Comprendre les relations humaines

Note : cet article est une traduction de l’article Understanding Human Relationships de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Relations humainesUne des leçons les plus importantes que j’ai pu apprendre vis-à-vis des relations était celle-ci : les relations que nous avons avec les autres sont des projections des relations que nous avons en nous-mêmes. Nos relations extérieures et nos relations intérieures sont en fait les mêmes relations. Elles ne semblent différentes que parce que nous les regardons à travers des lentilles différentes.

Demandons-nous pourquoi c’est vrai. Où existent toutes vos relations ? Elles existent dans vos pensées. Votre relation avec une autre personne est tout ce que vous imaginez qu’elle est. Que vous aimiez ou détestiez quelqu’un, vous avez raison. Maintenant, l’autre personne pourrait avoir une relation totalement différente de la vôtre, mais comprenez que votre représentation de ce que pense quelqu’un d’autre de vous fait aussi partie de vos pensées. Donc votre relation avec quelqu’un inclut ce que vous pensez de cette personne et ce que vous pensez que cette personne pense de vous. Vous pouvez le compliquer encore davantage en imaginant ce que l’autre personne pense que vous pensez d’elle, mais au final ces représentations intérieures sont tout ce que vous avez.

Même si vos relations existent dans une réalité objective indépendante de vos pensées, vous n’avez jamais accès au point de vue objectif. Vous voyez toujours votre relation via la lentille de votre propre conscience. Ce que vous pouvez obtenir de plus proche de cette objectivité est d’imaginer être objectif, mais ce n’est en aucun cas la même chose que de la véritable objectivité. C’est parce que l’acte de l’observation nécessite un observateur conscient, qui est subjectif par nature.

Au début, cela pourrait sembler problématique de ne jamais espérer avoir une compréhension à 100% précise et objective de vos relations. Vous ne pouvez jamais échapper à la lentille subjective de votre propre conscience. Cela serait comme essayer de trouver la couleur bleue avec une lentille rouge fixée en permanence devant vos yeux. Cela n’empêche pas les gens d’essayer, mais de telles tentatives sont vaines. Si vous tombez dans le piège d’essayer de voir vos relations comme des entités objectives qui sont extérieures à vous, vous utiliserez un modèle de réalité imprécis dont vous ne pourrez vous échapper. Par conséquent, le résultat le plus probable est que vous allez vous frustrer indéfiniment pour tout ce qui concerne les relations humaines. Vous allez rendre le fait de vous lier aux autres bien plus difficile que cela ne doit l’être. Intuitivement, vous pourriez savoir que quelque chose ne va pas dans votre approche des relations, mais vous resterez coincé jusqu’à ce que vous réalisiez que toute relation que vous avez avec une autre personne est en réalité une relation qui existe totalement en vous.

Heureusement, une fois que vous acceptez la nature subjective des relations, vous aurez bien moins de mal à vous lier aux gens. Il est plus facile d’arriver là où vous voulez aller quand vous avez une carte précise. La vision subjective des relations implique que vous puissiez changer ou améliorer vos relations avec les autres en travaillant sur vos relations intérieures, celles que vous avez en vous. De plus, vous pouvez améliorer vos relations intérieures, comme votre estime personnelle, en travaillant sur vos relations avec les autres. Finalement, c’est la même chose.

Voici un exemple basique de la façon dont cela fonctionne.

Quand j’ai rencontré Erin pour la première fois, j’ai rapidement remarqué qu’elle avait l’ordre en aversion. Avoir une chambre mal rangée était une habitude depuis l’enfance, et être organisée était un concept qui lui était totalement étranger. Dans son armoire de classement, j’ai trouvé une fois un dossier intitulé « Trucs dont je n’ai pas besoin. » Cogite là-dessus un moment.

D’un autre côté, j’ai grandi dans une maison qui était toujours – et je dis bien toujours – propre et rangée. Même enfant, je me faisais une fierté de garder ma chambre propre et bien rangée. Donc ce n’est certainement pas surprenant que je pousse souvent Erin à être plus rangée et organisée.

Si nous essayons de regarder cette situation « objectivement », vous pourriez suggérer des solutions comme : que je devienne plus tolérant au désordre, qu’Erin travaille sur le fait d’être plus organisée, ou un mélange des deux. Ou vous pourriez conclure que nous sommes incompatibles dans ce domaine et que nous devrions essayer de trouver des moyens de réduire le niveau de conflit. Fondamentalement, la solution serait une sorte de compromis qui chercherait à atténuer les symptômes, mais le cœur du problème resterait irrésolu.

Voyons maintenant cela à travers une lentille objective. Ce modèle dit que ma relation avec Erin existe purement dans ma propre conscience. Donc mon conflit avec Erin est simplement la projection d’un conflit interne. Mon désir qu’Erin soit plus rangée et organisée signifierait que je veux en réalité m’améliorer personnellement dans ce domaine. Est-ce vrai ? Oui, je dois admettre que ça l’est. Quand je critique Erin pour n’être pas assez organisée, j’exprime mon propre désir de devenir encore plus organisé.

C’est une définition du problème totalement différente, une définition qui suggère une nouvelle solution. Dans ce cas, la solution est que je travaille sur l’amélioration de mes propres standards de rangement et d’ordre. C’est une solution très différente de celle que nous obtenons avec le modèle objectif. Pour mettre cette solution en œuvre, Erin n’a même pas besoin d’être impliquée.

Du point de vue du modèle objectif, cette solution subjective semble plutôt idiote. Elle a toutes les chances de provoquer un retour de flammes. Est-ce que mon effort pour devenir plus organisé n’augmente simplement pas le conflit entre Erin et moi ?

Mais c’est là que cela devient vraiment fascinant. Quand j’ai testé la solution subjective en travaillant sur moi-même, Erin a soudain commencé à développer un léger intérêt pour le fait de devenir elle-même plus organisée. Elle a acheté de nouveaux meubles de bureau et a assigné de nouveaux endroits de rangement aux objets qui encombraient précédemment son espace de travail. Elle a engagé un service de nettoyage pour s’occuper la maison, et elle a fait plus de rangement que jamais auparavant. Elle a acheté de nouveaux meubles pour la chambre de nos enfants. Elle a fait beaucoup de tri et a donné beaucoup de vieilleries aux bonnes œuvres. Elle a commencé à chercher une gouvernante et a écrit une liste de travaux de nettoyage auxquels procéder. Et je ne la poussais vraiment pas à faire ça. C’est presque elle qui commençait à me pousser.

D’une certaine manière, quand j’ai travaillé sur moi-même (en reconnaissant que c’était un problème interne, et pas externe), Erin m’a suivi sur cette voie. J’ai testé ce fonctionnement en d’autres occasions,et cela a eu le même genre de répercussions. Mes relations « extérieures » continuaient à changer pour suivre le rythme de mes relations intérieures. J’ai également vu cet effet avec d’autres personnes, mais cela a été plus évident avec Erin et mes enfants, étant donné que ce sont les gens avec qui je passe le plus de temps. Cela fait un peu froid dans le dos de temps en temps de voir à quel point l’effet est fort et immédiat. Cependant, le modèle subjectif suggère que c’est exactement la façon dont fonctionne la réalité, donc je suis content d’avoir ce paradigme qui correspond aux résultats.

Je vous encourage à faire des expériences pour voir comment vos relations extérieures reflètent vos relations intérieures. Essayez cet exercice simple : faites une liste de toutes les choses qui vous ennuient chez les gens. Maintenant relisez cette liste comme si elle s’appliquait à vous. Si vous êtes honnête, vous devrez admettre que tout ce dont vous vous plaignez chez les autres est en fait un ensemble de plaintes vous concernant. Par exemple, si vous n’aimez pas tel président parce que vous pensez que c’est un piètre dirigeant, est-ce que cela pourrait être parce que vos propres compétences de leadership sont à la traîne ? Allez ensuite travailler sur vos propres compétences de leadership, ou sur le fait d’accepter davantage votre niveau de compétence actuel, et remarquez à quel point le président en question semble soudain faire d’incroyables progrès dans ce domaine.

Il peut être difficile d’admettre que vos plaintes concernant les autres soient en fait des plaintes vous concernant, mais le bon côté est que vos problèmes de relations révèlent les endroits où vous avez encore besoin d’évoluer. Par conséquent, une super façon d’accélérer votre développement personnel est de développer vos relations avec les autres. Plus vous interagissez avec les autres, plus vous apprenez sur vous-même.

Je crois que la véritable valeur des relations humaines est qu’elles servent de pointeurs vers l’amour inconditionnel. D’après le modèle subjectif, en pardonnant, acceptant, et aimant tous les aspects de vous-même, vous pardonnerez, accepterez et aimerez tous les autres êtres humains comme ils sont. Plus vous améliorez vos relations intérieures entre vos pensées, vos croyances, et vos intentions, plus vos relations humaines vont devenir aimantes et harmonieuses. Gardez l’amour inconditionnel dans votre conscience, et vous le verrez se refléter dans votre réalité.

Crédits photo : © cienpiesnf – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

les relations humainesrelations humainesRelations Humaines livrecomprendre les relations humaineslivre pour se connaitre son fonctionnement et comprendre les autres pour ameliorer ses relationsce que jai compris des relationscomprendre le relations humainscomprendre les humainscomprendre relations humainesLe but de relations humaines

6 commentaires

  • La théorie est intéressante mais je ne suis pas entièrement d’accord.

    Avant de lire la suite de ce commentaire, sachez que j’aime vraiment beaucoup Steve Pavlina. C’est donc de la critique mais sans un fond amer. Pour finir, personne n’a toujours raison.

    Je considère son exemple avec Erin vraiment bateau : si vous changez intérieurement le monde changera lui aussi. Mouais…

    Alors si une femme se fait battre par son mari, il suffit qu’elle améliore sa relation intérieure pour qu’il arrête ?

    Le plus drôle dans tout ça, c’est que Pavlina et Erin se sont divorcés 🙂 La technique ne doit pas réellement fonctionner. Ou peut-être que c’était sa relation intérieure qui a divorcé ?

    Bref, le début de réflexion est intéressant mais je trouve qu’il prend beaucoup trop de raccourcis. dans sa réflexion.

    Merci pour cette traduction.

    • Raphaël dit :

      Ne faudrait-il pas plutôt comprendre cet article comme disant : « Si tu ne changes pas, le monde autour de toi ne changera pas ? »

    • Stephanie dit :

      Bonjour Christopher,

      Je pense qu’on peut partir d’une autre approche concernant cet article.

      De base, il faut savoir que nous sommes tous responsable de ce qui nous arrive… Quand je dis “responsable”, c’est dans le sens que nous avons la responsabilité de choisir comment réagir à une situation.

      En partant de cette hypothèse, si une femme se fait battre par son mari, c’est de sa responsabilité de sortir de cette situation en allant voir la police ou autres pour se faire aider. Cette situation lui permettra de se fortifier et d’avancer dans sa vie, peut etre rencontrer d’autres femmes qui ont connu le meme cas… Il faut tjs chercher à trouver des solutions à nos problèmes et trouver les “avantages” des malheurs qui nous arrivent… même si “se faire battre” est loin d’être une situation où on voit des avantages de primes à bord…

      Si qqun vous parle agressivement et que vous ressentez cette agression verbale en vous, vous avez la responsabilité de réagir comme bon vous semble, à savoir par exemple, :
      – vous sentir amoindri et donc de vous laisser marcher sur les pieds ou
      – vous mettre en colère et de crier ou
      – alors réagir en faisant comme dit Steve Pavlina, en vous demandant pourquoi vous vous sentez touché. Est ce parce que, vous aussi, vous aimeriez bien pouvoir être plus autoritaire avec les gens ? Est ce parce que cette personne vous impressionne et que vous aimeriez bien aussi impressionner d’autres personnes ?
      La raison pour laquelle on est touché par un comportement est propre à chacun et nous permet d’apprendre plus de nous même.

      Par exemple, moi je suis très impressionnée quand un homme s’habille en costume, je trouve cela très élégant et cela me séduit et m’impressionne au point à parfois perdre mes moyens quand je fais une présentation. Non, ne vous inquiétez pas, il n’y a rien de sexuel à tout cela. En faisant la meme analyse que Steve, j’ai compris qu’en fait, moi aussi j’aimerais être impressionnante, habillée correctement comme une femme d’affaire (malheureusement, mon métier ne me permet pas de m’habiller à ma guise (enfin, c’est une de mes croyances limitantes qui me fait dire cela)) Je l’ai compris, et donc maintenant, soit je change de métier, soit je m’habille comme une femme d’affaire et je laisse mes croyances limitantes au vestiaire. 😉 Peut être que cela me donnera plus d’assurance devant les autres… Affaire à suivre 🙂

      En tout cas, pour conclure, merci pour votre commentaire et effectivement, je suis d’accord avec vous, Steve Pavlina prend bcp de raccourcis !

      Bonne journée
      Stéphanie

  • Stéphanie dit :

    Bonjour Olivier,

    C’est une notion qui rejoint ce que j’ai appris dans ma formation de coach à succès, le principe des mirroirs. C’est une notion extrêmement importante et pourtant, on a du mal à se rendre compte qu’en voyant les défauts des autres, cela revient à mettre en avant nos blocages internes.

    Merci pour cet article.
    Et merci pour toutes tes réflexions qui chaque jour me donnent de nouvelles idées pour combattre bien de mes blocages.

    Stéphanie

  • magicman2185 dit :

    Oui cela me fait penser à la citation de neville goddard illustré dans le livre la clé de joe vitale. Elle dit ceci : tout ce qui est à l’extérieur de toi est une ombre. Comment une ombre peut elle agir sur ton monde intérieur? Le monde extérieur n’est que le reflet de ton monde intérieur. Si tu veux agir sur ton monde extérieur, alors tu dois agir sur ton monde intérieur.

  • Gabrielle dit :

    Bonjour, article très interressant, et je suis d’accord aussi sur l’effet miroir, là dessus je rejoins Raphaêl, sauf que dans mon cas si je n’aime pas une personne pour tel défaut, c’est surement parce que j’ai le meme, mais si c’est par exemple un président, j’ai surtout de la colère qu’il ait cette fonction malgré tous ses défauts, car de mon coté je ne me permettrais pas de prétendre à un poste de hautes responsabilités si je ne suis pas capable de tenir tous mes engagements, alors oui je ne l’aime pas (car il est comme moi) mais surtout parce qu’il a fait miroiter des promesses qu’il ne tiendra pas (pas comme moi si j’ai promis, je fais), et comme je sais que j’ai du mal à tenir mes engagements, je distille mes promesses au compte goutte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *