Nous devons nous aligner sur ce qui va suivre

pandémie du coronavirusNous avons vu beaucoup de changements dans le monde cette semaine en raison de la pandémie du coronavirus. Je pense que beaucoup de gens ne réalisent pas encore que le rythme des changements ne sera pas linéaire. Il va accélérer.

Malgré tous les changements que vous avez vus cette semaine, ceux de la semaine prochaine seront encore plus considérables… et ceux de la semaine qui va suivre seront encore plus marquants. Donc si vous avez la tête qui tourne en ce moment, ce sera pire la semaine prochaine.

Aux États-Unis, je vois des gens qui commencent à faire des changements pour s’adapter à la situation, mais ils donnent l’impression de faire de tout petits pas. Je veux dire par là qu’ils assimilent ce qui s’est passé jusqu’à présent et qu’ils font de leur mieux pour donner un sens à tout cela en se basant sur les événements de ces derniers jours.

Cependant, cela ne suffira pas pour s’adapter. Les modèles mentaux que vous êtes en train de former vont probablement se briser au bout d’une semaine, à mesure que le rythme des changements accélère.

Vous allez devoir commencer à penser aux changements plus importants qui s’annoncent.

Cette semaine, les États-Unis ont vu l’annulation de plusieurs événements grand public. Les parcs Disney sont fermés.

Apple a fermé ses magasins aux États-Unis et d’autres entreprises vont bientôt suivre. En fait, la plupart d’entre elles le feront.

Elles ne s’en rendent simplement pas encore compte. Si vous continuez de vous rendre au travail aujourd’hui, ce ne sera probablement plus le cas d’ici la fin du mois.

Le nouveau centre de remise en forme que j’ai rejoint en février m’a envoyé un courriel plus tôt dans la journée, faisant état d’un horaire réduit à partir de lundi ainsi que de mesures de désinfection plus poussées. Il s’agit d’une adaptation basée sur les choses qui se sont produites jusqu’à présent. Cependant, cela ne s’aligne pas sur ce qui va se passer ensuite.

Je pense que le centre sera obligé de fermer ses portes d’ici la fin du mois. Mais, je ne pense pas que les gérants voient cela venir.

J’ai eu une impression similaire lorsque je me suis rendu au magasin de guitare local pour suspendre mes cours particuliers jusqu’à nouvel ordre. J’ai dit à l’employé à qui j’ai parlé que je doutais que le magasin soit encore ouvert dans deux semaines. Je crois qu’il ne m’a pas cru.

Les diverses réactions des gens sont compréhensibles. Ils fondent leurs prévisions sur tout ce qui vient de se passer.

Ils se basent sur ce qu’ils voient dans leur entourage. Toutefois, ce n’est pas de cette façon que nous devrions chercher à prédire ce qui va se produire dans les jours à venir.

Au moment où j’écrivais cet article, l’État du Nevada n’avait enregistré que 21 cas de personnes touchées par le coronavirus pour zéro mort. Vous vous doutez bien que la situation a bien évolué depuis. Bientôt, nous en serons à des milliers de cas, puis à des dizaines de milliers d’infections. Et malheureusement, les décès suivront.

La maire de Las Vegas était furieuse contre les médias, comme si ces derniers avaient saboté la ville, qui dépend bien sûr fortement du tourisme. Elle se trouve dans une position intenable, son travail étant semblable à celui du baron Vladimir Harkonnen dans Dune.

Elle doit en effet faire en sorte que le climat soit à tout prix favorable. En ce moment, elle doit être sous une pression intenable, et cela ne fera qu’empirer dans les jours et les semaines à venir.

Le Strip devient peu à peu désert, avec l’annulation de plusieurs événements. Les hôtels tentent de s’adapter à ce qu’ils pensent être la nouvelle réalité temporaire.

Ils ferment les buffets, les restaurants, les clubs, les réservations pour les activités sportives et les spectacles… et offrent d’importantes réductions aux personnes qui souhaitent toujours réserver une chambre d’hôtel.

Compte tenu de sa forte dépendance au tourisme, Vegas va être plus durement touchée que la plupart des villes américaines sur le plan économique. Les personnes qui travaillent dans les hôtels et pour les congrès ne peuvent pas simplement faire leur travail à domicile ; leurs activités sont par conséquent en grand danger.

Les mises à pied ont déjà commencé dans le Strip. L’économie locale va certainement s’effondrer fortement. C’est inévitable à ce stade.

Et pourtant, les casinos essaient toujours de s’adapter. Cependant, d’ici la fin du mois, ces mesures d’adaptation n’auront pas vraiment d’importance. La situation sera bien plus grave qu’elle ne l’est aujourd’hui. Ils n’auront pas d’autre choix que de voir la réalité en face.

Même si la bourse s’est effondrée cette semaine, je m’attends à ce qu’elle s’effondre encore plus fortement, qu’elle chute bien plus bas que ce que nous avons vu. Savez-vous qui d’autre pense ainsi ? Michael Burry.

Vous vous souvenez peut-être de lui comme étant le gestionnaire de fonds spéculatifs avisé que Christian Bale a incarné dans le film The Big Short ; l’homme qui a parié que le marché immobilier allait s’effondrer. Il admet qu’il parie actuellement beaucoup contre les indices du marché en raison de la situation actuelle provoquée par la pandémie du coronavirus.

Sachez également qu’il n’est pas seulement un investisseur, mais aussi un médecin. Bien qu’il ne pratique pas la médecine, son droit d’exercer est toujours valide. Il ne pense pas que la formule du « acheter les creux du marché » (qui provoque des rebonds) va résister à ce qui se prépare.

pandémie du coronavirus

Je n’investis pas du tout en bourse pour l’instant, mais d’après ce que je vois, je pense que la baisse sera encore pire pour les actions.

Même les personnes qui parient qu’Amazon Prime va combler le manque à gagner devraient noter que certains prédisent que ce service sera mis à rude épreuve à mesure que les employés d’Amazon tomberont malades et que les chaines d’approvisionnement seront davantage perturbées. Il pourrait ne pas être aussi fiable que les gens le pensent. En effet, ce service dépend encore fortement d’une importante main-d’œuvre humaine.

Qu’en est-il de Netflix ? Eh bien, c’est peut-être un excellent service pour le streaming à domicile, mais notez aussi que la société vient d’annoncer qu’elle arrête la production de tous les films et séries programmés.

Cette situation nous concerne tous. Alors que beaucoup de gens se concentrent sur les retombées économiques, nous devrions d’abord chercher à sauver des vies, d’autant plus que cela peut être fait au niveau individuel en ce moment.

Je connais une école privée à Las Vegas qui a volontairement fermé cette semaine, mais les écoles publiques ici ont annoncé qu’elles avaient l’intention de rester ouvertes lundi. Garder les écoles ouvertes permettra à la pandémie de s’étendre plus rapidement, ce qui entraînera davantage de décès. C’est une grave erreur !

Pour avoir une idée de ce qui se prépare aux États-Unis, nous ne devrions pas prendre en compte uniquement ce qui se passe sur place. Nous devrions nous tourner vers les pays d’Europe qui ont quelques semaines d’avance sur nous dans cette pandémie du coronavirus.

L’Italie compte désormais plus de 74 000 personnes touchées par le coronavirus et 7 500 décès, et le pays entier est bouclé depuis plusieurs semaines. L’Espagne et la France ont également pris les mêmes mesures, suivies de l’Irlande, du Danemark et des Pays-Bas.

Les mesures de confinement sont légèrement différentes pour chaque pays, mais il est essentiellement demandé aux gens de rester chez eux, sauf pour sortir se procurer de la nourriture ou des médicaments.

Les épiceries et les pharmacies restent donc ouvertes, mais les écoles, les universités, les hôtels, les magasins de détail, les restaurants, les bars et les commerces non essentiels sont fermés.

Pourquoi toutes ces mesures ? Simplement pour ralentir le taux de nouvelles infections.

Les États-Unis sont encore à la traîne. Dans les esprits, les mesures de confinement semblent encore extrêmes ici. Je comprends cette impression.

Cependant, nous devons avoir une vision à plus long terme dans nos esprits et nos cœurs maintenant à propos de cette pandémie du coronavirus ; n’arrêtons pas nos réflexions à ce qui pourrait se produire dans une semaine ou deux.

Chaque jour de retard signifie plus d’infections et de décès.

Le principal risque auquel nous sommes confrontés est que les hôpitaux soient débordés par un afflux de plus en plus important de nouveaux patients. C’est déjà le cas dans le nord de l’Italie.

Les médecins de cette région doivent trier les patients parce qu’il y a trop de patients critiques à soigner. Pendant ce temps, les membres du personnel médical commencent à tomber malades, parce qu’ils travaillent jusqu’à l’épuisement pour sauver des vies.

Il y a quelques jours, le président de la Guilde médicale de Varèse (une ville du nord de l’Italie) est mort d’une insuffisance respiratoire due au coronavirus. D’autres décès au sein du personnel médical vont suivre, ce qui met à rude épreuve un système déjà surchargé.

L’Espagne, la France, l’Allemagne et d’autres pays d’Europe sont sur le point d’entrer dans une phase similaire, et les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni suivront de très près.

Certains prétendent que les médias exagèrent en ce qui concerne la gravité de la situation. Je pense le contraire.

Je pense que la situation deviendra beaucoup plus grave qu’elle ne l’est aujourd’hui. Ce que vous voyez actuellement dans les médias vous semblera plutôt ridicule dans quelques semaines, et vous risquez de regarder en arrière et demander aux médias : « pourquoi n’avez-vous pas parlé plus fort ? »

Nous ne pouvons pas nous contenter de prendre en compte nos réalités locales actuelles pour prédire ce qui va se passer. Nous devons élargir notre perspective et prêter attention à ce qui se passe ailleurs.

Ainsi nous devons continuer de nous projeter dans l’avenir, non pas de manière linéaire, mais de manière exponentielle. Je suis conscient que cela ne vient pas naturellement. Toutefois, cela ne nous dispense pas de cette responsabilité.

Beaucoup de gens sont assez intelligents et ont l’œil pour voir ce qui va se passer. Nous devons tirer la sonnette d’alarme, même au risque d’être traités comme Cassandra. C’est trop important pour ne pas le faire.

Dans plusieurs pays, le nombre de personnes atteintes par la pandémie du coronavirus double à peu près chaque semaine. Au début, les chiffres semblent négligeables. Ce n’est pas grave de passer de 10 à 20 cas.

Toutefois, ce sera une tout autre affaire quand nous passerons de 100 000 à 200 000 ou de 1 million à 2 millions de cas en une semaine. Nous sommes sur le point de taxer notre système médical comme jamais auparavant.

Il est vrai que les personnes qui bénéficient d’une excellente santé pourront s’en sortir, même si elles sont infectées. Mais, ce virus est bien plus mortel que la grippe.

stay home

Les chiffres montrent que beaucoup de gens à travers le monde survivent au coronavirus, mais beaucoup en meurent également et il reste aussi les personnes dont le statut reste à déterminer et dont le nombre augmente chaque jour à un rythme soutenu.

Toutefois, en raison d’une défaillance généralisée, en particulier aux États-Unis, les chiffres réels sont beaucoup plus élevés, et ils vont encore augmenter dans les jours à venir. De nombreuses personnes sont infectées, mais ne présentent pas encore de symptômes. En attendant, elles en infectent d’autres.

Pour les personnes de moins de 40 ans, le taux de mortalité est d’environ 0,2% (et il est pratiquement nul pour les enfants de moins de 10 ans). Pour les personnes dans la quarantaine comme Rachelle et moi, c’est le double (0,4%).

Les personnes dans la soixantaine sont plus exposées avec un taux de mortalité de 3,6%. Pour les septuagénaires, le taux monte à 8%. Et pour ceux qui ont 80 ans ou plus, il est de 14,8%. Le coronavirus est donc beaucoup plus dangereux pour les personnes âgées. Il est également plus dangereux pour les hommes que pour les femmes.

Il faut cependant préciser que ces chiffres dépendent fortement de l’accès à des soins médicaux de qualité. Les risques augmentent considérablement lorsque les hôpitaux sont surchargés.

Environ une personne infectée sur cinq devra se rendre à l’hôpital, et environ une sur vingt aura besoin de soins intensifs. En moyenne, 17 jours séparent l’infection et la mort. Mourir des suites d’une insuffisance respiratoire n’est pas une manière agréable de partir ; c’est un peu comme la noyade.

En moyenne, une personne infectera 2,5 autres personnes qui infecteront à leur tour d’autres personnes. Il ne s’agit donc pas seulement de vous, de votre santé et de vos risques personnels.

Si vous êtes infecté, vous avez beaucoup de chances de recouvrer votre santé et l’expérience ressemblera beaucoup à celle de la grippe, mais il y a de fortes chances que vous transmettiez l’infection à d’autres personnes, contribuant ainsi à envoyer des gens à l’hôpital. Certains parmi ces gens perdront la vie. Voulez-vous en être responsable ?

Ce que nous pouvons faire maintenant, c’est prendre des mesures pour éviter de devenir des maillons de cette chaine de contamination du coronavirus. Il est trop tard pour arrêter ou empêcher complètement ce qui va se produire parce que les infections se sont déjà trop propagées, ce qui donne le sentiment que ce qui va se passer ensuite est inévitable.

Par contre, nous pouvons encore prendre des mesures personnelles pour ralentir la contamination. Et nous devons le faire en toute conscience, en commençant immédiatement.

Cela implique de ne pas sortir inutilement et de limiter au maximum les interactions avec d’autres personnes. Il est vrai que beaucoup résistent à la distanciation sociale, mais nous devons nous y plier avant même que cela ne devienne nécessaire.

Si vous avez l’impression que c’est une mesure extrême, sachez que votre timing est en fait raisonnable. C’est maintenant que vous devez changer de comportement.

Je sais que ce n’est pas agréable, mais prenez une seconde et imaginez ce qui suit : quelqu’un souffre d’une insuffisance respiratoire et se retrouve dans un couloir d’hôpital bondé de patients en état critique qui ne peuvent pas entrer dans l’unité de soins intensifs.

Imaginez une grand-mère ou un grand-père ayant un malaise respiratoire, paniquant et ne pouvant même pas appeler à l’aide alors que ses poumons se débattent contre l’inévitable. Imaginez que personne ne soit disponible pour s’occuper de telles personnes.

Aucun respirateur n’est disponible. Les patients sont triés par des médecins et infirmières épuisés qui toussent en essayant de sauver des vies. Connectez maintenant les points entre vos actions et ces conséquences. Ne végétez pas dans le déni.

Si vous ne vous retirez pas immédiatement de cette chaine de contamination du coronavirus, vous n’allez pas seulement donner à certaines personnes un rhume ou de la fièvre. Vous risquez d’être la personne par laquelle une autre personne quitte ce monde dans d’incroyables douleurs. Vous allez contribuer à une grande misère.

Est-ce un point de vue déraisonnable ? Est-ce extrême ? Non, c’est ce à quoi les gens sont confrontés en Italie en ce moment. En Iran, des corps sont jetés dans des fosses communes visibles depuis le ciel.

J’aimerais que tout cela ne soit qu’un mauvais film. Cependant, c’est bien réel. Et nous devons relier les points entre nos actions et ce que nous pourrions provoquer et contribuer de manière concrète.

Nous sommes si nombreux à refuser de reconnaitre que nos actions affectent d’autres vies. Et voici un énorme appel au réveil ; la vie nous invite à ouvrir les yeux.

Vous sentez-vous concerné par tout ceci ? Tous ces éléments permettent-ils d’aller au-delà des objections de votre esprit ?

Je ne veux pas prendre le risque d’être la cause de l’incapacité d’autrui à respirer. Rien que d’y penser, mes propres poumons se contractent et j’ai l’impression de pouvoir à peine respirer moi-même.

Il n’est tout simplement pas rationnel de justifier des séances d’entraînement supplémentaires ou de nouveaux cours de guitare. Je ne peux pas prendre le risque d’ajouter d’autres corps dans les couloirs de l’hôpital.

Rachelle et moi sommes en confinement volontaire, et ce depuis plusieurs jours déjà. Nous avons cessé d’aller au centre local de remise en forme au début de la semaine. J’ai aussi annulé tous les cours de guitare particuliers jusqu’à nouvel ordre. Mon dernier cours remonte à une semaine.

De même, nous avons annulé un rendez-vous en tête à tête avec un ami de l’extérieur que nous avions prévu de rencontrer cette semaine. Nous ferons de notre mieux pour pratiquer la distanciation sociale aussi longtemps que nécessaire.

Je vous encourage et vous implore de vous joindre à nous si le coronavirus COVID-19 a également touché votre ville ; même s’il semble extrême ou précoce de prendre de telles mesures.

Toutes les fois où vous sortez, vous pourriez contribuer à la mort précoce et très douloureuse de quelqu’un. Peu importe les mesures que prend le gouvernement local, nous devons faire ce que nous pouvons, en tant qu’individus, pour ralentir la pandémie du coronavirus.

La deuxième chose que vous pouvez faire, c’est d’inviter et d’encourager d’autres personnes à vous rejoindre. Je sais que beaucoup de gens rejetteront l’idée et que cela peut causer une certaine tension sociale. Toutefois, même si vous parvenez à convaincre une seule personne de faire ce pas un jour plus tôt, cela peut faire une énorme différence.

Rachelle et moi faisons cela parce que d’autres personnes ont fait l’effort de partager avec nous l’importance de cette action. Et pour cela je leur suis reconnaissant.

Ce sera difficile de surmonter cet épisode. Ce sera une année très différente de celle à laquelle vous vous attendiez probablement. Mais, c’est ce que la vie nous offre comme défi pour l’instant.

Réfléchissez bien à toutes les décisions que vous allez prendre en ces temps difficiles. Vous allez en porter le souvenir pour le reste de vos jours.

PS : Étant donné que la pandémie du coronavirus continue de toucher de plus en plus de monde, il est possible que les statistiques évoluent avant, pendant ou après que vous lisez cet article, rendant ainsi obsolètes celles présentées ici.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Comme vous l’avez certainement compris, dans les circonstances actuelles, il faut faire preuve de responsabilité et de proactivité. Ces deux qualités peuvent faire une grosse différence dans la lutte contre cette pandémie. Dans la vidéo du jour, je vais revenir sur ces points et vous montrer comment les développer.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
4 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *