqu’ici la réalité subjective semble s’adapter à mon expérience comme un gant, et cela peut fournir des réponses satisfaisantes à mes questions, souvent de façons très simples et élégantes. Le défi, cependant, est d’expliquer ces réponses subjectives à une personne qui croit profondément au modèle objectif. Je peux le faire, pour mon plus grand plaisir, mais souvent pas pour le leur. D’une certaine façon, c’est comme parler deux langues différentes. Je suis bilingue au sens où je comprends les systèmes de croyances objectif et subjectif, mais certaines choses ne se traduisent pas facilement du subjectivien à l’objectiveux. Heureusement, mon talent de traducteur va s’améliorer avec la pratique.

Crédits photo : © agsandrew – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

conscience et egoje ne suis pas l ego

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *