Plus de questions et réponses sur la réalité subjective

système de croyances de la réalité subjectiveLes questions sur la réalité subjective ne cessent d’affluer ; voici donc une nouvelle série de questions-réponses à ce sujet. Ces questions couvriront mon expérience personnelle avec ce système de croyances.

Comment pouvez-vous résumer votre expérience personnelle avec le système de croyances de la réalité subjective ?

J’ai commencé à m’intéresser à la réalité subjective au début de l’année 2005 pendant que je lisais du contenu sur la conscience. Un jour, je déjeunais dans mon jardin et j’observais des oiseaux. J’ai essayé de voir l’effet que cela ferait de percevoir le monde à travers la perspective d’une conscience non localisée. C’est à ce moment-là que j’ai senti mon sens de la conscience s’élargir.

J’ai tout de suite compris que le mur devant moi était autant « moi » que l’était mon corps physique. Ma conscience n’était plus localisée — soudain, elle était partout. J’ai ressenti une intense montée d’émotions positives, mais c’était tellement bouleversant que j’en suis sorti, alors l’expérience n’a duré que quelques secondes. Cette expérience m’a rappelé la première fois où j’ai fait un rêve lucide. J’étais si excité que je suis immédiatement sorti de l’état de rêve. Et non… je ne fume pas, je ne me drogue pas, je ne fais rien de ce genre.

Ce fut une expérience incroyablement transformatrice pour moi. J’ai expérimenté un sentiment d’unité totale avec tout… pas seulement un sentiment, mais une profonde impression de savoir.

Cette expérience m’a donné un aperçu de ce que cela pourrait être de faire l’expérience de ce que les mystiques appellent la conscience de Dieu. C’était quelque chose qui n’avait rien à voir avec mon expérience précédente. Par contre, cela m’a donné un point de référence vers lequel me diriger — à partir de ce moment, je voulais faire de cet état mon état par défaut. J’avais l’impression d’être au paradis. Cependant, c’était un paradigme tellement différent que j’ai dû détruire et reconstruire toute ma compréhension de la réalité. Je suis toujours dans ce processus aujourd’hui et j’ai fait beaucoup de progrès.

Au cours des dernières années, j’ai fait un bond en avant. Je suis généralement capable de tenir le cap environ 80 à 90% du temps, et chaque fois que je me fais disqualifier, je suis toujours capable de revenir. Je me réveille chaque matin avec ce mental et je ne l’échangerais pour rien au monde. C’est un état d’être qui me donne le sentiment d’être totalement connecté à tout le monde et à tout.

Je préfère me sentir ainsi pour le reste de ma vie en vivant une vie de sans-abri plutôt que de ne pas être dans cet état et être milliardaire. Aucune somme d’argent, aucune réussite matérielle, aucune réalisation d’objectif dans l’univers physique ne pourrait même l’égaler.

Alors, vous croyez que le monde entier est centré sur vous ?

Non, probablement pas dans le sens où cette question est posée. La partie de cet état d’esprit que les gens semblent avoir du mal à comprendre est la délocalisation de la conscience. Avec un modèle de réalité objective, vous vous considérez (« vous ») comme un être humain différent. Tandis qu’avec le système de croyances de la réalité subjective, vous vous identifiez à toute la création consciente. Ainsi, vous ne percevez pas le monde comme étant centré sur vous dans le sens où « vous » êtes un corps ou un esprit. La conscience est également présente partout, et c’est à cela que vous vous identifiez. De ce fait, votre sens du « moi » s’élargit pour devenir un champ global plutôt qu’un point particulier qui peut être localisé dans le temps et l’espace.

D’autres mots que vous pourriez utiliser pour désigner la conscience sont : Source et Dieu. Ainsi, au lieu de voir le monde comme étant centré sur votre corps, vous le voyez comme centré sur cette Source de toute la création, centré sur Dieu. Ensuite, vous développez votre sens de conscience individualisée pour parvenir à un sentiment d’unité avec cette Source/Dieu. Ainsi, vous cessez de vous considérer comme cet être humain à part. C’est la partie la plus difficile parce qu’elle nécessite d’abandonner la peur et l’attachement au destin du corps-esprit que vous croyez être. Si vous saviez que votre personne s’étend au-delà de votre corps, vous n’auriez plus peur de ce qui pourrait lui arriver ou arriver à ce qu’il possède.

Si c’est ce que vous ressentez, pourquoi travaillez-vous ?

Essentiellement, vous ne faites rien à part émettre des souhaits et les regarder ensuite se réaliser. Le rôle de votre corps est d’être un véhicule pour manifester vos souhaits. C’est comme si votre corps n’avait plus de libre arbitre parce que votre conscience n’y est plus centrée. Vous cessez de vous identifier à votre corps. Votre libre arbitre vient de votre connexion à une conscience supérieure et de votre capacité à créer et à maintenir des intentions.

Imaginez que vous émettez des souhaits alors que vous êtes dans un état de conscience. En partie, vous verrez des changements se produire dans l’univers physique, mais vous verrez également votre corps physique prendre des dispositions pour réaliser ces souhaits. Le corps et ses actions deviennent des choses que vous observez plutôt que des choses auxquelles vous vous identifiez.

Donc, si vous avez un souhait, vous pouvez observer votre corps physique en train d’écrire ou de faire d’autres travaux… presque en pilotage automatique. Par contre, même lorsque vous regardez le corps accomplir ces actions, vous ne vous identifiez pas à lui. Ce corps n’est pas le vrai vous — c’est simplement un véhicule qui vous permet de manifester vos souhaits dans l’univers physique.

Comme votre corps travaille à partir de cet état d’être, vous ne ressentez que de la joie. Il n’y a donc pas d’ennui dans ce travail. C’est une sensation merveilleuse. Plutôt que d’essayer de trouver du plaisir dans votre travail, vous vous chargez d’y apporter du plaisir. Lorsque vos intentions découlent de votre conscience, elles animent votre corps et l’entrainent dans une action joyeuse.

Qu’advient-il de vos relations lorsque vous pensez de cette manière ? Ne vous sentez-vous pas seul ?

Lorsque l’on adopte le système de croyances de la réalité subjective, l’on ressent un sentiment de connexion profonde avec tout et tout le monde. La solitude ne fait pas partie de l’équation. C’est même tout le contraire. Les relations s’approfondissent et deviennent plus intimes ; et les connaissances superficielles sont remplacées par une véritable amitié.

Ce matin, alors que je marchais, j’ai vu un sans-abri fouiller les poubelles d’un centre commercial. Si j’obéissais à la réalité objective, je l’aurais évité ou je serais passé à côté de lui sans le regarder. Au lieu de cela, je me suis senti totalement connecté à lui. Je savais dans mon cœur qu’il n’était pas séparé de moi. Il était moi. Je ne pensais pas simplement cela de façon intellectuelle — j’en étais intimement convaincu.

Je comprenais ce que Jésus voulait dire par : « Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites ». Alors je me suis approché de l’homme avec un cœur ouvert, je lui ai souri, je lui ai donné un peu d’argent et je lui ai dit que je lui souhaitais bonne chance. Il me regarda avec gratitude et me remercia. Je n’ai pas communiqué avec lui parce que je pensais que cela me ferait du bien. Je l’ai fait parce que tant que je suis dans cet état de conscience, la compassion est ma manière naturelle de me connecter au monde.

Ce type de compassion est inconditionnel. Il va au-delà de la race, de la religion, des préférences sexuelles ou du style de vie des gens. Cela n’a pas d’importance si les gens se comportent de manière offensante envers vous. Vous êtes connecté à tout le monde. Personne n’est indigne de compassion.

Je veux être capable de rester plus longtemps dans cet état. J’ai encore tendance à tourner en rond. Toutefois, je ne suis pas sûr que ce soit nécessairement une mauvaise chose. J’ai l’impression de pouvoir contrôler l’expansion ou la contraction de ma conscience quand je le veux vraiment, donc je n’ai peut-être pas besoin de rester dans cet état 24 heures sur 24.

voir le monde via la réalité subjective

Quels autres effets avez-vous remarqués depuis l’adoption du système de croyances de la réalité subjective ?

Même d’un point de vue objectif, la vie s’est améliorée dans tous les domaines. Ma femme et moi sommes plus proches que jamais. Notre amour l’un pour l’autre est devenu beaucoup plus inconditionnel. Chaque jour, nous nous disons à quel point nous sommes enthousiastes de faire ce que nous faisons. Elle se lève même régulièrement tôt (souvent vers 5 h 30) parce que le jour qui se lève l’excite trop pour qu’elle rester trop longtemps au lit, alors qu’elle aimait faire la grasse matinée.

Notre situation financière s’est beaucoup améliorée au cours de la dernière année — ma femme et moi avons tous deux vu nos revenus augmenter considérablement. C’est presque comme si l’argent conspirait pour venir à nous maintenant. Presque toutes les fois que nous vérifions le courriel, de nouveaux chèques arrivent d’une source ou d’une autre. Nos revenus dépassent largement nos dépenses et continuent d’augmenter. Il est ironique de constater que moins nous avons besoin d’argent ou moins nous nous en soucions, plus nous en recevons. Nous ressentons un immense sentiment d’abondance et de gratitude, ce qui attire peut-être l’argent dans notre vie. Au fur et à mesure que notre abondance financière s’accroit, nous avons simplement plus de ressources à utiliser pour atteindre nos objectifs.

Nous nous sentons totalement secondés dans nos efforts. Chaque fois que nous avons besoin d’aide, l’aide arrive au plus tôt. Les synchronicités sont partout et nous conduisent sans effort là où nous voulons aller. C’est comme si nos vies sont à présent sur la bonne voie, allant dans la direction où elles ont toujours été supposées aller.

Avez-vous remarqué des effets négatifs ?

Le seul effet que je pourrais éventuellement qualifier de négatif serait le rythme rapide de l’expansion. Parfois, les choses vont si vite qu’il est difficile de maintenir le cap. Dans ces situations, j’ai juste envie que les choses ralentissent un peu et que je reprenne mon souffle. Je fais plus de méditation et je prends une journée pour moi tout seul. Puis, lorsque je suis prêt, je souhaite que les choses accélèrent à nouveau, et c’est ce qui arrive. En ce moment, je profite de cette expansion rapide.

Si un système de croyances subjectives était moins précis qu’un système objectif, alors je devrais être moins en mesure de m’en sortir dans ce monde. Ce serait une attente raisonnable, n’est-ce pas ? Je devrais ressentir une sorte de dissonance cognitive par laquelle mon modèle mental de la réalité deviendrait si faussé par rapport à la réalité véritable que je ne pourrai plus y voir clair. Bien entendu, c’est exactement le contraire qui s’est produit. Je m’en sors beaucoup mieux. Même d’un point de vue objectif, ma vie est devenue beaucoup plus facile.

Ayant expérimenté moi-même les deux perspectives, je trouve que la réalité subjective est un modèle plus précis que la réalité objective. En revanche, je ne m’attendrais pas à ce que quelqu’un soit d’accord avec moi à moins qu’il ait lui-même fait l’expérience des deux perspectives. Il n’y a aucun moyen de vraiment comprendre le système de croyances de la réalité subjective en le regardant via une lentille objective, et vice versa. Au mieux, ces mots ne peuvent servir que d’indicateur de l’expérience. Ils ne vous apporteront pas une description précise de l’expérience elle-même.

Quel est le rapport entre la réalité subjective et le développement psychique ?

J’ai constaté que ma croissance dans ces domaines était parallèle. Le changement, peut-être le plus crucial, que l’adoption du système de croyances de la réalité subjective m’a apporté est certainement le fait que j’ai développé un contrôle beaucoup plus conscient de mes pensées. Cela devient très important parce que si la pensée créait la réalité, alors je ne peux pas me permettre le luxe d’avoir une pensée négative. En effet, je ne veux pas créer des choses que je ne veux pas. Je me suis exercé pendant de nombreuses heures pour améliorer ma capacité à contrôler mes pensées. J’ai choisi les pensées que je voulais avoir, puis j’ai essayé de les garder dans mon esprit. J’ai surveillé les pensées négatives et je les ai rapidement chassées pour les remplacer par des pensées positives. Cette pratique a porté ses fruits.

La capacité de contrôler vos pensées est très bénéfique pour le développement psychique. D’abord, vous devez développer une forte croyance en vos capacités, sinon elles ne se manifesteront tout simplement pas. Si votre esprit se remplit de doutes, vous n’irez pas très loin psychiquement. Si vous pouvez contrôler vos pensées, vous pouvez rester concentré et réceptif lorsque vous en avez besoin. Vous pouvez calmer votre esprit et vous concentrer sur vos six sens sans être distrait ou douter de ce que vous voyez. Si jamais vous rencontrez des entités négatives, vous pouvez tenir la peur à distance et les gérer intelligemment.

De plus, le développement psychique fournit une confirmation supplémentaire de la pertinence de la réalité subjective. Si vous n’avez jamais eu d’expériences psychiques et que vous commencez soudainement à avoir des expériences vraiment surprenantes après en avoir exprimé le souhait, alors vous commencerez à réaliser à quel point vos pensées peuvent influencer votre réalité. Et lorsque vous commencez à partager des expériences psychiques avec d’autres, cela vous donne une confirmation supplémentaire. Si à un moment donné vous recommencez à nier la réalité des expériences psychiques, vous remarquerez qu’elles diminuent, puis disparaissent de votre vie. Bientôt, vous comprendrez que vos pensées sont l’interrupteur qui active et désactive la manifestation psychique.

Il est certes possible d’explorer le développement psychique sans un système de croyances subjectives, mais j’ai découvert que plus j’embrassais la réalité subjective, plus mes expériences psychiques étaient intéressantes.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Nombreuses sont les personnes qui se prononcent sur la question de la réalité subjective sans en avoir jamais fait l’expérience. La même chose s’observe dans beaucoup d’autres domaines. Dans la vidéo du jour, je vous invite précisément à participer à une expérience fun et interactive. Cette expérience simple, vous pouvez la reproduire dans d’autres domaines de votre vie pour voir les résultats.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *