TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Quel est votre niveau d’égoïsme ?

Note : cet article est une traduction de l’article How Selfish Are You? de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Equilibre des valeursDe nombreux lecteurs m’ont informé qu’ils éprouvaient de grandes difficultés à faire face au problème : égoïsme / altruisme. Au fond ils veulent vivre une vie davantage remplie de services à autrui (SAA), mais ils remarquent que leur vie actuelle sont définies presque entièrement autour de services à soi-même (SAS). Cela mène souvent, à terme, à un sentiment de culpabilité, mais généralement la culpabilité ne suffit pas pour passer à l’action.

Il y a un foisonnement de systèmes de croyances qui opposent les SAS et les SAA, généralement pour favoriser l’un vis-à-vis de l’autre.

D’abord il y a le camp des pro-SAA. Servir autrui nécessite la « mort du soi ». L’égo est vu comme une chose qui doit être transcendée. Afin d’être plus éclairé, on doit sacrifier ses propres besoins au service d’un bien supérieur. Beaucoup de sociétés tiennent en haute estime les gens qui semblent suivre ce modèle.

D’un autre côté, nous avons le camp pro-SAS. Les gens sont intrinsèquement égoïstes et on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils agissent contre leur intérêt personnel. L’égoïsme est ancré dans notre biologie, et même encodé dans nos gènes. Nous sommes au final des machines répondant à des stimuli pavloviens poussées par le plaisir et la peine. Ceux qui semblent servir un bien supérieur ne le font que parce qu’à un certain niveau cela leur procure du plaisir, ou qu’ils ressentiraient de la peine s’ils ne le faisaient pas.

Je pense que les deux points de vue sont dysfonctionnels. Ils partent du fait que les SAS et SAA sont en conflit. Mais est-ce vraiment le cas ?

Où mènent les SAS au final ?

Qu’arriverait-il si vous vous engagiez totalement sur le chemin des Services À Soi-même et que vous l’emmeniez aussi loin que vous pouvez ? À quoi pourrait ressembler la vie la plus égoïste que vous puissiez imaginer ? Quel est le plus grand plaisir auquel vous pouvez penser ?

Deviendriez-vous comme Hitler, à vouloir conquérir le monde et mettre tout et tout le monde sous votre joug ? Ok, alors imaginons que vous venez de devenir le chef suprême de la planète. Alors quoi ? Que feriez-vous de tout ce pouvoir ? Si vous ne deviez pas continuer à lutter pour le conserver, vous vous ennuieriez probablement au bout d’un moment.

Pour beaucoup de gens le chemin des SAS est ancré dans la peur. Plus vous obtenez d’argent, de contrôle, et de pouvoir, plus vous avez peur de les perdre. La poursuite d’un plus grand pouvoir est infinie. Votre situation n’est jamais totalement sûre.

Mais si vous pouviez d’une quelconque façon maîtriser de chemin et acquérir une sécurité totale et absolue ? Que feriez-vous alors ? Que feriez-vous si vous n’aviez aucune peur ?

Peut-être que vous voudriez contribuer à quelque chose… faire une sorte de différence… laisser un héritage. Si la peur et la sécurité ont cessé de vous motiver, alors qu’est-ce qui serait mis en œuvre à la place ?

Je pense que la poursuite des SAS, si vous y réfléchissez suffisamment et que vous vous imaginez réussir chaque étape, cela finira forcément par vous mener à une forme de SAA.

Où mènent les SAA au final ?

Mais si vous commenciez avec les SAA ? Si vous faisiez passer les autres entièrement au-dessus de vous-même ? Si vous aspiriez à faire la plus grande contribution qu’il vous est possible de faire, quel que soit ce que cela vous coûte personnellement ? Où cela vous mènerait-il ?

Imaginez que vous réussissiez merveilleusement à servir les autres. Vous avez guéri toutes les maladies connues, rééquilibré l’écosystème, mis fin à la pauvreté et à la souffrance, et maximisé l’estime personnelle de chacun. Vous avez résolu tous les problèmes de l’humanité. Plus personne n’a besoin de votre aide.

Que feriez-vous alors ? Vous profiteriez de ça ? Vous travailleriez un peu sur vous-même ? Cela ne finirait-il pas par vous ramener aux SAA ?

La synergie entre les SAS et les SAA

Maintenant je suis bien conscient que l’on ne va pas pouvoir tirer le maximum des chemins des SAS et des SAA en l’espace d’une vie humaine. Il y aura toujours plus à faire de l’autre côté. Mais cette ligne de pensée m’a rendu curieux ─ si tirer le maximum de chaque côté vous ramène inévitablement de l’autre côté, alors qu’est-ce que cela signifie ?

Pour moi cela indique que les SAS et les SAA se trouvent tous deux sur le même chemin. Quand vous terminez le voyage avec l’un, vous entamez le voyage avec l’autre. Peut-être que les SAS et les SAA sont bien plus entretissés que cela, comme un ruban de Möbius géant.

Biologiquement, cela a eu du sens pour moi. Afin que les humains survivent, les SAS et les SAA doivent être équilibrés. Si nous devenons totalement SAS et pas SAA, nous ne prendrions pas soin de nos jeunes (entre autres problèmes), et nous nous éteindrions finalement les uns après les autres. Si nous devenons totalement SAA et pas SAS, nous n’arriverions pas à répondre à nos besoins de base et nous mourrions certainement par négligence de notre santé.

Afin d’être au maximum SAS, vous devez être au moins partiellement SAA. Et afin d’être au maximum SAA, vous devez être au moins partiellement SAS. Parfois être égoïste est la chose la plus pleine d’abnégation que vous puissiez faire, et vice-versa.

Si vous voulez servir le bien supérieur, vous devez servir vos propres besoins. Vous devez prendre soin de votre santé, de vos besoins financiers, de vos études, etc.

Si vous voulez servir vos propres intérêts, vous avez besoin de supporter la communauté autour de vous pour qu’elle vous aide à réussir. À tout le moins vous pourriez le faire financièrement, en achetant des produits et services aux autres gens.

Diagnostiquer les problèmes de cohérence

Les SAS et SAA doivent rester équilibrés. Ce n’est pas une question de choisir un chemin plutôt qu’un autre. Vous avez besoin des deux.

Mais qu’en est-il de cette situation quand ils sont en conflit ? Je ne nie certainement pas que de telles situations existent. Mais plutôt que de passer beaucoup de temps à essayer de trouver quand choisir les SAS et quand choisir les SAA, je suggère d’essayer de travailler sur votre chemin de vie lui-même pour harmoniser SAS et SAA.

Par exemple, supposez que vous êtes dans une situation dans laquelle votre travail est presque entièrement SAS. Vous le faites pour l’argent ou d’autres à-côtés ou pour un sentiment de sécurité, mais votre travail ne sert pas de bien supérieur d’une quelconque façon qui aurait du sens. Supposez que votre entreprise vende de la malbouffe, le genre de produits qui va porter atteinte à la santé des gens sur le long terme. Mais votre entreprise (et vous) est payée pour le faire.

Alors pendant votre temps libre, vous faites du bénévolat, vous passez beaucoup de temps avec votre famille, et ainsi de suite. Dans votre vie personnelle vous essayez d’être bien plus SAA.

SAS et SAA sont en conflit. Ils ne sont pas équilibrés.

Combien d’entreprise comme cela connaissez-vous ? Le travail qu’ils font est presque entièrement SAS, au service des besoins de la compagnie et de ses investisseurs, mais alors ils tâtonnent dans quelques projets de service à la collectivité et nappent cela d’un ordre de mission gentillet. Intérieurement ils sont motivés par un ensemble de valeurs (principalement de l’avidité), tandis qu’extérieurement ils projettent un ensemble de valeurs différent (principalement du service).

C’est la pure schizophrénie.

Si vous vous trouvez dans une telle situation, vous pouvez commencer par clarifier là où vous êtes globalement SAS et là où vous êtes globalement SAA. Où êtes-vous trop motivé par l’intérêt personnel, portant de ce fait atteinte aux autres ? Et où sacrifiez-vous trop de choses, vous portant donc personnellement atteinte ?

Pas de triche

Quand trop de gens se trouvent dans une situation déséquilibrée, ils essayent de tricher.

Ils essayent de redéfinir les SAS et SAA pour qu’ils s’adaptent à leur situation actuelle. Par exemple, une corporation motivée par l’avidité pourrait essayer de sortir un ordre de mission mignonnet qui projette une lumière de SAA sur ses objectifs professionnels. Mais personne n’y croit. Ce n’est rien d’autre que du blanchiment et cela n’a pas de pouvoir réel à motiver les gens. La plupart des ordres de mission des corporations que j’ai vu de la part des 500 plus grandes compagnies répondent à ce schéma. Ils sont écrits en des termes si flous et imprécis qu’ils sont faits pour n’avoir aucune substance. Je leur donnerai davantage de crédit si leurs ordres de mission commençaient par « Notre mission est de rendre nos investisseurs démesurément riches et d’écraser la concurrence. » Je pense que cela serait un énoncé d’objectif plus précis que celui qui passe par le filtre de la communication.

Ce qui arrive aux individus qui se trouvent dans une situation majoritairement SAS est qu’ils essayent de rationaliser certains composants SAA. Ils essayent de trouver le bien dans ce qu’ils font. Hé, au moins je paye mes taxes. Si je ne fais pas ce boulot, quelqu’un d’autre le fera. Je ne suis qu’un prestataire.

Ne vous mentez pas. Vous connaissez la vérité.

Trouver le chemin de la cohérence entre SAS et SAA

Ce n’est pas facile de trouver un chemin où SAS et SAA sont cohérentes. Mais c’est possible. Sur un tel chemin, l’avidité et le service pointent tous deux dans la même direction. Bien que vous ayez toujours besoin de gérer des conflits mineurs entre eux, le tableau dans son ensemble est équilibré. Vous pourrez voir que la poursuite des SAS et SAA vous emmènera sur le même chemin.

Quel est le chemin le plus égoïste que vous puissiez prendre ? Je pense que si vous répondez à cette question suffisamment en profondeur, vous trouverez que c’est également un chemin rempli de service. Quel est le chemin du plus grand service ? N’est-ce pas également un chemin marqué par un grand plaisir ?

J’ai fait face à un mur d’incohérence quand je bâtissais mon entreprise de jeux. Des parties de mon travail était SAS (comme les ventes et le marketing). D’autres parties étaient SAA (comme écrire des articles gratuits et de coacher d’autres développeurs). Mais chaque partie semblait séparée. Je faisais généralement soit un travail SAS soit un travail SAA. J’ai même essayé d’équilibrer mon temps entre les deux.

Après plusieurs années de cela, j’ai commencé à voir que cette manière de vivre était dingue. Donc j’ai opté pour une redéfinition d’une nouvelle façon de travailler dans laquelle je pourrais passer la majeure partie de mon temps à faire un travail qui était à la fois SAS et SAA.

La chose la plus égoïste que je fais pour moi-même est de travailler sur mon propre développement personnel. L’évolution est ma force directrice, mon plus grand SAS.

Le travail le plus orienté vers le service que je fais est d’aider les autres à évoluer. Si je peux donner à quelqu’un un changement de perspective ou lui apprendre une nouvelle compétence, cela a le potentiel de les changer pour la vie. Puis ils peuvent sortir et l’utiliser pour faire davantage de travail SAA.

Bon, ce n’était pas difficile pour moi d’imaginer le genre de travail où je pourrais avoir le beurre et l’argent du beurre. J’ai réalisé qu’il y aurait une très forte synergie entre le fait de travailler à mon propre développement (égoïsme) et le fait d’aider les autres à évoluer (service). Plus je travaille à mon propre développement, plus grande est ma capacité de service. Et plus grande est ma capacité de service, plus cela nourrit en retour mon propre développement.

C’est comme ça que j’ai idéalement imaginé que les choses fonctionneraient, mais maintenant que j’ai arpenté ce chemin pendant près de neuf mois, je dois dire que cela fonctionne.

Par exemple, ma décision d’écrire cet article est motivée à la fois pas des raisons de SAS et de SAA.

Du côté SAA, j’espère que cet article bénéficiera à quelqu’un qui le lira. Cela pourrait n’avoir aucun effet, ou cela pourrait aider beaucoup de gens. De la même manière, cet article aidera à générer du trafic pour ce site, ce qui je l’espère bénéficiera à davantage de gens. Et il y a des tonnes de contenu gratuit sur ce site aujourd’hui, donc c’est très accessible pour un large public. Je n’ai aucun doute quant au fait que ce site web soit bénéfique à certaines personnes. Chaque semaine j’en ai des retours. Beaucoup de lecteurs m’ont parlé des nombreux changements qu’ils ont entrepris et à quel point leurs résultats ont pu considérablement s’améliorer.

Puis il y a le côté SAS. Écrire cet article m’aide à clarifier mes idées. Cela va générer des réactions qui m’aideront à voir ce que j’ai écrit d’un autre point de vue. Les gens peuvent pointer des vides par endroits. Cela peut à son tour m’aider à réévaluer ma propre réflexion, ce qui signifie que je vais évoluer. Les idées de cet article peuvent également finir dans un futur livre, discours, ou séminaire, ce qui signifie que les gens qui le lisent aujourd’hui m’aident à tester ces idées. Chaque nouvel article m’aide également à générer plus de trafic, ce qui signifie plus de clics publicitaires (et donc de revenus immédiats) et plus de souscriptions à ma newsletter et à mon flux RSS. Cela signifie un plus grand public, acheteur potentiel de mes produits d’information ─ livres, programmes audio, séminaires. Cela signifie également plus de gens qui pourraient m’embaucher comme conférencier ou qui pourraient participer à un de mes séminaires d’ici 5 ou 10 ans. Et cela signifie automatiquement plus de revenus, ce qui signifie que de nouvelles expériences d’évolution me deviennent accessibles. De nouvelles expériences d’évolution personnelle signifient plus d’idées que je peux partager avec les autres, ce qui fournit des SAA en retour.

Donc ce que je fais est motivé à la fois par l’égoïsme et le service. Pour moi ce sont la même chose. Servir les autres, c’est être égoïste.

Résoudre un conflit en cours

Chaque fois que je rencontre un conflit entre SAS et SAA, je regarde le tableau dans son ensemble. J’essaye de trouver pourquoi ce conflit arrive et je l’élimine de mon existence. Ce n’est pas facile, mais je sens que plus je le fais, plus ma vie devient harmonieuse.

Par exemple, et si une multinationale offrait de me payer une somme folle d’argent pour faire un discours de motivation à leur personnel commercial ? Et supposez que le but de cette société soit totalement incohérent avec mes valeurs, alors en aidant les commerciaux à vendre davantage, je contribuerais à un plus grand problème. Peut-être que la société a une empreinte environnementale abominable. Cela semble être un conflit entre SAS et SAA. Dois-je prendre l’argent et faire le meilleur discours qu’il m’est possible de faire ? Dois-je prendre l’argent et donner aux commerciaux de mauvais conseils qui leur feront plus de mal que de bien ? Dois-je décliner l’offre ?

Étant donné mes valeurs ce genre de situation pourrait très bien arriver (bien que l’exemple soit un peu exagéré). Je n’ai aucun intérêt à aider des sociétés à gagner de l’argent de façon destructrice, quelle que soit la paye. Mais dans le même temps, je veux aider les gens qui travaillent dans de telles sociétés, et les sociétés embauchent un très grand nombre de conférenciers chaque année, donc ce n’est pas un marché sur lequel je peux entièrement faire une croix.

Ma décision était de me concentrer sur le genre de sujets de discours qui me permettraient quand même de parler pour certaines entreprises sans compromettre mes valeurs. Je ne parlerai pas de sujets de développement d’entreprise comme les ventes ou le marketing pour des corporations que je ne voudrais pas voir évoluer. Mais je suis ouvert au fait de parler aux gens sur des sujets comme vivre consciemment, le genre de sujets qui pourraient planter une graine de changement. Cela pourrait sérieusement réduire le nombre de personnes qui voudraient m’engager comme conférencier, mais l’argent supplémentaire ne vaut pas l’atteinte à mon intégrité.

Quand vous travaillez sur une tâche dans laquelle SAS et SAA sont en adéquation, la motivation monte en flèche. Pour avoir travaillé de cette manière depuis maintenant neuf mois, je n’ai simplement pas envie de perdre un côté ou l’autre.

Il y a de bonnes chances que vous vous trouviez dans une situation où SAS et SAA sont en conflit. Ce sera peut-être votre travail, votre relation, ou votre famille. Prenez un peu de temps pour penser à la façon dont vous pourriez établir une harmonie entre ces deux forces puissantes. Plutôt que de les faire travailler l’une contre l’autre, faites-les agir toutes deux sur le même objectif. Permettez à votre avidité de nourrir votre service et à votre service de nourrir votre avidité. Acceptez et intégrez à la fois l’égoïsme et le dévouement comme des parties de vous-même. Apprenez à utiliser à la fois les aspects sombres et clairs de votre nature.

 

Crédits photo : ghispoppins

Recherches utilisées pour trouver cet article :

par quoi est motivé légoïsmequel sont nos relation avec les autres egoiste ou altruiste

One Trackback

  • By Surmonter les croyances financières limitatives on 11 mars 2014 at 17 h 03 min

    […] clairement à mon désavantage. Je les ignore simplement. Comme j’en ai déjà parlé dans un article précédent sur l’égoïsme, je crois dans la possibilité d’un endroit où le service à soi et le service aux autres […]

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *