10 raisons de m’élire président des États-Unis

président des États-UnisLes élections présidentielles américaines approchent à grands pas. Au lieu de voter pour des gens qui vont vous faire tourner en rond, j’aimerais que vous votiez plutôt pour moi. Je ne suis officiellement sur aucun bulletin de vote, vous devrez donc y inscrire mon nom. Mes chances d’être élu sont peut-être minimes étant donné que je mène une campagne plutôt amorphe (je viens de commencer aujourd’hui en fait). Mais si je suis élu, je serai heureux d’accepter ce poste, je ferais un bon président des États-Unis.

Au cas où vous ne seriez pas au courant de mes idées politiques, voici quelques-uns des changements que j’aimerais apporter si je deviens président des États-Unis.

1. Une fois président, je supprimerai des millions d’emplois

Le record dans mon État de résidence, le Nevada, est assez éloquent. Nous avons l’un des taux de chômage les plus élevés du pays. Beaucoup de gens ici ont totalement renoncé à l’idée de chercher un emploi ; ils ne sont donc plus pris en compte dans les recensements. C’est vraiment beau de voir cela.

J’ai un talent particulier pour encourager les gens à quitter leurs emplois ennuyants et à découvrir des manières plus intelligentes de créer de la valeur et de subvenir à leurs besoins. Si vous faites de moi votre président des États-Unis, nous pouvons ensemble éliminer plusieurs millions d’autres stupides postes qui pompent la vie.

Les emplois réguliers sont archaïques et obsolètes ; ils symbolisent un retour aux idées de l’ère industrielle. De nos jours, les universités sont trop chères et les étudiants constatent que leurs diplômes ne valent plus grand-chose dans la vie réelle. Ils finissent par se retrouver avec de lourds prêts étudiants et aucun vrai moyen de les rembourser.

Les anciens systèmes sont clairement en train de disparaitre et doivent être remplacés. Au lieu d’essayer de préserver les emplois sans avenir, je dis que nous devons les laisser disparaitre. Je travaillerai même activement à les faire disparaitre. C’est une mort naturelle et elle est inévitable de toute façon. Il y aura une chaotique période de réadaptation et il nous faudra peut-être plus d’une génération pour retrouver de bonnes bases en termes d’emploi, mais nous y parviendrons ensemble, et notre avenir sera plus prometteur que jamais.

Je crois en l’intelligence inhérente des êtres humains. Au fond de nous, nous sommes des créatures intelligentes et créatives. Cependant, avant de pouvoir exploiter pleinement notre créativité pour trouver de meilleurs moyens de gérer notre vie professionnelle et notre productivité ; nous devons abandonner les anciennes approches qui ne nous servent plus.

Il est inconcevable de payer des primes à des gens pour ne pas se servir de leurs atouts, et ce n’est pas non plus possible de les rééduquer en masse. Donc, temporairement, nous devrons faire face à une énorme augmentation du nombre de chômeurs et de sans-abri. C’est presque inévitable à l’heure actuelle, et compte tenu de l’ampleur de notre dette publique actuelle, il n’est pas logique de retarder ce processus plus longtemps. Nous devons permettre ce réajustement social massif.

Par ailleurs, les gens comprendront que l’époque de l’emploi paisible dans une entreprise avec une pension est depuis longtemps révolue. Le monde évolue beaucoup trop vite et nous avons besoin d’une main-d’œuvre plus dynamique et plus flexible qui assume la responsabilité de sa formation continue. Nous devons encourager nos citoyens à cesser de compter sur Big Brother pour prendre soin d’eux. Nous devons faire la transition vers une société qui valorise une auto-éducation flexible et continue. Oui, nous devons être encore plus axés sur la croissance en tant qu’individus si nous voulons avoir la moindre chance de rester compétents et compétitifs au sein de la main-d’œuvre mondiale.

Ironiquement, devenir président des États-Unis signifierait que j’aurais enfin un emploi, mais je suis prêt à faire ce sacrifice à court terme pour le bien de tous.

2. Une fois président, j’instaurerai des structures juridiques plus souples par rapport aux relations

Ce n’est un secret pour personne que j’ai un avis particulier sur la question du mariage, mais je respecte le fait que d’autres personnes attachent de la valeur aux droits que confère cette institution. Les adultes conscients devraient être libres de choisir la structure relationnelle qui leur convient, tant qu’ils sont sains d’esprit et que tout se fait sur la base d’un consentement mutuel.

Cela signifie que si vous êtes hétérosexuel(le), homosexuel(le), lesbienne, bisexuel(le), transgenre, polysexuel(le), etc., vous devriez pouvoir définir la portée de votre relation aux yeux de la loi et avoir essentiellement les mêmes droits que tout couple marié traditionnellement. Les personnes polyamoureuses pourraient définir leurs relations de manière à inclure plus de deux partenaires.

Je crois en la primauté du droit. Il a sa place dans nos vies et nous avons besoin de bonnes structures juridiques pour gérer des situations communes comme le transfert de la propriété commune et la responsabilité d’élever les enfants. Remettre en cause ces structures serait stupide. Cependant, nos lois devraient s’adapter autant que possible à la structure de nos relations. Nos relations ne devraient pas pâtir de la rigidité des lois qui ne peuvent pas suivre le rythme de nos cœurs.

La réalité, c’est que les gens nouent des relations solides et solidaires en dehors du cadre du mariage traditionnel entre homme et femme. Tant qu’une relation est fondée sur le consentement mutuel et qu’elle existe entre des personnes qui ont l’âge de la majorité légale; je pense qu’il faut laisser aux adultes impliqués dans cette relation le soin de définir comment ils souhaitent gérer les droits et les responsabilités juridiques de la propriété commune; la garde des enfants, la procuration, etc. Nous pouvons créer de bonnes valeurs par défaut pour les situations les plus courantes; tout en donnant aux gens la souplesse nécessaire pour définir les variations qui conviennent à la structure de leur relation. Dans la pratique, cela ne devrait pas être plus difficile que de remplir les documents nécessaires à la création d’une SARL ou d’une entreprise.

J’aimerais aussi que les gens puissent plus facilement dissoudre leurs structures relationnelles en vertu de la loi. C’est plutôt ridicule qu’il soit plus facile (et souvent moins coûteux) de dissoudre une entreprise que de mettre fin à un mariage. La réalité est que pour la plupart des Américains, le mariage est devenu une institution temporaire. Soyons honnêtes sur ce qui se passe réellement ; facilitons et simplifions l’entrée et la sortie des structures juridiques associées aux relations stables fondées sur un engagement.

En tant que président des États-Unis, j’ai l’intention de mettre en avant la riche diversité des relations humaines. Je ne suis ni pour ni contre le mariage traditionnel. Je suis pour que les individus soient libres de faire consciemment leurs propres choix — et pour que nos lois puissent au mieux suivre le rythme de la richesse de nos vies sociales.

Une fois président des États-Unis

3. Une fois président, je travaillerai grandement à la séparation de l’Église et de l’État

La religion est un horrible calmar vampire qui étouffe nos institutions gouvernementales depuis beaucoup trop longtemps, alors mettons un terme à cela et purifions nos institutions gouvernementales de cette effrayante infestation religieuse.

En tant que président des États-Unis, je ne rencontrerais pas le Pape et ne lui rendrais aucun hommage particulier ; je ne pense pas qu’il mérite d’être traité différemment de tout autre chef religieux. S’il veut visiter les États-Unis, il est libre de le faire à ses frais.

Je démontrerai également que la loi islamique est immature et autodestructrice, et j’admettrai ouvertement qu’il serait dans l’intérêt des États-Unis et du monde en général de voir ce genre d’absurdité abolie du gouvernement et des institutions politiques.

Je crois que les personnes ont le droit de choisir leurs propres croyances spirituelles. Et aussi de pratiquer ces croyances en communauté si elles le désirent. Cependant, notre planète devient beaucoup trop intégrée et multiculturelle pour que nous laissions une idéologie religieuse stupide et enfantine infecter nos institutions gouvernementales; avec pour potentielle conséquence une guerre sans fin.

Vous devriez être libre d’adopter les croyances spirituelles que vous désirez. Adorez qui vous voulez. Vivez selon les valeurs qui vous sont chères. Buvez du vin, mangez des gaufrettes, allumez la Ménorah et faites ce que votre cœur désire. Cependant, n’attendez pas de votre gouvernement qu’il soutienne financièrement vos pratiques personnelles… ou qu’il prenne des décisions publiques fondées sur vos superstitions et vos histoires.

Mettons fin aux subventions injustes faites aux institutions religieuses. En tant que président des États-Unis, je m’efforcerais de supprimer la classification à but non lucratif pour les institutions religieuses, ce qui signifierait que toutes les églises devraient commencer à payer leur juste part d’impôt. Faire un don à une église en échange de services est une transaction financière comme les autres. Ces dons ne devraient pas être déductibles des impôts. Ils doivent être comptés et imposés comme un revenu pour le bénéficiaire au même titre que toute autre transaction commerciale.

Quelques-unes de ces institutions pourraient présenter une nouvelle demande de statut d’établissement à but non lucratif. Et à titre d’institutions éducatives ou caritatives si elles se remanient pour accomplir un travail plus constructif sur le plan social. Par contre, notre gouvernement devrait refuser le statut d’institution à but non lucratif aux organisations qui sont intrinsèquement intolérantes dans leurs croyances et leurs pratiques. Il est tout à fait injuste de dépenser l’argent des contribuables pour des bêtises aussi inutiles; comme des groupes qui estiment que certaines personnes sont sauvées et d’autres non. Nous pouvons mieux faire.

Autrement, nous verrons apparaître dans les décennies à venir des institutions plus démentes et socialement destructrices; comme l’Église de Scientologie. Car de plus en plus de gens s’apercevront que le fait de créer une fausse religion est un chemin juridiquement valide pour accéder à la richesse. Nous ne devrions vraiment pas encourager plus de gens à suivre le modèle d’évasion fiscale que l’Église catholique a utilisé avec tant de succès. Il est temps de mettre un terme à ces abus flagrants.

Encore une fois, je n’ai aucun problème avec le fait que les gens choisissent et suivent leur propre chemin spirituel, tant individuellement que collectivement. Si cela vous convient, allez-y, faites-le. Cependant, notre gouvernement — et par extension, nous, les contribuables — ne devrions pas payer la note pour ces activités.

Exigeons que les institutions religieuses paient leur juste part d’impôt comme toute autre entreprise. Utilisons ensuite cet argent pour sortir notre pays de la dette et pour moderniser nos autres systèmes gouvernementaux, en particulier nos établissements d’enseignement laïcs.

Comme Jésus l’aurait dit : « Donnez à César ce qui est à César », ce qui signifie : « Payez vos impôts ».

Dieu peut sûrement s’occuper du fisc.

4. Une fois président des États-Unis, j’aiderai les Américains à recouvrer la santé

Dans la lutte entre les modes de vie sains et les profits des entreprises, nous devons faire pencher la balance du côté de la santé. Tout comme la santé de notre corps dépend de la santé de nos cellules, la santé de notre nation dépend de la santé de ses citoyens.

Depuis des décennies, nous tendons à devenir une nation remplie de citoyens malades, mais ce n’est pas forcément notre sort pour l’avenir.

Il est temps de renouveler notre engagement à partager des informations honnêtes et de qualité. Un bon point de départ serait de réunir et de promouvoir des conseillers nationaux en santé qui adopteront des mesures en vue de promouvoir une nutrition saine, des pratiques alimentaires éthiques, la prévention des maladies et une bonne santé mentale pour nos citoyens — bien sûr ce groupe de conseillers sera constitué de personnes qui ne sont pas financièrement liées à l’industrie alimentaire.

Il n’est pas difficile de dire au moins aux consommateurs si les aliments ont été génétiquement modifiés ou non. Et ceci pour que ces derniers puissent décider par eux-mêmes s’ils veulent acheter ces produits ou non. Cacher délibérément cette information n’est pas un acte qui s’aligne sur la vérité.

Il y a quelques années, Monsanto, qui réalise un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dollars; a dépensé des dizaines de millions de dollars pour essayer d’empêcher l’adoption de telles lois. Alors si vous voulez voir plus de produits Monsanto (tels que des insecticides chimiques, des hormones bovines de croissance recombinantes; et des semences Terminator à usage unique qui mettent les agriculteurs dans une boucle d’achats sans fin) dans vos aliments, allez voter pour les autres.

Une autre mesure que je vais prendre, c’est de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour mettre fin aux subventions inutiles accordées à l’industrie des produits d’origine animale. Cela signifie que le prix de la viande, du lait, du fromage et d’autres produits similaires augmentera à un niveau déterminé par le marché. Ces prix devront refléter les coûts réels de l’eau, de l’électricité, du transport et de la gestion des déchets. En retour, cela rendra les choix plus sains et plus respectueux de l’environnement relativement moins coûteux. Au lieu de nourrir les animaux avec des plantes et de manger ensuite les animaux, les gens pourront se nourrir directement de ces plantes. Cela améliorerait grandement la santé de notre nation et réduirait considérablement les coûts de santé (et par soins de santé, nous savons tous qu’il est question de soins aux malades).

De plus, j’imposerais que toutes les fermes industrielles utilisent des webcams actives 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour que les gens puissent voir ce qui se passe vraiment à l’intérieur. Les gens méritent de voir ce qu’ils consomment réellement. Plus de vérité aidera à prendre de meilleures décisions.

Cela n’a vraiment aucun sens de s’inquiéter au sujet de l’accès aux soins de santé alors que notre population devient de plus en plus malsaine. Notre système de santé dysfonctionnel n’est pas le principal problème ici. Le plus gros problème, ce sont nos mauvaises habitudes alimentaires. La responsabilité individuelle doit faire partie du remède, mais notre gouvernement pourrait certainement mieux soutenir notre santé au détriment des profits des entreprises du secteur « alimentaire ».

5. Une fois président des États-Unis, je simplifierai le code des impôts

Nos lois fiscales actuelles sont clairement ridicules. Elles sont beaucoup trop compliquées et sujettes à confusion, et elles représentent un fardeau inutile pour notre productivité. Dans un monde idéal, il ne devrait pas y avoir de comptable — c’est un poste complètement inutile et sans valeur. Nous ne sommes peut-être pas en mesure de créer le monde idéal, mais nous pourrions certainement nous en rapprocher.

Nous pouvons déjà commencer en rejetant l’ancien code fiscal et en repartant de zéro avec une simple taxe forfaitaire, un taux unique pour les particuliers et un pour les entreprises. Faisons en sorte qu’il soit facile pour tout le monde de savoir combien ils paient. Si nous voulons compliquer les choses plus tard, nous pouvons le faire avec parcimonie, mais un simple impôt uniforme serait une meilleure solution comparée à ce à quoi nous avons droit aujourd’hui.

Cela fera certainement disparaitre beaucoup d’emplois, mais ces emplois ne sont pas nécessaires de toutes les manières. Le monde n’a pas besoin d’un plus grand nombre de personnes qui gaspillent leur vie simplement à calculer le montant d’impôt que d’autres personnes doivent payer. Nous pouvons détourner cette perte de productivité et opter plutôt pour des solutions plus intelligentes et créatives.

Je ne suis ni contre les impôts ni contre le gouvernement. Je respecte le rôle du gouvernement et je pense que les impôts sont un moyen raisonnable de le financer. Une grande partie de cet argent est bien dépensé et sert à améliorer nos vies. Cependant, nous aurions besoin d’un meilleur rapport qualité-prix. Nous devrions faire en sorte qu’il soit plus facile pour les gens de savoir combien ils doivent et de payer facilement. L’effort herculéen qu’il faut déployer pour calculer le montant dû est un gaspillage incroyable.

Notre créativité ne devrait pas être détournée pour trouver des moyens d’économiser de l’argent sur le plan fiscal. Nos citoyens et nos entreprises devraient consacrer plus de ressources à leur travail créatif. J’aimerais que les services comptables de nos entreprises soient remplacés par une simple application qui peut calculer; et soumettre l’impôt dû au fisc en quelques secondes.

Un impôt uniforme ne sera bien entendu pas parfait. Mais la complexité à laquelle nous faisons face aujourd’hui n’en vaut tout simplement pas la peine ; d’autant plus qu’elle impose un fardeau inutile aux petites entreprises qui n’ont pas les ressources nécessaires pour réaliser les mêmes économies que les grandes sociétés. Dans ce cas, une solution plus simple serait préférable.

6. Une fois président des États-Unis, je ferai disparaitre le service postal américain

Le service postal gouvernemental des États-Unis a fait un travail fantastique pendant de très nombreuses années. Cependant, son temps est révolu. Aujourd’hui, il ne perd que de l’argent, et sa disparition est inévitable. Les courriels sont venus à bout de ce service.

La plupart des courriers postaux sont des courriers indésirables de toutes les manières. Les factures, les lettres et les paiements peuvent être envoyés par voie électronique. Il n’y a plus de raisons pertinentes d’envoyer des informations sur des supports physiques. Toutes les informations peuvent être envoyées sous forme numérique, ce qui est beaucoup plus efficace et permet d’économiser des ressources.

Pour ce qui est du transport des biens physiques, des entreprises privées comme UPS, Fedex et d’autres peuvent encore rivaliser pour conquérir la clientèle. Il n’est pas nécessaire de les forcer à rivaliser avec le gouvernement pour un tel service.

Les boîtes aux lettres physiques ne sont tout simplement plus nécessaires. Notre technologie actuelle est trop moderne pour que nous les conservions. Il est temps d’arrêter de faire comme si nous vivions encore dans les années 1950.

Au lieu de forcer le service postal gouvernemental des États-Unis à mourir d’une mort lente et agonisante par la privation; la négligence et les vides promesses de restauration; donnons-lui des funérailles honorables et mettons un terme à tout cela le plus vite possible. Licenciez tous les employés de la poste. Vendez aux enchères les actifs restants et vendez les timbres restants comme articles de collection.

président des États-Unis

7. Une fois président des États-Unis, je ferai tout ce qui se fait en coulisse devant tout le monde

N’allez pas croire que je sois naïf en politique. Je comprends la nature des accords conclus en coulisses et j’ai l’intention de les entreprendre librement. Je suis pragmatique et je veux faire avancer les choses. Parfois, il faut graisser des pattes pour aider les autres à obtenir ce qu’ils veulent. L’idéalisme semble bon sur papier. Mais cela ne nous mènera pas très loin, étant donné la situation actuelle de notre gouvernement.

Les Américains ne sont pas stupides. Et je ne pense pas qu’il soit nécessaire de les traiter comme des enfants lors des apparitions dans les médias. Je comprends que certaines vérités doivent rester cachées pour des raisons de sécurité nationale et autres; mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire de parler javanais et de mentir sur la manière dont les choses se passent réellement à Washington.

Je pense qu’il est plus intelligent de reconnaître que je travaillerais dans un système qui tolère un peu de corruption; et beaucoup de lobbying de la part de gens qui ont de l’argent. Au lieu de prétendre que la réalité est différente de ce qu’elle est; je pense que nous devrions accepter ce à quoi nous devons faire face et ensuite faire de notre mieux pour l’améliorer.

8. Une fois président des États-Unis, je ne cacherai pas le fait que je couche avec mes stagiaires

De toute évidence, il n’est pas logique qu’un homme ayant le doigt sur la gâchette nucléaire reste trop longtemps coincé avec les couilles pleines. C’est ce qui a conduit à la crise des missiles de Cuba. Je veillerai à ce que les miennes soient régulièrement vidées par des femmes membres du personnel qui le souhaitent; afin de pouvoir rester frais et calme sous la pression de ce bureau. Et juste pour que je ne fasse pas la sieste au travail, je ferai de mon mieux pour limiter ces activités au soir avant d’aller me coucher; afin de pouvoir dormir paisiblement et dans le calme. Cependant, si je succombe à la tentation le matin ou l’après-midi, je vais faire une sieste de 20 minutes avant de retourner au travail.

À mon avis, les femmes qui rendent un tel service devraient être honorées et félicitées, et non diabolisées ou condamnées. Je leur donnerai même mon témoignage pour tout livre qu’elles souhaitent écrire.

En pratique, ce n’est pas différent de ce que font les anciens présidents des États-Unis. Mais je ne prétendrai pas que je ne le fais pas. Je pense que les Américains peuvent faire face à la vérité; sinon ils méritent vraiment un président des États-Unis qui leur mentira à tous.

Étant donné que je suis un homme tourné vers les relations ouvertes, je me donnerai la possibilité de coucher avec des femmes chefs d’État, diplomates, journalistes, etc. pour favoriser de bonnes relations sociales (à condition bien sûr que tout cela se fasse dans une certaine maitrise). J’organiserai fréquemment aussi des « soirées câlins » à la Maison-Blanche, ce qui, à mon avis, est une meilleure alternative que de menacer de bombarder les gens ou de les soudoyer avec de l’argent.

Je n’aime pas câliner ou coucher avec des hommes, mais j’encouragerais mes stagiaires féminines à les faire se sentir tout de même très aimés. J’ose dire que ma Maison-Blanche deviendra un endroit populaire à visiter.

De bonnes relations sexuelles renforcent les liens sociaux. Avec des liens sociaux plus forts, les autres dirigeants du monde et moi-même pouvons éviter les conflits et coopérer plus facilement. Cela signifie que nous pouvons créer une planète plus pacifique; et aussi plus prospère pour que tout le monde puisse en profiter.

Je supprimerai les habituels protocoles. Ainsi tous ceux qui me rendent visite à la Maison-Blanche auront droit à un câlin chaleureux et agréable. Même si on est censé être ennemi, je vais quand même les prendre dans mes bras.

9. Je laisserai les Canadiens rester aux États-Unis aussi longtemps qu’ils le voudront

Les Canadiens font partie des personnes les plus affectueuses et amicales au monde. Et c’est stupide de leur faire faire leurs valises après quelques mois passés ici; à cause des restrictions de visa alors qu’ils pourraient autrement profiter pour visiter les États-Unis pendant des années.

Nous avons déjà un milliard d’habitants du sud de la frontière qui vivent ici illégalement. Alors autant ouvrir notre frontière nord pour équilibrer les choses. Permettons aux Canadiens de travailler ici aussi. S’ils sont meilleurs que les Américains pour certains emplois, laissez-les prendre ces emplois. Avec une main-d’œuvre canadienne de qualité, nous pouvons sortir plus rapidement d’une économie axée sur l’emploi. Les Canadiens nous aideraient ainsi à faire passer notre jeu de compétition à un niveau supérieur. Si nous ne pouvons même pas rivaliser avec le Canada, alors les Chinois l’emporteront haut la main face à nous.

Étant donné que les Canadiens sont incroyablement sexy aussi; un afflux d’immigrants canadiens aiderait sûrement à augmenter l’indice de bonheur de notre pays; faisant des États-Unis un endroit où il fait bon vivre.

Pour améliorer les relations diplomatiques avec notre allié du Nord, je pourrais aussi accueillir des stagiaires canadiens à la Maison-Blanche. J’essaierai de ne pas trop en faire, sinon je n’aurai pas le temps de travailler.

10. Une fois président des États-Unis, j’engagerai mon propre assassin

Je n’ai aucun doute que ma politique m’attirera de puissants ennemis et que cela entraînera inévitablement mon assassinat. Curieusement, je comprends cela. Je vais donc prendre les dispositions moi-même, et je n’utiliserai pas l’argent des contribuables pour y arriver.

J’aimerais être assassiné par une femme ninja sexy dans une combinaison en cuir artificiel noir. Quelques shurikens à la tête devraient suffire.

N’oubliez pas de cliquer sur « j’aime » sur le clip vidéo de ma mort.

Si vous voulez que je me présente aux élections, faites-le-moi savoir et participez à mes collectes de fonds.

Article original écrit par Steve Pavlina.

Avant de prendre congé de vous, je vous invite à voir la vidéo suivante. J’y expose les 10 mesures que j’adopterais en tant que ministre de l’Éducation. N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *