Leçons de vie issues du Blackjack

Note : cet article est une traduction de l’article Life Lessons From Blackjack de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

BlackjackAyant joué une bonne quantité de parties de Blackjack (j’ai appris à compter les cartes quand j’avais 21 ans), j’ai noté dans la façon dont les gens y jouent certains schémas intéressants qui semblent refléter des schémas de vie plus larges.

Historique personnel

Libre à vous de passer directement à la section « Observations intéressantes » si vous voulez simplement lire les leçons que j’en ai tirées. Cette partie fournit simplement un contexte de compréhension pour ceux qui sont curieux.

Quand j’avais 21 ans et que je vivais à Los Angeles, des amis et moi avons décidé de passer un week-end à Las Vegas, mon premier voyage là-bas en tant qu’adulte. J’ai décidé de me renseigner un peu à propos des jeux de casino avant d’y aller, pour être préparé.

J’ai rapidement appris que la plupart des jeux de casino était faussés pour donner un avantage à la maison – plutôt injuste non ? – mais qu’il était possible de gagner au blackjack si vous appreniez une technique appelée compter les cartes. J’ai donc acheté un livre sur le Blackjack, appris les règles du jeu, mémorisé les stratégies de base, puis étudié un système simple de comptage de cartes. Je me suis énormément entraîné, et mon apprentissage a été fastidieux, mais j’ai fini par être plutôt à l’aise. Je suis ensuite parti pour Las Vegas pour tenter ma chance avec la somme exorbitante de 40$ de budget de jeu. Pas terrible comme fonds, je sais…

Mes amis et moi nous sommes arrêtés à l’Hotel Aladdin (avant qu’il ne soit démoli et reconstruit). Étant donné qu’il existe beaucoup de variantes des règles du Blackjack, j’ai sondé les casinos environnants pour trouver celui qui avait les conditions les plus favorables aux joueurs. Il s’est avéré que c’était le Barbary Coast, sur le Strip pas loin du Caesar’s Palace, qui avait un joli fonctionnement à deux jeux de cartes avec les règles classiques (moins il y a de jeux de cartes, mieux c’est pour le joueur, toutes choses égales par ailleurs). En plus ils proposaient une mise minimum de 2$, donc mes 40$ avaient une chance de durer. Pour ce genre de limite, un apport de 400$ aurait été préférable, mais à cette époque je ne voulais pas risquer 400$.

Je me suis senti un peu intimidé en jouant pour la première fois au Blackjack dans un vrai casino. Mais j’étais confiant d’être aussi préparé que possible, donc je me suis assis et je me suis lancé. La préparation a payé, et au bout de quelques minutes j’ai commencé à me sentir à mon aise. Mis à part quelques problèmes d’étiquette mineurs, j’ai joué mes mains à la perfection et je n’avais aucun problème pour mémoriser les cartes. Après quelques heures de jeu, j’avais transformé mes 40$ en 165$ en ne misant que 2 à 10$ par main… j’avais donc gagné plus que nécessaire pour couvrir mes frais de voyage. C’était à l’époque où vous pouviez encore trouver des buffets à 5$.

À l’issue de ce voyage, j’étais accro à ce jeu, pas tant pour l’argent mais pour le challenge. Compter les cartes attirait bien plus le geek en moi que l’entrepreneur. J’ai fait beaucoup d’autres voyages à Vegas et joué dans une douzaine de casinos différents aux quatre coins de la ville. Un de mes endroits préférés pour jouer était le Frontier Hotel, qui utilisait un seul jeu de cartes avec des conditions généreusement favorables au joueur. Cela a été très lucratif jusqu’à ce qu’ils changent les règles, comme l’ont fait beaucoup d’autres casinos, probablement à cause des compteurs de cartes en majorité.

Entre mes trajets à Vegas j’ai étudié le Blackjack et le comptage de cartes encore plus intensément. J’ai lu 10 ou 12 livres sur le sujet et maîtrisé différents systèmes de comptage (Thorpe, Uston, Revere, etc.). Je me suis entraîné à des systèmes de comptage avancés qui comptaient le nombre d’as en parallèle. Je me suis entraîné jusqu’à arriver à compter un jeu de cartes en moins de 14 secondes. J’ai appris à varier ma façon de jouer les mains en fonction de ce que je comptais, à mémoriser les stratégies optimales selon les différents agencements de règles, et j’ai appris les subtilités du jeu pour accroître légèrement mon avantage. Nous parlons d’un avantage total de peut-être 1%.

En gagnant en expérience, j’ai été à l’aise avec toute cette gymnastique mentale dans des conditions réelles de casino. J’ai appris à jouer au chat et à la souris avec les inspecteurs. J’ai même eu droit à pas mal de repas gratuits pour moi et ma petite amie (aujourd’hui ma femme), même si nous avons fini par en avoir marre de manger encore et encore aux mêmes endroits. Les casinos sont devenus plus durs en termes de cadeaux, mais à l’époque vous pouviez jouer au Blackjack à 5$ pendant 30 minutes puis avoir droit à un buffet gratuit pour deux sans grande difficulté (et sans qu’on vous demande d’adhérer à un club de joueurs).

Compter les cartes n’est pas illégal, mais les casinos vous mettront dehors pour cela et vous banniront parfois même définitivement. Fort heureusement, je n’ai jamais été banni à vie où que ce soit, et je n’ai été mis dehors qu’une fois. C’était principalement dû au fait que je ne jouais que dans les tables à 5-25$ ou 10-50$… trop petit pour que les casinos ne s’y intéressent vraiment. À ce niveau je n’allais certainement pas devenir riche, mais je le faisais plus pour le fun que pour le profit.

Le truc marrant est que maintenant que je vis à Las Vegas, je ne joue pratiquement jamais au Blackjack… J’ai joué seulement deux fois depuis un an, pour un total de 45 minutes (et j’ai gagné les deux fois). Même si je trouvais que compter les cartes marchait bien, je n’ai jamais réellement envisagé de gagner ma vie grâce à cela. Déjà, c’est un travail très difficile, et en plus cela ne contribue à rien du tout. J’aime toujours le Blackjack comme divertissement de temps en temps, et j’aime rencontrer des gens du monde entier autour de la table, mais je n’aurais pas envie d’essayer de gagner ma vie avec ça.

Observations intéressantes

En apprenant à maîtriser le jeu du Blackjack, j’ai fait pas mal d’observations quant à la façon dont les joueurs abordaient le jeu, en particulier le contraste entre les joueurs novices et expérimentés. La plupart des gens qui jouent au Blackjack sont des joueurs novices ou intermédiaires. Pendant tout le temps où j’ai joué au Blackjack, j’ai senti que j’avais identifié un autre compteur de cartes à la même table que moi en seulement deux occasions. Les deux fois nous pouvions chacun dire que l’autre comptait les cartes, et nous nous regardions avec compréhension. Mais le pourcentage de compteurs de cartes parmi les joueurs est très faible… bien moins d’1%.

1. Les novices vont prendre de bonnes décisions la plupart du temps. Environ 80 à 90% du temps, les novices joueront leurs mains de la même manière qu’un expert le fera. Mais la maison tire un grand avantage des 10 à 20% de décisions qu’ils ne font pas correctement. Ces 10 à 20% font toute la différence entre gagner et perdre parce que c’est cumulatif. En quoi est-ce différent des autres aspects de la vie ? 10% en plus feront une grande différence. Mangez 10% en moins et vous perdrez du poids. Épargnez 10% de vos revenus et vous partirez à la retraite riche. Passez 10% de votre journée sur vos objectifs-clés et d’ici la fin de l’année vous aurez écrit un livre, lancé une entreprise ou trouvé l’amour.

2. Les novices manquent les opportunités en or. Les joueurs de Blackjack novices vont invariablement jouer leurs mains de façon trop prudente. Ils vont trop souvent garder alors qu’ils devraient piocher, et ils échouent en ne doublant ou ne splittant pas leurs paires aussi souvent qu’ils le devraient. Ils hésitent à garder un 16 face à un 7 du donneur ou à splitter une paire de 2 face à un 4 du donneur. Ils enrichissent bien plus la maison en jouant défensivement, en essayant de ne pas sauter. Mais les joueurs experts exploitent chaque opportunité de maximiser leurs gains, ce qui signifie qu’ils vont doubler et splitter bien plus souvent quand les chances sont de leur côté. Les experts vont sauter plus souvent, mais ils vont aussi toucher leurs bonnes mains plus souvent. On retrouve des schémas similaires dans la vie aussi. Ceux qui entreprennent beaucoup vont sauter plus souvent, tandis que ceux qui entreprennent peu vont jouer trop prudemment, effrayés de prendre des risques calculés par peur de perdre ce qu’ils ont. En Blackjack, ce sont ces splits et ces doubles qui vous font gagner le plus d’argent. Les joueurs novices pensent que la main As-Dix est la meilleure – le gain garanti. Les joueurs experts savent que ce sont ces mains où vous splittez vos paires x4 et doublez sur chacune et voyez le donneur sauter, en gagnant ainsi x8 votre mise d’origine (mais aussi en risquant 8 fois plus) plutôt que le simple x1.5 de base d’un Blackjack touché. Les gros gains se déguisent en mains pourries, comme une paire de 3. Tout comme dans la vie – les vraies opportunités sont déguisées en problèmes.

3. Les novices ne prennent pas le temps de comprendre totalement le jeu. Les joueurs experts comprennent les tenants et les aboutissants du jeu parce qu’ils ont passé de longues heures à l’étudier. Les experts travaillent plus dur. Les novices ont une bonne compréhension de certains aspects, mais leur savoir est très flou dans d’autres domaines. Ils sont souvent perdus quant à la façon de gérer des situations qui surviennent aléatoirement. Mais ces situations finissent par arriver, et c’est là que les novices perdent. Les novices ne peuvent pas gérer les exceptions comme le font les experts. Mais en plus de ce manque de compréhension, les novices ont également une mauvaise compréhension. Si vous pouviez jouer au Blackjack et toucher un 18 à toutes les mains, joueriez-vous ? Un novice dira habituellement oui, pensant que 18 est une main plutôt bonne parce que le donneur doit toucher 19 à 21 pour le battre. Mais un joueur expert sait que 18 perdra plus souvent qu’il ne gagnera – si vous avez un 18 à toutes les mains, sur le long terme vous perdrez de l’argent. Les experts ont une compréhension plus précise des forces et faiblesses de chaque main que ne l’ont les novices. C’est pareil dans la vie. Les novices ne prendront pas le temps de maîtriser les bases, comme la fixation d’objectifs, la gestion du temps, la motivation, et l’autodiscipline. Ils s’en sortiront bien la majeure partie du temps, mais chaque fois qu’une exception survient, comme la perte d’un emploi, ils perdent tout contrôle, et cela leur prend du temps de se remettre sur pied. Certaines personnes vont subir une faillite ou un divorce et s’en remettre rapidement et continuer à avancer. Mais les novices ont plus de chances de transformer les revers temporaires en ruine à long terme.

4. Les experts sont plus disciplinés. Les joueurs novices ont tendance à jouer leurs mains de façon inconstante. Quand la même situation se présente, ils prendront souvent des décisions différentes sans aucune raison. Ils font preuve de très peu de discipline et boiront souvent de l’alcool en jouant. Les experts comprennent que vous pouvez prendre la bonne décision et perdre quand même, mais ils se concentrent sur le fait de prendre les bonnes décisions, pas sur le fait de parvenir à un certain résultat. Les experts ont la patience de savoir que prendre les bonnes décisions est tout ce qui est nécessaire pour gagner sur le long terme. Cela se vérifie également dans la vie réelle non ? Ceux qui entreprennent ont tendance à être plus constants dans leurs prises de décisions et leurs passages à l’action ; ils concentrent leur énergie. Ceux qui entreprennent peu, cependant, gaspillent leur énergie, en n’appliquant jamais suffisamment de force dans une direction constante pour provoquer une percée.

5. La victoire privée précède la victoire publique. Les novices apprennent à jouer dans les casinos. Les experts apprennent à jouer chez eux puis appliquent leurs connaissances dans les casinos. Les experts passent beaucoup plus de temps à s’entraîner, ce qui demande énormément de patience. Les vraies victoires sont invisibles. Les gens talentueux qui performent en public ont souvent passé bien des années à aiguiser leurs compétences en privé.

L’observation n°2 est celle que je trouve la plus applicable à l’entrepreneuriat. Même les joueurs gagnants au Blackjack vont perdre la plupart de leurs mains. Ils gagnent en moyenne 48% des mains qu’ils jouent. C’est simplement la nature du jeu ; vous allez perdre plus de mains que vous n’en gagnerez. Mais en moyenne les joueurs gagnants vont miser plus d’argent sur les 48% de mains gagnantes qu’ils n’en miseraient sur les 52% perdantes. Ces plus grosses mises sont faites de deux façons. Déjà, en comptant les cartes vous pouvez reconnaître que la composition du jeu est en votre faveur et quand vous aurez plus de chances de gagner que de perdre, donc vous augmentez la somme de votre mise initiale. Mais vous pouvez aussi reconnaître les situations de double ou de split où vous pouvez augmenter votre mise après avoir vu vos deux premières cartes.

Les joueurs novices manquent les opportunités de ces deux mêmes façons. Ils ne savent pas quand les chances sont en leur faveur, donc ils ne savent pas quand les conditions sont réunies pour une plus grosse mise initiale. Et ensuite, après avoir vu leurs deux premières cartes, ils ne savent pas quand c’est une bonne idée de miser plus d’argent. Et en manquant ces deux opportunités-clés, ils perdent de l’argent sur le long terme, en donnant à la maison un avantage global de 5 à 8%.

Comment cette leçon s’applique-t-elle dans la vie réelle ? La vie n’est pas une question de quantité de succès et d’échecs que vous vivez. Vous devez également prendre en considération la magnitude. Quand vous percevez que les conditions de votre vie sont mûres pour le succès dans un certain domaine, alors il est temps de miser davantage. Et il y a aussi les situations où vous avez la chance de voir quels résultats vous obtenez, et s’ils s’annoncent prometteurs, vous pouvez encore augmenter la mise.

Par exemple, supposez que votre objectif soit de trouver l’amour. Quand les conditions dans votre vie vous suggèrent que vous avez plus de chances de réussir que ce n’était le cas par le passé, c’est le bon moment de vous lancer. Peut-être que vous avez un emploi stable et de l’argent à la banque et que votre santé est bonne. Il est temps de miser beaucoup en vous concentrant beaucoup sur votre objectif amoureux. Sortez et allez à des rendez-vous. Demandez ! Ne restez pas assis sur la touche à attendre que l’opportunité vous passe sous le nez. Il sera bien plus difficile d’atteindre cet objectif avec des conditions moins optimales.

Et alors quand vous trouvez une personne avec qui cela fonctionne bien, doublez et augmentez la mise. Trouvez des moyens de passer plus de temps avec cette personne, et mettez les objectifs secondaires au rebus. Ne négligez pas l’opportunité de vous rapprocher. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Passez de bons moments ensemble. Bâtissez une relation tant que les conditions facilitent les choses.

Quand les conditions dans votre vie sont favorables au fait de rechercher des opportunités plutôt que de simplement tenir votre position, bougez-vous et tirez-en avantage ! Et quand vous commencez à avoir des résultats prometteurs dans un certain domaine, ce qui vous montre que les chances sont de votre côté, motivez-vous pour capitaliser sur la situation du mieux que vous le pouvez. Ne restez pas assis à attendre encore et encore.

Parfois les conditions dans votre vie ne sont pas assez bonnes pour chercher ces opportunités. Peut-être que c’est une simple lutte pour tenir votre position ou pour vous sortir d’une situation dans laquelle vous êtes embourbé. Soyez patient et tenez votre cap. Il finira par y avoir un moment où les choses tourneront à nouveau en votre faveur. Et quand cela arrivera, ne vous permettez PAS d’être content de vous-même. Tout le monde perd quand le jeu est contre soi. Mais les plus grandes pertes ne viennent pas d’une situation où on ne gagne pas mais d’une situation où on aurait pu gagner et où on échoue. Vous auriez pu lancer cette entreprise mais vous ne l’avez pas fait. Vous auriez pu avoir ce rendez-vous mais vous n’avez pas osé. Vous auriez pu perdre du poids mais vous ne l’avez pas fait.

Tout comme au Blackjack, les vous auriez pu mais non sont les plus grands perdants dans la vie. Ne les rejoignez pas.

 

Crédits photo : Regormark

Un commentaire

  • Jon dit :

    Salut Olivier,

    Il tombe à pic cet article, hier je jouais pour la première fois au blackjack !
    Avec 40€ en poche, j’ai triplé ma mise en 10 minutes ! J’ai inconsciemment appliqué certaines méthodes de ton article sans compter les cartes cependant ( si tu as de bons ouvrages qui traitent de ce sujet, je suis preneur).
    Bonne semaine !!

2 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *