30 jours à Disneyland — Jour 20

expérience à DisneylandJ’ai vraiment apprécié notre 20e journée d’expérience à Disneyland hier (dimanche). Rachelle et moi avons passé un très bon moment ensemble, surtout le soir quand nous avons éclaté de rire en faisant des vidéos ridicules. Je n’ai pas autant apprécié l’expérience jeudi, vendredi et samedi. J’ai réfléchi à la raison pour laquelle j’apprécie l’expérience beaucoup plus certains jours que d’autres.

C’était un week-end férié, et l’affluence du jeudi au samedi a été plus importante qu’elle ne l’a été depuis le début de mon expérience. Ces jours-là, les deux parcs étaient remplis de gens, et les temps d’attente pour les manèges populaires se situaient souvent entre une et deux heures.

Toutefois, pourquoi devrais-je me soucier de la foule certains jours ? Rachelle et moi savons très bien comment utiliser le système Fastpass, alors nous n’attendons jamais dans ces files d’une heure. Nous ressentons aussi un sentiment d’abondance par rapport à cette expérience, étant donné tout le temps que nous avons la possibilité d’y consacrer. Par conséquent, nous ne nous mettons pas la pression pour tirer le maximum de chaque journée. Nous pouvons nous contenter de journées légères lorsqu’il y a beaucoup de monde et attendre les jours de semaine où il y a moins de monde pour vraiment nous divertir.

Malgré tout, je continue de sentir que ces jours intenses ont un certain effet sur moi. Pendant ces jours, je suis plus stressé, plus frustré et impatient. Je me sens mal à l’aise par rapport à Disney en général et je me questionne sur l’intérêt de cette expérience. De plus, je commence à me sentir mal à l’aise par rapport à d’autres domaines de ma vie.

Dimanche, cependant, j’ai largement ressenti le contraire. J’ai vraiment apprécié la journée dans l’ensemble. Rachelle et moi sommes restées jusqu’après minuit et avons passé une soirée particulièrement amusante ensemble. J’étais aussi très optimiste au sujet de ma vie. Ce jour-là, il y avait beaucoup moins de monde pour une raison que j’ignore. C’était presque comme un jour de semaine.

J’ai remarqué que lorsque le parc enregistre une affluence relativement moindre, les gens s’amusent beaucoup plus. Les files d’attente sont courtes. Les visiteurs ont donc tout le temps nécessaire pour profiter de toutes les attractions qu’ils désirent. Ces jours, les gens en ont pour leur argent. Cela crée une ambiance ludique et enjouée dans le parc. Vous pouvez vraiment ressentir le sentiment de plaisir combiné avec l’abondance qui se dégage du public. Cela se voit aussi dans le langage corporel des gens. Les enfants rient beaucoup plus. Des adultes s’embrassent dans les files d’attente pour les manèges. Toutefois, la plupart du temps, ces genres de sensations viennent de l’intérieur.

Cependant, lorsque le parc est rempli de gens, la qualité de l’expérience s’en trouve grandement diminuée. Les files d’attente sont longues, et il est difficile de se déplacer dans l’essaim formé par les gens. Mieux, vous n’avez aucune garantie que vous en aurez pour votre argent (pour passer une journée à Disneyland, il faut prévoir plus de 100 $). Ces jours-ci, j’entends beaucoup plus de plaintes. Des gens disent des choses comme « C’est une arnaque ! » Les enfants s’impatientent d’attendre dans de longues files, et les parents sont aussi frustrés. Il y a cette inquiétante sensation d’insatisfaction dans tout le parc. Je le sens surtout quand je traverse Main Street à pied. J’entends pratiquement les gens se dire : « Zut… c’est vraiment surpeuplé aujourd’hui. Nous n’allons pas pouvoir faire grand-chose. Ça craint. Pourquoi sommes-nous venus ici aujourd’hui ? »

Après avoir passé 20 jours d’affilée à Disneyland, j’ai une bien meilleure idée du flux et du reflux de l’ambiance générale qui y prévaut. Je le sens quand je suis là. Je le remarque chez les gens, y compris les employés. Et je suis vulnérable parce que cela est très contagieux. Même si je ne suis pas attaché au résultat de chaque jour, d’autres visiteurs le sont clairement, et il m’est beaucoup plus difficile de profiter d’une journée où je suis entouré de gens qui sont stressés, insatisfaits ou qui se sentent dupés.

Cela me rappelle à quel point il est important d’être très prudent dans la façon dont nous constituons nos cercles sociaux. Nous pouvons gérer une certaine négativité de temps en temps si l’ambiance sociale générale que nous ressentons est positive, optimiste et abondante. Cependant, la négativité va surement nous retenir si nous évoluons dans un environnement caractérisé par une ambiance récurrente de pessimisme, de stress ou d’insatisfaction.

L’une des actions de croissance les plus efficaces que vous pouvez entreprendre consiste à changer votre cercle social parce qu’il a le pouvoir d’affecter vos pensées, vos sentiments, vos croyances, votre image de vous-même, vos décisions et vos résultats. Se sentir coincé et évoluer au sein d’un cercle social déshabilitant sont deux choses qui tendent à aller de pair. Bien sûr, c’est une impasse, car lorsque vous évoluez au sein d’un cercle social négatif, un effet secondaire est que vous ne voudrez probablement pas le quitter. Ou vous n’aurez pas l’impression d’avoir la motivation ou l’énergie pour le faire. Le défi est donc de continuer à réveiller la partie de vous-même qui sait que vous méritez mieux.

Note : Cet article est une traduction de l’article 30 Days of Disneyland — Day 20 de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *