Abondance d’intimité et relations sans étiquette

abondance d’intimitéDans cet article, je vais partager avec vous quelques leçons personnelles sur comment créer l’abondance d’intimité. J’écris donc cet article plus dans le but de partager plutôt que de donner des conseils. Néanmoins, je m’attends à ce que vous puissiez acquérir des connaissances utiles que vous pourrez appliquer à vos propres relations.

La société nous conditionne à coller certaines étiquettes à nos relations et à leur donner un sens. Par exemple, être célibataire n’a pas le même sens que d’être le petit ami ou la petite amie de quelqu’un, ou encore le mari ou la femme de quelqu’un.

À un moment donné dans vos relations, vous pourriez être amené à changer les étiquettes : « sortons-nous vraiment ensemble ou est-ce un simple flirt ? » ; « il est temps que notre relation devienne exclusive ! » ; « fiançons-nous ! »

Une étiquette est une association, et chaque étiquette vient avec ses propres associations attachées. Par exemple, qu’est-ce que l’étiquette « épouse » signifie pour vous ? Qu’est-ce qu’une femme peut et ne peut pas faire ? Pour certaines personnes, il peut s’agir d’une étiquette très restrictive avec toutes sortes de règles concernant ce rôle particulier. Pour d’autres par contre, ce n’est peut-être pas aussi restrictif.

Une fois que vous collez une étiquette à une relation (tout type de relation entre deux ou plusieurs entités, pas seulement une relation d’humain à humain), vous lui donnez forme et structure en l’associant à d’autres étiquettes et significations.

Le conditionnement social

Le conditionnement social nous affecte de deux façons. Premièrement, nous pouvons avoir tendance à préjuger les autres en fonction des étiquettes qui leur sont associées. Si vous savez que quelqu’un est célibataire ou marié, est-ce que cela change votre relation avec cette personne ? J’ai certainement eu ce parti pris à un moment donné. Par exemple, je flirterais probablement beaucoup moins avec une femme mariée… à moins qu’elle ne soit également polyamoureuse, divorcée ou impliquée dans un mariage libre.

La deuxième façon dont le conditionnement social nous affecte, c’est à travers les étiquettes que les autres nous collent. Par exemple : je flirte avec une femme que je viens de rencontrer à une fête et nous semblons bien nous entendre. Toutefois, si je mentionne ensuite en passant que je suis marié (par exemple en lui racontant une histoire), son énergie va changer sensiblement. Il en sera probablement de même pour la nature de notre interaction. Pourquoi en est-il ainsi ? Pourquoi est-ce même nécessaire ? Pour quelles raisons devrions-nous livrer notre pouvoir aux étiquettes ?

D’un autre côté, lorsque je discute avec des gens qui sont très conscients, je remarque que les étiquettes ont moins d’impact sur eux. Plus une personne est consciente, plus elle se débarrasse du conditionnement social et plus elle conserve son pouvoir de choix. En conséquence, lorsqu’une étiquette est utilisée, cela n’a pas autant d’importance. Une personne consciente sait qu’à tout moment nous sommes libres de faire de nouveaux choix et que les étiquettes n’ont aucun pouvoir sur nous. Elle ne livre donc pas son pouvoir aux étiquettes.

Les personnes très conscientes ont plus de choix sur le plan relationnel. Elles assument l’entière responsabilité de leurs choix et s’attendent à ce que les autres fassent de même. Par conséquent, elles sont beaucoup plus flexibles dans leurs relations avec les gens. Elles ignorent largement les étiquettes et se concentrent sur leur liberté de connexion.

Plus vous pourrez vous libérer des conditionnements sociaux, en particulier en abandonnant les étiquettes, plus vous aurez de possibilités de relations et plus vous pourrez vivre l’abondance d’intimité.

Vivre sans étiquette

Les étiquettes peuvent parfois être des outils utiles, par exemple à des fins de communication, mais elles peuvent facilement faire l’objet d’abus. Si une étiquette restreint indument votre liberté de choix, alors l’accepter revient à abandonner trop de pouvoir et à passer de la vie consciente à la vie inconsciente.

Ce fut une leçon difficile à apprendre pour moi. Quand j’ai annoncé que j’étais polyamoureux, beaucoup de gens que je n’ai même jamais rencontrés se sont laissé aller à des commentaires sur mon choix. Il s’agissait en partie d’éloges positifs (qui semblaient même injustifiés) et en partie de critiques sévères (qui semblaient tout aussi injustifiées). Après tout, je n’avais encore rien fait à l’époque. Je venais simplement de changer les étiquettes que j’utilisais pour définir ma relation. Mis à part les articles que j’avais écrits à l’époque sur le sujet, je n’avais pas encore entrepris de réelles actions dans ce sens. Il était donc intéressant de constater à quel point les gens donnaient du pouvoir à ces étiquettes particulières.

Encore une fois, quand Erin et moi nous étions séparés, nous avions simplement retiré l’étiquette du mariage de notre relation. Certaines personnes avaient été effrayées par cela… des gens qui ne nous avaient jamais rencontrés. Plusieurs mois après notre séparation, Erin et moi avons clairement compris que c’était le bon choix pour nous deux. En nous débarrassant de l’étiquette de mariage, nous avions tous les deux restauré notre liberté de faire des choix conscients. À l’époque, chacun d’entre nous était heureux de prendre des mesures que la plupart des gens considèreraient comme étant inappropriées pour un couple marié, et pourtant ces actions nous apportaient beaucoup de joie.

À l’époque, je n’étais pas prêt à partager publiquement les détails des expériences que j’ai faites après ma séparation, mais comme vous pouvez l’imaginer, elles étaient loin d’être ennuyeuses. Même aujourd’hui encore, j’aime les expériences qui sortent du cadre du mariage, et j’en suis heureux.

Avec le recul, je pense que la décision d’explorer le polyamour faisait partie du processus pour sortir du cadre du mariage. Toutefois, il y avait alors un risque de déménager dans un nouveau cadre, celui du polyamour. J’ai donc trouvé qu’il valait mieux abandonner aussi cette étiquette. Je trouve que je suis beaucoup plus heureux et que je profite d’expériences beaucoup plus riches quand je fais de mon mieux pour éviter les étiquettes. Aujourd’hui, je ne peux donc pas vraiment dire si je suis monogame ou polyamoureux. Aucune des deux étiquettes ne semble avoir de sens à ce stade.

Peut-être que la meilleure façon de décrire ce qui se passe dans ma vie amoureuse en ce moment, c’est de dire que je monte des montagnes russes dans le noir. Je ne vois pas où va la piste, mais c’est un parcours assez amusant.

les étiquettes

Sortir de votre zone de confort

Vivre sans étiquette peut être très inconfortable au début. Ne vous attendez pas à ce que ce mode de vie soit prévisible et sûr.

Au début, j’ai eu du mal à m’y faire. En effet, cela me faisait clairement sortir de ma zone de confort. Heureusement, j’ai reçu beaucoup d’aide de la part d’amis très conscients.

Il y a quelque temps, je parlais à une amie très proche, et j’étais confus quant à la direction que prenait notre relation. Nos liens étaient si profonds, ouverts et fluides que je n’avais aucun moyen de prédire la voie à suivre. J’ai trouvé cela très troublant. Nous avons eu de multiples conversations au cours desquelles j’essayais d’évaluer où nous en étions (souvent en essayant d’attribuer des étiquettes) et où nous nous attendions à aller ensuite (encore plus d’étiquettes). Ces conversations m’ont d’abord soulagé, mais les étiquettes assignées avaient tendance à retarder nos interactions, et quelques jours plus tard, j’étais de toute façon forcé d’abandonner ces étiquettes, pour les reconsidérer à une date ultérieure. Notre connexion semblait prendre une vie en soi, et toute tentative de la définir semble stupide avec le recul.

Comme cette approche ne fonctionnait manifestement pas, je l’ai finalement abandonnée. Ce n’était pas du tout facile et j’avais l’impression de sauter d’un avion. J’ai dû apprendre à lâcher prise et à faire confiance au lieu d’essayer de contrôler et de diriger.

Ce qui m’a aidé, c’est de voir comment j’ai déjà appliqué ce modèle dans mon passé. C’est ainsi que j’ai créé une situation d’abondance financière. J’avais l’habitude d’être un peu trop prudent en termes de dépenses, mais l’adoption d’une stratégie de contrôle ne m’a jamais donné un sentiment d’abondance. Dans la plupart des cas, elle n’a fait que perpétuer le sentiment de manque que je ressentais. Quand j’ai commencé à changer mes intentions et à me focaliser sur l’abondance, à me connecter avec un sentiment d’abondance et à accueillir chaque situation comme elle se présentait, cela a fonctionné à merveille.

C’était très inconfortable d’entrer dans cet espace au début, mais maintenant c’est tellement naturel que je ne peux pas imaginer revenir à une stratégie de contrôle en ce qui concerne mes finances. Je présume simplement qu’il y aura toujours un flux financier abondant dans ma vie, et il y en a toujours un. Cependant, je ne peux pas prédire précisément d’où il viendra ni quand et comment il arrivera.

Quand j’ai reconnu que l’abondance d’intimité doit suivre les mêmes principes, j’ai pu utiliser mes finances comme une référence qui m’a permis de facilement lâcher prise et d’être confiant que les choses se dérouleront bien. Bien sûr, les choses ne s’arrêtent pas là (créer de la valeur pour les autres est un autre élément clé, qu’il s’agisse de relations ou de finances), mais c’était une énorme percée pour moi de voir que le fait de lâcher prise et d’avoir confiance étaient nécessaires pour attirer et profiter de l’abondance d’intimité.

Au fur et à mesure que j’apprenais à me débarrasser des étiquettes, je remarquais que beaucoup de mes relations s’amélioraient considérablement, pratiquement du jour au lendemain.

Au début, c’était comme faire des montagnes russes dans le noir. Je ne pouvais pas voir la piste, donc je n’avais aucune idée de l’endroit où menait le sentier. Les rebondissements, les virages, les boucles et les plongeons, tout me surprenait. Cela dit, peu à peu, je m’y suis habitué et j’ai décidé de simplement profiter du voyage. Au lieu de voir les surprises comme une mauvaise chose (imprévisibilité qui pourrait mener à un accident), j’ai commencé à les voir comme des choses amusantes et exaltantes. Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’y habituer ; surtout étant donné que je sortais d’un modèle de mariage très stable et prévisible.

Quelques-unes de mes relations ont pris des tournants inattendus. Cependant, j’ai fait de mon mieux pour suivre le flux de ces connexions au lieu d’avoir comme l’impression que je devais les diriger vers un but particulier ou leur assigner des étiquettes propres et les compartimenter.

Vivre dans le flux

C’est une façon plus désordonnée de vivre. D’une certaine manière, j’ai moins de contrôle sur ma vie, mais je ne peux pas nier que je suis aussi beaucoup, beaucoup plus heureux avec ce style de vie. Mes relations apportent beaucoup de richesses à ma vie. Elles constituent une source inépuisable de divertissement, d’expériences joyeuses et d’attachement profond à l’âme. Chaque jour est un mystère et tout est possible. Les étiquettes ne sont qu’un obstacle. Alors je fais de mon mieux pour les éviter quand c’est possible. Je laisse chaque relation se dérouler comme elle l’entend.

Ces réalisations ont complètement changé ma façon de vivre ma vie. Par exemple, j’utilise beaucoup moins Internet et je passe beaucoup plus de temps au téléphone et en face à face avec les gens. C’est en partie pour cette raison qu’il m’arrive de passer des moments sans publier de nouveaux articles sur mon blog. Je suis en effet parfois trop occupé à me concentrer sur ma vie sociale. Il est même arrivé que j’utilise au cours d’un mois une année entière de minutes de transfert accumulées sur mon téléphone cellulaire. J’ai aussi finalement acheté un casque Bluetooth pour pouvoir avoir les mains libres pendant les heures que je passe au téléphone chaque jour.

Si je pouvais classifier chaque relation dans ma vie avec une étiquette bien choisie, ce volume de communication ne serait pas nécessaire. Les catégories seraient bien définies, et je pourrais simplement les prendre pour acquises (par exemple, cette personne est une amie, cette personne est une partenaire intime, cette personne est une camarade de jeu, etc.). Cependant, maintenant, je vois les relations comme une question de flux. Je fais de mon mieux pour écouter davantage, pour m’assoir et profiter du voyage, et pour me détendre dans ce nouvel espace d’existence.

La liberté

La liberté est un ingrédient essentiel d’une relation saine. Quand la liberté est sacrifiée, les choix deviennent plus limités, et quand les choix sont trop limités, les comportements inconscients remplacent la vie consciente, et le vrai bonheur devient un fantasme lointain.

J’ai passé 15 années de ma vie à livrer une grande partie de mon pouvoir à des étiquettes, comme mariage, mari, femme, engagé, monogame, etc. Maintenant, je peux voir à quel point c’était une énorme erreur et comment cela a créé beaucoup plus de manque que d’abondance.

Je me souviens de cette citation d’Helen Keller, l’une de mes préférées de tous les temps :

La sécurité est surtout une superstition. Elle n’existe pas dans la nature, et les enfants des hommes dans leur ensemble n’en font pas l’expérience. Éviter le danger n’est pas plus sûr à long terme qu’une exposition directe. La vie est soit une aventure audacieuse, soit rien. Garder le regard tourné vers le changement et se comporter en esprits libres en présence du destin est une force imbattable.

C’est en osant que nous allons vers la liberté. Plus vous réduisez votre liberté, plus vous fuyez l’aventure audacieuse et vous vous retrouvez sans rien.

Je me souviens de mon premier mariage en mars 1998. Tout allait très bien. En tant que mari, ma vie de couple était bien définie ; par moi-même, par ma femme, par nos amis et nos proches, et par le reste de la société. Nous avions une idée claire de nos rôles. Nous avons eu très peu de désaccords sur les limites à instaurer.

Pendant un moment, j’ai embrassé ce mode de vie. C’était comme s’enfoncer dans un fauteuil inclinable. J’avais trouvé une femme incroyable, et elle m’avait trouvé moi. Nous étions tous les deux profondément amoureux l’un de l’autre. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Je pouvais enfin me détendre. Mes questions sur ma vie amoureuse étaient désormais résolues. C’était un mode de vie sûr et confortable – et pourtant, c’était une totale auto-illusion.

Pour une raison quelconque, cette personne indomptable appelée croissance personnelle était aussi partie intégrante de ce mariage. Au début, elle était très heureuse. Ce mode de vie (celui du mariage) était grand, intéressant et amusant à explorer. Il y avait beaucoup de choses à faire, comme avoir des enfants. Toutefois, avec le temps, elle (la croissance personnelle) est devenue mécontente de cette manière de vivre ; elle a commencé à devenir nerveuse. Elle a commencé à pousser contre les murs. Finalement, elle s’est rendu compte qu’elle était l’auteure de cette vie, et elle a décidé d’en sortir et de réclamer sa liberté.

Je pense que si vous êtes sur la voie de la croissance consciente et que vous essayez d’étiqueter n’importe laquelle de vos relations, vous finirez par dépasser ces étiquettes. Considérez donc qu’il serait peut-être plus sage de ne pas s’embêter avec les étiquettes en premier lieu. Soit les étiquettes vous trahiront, soit vous finirez par les trahir. Vous êtes trop libre et indomptable pour être étiqueté.

Plutôt que de vous connecter aux gens sur la base des étiquettes, essayez de le faire sur la base de liberté et du choix. Nous sommes libres de nous connecter avec les autres comme bon nous semble. Nos décisions ont des conséquences. Certaines de ces conséquences sont imprévisibles. Toutefois, si nous ouvrons la porte à toutes les possibilités, alors nous pouvons éviter de livrer notre pouvoir aux étiquettes.

abondance d’intimité et relations sans étiquette

Les cœurs brisés

Qu’est-ce qu’un cœur brisé ? Un cœur brisé est un échec de l’étiquette. Je croyais qu’on était X l’un pour l’autre, et maintenant tu me dis qu’on est Y ?

Un cœur brisé est le résultat d’attentes déçues. Toutefois, dans le domaine des relations humaines, vos attentes sont de vaines tentatives pour prédire et contrôler le chemin de votre cœur. Le cœur a son propre programme, et il ne respectera pas toujours vos choix logiques. Par conséquent, afin de vous aligner sur la vérité dans ce domaine, vous devez accepter cette imprévisibilité.

Profitez de vos relations dans le moment présent, mais faites de votre mieux pour ne pas trop vous y attacher d’une manière particulière. Sinon, vous vous préparez à avoir le cœur brisé.

Pour éviter d’avoir le cœur brisé, ne fermez pas votre cœur aux autres. Au lieu de cela, ouvrez votre cœur plus que jamais. Ouvrez votre cœur à toutes les connexions possibles, et ne vous attardez pas sur les étiquettes. Si une connexion vous parait intéressante, invitez-la et explorez-la. Laissez-la prendre la direction qu’elle veut et profitez de l’euphorie du parcours.

Il peut toujours arriver que vous ayez de mauvaises expériences. En effet, parfois les montagnes russes font un plongeon inattendu. Toutefois, si vous gardez votre cœur ouvert, ces mauvaises expériences passeront très vite et la joie reviendra une fois de plus. Un traumatisant tour de montagnes russes ne doit pas ruiner toute votre année. Passez simplement à une autre attraction et vous vous amuserez de nouveau. Un cœur fermé guérit très lentement, mais un cœur ouvert guérit rapidement.

L’abondance d’intimité

L’abondance d’intimité concerne votre connexion à tout ce qui est. Cette abondance peut se manifester par une relation profonde avec une autre personne. Toutefois, il est fort probable qu’elle se manifeste sous la forme d’un chemin aux multiples rebondissements impliquant des relations avec différentes personnes. Puisque nous ne faisons qu’un, l’origine de ces connexions n’a pas vraiment d’importance.

Ne vous concentrez pas tant sur le fait d’essayer d’être profondément intime avec une personne en particulier. Vous courez le risque de substituer l’attachement et la dépendance à l’amour inconditionnel et à la connexion. Au lieu de cela, concentrez-vous sur l’intimité avec vous-même et avec la vie elle-même. Réalisez que vous êtes déjà intimement lié à tout le monde. Il n’y a pas de glace à briser. Nous faisons tous partie du même tout.

Si vous maintenez une connexion profonde et intime avec vous-même et avec toute vie, vos relations humaines en seront le reflet. Vous attirerez de nouveaux partenaires intimes avec peu ou pas d’effort parce que vous ne leur résisterez pas ou ne les étiquèterez pas. Vous les autoriserez simplement à se connecter avec vous. Et il est difficile pour les gens de ne pas vouloir se connecter à ceux qui les acceptent pleinement et complètement tels qu’ils sont.

À partir de cette conscience, vous pouvez vivre une relation incroyablement profonde avec une personne en particulier, ou vous pouvez le faire dans des relations multiples. Cela peut prendre la forme de la monogamie, de la monogamie en série, du polyamour ou d’un mélange des deux. Cela peut même prendre la forme du célibat (pas pour moi, cependant !).

S’enfermer dans des schémas relationnels fixes — c’est-à-dire que j’ai une petite amie maintenant — peut sembler être une bonne idée, mais pour les personnes très conscientes, cela devient un piège. Même un beau piège demeure toujours un piège. Les personnes conscientes n’ont pas besoin de cela pour se définir et définir leurs relations. Au lieu de cela, elles apportent de nouveaux choix à chaque relation dans le moment présent.

Évitez de succomber au motif « l’herbe est plus verte de l’autre côté ». Quelle est la meilleure étiquette ? Célibataire ou marié ? Monogame ou polyamoureux ? Amis ou amants ? Vous ne pouvez pas boire le vin devant vous, et vous ne pouvez pas boire le vin devant quelqu’un d’autre. Les deux verres sont empoisonnés. Le seul choix raisonnable est de boire directement à la bouteille. Cette bouteille, c’est l’abondance.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Il est vrai que le fait de supprimer les étiquettes des relations n’est pas une pratique très répandue. Et pourtant, cela pourrait bien apporter un petit plus à beaucoup de gens sur le plan relationnel. La vidéo du jour va également aller dans ce sens. Elle présente en effet une façon vraiment unique de redéfinir les relations amoureuses.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

d\intimité dans les relations sociales

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *