Prendre conscience de vos réflexions

Prendre conscience de vos réflexionsUne fois, alors que je passais la douane à l’aéroport de Winnipeg, au Canada, pour rendre visite à Rachelle, j’ai été pris à part pour un interrogatoire supplémentaire. Le suspicieux jeune agent auquel j’avais affaire s’est en quelque sorte convaincu que je suis venu faire une affaire louche et m’a interrogé sur les raisons de ma visite.

Il a parcouru les fichiers de mon ordinateur portable, à la recherche de preuves d’activités illégales. Il a lu les récents messages texte sur mon téléphone portable. À son grand désespoir, je ne traversais pas la frontière pour détruire la société canadienne. Alors, il est revenu bredouille et m’a fait signe de passer à contrecœur, même si, pour faire bonne mesure, il m’a offert une conférence bonus sur les risques de faire quoi que ce soit d’illégal lors d’une visite au Canada.

Je me suis senti surtout effrayé après, comme si quelqu’un venait d’inoculer la peur dans ma matrice énergétique personnelle. Il m’a fallu plusieurs heures pour me débarrasser de ce sentiment. Heureusement, il a suffi de passer du temps avec Rachelle et les autres gens sympathiques de Winnipeg pour que tout redevienne normal.

À l’époque, j’ai blâmé cet agent trop zélé, mais quand j’y repense maintenant, je peux interpréter toute l’expérience comme étant une réflexion — et peut-être même une amplification — de mes propres pensées et croyances de l’époque.

L’expérience de vos réflexions

Avant même de rencontrer cet agent, je me rapprochais de la zone douanière avec un sentiment de méfiance. Je ne faisais pas confiance aux agents, alors quand on m’a demandé les raisons de ma visite, j’ai donné une réponse vague — « tourisme » — ce qui, bien entendu, a éveillé les soupçons de mon vis-à-vis qui a donc pensé que je lui cachais quelque chose. Logiquement, qui voyage de Las Vegas à Winnipeg pour faire du tourisme ?

Si j’avais été un peu moins méfiant et un peu plus ouvert, je n’aurais probablement pas subi cet interrogatoire supplémentaire.

J’ai déjà connu de pareilles situations sur mon blog. Toutes les fois que j’écrivais sur un sujet tout en voulant me protéger des réactions négatives, mes messages attiraient beaucoup de critiques et de jugements.

Par contre, quand j’étais totalement maître de mon sujet et que je ne me préoccupais pas de la manière dont les gens réagiraient, il n’y avait généralement pas de réactions négatives.

Cela me rappelle un épisode de Star Trek : La Nouvelle Génération où le vaisseau rencontre des vagues d’énergie de plus en plus violentes. Ces vagues sont si fortes que l’on a l’impression qu’elles vont mettre le vaisseau en pièces.

Cependant, on a découvert que ce sont les boucliers du vaisseau qui étaient à l’origine de ces vagues violentes. Les vagues étaient des réflexions proportionnelles de l’énergie des boucliers. Une fois les boucliers abaissés, les vagues se sont arrêtées et le navire a été sauvé.

Votre relation avec la réalité

Un important élément de clarté ici, c’est votre relation avec la réalité. La réalité vous renvoie souvent ce que vous avez mis en avant, même si vous ne savez pas qu’elle fonctionne de cette manière. Je pense qu’il serait exagéré de dire que cela se produit avec un degré magique d’équilibre, mais c’est néanmoins ce qui se produit.

Les faux pas occasionnels ne sont généralement pas si importants, mais si vous observez des modèles récurrents dans ce que la réalité semble vous renvoyer, considérez que vous pouvez en fait créer ces effets plus puissamment que vous l’imaginiez.

Lorsque vous identifiez un modèle récurrent dans votre vie avec lequel vous ne vous sentez pas en harmonie, faites une pause de temps en temps pour vous demander : « Comment est-ce que je crée cela ? » Ne vous posez pas cette question sur fond de reproche, mais plutôt en étant animé par une certaine curiosité. Envisagez la possibilité que vos pensées ou actions provoquent ou contribuent à ces résultats.

Supposons que vous soyez toujours confronté à un gros manque de soutien social dans votre vie. Peut-être que tout le monde autour de vous semble indifférent à vos objectifs et que personne ne semble lever le petit doigt pour vous aider.

modèles de pensée

Faite agir vos réflexions

Vous pensez peut-être que vous agissez comme il faut en faisant preuve de grégarisme et de générosité vis-à-vis des autres. Vous pensez peut-être que vous êtes une bonne personne, que vous poursuivez d’importants objectifs et que vous méritez de l’aide.

Si toutefois, en privé, vous êtes méfiants, si vous faites semblant de vous soucier des autres ou si vos pensées ne sont pas en phase avec le résultat que vous recherchez, alors vous pouvez vous attendre à ce que les gens comprennent subtilement vos véritables intentions et qu’ils vous opposent une certaine résistance en retour.

Il vous sera sans doute plus facile de repérer ces vagues de réflexion chez les autres. Il se peut que quelqu’un partage avec vous un problème récurrent qu’il rencontre et qu’il soit évident pour vous que cette personne même est à l’origine de ce problème.

Vous vous dites peut-être : « Eh bien… ! C’est évidemment ce que tu vas expérimenter dans ces conditions ». Pendant ce temps, la personne reste complètement ignorante des liens de cause à effet entre les pensées, les actions et les résultats.

Vous savez peut-être aussi que si vous partagez honnêtement vos impressions avec la personne, elle sera probablement surprise, se sentira insultée ou sera sur la défensive. Elle ne verra probablement pas ce que vous voyez. Elle est trop proche de la situation pour la voir à travers la lentille des réflexions qu’elle a elle-même créées et qui lui reviennent. Vous pouvez donc donner une réponse aimable en lieu et place d’une réponse honnête.

Je pense qu’il est judicieux de supposer que vous êtes également aveugle face aux nombreuses réflexions que vous avez vous-même créées. Les expériences que vous vivez ne sont à bien des égards qu’un simple retour d’information sur ce que vous diffusez.

Maintenant, l’erreur que commettent les gens à ce niveau, c’est de tenter de modifier les réflexions en faisant encore plus ce qui les a provoquées au départ.

Après plusieurs minutes d’échanges avec cet agent, j’ai commencé à m’impatienter. Je lui ai demandé s’il pouvait accélérer le processus, en lui faisant comprendre que j’avais des choses plus importantes à faire (comme passer du temps avec des amis).

Mes expressions faciales et mon langage corporel communiquaient ouvertement mon irritation face à son comportement. En agissant ainsi, j’ai accentué ces réflexions. Cela a-t-il arrangé ma situation ? Bien sûr que non. Cela a simplement motivé l’agent à me faire attendre plus longtemps alors qu’il cherchait en vain des preuves de violations de plus en plus farfelues de la loi canadienne.

Avez-vous déjà agi ainsi en adoptant une approche qui, de toute évidence, ne fonctionne pas ?

une simulation

Vos réflexions et les problèmes

Lorsque la vie brandit devant vous la menace des problèmes financiers, est-ce que vous vous accrochez à votre position en persistant à conserver la mentalité de manque qui a donné naissance à ce problème ? Ou utilisez-vous le défi comme une invitation à une vie d’abondance, par exemple en étant plus généreux que d’habitude ?

Lorsque vous êtes stressé au travail, est-ce que vous procrastinez encore plus, amplifiant ainsi le stress ? Ou bien optez-vous plutôt pour la relaxation ; histoire de trouver une façon plus viable d’accomplir la tâche ?

Si vous vous attardez sur les pensées, sentiments et schémas énergétiques qui sont à l’origine de vos problèmes, vous attirerez des versions plus graves de ces mêmes problèmes. Vous serez comme le personnage de cet épisode de Star Trek qui ne cesse de crier « encore plus de boucliers, plus de boucliers, plus de boucliers » jusqu’à ce que le vaisseau soit sur le point d’être réduit en pièces, sans jamais vous rendre compte que les boucliers sont la cause du problème.

Quels problèmes récurrents dans votre vie pourriez-vous réellement être en train de créer ? Est-il possible que vous vous créiez des problèmes financiers en agissant comme une personne qui vit vraiment dans le manque ? Est-il possible que vous créiez une déconnexion sociale ou même des problèmes de santé en agissant de cette manière ? Encore une fois, je n’établis pas une relation de cause à effet parfaite à 100%, mais pouvez-vous envisager la possibilité que vos propres pensées et comportements contribuent à ce que vous expérimentez ?

Modifié vos modèles

Vous n’apprendrez peut-être pas la vraie vérité tant que vous n’aurez pas délibérément modifié vos modèles de pensée et votre façon d’agir ; tant que vous ne vous donnerez pas la possibilité de voir les différents modèles se refléter. C’est à ce moment que vous vous rendrez compte que vous avez joué un rôle majeur dans la création de vos expériences depuis le début. C’est lorsque vous brisez les vieux modèles et que vous essayez quelque chose de contraire avec votre état d’esprit précédent que vous pouvez enfin voir les liens de cause à effet qui n’étaient pas évidents auparavant.

Je vous suggère de commencer modestement. Testez cette idée si elle ne vous semble pas supercritique. Lorsque vous êtes face au manque, essayez de faire de petits dons d’argent en ligne pour soutenir une cause qui vous plaît. De même, quand vous vous ennuyez au travail, jouez une de vos chansons préférées, bougez votre corps et dansez pendant quelques minutes.

Quand vous êtes en colère, essayez d’envoyer un mot de remerciement à quelqu’un. Si vous n’aimez pas les choses que vous avez expérimentées jusque-là, essayez d’agir d’une toute nouvelle façon et voyez comment cela affecte vos résultats.

Tournez-vous vers les modèles qui vous semblent plus agréables et plus puissants, même si vous ne pouvez le faire que pendant une courte période. Si vous bouleversez vos modèles précédents, vous vous rendrez également compte des anciennes réflexions que vous avez servies inconsciemment. Cela vous aidera à entrer dans une zone de pouvoir qui vous permettra de changer ces modèles – et d’améliorer vos résultats par la même occasion.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Parfois, il suffit de changer d’état d’esprit pour voir vos résultats suivre, sur tous les plans. Dans la vidéo du jour, je vous invite à découvrir le concept des émotions antidotes. Vous verrez qu’elles peuvent vous aider à changer d’approche face à certaines situations au lieu de poursuivre une voie qui ne fera que vous plonger dans le négatif.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
  1. Super article ! Je trouve la façon de voir les choses très novatrice. Contrecarrer notre négativité par un changement brusque vers la positivité, voilà une chose très intéressante et qui plus est ludique à mettre en place.

    L’article est très bien écrit, commencer avec un story-telling est une bonne chose pour happer la curiosité. Le point d’honneur sur l’introspection et l’analyse de nos pensées est primordial dans le développement de notre être.

    Merci <3

    1. Contrecarrer notre négativité par un changement brusque vers la positivité, voilà une chose très intéressante et qui plus est ludique à mettre en place.

      C’est effectivement une très bonne expérience à tenter 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *