TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

Besogner et cravacher

Note : cet article est une traduction de l’article Plodding and Bursting de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Rythme de travailBesogner et cravacher sont deux stratégies différentes pour faire ce qu’on a à faire. Comprendre ces deux modes va vous aider de deux façons. D’abord, vous serez capable d’identifier votre propre mode par défaut, ce qui fait que vous pourrez mieux en tirer avantage. Et ensuite, vous serez capable de comprendre ceux qui préfèrent votre mode non-dominant, ce qui fait que vous pourrez vous lier à eux plus efficacement.

Besogner

Besogne, c’est garder un flux de travail stable et constant jour après jour.

Un bon exemple de besogne est Jiro du film Jiro Dreams of Sushi. Il a suivi essentiellement la même routine de travail chaque jour pendant des décennies et il est devenu un des meilleurs chefs sushi au monde.

Un écrivain besogneux se concentrerait sur l’écriture chaque jour, globalement au même endroit, à la même heure, et de la même manière. Cette approche pourrait être utilisée pour créer des articles et des œuvres plus longues. Un exemple de ce genre d’écrivain est Danielle Steele, qui a écrit plus de 100 livres. Elle a dit dans des interviews qu’elle avait un agenda de travail très discipliné, en suivant fondamentalement la même routine de travail jour après jour pour terminer un livre après l’autre.

Cravacher

Cravacher, c’est travailler par cycles courts et temporaires de travail à haute concentration tout en mettant en sourdine tout ce qui n’est pas lié au projet en cours.

Un bon exemple de cravachage est quand Sylvester Stallone a écrit le script du film Rocky. Stallone a vu un match de boxe intéressant en mars 1975, ça l’a inspiré, et il a écrit tout le script en 20 heures, sur 3 jours.

Un écrivain cravacheur attrape les vagues d’inspiration et les surfe pour terminer un travail créatif aussi rapidement que possible. Un exemple d’écrivain cravacheur est Dan Poynter. Il a écrit beaucoup de livres du type « Comment faire pour… » et il a partagé qu’il aimait terminer un nouveau livre en 2 semaines environ. Quand il est prêt à écrire le livre, il met tout le reste de côté et il finit le livre, en travaillant de longues heures pendant cette période pour arriver au bout. Cette approche a très bien fonctionné pour lui.

Les approches hybrides

Comme vous le suspectez sûrement, vous pouvez combiner ces deux approches de différentes façons.

Par exemple, vous pourriez cravacher pour créer le prototype d’une nouvelle application logicielle, puis besogner pour le transformer en produit fini, puis cravacher pour le lancer, puis besogner pour gérer le marketing et les ventes.

Autre exemple, vous pourriez cravacher pour changer et passer à un style de vie plus sain, comme en passant un weekend à vous débarrasser de toute la malbouffe dans vos placards, à choisir des recettes saines, à re-remplir votre cuisine d’aliments sains, à vous inscrire à des cours collectifs, et à mettre les cours que vous avez sélectionnés sur votre calendrier. Puis, une fois que vous avez procédé à tous ces changements initiaux, vous pouvez passer en mode besogne pour conditionner de nouvelles habitudes et pour les maintenir ensuite.

En ce qui concerne le développement personnel, vous allez voir assez souvent un schéma de cravachage s’avérer très efficace pour vous faire dépasser la résistance à créer un changement initial, puis besogner prend le pas pour une maintenance à long terme. Cela fonctionne pour les changements de relations, les changements de carrière, les changements financiers, les changements dans votre santé, et plus encore.

Votre mode dominant

Il y a des chances que vous voyiez que vous êtes bien meilleur pour appliquer un de ces modes par rapport à l’autre. Par exemple, vous pourriez être très bon pour besogner, mais vous n’arrivez simplement pas à rassembler l’énergie ou l’inspiration nécessaire pour réellement vous attaquer à de plus grands défis. Ou vous pourriez être super pour cravacher, initier de nouveaux défis avec une énergie explosive, mais vous avez du mal à maintenir un élan au-delà de ce point.

Besogner et cravacher existent tout au long de ce spectre. Vous pourriez être proche du milieu, en vous sentant compétent pour utiliser n’importe lequel des deux modes, ou alors vous pourriez être plus près du bord, et préférer largement un mode sur l’autre.

Que faire si vous découvrez que vous êtes super bon dans un mode mais pas super dans l’autre ?

D’abord, accepter que c’est ce que vous êtes. Au lieu de vous lamenter sur vos faiblesses, pensez à la façon dont vous pourriez tirer encore plus de jus de votre mode dominant. En d’autres mots, au lieu d’essayer de progresser vers le milieu, envisagez d’explorer les extrêmes de votre force.

Donc si vous êtes un besogneux, demandez-vous comment vous pouvez devenir un des meilleurs besogneux qui soient. Pensez à la façon dont vous pourriez structurer votre journée pour qu’elle soit une performance bien orchestrée de votre lever à votre coucher. Transformez vos objectifs en habitudes. Concentrez-vous sur le fait d’avoir une routine quotidienne assez bonne pour que, si vous la répétez encore et encore, vous allez atteindre les objectifs qui sont les plus importants pour vous. Si vous voulez créer de la musique, par exemple, alors précisez le nombre d’heures où vous le ferez chaque jour, et décidez exactement à l’avance ce que vous allez faire pendant ce temps et pendant combien de temps (pratique des instruments, composition, étude de la théorie de la musique, décomposition de grandes chansons, etc.). Réduisez tout ce que pouvez pour le faire rentrer dans une routine en laquelle vous pouvez croire.

Si vous êtes un cravacheur, alors demandez-vous comment vous pouvez tracer votre route en cravachant encore plus vite vers vos objectifs. À quelle vitesse pouvez-vous dépasser le blocage si vous vous engagez réellement ? Vous pourriez lancer une affaire en ligne demain. Écrire une pièce en quelques jours. Mettre à jour tous vos produits technologiques ce weekend. À quelle vitesse pourriez-vous créer un premier jet ? Un prototype ? Dégagez tous les trucs pas importants de votre agenda pendant un moment, et concentrez-vous sur un seul projet ou une seule tâche jusqu’à ce que vous ayez réellement fait des progrès. N’arrêtez pas tant que vous n’avez pas fini ou que vous devez vraiment vous arrêter.

Mon mode préféré est le cravachage. C’est comme ça que j’écris – rapidement et par gros efforts brefs. C’est comme ça que j’ai écrit près de 1200 articles ces 8 dernières années. Je n’écris pas en suivant un emploi du temps défini ; j’écris quand je suis inspiré par une idée. J’écris à différents moments de la journée, dans différents lieux, et sur différents sujets. Cette approche fonctionne très bien pour moi.

Quand j’ai essayé de faire tenir mon écriture dans un emploi du temps régulier. J’ai toujours échoué pour le maintenir, généralement parce que je me faisais embarquer dans de nouvelles vagues d’inspiration, comme une nouvelle expérience à mener, un nouveau voyage à faire, ou un nouvel ami à voir.

Posséder votre mode dominant

Réalisez que vous pouvez avoir beaucoup de succès dans la vie avec n’importe lequel des deux modes. Aucun n’est meilleur que l’autre. La différence vient principalement de la façon dont vous aimez gérer votre énergie.

Pour un besogneux, un cravacheur peut paraître instable, indiscipliné, et imprévisible, une sorte de franc-tireur. De la même manière, un cravacheur peut trouver un besogneux ennuyeux, pas créatif, et terriblement lent. Mais au lieu de manquer de respect à l’autre mode, il est plus utile de respecter nos forces personnelles – et en particulier de pousser nos propres forces vers une expression encore plus grande.

À l’école, les cravacheurs sont souvent vus comme des procrastinateurs. Au lieu de travailler un peu chaque jour sur un gros projet, un cravacheur va souvent le faire en une seule session marathon – et faire quand même un bon travail sur ce projet. En faire un peu chaque jour donnerait envie au cravacheur de s’arracher les cheveux par surdose d’ennui. Mais les cravacheurs finissent par apprendre que la pression temporelle accrue des projets menés à la dernière minute les aide à se concentrer, et cette concentration leur permet d’abattre plus de travail plus rapidement qu’avec le fonctionnement contraire.

Au lieu d’attendre la pression temporelle extérieure, un cravacheur peut créer une pression motivationnelle similaire en fixant des objectifs inspirants et les imaginant comme étant réels. Mon ami Joe Vitale est ce que j’appellerais un cravacheur. Quand il a une nouvelle idée de produit, il entre en mode cravachage et le termine rapidement, le lance, puis passe à la chose suivante. Il s’est récemment lancé dans la musique et a utilisé sa stratégie de cravachage pour créer et sortir ses 4 premiers albums en seulement 18 mois. Quand il parle de ses nouveaux produits, c’est généralement avec une grande excitation, même s’il est le seul à la ressentir.

La plupart des écoles sont faites pour entraîner et récompenser les besogneux, donc les gens qui sont bons pour cravacher pourraient avoir du mal à y trouver leur place. J’ai échoué à l’université quand j’ai essayé de faire mes études en mode besogne ; je n’arrivais pas à supporter le rythme terriblement lent. Mais quand j’ai recommencé et que j’ai traité ma période à l’université comme une expérience de cravachage, y compris tous les projets et tous les devoirs, j’ai pu obtenir deux diplômes en seulement trois semestres. J’ai déjà partagé cette histoire dans les articles Lancez-vous et 10 astuces pour les étudiants à l’université, donc je ne vais pas la répéter ici. L’idée de base est que j’ai dû reconnaître que le programme universitaire n’était pas fait pour quelqu’un comme moi, donc je l’ai adapté à ma capacité naturelle de cravachage aussi bien que possible, et cela m’a permis d’exceller là où auparavant j’échouais.

D’un autre côté, les besogneux sont aussi stigmatisés, mais différemment. Ils sont vus comme des gratte-papier, comme si leur contribution valait tout juste le fait de noircir du papier. Les besogneux obtiennent souvent des postes qui nécessitent des tâches routinières et répétitives, comme la comptabilité, la maintenance, ou le travail de bureaucratie. Les besogneux aiment la routine, mais s’ils acceptaient encore plus pleinement leur amour de la routine, ils pourraient contribuer encore plus. Un besogneux efficace peut faire plus que prendre les appels des services clients ou être hôte de caisse – il pourrait apporter de merveilleuses contributions dans des domaines comme l’art, la science, la médecine, et plus encore.

Reconnaître les modes dominants des autres personnes

Si vous travaillez avec d’autres personnes, alors reconnaitre leur mode dominant peut être très utile. Par exemple, n’assignez pas un projet à un cravacheur en vous attendant à ce qu’il travaille un petit peu dessus chaque jour jusqu’à ce que ce soit fini. Le cravacheur va très certainement le faire en une session marathon, peut-être juste avant la date limite. N’essayez pas de culpabiliser les cravacheurs parce qu’ils n’utilisent pas une stratégie besogneuse. Ce que vous voyez comme une façon stressante de travailler pourrait en fait être assez stimulant et efficace pour eux.

De la même manière, n’essayez pas de donner à un besogneux un projet créatif unique avec un délai serré qui les ferait sortir de leur routine soigneusement mise au point. Cela ne ferait que les stresser. À la place, travaillez avec un besogneux pour adapter de nouveaux projets à leur flux de travail quotidien déjà existant, pour qu’il puisse faire son travail graduellement dans le temps et quand même garder son rythme habituel et régulier.

Il est également intéressant d’observer ces schémas chez vos enfants. Mon fils Kyle (9 ans) m’a tout l’air d’être un besogneux. Il adore sa routine et n’aime pas la changer. Il aime manger les mêmes aliments et jouer aux mêmes jeux encore et encore. Il dit qu’il veut être scientifique quand il sera grand. Chaque fois que je lui fais un sandwich, il donne à ma performance une note entre 1 et 10, et me fait savoir à quel point mes efforts se sont rapprochés de son sandwich idéal, pour que je puisse améliorer mes capacités de réalisation de sandwichs avec le temps. Il dit que je m’améliore, et il continue à contrôler patiemment mes progrès.

Ma fille Emily (12 ans) est clairement plus une cravacheuse. Elle n’est pas très branchée routine ; elle s’ennuie trop facilement. Elle aime faire des expériences à court terme. Dernièrement elle essaye de voir jusqu’à quelle heure elle arrive à rester éveillée les vendredi et samedi soirs avant de tomber de sommeil et de voir quel effet différentes doses de caféine peuvent avoir sur ses efforts. Si elle aime un nouveau livre ou un nouveau jeu, elle va souvent le terminer rapidement et passer à autre chose. Elle aime créer de l’art, en particulier des dessins et des origamis, par courtes poussées d’inspiration. Si je lui suggère quelque chose de nouveau à essayer, comme un nouvel aliment qu’elle n’aimera probablement même pas, elle dit presque toujours oui. Elle reconnait même quand des aspects de sa vie deviennent trop répétitifs, puis elle cherche à briser ces schémas pour mélanger un peu les choses.

Si j’essaye de traiter mes deux enfants comme s’ils avaient le même mode dominant, cela ne fonctionne pas très bien. Si je traite ma fille comme une besogneuse, elle s’ennuie énormément. Si je traite mon fils comme un cravacheur, cela le stresse beaucoup.

Évidemment c’est un peu simplifié parce que nous avons tous la capacité d’utiliser différents modes dans différentes situations, mais généralement vous trouverez que les gens – dont les enfants – ont un mode préféré avec lequel ils ont tendance à obtenir de meilleurs résultats qu’avec l’autre mode.

Est-ce que vous voyez des domaines de votre vie où vous essayez d’atteindre le succès avec votre mode non-dominant ? Si c’est le cas, vous pouvez souvent améliorer considérablement vos résultats en passant à votre mode le plus fort.

Optimiser votre travail

Est-ce que vous êtes dans un travail qui est destiné à un besogneux, et vous le trouvez ennuyeux et apathique parce que vous êtes un cravacheur ? Est-ce que vous avez besoin de plus de travail créatif ? Est-ce que vous avez besoin de plus de variété et de stimulation, et de moins d’ennui et de répétition ? Peut-être qu’il est temps de changer de poste ou d’emploi, ou de travailler avec votre patron pour redéfinir votre poste et vous permettre d’abattre plus de travail créatif et de faire moins de tâches routinières. Vous avez choisi votre emploi, donc s’il ne vous convient pas très bien, choisissez autre chose.

Ou alors, est-ce que vous faites un travail de cravacheur, mais qu’au fond vous êtes un besogneux ? Est-ce que vous êtes stressé par trop de nouvelles tâches qui s’ajoutent à votre liste de manière désagréable, ce qui rend impossible pour vous de créer le moindre semblant de routine ? Est-ce que vous vous sentiriez mieux en passant à une situation d’emploi plus stable, où vous pourriez optimiser tout ce qui compose votre charge de travail existante ? Personne ne vous empêche de changer ; il y a beaucoup d’emplois comme ça dans le monde.

Si vous pouvez faire un travail qui correspond mieux à votre mode dominant, vous allez être plus productif. Vous allez aussi vous sentir bien mieux vis-à-vis de votre travail – ni trop ennuyeux ni trop stressant. Cela pourrait vous demander des efforts de changer, mais travailler dans un mode sous-optimal pendant des années est un gros gâchis de votre vie. Il est plus intelligent de laisser cet emploi aller à quelqu’un qui y correspond mieux.

En diverses occasions, j’ai été tenté d’essayer de me créer une charge de travail destinée aux besogneux, et cela n’a jamais fonctionné. Je la sabote généralement en un jour ou deux. Je trouve sa prédictibilité tellement pénible que je n’arrive pas à tenir pendant plus d’un jour ou deux. Mais quand j’accepte le mode cravacheur, je trouve que je suis capable d’en faire beaucoup plus, et je suis beaucoup plus heureux dans mon travail. Par exemple, dans une poussée d’inspiration pendant l’été 2011, j’ai mis en place 4 ateliers, dont 3 nouveaux que je n’avais jamais faits auparavant. J’ai vraiment aimé cravacher dans cette énorme quantité de travail créatif, de la création à la délivrance du produit, un atelier à la fois. C’était très amusant et convenait super bien à mon monde dominant. Mais si j’avais essayé de faire le même atelier encore et encore en suivant un emploi du temps prévisible, je serais probablement mort d’ennui. J’ai bien plus besoin de variété et de défi que de stabilité et de prévisibilité.

Transformer vos relations

Est-ce que vous êtes un besogneux qui déteste les hauts et les bas des rendez-vous ? Peut-être que vous vous sentiriez mieux dans une relation stable à long terme. Les besogneux aiment faire entrer les choses dans des schémas stables. Ils ont bien plus de chances de se marier qu’un cravacheur. Une relation stable est le rêve d’un besogneux. Quand un besogneux jette son dévolu sur une relation correcte, il peut être heureux de voir les choses durer des années, tant que vous ne jouez pas les trouble-fête ou que vous ne venez pas chambouler leur routine.

Ou est-ce que vous êtes un cravacheur qui aime les relations suivant des schémas sinusoïdaux de connexion intense séparés par des pauses ? Êtes-vous du genre à tomber amoureux rapidement ? Aimez-vous l’intensité et la stimulation de nouvelles connexions et de nouvelles expériences ? Est-ce que vous vous ennuyez et voulez changer d’air quand votre relation devient prévisible ? Les cravacheurs aiment suivre le flux de leur inspiration dans leurs relations, pour pouvoir aller profond très rapidement quand cela leur semble bon. Les cravacheurs se sentent généralement mieux dans des relations plus ouvertes en raison de la variété que cela ajoute.

Est-il possible que vous soyez un cravacheur dans un aspect de votre vie et un besogneux dans une autre ? Bien sûr que oui. Mais même si vous pouvez voir que cela a été votre façon d’être par le passé, vous pourriez envisager d’essayer la stratégie inverse dans un domaine juste pour voir comment cela se passe. Vous pourriez être surpris et trouver que vous obtenez de meilleurs résultats en utilisant le même mode dominant dans tous les aspects de votre vie.

Pendant des années j’ai géré ma vie sentimentale comme un besogneux pendant que je favorisais le cravachage dans ma vie professionnelle. C’était principalement parce que j’ai été dans une relation à long terme pendant de nombreuses années. Quand j’ai finalement eu la chance d’essayer un mode de relations plus compatible avec le cravachage, je m’y suis vite adapté et j’ai adoré ça. J’aime les plaisantes surprises qui viennent de la connexion avec de nouvelles personnes. Je ne ressens également aucune résistance vis-à-vis des relations longue distance – cela fonctionne bien pour moi dans la pratique parce que j’aime les périodes où on passe beaucoup de temps ensemble suivies de temps chacun de son côté. Certaines personnes trouveraient cette situation stressante, mais je trouve la variété stimulante, et même paisible et relaxante par moments. En m’appuyant sur mon mode dominant, je suis devenu bien plus heureux dans cet aspect de ma vie.

Une fois que vous identifiez votre mode de relations préféré, vous pouvez chercher des partenaires compatibles qui partagent vos désirs, ou vous pouvez éviter d’essayer d’être quelqu’un que vous n’êtes pas. Il n’y a rien de mal à fréquenter des gens qui n’ont pas le même mode dominant que vous – en fait, ces relations peuvent très bien fonctionner – tant que vous et votre partenaire reconnaissez et appréciez les forces l’un de l’autre et que vous n’essayez pas de forcer l’autre à changer. Une relation cravacheur–besogneux peut être une expérience d’évolution gratifiante pour toutes les personnes concernées.

Gestion de l’énergie

La différence entre cravacher et besogner dépend largement de la façon dont vous préférez gérer votre énergie.

Est-ce que vous aimez la variété des expériences intenses et à court terme avec des pauses fréquentes et reposantes ? Quand vous êtes inspiré par une idée, est-ce que vous aimez vous lancer directement et tout donner, pour pouvoir totalement vous plonger dans l’expérience ? Quand vous rencontrez quelqu’un et que vous découvrez une attraction mutuelle, est-ce que vous aimez faire de la place dans votre emploi du temps et vous plonger dans cette connexion rapidement et avec passion ?

Ou est-ce que vous préférez la prévisibilité et la stabilité d’un flux d’énergie relativement constant sur le long terme ? Est-ce que vous aimez la routine quotidienne, répéter les mêmes schémas agréables encore et encore ? Est-ce que vous appréciez la valeur de la routine ? Est-ce que vous aimez les relations stables et prévisibles, pour toujours savoir ce qu’on attend de vous ?

Là encore, il n’y a pas une approche meilleure qu’une autre. Vous pouvez profiter d’un grand succès et de beaucoup de bonheur avec n’importe laquelle des deux approches. Si vous pouvez identifier votre mode dominant et vous en servir davantage que vous le faites actuellement, vous aurez des chances de trouver que vous devenez significativement plus productif, et vous n’aurez pas à lutter autant.

Crédits photo : © beeboys – Fotolia

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *