Posez vos questions – L’argent et les problèmes financiers

Note : cet article est une traduction de l’article Ask Steve – Money and Financial Issues de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Problèmes financiersCeci est un exemple spécifique d’un domaine particulier de ma vie dans lequel je lutte actuellement, pour donner suite à cet article de la série d’articles « Questions à Steve ».

Le premier domaine de ma vie dans lequel je lutte concerne l’argent et les problèmes financiers. Je ne suis pas sûr du nombre de personnes parmi vous qui pourront se reconnaître dans mes défis particuliers, mais je vais faire de mon mieux pour les expliquer. J’ai lu beaucoup de livres sur l’argent et les finances, comme pas mal d’entre vous j’en suis sûr, mais je n’ai pas vu ce problème particulier abordé dans aucun d’entre eux.

Avant tout, mon problème n’a rien à voir avec le manque d’argent ; c’est presque le contraire. Voici quelques composants de ma situation financière actuelle :

  • Erin et moi profitons d’un revenu annuel solide à six chiffres. Nous utilisons environ 40-50% de cette somme pour vivre et nous mettons le reste de côté.
  • Nous nous attendons à au moins doubler ce nombre par rapport à l’an dernier, et nous avions déjà un revenu à six chiffres à ce moment-là.
  • Nous avions de multiples sources de revenus cette année par rapport à l’an dernier, nombre d’entre eux étant totalement passifs ou semi-passifs.
  • Notre revenu est largement décentralisé, donc même si nous perdons la principale source de revenus, notre trésorerie serait quand même positive.
  • Nous avons acheté une nouvelle maison l’an dernier et une nouvelle voiture cette année.
  • Nous possédons quelques capitaux convenables en ligne, comme ce site web.
  • Nous n’avons aucune autre dette que les paiements de notre maison et de notre voiture, et nous le remboursons plus vite qu’il n’est nécessaire.
  • Nous avons tous deux de bonnes capacités de crédit et remboursons entièrement notre crédit de carte bleue chaque mois.
  • Nous sommes des entrepreneurs intelligents et expérimentés avec de nombreuses compétences en marketing.
  • Aucun de nous n’a d’emploi, donc nous ne pouvons pas être virés ou licenciés.
  • Nous n’avons pas à travailler particulièrement dur pour maintenir notre revenu. Même le faire augmenter est relativement simple et direct.
  • Nous avons suffisamment d’économies pour tenir un moment même si tous nos revenus étaient coupés et que nous n’y faisions rien.
  • Nous avons de nombreuses idées de générations de revenus que nous n’avons pas encore commencé à exploiter.
  • Notre régime entrepreneurial nous fournit une protection fiable, et nous sommes relativement bien assurés.
  • Nous vivons dans le Nevada, et il n’y a pas d’impôt sur le revenu (personnel ou professionnel).
  • Nous faisons des dons à des œuvres de bienfaisance chaque mois.
  • Si vous nous supprimiez tous nos capitaux et nos revenus et même nos contacts professionnels mais nous laissiez notre savoir et nos compétences, je m’attends à ce que nous puissions rebondir et revenir à ce point en moins d’un an.
  • Et beaucoup d’autres aspects positifs…

Même si nous ne sommes pas millionnaires, nous avons au moins construit une base financière solide. En fonction de votre situation particulière, nos accomplissements pourraient ressembler à un rêve devenu réalité, à une pathétique sous-performance, ou à quoi que ce soit entre les deux. Pour nous c’était un cap financier significatif. Pendant la majeure partie des années 90, nous avons lutté financièrement. Je me souviens de fois où nous devions envisager les conséquences financières d’un repas au fast-food. Même si cela ne paraissait pas très amusant à l’époque, aujourd’hui je ne peux qu’en rire.

L’ironie de notre situation financière actuelle est que ni Erin ni moi ne sommes des personnes qui courent après l’argent. Il est vrai que nous n’avons clairement pas atteint ces objectifs financiers par accident – il y avait beaucoup d’intention, de planification et d’action délibérées derrière – mais la raison principale pour laquelle nous avons travaillé pour atteindre ces objectifs était de nous libérer des soucis financiers, pour pouvoir nous concentrer sur ce qui comptait vraiment pour nous.

Pendant les années 80 et 90, mon émission de télé préférée était Star Trek : Nouvelle Génération. Dans la vision de Gene Roddenberry, l’argent était rendu largement obsolète parce que la technologie répondait à tous les besoins de base des gens et plus encore. Mais tout le monde travaillait quand même bien qu’ils n’en aient pas réellement besoin. Au lieu de travailler pour gagner de l’argent, ils étaient tous motivés et passionnés par la réalisation de ce qu’ils aimaient. Les Ferengi, une race avide et motivée par le profit qui nous rappelle les capitalistes actuels, étaient dépeints comme une blague cosmique. Même si c’était de la fiction, l’idée de faire de l’argent une chose hors de propos me parlait vraiment. Je me suis demandé « Pourquoi par aujourd’hui ? » Pourquoi ne pas trouver un moyen de tirer avantage de la technologie actuelle pour répondre à tous mes besoins de base d’une façon largement automatisée, pour que je puisse me concentrer totalement sur la réalisation de ce que j’aime ?

Au lieu d’essayer de devenir riche, mon objectif financier principal était de m’assurer la liberté de faire ce que je voulais sans avoir besoin de me soucier de l’argent. C’était une décision que j’ai prise vers mes 25 ans, et cela a guidé mes décisions financières depuis lors.

Ma première tentative a impliqué de lancer ma propre entreprise de jeux vidéo, et de travailler sur des titres au détail financés par des publicistes. Je vous épargne les détails, mais cette approche a finalement échoué. J’ai appris une leçon très utile ; laisser mon avenir financier entre les mains d’un tiers n’allait pas fonctionner. C’était bien trop risqué, comme je l’ai souvent découvert à la dure.

Ma deuxième tentative a été de transformer cette même société en un modèle de ventes directes. J’ai développé et créé des jeux shareware et je les ai vendus sur internet de façon globalement automatisée. Cette approche a fonctionné, et l’entreprise est devenue profitable et stable. J’ai pu voir que si je continuais sur cette voie, je pouvais atteindre un bon niveau de richesse, et devenir au moins millionnaire. Mais je suis tombé sur un os, j’ai commencé à ne pas aimer la façon dont je gagnais de l’argent. La mission de la société, divertir les gens, ne m’inspirait plus. La leçon utile que j’ai apprise dans ce cas-là était que la méthode que j’utilisais pour générer des revenus était au moins aussi importante que le revenu lui-même. J’avais besoin d’un moyen de gagner de l’argent qui m’inspirerait et qui servirait vraiment le plus grand bien de tous.

Vous vous attendez à la troisième tentative maintenant. Ce site web est un exutoire qui me permet de faire ce qui m’inspire vraiment, mais aussi un support financier. Cette tentative a ridiculisé mes précédentes tentatives. J’aime le travail que je fais, ma motivation est au plus haut, je profite d’une abondance financière, et j’ai un niveau de liberté qui est une assez bonne imitation de ce que vivaient les personnages de Star Trek. Cela m’a pris plus de dix ans, mais dans l’ensemble j’ai atteint mon objectif. Je serais vraiment content de faire cela pendant le reste de mes jours.

Mais maintenant vous êtes probablement sur le point de me crier « Alors où diable est le problème ? »

Eh bien… j’ai poursuivi cet objectif financier depuis tant d’années que je n’ai jamais vraiment compris à quoi cela ressemblerait de l’atteindre. C’est là que l’analogie avec Star Trek prend totalement fin. Dans cet univers les personnages voient la technologie répondre à leurs besoins. Il n’y a pas de manque, mais il n’y a pas non plus d’excès. Les réplicateurs fournissent un repas à la fois et récupèrent ce dont vous n’avez pas besoin. Mais ma situation financière actuelle est comme un réplicateur bien trop généreux. Elle fournit plus que ce dont j’ai besoin, et je prévois que cet écart positif ne fasse qu’augmenter.

Ce paradigme m’a bien servi jusqu’à présent, mais je ne peux pas continuer à m’en servir. Voici certains des problèmes :

  • Qu’est-ce que je fais de l’excès d’argent que génère mon entreprise ? Évidemment je pourrais l’investir, mais mon paradigme actuel n’a pas d’analogue en investissements. À quoi bon investir quand vous avez déjà la liberté de poursuivre les désirs de votre cœur ?
  • Je pourrais faire évoluer mon style de vie. Mais je n’ai pas faire de shopping, et cela me semble idiot de me précipiter dehors pour aller acheter un tas de trucs dont je n’ai pas besoin. J’ai déjà le beurre et l’argent du beurre, alors qui aurait besoin de plus ?
  • Je suis réticent vis-à-vis de la mode, donc il serait difficile pour moi de dépenser de l’argent pour une nouvelle garde-robe. Le mois dernier j’ai acheté mon premier costume neuf depuis 12 ans (ce n’est pas une blague).
  • Je n’accorde que peu d’attention aux possessions matérielles que j’ai. Il suffit de dire qu’aucune personne invitée chez nous ne nous prendrait Erin et moi pour des décorateurs d’intérieur.
  • Quelque part en chemin, j’ai perdu toute peur d’être ruiné. Je sais maintenant que je pourrais rester heureux et motivé pas un but même si je perdais toutes mes possessions, ce qui n’était clairement pas le cas quand j’ai commencé sur cette voie. Je n’ai pas besoin de plus d’argent pour me sentir plus en sécurité. Je me sens déjà totalement en sécurité.
  • Je tire tellement de joie de mon travail qu’aucune perspective de bonus matériel ne compte pour moi. M’offrir un million de dollars serait comme offrir un verre d’eau à l’océan. Je participer à l’expérience du million de dollars simplement pour m’amuser. Je ne suis même pas sûr de la façon de me servir de l’argent que j’ai déjà manifesté.
  • Les choses que j’aime le plus sont essentiellement gratuites.
  • Je n’ai pas besoin de plus d’argent pour faire ce que j’aime parce que je le fais déjà.
  • Mon état d’esprit basé sur la réalité subjective rend l’argent quasiment insignifiant. Je vois l’excès d’argent quasiment comme des billets de Monopoly. Cela ne me semble même pas réel.
  • Un trop grand revenu personnel signifie plus d’impôts. Mon prélèvement trimestriel est maintenant supérieur à ce que je payais en un an.
  • Je suis actuellement en SARL. Quel type d’impôt sur le revenu serait le meilleur pour le niveau actuel de revenus de mon SARL ?
  • Et pourquoi ne pas créer une entreprise à but non-lucratif ? Cela me parle bien.
  • Je ne suis pas intéressé par le fait de bâtir un empire comme une fin en soi. Mais est-ce que bâtir une plus grande entreprise me permettrait de faire un meilleur travail dans le service du plus grand bien de tous ? Ou est-ce que cela ne ferait qu’ajouter de la complexité et deviendrait une distraction brouillonne qui entraverait ma liberté ?
  • Puis-je attirer plus de gens sur la même longueur d’ondes qui auraient envie de travailler pour une entreprise qui se soucie plus du service pur que des profits ?
  • Je pourrais donner l’argent en plus aux œuvres de charité, mais cela paraît assez étrange quand la nature de mon propre travail est presque une œuvre de charité en soi. Le contrat d’exploitation de mon SARL fait du service pour les autres un plus grand objectif que la génération de profits. Cela semblerait également me diriger vers la création d’une entreprise sans but lucratif.

Je suis coincé dans une situation où mon paradigme financier peu orthodoxe, mes valeurs personnelles, et mes réalités financières actuelles ne sont plus cohérentes. Il est ironique que leur succès même m’ait finalement mené ici.

Voilà donc le problème en bref. Ce dont j’ai besoin maintenant est un nouveau paradigme qui restaure cet alignement et me redonne du pouvoir tandis que je passe à la prochaine phase de ma vie financière.

Je n’ai pas trouvé d’aide dans les livres que j’ai pu lire parce que les valeurs des auteurs sont trop différentes des miennes. Certains insistent sur le fait de gagner autant d’argent que possible, comme si c’était une fin en soi. D’autres partent du fait que l’objectif est soit une sécurité financière soit une liberté financière, mais je sens que je suis déjà là de façon durable. Je connais beaucoup de paradigmes différents concernant le développement financier, mais aucun d’eux ne semble convenir à la personne que je suis devenue. La plupart d’entre eux semblent être ancrés dans la peur ou l’envie. Ce que je veux vraiment est un paradigme financier qui est ancré dans l’amour.

Bâtir une entreprise plus grande ne m’attire pas, mais il est crucial que le but de servir le plus grand bien de tous reste une priorité par rapport à la génération de profit. Je n’ai pas envie de faire de compromis là-dessus, donc cela me fait davantage pencher en direction d’une entreprise à but non-lucratif que vers tout autre format de grande entreprise. Mon SARL ne semble pas non plus être le bon moyen à long terme. Cependant, je ne pense pas que le vrai problème soit à ce niveau de réflexion. Ce dont j’ai d’abord besoin est d’un tout nouveau paradigme vis-à-vis de l’argent.

Quelle est la meilleure façon pour moi de voir l’argent maintenant que j’ai atteint mon objectif originel ? Que devrais-je faire de l’excès de revenu chaque mois ? Est-ce que je l’investis ? Est-ce que je me sers de l’argent pour me développer ? Est-ce que je rembourse mon emprunt immobilier ? Est-ce que j’en fais don aux œuvres de charité ? Est-ce que je crée une entreprise à but non-lucratif ? Est-ce que j’ignore le problème pour l’instant et j’empile simplement l’argent jusqu’à ce que je trouve quoi en faire ? Est-ce que j’essaye d’augmenter encore plus mes revenus ? Si oui, quelle sorte de paradigme me motiverait à le faire ?

En fonction de vos valeurs personnelles, vous pourriez voir ceci comme un problème trivial, ou vous pourriez reconnaître pourquoi c’est un si grand défi pour moi. Dans tous les cas, si vous aviez envie de partager vos pensées, je suis tout ouïe.

 Crédits photo : © RFsole – Fotolia.com

2 commentaires

  • christelle dit :

    Bonjour

    Je peux comprendre votre embarras face à l’argent

    Et j’ai immédiatement pensé à un livre qui s’appelle “les affranchis de l’an 2000 ”

    J’espère que cette piste sera pour vous une graine … qui germera

    Cordialement
    Christelle

  • Said dit :

    Bonsoir,
    Mon rêve est de lancer une entreprise d’encadrement et d’aide (financière, idée de projet, managériale) au jeunes de ma région d’abord (Kabylie) puis d’étendre cela partout dans le monde.
    L’objectif est d’apprendre au jeune un mode de gestion fondé sur ses propres passions.
    Le but est de libérer l’expression de la créativité à l’age où on rêve le plus, pour semer l’idée d’une façon de s’épanouir autre que dans la compétitivité et l’enrichissement.
    L’idéal serais une organisation sous forme de coopérative qui lance des entrepreneurs (dans tous les
    domaine) et qui contribuent eux même à la pérénité de l’organisation par tous les moyens.
    Said

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *