La guerre contre l’égo

La guerre contre l’égoLa guerre contre l’égo semble gagner du terrain dans certains milieux spirituels. Dans ce contexte, l’égo englobe fondamentalement votre vie physique et tous ses attributs, y compris votre nom, votre histoire personnelle, votre carrière, vos relations et votre situation de vie actuelle. L’égo est ce à quoi la plupart des gens choisissent de s’identifier.

La guerre contre l’égo met l’accent sur le fait que vous n’avez pas besoin de vous identifier à votre égo. Vous pouvez plutôt choisir de vous considérer comme un être spirituel ayant une expérience humaine temporaire. Vous pourriez aussi aller au-delà de cela et vous identifier à une pure unité ou conscience, dépourvue de toute individualité particulière. Avec un peu de pratique, vous pouvez atteindre de tels états pendant la méditation, mais ils peuvent aussi survenir spontanément.

Étant donné que l’état d’être dépourvu d’égo peut conduire à se sentir élevé et joyeux, certaines personnes choisissent de pointer du doigt l’égo comme la cause de toute souffrance humaine. Elles soutiennent que le monde serait un bien meilleur endroit si nous pouvions simplement laisser tomber l’identité de l’égo et nous identifier en tant que des dieux ou une source d’énergie… ou peut-être abandonner complètement l’identité individuelle.

Bien que la guerre contre l’égo soit soutenue par une intention positive, dans la pratique, elle est plutôt mal orientée.

Je concède que l’identification de l’égo est un gros problème pour beaucoup de gens. Quand vous pensez que votre vie physique est tout ce que vous possédez, vous avez tendance à devenir très attaché à elle. Protéger, défendre et sécuriser votre identité physique occupent une part importante de votre temps, de votre énergie et de votre attention. Si quelqu’un interfère avec la sécurité de votre vie physique, il devient une menace. Cela crée du stress et conduit souvent à une certaine forme de violence. La violence est la conséquence naturelle d’une posture d’autodéfense.

Je m’oppose au courant de pensée qui soutient que la solution aux problèmes de l’égo, c’est de dénigrer, d’éliminer ou de transcender l’égo lui-même. L’égo n’est pas le problème. L’égo a une fonction très utile, et c’est une erreur d’essayer de s’en défaire.

L’ironie, c’est que ceux qui suggèrent que nous devons nous dissocier de l’égo sont encore très souvent attachés à l’égo. Ils détachent simplement leur égo du matérialisme et le rattachent au spiritisme. L’identification à la vie physique devient ainsi plus forte que jamais.

Une approche plus intelligente

Au lieu d’essayer de nous détacher de l’égo, nous devons plutôt l’embrasser tout en le fusionnant avec un sens de l’unité. Nous devons être conscients de nos identités individuelles tout en développant simultanément un sens plus grand de la conscience globale. Ensuite, nous devons nous assurer que ces deux niveaux de sensibilisation sont alignés.

Voici une analogie pour vous aider à comprendre. Votre corps physique est un ensemble de cellules individuelles qui fonctionnent bien ensemble. Vos cellules ont chacune leur propre identité. Vous avez des cellules cardiaques, des cellules du cerveau, des cellules de la peau, etc.

Maintenant, qu’est-ce qui est le plus important — la santé de vos cellules ou la santé de votre corps ? Pouvez-vous jouir de l’une sans l’autre ?

Si vos cellules se perçoivent comme des individus indépendants sans aucun sens de connexion à un ensemble plus vaste, si elles considèrent qu’elles sont libres de faire ce qu’elles veulent, elles ne coopèreront pas assez bien pour maintenir la santé du corps, et votre corps mourra.

Si vos cellules ne se considèrent pas comme des individus et ne s’identifient qu’à l’ensemble du corps, elles ne prendront pas assez en charge leurs besoins individuels, de sorte que vos cellules mourront, et votre corps suivra.

Afin de maintenir la santé du corps, vos cellules doivent prendre en charge leurs besoins individuels tout en faisant ce qui est nécessaire pour contribuer au bien de l’organisme. Elles doivent bien fonctionner à de multiples niveaux de conscience.

Au niveau micro, vos cellules cardiaques doivent travailler ensemble pour maintenir les battements de votre cœur. Vos cellules sanguines doivent fournir des nutriments à toutes les autres cellules. Votre foie et vos reins doivent aider à éliminer les toxines. Toutes les cellules doivent travailler ensemble pour garder le corps en bonne santé.

Au niveau macro, le corps doit respirer de l’air, boire de l’eau et manger. Il doit se protéger des températures extrêmes. S’il ne fait pas le nécessaire pour maintenir ses cellules en vie, tout le corps meurt. Si le corps fume ou boit de l’alcool, toutes les cellules en souffrent, même si aucune cellule individuelle ne peut revendiquer la responsabilité de prendre ces décisions.

Tous les êtres humains sont des cellules individuelles dans le corps que constitue l’humanité. Pour que l’humanité survive et s’épanouisse (en tant qu’êtres physiques ou spirituels), nous devons, en tant qu’individus, fonctionner en ayant en tête le plus grand bien de tous, mais nous devons aussi répondre à nos besoins individuels. Nous devons bien fonctionner aux deux niveaux de conscience.

À l’heure actuelle, nous vivons comme des cellules individuelles dans un corps plus grand qui fume et boit. Toutes les cellules en souffrent, mais aucune cellule n’est à blâmer. Cela peut sembler injuste au niveau individuel, mais c’est la réalité.

Prise de conscience mondiale

Que faites-vous lorsque vous vous rendez compte que le corps que vous habitez s’est éloigné du droit chemin ? La solution c’est de susciter une prise de conscience quant à la façon dont les pensées et les comportements au niveau individuel affectent les pensées et les comportements au niveau global. Si vous pouvez vivre de façon constructive en tant qu’individu, et si vous pouvez influencer suffisamment d’autres cellules pour faire des changements similaires, vous aurez un impact positif sur le passage du corps entier à des comportements plus constructifs — des comportements qui servent la santé du corps ainsi que celle de toutes les cellules.

Pas besoin d’un conflit entre le niveau individuel de conscience de l’égo et la pensée spirituelle la plus élevée. Si vous pouvez reconnaitre que vous faites partie d’un corps plus grand (quelle que soit la façon dont vous le définissez), il va de soi que la santé du corps et celle de ses composantes ne peuvent être en conflit.

En d’autres mots, il ne peut y avoir de conflit entre un comportement égoïste et un comportement désintéressé. Si vous regardez cela à partir du bon niveau de conscience, les deux mentalités doivent pointer dans la même direction.

Il y a beaucoup d’êtres humains aujourd’hui qui reconnaissent que l’ensemble de l’humanité a dévié de sa voie et travaille actuellement contre sa propre santé. Nos organes mondiaux se battent entre eux au lieu de travailler en coopération. Nous vivons essentiellement dans un corps atteint de cancer. Cela attire de plus en plus l’attention des cellules individuelles. De plus en plus de cellules se disent : « Il faut faire quelque chose ».

Le problème, c’est que la plupart des cellules sont encore apathiques ou privées de pouvoir. Au mieux, elles ne se soucient que de leur vie en tant que cellules individuelles, mais elles n’assument pas la responsabilité de la santé de l’ensemble du corps. Par conséquent, elles aggravent le problème. Par leur inaction, elles perpétuent les conditions du problème. En vivant inconsciemment, elles travaillent essentiellement à la mort du corps.

Au-delà de l’individualité

Faire la guerre contre l’égo, c’est comme être un corps malade qui conclut que sa maladie est causée par ses propres cellules qui agissent de façon trop égoïste. En réalité, le problème est tout à fait différent. On pourrait dire que le problème est que les cellules n’agissent pas assez égoïstement, et à un certain niveau c’est vrai. Cependant, le vrai problème est que les cellules ne sont pas assez conscientes pour comprendre ce que cela signifie d’agir dans leur meilleur intérêt personnel. Elles ne voient pas qu’elles font des choix autodestructeurs. Elles ne réalisent pas que leur propre santé ne peut être améliorée qu’en travaillant pour la santé de tout le corps. Aucune cellule ne peut maintenir sa propre santé pendant longtemps dans un corps qui n’est pas sain.

Les cellules individuelles sont aux prises avec des problèmes au niveau individuel, sans se rendre compte que ces problèmes surviennent au niveau du corps tout entier. Par exemple, si vous avez un problème de santé comme le cancer ou le diabète, vous pouvez avoir des difficultés au niveau individuel. Vous faites ce que vous pouvez pour soigner votre corps, et vous enrôlez d’autres personnes pour vous aider. Toutefois, à l’échelle globale, nous créons collectivement les conditions qui favorisent de tels problèmes, et nous, en tant qu’individus, continuerons d’être affectés par de tels problèmes tant que nous continuerons à créer ces conditions. Si vous avez un problème de santé, la faute n’est pas entièrement la vôtre, même si c’était un problème évitable au niveau individuel. La plus grande cause est que vous vivez dans un monde qui promeut de telles maladies, tant sur le plan social qu’environnemental.

Le remède à de tels problèmes ne peut être trouvé au niveau individuel. Vous ne pouvez pas guérir définitivement du cancer tout en continuant à vous baigner dans la source du cancer. Vous ne pouvez pas nouer d’intéressantes relations tout en vivant dans une société qui encourage l’isolement et le repli sur soi. De même, vous ne pouvez pas avoir la carrière la plus satisfaisante dans un monde qui valorise le profit avant l’être humain.

guerre contre l’égo

Parvenir à l’alignement

Avez-vous déjà ressenti la présence de l’ensemble de l’humanité dans votre vie ? Trouvez-vous que lorsque vous faites des choses qui vont à l’encontre du bien commun, une forte résistance survient et que vos résultats sont sabotés ? De même, trouvez-vous que lorsque vous vous alignez avec le bien commun, l’ensemble du corps vous fournit mystérieusement une aide et une assistance supplémentaires ?

J’ai vraiment l’impression qu’il y a un corps plus grand qui travaille dans les coulisses de ma vie. Quand j’ai fait des choses qui allaient à l’encontre des intérêts des autres, j’ai été bloqué. Cependant, quand j’aligne ce que je fais sur ce qui, selon moi, peut avoir un impact positif sur l’ensemble de la communauté mondiale (même si c’est un impact très faible), j’ai l’impression que des forces invisibles m’aident. D’autres « cellules » semblent m’aider, des ressources supplémentaires me sont fournies inopinément, ou je jouis d’une chance exceptionnelle.

Mes actions sont peut-être totalement motivées par l’égo, mais tant qu’elles sont aussi alignées sur les intérêts des autres, le corps en général aime me donner un coup de main.

Lorsque je me fixe de nouveaux objectifs ou que je commence de nouveaux projets, je pense sérieusement à m’assurer qu’ils s’alignent sur mes intérêts et ceux des autres. Je ne me vois pas comme une personne égoïste ou désintéressée. Je pense que ces deux extrêmes sont des erreurs. Par conséquent, j’opte pour le chemin où l’égoïsme et l’altruisme en phase. Ainsi, quand j’aide les autres, je m’aide moi-même en même temps, et vice versa.

Si vous y réfléchissez bien, c’est vraiment la seule approche durable à long terme. Lorsque vous vous comportez égoïstement aux dépens des autres, vous créez de la résistance et perdez beaucoup d’aide et de soutien. Si vous sacrifiez vos propres besoins pour aider les autres, vous finirez par cesser d’aider les gens afin de gérer les problèmes personnels que vous avez accumulés par négligence. Cependant, si vous faites des choix plus prudents, en recherchant comment servir les autres et vous-même dans le même temps, vous profiterez du meilleur des deux mondes. C’est un mode de vie très durable. Vous aidez les autres et ils vous aident. Les individus gagnent, et l’ensemble du corps gagne aussi.

Négocier un traité de paix

Tout comme la guerre contre la drogue et la guerre contre le terrorisme, la guerre contre l’égo échouera parce qu’elle est mal orientée. L’égo n’est pas une mauvaise chose. L’égo est une composante importante de la vie physique. Au lieu de laisser tomber l’égo, nous devons le compléter avec un sentiment de conscience globale. En tant qu’individus, nous devons tous assumer la responsabilité de la santé de l’ensemble du corps.

Je crois que la meilleure chose que je puisse faire en tant qu’individu est d’infecter beaucoup d’autres personnes avec un sentiment de conscience globale. Un bon nombre de personnes aujourd’hui développent (ou ont déjà développé) cette conscience, mais en pourcentage, ce nombre est encore assez faible. Je dirais qu’il est bien en dessous de 1%. Toutefois, tout le monde n’est pas tenu d’acquérir ce sentiment. Nous avons juste besoin d’un nombre suffisant de personnes pour orienter les choses dans une direction plus positive.

Je trouve que c’est une mission passionnante qui donne à ma vie un but très motivant que je ne peux pas atteindre au niveau individuel. Vivre juste pour moi semble ennuyeux et inutile. Il n’y a vraiment rien que je puisse faire en tant qu’individu qui m’excite autant que d’avoir un impact positif sur l’ensemble de l’humanité.

Je ne suis pas une personne dépourvue d’égo. En fait, j’ai fait le choix conscient de ne pas abandonner mon égo. Transcender l’égo n’est pas un choix pratique pour la plupart des gens, et cela ne sert pas le bien commun de toute façon. J’en ai conclu qu’il valait mieux embrasser l’égo et en profiter pleinement, alors j’ai intégré mon égo à l’idée de servir les autres. Par conséquent, quand je fais des choses qui « nourrissent mon égo », comme poster de nouveaux articles, écrire un livre ou faire des discours, j’aide aussi les gens. Et quand je fais des choses pour aider les gens, cela nourrit mon égo. Après avoir passé plusieurs années avec cette résolution, je dois admettre que cela marche à merveille.

Au lieu d’essayer d’abandonner votre égo, pourquoi ne pas vous en servir pour accomplir quelque chose de vraiment important ? Utilisez votre égo pour remplir un objectif global qui vous inspire vraiment — le genre d’objectif qui éveille votre âme. Intégrer votre vie physique à votre identité n’est pas une mauvaise chose si votre identité physique et votre identité spirituelle sont alignées.

La principale mise en garde est que vous devez rester concentré sur le chevauchement entre votre bien individuel et le bien de l’humanité. Cela demande un peu de pratique parce que c’est une façon de penser (à la vie) différente de celle que l’on enseigne à la plupart des gens. On nous encourage à réfléchir à la façon dont nos actions affectent les personnes les plus proches de nous, mais pas le corps entier de l’humanité. La réalité cependant, c’est que nos actes affectent l’humanité et le fait d’y penser fait une différence.

L’apathie est un meurtre

Si votre vie est pleine de problèmes et que vous semblez subir une résistance déraisonnable ou injuste lorsque vous essayez de créer une dynamique, considérez que le problème, c’est peut-être que vous travaillez contre l’ensemble de l’humanité. En effet, vivre comme un parasite, c’est s’attendre raisonnablement à ce que le corps en général vous traite comme tel.

Si vous pensez que vos actions sont neutres, elles sont en fait négatives parce qu’il n’y a pas de neutralité. Quand on est dans un environnement aussi négatif que celui d’aujourd’hui, l’apathie est un meurtre. Si vous ne vous souciez pas de ce qui arrive à l’humanité, alors du point de vue de l’humanité, vous n’êtes pas une cellule particulièrement bonne. Par conséquent, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que l’ensemble du corps vous aide. Il serait plus raisonnable de vous attendre à ce qu’il vous isole, vous marginalise et vous prive de ressources, afin de vous empêcher de faire trop de dégâts. Pourquoi vous enverrait-il plus de ressources, alors que vous ne les utiliseriez que pour propager davantage la maladie de l’apathie ?

Traitez l’ensemble de l’humanité comme votre ami et votre allié, et il répondra de la même façon. C’est un choix beaucoup plus conscient que vous ne le pensez.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il est vrai qu’il est difficile de situer de manière lucide sur la place que peut (ou que doit) occuper l’égo dans notre vie. D’ailleurs, l’approche présentée plus haut remet en cause beaucoup d’idées reçues sur l’égo. La vidéo du jour ne va pas aller plus en profondeur de ce sujet qui parait déjà suffisamment complexe. Toutefois, elle explique tout de même comment prendre des décisions difficiles malgré l’égo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *