TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Se remettre de la maladie

Note : cet article est une traduction de l’article Recovering From Illness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

MaladieJ’ai été malade ces derniers jours. C’était une maladie étrange. J’ai attrapé un petit rhume à la fin de notre voyage récent à New York, et il a semblé que je m’en remettais bien. C’était la première fois que je tombais malade depuis plus de 10 mois. Mais plusieurs jours plus tard, je me suis senti très mal au réveil : fièvre, nausée, maux de tête, gorge sèche, et grosse fatigue. Je me suis finalement tiré hors du lit, je me suis préparé un smoothie au petit-déjeuner, puis je l’ai vomi 20 minutes plus tard. (Contrairement à beaucoup de plats partiellement digérés, les smoothies aux fruits ont encore bon goût sur le chemin du retour – ils sont juste un peu plus chauds.) Par conséquent, j’ai été hors-circuit ces derniers jours. Je me sens mieux aujourd’hui, et la fièvre est passée, mais j’ai toujours la gorge sèche et je me sens un peu dans les vapes.

Ma réaction initiale au fait d’être malade (deux fois en deux semaines) était la contrariété. J’avais une grosse semaine de prévue. J’ai essayé de faire un peu de travail mais je ne pouvais pas me concentrer assez pour faire quoi que ce soit de valable. À un moment, j’ai été vraiment perdu quand j’ai essayé de trouver un fichier que j’avais ouvert des centaines de fois auparavant, pour réaliser ensuite que je regardais dans le mauvais dossier. C’est pour cela que je n’ai pas fait beaucoup de blogging la semaine dernière.

J’ai fini par céder et j’ai suivi le courant. Ce qui fait que cette semaine j’ai principalement dormi, médité, et mangé beaucoup de fruits et légumes. J’ai aussi regardé de vieilles comédies, cela semble toujours m’aider à me sentir mieux.

Pendant cette maladie, mes régulateurs émotionnels habituels étaient complètement déconnectés. Pendant que je regardais Frankenstein Junior, j’étais complètement perdu quand le monstre grimpait au mur du château à la fin. Cela me semblait être un moment tellement beau. C’était comme un Vulcain souffrant du syndrome de Bendii.

J’ai fait une méditation qui m’a donné de précieuses idées que je suis encore en train d’accepter. J’ai réalisé que je me heurtais à beaucoup de barrages quand j’essayais d’aller dans une certaine direction, et cette méditation m’a permis de voir pourquoi cela arrivait et qu’il y avait un chemin bien plus simple que j’avais complètement zappé. Parfois une maladie agit comme une claque spirituelle.

Une autre méditation a été tellement profonde qu’elle s’est en fait transformée en rêve lucide pendant que j’étais assis sur le canapé. Mes visualisations conscientes ont commencé à donner naissance à un flux d’imagerie inconsciente, et je pouvais voir que je commençais à entrer en phase de rêve. Je me suis relaxé et je l’ai suivi, et j’ai fait un rêve très vivant tout en étant toujours conscient. Cela ne m’était encore jamais arrivé. Avant, la lucidité était toujours apparue pendant que je rêvais. Je vais devoir retenter ça un jour.

J’ai également fait des rêves (nocturnes) extrêmement profonds et vivants cette semaine – le genre de rêves où on a l’impression de passer des jours ou des semaines dans le monde des rêves. La nuit dernière j’ai rêvé que j’étais kidnappé par un groupe « terroriste » et emmené dans un pays du Proche-Orient, où j’étais retenu en otage. J’avais le droit de me promener dans une petite communauté et d’interagir avec les gens présents, mais je ne pouvais pas quitter le pays. Pourtant, j’avais encore mon ordinateur portable et une connexion à internet, et j’étais encouragé à bloguer sur toute cette expérience. J’ai dit à me ravisseurs que je coopèrerais à condition que je ne poste que la vérité – s’ils voulaient me faire poster quoi que ce soit de faux, ou me faire taire quoi que ce soit de vrai, ils devraient me tuer d’abord. Ils ont accepté et ont dit que c’était tout ce qu’ils voulaient. J’ai passé les deux mois suivants à me promener, à observer, à parler aux gens, et à écrire. Malgré le fait que j’aie été « otage », je ne me sentais pas piégé parce que le joyeux brouhaha de conscience en fond était encore présent partout. Il était simplement question de s’adapter à un nouvel environnement.

Cela ressemblait à plus qu’une simple maladie routinière. C’est comme si j’avais traversé une sorte de purge spirituelle ou émotionnelle. Ce genre de chose m’est arrivé quelques fois par le passé. En 2004, j’ai eu une série de maladies quasiment identiques, avec toujours les mêmes symptômes. Chaque fois que mon entreprise de jeux profitait d’un bon élan, je tombais malade et j’étais mal pendant une semaine. C’était devenu vraiment irritant. J’ai dû avoir 10 fois de la fièvre cette année-là. J’ai fini par arrêter de me battre et j’ai décidé de me tourner vers l’intérieur et j’ai sondé mon âme, car je n’avais pas l’énergie de faire autre chose. Cela m’a mené à une transition majeure dans ma carrière, avec le lancement de mon site fin 2004. Peu après, la série de maladies a cessé.

Je suis sûr que certaines personnes considèrent la maladie comme un phénomène purement physique et objectif causé par des petites bêtes. Je ne suis pas de ceux-là… même si on me catalogue parfois comme une de ces bêtes. 😉

Crédits photo : © Antonio Gravante – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *