Le rapport risque-récompense dans les relations humaines

Note : cet article est une traduction de l’article Risk vs. Reward in Human Relationships de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Like UnlikeDans les articles précédents, nous avons identifié certaines peurs qui empêchent les gens de prendre des risques socialement, comme la peur que les autres aient une mauvaise opinion de vous et la peur de heurter les autres en interagissant socialement avec eux, des peurs qui seraient éliminées si vous ne deviez par exemple traiter qu’avec des personnages générés par ordinateur dans une simulation au lieu de véritables êtres humains.

Je pense que c’est valable jusqu’à un certain point. Vous vous exposeriez à moins de risques sociaux dans une simulation que face à de véritables humains.

Mais envisageons les choses sous un autre angle…

Vous ne pouvez pas faire grand-chose pour aider des personnages simulés à progresser ou à contribuer à leur vie de façon significative (du moins pas avec les simulations actuelles). Mais vous pouvez avoir ce genre d’impact positif avec de vrais êtres humains.

Qu’arriverait-il si au lieu de vous concentrer sur la peur des conséquences néfastes de vos interactions sociales, vous vous concentriez sur l’anticipation des conséquences positives, comme former de nouvelles amitiés, aider les gens à évoluer, faire rire les gens, tomber amoureux, etc. ?

N’auriez-vous pas plus envie d’interagir socialement avec de vrais être humains et moins avec des simulés ? Préfèreriez-vous entendre « Je t’aime » d’une simulation ou d’un véritable être humain ?

Si ce n’est pas réel, je pense que vous prenez moins de risques sociaux, mais que vous avez aussi moins de récompenses. Traiter avec de véritables êtres humains augmente à la fois le risque potentiel et les récompenses potentielles. Votre comportement actuel sera largement déterminé par ce sur quoi vous vous concentrez principalement – minimiser les risques ou maximiser les récompenses.

En ce qui concerne les relations avec de vrais humains, quel est le plus grand risque à long terme ? Est-ce le risque de commettre des erreurs sociales qui pourraient provoquer de l’embarras et heurter les sentiments ? Ou est-ce le risque de se retenir et de ne rien faire, de passer à côté de relations qui vous apporteraient peut-être des récompenses à long-terme ?

De la façon dont je vois les choses, un peu de gêne occasionnelle est un petit prix à payer pour les récompenses riches de vraies relations humaines. Notre imagination peut transformer ces peurs en dragons cracheurs de feu, mais en réalité ces peurs ne sont rien de plus que des lutins chétifs gardant un immense trésor, et que vous pouvez facilement vaincre en décidant finalement de les affronter.

Quand je m’engage dans de nouvelles interactions sociales, que ce soit rencontrer de nouvelles personnes, parler en public, ou même bloguer sur des sujets comme celui-là, je cours toujours le risque de passer pour un idiot. Mais je dois aussi prendre en compte les récompenses potentielles qu’il y a à changer les vies des gens, à former de nouvelles amitiés, et à propager des idées, sans parler des répercussions à long-terme qui résultent de tout cela. Et pour moi cette possibilité fait que cela vaut beaucoup plus le coup de prendre le risque parce que le bénéfice potentiel est bien plus grand que l’inconvénient principal. D’un point de vue pratique, la conséquence néfaste majeure est un ego froissé ou une réputation écorchée. Ca ne me dérange pas. Passer pour un idiot de temps en temps m’aide à ne pas trop me prendre au sérieux et à rire de mes propres travers. Mais cela me dérange de savoir que quelqu’un que j’aurais pu aider vit bien en dessous de son potentiel parce que je suis resté sur la touche et que je n’ai rien fait. Pour moi c’est un risque bien trop grand.

Donc reconnaissez le risque (peut-être plus grand) que vous prenez en évitant les interactions sociales ; les rires que vous n’avez jamais partagé, les gens que vous n’avez jamais aidé, l’épouse potentielle que vous avez condamné à la solitude… C’est cher payé pour simplement éviter un peu de gêne (généralement inoffensive).

 

Crédits photo : mdesignstudio

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *