Jeûne à l’eau : Le résumé

jeûne à l’eauHier, j’ai terminé mon jeûne à l’eau. J’ai jeûné pendant 17 jours et 3 heures, ce qui équivaut à la plus longue période de jeûne que je n’ai jamais connue. Cet article est un résumé de cette expérience et il s’appuie sur le premier article que j’ai écrit lorsque j’étais au 6e jour de mon jeûne.

Motivation

Le monde n’est plus ce qu’il était il y a 100 ans. La triste vérité, c’est que nous vivons maintenant dans un environnement rempli de toxines, que notre corps n’a pas évolué pour éliminer efficacement. Ces toxines proviennent entre autres des pesticides, des herbicides, de la pollution, des métaux lourds, des plastiques, des hormones animales, des produits pharmaceutiques, des radiations et plus encore.

Nous sommes exposés à ces toxines simplement en buvant de l’eau, en respirant l’air et en consommant des aliments. Il est donc honnête d’affirmer que la consommation de toxines fait partie de la vie quotidienne moderne. Nous sommes tous intoxiqués à un certain degré, et certaines personnes y sont plus sensibles que d’autres.

Les symptômes d’une toxicité excessive comprennent :

1) La fatigue ou la paresse chronique

2) La confusion mentale

3) Les difficultés à se concentrer

4) La tendance à être facilement distrait

5) La dépression, l’anxiété ou les émotions négatives persistantes

6) Les problèmes de peau

7) Les douleurs articulaires ou musculaires

8) Les problèmes digestifs

Même le fait d’être légèrement intoxiqué peut dégrader vos fonctions mentales et émotionnelles, en particulier votre capacité à bien vous concentrer pendant de longues périodes, à vous discipliner, à résoudre vos problèmes intelligemment et à ressentir des émotions positives. Votre état mental et émotionnel est un bon indicateur de votre degré de toxicité intérieure. Malheureusement, beaucoup de gens aujourd’hui n’ont aucune idée de ce qu’est la vraie clarté mentale. Ce qu’ils considèrent comme normal, c’est en fait la lenteur mentale.

J’ai constaté une augmentation notable de la clarté mentale, de la concentration et de la motivation grâce aux divers protocoles de détoxification que j’ai essayés, en commençant par la détoxification alimentaire que j’ai faite il y a de nombreuses années, puis en essayant des substances qui peuvent aider à éliminer les toxines de l’organisme.

Au cours de la dernière année, j’ai intensifié mes efforts de désintoxication et j’ai été ravi des améliorations que j’ai enregistrées en termes de clarté mentale et d’endurance. Travailler 14 heures par jour est devenu un jeu d’enfant (quand je veux le faire). Je peux exécuter de grandes quantités de travail comme si ce n’était rien (par exemple organiser quatre ateliers en quatre mois).

Vous pouvez penser que la désintoxication n’est pas une chose importante ; que cela peut se faire aussi simplement qu’un lavage du foie. Après tout, combien d’efforts faudrait-il vraiment déployer pour éliminer la plupart des toxines ?

Je suis tombé sur une estimation qui disait qu’il faudrait consommer 100% d’aliments crus pendant sept ans pour faire une désintoxication vraiment complète, et même dans ce cas, cela n’élimine pas tout ce qui ne devrait pas être dans notre organisme. Notre corps n’a tout simplement pas évolué pour supporter la charge toxique à laquelle il est exposé aujourd’hui, mais heureusement, nous pouvons aider à accélérer les choses.

La principale raison pour laquelle j’ai décidé de faire ce jeûne à l’eau, c’était mon besoin de continuer d’éliminer les toxines du corps. J’ai déjà vu les grands avantages qu’il y a à le faire, et je veux continuer de faire des progrès dans ce sens. Un jeûne à l’eau semblait une autre bonne solution de détoxification à explorer.

Lorsque vous faites un jeûne à l’eau, votre corps n’a pas besoin de dépenser de l’énergie pour la digestion. Le processus de digestion demande beaucoup d’énergie, consommant jusqu’à 2/3 de votre énergie disponible. Avec cette énergie supplémentaire (lorsque votre corps se met à brûler des graisses pour se procurer du carburant), l’organisme peut se concentrer sur l’élimination des toxines

(dont beaucoup sont stockées dans les cellules graisseuses), le nettoyage du sang, l’élimination des cellules malsaines et le renforcement des organes pour fonctionner plus efficacement. Il existe de nombreux processus de réparation qui ne s’activent qu’à jeun. C’est une expérience parfaitement naturelle que d’autres animaux pratiquent aussi bien.

J’ai aussi lu des articles sur les bienfaits du jeûne, et je voulais voir quelle était la différence avec les autres formes de détoxification que j’ai essayées. J’ai donc été motivé principalement par la curiosité et par les potentiels bénéfices mentaux.

L’expérience du jeûne à l’eau

J’ai pris mon dernier repas (un smoothie vert) le matin du 25 aout ; j’ai démarré mon jeûne à l’eau ce même matin à 10 h 15. Je me suis dit qu’il serait plus facile de commencer le jeûne à l’eau un matin après le repas, et avec le recul, je pense que c’était une bonne idée. Les premières heures d’un jeûne sont assez faciles, alors je voulais que ces heures se situent dans la journée. De cette façon, si j’avais faim, j’irais simplement me coucher, avançant ainsi le jeûne de plusieurs heures pendant que je dormais. Si j’avais commencé le jeûne à l’eau après un repas du soir, j’aurais gaspillé une période de sommeil ainsi que les heures les plus faciles du jeûne.

Étant donné que j’ai mangé ce matin-là, la première journée a été en effet assez facile, et j’ai été aussi productif que d’habitude. J’avais faim le soir, mais c’était déjà l’heure d’aller au lit.

Les jours 2 et 3 ont été les plus difficiles. J’avais très faim, j’avais peu d’énergie et j’avais du mal à me concentrer. Je ne pouvais pas faire grand-chose ces jours-là, mais je m’attendais à ce que les choses se passent de cette façon, alors j’y suis allé doucement. Quand les choses commençaient à devenir difficiles, je me rappelais que je devais aller « une heure à la fois ».

J’adorais quand il commençait à faire nuit, car je pouvais dormir et ainsi gagner plusieurs heures de jeûne pendant le sommeil. Il m’a fallu plus faire preuve d’autodiscipline pendant les 3 premiers jours du jeûne à l’eau que pendant de tous les autres jours restants. Mon but chaque jour était de supporter la faim jusqu’à l’heure du coucher.

Le Jour 4, j’ai commencé à me sentir un peu mieux, mais j’avais encore faim de temps en temps. Le cinquième jour, je ne ressentais plus la faim et je commençais à me sentir mieux. Toutefois, mon niveau d’énergie physique était encore très faible.

Jusqu’au 10e jour environ, chaque jour pouvait basculer en fonction de ce que je ressentais. Le jour 6, je me sentais bien et j’ai été mentalement actif toute la journée. Un jour, pendant cette période, j’ai même eu assez d’énergie pour sortir faire des courses. Les autres jours, je me sentais paresseux et confus, et je m’estimais chanceux lorsque je parvenais à être productif pendant une heure ou deux.

C’était difficile de prédire comment je me sentirais chaque jour, et parfois mon énergie changeait au cours de la journée. Même si je n’avais pas faim en soi, je pensais souvent à la nourriture. L’expérience du rituel quotidien m’a manqué, mais je prenais un jour à la fois, et je me suis peu à peu habitué au rythme différent de chaque jour sans manger.

Je me suis donné la permission de ne pas travailler pendant mon jeûne à l’eau, mais j’aimais travailler quand j’en avais la possibilité parce que c’était une bonne façon de passer le temps quand je ne me sentais pas bien. Cela me permettait de ne pas penser à la nourriture. Cette technique était bien plus efficace que les autres comme regarder des films, et je profitais aussi beaucoup de mon travail.

Les jours de jeûne me semblaient plus longs parce que je ne préparais pas de repas, je ne faisais pas de nettoyage et je ne m’entrainais pas. Par conséquent, trouver une bonne façon de passer le temps m’aidait à garder le moral. Étant donné que je ne m’attendais pas à être productif pendant mon jeûne à l’eau, tous les travaux que j’ai effectués étaient comme un bonus pour moi.

Ma cuisine est restée propre pendant le jeûne à l’eau, car je ne faisais rien pour la rendre sale. Je n’ai pas eu à faire la vaisselle une seule fois pendant le jeûne, bien que des verres d’eau s’étaient progressivement empilés sur mon comptoir. Cela peut paraitre étrange, mais le rituel du chargement et du déchargement du lave-vaisselle m’a aussi manqué.

Après environ 11 jours, mon énergie mentale et ma vivacité étaient plutôt bonnes. Je ne peux pas dire que j’ai éprouvé un degré incroyable de clarté mentale comme certains jeûneurs l’ont affirmé, mais c’est peut-être parce que j’avais déjà fait tellement de détoxification par le passé. J’avais beaucoup plus de facilité à exécuter de grandes charges de travail pendant la dernière semaine de mon jeûne à l’eau.

Je pouvais travailler pendant 14 heures dans une journée sans même me sentir fatigué à la fin. J’ai également ressenti un regain de motivation et d’autodiscipline durant cette période. Je n’avais pas besoin de prendre de pause pour manger ; je pouvais donc travailler à fond pendant des heures. J’ai ainsi achevé plusieurs petits projets tels que le nettoyage et la réorganisation de mes fichiers informatiques.

Quand l’heure du coucher approchait et que je travaillais encore, une partie de mon esprit me disait de clôturer la journée, mais je continuais de travailler pendant encore une heure ou deux. Au lieu de me forcer pour en faire plus, je faisais l’expérience inverse. En effet, je devais plutôt m’obliger à arrêter de travailler parce que c’était si facile de passer d’une action à l’autre automatiquement. C’était comme avoir un subconscient qui « faisait tout sur le champ » sans effort et qui me motivait à continuer. Si cette partie reste en place après le jeûne, et qu’elle semble toujours là aujourd’hui, ce sera parfait, car cela favorisera une augmentation continue de la productivité.

À cause de ce que j’ai expérimenté pendant la première semaine de jeûne, je n’avais pas hâte de continuer. Je me fixais néanmoins des mini-objectifs comme 3 jours, 5 jours, une semaine, 10 jours, etc. Il était prévu que je participe à deux rencontres en tête à tête pendant la seconde semaine de mon jeûne à l’eau, et j’avais peur de ne pas avoir assez d’énergie pour cela. Certains jours, il m’a fallu beaucoup d’efforts pour sortir du canapé et remplir mon verre d’eau.

Finalement, cette lenteur s’est dissipée, et j’avais beaucoup d’énergie pour gérer les rencontres qui avaient lieu les jours 13 et 14 du jeûne à l’eau. C’était aussi agréable de sortir et de profiter d’un peu de connexion sociale, car la plupart des jours de ce jeûne, je restais seul à la maison. En général, c’était une expérience solitaire.

Même si je n’avais pas mangé pendant le jeûne, je trouvais réconfortant d’aller dans ma cuisine de temps en temps et de sentir l’odeur des différents repas. J’aimais particulièrement les parfums du tahini, du beurre d’arachide et de la sauce sriracha. L’odeur de la nourriture est une grande composante de l’expérience de l’alimentation, et j’avais au moins la possibilité de ressentir ce type de stimulation sensorielle sans rompre le jeûne.

Par conséquent, lorsque le fait de manger commençait à me manquer, je faisais le tour de ma maison reniflant les odeurs des différents aliments qu’il y avait. C’est peut-être surprenant, mais cela ne m’a pas incité à manger. C’était comme une autre sorte de récompense sensorielle. Même si vous ne jeûnez pas, je vous encourage à essayer cela par vous-même. Allez renifler quelques aliments aromatiques dans votre cuisine ; respirez vraiment les arômes et savourez-les pleinement. Cependant, c’est probablement mieux de le faire pendant un jeûne parce que le sens de l’odorat devient plus pointu.

À part les quelques marches que je faisais de temps en temps, je n’ai pas essayé de faire de l’exercice physique pendant le jeûne à l’eau. J’avais en effet lu que c’était une mauvaise idée, car cela brûle plus de tissu musculaire et empêche que l’énergie de l’organisme soit utilisée pour la guérison et la désintoxication. Quelques jours après le début du jeûne à l’eau, j’avais un degré d’énergie physique décent et je pouvais marcher une heure sans difficulté, même si je devais marcher beaucoup plus lentement que d’habitude. Les autres jours, je ne pouvais pas marcher 15 minutes sans avoir besoin de prendre une pause ; c’était notamment le cas jusqu’au dernier jour du jeûne.

Quand je ne jeûne pas, je peux normalement marcher pendant des heures sans problème. J’aime faire de l’activité physique, alors il m’a fallu un certain temps pour m’habituer à ne pas bouger beaucoup. À en croire les statistiques de mon Apple Watch, au cours de la dernière semaine, j’ai brûlé seulement plus de 200 calories en 2 jours avec mes mouvements (y compris les simples déplacements dans la maison).

Par conséquent, la plupart des jours j’étais en dessous de cette limite. Je voulais bouger plus, mais je n’avais pas l’énergie nécessaire. Je n’arrêtais pas de me rappeler que pendant le jeûne, mon énergie était mieux dépensée pour le nettoyage interne.

Pendant les premiers jours du jeûne, j’ai fait des rêves intenses et vivants, mais la plupart du temps, ces rêves n’avaient rien de spécial. Pendant plusieurs nuits, j’avais plus de mal à m’endormir que d’habitude. Normalement, je peux m’endormir en quelques secondes, mais après plusieurs jours de jeûne, il me fallait 30 à 60 minutes pour m’endormir, même si j’avais sommeil avant d’aller me coucher. C’était probablement les toxines qui sortaient de mon corps qui troublaient mes hormones.

Pendant le jeûne, les cellules rejettent leurs toxines dans la circulation sanguine, ce qui peut causer une variété d’effets secondaires. En soi, ce n’était pas un gros problème, car j’ai simplement dormi plus tard ces jours-là. Pendant le jeûne à l’eau, je n’ai pas utilisé une alarme pour me réveiller parce que je n’étais pas certain de la quantité de sommeil dont j’aurais besoin. La plupart du temps, j’ai dormi environ 8 heures, ce qui est plus long que d’habitude pour moi.

Je me sentais émotionnellement plus sensible pendant le jeûne (une expérience courante), et mon organisme procédait également à une certaine désintoxication émotionnelle certains jours (c’est-à-dire des changements émotionnels aléatoires), surtout par rapport au stress et à l’anxiété. Ces sentiments se sont dissipés après la première semaine, et j’ai recommencé à être plus positif et plus optimiste.

Dans la dernière semaine du jeûne à l’eau, une partie de ma peau a commencé à avoir l’air un peu écailleuse. Toutefois, après mes premiers repas, cela a disparu. Je n’ai pas eu d’acné comme certains jeûneurs.

Certains considèrent que le jeûne est une expérience spirituelle. Je ne peux cependant pas affirmer que j’ai ressenti une particulière connexion spirituelle pendant mon jeûne. C’était surtout une expérience physique et un défi d’endurance. Peut-être que les choses auraient été différentes si j’avais jeûné avec d’autres personnes dans un centre de retraite. Ou peut-être était-ce parce que mon intention était de jeûner pour les bienfaits physiques et mentaux. Je dirais que l’expérience m’a vraiment redonné le contrôle de mon corps.

Dans un sens, le jeûne à l’eau était physiquement éprouvant, mais je pense que le plus grand défi était psychologique. Je me suis privé de 51 repas, et pendant la première semaine environ, j’ai vraiment ressenti l’absence de chaque repas, car j’aurais normalement mangé quelque chose. Dès la deuxième semaine, ce sentiment a commencé à s’estomper progressivement, et je me suis habitué à l’absence de repas.

Lorsque j’ai atteint le jour 17, j’avais l’impression que j’aurais pu continuer sans trop de difficulté. Prolonger le jeûne à l’eau d’une semaine ou de deux ne semblait plus si pénible à mes yeux à ce moment, d’autant plus que j’avais l’énergie mentale nécessaire pour être productif pendant cette dernière semaine. Toutefois, au début j’avais dû considérer que je devais avancer un jour à la fois ou même une heure à la fois afin de tenir. Je suis vraiment content que cela soit devenu plus facile au fur et à mesure que j’avançais.

Pendant les trois derniers jours du jeûne à l’eau, j’ai eu de légères crampes d’estomac. Ce n’était cependant pas si grave, et la douleur n’était présente que quelques heures par jour. Les crampes ont disparu quand j’ai recommencé à manger.

Si j’avais eu plus de temps, j’aurais continué plus de 17 jours, mais le 11 septembre était ma date limite pour rompre le jeûne en raison d’un voyage que j’avais prévu pour cette semaine. La raison pour laquelle je voulais continuer, c’est que je pouvais dire que mon corps n’avait pas fini de se purifier quand j’ai arrêté.

J’avais encore la couche blanche sur la langue et une haleine vraiment nauséabonde, et la vraie faim n’était pas encore revenue. Je suis donc un peu déçu de ne pas avoir donné à mon corps le temps nécessaire pour terminer le processus, mais je peux toujours essayer un jeûne plus long plus tard.

jeûne

Perte de poids

Quand j’ai démarré ce jeûne à l’eau, je pesais 84 kilos, et le matin du jour où j’ai rompu le jeûne, je pesais 75 kilos, alors j’ai perdu 9 kilos en tout.

Voici la progression de mon poids au jour le jour :

 1) Jour 0 – 84

2) Jour 1 – 82 (-2)

3) Jour 2 – 81 (-1)

4) Jour 3 – 80 (-1)

5) Jour 4 – 79 (-1)

6) Jour 5 – 79 (-0)

7) Jour 6 – 78 (-1)

8) Jour 7 – 78 (-0)

9) Jour 8 – 78 (-0)

10) Jour 9 – 77 (-1)

11) Jour 11 – 76 (-1)

12) Jour 12 – 76 (-0)

13) Jour 13 – 76 (-0)

14) Jour 14 – 75 (-1)

15) Jour 15 – 75 (-0)

16) Jour 16 – 75 (-0)

17) Jour 17 – 75 (-0)

Ma perte de poids moyenne par jour était donc de 1 kilo.

Le lendemain de la rupture du jeûne, mon poids a rebondi à 76 livres (+1 kilo), ce qui est normal étant donné que mon corps a maintenant accès à la nourriture et qu’il a commencé aussi à se renouveler en eau.

J’ai perdu 2,22 cm dans chaque bras (circonférence du milieu du biceps), 2,54 cm dans chaque jambe (mi-cuisse), 2,22 cm dans ma poitrine, 6 cm de taille et 3 cm au niveau de mes hanches.

Actuellement, je suis à mon poids le plus bas depuis les années 1990 ; encore plus bas qu’à la fin de mon festin de jus de fruits de 30 jours en 2008.

Mis à part le défi relatif à l’autodiscipline et le fait de mettre de côté du temps, je pense que l’une des principales raisons pour lesquelles le jeûne n’est pas décrit comme une technique populaire de perte de poids, c’est qu’il est difficile de le commercialiser.

Par conséquent, nous ne sommes pas bombardés de messages marketing à ce sujet. Il y a des profits importants à réaliser à travers la vente de livres de régime, les programmes de perte de poids, les abonnements de gymnase, le coaching personnel, les conseils en nutrition, la vente d’équipements pour l’entrainement, etc. Les fonds de marketing sont donc concentrés sur ces aspects.

Vous pourriez payer des milliers de dollars pour participer à une retraite de jeûne organisée par un professionnel, et si vous avez un grave problème de santé et avez besoin d’une supervision quotidienne, c’est peut-être la meilleure solution pour vous. Même dans ce cas, vous pouvez toujours tomber sur des personnes qui organisent des retraites « approximatives » qui peuvent aggraver votre expérience en vous bousculant à des moments où ils ne devraient pas, et vous pouvez trouver beaucoup d’éléments à ce sujet sur YouTube.

Toutefois, si vous êtes globalement en bonne santé et que vous le faites de votre propre chef, comme je l’ai fait, vous économiserez de l’argent puisque vous n’aurez pas besoin d’acheter de la nourriture ou d’utiliser du matériel de cuisine comme le lave-vaisselle ou la poêle. L’inconvénient, c’est que vous ne serez peut-être pas très productif pendant cette période.

Rompre le jeûne

Je sais, depuis que j’ai fait mon festin de jus de fruits de 30 jours, qu’il est important de recommencer à manger de façon graduelle. Dans le cas d’un jeûne à l’eau, l’organisme a besoin de temps pour accélérer la production de sucs digestifs et d’enzymes qui ont atteint leur point le plus bas pendant le jeûne. Il n’est pas recommandé de recommencer par manger en passant trop rapidement aux aliments lourds.

J’ai fait des recherches sur comment rompre un jeûne à l’eau, afin de pouvoir le faire avec prudence et de ne pas trop stresser mon corps. J’ai décidé de rompre le jeûne en commençant par des fruits frais et en prenant de petits repas tout au long de la journée.

Hier, j’ai consommé les cinq repas suivants, espacés d’environ deux heures, et j’ai commencé à 13 heures.

 1)Des tranches de cantaloup

2) Des fraises

3) De la laitue romaine et de la salade d’avocat (avec 15 millilitres d’huile d’olive, du jus de lime, et un peu de sel de l’Himalaya)

4) De la soupe miso avec des flocons de nori et de l’oignon vert haché de mon jardin

5) Du brocoli cuit à la vapeur avec une petite quantité de houmous

C’est un peu plus agressif que ce que recommandent certains jeûneurs. Certains diront qu’il est préférable de commencer plus lentement avec des fruits dilués ou du jus de légumes avant de passer aux aliments solides. Après les fruits, j’ai senti que mon corps pouvait supporter plus.

Je n’avais pas non plus le temps de rompre le jeûne trop progressivement, car j’avais un voyage pour Londres prévu dans deux jours, et je ne voulais pas toujours être en transition pendant mon voyage. Je me suis dit qu’il valait mieux jeûner un jour ou deux de plus, puis faire la transition un peu plus rapidement, d’autant plus que je suis en train de revenir à un régime végétalien à base d’aliments complets et non de produits super toxiques d’origine animale.

Dans l’ensemble, j’avais assez bien géré la première journée de transition. J’avais besoin d’une sieste après avoir mangé les fraises, et je sentais que mon ventre était un peu ballonné après avoir mangé la salade, mais je me sentais bien mieux après avoir mangé la soupe miso et plus tard le brocoli. J’ai très bien digéré ces repas. J’ai aussi recommencé à aller à la selle (après deux semaines). La première fois, c’était au milieu de la nuit, puis j’y suis allé deux autres fois le lendemain. Par conséquent, j’en ai déduit que ma digestion revenait à la normale sans trop de difficulté.

jeûne et douleurs articulaires

J’avais entendu dire que la nourriture avait un goût absolument incroyable après un jeûne parce que les papilles gustatives deviennent plus sensibles. J’en ai fait l’expérience après mon festin de jus de fruits de 30 jours, de même que toutes les fois que j’ai mangé des aliments 100%crus à pendant plus de 30 jours et que j’ai ensuite goûté de nouveau des aliments cuits. J’attendais donc avec impatience l’expérience sensorielle.

Le cantaloup que j’ai mangé avait bon goût. Je ne dirais certainement pas que c’était incroyable, alors j’ai été un peu déçu. Cependant, je pense que cela aurait pu être un cantaloup comme ci comme ça. De plus, je me suis dit qu’étant donné que ma langue était encore recouverte à l’époque, cela a peut-être bloqué une partie de la saveur. Tous les autres aliments que j’ai mangés ce jour-là étaient vraiment incroyables.

La salade était très délicieuse, même si elle était très simple. J’ai profondément apprécié chaque gorgée de la soupe miso, et les petits morceaux d’oignons verts étaient pleins de saveur. Le brocoli était également un délice. J’espère que cette sensibilité accrue durera un certain temps parce que c’est très agréable, d’autant plus que j’ai mangé depuis plusieurs jours.

Maintenant que je mange à nouveau, j’apprécie l’expérience de manger beaucoup plus. Même le fait de prendre le temps de préparer la nourriture est une grande joie. J’aime toucher le produit, en sentir la texture et sentir sa saveur. L’expérience du jeûne à l’eau m’a appris à ralentir et à apprécier aussi chaque bouchée de mon repas.

Ce matin, j’ai travaillé pendant quelques heures avant même d’avoir envie de manger. Normalement, je prends tôt le petit-déjeuner, mais après le jeûne, je ne pense plus que retarder un repas constitue un problème. Mon premier repas était un smoothie vert (deux bananes, des épinards, une clémentine et de l’ananas frais) que j’ai siroté en écrivant cet article.

Pour le reste de la journée, je vais probablement prendre un peu plus de fruits et de la salade, et peut-être un autre bol de soupe miso (c’est si bon !). Si je me sens encore bien, je peux faire des pommes de terre rôties et des oignons pour le diner et voir comment mon corps réagit.

J’espère que d’ici demain soir, je pourrai facilement consommer un bol de nouilles udon avec du bok choy cuit à la vapeur et une sauce à l’arachide, au gingembre et à l’ail que j’avais beaucoup envie de consommer pendant le jeûne. C’est si savoureux !

L’une des raisons pour lesquelles j’inclus le miso, c’est qu’il s’agit d’un aliment fermenté qui peut donc aider à repeupler les bonnes bactéries intestinales qui sont peut-être mortes pendant le jeûne à l’eau. Mieux, cet aliment est très faible en calories (il contient environ 50 calories pour un grand bol) ; il n’y a donc pas grand-chose à digérer.

Mon énergie physique revient progressivement à son niveau optimal. Hier, je me sentais encore léthargique, mais aujourd’hui, je me sens beaucoup plus rempli d’énergie, surtout après avoir pris le smoothie. Hier, j’avais encore des vertiges quand je me levais, mais aujourd’hui, cela semble aussi être parti – merveilleux ! C’est tellement agréable de me lever de mon bureau et de commencer à marcher immédiatement sans avoir à attendre quelques secondes pour que le vertige passe.

Je ne me suis pas du tout entrainé pendant le jeûne, alors j’ai hâte de recommencer. Je suis resté à la maison la plupart du temps pendant ce jeûne à l’eau, ce sera donc bien de partir bientôt pour environ trois semaines de voyage (Londres et Rome).

Dernières réflexions

Il est trop tôt pour que je puisse dire quels seront les avantages à long terme, mais depuis ce matin, j’ai l’esprit vif et alerte, je me sens bien, je suis super reconnaissant d’être à nouveau en train de manger et je suis très heureux et excité par ma vie.

Ce fut une expérience difficile, surtout pendant la première semaine, mais maintenant que je sais à quoi m’attendre, je pense que je vais réitérer l’expérience plus tard. J’aimerais essayer un jeûne plus long de 20 à 30 jours. Je n’ai pas d’autre période de temps libre pour le faire cette année, mais je suis disposé à le faire les années à venir. J’aimerais arriver au point où la désintoxication se termine naturellement et où la vraie faim revient, ce que je n’ai pas été capable de faire cette fois.

Avoir ce jeûne à l’eau de 17 jours comme expérience de référence a également changé ma perspective quant au fait de me passer de nourriture pendant des périodes plus courtes. Supprimer un repas ou jeûner pendant une journée ne sont plus des choses difficiles pour moi maintenant.

C’est vraiment merveilleux d’aborder de nouvelles expériences de croissance. Celle-ci m’a mis au défi de manière à définitivement me sortir de ma zone de confort. Mon avis par rapport au jeûne a vraiment changé (par rapport à l’avis que j’avais de cette pratique il y a seulement 3 semaines), car la perspective intérieure d’une expérience est toujours différente du regard extérieur.

Il est trop tôt pour dire quels seront les avantages ou les effets à long terme, mais je suis plutôt optimiste d’après ce que je ressens aujourd’hui et d’après mes expériences antérieures de détoxification. Peut-être que le véritable bénéfice spirituel à gagner est ce qui arrive après avoir traversé ce tunnel.

Si vous vous demandez quelle sera ma prochaine grande expérience de croissance personnelle, je vous en ferai part dans un prochain article. Ce sera un essai très inhabituel de 30 jours, et Rachelle va le faire avec moi. Ce n’est pas sexuel, c’est juste très étrange. Certaines personnes savent déjà de quoi il est question. Cela fait des mois que je suis indécis sur le sujet et je n’ai jamais entendu quelqu’un faire une telle expérience auparavant.

Cette expérience débutera juste après un atelier, et nous devons quitter la ville le lendemain de l’évènement. Ce sera l’un des tests les plus étranges que j’aie jamais faits. Rachelle et moi ne savons vraiment pas comment cela nous affectera, mais nous nous attendons à en tirer des leçons qui changeront notre perspective de la vie. Je ne sais toujours pas si c’est une bonne idée, et je ne peux pas prédire comment elle se concrétisera, mais nous sommes engagés à l’essayer.

Article original écrit par steve Pavlina
Avant de prendre congé de nous, nous vous proposons une vidéo complémentaire sur le sujet “J’ai testé le JEÛNE pendant un week-end”

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

jeune à leau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *